Botanique

Inscription
Connexion

Une victoire, une mission

C’était un samedi, Meilla se leva aux aurores, vers 6 heures du matin. Pourquoi ? Elle ne le savait pas elle-même. Tout ce qu’elle savait c’est qu’elle ne pourrait pas se rendormir. Il était trop tard et elle n’était pas fatiguée. Ou disons plus fatiguée. Elle avait donc décidé de se lever et elle s’habilla tout doucement sans faire de bruit pour ne pas réveiller ses camarades de chambre qui ne seraient pas très contentes d’être réveillées un dimanche à cette heure-là ! Elle mit une petite robe de printemps, blanche à bretelles et toute simple, juste à son image. Ensuite, elle se coiffa en tressant ses cheveux en une tresse épi. Elle était prête à descendre manger son petit déjeuner. Vous allez me dire, tout ça pour un petit déjeuner et à 6 heures du matin ? Et oui, tout ça ! Il faut être belle en toutes circonstances, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver !

Ainsi prête, la jeune fille se dirigea en direction de la Grande Salle. Elle mangea de bon appétit 2 toasts à la marmelade d’orange et un bol de muesli au chocolat. Le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée, ne l’oublions pas ! Ensuite, le courrier arriva et notamment la chouette de la troisième année, Ayla. A sa patte était accroché un mot très court :
Serre de botanique n°5. 02/05/2014, 10 heures précises.


De qui pouvait bien provenir ce mot ? C’était forcément quelqu’un que la rouquine connaissait puisque cette personne savait qu’Ayla était sa chouette. La jeune fille ne savait absolument pas qui pourrait lui donner un rendez-vous ainsi. C’était la première fois que cela lui arrivait alors, c’était très étrange ! Le 2 mai était le lendemain. Toute la journée, la Serdaigle se demanda à qui elle avait affaire. C’est vrai quoi ! Il était bien précisé 10 heures PRECISES ! Que se passait-il si elle arrivait en retard ? Ce n’était pas son genre mais sait-on jamais. Elle continua à se torturer l’esprit toute la soirée. Ses amis remarquèrent bien qu’elle n’était pas très loquace, mais ils mirent ça sur le coup de la fatigue. Lorsqu’ils avaient appris qu’elle s’était levée à 6 heures, ils l’avaient vraiment prise pour une folle.

Une de ses amies lui avait même demandé en se réveillant sur les coups de 11 heures si ça faisait longtemps qu’elle était réveillée. Meilla avait évidemment répondu que ça devait faire environ 5 heures et l’amie en question avait cru qu’il était au moins 2 heures de l’après-midi ! Voilà le dialogue qui suivit entre les deux amies :


« Quoi ?! Mais quelle heure était-il quand tu t’es réveillée ? Sûrement pas une heure décente pour des jeunes filles comme nous ! Mais que faisais-tu à 7 heures du matin debout ? »

« En fait, il était 6 heures… »

Après avoir avoué l’heure de son réveil, elle alla s’isoler pour ne pas avoir à répondre à des questions embarrassantes. De plus, elle ne voulait absolument pas parler du mot qu’elle avait reçu, c’était trop compliqué.

Le lendemain, Meilla se réveilla très tard. Elle n’arrivait pas à dormir et avait finalement réussi dans les 6 heures du matin. Elle se réveilla en sursaut en sentant une présence autour d’elle.


« Il est 10 heures moins 15, debout ! »

« Quoi ?! Mais faut que je me dépêche »

Et sans répondre à rien ni personne, Meilla s’habilla en quatrième vitesse en se maudissant de ne pas pouvoir transplaner dans le château. De toute manière c’était impossible et elle n’avait pas l’âge. Elle courut dans les escaliers et eut beaucoup de chance de ne foncer dans personne. Les deux années précédentes, elle avait déjà assez de fois foncé dans quelqu’un avec des répercutions plus ou moins importantes… Enfin, la serre numéro 5 était visible. Elle regarda à sa montre, il était 10 heures pile…




Reducio
robe de MeillaImage
coiffure : Image

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

Sans un bruit, la porte de la serre de botanique s'ouvrit. À l'intérieur, un hibou grand duc attendait, debout sur une table, un message enroulé autour de la patte. Ce message disait ceci :
Meilla, je suis contente que tu sois venue jusque là, je suis désolée de ne pas pouvoir être présente dans l'immédiat, j'ai dû prendre un peu d'avance. Tu trouveras, dans cette pièce, une trappe qui te permettra de me rejoindre.
La pièce était emplie de plantes plus ou moins dangereuses. La serre n°5 n'était pas à la portée du premier badaud venu et la trappe devait sans doute être cachée dans le sol ou dans un mur. Meilla devrait se méfier de quelques attaques judicieuses et végétales si elle voulait trouver l'endroit recherché...

Image


Tu dois chercher la salle pour trouver la trappe. Tu peux chercher aux endroits suivants :
- chemin de gravier
- voltiflor grouillant
- plans de belladone
- parterre de plantes diverses et dangereuses
- bureau.

Tu ne peux chercher que dans un endroit à la fois et décrire ce qu'il se passe (attaque des plantes, dangers, les protections que tu prends pour affronter tel ou tel endroit lors de tes recherches...) J'interviendrai après chacune de tes intervention afin de décrire ce qu'il se passe en prenant en compte les précautions que tu as prises ou omis de prendre.

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

Lorsque Meilla entra dans la serre numéro 5, il n’y avait personne. Elle se demanda un petit moment si c’était une blague ou si elle était en avance, jusqu’à ce qu’elle vit un hibou sur le bureau. Elle était à quelques mètres et put y aller sans danger. Le hibou avait un papier accroché à sa patte. La rouquine le détacha et le hibou s’envola en dehors de la serre. Sur le papier, il était écrit :

Meilla, je suis contente que tu sois venue jusque-là, je suis désolée de ne pas pouvoir être présente dans l'immédiat, j'ai dû prendre un peu d'avance. Tu trouveras, dans cette pièce, une trappe qui te permettra de me rejoindre.


Haha… C’était bien gentil de la part de cette personne mais non seulement la troisième année ne voyait pas où était cette trappe mais en plus, elle ne savait toujours pas qui était l’auteur(e) de ce mot. Et si c’était quelqu’un qui lui voulait du mal ou qui voulait la piéger ? Elle observa autour d’elle et se rendit compte qu’elle était dans la serre numéro 5… Elle avait pris botanique cette année, mais ce n’était que sa première année et qui sait ce qui pouvait se trouver ici ? *Ne paniquons pas* se dit-elle. La première chose à faire était de se protéger des plantes. Elles pourraient l’attaquer quand elle était sur le chemin mais en plus, elle allait sûrement devoir chercher dans les zones ce qui était nettement plus dangereux !

Elle se rendit alors compte que depuis le début, elle avait des plantes derrières elle. Elle ne joua pas plus longtemps avec le feu et lança un protego totalum qui créa une bulle bleutée et qui avait l’air assez forte pour résister aux attaques potentielles des plantes. De loin, elle vit un parterre de voltiflor. Lors de son dernier cours de botanique, ils avaient vu cette plante. Elle n’était pas méchante, juste un peu câline ! Alors, la jeune fille décida de commencer par là. Elle marcha sur le chemin de graviers et même si elle regardait bien, elle ne vit rien en passant. Peut-être que la trappe si elle existait vraiment était-elle de l’autre côté… A l’allée, elle était passée par le même chemin alors, on ne sait jamais ! Quoiqu’il en soit, la rouquine se dirigea vers les voltiflors. Grâce à sa bulle protectrice, elle put éviter les tentacules « amicales » des plantes et ainsi se protéger des éventuels domages.

La Serdaigle regarda partout dans le parterre mais elle ne vit rien, absolument rien du tout. Elle se demandait vraiment ce qu’elle faisait là ! Elle devrait être encore au chaud sous sa couette ou au pire en train de prendre son petit déjeuner bien tranquillement avec ses amis. Et au lieu de ça, elle était dans la serre numéro 5 de botanique à risquer sa vie pour… Pour quoi au juste ? C’était une très bonne question. Elle ne savait pas qui lui avait demandé de la rejoindre et encore moins pourquoi. Est-ce que ça valait vraiment le coup ? De toute manière, maintenant qu’elle avait commencé, elle allait continuer. Elle était persévérante dans tout ce qu’elle entreprenait et ce n’était pas des plantes dangereuses qui allaient l’en empêcher ! Non mais !

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

Le Narrateur a écrit :Le voltiflor ressemble à un large filet du diable et il tente de t'approcher, mais tu es à l'abris avec ton protego qui effraie les plantes. Alors que tu regardes sous les épaisses racines, tu sembles apercevoir un plaque de bois. En t'approchant encore un peu plus, tu te rends compte que cela n'a rien a voir avec une trappe. De toute évidence, il faudra que tu cherches ailleurs... Toutefois, alors que tu t'éloignes, un petit morceau de parchemin attire ton regard. Tu t'en saisi et tu parviens à lire ces quelques mots :

Il y a bien longtemps, pour me cacher, j'ai créé, sous cette serre, une pièce de pierre. A l'abri des regards et des dangers, c'est un bel endroit où se cacher !


« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

Meilla était vraiment très déçue et en même temps en colère ! Combien de temps allait-elle encore devoir chercher cette fichue trappe ! Et puis, la personne qui voulait la voir en prenant autant de précautions n’aurait-elle pas pu dire où était exactement la trappe ? Non mais franchement ! Alors que la jeune fille allait sortir de la zone de Voltiflors, son regard aperçu un vieux bout de parchemin jauni. Que faisait-il là ? Allait-il l’aider ? C’était une bonne question… En tout cas, Meilla l’attrapa et le lit. Toutes ses craintes et questions sur le fait que tout cela ne pouvait être qu’une farce s’envolèrent.

Il y a bien longtemps, pour me cacher, j'ai créé, sous cette serre, une pièce de pierre. A l'abri des regards et des dangers, c'est un bel endroit où se cacher !


Une trappe existait bien. La personne qui avait contactée Meilla était donc allée là. Cela signifiait donc qu’elle ne voulait pas qu’on les voit (ensembles ?). Voulait-elle lui donner quelque chose d’important que personne ne devait voir ou seulement lui faire une farce ? Le pire c’est qu’elle n’avait dit à personne où elle allait… Mais ses amis pourraient la trouver avec la carte du Maraudeur. Non ? Et si c’était quelqu’un qui lui voulait du mal ? Dans les temps obscurs qu’ils vivaient ce n’était pas très prudent. Ses parents lui avaient pourtant bien appris de ne pas aller à un rendez-vous inconnu. Et encore moins à le faire sans dire à personne où elle allait ! Mais elle était si curieuse !

Elle devait arrêter de se poser des questions ! De toute manière pour savoir ce qui allait se passer, il fallait qu’elle voit par elle-même ! Alors, la rouquine décida de regarder sur le chemin de galets mais du côté opposé à celui où elle était passée précédemment. Elle espérait ainsi pouvoir trouver la trappe sans avoir à entrer dans les massifs plus dangereux. Elle ne put s’empêcher de se demander qui cacherait une trappe sous des fleurs potentiellement dangereuses? A moins qu’il n’y ait un trésor caché… Mais au vu de la vieillesse du parchemin, cela devait faire longtemps qu’il n’y avait plus de trésor là-dessous ! Et qui pouvait bien avoir écrit ce vieux bout de parchemin, pour quelle raison et comment ?

Meilla savait qu’elle se posait trop de questions mais elle ne savait pas trop quoi penser de tout cela… Toujours protégée par sa bulle, elle chercha sur le chemin de graviers blancs. C’est ainsi qu’inconsciemment elle se rendit compte que les petits graviers étaient tous de la même forme, petits et très blancs. C’était étrange quand même. Etait-ce un signe de la présence d’une quelconque trappe ? Ou alors seulement le hasard. La rouquine était si désespérée qu’elle en venait à trouver des signes là où il n’y en avait probablement pas ! La jeune fille chercha, chercha, chercha. Elle continuait de se demander ce qui se passerait quand elle trouverait la trappe. A coup sûr, elle allait descendre mais qu’allait-elle découvrir ? C’était toujours les mêmes interrogations. Son ventre commençait à crier famine. Quelle heure pouvait-il être ? Pas loin de midi sûrement…

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

Reducio
Peux-tu terminer tes RP par [recherche à tel endroit] s’il te plait ? Ce sera plus facile pour moi de déterminer la zone de tes recherches. Je suppose que tu cherches dans les graviers…


Depuis la porte d’entrée, un chemin de galets clairs et relativement ronds fait le tour d’un immense par terre au milieu du quel se dresse, fièrement une immense tentacula vénéneuse. Celle-ci te regarde du haut de son immense tige et sa tête remplie d’herbeuses dents pointues se tourne légèrement, en t’observant. Tu commences à penser que tu dois rapidement trouver la trappe. Si tu elle t’échappe, la plante risque de foncer sur toi et de ne faire qu’une bouchée de ton petit corps, englobant ton bouclier de protection par la même occasion. Tu erres au beau milieu du chemin de galets, malheureusement, aucune trappe ne te saute aux yeux en piétinant le sol…

Exaspérée, tu tournes la tête et découvre un nouvel « indice » sur un parchemin partiellement recouvert de terre, sous l’une des racines de la plante gigantesque qui empiète sur le chemin de galets. À nouveau, tu lis et découvres les mots suivants :


La végétation n’a pas recouvert l’existence de cette grande pièce, seule la main de l’homme a fait qu’elle disparaisse…


Ces mots te laissent pensive, mais peut-être t’aideront-ils à trouver l’entrée de la pièce recherchée…

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

Meilla en avait marre de ce jeu de devinettes et de cache-cache. Elle eut beau chercher partout sur le chemin, elle ne trouva absolument aucune trace d’une quelconque trappe ! Elle ne devait pas exister, ce n’était pas possible. Ou alors, peut-être qu’elle l’avait loupée ! Si elle était recouverte par la végétation, il y avait de grandes chances pour qu’elle la loupe. C’est alors qu’un bout de parchemin se trouva juste sous son nez. Elle pensa qu’il s’agissait de celui qu’elle avait trouvé précédemment. Après tout, un indice était déjà assez ! Mais elle vérifia quand même au cas où. Grand bien lui en prit, car elle découvrit que s’en était un autre. Sur le vieux bout jaunis, il était écris, d’une écriture identique à la précédente ; difficilement lisible mais avec des lettres bien rondes.

La végétation n’a pas recouvert l’existence de cette grande pièce, seule la main de l’homme a fait qu’elle disparaisse…


Ce message fit découvrir à Meilla que son imagination la trompait. Elle qui pensait à une toute petite pièce, c’était à priori une grande pièce qui l’attendait. Maintenant, elle devait se pencher sur l’énigme. Que signifiait « seule la main de l’homme a fait qu’elle disparaisse » ? Etait-ce parce que l’homme avait planté la végétation ? Ou alors parce qu’il avait construit, rajouté des trucs qui n’étaient pas dans la serre à la base ? Si la première réponse d’avérait exacte, alors, il lui restait trois endroits à fouiller. S’il s’avérait que c’était la deuxième solution, elle n’avait plus qu’un endroit où chercher ; le bureau. Comment une trappe pouvait-elle être cachée sous le bureau ? Et puis, elle l’aurait vue non ? Mais bon en même temps, elle devait être sûre avant de tirer des conclusions hâtives qui l’emmèneraient vers une fausse piste. Alors, elle décida d’aller chercher sous le bureau. Derrière celui-ci se trouvaient un parte de plante diverses. Elles étaient sûrement dangereuses comme toutes les plantes qui se trouvaient dans cette serre. Comme il y avait plusieurs sortes et que la jeune fille n’en connaissait aucune, elle ne savait pas vraiment quoi faire pour se protéger… En cherchant sur le chemin, elle avait failli se faire manger par d’autres plantes qui lui étaient-elles aussi inconnues.

La jeune fille décida donc de protéger son bouclier avec le sort fianto duri. Cela permettrait à son bouclier d’être plus fort et de la protéger mieux. Elle décida que si la trappe était à proximité du bureau, elle était sûrement au sol. Mais, pour ne pas la louper, elle vérifia quand même dans les tiroirs et sur le bureau. Dans les tiroirs, il y avait toutes sortes d’objets hétéroclites mais aucune trace de ce qu’elle cherchait. Alors, elle décida enfin d’aller voir au sol. Aurait-elle plus de chance que précédemment ?


Zone de recherche : vers le bureau

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

Les yeux de la jeune serdaigle se posèrent enfin au bon endroit. Lorsqu’elle observa le sol, sous le bureau, elle aperçut un tapis relativement grand qu’elle n’avait pas remarqué jusque-là tant il ressemblait au sol environnant. Décidant de le soulever, elle découvrit – en dehors d’une foultitude d’insectes grouillants qui s’enfouirent en tous sens – une trappe en bois semi-vermoulue. Elle était allée trop loin pour faire demi-tour maintenant et, après l’avoir soulevée, elle découvrit un escalier imposant descendant vers une salle apparemment plongée dans l’obscurité. De la mousse épaisse et frisée descendait le long des parois de pierre froide et humide. L’atmosphère était chargée d’une humidité toujours plus grande.

Arrivée au bas de l’escalier, la jeune fille sentit une odeur étrange, un mélange entre de la vase et de l’humus. Elle constata d’ailleurs que ses chaussures s’engluaient dans un sol boueux à la composition inconnue. Dès lors que ses deux chaussures furent souillées, une torche s’alluma le long du mur, puis une autre…. Et ainsi de suite jusqu’à illuminer la voie. Il ne restait à la demoiselle qu’à s’avancer dans cette direction ou à faire demi-tour. Les murs suintaient par endroit, leurs parois étaient humides voir ruisselantes ou couvertes de mousses. Le fond de l’air était frais et les torches crépitaient sans apporter de chaleur.

Le couloir à traverser était assez long et débouchait sur une porte de pierre sur laquelle un écriteau était gravé :

La terre est bénie.
La plante s’évanouie.
L’entrée vous souris.


De part et d’autre de la porte, il y avait un vase et un bénitier dans la même matière. Pour entrer, sans doute fallait-il résoudre cette nouvelle énigme ce qui, sans doute, ne tarderait pas à faire ronchonner la serdaigle pourtant dans une maison avide de défis intellectuels à relever… Saura-t-elle faire face ou choisira-t-elle de retourner consulter les livres de la bibliothèque ?

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

Meilla apperçut sur le sol un tapis qu’elle n’avait pas remarqué jusqu’à présent. Ce n’était pas dû à sa taille puisqu’il était quand même assez grand. Mais en échange, il avait les mêmes motifs que le sol environnant. Elle souleva l’espèce de tapis qui devait sûrement servir à faire tenir le bureau en place ; pour ne pas qu’il dérape. A moins qu’il ne serve à cacher quelque chose ? Elle se dit que si la trappe n’était pas là, elle n’était pas sûre de pouvoir continuer. Après, il lui faudrait chercher dans des plantes toutes plus dangereuses l’une que l’autre et ce n’était pas le moment de se faire tuer ! Après tout, elle n’avait que 13 ans ! Sous le tapis… Miracle ! Il y avait la trappe. Enfin, ce que la rouquine supposait que c’était une trappe. Elle était à moitié mangée par des insectes et elle était trouée de partout. D’ailleurs, des insectes avaient fuis quand la jeune fille avait soulevé le tapis. Comme elle avait déterminé que cette pièce sous les serres était vieille, l’état de la trappe ne put que confirmer son instinct. Elle devait y aller.

Alors, la troisième année s’engouffra dans un escalier en bois assez imposant descendant vers… Vers le noir, les ténèbres. Ce n’était vraiment pas très prudent de suivre ce chemin mais la jeune fille ne s’en souciait guère. Et puis, sa curiosité était plus importante que sa prudence. C’est comme cela qu’elle avait déjà été dans des situations assez embarrassantes… Surtout qu’après, il faut expliquer à ses parents comment on en est arrivé là et ce n’est pas le meilleur moment de notre vie ! Bref, les murs qui bordait l’escalier massif étaient humides, avec de la mousse dessus l’humidité qui s’en dégageait était insupportable. Meilla ne savait pas combien de temps elle pourrait tenir dans une atmosphère comme celle-là. Que ce soit en France ou en Angleterre, elle n’avait jamais vu un climat comme celui-là ! Quand la jeune fille arriva en bas de l’escalier, elle posa un pied par terre dans un truc gluant. Elle commença par se demander ce que c’était, puis, préféra l’ignorer ! Elle posa son deuxième pied par terre et la sensation d’enfoncement dans un truc gluant, boueux resta. Quelle idée elle avait eue de venir pour répondre à un hibou ! Non mais franchement ! Mais maintenant qu’elle était là, elle n’allait pas faire demi-tour !

Des torches s’étaient allumées pour éclairer le chemin que la troisième année allait devoir suivre. Elle se fit une fois de plus la réflexion que cet endroit était vieux ! On avait pas idée d’éclairer un souterrain avec des « vraies » torches ! (Comprenez par là qu’elles ne sont pas éclairées magiquement). Dans ce corridor, il faisait plus frais et Meilla frissonna dans sa petite robe blanche. Elle n’avait pas pris de gilet mais maintenant elle le regrettait. La jeune fille avança enfin dans le couloir éclairé mais froid. Elle finit par arriver au bout de ce long tunnel et arriva nez-à-nez face à un écriteau qui ne lui disait rien de bon.

La terre est bénie.
La plante s’évanouie.
L’entrée vous souris.


Qu’est-ce que c’était encore que cette histoire !? Elle avait déjà assez galéré à trouver la trappe non ? Bon d’accord, elle était dans la maison des érudits, des énigmes et tout le tralala mais ce n’était pas une raison pour qu’elle ait une énigme à résoudre à tous les coins de rues ! Mais bon maintenant qu’elle était là, autant essayer de résoudre cette énigme non ? De chaque côté de la porte, se trouvaient un vase et un bénitier, tous les deux en verre. Ils contrastaient étonnement avec le reste du tunnel par leur modernité. Il ne faisait aucun doute que la personne qui avait fait venir Meilla ici les avait rajoutés.
*Bon alors, peut-être qu’il faut placer de la terre dans le bénitier… Mais pour bénir, il faut de l’eau… Dans le vase ! Ainsi la terre sera bénie et la plante s’évanouira par manque d’eau !*

Et Meilla effectua ce qu’elle avait pensé qui allait résoudre l’énigme…

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

La combinaison que décida d’utiliser la jeune serdaigle était-elle la bonne ? La porte lui répondrait sans doute. Celle-ci se mit à trembler légèrement, puis plus rien. Après une ou deux minutes de silence total, elle se décida finalement à s’élever dans les airs, rentrant totalement dans l’interstice prévu pour elle dans le plafond. Une fois la porte ouverte, la voie d’accès à une toute nouvelle salle se fit. Fini les murs baveux et les plantes frisants inégalement. La nouvelle pièce avait, elle aussi, des murs taillés dans d’épaisses murs grises parfaitement alignées, placées les unes sur les autres de manière si précises qu’aucune fissure n’apparaissait. Dès lors que la demoiselle fut entrée dans cette nouvelle pièce, la porte se referma derrière elle sans traîner ; aussi franche que la lame d’une guillotine.

Meilla pouvait désormais voir une pièce ronde aux murs impeccablement lisses au centre de laquelle se trouvait une petite table. On pouvait y trouver une planchette de bois avec un écriteau, six fioles de potions diverses et deux bols. La serdaigle se pencha sur le panneau de bois et commença à lire :


Ici tu trouveras 6 fioles de verre. Chacune d’elle contient un colorant différent. Voici leur nom :

- Élixir de prunes violettes
- Essence de roses
- Jus de citrons
- Orangeade
- Coulis de framboises
- Sirop d’érable brun

Pour quitter cette dernière pièce, tu devras sucrer le fruit du framboisier sans qu’il ne noircisse à l’air libre… Trois fioles devront être utilisées…
Il n’y aura plus de retour possible tant que la solution ne sera pas versée dans le bol de bois et non d’osier. Chaque échec fera descendre d’un mètre, le plafond au-dessus de votre tête !


De toute évidence, la jeune serdaigle n’avait pas de temps à perdre et ne pouvait plus faire marche arrière… Elle n’espérait sans doute qu’une chose : que le mécanisme de cette salle ne soit pas dysfonctionnel ! Par chance, la salle était relativement haute de plafond, mais à raison d’un mètre, en trois tentatives échouées, elle se retrouverait écrasée au sol comme une crêpe !

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

La combinaison que la jeune fille avait choisie comme solution de l’énigme ne semblait pas être la bonne. En effet, elle commença à trembler, mais finalement ne bougea pas. Meilla était désespérée. Pourquoi avait-elle décidé de suivre ce que les instructions d’une lettre, qui n’était même pas signée lui disait ? Non mais franchement, elle avait des idées bizarres. Maintenant qu’elle était là, devait-elle réessayé de faire quelque chose ou abandonner ? Ce n’était pas son style d’abandonner mais là, elle en avait marre. Elle n’avait jamais demandé à avoir une épreuve comme celle-là. Il est vrai qu’en même temps, elle aurait pu ne pas venir dans les serres de botanique mais son instinct lui avait dit de venir là et elle l’avait écouté.

C’est à ce moment-là que la porte fut de nouveau secouée de tremblements et qu’elle s’éleva dans les airs
. *Mais c’est quoi ce truc ?!* Un nouvelle salle apparut, et Meilla ne vit personne. Cela signifiait sûrement qu’elle n’était pas encore arrivée à sa destination finale. Quand y arriverait-elle ? Telle était la question. D’ailleurs, elle n’avait aucune idée du temps qu’elle avait passé. Un certain temps, c’était sûr mais combien exactement ? Cela importait peu finalement. Et puis, si elle voulait sortir un jour, il fallait qu’elle continue à avancer. Ainsi, après une petite hésitation, elle pénétra dans la salle. L’atmosphère était différente ; l’humidité ne se faisait plus ressentir. Les murs étaient dénudés de toute plante. Evidemment, les murs étaient toujours en pierre (mais étonnement lisses), aussi vieux que le créateur du chemin à priori mais c’était quand même un peu plus… Chaleureux ? Enfin, ça l’était jusqu’à ce que la porte se referme derrière la rouquine en claquant telle une sentence qui se serait abattue sur la jeune fille.

L’énigme à résoudre était inscrite sur une petite planchette de bois posée sur une table.

Ici tu trouveras 6 fioles de verre. Chacune d’elle contient un colorant différent. Voici leur nom :

- Élixir de prunes violettes
- Essence de roses
- Jus de citrons
- Orangeade
- Coulis de framboises
- Sirop d’érable brun


Pour quitter cette dernière pièce, tu devras sucrer le fruit du framboisier sans qu’il ne noircisse à l’air libre… Trois fioles devront être utilisées…
Il n’y aura plus de retour possible tant que la solution ne sera pas versée dans le bol de bois et non d’osier. Chaque échec fera descendre d’un mètre, le plafond au-dessus de votre tête !

Cela semblait être une énigme très difficile. Autant pour la précédente, la rouquine avait trouvé la solution comme une évidence, bien qu’elle ait douté. Mais là ! Elle n’avait aucune idée pour la résoudre. En plus, elle devait réfléchir, elle ne voulait pas finir aplatie comme une crêpe ! Bon déjà, il y avait quelque chose à voir avec le coulis de framboise. Ensuite, la jeune fille savait que le citron était utilisé pour ne pas que des choses noircissent. Il fallait donc utiliser le jus de citrons. Il fallait utiliser trois fioles, donc peut-être que deux servaient à sucrer ? Et le bol de bois ? Il n’y avait pas de bol… Etait-ce toujours par rapport aux fioles ? Si oui, c’était sûrement le sirop d’érable qu’il fallait utiliser. La dernière fiole était-elle l’élixir de prunes violettes, l’essence de roses, l’orangeade ? Il était plus probable que ce soit l’orangeade qui sucre le plus le tout. La troisième année mit donc l’orangeade, le jus de citrons et le sirop d’érable brun dans le coulis de framboises. Elle n’avait plus qu’à attendre !


J'utilise :
-le jus de citron
- Le sirop d'érable
- L'orangeade

Et je met le tout dans le coulis de framboise

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

Rhéa Cristal a écrit :On pouvait y trouver une planchette de bois avec un écriteau, six fioles de potions diverses et deux bols.


Rhéa Cristal a écrit :Trois fioles devront être utilisées...


Meilla n'avait pas respecté les consignes. 4 fioles furent utilisées, soit une de trop... Aussitôt, la salle, comprenant qu'un intrus se trouvait en son sein se mit à trembler, comme l'avait fait la porte quelques instants plus tôt. Des graviers se mirent à pleuvoir, tombant du ciel en pluie fine et arrosant la chevelure de Meilla. Miraculeusement, aucune salissure ne tomba sur la table ou sur ce qu'elle contenait. Les fioles retrouvèrent leurs positions initiales et les écritures sur le pannonceau de bois changèrent. Qu'allait-il apparaître ? S'approchant, la jeune fille pu lire ces mots :

UN MÈTRE...


Un instant plus tard, le plafond s'écroulait d'un seul coup, laissant tout de même à la jeune serdaigle deux mètres entre le sol et le haut des murs. Elle pouvait toujours se déplacer aisément et interagir sans difficulté avec les potions. A nouveau, le panonceau de bois se mut et d'autres phrases purent être lues.

Tout y étais, mais le surplus a tout changé... Retire ce que tu as ajouté et tu auras gagné !


Le message était-il claire pour l'adepte des livres qui se trouvait dans la salle ? La partie théorique ne posait sans doute aucun problème à la jeune aiglonne, mais la partie pratique commençait à se remplir de lagunes... Des lagunes plus profondes que le lac de Poudlard ? Sur l'avenir pourrait répondre à cette question... Elle était si prêt du but... Ce serait vraiment trop dommage d'échouer maintenant. De ne pas savoir ce qui aurait pu l'attendre... Ce que la résolution de cette énigme aurait pu entraîner ou encore de finir aussi plate que les feuilles de parchemins qu'elle passait sa journée à feuilleter...

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

Au moment où Meilla mit l’orangeade dans le coulis de framboise, elle se dit qu’il y avait un problème. Elle se rappela alors ce que disait l’énigme… 3 fioles devront être utilisées… *Oh non !* Eh si ! La jeune fille s’était trompée et il était trop tard pour revenir en arrière. Déjà, des graviers tombaient sur la jeune fille. *Quelle galère !* Elle savait ce qui allait se passer. Le plafond allait descendre d’un mètre, en espérant que le mécanisme ne soit pas cassé ! Sur le panneau de bois, les écritures changèrent. La rouquine s’en approcha pour pouvoir les lire et elle découvrit que le plafond allait descendre d’un mètre. Aussitôt, elle se baissa par pur réflex. On ne savait jamais, si au lieu de descendre d’un mètre, il descendait d’un mètre cinquante, il toucherait sa tête ! La troisième année était assez grande car elle avait grandi ces derniers temps. Aussi, elle faisait environ 1m60. Mais le mécanisme de la salle marcha parfaitement puisqu’elle put se remettre debout sans être gênée. Sur le panneau de bois se trouvait maintenant une autre phrase.

Tout y était, mais le surplus a tout changé... Retire ce que tu as ajouté et tu auras gagné !

Ca elle le savait. Maintenant, restait à savoir ce qu’elle devait enlever. Elle découvrit alors deux bols qu’elle n’avait pas vus jusque-là.
*Mais quelle idiote ! Il faut mettre le tout dans le bol de de bois, pas besoin de rajouter un truc !* Donc si elle suivait son raisonnement précédent, elle devait enlever le sirop d’érable car c’était ce qu’elle avait rajouté pour le bois. Mais en même temps le dernier truc qu’elle avait rajouté était l’orangeade. Devait-elle en conclure que c’était le sirop d’érable ou l’orangeade qui était en trop ? *Bon, reprenons. Qu’est-ce que l’orangeade ? Qu’est-ce que le sirop d’érable ? L’orangeade c’est du jus d’orange et du sucre. Le sirop d’érable, c’est la sève des arbres. Le sirop d’érable est beaucoup plus sucré que l’orangeade ! Serait-ce donc ça ?*

La jeune fille s’interrogeait toujours mais elle ne pouvait pas rester là pendant 10000 ans ! Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Alors, une question bizarre lui vint à l’esprit. Cette énigme avait-elle été créée par la personne qui lui avait demandé de venir ou par le créateur de la salle ? Et si elle avait été créée par la personne qui lui avait donné rendez-vous, dans quel but ? C’est vrai, quand on donne un rendez-vous, en général on n’ajoute pas une énigme ! Mais bon, pour le savoir, il fallait déjà qu’elle la résolve cette énigme… Elle décida alors d’enlever l’orangeade. De toute manière, au pire des cas, si elle se trompait, elle savait que la prochaine étape était d’échanger le sirop d’érable et l’orangeade. C’était un des deux puisque le citron et le coulis de framboise devaient rester. Elle aligna donc le coulis de framboise, le sirop d’érable et le jus de citron sur le bord de la table avec le bol en bois en fin de file. Elle savait lequel c’était car l’osier a une forme et une odeur spécifique. Enfin, la jeune fille versa un peu de chaque fiole dans le bol prévu à cet effet, puis, elle attendit.

Meilla pensait à ce qui l’attendait. Aurait-elle encore une autre épreuve de ce genre ? Dans les contes, il y en avait trois. Là c’était sa troisième, pouvait-elle espérer avoir fini et trouver la personne qui voulait la voir derrière cette porte ? Et puis, pourquoi ne pas l’avoir attendue ? Elle n’était pas en retard même si elle avait failli. Toutes ces questions étaient sans réponses. Peut-être le saurait-elle dans quelques instants ? Peut-être ne le saurait-elle jamais, écrasée comme une crêpe avant de le savoir ? A moins que l’autre personne ne vienne la sauver avant ?


J'utilise :
-Le bol en bois
-Le coulis de framboise
-Le sirop d'érable
-Le jus de citron

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Une victoire, une mission

Un instant, la salle resta muette puis se mit à trembler, des gravillons sursautèrent sur le sol. Un grondement se fit entendre et la table au centre de la pièce pivota sur elle-même tout en s'enfonçant dans le sol, révélant par la même occasion un escalier en colimaçon qui menait quelques étages plus bas. Au moment où se bruit sourd gronda, une voix résonna depuis le sol et on entendit ces quelques mots :

" Ah ! Te voilà enfin ! Tu t'es pas trop pressée hein ! " clama Rhéa avant de se retourner pour voir descendre la jeune fille qu'elle... " QUOI ! " Qu'elle n'attendait pas. " Qu'est-ce que tu fait là ? " demanda-t-elle interloquée. " Comment as-tu fais pour entrer ? " S'étonna-t-elle finalement. " Hum... Ce n'est pas toi que j'attendais, je ne comprends pas... J'espère que Calipso ne s'est pas trompée... Cette chouette n'a pas vu la lumière depuis trop longtemps... " Marmonna la demoiselle à voix haute, laissant libre court à ses pensées. " Bon, maintenant que tu es là, tu n'as plus le choix de toute façon... Tu vas devoir passer le rite... le sang... le sacrifice... le secret... Calipso... Cette chouette !! " Pesta finalement Rhéa, semblant à moitié folle l'espace d'une seconde.

Se rendant finalement compte que la nouvelle venue l'écoutait, Rhéa planta son regard d'azur dans celui de sa camarade qu'elle portait de moins en moins dans son cœur tant elle se retrouvait toujours en travers de ses plans. Elle n'avait pas le choix après tout... Elle connaissait l'identité de la demoiselle et le lieu de rendez-vous... Elle devrait faire partie de l'élite avec ou contre sa volonté ! Le rituel était simple... Toutefois, encore fallait-il qu'elle s'en souvienne... La dernière fois qu'elle l'avait entendu, c'était lorsqu'Amber l'avait faite entrer ici... Était-ce toujours de cette manière que se passait les choses ? Par hasard ? Par la force du destin ou encore par pure coïncidence ? N'ayant pas choisi de suivre les cours de divination, elle se promit de demander une entrevue au nouveau professeur/directeur afin d'en savoir un peu plus sur ce sujet... Pouvait-il prévoir l'avenir et lui annoncer son horoscope ou bien trouverait-il le sujet trop léger pour être évoqué ?! Plongeant dans sa mémoire, la jeune fille se souvint avoir déjà entendu la voix de ce personnage, en songe, dans son esprit... oui... il avait parlé directement dans sa tête... Peut-être qu'un jour, elle aussi serait capable d'un tel prodige... mais en attendant, elle devait se souvenir du rituel...

Se retournant, elle se dirigea vers une grande bibliothèque et en tira un livre à la tranche toute abimée. Tournant rapidement les pages, elle sembla trouver ce qu'elle y cherchait. Elle attrapa quelques plantes qu'elle jeta dans un grand chaudron plongé non loin de là. Le nez dans son livre, elle arpentait le couloir en un sens et en son inverse, jetant dans le chaudron quelques ingrédients plus ou moins rapidement puis elle attrapa un couteau et se dirigea vers Meilla en prononçant ce simple mot :


" Doigt ! "

De gré ou de force, elle finit par extraire de cet appendice une goutte de sang qu'elle ajouta à la potion. Jetant ensuite un regard mauvais à la serdaigle, elle réfléchit... Le sacrifice... Elle devait sacrifier quelque chose auquel la demoiselle tenait afin de révéler le secret. La dernière fois qu'elles s'étaient rencontrées, Rhéa avait fini à l'infirmerie avec le bras à demi arraché (en exagérant à peine). Et tout ça pourquoi ? Parce que la jeune serdaigle avait décidé de venir bavarder, se reposer, boire le thé ou dieu sait quoi dans la salle sur demande... dans la banalité d'une salle anodine... Venant troubler le calme dans lequel était plongée la sixième année, venait troubler son complot en cours contre les griffondors... Et aujourd'hui, voici qu'à nouveau elle débarquait, ruinant ses plans de dominations du monde en compagnie d'Amber... Elle n'avait malheureusement pas le choix, si elle ne voulait pas mourir dans d'atroces souffrances, elle devait faire de Meilla l'une des gardiennes du secret, même si cela signifiait lui offrir un avantage immense qu'elle comptait conserver jalousement au cœur de sa venimeuse maison. Ce serait la deuxième fois que Rhéa sauverait la pomme de la fillette, autant dire que cette dernière devait l'appréciait... sans doute tenait-elle à leur amitié... * Voilà l'idée ! * se pencha au dessus du chaudron, elle planta le couteau dans son propre doigt et y laissa couler le sang en prononçant ces mots :

" Je sacrifie notre amitié, que cette jeune fille soit mon ennemie à jamais, qu'elle ne croise plus mon chemin en dehors de cet endroit désormais ! Gardienne du secret je te ferai, mais ne compte plus sur moi pour être ton alliée ! Sur les allées du savoir, grâce à la pierre de miroir, tu vas voguer tel un oiseau qui déploie ses ailes pour aller toujours plus haut ! "

A peine ces paroles furent-elles prononcées que le chaudron se mit à vomir des bouffées et des bouffées d'une très épaisse fumée aussi bleue que les yeux de Rhéa qui semblait d'ailleurs briller d'un reflet étrange. Perdait-elle le contrôle de son être ? Possédée par cette fumée qui ne tarda pas à envelopper Meilla à son tour, brouillant sa vue et l'ensemble de ses sens. Lorsque la vapeur disparu, la salle dévoila, en son centre, une immense pierre cristalline scintillante, en suspension dans les airs.


" Je te présente la pierre de miroir ou pierre de cristal, comme tu voudras... Je ne sais pas comment elle est arrivée là, ni même pourquoi elle se trouve ici, mais je sais une chose c'est qu'une fois par mois, à la pleine lune, elle révèle des secrets enfouis et offre à 2 personnes de répondre à une question, n'importe laquelle. Une fois par pleine lune seulement alors choisi bien ta question... " Conclut Rhéa en regardant sa comparse dans les yeux, étonnée de savoir quelle serait sa réaction devant la découverte d'un tel secret... Elle attendrait un peu avant de lui parler du paragraphe qui stipule la mort des gardiennes du secret...

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Une victoire, une mission

Quand tout arrêté de trembler, la jeune fille ouvrit ses yeux. A la place de la table se trouvai maintenant un escalier en colimaçon. Celui-ci s’enfonçait dans le sol. Meilla descendit de suite et une voix, sûrement la personne qui lui avait envoyé une lettre, lui dit :

" Ah ! Te voilà enfin ! Tu t'es pas trop pressée hein ! "

*Pas pressée, pas pressée… Quelle idée aussi de ne pas m’attendre !* Enfin, l’autre jeune fille se retourna et cria :

" QUOI ! Qu'est-ce que tu fait là ? Comment as-tu fais pour entrer ? "

Si la Serdaigle avait une bonne mémoire, elle s’appelait Rhéa. Visiblement la Serpentarde n’attendait pas Meilla. Mais dans ce cas, pourquoi lui avoir envoyé un hibou ? Franchement, la troisième année se serait bien passée de sortir de son lit ! Et puis, cela lui avait pris un sacré bout de temps de venir jusqu’ici (comme l’avait fait remarqué l’autre fille) alors qu’elle avait d’autres trucs à faire, non mais ! Elle s’apprêtait à répliquer sauf que la Serpentarde continua à délibérer des trucs que la rouquine ne comprenait pas.

" Hum... Ce n'est pas toi que j'attendais, je ne comprends pas... J'espère que Calipso ne s'est pas trompée... Cette chouette n'a pas vu la lumière depuis trop longtemps... Bon, maintenant que tu es là, tu n'as plus le choix de toute façon... Tu vas devoir passer le rite... le sang... le sacrifice... le secret... Calipso... Cette chouette !! "

*Logiquement si ce n’est pas moi que tu attendais c’est que ce Calipso s’est trompé non ?* pensa la Bleue sans oser le dire à haute voix. Mais la dernière partie de ce monologue entrecoupé attira son attention. Pourquoi Rhéa parlait-elle de sang et de sacrifice ? Pourquoi ? En plus, visiblement l’ainée de Meilla n’était pas très heureuse de la voir. Il est vrai que la dernière fois qu’elles s’étaient vues, la rouquine avait contrecarré un de ses plans diabolique. Mais c’était de la faute de la Serpentarde. Et là bah… Elle n’avait jamais demandé à recevoir un hibou lui demandant de venir un samedi matin pour affronter les dangereuses plantes de la cinquième serre de botanique !

L’autre jeune fille continuait de faire ses petites affaires et Meilla se demandait si elle devait partir ou rester. Elle pencha pour la première solution et commença à se diriger pas à pas vers l’escalier en colimaçon mais la Verte lui dit :


" Doigt ! "

*Quoi ?! Mon doigt et bah quoi ?* Mais avant qu’elle n’ait le temps de dire quoi que ce soit, l’autre s’approcha et fit couler son sang. La troisième année était trop choquée pour réagir. Elle ne comprenait rien à ce qui se passait et ce n’était pas l’autre qui allait le lui expliquer. On aurait dit qu’elle préparait un rituel ou une potion ou un truc du genre. Mais en tout cas, ça ne devait pas être de la magie blanche. La première impression de Meilla sur Rhéa avait plutôt été favorable, mais si elle l’avait toujours rencontrée dans des situations étranges. La première fois, ça avait été lors de sa première année en entrant dans la grande salle, elle lui avait fonce dedans. La deuxième fois, ça avait été l’année précédente. Elle discutait tranquillement avec la capitaine de quidditch des Serpys quand elles avaient découvert une salle, qui se trouvait être la salle sur demande. Rhéa y était déjà et elle avait demandé à activer une défense contre les intrus. Elle s’était alors elle aussi retrouvée embarquée dans le piège en essayant de les sauver. Mais après cet épisode, ça avait été chacune pour soi ! Du coup, la Bleue ne savait pas vraiment quels sentiments elle éprouvait à propos de la jeune fille. Mais elle avait un mauvais pressentiment concernait la suite de leur relation. Et ce pressentiment se confirma quand Rhéa dit :

" Je sacrifie notre amitié, que cette jeune fille soit mon ennemie à jamais, qu'elle ne croise plus mon chemin en dehors de cet endroit désormais ! Gardienne du secret je te ferai, mais ne compte plus sur moi pour être ton alliée ! Sur les allées du savoir, grâce à la pierre de miroir, tu vas voguer tel un oiseau qui déploie ses ailes pour aller toujours plus haut ! "

Voilà, désormais, il était clair qu’elles étaient ennemies. Mais gardienne du secret… ? Du secret de quoi ? A ce moment-là, le chaudron se mit à vomir des nappes de fumée d’un bleu profond. En regardant sa camarade, Meilla prit peur. On aurait vraiment dit une folle. Elle ne se contrôlait plus, c’était sûr ! Que se passait-il maintenant ? Quand la fumée disparut, une immense pierre apparut au centre de la salle. *C’est quoi ce truc ?* Comme si elle lisait dans ses pensées, Rhéa lui dit :

" Je te présente la pierre de miroir ou pierre de cristal, comme tu voudras... Je ne sais pas comment elle est arrivée là, ni même pourquoi elle se trouve ici, mais je sais une chose c'est qu'une fois par mois, à la pleine lune, elle révèle des secrets enfouis et offre à 2 personnes de répondre à une question, n'importe laquelle. Une fois par pleine lune seulement alors choisi bien ta question... "

*Tout ça pour ça… Ya vraiment des gens bizarre à Serpentard. Autant certains sont sympas, autant d’autres sont… Beurk. Bon c’est pas tout mais faut que je trouve une question maintenant… Mais était-ce nécessaire ? Après tout elle ne voulait pas connaitre son avenir. Il nous arrivait ce que l’on méritait ! Et puis, la rouquine n’était pas sûre de pouvoir trouver une question à la hauteur de sa sagesse !*

« Bon, je n’ai pas tout compris à ce qu’il s’est passé mais je laisse tomber. Par contre, que se passe-t-il si on ne veut pas poser de question ? »

Rhéa paraissait choquée de cet aveu et la rouquine ne pouvait pas lui en vouloir. Après tout, qui aurait pensé qu’une petite fille de 13 ans pouvait faire preuve de plus de sagesse qu’une grande de 16 ou 17 ans ? Personne. Une voix dans la tête de la Bleue lui répondit :

« Meilla, à travers ses épreuves, tu as prouvé ta bravoure, tu pourrais être assimilée à la maison de Gryffondor, mais la sagesse dont tu viens de faire preuve prouve que tu es bien mieux à Serdaigle. Evidemment, tu n’es pas obligée de poser une question. Mais réfléchit bien pour ne pas avoir de regrets. »

C’était déjà tout réfléchit pour la jeune fille. Elle ne voulait pas poser de question sur son avenir. *Et si je posais une question mais pas sur mon avenir justement ? Est-ce que ça existe ?*

« Quelles sont les attentions de Rhéa à mon sujet?»

Cette question ne parlait pas de son futur mais de l’instant présent. Et la jeune fille ne pouvait demander à Rhéa si elle voulait avoir la vérité.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.