Botanique

Inscription
Connexion

J'te Déteste.  S.K 

Octobre 2043.
\__________/
Image
___________

Elle ne comprend pas ce qui l'a mené ici, elle ne faisait que se balader et puis elle l'avait vu entourée d'élèves à donner cours comme si tout était normal, comme si elle n'avait pas brisé quelque chose qu'elle pensait ne plus avoir depuis longtemps. Elle l'avait regardé être insouciante, ne se douter de rien, ne sachant probablement même pas qu'elle lui avait arraché le cœur à la main, qu'elle l'avait bien gentiment piétiné de toute sa force avant de lui enfoncer à nouveau dans la poitrine, lui laissant tout le soin de se démerder pour continuer à le faire battre comme elle pouvait. L'adulte ne semblait pas voir tout ça et elle, elle avait envie de tout lui montrer en lui balançant à la gueule pourquoi elle voulait la voir dégager d'ici, valise en main et visage en pleurs. Elle n'a pas vraiment bien comprit ce qui l'a poussé à attendre la fin du cour pour entrer dans la serre, elle n'a pas comprit pourquoi aujourd'hui et pas hier, pourquoi après qu'elle ait recommencé toute cette merde. C'est même pas profond, en même temps. Ça commence déjà à cicatriser, c'est juste une petit coupure, rien de bien grave mais elle a envie de la montrer à l'autre, elle comprend pas pourquoi. Elle a envie que l'adulte voit à quel point elle la déteste, à quel point elle ne sera jamais dans son cœur quoi qu'il arrive. Alors oui, elle a merdé encore une fois mais non, ce n'est pas de sa faute cette fois-ci, elle ne pense pas que cela le soit alors ça ne doit pas l'être. Elle est très forte pour se mettre sur le coin du bec toutes les choses qui vont mal dans ce monde alors si elle croit, pour une fois dans sa vie, que ce n'est pas à cause d'elle que quelque chose se passe alors ça doit être la vérité.

Elle comprend pas pourquoi Ambroise Sejersted est partie. Aurait-elle fait quelque chose de mal ? Elle lui avait dit, elle lui avait promit qu'elle serait là pour elle, qu'elle ne la laisserait pas tomber alors pourquoi elle est partie ? Pourquoi elle l'a abandonné alors qu'elle se disait différente des autres ? Pourquoi elle l'a aidé, pourquoi elle l'a écouté si c'est pour la laisser derrière comme ça ? Et pourquoi Solar Kwon a prit sa place ? Elle qui n'a rien d'exceptionnel, qui n'est là que parce qu'elle ne semble rien avoir à foutre d'autre ? Pourquoi le poste n'est pas resté vacant, le bureau passé sous clef comme une jolie vitrine. Une vitrine de souvenirs oubliés, balayés par le temps qui bouffe tout, qui détruit tout ce qui est bon en ce monde. Elle ne comprend rien. Elle lui avait dit que tout irait bien, que tout irait mieux alors pourquoi elle est partie ? Elle ne peut pas aller mieux sans l'autre ! Elle est perdue sans ses repères, elle est totalement perdue dans le flot de ses sentiments qui la noient comme si elle n'était rien d'autre qu'une goutte dans l'océan. Elle est perdue mais elle connaît le chemin pour arrêter de souffrir. Un chemin qu'elle ne veut plus emprunter parce que ce serait aller à l'encontre de ce que l'ancienne professeur a fait pour elle. Elle est perdue mais elle ne veut pas retrouver le chemin parce que ce serait accepter la vérité. Une vérité qu'elle ne veut pas croire. Elle ne veut pas penser que l'autre est partie comme ça, qu'elle est à nouveau laissée sans explications. Elle ne veut pas croire que cette personne qu'elle a admiré était seulement comme tous les autres.

« -Pourquoi t'es là ?

C'est sortit tout seul. A côté d'une table où se perd des ustensiles de botanique, elle essaie de rester droite et fière. Elle essaie de remettre le masque qu'elle a mit tellement de temps à quitter. Mais c'est de la faute de l'autre, tout ça. C'est à cause d'elle, la blonde au sourire doux comme un chocolat chaud en plein hiver. L'odeur des plantes lui atteint les narines comme une senteur divine. Elle a envie de foutre feu à toute cette merde.

-Pourquoi t'as pris sa place ?

Elle a envie de lui foutre des claques de lui montrer à quel point elle a mal. Elle a envie d'échanger leur place pour que l'autre comprenne que ça ne se fait pas de lui broyer le cœur comme ça.

Dans la vie, on a rien sans rien.
Les rêves ne se réalisent pas tout seuls, il faut travailler pour.
Donnez-moi une étiquette, j'en ferais des confettis

J'te Déteste.  S.K 

Un autre cours se termine pour Solar. Depuis son arrivée, aucun soucis particulier ne venait gâcher sa nouvelle vie. Enfin presque... Mais la jeune femme essayait de s'y faire peu à peu. Et puis... Elle avait des gens pour l'aider.
Cependant, la professeure de Botanique ne s'attendait pas du tout à voir débarquer une des Serpentard dans sa serre, après le cours. Peut-être une question sur une plante, ou sur un devoir ? La jeune femme remettait en place un peu de paperasse, et rangeait quelques outils lorsque Cassiopée lui posa d'étranges questions.

C'était tout sauf amical. Solar le sentit, même si elle ne comprenait pas. La seconde question lui mit la puce à l'oreille, mais sans éclairer sa lanterne. Peut-être qu'elle se trompait après tout.
Voilà une situation inattendue et inhabituelle pour la jeune femme. Des conflits, oui elle en avait connu. Mais qu'on vienne lui demander ça...

"-Pris... Sa place ? répéta-t-elle. Pris la place de qui ?"

Il fallait être sûr, tout d'abord, et ensuite aviser. Solar ne jugeait pas avoir pris la place de quelqu'un. L'ancienne professeure de Botanique peut-être ? Ou... La directrice de maison. Mais les deux avaient donné leur démission, étaient parties de leur plein gré. Alors la jeune femme attendit, devant sa table de travail, que son élève lui réponde. C'était d'autant plus important puisqu'elle était de la maison Serpentard. Solar avait compris que son rôle était presque parental, mais se détachait tout de même de ce rôle qu'elle ne voulait jamais tenir.

J'te Déteste.  S.K 

Et elle fait semblant de pas comprendre, Cassiopée a envie de pleurer. Parce que l'autre n'a même pas l'impression d'avoir fait quelque chose de mal, alors c'est peut-être tout simplement de sa faute, encore une fois. Mais Elle avait dit qu'elle serait la pour elle, Elle lui avait même fait comprendre certaines choses, pourquoi l'abandonner juste après ? Est-ce parce qu'elle n'a pas fait les choses correctement ? Pourtant, elle a essayé ! Elle a vraiment tout fait pour être une meilleure personne, pour sourire sans masque ou pour montrer un peu plus ses sentiments. Elle a essayé très fort, tellement, que certains soirs elle craquait comme avant et faisait une insomnie à pleurer comme une gosse, comme une faible. Sûrement de sa faute, tout ça. Elle a cru que ce serait différent, qu'on ne l'abandonnerait pas encore une fois. Poudlard était censé être son échappatoire, le château était censé être différent alors pourquoi, quand on creuse bien, il ne l'est pas ? Pourquoi les gens mentent quand même ? Et surtout, pourquoi elle a espéré encore une fois ? Elle aurait dû être habituée aux déceptions. Sa vie n'est peuplée que de ça et pourtant elle a encore espéré. Miss Sejersted lui avait dit que l'espoir c'était une des plus belles choses au monde, qu'on devait tout faire pour le garder mais, si on s'acharnait à lui voler, comment ferait-elle à la fin pour toujours en avoir ? Elle n'est pas persévérante, ce n'est pas dans sa nature.

-Elle... Miss Sejersted. Elle 'vait dit qu'elle s'rait là pour.. Pour moi. Mais t'as pris sa place et elle, elle est partie. Elle siffle comme un serpent, mais elle hoquette aussi. On dirait presque qu'elle pleure.

Elle baisse la tête, ses cheveux la cachant à moitié et sert ses petits poings blancs. Elle n'est pas forte, elle n'est pas comme Solenn ou comme Elle. Une petite goutte de tristesse passe ses paupière et roule sur son visage, ses pommettes, son nez avant de finir sa course par terre. Pourquoi elle est triste ? Elle devrait être en colère ! Elle devrait  hurler, frapper. Tout sauf pleurer mais elle contrôle pas ses yeux, ses larmes qui continuent de couler ou sa respiration qui se casse entre deux inspiration. Ses épaules tressautent légèrement et elle s'en veut d'être aussi faible.

-Pourquoi elle m'a laissé ?

C'est pas une question, pas une vraie. C'est juste un cri silencieux du désespoir qui la bouffe. Elle s'était promit de ne plus pleurer, d'être forte pour elle et pour les autres. De devenir  une bonne personne. Mais elle n'y arrive pas sans ses piliers et y'en a un qui vient juste de se briser. Alors, dans un geste protecteur, elle ramène ses bras contre elle pour pas que l'autre les voit. Elle veut juste lâcher prise mais elle n'y arrive pas, elle sait pas comment faire et c'est frustrant.

Dans la vie, on a rien sans rien.
Les rêves ne se réalisent pas tout seuls, il faut travailler pour.
Donnez-moi une étiquette, j'en ferais des confettis

J'te Déteste.  S.K 

C'était donc ça. On avait promit à Cassiopée une présence, pour finir par s'en aller. Mais n'était-ce pas les aléas de la vie ? Solar comprenait le mal que ressentait la jeune fille. Elle imaginait bien sa déception, sa tristesse et sa colère. Dans un sens, ça semblait même normal que ce soit dirigé contre celle qui se tenait désormais devant elle. Mais la professeure n'avait pas non plus envie d'être détestée injustement. Cherchant ses mots, son accent allait sûrement encore ressortir lorsqu'elle lui répondra. Qu'est-ce qu'elle était censé lui dire exactement ?

"-Hmmm... Eh bien, elle est partie parce qu'elle le devait, elle avait sûrement ses raisons... Et peut-être même que ce n'était pas pour t'abandonner. Je veux dire, elle n'a peut-être pas eu le choix.

Un peu maladroit. Solar, conciliante, cherchait encore une autre manière de faire comprendre qu'elle n'avait rien fait de mal dans cette histoire. Mais plus que ça, elle voulait rassurer son élève.

-Je n'ai jamais voulu prendre sa place. Je comprend que tu ai l'impression que c'est le cas, puisqu'elle est partie. Mais... Je pense qu'elle ne voudrait pas que tu te sentes mal.

En attendant, ce n'était pas très concluant. Solar se sentait un peu dépassée. En voyant une larme tomber sur le sol, elle commençait vraiment à se sentir mal de ne pas réussir à l'apaiser un peu.
Un long moment passa, où la jeune femme cherchait ses mots. Lui répéter qu'elle ne l'avait pas abandonné, c'était inutile. Lui promettre de reprendre le flambeau, c'était impossible. Dans la vie, parfois, des gens comme ça disparaissaient, ou s'éloignaient trop. Comment faire une telle promesse sans être sûr de la tenir ?

-Est-ce que... Est-ce qu'elle t'as dis quelque chose avant de partir ?"

Solar se sentait impuissante, preuve de son expérience inexistante pour ce genre de situation. Et penser qu'elle devait être plus douée que ça en tant que directrice de Serpentard ne la rassurait pas. Pour le moment, la jeune femme était encore un peu perdue sur la marche à suivre.

J'te Déteste.  S.K 

Ses petits poings passent sur son visage pour essuyer ses larmes. Elle avait raison. Son ancienne directrice la réconfortait toujours ou lui donnait un petit mouchoir quand elle pleurait., comme si elle ne supportait pas ça. Sûrement lui aurait-elle dit de ne pas pleurer, si elle l'avait fait comme ça. Et puis, peut-être qu'elle avait eu des obligations ? Mais ça ne changeait rien au fait qu'elle était partie et qu'elle ne reviendrait pas, qu'elle était partie après avoir dit toutes ces choses, qu'elle l'avait laissé toute seule après lui avoir dit qu'elle serait là. Est-ce qu'elle pouvait réellement en vouloir à l'autre d'être arrivée là ? Sûrement n'avait-elle fait qu'accepter le poste qu'on lui avait proposé. La dernière véritable conversation qu'elles avaient eu toutes les deux s'était encore soldée par des larmes et la seule chose dont elle se souvenait parfaitement bien c'était la partie où elle lui disait qu'aimer était une belle chose, qu'elle n'était pas laide comme elle le pensait et que tout finirait pas s'arranger et par aller mieux.
Mais la blonde était tellement différente de l'autre. Plus joyeuse, lumineuse. Et perdre un pilier pour ne pas en retrouver un en remplacement faisait mal. Est-ce que cette professeur serait capable de l'aider, elle aussi ? Est-ce qu'elle l'écouterait parler, pleurer ? Mais avec Miss Sejersted, tout semblait si naturel. L'adulte l'avait vu dans son pire moment et elle était restée quand même.

Elle se gratta fortement les bras, ça la démangeait vraiment. Tout était de leur faute. 
-Elle avait dit... Que ça s'arrangerait. Que j'irais mieux.

Mais l'avait-elle cru ? Et, aujourd'hui, croyait-elle en ses mots ? Il y avait tellement de choses qui pourraient faire qu'elle finirait par aller mieux mais est-ce que cela changerait quelque chose si elle restait dans le passé ? Une époque révolue, c'était ça. Elle ne pouvait pas aller mieux, montrer à Sejersted, où qu'elle soit, qu'elle était capable d'être la fille qu'elle pensait qu'elle deviendrait si elle ne faisait que penser à ce qu'elle avait perdu, à ses douleurs et pas à ce qu'elle avait gagné et à tous les moments de joie intenses qui n'étaient, certes, pas nombreux mais qui existaient quand même quand on cherchait bien. La haine n'apportait rien. C'était une leçon qu'elle avait apprise dans tout ça, personne ne méritait sa haine parce que, quoi qu'ils aient fait, c'était toujours moins grave que ce que elle, elle avait fait. Relativiser. C'était ça.

Dans la vie, on a rien sans rien.
Les rêves ne se réalisent pas tout seuls, il faut travailler pour.
Donnez-moi une étiquette, j'en ferais des confettis

J'te Déteste.  S.K 

Solar proposa à la jeune fille de s'asseoir sur un tabouret. Visiblement, quelque chose de spécial s'était passée autrefois pour que Cassiopée réagisse ainsi. La jeune femme n'y comprenait rien, mais peut-être qu'avec patience, elle pourra en savoir plus.

"-Que s'est-il passé ? demanda-t-elle alors doucement.

Solar se recula un peu pour utiliser un morceau de parchemin et y écrire quelque chose. Puis, c'est comme si la note prenait vie, et s'envolait vers le château. La jeune femme prit place aussi, en face de son élève, mais à distance raisonnable: c'était une manière pour elle de ne pas envahir l'espace de la jeune fille. C'était déjà assez difficile pour elle.

-Si ça ne te dérange pas de m'expliquer, je t'écouterais. Si je peux t'aider, ce sera avec plaisir...

L'histoire semblait un peu compliqué. Mais si ça pouvait calmer la jeune fille, Solar était toute ouïe. Elle espérait juste comprendre à cent pour cent, ne maîtrisant pas l'anglais à la perfection. D'aussi loin que la professeure se souvenait, elle n'avait jamais eu de situation similaire. Que ce soit lors de son enfance, adolescence, ou ces dernières années. La jeune femme se rendait compte de son manque d'expérience, même à vingt-sept ans, au sujet de beaucoup de choses. Il serait bien temps d'y remédier, et de sortir un peu des sentiers battus. N'avait-elle pas voyagé ? Jamais seule, mais tout de même, ça élargissait les horizons... Maintenant, il fallait faire un peu de même avec les êtres humains, comme avec Cassiopée. Pour ne plus se sentir impuissante à l'avenir.

J'te Déteste.  S.K 

L'adulte lui proposa un tabouret où elle s'assit, tremblante de tout ses membres tellement elle appréhendait la suite. Sans vraiment aucunes raisons valables. La blonde envoya une note au château qu'elle regarda étrangement. Qu'est-ce qu'elle y avait écrit ? Avait-elle appelé quelqu'un ? Ou, encore, demandé à quelqu'un de la punir pour l'affront qu'elle lui avait fait ? Elle tripota ses mains, tordant ses doigts et posant son regard sur les cicatrices qui peuplaient la paume de sa main gauche. Pouvait-elle lui faire confiance sur ce point là ? Ne finirait-elle pas dégoûtée par elle ? Est-ce qu'elle pouvait remplacer la personne perdue ? L'autre était assise devant elle et, doucement, elle tendit ses bras vers elle, baissant les yeux sur ses pieds.

Il arrivait encore qu'en plein milieu de journée, qu'il y ait un pic de chaleur mais elle ne retroussait jamais ses manches. Sûrement que cela commencerait à devenir suspect pour ses professeurs une fois l'été arrivé, comme l'année dernière où ils l'avaient regardé, fixé comme une énigme particulièrement difficile. Pouvait-elle montrer ça à l'autre ? Elle était si douce avec son bel accent qui ponctuait chacune de ses phrases, parfois plus fort sur certains mots. Ne risquerait-elle pas de la briser si elle lui montrait ? Elle n'avait pas brisé la professeur de Runes, celle-ci avait même semblé comprendre, est-ce que cela se passerait de la même manière avec la botaniste qu'elle essayait de sonder de ses yeux ? Elle n'arrivait pas à comprendre les sentiments qu'elle y voyait, c'était tellement.. Étrange. D'habitude, elle était bonne à cet exercice, pourquoi elle n'y arrivait pas maintenant ?

Sa bouche s’assécha et sa langue qui passait sur ses lèvres n'y pu rien, comme si c'était une force que rien ne pouvait arrêter. Elle en eut la nausée. Ses mains tremblèrent alors qu'elle relevait ses manches le plus silencieusement possible, même si un gémissement de désespoir essayait de passer la barrière de ses lèvres. Une fois cela fait, elle n’osa plus lever les yeux et les garda scellés sur le sol alors qu'elle tendait à nouveau ses bras vers l'autre, lui permettant d'avoir une vue parfaite sur les traits blancs qui les parsemaient, semblant se mouvoir sur sa peau. Des dizaines et des dizaines de petit traits blancs, certains plus enfoncés que d'autres. Elle ouvrit la bouche mais sa gorge nouée ne lui permit pas de sortir un mot alors elle resta silencieuse, la honte l’entourant comme une bulle. Honte d'avoir été faible.

Dans la vie, on a rien sans rien.
Les rêves ne se réalisent pas tout seuls, il faut travailler pour.
Donnez-moi une étiquette, j'en ferais des confettis

J'te Déteste.  S.K 

Solar observait Cassiopée en silence. Elle semblait bien perturbée, la jeune femme resta donc prudente jusqu'à ses faits et gestes. C'était un peu le réflexe face à un animal, ou une créature magique qui pouvait être disons... Instable, et décider de s'enfuir ou d'attaquer.
Pendant ce temps, la note avait vite été réceptionnée, et on avait tout aussi rapidement envoyé ce que demandait la jeune femme. Du chocolat chaud, et quelques gâteaux, ainsi que du chocolat... Un peu de choix pour que la fillette puisse obtenir du réconfort même par l'estomac.

"-Je t'en prie, sers-toi, proposa la professeure gentiment.

Quand elle était enfant, une boisson douce et chaude la réconfortait facilement. Accompagné par quelque chose à manger, c'était parfait. Mais tout le monde n'était pas comme elle. Alors sa tentative allait-elle payer ?
Peu après, Cassiopée ne répondit rien mais ce qu'elle montra fut parlant: des cicatrices. La jeune femme n'avait jamais connu ça, elle et son petit groupe d'amis sans problèmes particuliers, ou presque. C'était un domaine inconnu, mais Solar resta presque impassible volontairement pour ne pas effrayer la jeune fille. En réalité, la jeune femme sentait que c'était profond, un peu comme certaines cicatrices qui parsemait ses jeunes bras. Elle avait besoin d'aide, de soutien, pour remonter la pente. C'était ça, non ? Solar en était presque persuadée. La professeure se retint de lui prendre doucement le bras afin de palper, toucher les irrégularités. C'était peut-être trop déplacés, même si ça pouvait montrer d'autant plus cette réalité.

Avec tout ça, Solar avait de nombreuses questions en tête. Par où commencer ? Elle ne voulait pas être indiscrète, mais il le fallait, c'était mieux que de rester aveugle et sourde à ce qui se passait.

-Est-ce que ça t'arrive encore de le faire ? interrogea-t-elle avec douceur.

Il y aurait eu d'autres possibilités que le simple fait que la fillette était l'auteure de ces traces, mais Solar était quasiment sûre que c'était ça. Elle laissa un petit temps avant de demander:

-Pourquoi est-ce que c'est arrivé ?"

Sans connaître le pourquoi du comment, difficile d'être utile. Solar n'avait pas cherché à se défiler, à fuir face à cette jeune fille. Elle n'était pas psychologue, mais souhaitait tout de même faire de son mieux pour venir en aide à Cassiopée.

J'te Déteste.  S.K 

Quelques secondes après, elle descendit à nouveau ses mains sur ses bras, caressant doucement les petites fissures qui s'y trouvaient d'une main tandis que de l'autre, elle attrapait une tasse de chocolat chaud que l'adulte lui avait proposé. L'autre la regardait étrangement mais elle n'arrivait pas à savoir ce qui lui passait par la tête. Dégoût ? Fascination morbide ? Ses ongles grattèrent sa peau, synonyme de stresse grandissant chez elle. Mais pourquoi était-elle venue ici ? Pourquoi n'avait-elle pas pu seulement aller avec Solenn pour laisser passer la tempête sous la lumière de son Soleil ? Pourquoi est-ce qu'il avait fallut qu'elle perde le contrôle maintenant ? Rien n'état de la faute de la blonde, elle n'était responsable d'aucune de ses erreurs. 

Elle amena la tasse blanche à ses lèvres, savourant un instant le goût de la boisson. Quand elle allait bien, elle aimait beaucoup manger du chocolat, elle en emportait partout avec elle mais certains événements avaient fait que cette sucrerie ne lui procurait plus le même plaisir qu'avant. Pourquoi apprécier quelque chose lorsque l'on sait que cela est éphémère ? Que même toutes les joies peuvent se transformer en une horreur une fois la nuit tombée ? Elle savait que ses cauchemars la tuaient plus facilement que toute arme. Le sommeil était une chose importante, belle et douce pour ceux qui en avaient la chance mais terrifiant et sanglant pour les gens comme elle. Pourquoi elle ne faisait pas partie de la première partie ? Certains disaient qu'elle était tourmentée, d'autre qu'elle était folle mais aucun ne comprenait vraiment l'étendue du néant dans sa tête, ce que cela lui faisait tous les jours de vivre sans en avoir réellement envie. Ils ne savaient pas mais cela ne les empêchait pas de parler, de juger sans savoir, sans comprendre ni chercher  le faire. C'est pour cela que la froideur était la seule chose qu'elle montrait, inconsciemment, elle se protégeait de tout cela même si cela ne faisait que faire encore plus parler les autres. Combien de fois l'avait-on regardé étrangement entre un mélange d'incrédulité et de peur en salle commune avant de finalement se détourner pensant que cela ne les regardait pas et qu'elle devait sûrement être heureuse comme ça ?

Reposant la tasse, elle attendit que l'autre reprenne, répondant à sa première question par un haussement d'épaules. Elle ne savait pas vraiment de quoi l'autre parlait. Parlait-elle de ses bras ou de toute autre partie de son corps ? Globalement, elle n'avait rien touché mais cela n'empêchait pas de vouloir le faire constamment même si elle savait que c'était mal. Quand elle avait tellement envie qu'elle ne supportait plus aucune chose autour d'elle, elle sortait son violon ou allait voir Solenn. D'ailleurs, l'autre le savait sûrement mais elle restait toujours là. Elle était spéciale, Solenn et Cassiopée ne comprenait pas tout à leur relation, les sentiments n'avaient jamais été quelque chose qu'elle comprenait, elle s'en fichait un peu.

-Non. J'essaie.

Elle fit une longue pose, grattouillant toujours sa peau, une grimace se formant sur son visage.

-Je ne sais pas. Ça.... Me faisait ressentir. Me montrait que j'étais pas invisible, pas morte. Que j'étais là.

Dans la vie, on a rien sans rien.
Les rêves ne se réalisent pas tout seuls, il faut travailler pour.
Donnez-moi une étiquette, j'en ferais des confettis