Botanique

Inscription
Connexion

Bientôt le printemps  PV Solar 

Suite de ce rp et de celui-ci.
22 février 2044

Les serres de botanique. Mission : trouver Solar. Après, c'était place à l'improvisation. Sigmund avait quitté sa salle de classe, la lettre de son amie toujours dans la main, puis était parti à sa recherche. Alors qu’il quittait le château pour se rendre aux serres, ses pas se faisaient de plus en plus rapides, et finalement, ne tenant plus, il se mit à courir. Personne. Elle était probablement dans ses appartements. Il avisa une dernière fois les serres avant de s’y rendre, son retard s’attardant sur quelques roses qui y poussaient tranquillement. Il avait vu dans un film moldu des hommes serrant des roses entre leurs dents pour aller voir l’élue de leur cœur. Devait-il faire pareil ? Après réflexion, il se ravisa : elle apprécierait probablement peu qu’il arrache des fleurs de ses serres.

Tap tap tap. Trois coups frappés sur la porte d’entrée des appartements de la professeure. Des coups peut-être un peu trop forts, signe d’empressement. Tap tap tap. C’était les battements de son cœur, intenses, qui bourdonnaient dans ses oreilles. Tap tap tap. Son doigt qui tapote son bras. L’émotion montait.

Clap. La porte s’ouvrit. Elle était là, elle le regardait. Lui aussi la regardait. Elle était belle. Comme toujours. Il ouvrit la bouche pour parler. La referma. Comme toujours quand il croisait son regard, ses mots s’envolaient. Alors il se tut.

Il avait envie de la prendre dans ses bras, de la serrer tout contre lui. De presser sa bouche contre la sienne. De l’embrasser partout : ses petites mains, son front, ses joues roses. Ses lèvres. Sa moustache la chatouillerait-elle ? Il n’en fit rien, se contentant de la regarder.

Avait-elle remarqué son regard qui s’était –peut-être, un peu trop attardé sur ses lèvres ?

Il déglutit. Puis enfin, prit la parole.

« Solar. »

Bon début. Et maintenant ? Sa main se crispa sur la lettre qu’il tenait toujours. Il s’en remémora le contenu.

« Je… comment pourrais-tu me décevoir ? Enfin, sur tous les plans, tu es tellement… tellement meilleure que je ne le suis. Tu es… au-delà des rêves de tout homme… »

Il rougit. Baissa le regard.

« Désolé, c’est un peu gênant… J’ai pensé à te répondre par une lettre, mais je me suis dit qu’il était peut-être préférable de le faire de vive voix. Ta lettre… m’a beaucoup fait plaisir. J’étais –enfin, je suis, aussi très inquiet pour toi. J’ai peur de t’avoir un peu brusquée. Je suis navré. C’est que… mes sentiments à ton égard sont si forts, et il m’est si difficile d’en faire abstraction ! J’ai peur de paraître égoïste, de m’être déclaré à toi alors que les souvenirs d’autres te tourmentent encore. Solar… »

Il hésita, puis saisit finalement la main de son amie, tout doucement.

« C’est plutôt moi qui devrais me demander pourquoi tu voudrais bien d’un vieux comme moi. Tu peux facilement trouver mille fois mieux. Je… ne suis peut-être pas l’image de l’homme idéal que peut se faire une jeune femme de 28 ans. Solar, je m’en remets à toi. Les cartes sont entre tes mains. »

Il regarda la main de Solar, qu’il tenait dans la sienne. Enfin, il redressa la tête et sourit timidement.

« Je ne veux pas que tu te sentes brusquée, ou pressée. Tu peux prendre tout le temps qu’il te faut pour y réfléchir, mettre un peu d’ordre dans tes pensées ou que sais-je. Nous ne sommes pas obligés de nous lancer maintenant. Je t’attendrai le temps qu’il faudra. »

Enfin, il lâcha sa main puis rit.

« Tu peux faire demi-tour quand tu veux. »

Avec l'accord de Solar pour les actions de son personnage

Bientôt le printemps  PV Solar 

Elle avait posté la lettre et s'était vite réfugiée chez elle. Solar se tenait devant sa grande baie vitrée, pensive et un peu stressée. La jeune femme imaginait Sigmund venir sous peu à sa rencontre, et ne savait pas quoi faire, si elle devait se changer, s'apprêter un peu, ou rester naturelle et attendre sa venue sans se prendre la tête. Néanmoins, la dernière option restait plus simple. Elle ne savait pas trop comment réagir, que faire s'il venait. C'était encore tout frais.

Alors les coups frappés la firent sursauter. Il était sûrement là. Solar souffla un bon coup et se dirigea vers la porte. S'ils devaient former un couple, il valait mieux rester détendu et comme d'habitude, et non toujours gêné. La jeune femme n'avait plus eu de petit ami depuis des années, encore moins un de cet âge-là !
Elle ouvrit la porte le cœur battant, et resta plantée devant lui. D'ailleurs, lui aussi resta planté devant elle, au début sans savoir que dire. Solar ne parla pas, le laissant déballer ce qu'il voulait. Est-ce qu'il venait pour dire que ça ne servait à rien d'essayer ? Mais son regard trahissait ses pensées. Solar ne bougea pas, attendant de voir ce qu'il pourrait faire ou dire.

Il fini par ouvrir la bouche pour dire son nom. Solar ne parla toujours pas, la respiration tendue, elle essayait cependant de se montrer zen pour l'encourager à s'exprimer. Ce qu'il disait était flatteur, mais Solar trouva qu'il exagérait un peu. Elle ne valait pas mieux qu'une autre. Il l'idéalisait peut-être un peu, mais la jeune femme comptait bien rester elle-même, qu'ils forment un couple ou non. Il finira sûrement par y voir plus clair, et lui trouver des défauts, comme n'importe quel être humain en a.

Elle le laissa prendre sa main et dire ce qu'il aurait pu exprimer à travers une lettre. La jeune femme était soulagée de voir qu'il pouvait comprendre et attendre. Solar avait peut-être besoin de mettre encore un peu d'ordre dans ses sentiments. C'était rassurant pour elle de savoir qu'elle était encore libre. Faire demi-tour quand elle voulait.

"D'accord, articula-t-elle après tout ce monologue. Prenons notre temps."

Elle s'avança d'un pas maladroit et se permit une étreinte. C'était pas encore au stade d'un baiser passionné, mais Sigmund n'allait pas s'en plaindre. Solar se sentait bien dans ses bras, c'était déjà ça. La jeune femme était prête à essayer, mais il lui fallait éclaircir encore son cœur pour que leur relation ne soit pas entachée par des hésitations ou des fantômes du passé. Mais tout ça, ils allaient pouvoir le travailler ensemble également.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Kwon, pas Know, pensez-y !

Bientôt le printemps  PV Solar 

Sigmund parlait beaucoup. Toujours un peu trop : on lui faisait souvent remarquer. Mais il avait tant à dire à Solar, qui pouvait bien lui reprocher ! Quand enfin il parvint à se taire, son regard plein d'espoir cherchait à capter celui de son amie. Sa réponse fut courte, bien plus qu'il ne l'aurait pensé. Par l'absence d'explications supplémentaires, il avait du mal à comprendre ce qu'elle ressentait réellement. Néanmoins, il retenait l'essentiel : prendre leur temps. Ne pas se précipiter.

Elle vint se glisser dans ses bras. Il ne s'y attendait pas et surpris par ce geste, il resta raide comme un piquet, les yeux écarquillés et le regard perdu dans le vide. Sans bouger. Un peu comme le tuteur d'une jolie plante. Il ne savait pourquoi il ressentait encore une certaine gêne avec cette proximité soudaine ; peut-être était-ce à cause de leur relation désormais ambiguë. Il ne savait pas comment se comporter : ce qu'il était convenable de faire ou non. Avec hésitation, le sorcier posa sa main dans le haut du dos de son amie. Ainsi, il la serra encore un peu plus fort contre lui, avant de toussoter et de rompre l'étreinte, les joues désormais bien rouges.

« Ton cadeau ! » réagit-il enfin. Il sortit un très beau paquet de son sac banane. Celui-ci était parfaitement bien emballé et doté d'un joli petit nœud : on devinait que le professeur avait passé beaucoup de temps à emballer le cadeau avec soin, pour faire bonne impression. Il le tendit à Solar, avec un sourire gêné. 

« Encore joyeux anniversaire, Solar. Je l'ai tricoté moi-même, j'espère que cela te plaira... » expliqua-t-il, dévoilant au passage qu'il s'agissait probablement d'un vêtement. Il la regarda avec attention, se demandant si elle apprécierait ou non ce cadeau. Il y avait passé beaucoup de temps : quelques semaines pour réfléchir au modèle, et encore quelques semaines de plus pour tricoter le tout. Rhys l'avait alors bien conseillé pour le choix des couleurs : il lui en était très reconnaissant. Il avait aussi demandé conseils à Evelyn, qui avait explosé de rire en voyant les croquis de Sigmund. Finalement, il avait prit les mesures de Beth, qui avait une taille et une corpulence à peu près similaires à celles de Solar, tout en divisant le tour de taille par deux comme était enceinte jusqu'aux dents, puis il était enfin parvenu au résultat escompté.

Une jolie robe en laine, dans un vert dominant, où se mêlaient à la fois le drapeau du Brésil mélangé à celui de la Corée du sud. C'était une robe qui selon Sigmund, reflétait l'âme de Solar. Elle serait magnifique dedans, il n'en doutait pas une seule seconde. Serait-elle séduite ? 

Bientôt le printemps  PV Solar 

Solar ne prononça pas d'autres mots. L'étreinte fut de courte durée avec la gêne de Sigmund, ce qui fit sourire Solar. Mais elle comprenait et n'insista pas. La jeune femme le regarda sortir son paquet cadeau soigneusement emballé, et sentit la curiosité l'envahir. Un vêtement, donc, et tricoté par ses soins ! La jeune femme était touchée. C'est que ça devait lui prendre un temps fou à confectionner ça, surtout s'il n'avait pas utilisé la magie. Mais comment connaissait-il sa taille d'ailleurs ?

Elle prit le cadeau et se dirigea vers sa table de salon, laissant Sigmund la suivre. Solar le déballa et découvrit alors la fameuse robe, d'un joli vert, et aux motifs très... Eh bien, ça ressemblait bien à son ami/petit-ami/on ne sait plus trop. La jeune femme trouvait ça adorable, et assez touchant tout de même. Retrouver les drapeaux de ses deux pays chéris. Et puis... La robe n'était pas si mal, il valait mieux l'essayer avant tout !

"-Merci... C'est très joli.

Elle prit congé quelques minutes, avant de réapparaître vêtue de son cadeau d'anniversaire. Les proportions semblaient correctes, et la jeune femme était souriante, ce qui était toujours mieux qu'une grimace.

-C'est un très beau cadeau, dit-elle en se rapprochant de lui. Elle me va bien, je trouve.

La jeune femme déposa un baiser sur la joue de Sigmund, un peu timide, pour le remercier de son cadeau. Elle resta quelques instants devant lui, dans cette robe, sans trop savoir quoi faire. En fait, elle était un peu perdue elle aussi. Mais Solar ne voulait surtout pas que leur relation devienne étrange, avec des regards et des silences pleins de gêne.

-Est-ce que... Tu veux une part du gâteau ? demanda-t-elle en montrant son gâteau d'anniversaire.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Kwon, pas Know, pensez-y !

Bientôt le printemps  PV Solar 

Sigmund suivit son amie dans le salon, où elle entreprit de défaire l'emballage de son cadeau. Ayant conscience que les motifs de la robe étaient un peu particuliers, il avait peur que cela ne lui plaise pas. Néanmoins, elle fit bon accueil à son présent et en semblait assez satisfaite, si bien qu'après avoir complimenté le vêtement, elle se pressa d'aller l'essayer. Il fut très soulagé de constater que le cadeau semblait lui plaire et se promit de lui en faire de nombreux autres à l'avenir. Pendant sa brève absence, il patienta, les mains dans les poches, tout en observant un peu le salon et en cherchant l'araignée Shelob du regard.

Elle ne tarda pas à revenir, revêtue de la robe aux motifs des drapeaux du Brésil et de la Corée du Sud. Il resta un moment bouche bée, alors sa poitrine se gonflait de fierté de la voir aussi vêtue d'une robe de sa confection. A son sens, le vêtement ne rendait pas totalement justice à la beauté naturelle et enivrante de son amie, mais elle était, comme toujours, tout bonnement magnifique. Son cœur, déjà sur le point d'exploser, prit un nouveau coup quand elle l'embrassa sur la joue. Il se sentit alors comme fiévreux, et ses jambes menacèrent de se dérober sous son poids. Il reprit vite ses esprits et essaya de formuler une réponse cohérente, même si ses pensées ne parvenaient à se détacher de la sensation du baiser encore brûlante.

« Je... J'ai fait de mon mieux. Elle te va très bien... Tu es très belle, Solar. Comme toujours... » bredouilla-t-il en détournant le regard, les joues rosies par cette chaleur qui montait en lui. Il n'en dit pas plus, ayant peur que ses compliments paraissent moins sincères, à force d'être si souvent répétés. Encore une fois, elle était très proche de lui. Cette proximité à laquelle il n'était pas habituée, bien que très agréable, était aussi un peu gênante. Heureusement, elle brisa le silence la première en l'invitant à manger du gâteau. 

Il aperçut le fraisier qui lui parut, ma foi, fort délicieux. Il n'avait pas grand appétit mais, par politesse et aussi par désir de passer encore un peu de temps en la douce compagnie de Solar, il accepta volontiers.

« Avec plaisir, il a l'air délicieux ! » répondit-il avec un sourire au coin des lèvres. Il hésita un instant, puis s'assit finalement sur une des souches qui faisaient office de fauteuil.  « Comment va Shelob ? » s'enquit-il.

Bientôt le printemps  PV Solar 

Elle n'avait aucune idées de l'état dans lequel se trouvait Sigmund, prêt à tomber par terre. Heureusement pour lui, il allait pouvoir s'installer sur un fauteuil végétal et goûter à un bon gâteau bien entamé. La jeune femme prit place aussi et lui servit un morceau de gâteau. La robe lui allait bien visiblement, ou alors l'homme était du genre à complimenter même quand le vêtement n'allait pas du tout peut-être. Solar y songea un instant, espérant que ce ne soit pas le cas, mais pourra toujours vérifier ça plus tard. Pour l'heure, il fallait déguster un délicieux morceaux de fraisier.

"-Elle va bien, je crois qu'elle est partie en escapade. En général, Shelob revient le soir. Je ne m'inquiète pas trop pour elle.

Solar entama sa part, et un silence s'installa.

Et toi, comment vas-tu ?" finit-elle par demander.

La jeune femme venait aux nouvelles, de manière plus globale. Ils discutaient souvent ensemble, que ce soit par hiboux ou de vive voix bien entendu, mais peut-être que depuis la dernière fois, il y avait de nouvelles choses. Solar resta ensuite silencieuse, ne sachant plus vraiment quoi lui dire. C'était étrange, elle n'aimait pas ça. Comme si le simple fait d'avoir passé un certains cap, au-delà de l'amitié, avait mis en place bien malgré eux une distance silencieuse. Où ils ne parvenaient plus à se parler sans éprouver de la gêne. Cette idée s'imposait dans son esprit, mais la jeune femme laissait du temps avant de se demander s'il ne serait pas plus simple d'en parler sérieusement. Ils venaient à peine de s'avouer des sentiments, du moins de potentiels sentiments pour l'une. C'était encore beaucoup trop nouveau.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Kwon, pas Know, pensez-y !

Bientôt le printemps  PV Solar 

La jeune femme prit elle aussi place sur une des souches. Elle lui tendit une part du fraisier, qu'il accepta avec un sourire reconnaissant. En saisissant l'assiette contenant sa part de gâteau, ses doigts frôlèrent brièvement ceux de son amie. Le professeur sentit à nouveau ses joues virer au rouge. Gêné, il porta son entière attention sur le fraisier, écarquillant les yeux à la première bouchée.

« C'est tellement bon... ! Je suis étonné que l'on puisse trouver de si bonnes fraises à cette période de l'année. » s'exclama-t-il en analysant le gâteau d'un œil expert. Y avait-il de la magie là-dessous ? Au moins, cela lui changea les idées l'espace de quelques secondes. Solar lui donna quelques nouvelles de son araignée, qui semblait définitivement adoptée, et il acquiesça avec un léger sourire. Heureusement, son chat Moustache ne sortait pas beaucoup du château et ne venait pas traîner autour des serres de Botanique et du petit appartement de Solar. Le félin avait lui aussi une certaine passion pour les araignées : il n'était pas rare de le retrouver avec quelques pattes velues dépassant de sa gueule. C'était un loisir qui pouvait s'avérer assez dangereux pour ce jeune chat mais comme ses semblables, il n'en faisait toujours qu'à sa tête. 

Quand bien même, Sigmund ne saurait pas comment se faire pardonner si Moustache venait à manger Shelob. 

Alors qu'il mangeait sa part en songeant à son chat, le sorcier ne réalisa pas qu'un long silence s'était installé. Solar finit par le briser, en demandant de ses nouvelles.

« Euh... Je vais bien. Actuellement, comme tu le sais, je cherche un appartement ou une petite maison pour ma fille et moi. Elle va bientôt accoucher, et si Evelyn prend actuellement tout en charge, cette situation ne peut plus durer. Les vacances de Pâques vont arriver rapidement, et j'aimerais bien qu'Elian récupère sa chambre d'ici là. » raconta-t-il en observant son amie à la dérobée. Il donnait principalement des nouvelles de Beth, mais si elle avait toujours occupé une place centrale dans sa vie, c'était d'autant plus le cas aujourd'hui où elle avait plus que jamais besoin de lui. Ne sachant quoi rajouter, il finit par balbutier un « Euh... Tu voudras voir le bébé, quand il sera là ? » sans réfléchir. 

Bientôt le printemps  PV Solar 

Solar eu un sourire sur la remarque pour les fraises. Sa mère les avait bien trouvées... Dans sa serre. Elle continua de manger sa part sans rien dire, et écouta les nouvelles de son... Heu... De Sigmund. Lorsqu'il parla de sa fille, elle eu un creux à l'estomac. Ce n'était pas de la jalousie, mais connaissant un peu l'âge de cette dernière, très proche du sien, c'était un peu étrange de se dire qu'un jour, elle allait la voir en chair et en os, peut-être même se faire totalement rejeter. Une réaction qui serait normale, pour protéger son père. La jeune femme songeait à tout ça, et failli s'étrangler en captant la question de Sigmund.

"-Le b-bébé ? Eh bien...

Solar n'en avait pas envie. Elle ne s'intéressait pas aux enfants, sauf dans son travail, où elle prenait plaisir à enseigner, à les aider comme elle pouvait. Mais autrement, c'était très différent. Pour commencer, elle n'avait jamais été à l'aise avec ces petits êtres. Mais aussi, son indifférence était totale envers eux. Quand la plupart s'agglutinait autour de lui en devenant gaga, Solar préférait observer le paysage, et gagatiser devant des animaux et des plantes. Elle ne comprenait pas ce que les gens trouvaient de beau dans un enfant humain, ou comment ils devinaient à qui il ressemblait le plus.

-Je crois qu'un jour je finirais par le voir, éluda-t-elle maladroitement.

La jeune femme songea à sa filleule qui devait vivre quelques temps dans le pays. Elle l'avait rencontrée à Noël, mais il faudra la prendre un peu en charge le temps de s'installer correctement, d'ici quelques mois. Elle n'était pas pressée que ça arrive. Solar se sentit quelque peu mal à l'aise. La seule chose qui rassura la professeure, c'est de se dire que son potentiel futur petit-ami pour de bon voire plus avait déjà vécu mariage et enfants ainsi que petits-enfants. Avec un peu de chance, il ne comptait pas sur elle pour en avoir d'autres.

Pour le moment, il fallait survivre à la rencontre Beth-bébé. S'ils vivaient ensemble, Sigmund et Beth, Solar finirait par devoir la fréquenter un minimum. La jeune femme termina sa part de gâteau, et décida de servir un peu de thé. La communication pour elle dans un couple était primordiale, et pourtant... En revenant avec la théière, en regardant Sigmund, en pensant au bonheur qu'il devait ressentir en pensant à ses deux protégés... Solar ne pu se résoudre à en parler pour le moment.

-Le temps passe si vite, dit-elle en regardant vers son petit paysage verdoyant. Nous sommes déjà bientôt en Avril..."

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Kwon, pas Know, pensez-y !

Bientôt le printemps  PV Solar 

La gêne entre eux était toujours présente et presque palpable. Si leur conversation assez banale permettait de détendre un peu l'atmosphère, Sigmund avait tout de même un certain talent pour envenimer les choses. Lorsqu'il avait proposé à Solar de leur rendre visite après la naissance de l'enfant, celle-ci semblait avoir manqué de s'étouffer. Une fraise était passée de travers, peut-être ? Sa réponse se fit plutôt vague, et elle ne semblait pas vraiment intéressée : et même plutôt un peu gênée. Ou c'était vraiment une fraise qui était restée en travers de sa gorge. Sigmund plaça sa petite assiette à hauteur du regard pour juger de la découpe et taille des fruits. Il y avait de petits et de gros morceaux, il n'était pas étonnant que Solar s'étouffe avec. Pourtant, elle continuait à manger, peut-être pour passer la gêne.

Serviable, il s'apprêtait à se lever pour aller lui chercher un verre d'eau quand elle se redressa la première. Son hypothèse fut confirmée lorsqu'il la vit revenir avec une théière. Elle changea de sujet, évoquant le mois d'avril qui se rapprochait.

« Oui. J'ai hâte que l'on soit au printemps. En général, à cette saison, j'aime bien mettre des vêtements assez colorés ! » avoua-t-il sur le ton de la confidence. Il jeta un regard curieux en direction du thé. « L'as-tu préparé toi-même, comme la dernière fois ? Depuis que j'ai goûté le thé que tu avais confectionné toi-même, j'ai pris l'habitude de faire le mien aussi. Mes mélanges sont parfois un peu étranges... Enfin, tu pourras venir goûter si tu veux ! J'aimerais bien avoir l'avis de quelqu'un qui s'y connait un peu plus. »

Il la regarda longuement. Puis fronça les sourcils.

« Tout compte fait, la robe me semble un peu large à certains endroits, notamment au niveau du tour de taille. Me laisserais-tu prendre quelques mesures ? »

Bientôt le printemps  PV Solar 

Le moment de gêne commença à disparaître, surtout que Sigmund ne l'avait pas remarqué. Ou il avait fait semblant de ne pas le voir peut-être. Elle se détendit un peu lorsqu'il parla du printemps... C'était un moment formidable, comme saison, et Solar aussi avait hâte. Il ferait plus chaud, ils pourraient se balader en forêt (Interdite, ou une forêt normale ça va aussi), se faire un pique-nique au bord du lac, et beaucoup d'autres choses. Elle lui offrit un sourire mi-amusé, mi-attendrie lorsqu'il lui fit sa petite confidence. La jeune femme sentait qu'ils pouvaient tout de même avoir une belle relation, et qu'il fallait laisser ses sentiments s'épanouir.

"-Oui, c'est encore une création de ma part. Rien de spécial, j'y ai mis du jasmin et de l'hibiscus.

Elle lui donna une tasse fumante et se servit en retour. C'était mieux que la dernière fois, et elle accepta volontiers de venir goûter le thé fait par Sigmund. Lorsqu'il l'observa longuement, Solar se demanda s'il n'était pas en train de repenser à son moment gênant. Ou si elle avait un soucis quelque part, un peu de crème sur le nez peut-être ? Finalement, il pensait juste que la robe n'était pas assez ajustée.

-Oui bien sûr, dit-elle en souriant. Tu as ce qu'il faut pour mesurer ?"

Elle se leva pour que ce soit plus simple, et attendit qu'il fasse toutes les mesures désirées. L'heure tournait bien évidemment, et la jeune femme avait une petite chose de prévue, des choses à vérifier parmi ses plantes. Mais Sigmund avait encore un peu de temps pour ses mesures et finir son thé.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Kwon, pas Know, pensez-y !

Bientôt le printemps  PV Solar 

« Du jasmin et de l’hibiscus. » répéta-t-il en fronçant les sourcils, notant dans un coin de sa tête cette précieuse information. Il avait encore beaucoup à apprendre et malheureusement, le précieux ouvrage offert par Evelyn à Noël ne contenait aucune recette pour préparer le thé. Il la remercia pour la tasse et humecta ses lèvres dans le liquide encore brûlant. La boisson était douce et réconfortante, un peu à l’image de sa préparatrice, et cela mit du baume au cœur du sorcier. Solar accepta qu’il prenne quelques mesures, et il se leva à son tour tout en se rapprochant d’elle.

« Oui, j’ai toujours un mètre ruban sur moi, c’est inscrit sur ma liste des objets moldus indispensables pour survivre au quotidien et en plus, c’est utile pour confectionner des vêtements. » expliqua-t-il non sans rougir. Il sortit timidement son mètre ruban de son sac banane et s’approcha de Solar, s’arrêtant à une distance qui lui semblait convenable : un peu trop proche pour deux amis, mais un peu trop loin pour deux amants. Elle était beaucoup plus petite que lui et il devait baisser les yeux pour croiser son regard. Il déroula le mètre et passa ses bras autour de sa taille. Ses mains tremblaient légèrement tant son désir de la serrer contre lui étant grand. Il encercla sa taille avec le ruban, tira très légèrement sur celui-ci et se pencha pour lire la mesure.

« Oh, tu es vraiment très mince. » commenta-t-il d’un ton neutre. Il avisa le reste du gâteau derrière la jeune femme et se dit que cela ne lui ferait pas de mal si elle mangeait tout. Ses mains lâchèrent le ruban qui vint s’écraser sur le sol. La seconde d’après, Sigmund tenait fermement dans ses bras la femme qu’il aimait. Les yeux fermés, il savourait cette brève étreinte presque volée, alors que pour une raison inconnue, son cœur se serrait soudainement dans sa poitrine. Il aurait tant aimé que le temps s’arrête et qu’il puisse la tenir ainsi contre lui pour l’éternité. Après quelques années de célibat et un mariage malheureux, retrouver une part de bonheur lui semblait tout autant inaccessible qu’inespéré et il se demanda, un bref instant, s’il ne se berçait pas d’illusions.

« Je t’aime, Solar. » murmura-t-il au creux de son oreille. Il desserra son étreinte et recula d’un pas. « Je suis désolé, je ne sais pas ce qu’il m’a pris. » dit-il honteusement. Il la laisserait faire les premiers pas : c'était ce qu’il s’était dit pour ne pas la brusquer. Elle était comme un petit animal sauvage, il fallait y aller en douceur et pourtant, tout en elle l’attirait comme un aimant.

Il lui adressa son plus beau sourire.

« Merci pour le thé, Solar, et pour le gâteau. La pause du midi est terminée désormais, je vais te laisser. Dépose-moi ta robe dans mon bureau ou dans la salle des professeurs, je m’en occuperai rapidement. »

Il la regarda encore un moment, gravant son visage dans sa mémoire. Ah, pourquoi était-il si difficile de se séparer, alors qu’ils se revoyaient au mieux au dîner, au pire, le lendemain ? Il sourit de toutes ses dents, émerveillé par ce doux sentiment longtemps oublié, et quitta les serres de botanique le cœur léger. 


Dernier post RP pour ma part. Comme toujours, c'était un grand plaisir d'écrire avec toi. <3 

Bientôt le printemps  PV Solar 

Solar ne savait pas si c'était une remarque négative ou non, mais son métabolisme lui permettait une certaine liberté avec la nourriture. Pour le moment... Rien n'indiquait qu'en vieillissant, cet avantage ne s'estomperait pas. Elle le laissa faire en souriant, un peu gênée mais pas trop. Cependant, elle fut surprise par l'étreinte de Sigmund, mais pas mécontente. Elle aussi savoura l'instant réconfortant. Frissonna lorsqu'il prononça ces mots... Et le laissa s'éloigner. La jeune femme offrit un sourire un retour et lui répondit :

"-Ce n'est rien."

Elle acquiesça pour la robe et lui souhaita une bonne journée. L'heure était passée très vite, et la jeune femme allait retourner à ses occupations et responsabilités. Cependant, elle repensa toute la journée à ce moment passé avec cet homme. Elle voulait y croire, et l'avenir lui semblait un peu plus optimiste, sentimentalement parlant. Certes, il valait mieux que Sigmund et sa famille en Corée ne se croisent jamais, mais ça, peut-être que ce sera simple... Peut-être.

Solar préféra ne pas y penser outre mesure, et le soir venu, elle prépara la robe pour la remettre le lendemain à son... Eh bien, petit-ami, sans doute, la jeune femme ne savait pas encore comment qualifier leur situation. Mais elle avait envie de voir jusqu'où ça irait, et si ses sentiments allaient se développer de plus en plus ou non. Ils avaient tout le temps pour le découvrir, non ?

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.
Kwon, pas Know, pensez-y !