Botanique

Inscription
Connexion

De plantes en vacances  privé 

Les deux enfants en étaient venus à parler de leurs parents et plus généralement de leurs familles respectives. L'espace d'un instant, Clément ne se rappelait plus pourquoi la discussion avait dérivé sur ce sujet avant de se rappeler qu'il l'avait lui même initié en racontant à sa camarade de Poufsouffle les études que ses parents avaient fait. A vrai dire, ses parents étaient assez mystérieux et peu expansifs sur leur passé et le Gryffondor n'avait pu avoir que quelques bribes d'informations. Il ne savait ni quelles études ils avaient bien pu faire après leur scolarité à Poudlard ou à Beauxbâtons, ni même comment ils avaient fini par se rencontrer et se marier. Il s'agissait probablement d'un secret que Clément devrait percer ses prochaines années, mais en attendant, il écoutait avec attention ce que Aliénor lui disait.

La fillette semblait elle aussi avoir des personnes de sa famille étant passé par Beauxbâtons, l'école de sorcellerie française, dans le cadre de leurs études. Cependant, ce qui surpris le garçon était l'origine espagnole de la famille Delphillia. Puisque sa mère était française, jamais il n'aurait pensé que des élèves de nationalités différentes pouvaient intégrer l'académie magique française. Après quelques secondes de réflexion, il lui paraissait évident, que tout comme Poudlard qui accueillait des Anglais, des Écossais ou même des Irlandais, Beauxbâtons devait aussi héberger de nombreuses nationalités. *En plus, l'école ne doit pas être bien loin de l'Espagne il me semble*.

- « Oh, tu parles espagnol un petit peu du coup ? Et dis-moi, est-ce que ta famille t'aurait parlé de la vie à Beauxbâtons ? Je dois t'avouer que ma mère ne m'a appris qu'elle était allé là-bas que quand je lui ai demandé à quelle maison elle avait appartenu à Poudlard. Elle ne m'a rien dit de plus sur la vie là-bas. »

Le garçon esquissa un sourire gêné en passant sa main dans les cheveux pour les ébouriffer. Il n'aimait visiblement pas se dévoiler et montrer ses faiblesses, mais il était tout aussi impatient d'obtenir des informations sur l'école de magie française. Clément savait qu'il n'obtiendrait jamais rien de sa mère, alors il se devait de trouver d'autres sources pour épancher sa soif de connaissance mais aussi pour s'imaginer comment avait pu être la vie de sa mère durant son enfance. Aliénor raconta ensuite au jeune Gryffondor les occupations de ses parents, parents n'étant que très peu à la maison et partant souvent à l'étranger sans en faire profiter leur fille. Le garçon ne savait pas si il devait avoir pitié ou non de la jeune fille de Poufsouffle. Lui au moins, même si ses parents n'étaient rarement présent, avait eu son frère pour s'amuser avant son arrivée à Poudlard.

- « Au moins, Poudlard te permet de les oublier un peu et de vivre sans eux ! Je dois t'avouer que je ne pense que très peu à ma famille ici, c'est fou comme on est occupé toute la journée ici, on n'a pas le temps de s'ennuyer ! »

Clément se prit à rire à la blague d'Aliénor sur ses parents qui voudraient s'en débarrasser. Le garçon trouvait que sa camarade de classe était assez expressive et n'hésitait pas à être honnête et dire tout ce qui lui passait par la tête. Si seulement lui-même n'avait pas autant de retenue, il pourrait sans doute se faire plus d'amis parmi les habitants du château.

- « Oh, je suis sûr que dans quelques temps, c'est toi qui voudra te débarrasser d'eux ! Ils vont bien finir par se rendre compte de ce qu'ils ratent, et à ce moment-là, ce sera à ton tour de partir loin ! »

Il était impossible de dire si le garçon tenait ses propos pour sa camarade de Poufsouffle ou bien si il se projetait en réalité dans les propos qu'il venait d'énoncer à sa camarade. Lui aussi, avait des parents plutôt distants et regrettait amèrement cette séparation.

Clément Downing # 2ème année RP
Chasse Gardée !
"Rien n'est jamais perdu pour celui qui refuse l'échec"

De plantes en vacances  privé 

La fillette était heureuse de partager un moment avec ce garçon de sa classe. La plus part du temps, quand on va en cours ou lorsque l’on doit se mettre en binôme, on choisit ses amis et on reste avec les mêmes personnes, les autres se cantonnant aux connaissances ou au mieux aux vagues amitiés. Mais cette fois, elle faisait vraiment connaissance avec quelqu’un de sa classe. Surtout que Clément était très gentil et ne se moquait pas du tout des moments d’excitation de la fillette. Il rendait ce cours qui devait être ennuyeux et morose plutôt sympathique, ce qui était un très bon point.

Après s’être embarquée un peu trop dans son monologue, Aliénor écoutât Clément. Il semblait très intéressé par ce que pouvait savoir Aliénor sur l’école française. Dans son esprit, elle se sentait un peu gênée, elle ne pourrait pas lui apporter toutes les réponses qu’il aurait aimé avoir. En effet, son parent le plus proche étant allé à Beaubatons était son grand-oncle. Elle n’avait donc qu’une vague idée de cette école et ce qu’elle pouvait proposer.

Mais elle continua tout de même à écouter son camarade, binôme d’un jour en botanique. C’est vrai qu’elle n’avait pas pris beaucoup de nouvelles de ces parents et qu’au final, les jours passants, ils ne lui manquaient pas tellement. Juste quand elle pensait à eux, ce qui n’occupait pas le plus clair de son temps. Mais se débarrasser d’eux ? C’est vrai que ne plus avoir son père qui lui répétait de faire ces devoirs et sa mère de ranger sa chambre lui faisait du bien. Mais en soi, il y avait un tas ded choses qui lui manquait.

Aliénor sourit tout en s’imaginant ne plus vivre sans ces parents, elle ne savait pas si cela était de la liberté ou de la souffrance.

-Si ! Hablo Espanol ! Pero solo un poco…

Aliénor sourit, oui son père lui avait appris quelques mots mais rien de très impressionnant, lui-même n’étant pas des plus à l’aise dans cette langue. Mais elle connaissait le minimum vital comme disait son père, il lui répétait souvent que pour survivre il fallait savoir dire : ¿Cuánto cuesta una cerveza?, mais il ne lui a jamais dit ce que cela voulait dire.

-C’est vrai que depuis que je suis ici, je suis beaucoup moins seule les week-ends! Et puis tu as raison, je pensé de moins en moins à eux, enfin ils me manquent de moins en moins!

Aliénor sourit en regardant dans le vide, ces parents… Il lui parraissaient tellement loin, alors qu’en soit Bristol n’était pas si loin. Mais loin de cet univers, de cette magie. Elle avait l’impression d’être dans un autre monde ici, un monde dans lequel ces parents n’étaient pas.

-Je ne sais pas si un jour je me séparerait d’eux, mais quand j’y pense ils me manquent quand même.

La fillette releva son regard vers le garçon avant de sourire, peut-être qu’un jour elle voudrait être loins d’eux, mais elle sait qu’lle a besoin d’eux, de leur amour et de leur forcé.
Elle jeta un regard vers le professeur de Botanique. Celui-ci semblait bien plus actif que tout à l’heure. Il devait bientôt être temps de finir et de partir.
Elle jeta de nouveau un oeil sur leur chef d’oeuvre. C’était artistique, mais aussi joyeux, elle était contente finalement de ce qu’ils avaient fait.

-C’est bientôt la fin! Au final c’est pas si horrible, tu vas peut-être même avoir une nouvelle bonne note à célébrer pendant les vacances!


La Poufsouffle souri francgement au garçon avant de se retourner vers le professeur qui passait dans les rangs.

Joueuse de quidditch remplaçante, bébé frelon
Aliénor Delphillia 2ème année RP, Poufsouffle