Histoire de la magie

Inscription
Connexion

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Mai 2043

Ce matin-là, Eileen était ronchon. A fleur de peau même. La fatigue, la routine des cours et des devoirs, le temps maussade, sa famille qui lui manquait étaient autant de facteurs qui n'arrangeaient pas son humeur mais, le pire de tout était le cours qui allait sonner le début de sa journée. Commencer par l'Histoire de la Magie, une leçon purement théorique, ce n'était vraiment pas son truc. Elle n'avait rien contre le professeur qui était, somme toute, très gentil et qui faisait son maximum pour rendre les choses un peu plus intéressantes et elle comprenait l'intérêt de la matière mais franchement, elle n'accrochait pas, rien n'y faisait. C'était un calvaire pour elle et le fait qu'elle avait mal dormi allait rendre le cours encore plus pénible. Elle allait passer son temps à lutter pour ne pas s'endormir, à bailler aux corneilles en essayant de ne pas se faire repérer. Pourquoi l'enseignement à Poudlard ne pouvait-il pas juste être fait de magie ? De celle avec une baguette à la main, pas de celle pour laquelle il fallait se plonger dans les écrits des livres, bien sûr.

Alors voilà, la jeune Serpentard était là, devant la salle de cours, attendant avec les autres apprentis sorciers que ce soit l'heure, le regard dans le vague et la mort dans l'âme. C'est à ce moment-là qu'elle repéra une plume, tombée sur le dallage de pierres. Elle jeta un œil autour d'elle mais personne ne semblait y porter attention ou encore avoir perdu quelque chose. A dire vrai, tout le monde semblait dormir debout - ou alors, c'était juste parce que c'était son cas à elle ? - si ce n'est le personnage d'un des tableau qui la fixait de façon assez dérangeante, pour être honnête. La fillette haussa les épaules et se pencha pour ramasser la plume. Elle était toute blanche avec quelques rayures marron sombres. Elle n'avait rien de spécial en fait si ce n'est qu'elle semblait neuve.

Eileen allait demander aux autres élèves si elle appartenait à quelqu'un lorsqu'elle sentit qu'on la lui arrachait des mains. Violemment ou alors était-ce encore l'effet de son manque d'éveil ? Elle regarda l'élève responsable avec un regard de surprise, ne comprenant pas vraiment ce qu'elle vociférait. Du moins, pas complètement. Il était question de vol, de propriété, de cadeau de son père - ou 'était-ce sa mère ? - mais tout ça n'avait pas grand sens. La fillette restait muette, cherchant à mettre de l'ordre dans les pièces du puzzle et finit par bafouiller un timide :

"Je l'ai juste ramassée..."

De toute évidence, elle ne l'avait pas dit assez fort parce que l'autre continuait d'hurler. Eileen haussa de nouveau les épaules et se retourna. Elle n'était pas d'humeur pour une dispute, surtout quand elle n'en voyait pas la raison. Le mieux était donc d'attendre bêtement que ça passe et que le cours commence. Comme quoi, tout pouvait arriver à Poudlard : voilà qu'elle était pressée de démarrer le cours d'histoire de la magie. Jamais elle n'aurait cru ça possible.

Deuxième année RP (2043-2044)
Tu fais quoi pour Noël ? Je prends 5 kg...

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Liana était encore une fois dans les nuages, ce matin, elle avait reçu une lettre d’Ilda dans laquelle, elle expliquait que Cassilde s’était blessée en s’occupant de ses salamandres pendant que son père était en voyage. Celle-ci l’avait apparement mordue et la douleur avait fait tombé sa voisine sur le sol en pierre du salon, elle s’en tirait donc avec un bras cassé. Bien que la lettre soit rassurante, c’était la troisième fois depuis le début de l’année scolaire que le couple de quinquagénaire se blessait, et cela l’inquiétait au plus haut point.

En arrivant devant la salle d’Histoire de la Magie, elle avait donc laissé sa capacité d’analyse et son sang froid au dortoir. De plus une pointe d’énervement se faisait ressentir, avec cette lettre elle avait sauté le petit-déjeuner, ce qui la portait sur les nerfs et, en plus, il faisait moche depuis une bonne semaine, ce qui acheva tout espoir de la voir sourire ce jour-là. Enfin même si c’était intéressant, ce n’était pas franchement un cours palpitant, selon elle.

Devant la salle, elle aperçu une élève aux cheveux aussi roux que les siens, se pencher pour ramasser une plume, qui trainait par terre, en regardant autour d’elle. Liana aurait juré qu’elle arborait un regard coupable et cela ne pouvait signifier qu’une seule chose cette plume ne lui appartenait pas ! Alors comme chaque fois que quelque chose lui semblait injuste, elle s’emporta :

“Comment oses-tu !”
Avait-elle hurlé, en se saisissant de l’objet si violemment, qu’il était étonnant qu’il ne soit pas abimé. La Serpentard avait l’air effaré mais Liana n’en tint pas compte et continua sa diatribe à son encontre :

“Cet objet ne t’appartient visiblement pas et chez moi on appelle ça du vol ! C’est indigne d’une élève de Poudlard ! Peut-être que cette plume a une grande valeur sentimentale pour un autre élève…Si ça se trouve c’est un cadeau de ses parents !”

Et pendant qu’elle hurlait ça avec une vitesse incroyable, l’autre fille restait muette et elle, Liana serrait son poing de plus en plus fort, autour de la pauvre plume qui n’avait rien demandé. Elle crut apercevoir les lèvres de la présumée voleuse bouger, mais elle n’entendit rien alors elle continua de déverser un flot d’accusation sur cette fille.

“C’est ignoble de faire ça, tu aurai dû demandé si elle était à quelqu’un avant de la prendre, ou même attendre le professeur et la lui remettre !”

Voyant que la fille lui avait tourné le dos en haussant les épaules, Liana interrompit son flot de paroles pendant une trentaine de secondes, et pensa :

*Mais quelle garce, c’est pas possible de manquer à ce point de respect aux gens !*

Elle décida alors de parler plus lentement et distinctement pour cette fois attaquer volontairement l’orgueil de la Serpentard :

“Je pensais que les Serpentard était rusé et ambitieux, mais visiblement il se contente vraiment de peu, ou peut-être que tu n’as juste pas ta place là-bas…”
Elle avait prononcé cette phrase d’un ton calme mais hargneux et plein de sous-entendu. Il est probable que si la journée avait mieux commencé elle n’aurait pas prononcé ses mots, mais là, elle explosait littéralement et avait besoin d’un défouloir.

#45818e

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Blablabla... voilà tout ce qu'entendait Eileen dans le brouillard de son cerveau à moitié endormi. Elle ne comprenait rien à ce qu'il se passait et pourtant, elle était au milieu de la scène. Avec une furie de Serdaigle qui s'agitait devant elle, brassant des tonnes d'air et lui hurlant dans les oreilles. Elle s'était faite piquer par une guêpe ou quoi ? Et tout ce à quoi la fillette pensait, c'était à son lit douillet qu'elle n'aurait décidément pas dû quitter. Et à un moyen de faire taire l'autre... un sortilège, on lui en voudrait beaucoup si elle s'en servait ? Après tout, c'était un cas de force majeur, non ? Bloclang, ce serait pas mal du tout. Avec ça, la Serdaigle arrêterait de vociférer sans raison. Ou alors, Petrificus Totalus pour la calmer parce que s'énerver ainsi pour rien, ce n'était pas bon pour la santé donc même l'infirmière la remercierait si jamais elle agissait.

Évidemment, tout ça se passait dans la tête de la fillette mais, au moins, ça l'aidait un peu. Parce que se faire agresser dès le matin alors qu'elle n'en comprenait pas la raison, c'était au-dessus de ses forces et elle commençait déjà à sentir son sang bouillonner. A tel point que c'était une toute autre liste de sortilèges qui lui venait en tête à présent. Un petit Flipendo, par exemple. Ou un Kracilimacus. Oui, ce serait certainement amusant. Et pourtant, elle n'en fit rien. Elle était résolue à laisser l'autre s'énerver toute seule et à attendre simplement le début du cours quand elle entendit sa remarque sur Serpentard. Et là, un gros ras le bol s'empara d'Eileen. Y'en avait marre de ces clichés à la peau dure qui faisaient systématiquement d'eux les méchants. En l'occurrence, là, c'était elle qui se faisait agresser alors qu'elle n'avait fait que ramasser une plume. Du coup, sa voix se fit cinglante quand elle prit enfin la parole.

"Et moi je pensais que les Serdaigle se démarquaient par leur intelligence. Comme quoi, y'a des exceptions dans chaque maison."

Crocus Malis... voilà le sortilège parfait pour cette idiote. Eileen se mit à sourire en imaginant la Serdaigle avec des boutons écrivant "débile" sur son front. Jamais elle n'avait autant eu envie d’enfreindre le règlement qu'à ce moment-là. Ça l'aurait vraiment soulagée et l'excitée de service le méritait tellement. D'autant que son flot de paroles semblait ne pas vouloir cesser et y'avait tellement de sortilèges que la Serpentard avait envie de tester. Il lui fallait in cobaye, et de toute évidence, elle venait de le trouver. Enfin, quand il n'y aurait pas autant de témoins, bien sûr. Et puisque l'autre aimait les clichés, elle commencerait par Serpensortia et on verrait si elle faisait toujours autant la maline face à des serpents. En attendant, elle devait se sortir de ce mauvais pas et vu qu'il restait encore de longues minutes avant le début du cours...

"Et si tu prenais tes pilules au lieu de te donner en spectacle ? Ça ferait des vacances à tout le monde."

Eileen lui tourna ensuite volontairement le dos, bien décidée à mettre fin à cette conversation exaspérante. Une chose était sûre, la Serdaigle ne serait pas l'amie de l'année, loin de là.

Deuxième année RP (2043-2044)
Tu fais quoi pour Noël ? Je prends 5 kg...

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

La Serpentard n’avait pas tardé à réagir à la pique qu’elle avait lancé.
*Parfait !* pensa Liana, juste avant d’entendre ces mots :
"Et moi je pensais que les Serdaigle se démarquaient par leur intelligence. Comme quoi, y'a des exceptions dans chaque maison.”
Si extérieurement elle feignait l’indifférence, intérieurement elle était blessée, mais cela n’avait pas suffit à la faire taire ou à la ramener à la raison, elle continuait de vociférer contre la Serpentard. Elle ne se rendait même compte de ce qu’elle disait, elle était trop énervée pour ça et elle avait besoin de le faire savoir. Les conséquences ne comptait plus, la raison de sa colère ne comptait plus, la seule chose qui l’importait c’était d’écraser cette fille, si prétentieuse à ses yeux, peu importait qu’elle soit encore pire, elle devait gagner.

Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas emporté d’une telle façon…la dernière fois elle avait huit ans et venait d’apprendre l’accident de sa demi-sœur. Pourtant les deux incidents n’avaient absolument rien de comparable. Peut-être avait-elle laissé les frustrations s’accumulées pendant l’année, peut-être était-ce un mauvais jour…
*Tout ça c’est la faute de cette fille, c’est elle l’idiote pas moi !*
C’était pourtant bien Liana qui se donnait en spectacle à l’entrée d’une salle de cours. Elle ne s’en rendait pas compte et pourtant c’était elle qui faisait un cirque pour rien et continuait de hurler à pleine voix sur cette fille. Celle-ci l’interrompit pour le lui faire remarquer avant de se retourner pour signifier que cette mascarade était terminée.

Liana se tut, resserra son poing autour de la plume jusqu’à ce que l’objet se brise… Elle laissa échapper une larme, les débris de la plume s’enfonçaient dans ses chairs et la rage l’enveloppait toute entière. Il était hors de question qu’elles en restent là, elle devait vaincre, peu importe les conséquences, elle même ne savait pas quand cela était devenu une véritable bataille.

“Tu penses sérieusement t’en tirer comme ça, avec une pauvre petite pirouette… Joins toi plutôt au spectacle, qu’en penses-tu ? À moins que tu aies trop peur pour ça !”
Son ton était railleur et condescendant et pendant qu’elle parlait elle avait jeter au sol les débris de la plume pour saisir sa baguette. Elle pointait désormais l’objet vers cette fille.

Liana ne savait pas encore ce qu’elle allait faire à la Serpentard, mais elle espérait surtout qu’un professeur ou un préfet ne passerait pas dans le couloir maintenant. Le peu de conscience qu’il lui restait, la mettait en garde, elle pouvait porter préjudice à sa maison ou même être renvoyée… Alors elle baissa sa baguette mais ne la rangea pas et espéra ne pas devoir se battre en duel contre cette fille, elle n’en connaissait pas les règles. Petit à petit la colère cédait la place à la panique et des larmes coulaient sur ses joues… Liana ne s’autorisait pas à sangloter et en voulait toujours à la Serpentard. Elle était désormais partagée entre colère, honte et angoisse à l’idée de s’attirer des ennuis…

#45818e

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Désolée pour la réponse tardive.


Eileen était finalement bien trop naïve. Elle espérait que ses piques et le fait de tourner le dos à la furie l’aurait calmée mais, de toute évidence, c’était peine perdue. Elle continuait à se donner en spectacle et la Serpentard avait juste réussi à glaner quelques bien trop courtes secondes de silence. C’était ridicule et elle finissait même par un vouloir - un peu mais quand même - à ses camarades de ne pas intervenir pour lui filer un coup de main. Certes, ça aurait certainement envenimé les choses mais elle aurait réellement aimé se sentir un peu moins seule face à la situation qu’elle ne comprenait toujours pas. L’autre avait subi un sortilège ? Elle avait bu une mauvaise potion ? Ou plus probable, il fallait appeler de toute urgence quelqu’un de Sainte Mangouste pour la prendre en charge. La camisole, voilà qui aurait peut-être un effet sur elle. Ou plutôt, une muselière.

En attendant, Eileen devait composer avec et, malheureusement, la Serdaigle n’était pas décidée à s’arrêter là. Son ton railleur n’atteignait pas la fillette. Elle n’était pas encore assez réveillée pour démarrer au quart de tour et surtout, ça n’en valait pas la peine. L’ignorer était bien plus efficace. Peut-être pas pour la faire taire mais, au moins, ça l’agaçait et c’était bien là tout ce qu’elle méritait. Sauf que le ridicule étant de mise, la furie finit par sortir sa baguette, prête à l’utiliser sur le champ. Eileen sentit ses joues se parer de rouge aussitôt sous l’effet de la colère et il lui fallut une énorme maîtrise - chose qu’elle ignorait avoir en elle - pour ne pas en faire autant. Ou peut-être était-ce qu’elle s’était un peu endurcie durant ces derniers mois, à force d’entendre les accusations souvent injustes dont sa maison faisait les frais simplement parce que les autres avaient des préjugés négatifs. Toujours est-il que jouer sur ce terrain là ne pourrait que lui attirer des ennuis et quitte à être dans les clichés, autant user de ruse pour se sortir d’une telle situation.

Elle se para donc de son plus grand sourire, un brin narquois, en espérant faire illusion, cachant ses mains qui tremblaient de rage dans ses poches et finit par sortir, le plus naturellement possible :

"Bonjour Monsieur Heltowni !"

L’instant suivant, l’énervée de service baissait sa baguette. Difficile de savoir si c’était la ruse d’Eileen qui avait fonctionné ou si la raison était tout autre mais, sincèrement, elle s’en fichait. Elle avait obtenu ce qu’elle voulait et, pour bien marquer le coup, elle éclata de rire. Non seulement, ça lui permettait ainsi de faire descendre la tension mais si, en plus, ça pouvait énerver un peu plus l’autre de voir qu’elle se moquait d’elle, tant mieux.

"Qui a peur, maintenant ?" ne put-elle s’empêcher de rajouter, narquoise.

Oui, c’était puérile mais ça faisait du bien. Affronter l’autre en duel, elle ne savait pas forcément faire mais ça ne lui faisait pas peur pour autant. Seulement, elle ne voulait pas faire perdre des points à sa maison. Non seulement, elle s’en voudrait mais les autres aussi. La journée avait fort mal commencé, il était hors de question que cela empire !

Deuxième année RP (2043-2044)
Tu fais quoi pour Noël ? Je prends 5 kg...

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Liana avait vaguement entendu la Serpentard grommeler peu avant de baisser mais n’avait pas compris ce que celle-ci avait-dit. Malgré tout Liana commençait à comprendre où elle était ainsi qu’à prendre conscience de la foule d’élèves observant la scène en silence. Il ne s’agissait pas que ceux de sa classe mais aussi d’élèves plus âgés, certains semblaient être de simples curieux voulant savoir la cause de l’attroupement, d’autres semblaient espérer une bagarre, mais tous observaient en silence les deux rousses qui se disputaient pour un motif qui désormais était brumeux aux yeux de Liana…

L’autre fille avait de nouveau parlé et celle-ci la provoquait. Ce changement de position surpris Liana. La Serpentard avait chercher à éviter le plus possible le conflit et maintenant, elle voulait se battre. Cela n’avait aucun sens, Liana rangea donc sa baguette et chercha une réponse logique à ce changement de position. Cela dura de longues secondes avant qu’une idée germe dans son esprit :

*Cette fille espère que je soit punie, elle essaye de gagner du temps…*
Or il n’était pas envisageable que cela arrive… Liana ne voulait pas faire perdre de point à Serdaigle et encore moins devoir retourner à l’école Moldue. Elle devait répondre et vite ! Elle laissa les larmes continuer à rouler sur ses joues, inspira doucement et prit la parole :

“J’ai peur ! Mais pas de toi, j’ai peur de devoir partir d’ici ou de faire perdre des points à ma maison… J’ai peur de moi et de ma colère… J’ai peur de blesser quelqu’un parce que je me suis emportée ! Mais je n’ai certainement pas peur de toi !”

Liana avait prononcé ces mots d’une voix claire et qui avait résonner dans le couloir. Pendant qu’elle parlait ses larmes coulaient toujours et de plus en plus, son nez avait commencé à couler, et à la fin les mots étaient entrecoupés de sanglots. Elle devait désormais trouver une échappatoire avant qu’elles aient toutes les deux des ennuis… Elle réalisait enfin à quel point elle s’était montrée idiote en hurlant sur cette fille !

Liana regarda autour d’elle, se retourna et ne trouva face à elle qu’un mur d’élèves, de tous âges et de toutes tailles. Jamais elle ne s’était senti aussi stupide, désormais elle voulait disparaitre dans un trou de souris. Elle ne savait pas où aller, par où passer pour quitter ce cauchemar… Sa tête tournait et les larmes continuaient de couler encore et encore…

Prise de violents vertiges elle laissa tomber ses affaires de classe sur le sol. Une bouteille d’encre explosa au contact des pierres du château. Liana s’effondra à son tour en larmes, la colère ressentie les minutes précédentes lui semblait loin désormais. La honte, l’angoisse et la peur l’avaient à leur tour submergée…

#45818e

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Le pathétisme atteignait son paroxysme. Forcément, la dispute avait ameuté bon nombre de curieux et Eileen ne comprenait toujours pas comment elle avait pu finir au milieu de tout ça. Elle en venait même à se demander si, à moitié endormie comme elle l'était avant que cela ne commence, elle n'avait pas fait quelque chose sans s'en rendre compte. Pff, voilà que l'autre arrivait à la faire douter d'elle-même non mais franchement ? Elle commençait même à avoir mal à la tête à faire de se faire crier dessus et de devoir tempéré ses actes et ses paroles alors qu'elle n'avait qu'une envie : sauter sur la Serdaigle, lui tirer les cheveux, lui donner des coups de pieds et de poings. Bref, se battre comme une chiffonnière. Au moins, ça lui aurait passé les nerfs à défaut d'obtenir autre chose mais la peur de voir un professeur débarquer était plus forte. Pour l'heure en tout cas.

"T'as vraiment un pet au casque, toi." lâcha-t-elle quand la Serdaigle lui fit tout un laïus sur le fait qu'elle ne lui faisait pas peur.

A aucun moment, Eileen n'avait pensé lui faire peur, elle-même. Elle avait juste fait croire que le professeur d'histoire de la magie était arrivé, nuance. Mais elle devait se trouver dans un univers parallèle ou alors la furie avait un sérieux problème pour tout comprendre ainsi de travers. Et dire que sa maison était censée être celle de l'intelligence, du raisonnement et de la sagesse. La bonne blague. Si cette scène matinale n'était pas la preuve que les clichés étaient stupides, Eileen ne savait pas ce qui pourrait mieux le montrer. Ou alors, il était plus que temps de mettre le Choixpeau magique à la retraite. Et voilà que l'autre se mettait à pleurer, c'était le comble. C'était elle l'agresseur et elle cherchait quoi ? A se faire passer pour la victime ? A faire pitié ? Pour ça, en tout cas, elle y réussissait bien parce que c'était tout ce qu'elle inspirait à la jeune Serpentard.

"Faut te faire soigner. J'suis sûre qu'ils voudront bien de toi, à Sainte Mangouste."

C'était mesquin, surtout que l'autre semblait décidée à enfin arrêter son scandale. Ouai sauf qu'Eileen, maintenant, avait besoin de faire éclater toute sa frustration. Elle s'en était pris plein la tronche pour rien du tout et maintenant, elle passait pour la méchante ? C'était vraiment une blague de très mauvais goût et...

"Hé, tu peux pas faire attention ?"

L'autre idiote venait de faire tomber ses affaires et, avec elles, sa bouteille d'encre qui s'était explosée par terre, éclaboussant joyeusement sur son passage les dalles du couloir et tout ce qui se trouvait à proximité... à savoir les chaussures d'Eileen. C'était le pompon. Le pire était que, si un adulte venait à faire son apparition maintenant, elle savait déjà ce qu'il se passerait : la Serdaigle au sol, ses affaires étalées partout autour d'elle, l'attroupement d'élèves... il serait facile de penser qu'Eileen l'avait poussée pour qu'elle se fasse mal, d'autant qu'elle pleurait. Idiote, hystérique et sans aucune fierté. Ah ben elle faisait un beau tableau la rousse.

Deuxième année RP (2043-2044)
Tu fais quoi pour Noël ? Je prends 5 kg...

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

La Serpentard l'avait interpellée et elle ne savait pas pourquoi... Liana releva donc la tête de quelques centimètres et malgré les larmes elle vit les chaussures de l'autre tachées d'encre. L'encre de la bouteille qui avait explosé au sol, une poignée de secondes avant que Liana ne s'effondre en larmes sur la pierre du couloir. L'encre continuait d'ailleurs à se répandre dans chaque fissure chaque irrégularité du sol, les spectateurs de la dispute commençait à reculer pour ne pas se tacher. Liana sentit alors ses genoux devenir humide, sa robe baignait dans l'encre, et ses genoux devenaient bleus. Elle tenta alors de sécher ses larmes en frottant ses yeux avec sa manche, puis ramassa son sac et se saisit de ses rouleaux de parchemins. Elle les déroula et entreprit d'éponger en silence l'encre le parchemin s'imbibait de celle ci mais le sol demeurait bleu et humide, l'entreprise était vaine.

Liana décida donc de se relever et de finir de rassembler ses affaires. Elle rassemblait se qu'il pouvait lui rester de dignité, et cela représentait bien peu de chose à cet instant. Tout en cherchant une échappatoire au guêpier, dans lequel elle s'était fourré d'elle-même, elle ouvrit la bouche pour parler... mais aucun son n'en sorti. Elle ne savait pas quoi dire : des excuses lui semblait prématuré. Elle remarqua alors le visage de la Serpentard, alors qu'elle était resté assez calme pendant que Liana lui hurlait dessus, elle paraissait prête à en découdre, à l'instant et à main nues.

Il fallait absolument trouver une échappatoire... Dans quel guêpier s'était-elle fourrée... Et pourquoi aujourd'hui dans ce couloir bondé ! La frustration reprenait le dessus sur la panique, qui l'avait précédemment submergée... Pourtant ce n'était pas le moment de répliquer, le professeur ne devrait plus tarder désormais. Elles avaient déjà eu la chance qu'aucun adulte ou préfet ne s'approche de la dispute... Pas question de tenter le diable ! Malgré cela la frustration grandissait de nouveau et de plus en plus forte. Le sang battait contre les tempes de Liana, elle s'entendait à peine penser.

*Que faire ? Que dire?*

Liana se redressa, et fixa l'autre rousse avec une lueur de défi dans ses yeux bleu marine. Le peu de sens commun qui lui restait lui soufflait d'en rester là. Mais son caractère impulsif lui suggérait une attitude toute autre et le doute commençait à envahir son esprit de petite fille. Que penserait son père, il serait surement déçu d'apprendre qu'elle s'était battu avec une autre élève, mais elle voulait absolument une fin tranchée à cette situation inconfortable !

Liana fixait sa camarade de Serpentard depuis déjà plusieurs secondes et elle ne savait toujours pas quoi faire ou dire. La foule continuait à chuchoter et à éviter l'encre qui continuait à se répandre, cela créait un bruit de fond qui se réverbérait dans le couloir. Pourtant Liana n'y prêtait pas attention elle cherchait seulement un moyen de trancher entre les deux possibilités qui s'offrait à elle : tenter de calmer la situation qu'elle avait provoqué ou continuer à jouer les entêtées en suivant son côté impulsif...

#45818e

 RPG+  Quand on se fit aux apparences...  Liana 

Dans l'état actuel des choses, il fallait se faire une raison : la situation était inextricable. De toute évidence, ni l'une ni l'autre des fillettes n'étaient suffisamment sages pour stopper la dispute d'elles-même ou alors c'était qu'elles étaient aussi fières l'une que l'autre ? Ça leur faisait au moins un point commun, tiens. Et les spectateurs de la scène n'avaient pas l'intention d'intervenir non plus apparemment. Enfin, à part pour se reculer et ne pas risquer les dommages collatéraux. Alors quoi ?

Eileen avait vraiment envie de faire ravaler son air de défi à la Serdaigle mais, si elle n'avait pas encore agi, c'est qu'elle ne se reconnaissait pas dans un tel comportement. Ce n'était pas son genre d'être violente. Certes, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds mais, en général, elle était suffisamment maline pour ne pas se retrouver dans de telles situations ou alors pour s'en extirper sans trop de difficultés. Seulement là, elle était coincée par l'approche du cours et par son caractère de cochon qui lui chuchotait que partir aurait été donner raison à l'autre et lui offrir la victoire.

Et voilà que la tarée s'était relevée comme pour en découdre. Sérieux ? Eileen eut la furtive impression de se retrouver dans un quartier chaud au milieu d'une histoire de gang comme elle en avait vu à la télévision avec son frère. Et c'est à ce moment-là que le ridicule de la situation la frappa de nouveau. Elle n'avait aucune envie d'être cataloguée comme bagarreuse, mauvaise graine ou truc du genre et là, ça ne concernait même pas les professeurs. Elle ne voulait pas de cette réputation-là auprès de ses camarades. Pas alors que ce n'était pas justifié.

"Pff, c'est pathétique. J'vais pas me battre avec toi, j'attends juste d'aller en cours alors fous-moi la paix !"

Au prix d'un très grand effort, la Serpentard se détourna donc une nouvelle fois de l'autre, espérant que cette fois-ci serait la bonne. Elle entendait battre son sang dans ses tempes et il y avait fort à parier qu'elle devait être toute rouge de colère. Elle fourra ses mains dans ses poches pour cacher ses poings fermés afin de ne pas trembler. Heureusement, la colère retenait les larmes qu'elle sentait déjà monter devant tant d'injustice. Parce que oui, aussi forte qu'Eileen pouvait être, elle n'était avant tout qu'une enfant qui détestait l'injustice et aurait voulu être aimé de tout le monde. Enfin, plus de la Serdaigle en tout cas. Celle-là, elle ne voulait plus jamais voir sa face de crapaud. Oh, si seulement elle avait connu le sortilège pour la couvrir de furoncles, elle ne se serait pas privé de le lancer. Peu importe le conséquences.

En attendant, elle avait besoin de parler à quelqu'un pour faire redescendre la tension mais, avec la vision troublée par l'agacement, elle n'arrivait à repérer aucune tête connue. Aussi avança-t-elle jusqu'à la salle de classe et se laissa-t-elle tomber sur sa chaise, non sans avoir d'abord lancé son sac sur la table. Ce n'était pas son genre de rentrer en classe avant l'heure mais elle n'avait pas vu qu'autre solution et espérait vraiment que l'autre ne l'y suivrait pas.

Deuxième année RP (2043-2044)
Tu fais quoi pour Noël ? Je prends 5 kg...