Histoire de la magie

Inscription
Connexion

Je m'ennuie donc je t'embête {PV Jules Circinus}

Elle s’ennuyait… Enfin pas tant que ça en fait. Mais un peu quand même. Ce qui était un peu dommage parce qu’elle aimait beaucoup les cours d’Histoire de la Magie. En fait, elle aimait toutes les matières : elle adorait tout comprendre et tout savoir, elle était l’incarnation de la curiosité. Mais là, maintenant, présentement, tout de suite, Irisia MacLynn s’ennuyait. Alors elle tapotait distraitement le bois de son pupitre du bout des doigts, son regard se promenant tranquillement dans la classe. Mais ça ne suffisait pas à l’occuper… Alors la rousse se mit à dessiner de petits animaux dans un coin de parchemin, s’amusant à inventer des histoires et des aventures. Prise par son enthousiasme, elle finit par recevoir un coup de coude de son voisin de table pour lui demander de se taire et de se calmer parce qu’elle le dérangeait.

Du coup, elle revenait à son point de départ. Elle s’ennuyait.

Une moue boudeuse aux lèvres, elle soupira en posant son menton sur sa table de travail, soupirant doucement sur son parchemin pour le faire bouger. Mais ce n’était pas amusant… Pas assez en tout cas pour accélérer le temps.

Un petit grattement attira son oreille et elle tourna mollement la tête en direction du bruit, essayant de le repérer. Une robe de sorcier au liseré jaune attira ses yeux alors qu’elle se redressa pour le fixer. Qu’est-ce qu’il faisait ? Curieuse, la petite irlandaise vérifia que l’enseignant ne regardait pas de son côté avant de se pencher vers l’autre élève, son petit nez retroussé d’intérêt.

« Eh… Eh… Pssssst… Eh tu fais quoi ? »

Parlant à voix basse, le plus bas possible même, Irisia essayait d’attirer son attention pour savoir ce qu’il faisait, essayant de se redresser discrètement pour regarder de plus près. Le moins qu’elle pouvait dire c’était que le poufsouffle devenait son « jouet » de distraction. Son regard clair ne lâchant pas le moindre de ses mouvements, la serpentard repoussa une de ses boucles rousses pour mieux l’observer. Un parchemin, une plume… Cela ne ressemblait pas au cours ou à un exercice à faire… On aurait presque dit une image tiens. Un dessin ?

« Eh… Eh le poufsouffle… Psssssssssssssssteuh ! Tu dessines quoi ? Tu me montres ? »

Un grand sourire aux lèvres, le regard pétillant, l’irlandaise continuait d’attirer son attention, tendant le bras pour tapoter doucement son omoplate histoire qu’il comprenne bien qu’elle existait. Et ignorer Irisia n’était même pas envisageable tellement elle pouvait être vraiment casse-pieds quand elle voulait savoir quelque chose. Aliosus peut en témoigner de son fichu caractère à la rousse d’ailleurs… Mais là, il n’y avait pas de meilleur ami pour lui dire de se calmer ou essayer de l’empêcher d’embêter les autres. Pour un peu, Irisia était vraiment peiné pour le jaune. Mais presque hein ? C’est qu’elle s’ennuyait et donc elle avait bien l’intention de s’occuper jusqu’à ce que la cloche sonne pour les libérer du cours.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.

Je m'ennuie donc je t'embête {PV Jules Circinus}

L'ambiance hivernale s'approchait à grands pas et Jules fut ravi de le savoir car cela signifiait qu'il pourrait se bourrer l'estomac à volonté. Oh mince, on me dit dans l'oreillette que c'est ce qu'il fait depuis tous les jours du mois, tous les mois de l'année... Enfin bref, ce n'était pas le moment de manger pour lui car il était en cours d'Histoire de la Magie, une matière qu'il adore.

Arrivé quelques minutes après le début du cours, le jeune garçon entra et s'excusa auprès de sa professeure. Cette dernière l'excusa et lui demanda de faire attention la prochaine fois. Il voulut retourner à sa place habituelle mais cette dernière fut occupée par un élève de Serdaigle, qui le fixa méchamment. Jules s'installa donc à côté d'une rouquine de Serpentard : il n'avait pas vraiment le choix car c'était la seule place de libre. Le cours démarra réellement pour lui quand il fut installé et qu'il sortit sa plume. Après avoir passé quelques secondes pour comprendre de quoi parlait sa professeure, Jules comprit qu'il s'agissait d'un cours portant sur des choses qu'il avait déjà vu dans des livres.

Il commença réellement à s'ennuyer car il connaissait déjà le cour par cœur. C'est alors qu'il commença à dessiner sur son parchemin. Au début, il ne savait trop quoi dessiner puis l'idée de Noël lui revint dans la tête. Le jeune Poufsouffle commença alors par dessiner un traîneau accompagné de rênes. Il était en train de dessiner un lutin quand il fut stopper par sa voisine un peu trop curieuse qui lui demandait ce qu'il faisait. Trop concentré, il estima qu'elle ne devait recevoir de réponse, il continua donc à dessiner.

La Serpentard était beaucoup trop envahissante au goût de Jules ; c'est pourquoi il décida de mettre son coude sur le meuble en bois pour ne pas qu'elle se rapproche encore plus de lui. C'est alors qu'elle rétorqua :
- "Eh… Eh le poufsouffle… Psssssssssssssssteuh ! Tu dessines quoi ? Tu me montres ?"

C'était la goûte qui fit débordait le vase pour Jules. De nature réservé, il n'aimait pas qu'on l'approche car il avait peur de l'abandon. C'est alors qu'il appuya très fort sur sa plume pour dessiner une guirlande ainsi qu'un buffet avec un festin de rois dessus. A cause de la force exercée sur sa plume, son parchemin se recouvrit d'encre et il dut alors le mettre en boule pour ne pas que l'encre se répande.

- "T'es contente de toi ? T'as tout gâché !" rétorqua Jules.

Il savait très bien qu'être malpoli ne servait à rien mais il avait pour projet d'envoyer ce dessin à sa mère par hibou et il dut alors reprendre un parchemin pour recommencer.

2nde année RP,
"Membre négociateur de l'A.C.D.C"
"Moi ? Je fume pas, je ne bois pas mais je ML !"

Je m'ennuie donc je t'embête {PV Jules Circinus}

Malgré son envie de savoir tout sur absolument tout les sujets possibles et inimaginables, Irisia était parfois sujette à des moments de frustration et d’ennui. Comme aujourd’hui. Là. Maintenant. En temps normal, les cours d’Histoire de la Magie était passionnant et elle écoutait avec une extrême assiduité mais pas aujourd’hui. Non. Là, aujourd’hui, elle s’ennuyait parce qu’elle savait déjà ce que racontait l’enseignant et que les exercices qu’il donnait était bien trop simple. Donc, alors que tous semblaient studieux, Irisia jouait avec son parchemin, dessinait et pipelettait tout bas en s’inventant des aventures !

Jusqu’à ce qu’on lui fasse comprendre qu’elle avait intérêt de se taire… Et elle se retrouvait seule avec elle-même, sans rien pouvoir faire pour se distraire et accélérer le temps.

Un grattement différent sur un parchemin attira son oreille et elle cessa bien vite de souffler sur son parchemin pour savoir ce qu’un autre faisait. Et elle découvrit un poufsouffle bien concentré, trop concentré même, en train de réaliser elle ne savait quoi et ce n’était sûrement pas l’écriture des réponses d’un exercice… Vérifiant qu’elle ne se ferait pas attraper, la rousse se pencha vers sa « victime » du jour et souffla d’une petite voix une presque formule de bonjour pour attirer son attention. Oui bon ce n’était peut-être presque une formule de bonjour mais elle n’était pas injurieuse non plus bon !

Mais en tout les cas, cela ne fonctionna pas puisqu’il resta de marbre, continuant de gratter sa feuille, enfermé dans sa bulle. S’il croyait que cela empêcherait Irisia de continuer, il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude… Plissant les yeux, elle tendit son bras et tapota doucement contre sa clavicule, se penchant légèrement vers lui en insistant de plus belle. Et foi d’irlandaise, il allait lui répondre !

« Allez… Tu fais quoi là ? »

Un crissement un peu trop dur lui répondit et elle recula prestement pour ne pas se faire éclabousser d’encre, le sourcil levé de stupeur. Allons bon ! Il n’était vraiment pas doué celui-là !

« Eh eh oh là ! Tu vas te calmer un peu mon coco ! »

Vérifiant que le professeur ne les fixait pas, la rousse se baissa vers lui en le fusillant du regard.

« Tu m’aurais répondu plus tôt, il se serait rien passé ! Et puis d’abord c’est toi qui n’est pas doué avec une plume ! C’est de ta faute si tu as mis de l’encre partout ! »

Levant le nez avec hauteur, elle afficha une grimace hideuse au jaune pour se moquer de lui avant de se détourner. Impoli et nul, tu parles d’un poufsouffle… Grommelant en se tortillant sur sa chaise, la rousse finit par se pencher vers son sac, fouillant dedans à la recherche d’une occupation quelconque avant de soupirer devant l’absence de résultat. Mais qu’est-ce qu’elle allait faire maintenant…

Se redressant un peu brusquement sur sa chaise, Irisia heurta le poufsouffle qui avait recommencé à dessiner.

« Aïe... »

Se frottant le coude, elle plissa le nez pour regarder si le nouveau dessin avait été touché.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.

Je m'ennuie donc je t'embête {PV Jules Circinus}

Jules était vraiment agacé : il venait de finir son "oeuvre" quand sa voisine beaucoup trop envahissante était venu fourrer son nez dans ses affaires. 

Le regard plein de haine, le Poufsouffle attrapa un nouveau parchemin et recommença. Il ne voulait en aucun cas refaire le même dessin. C'est pourquoi il commença par dessiner une cheminée ainsi qu'un fauteuil à côté. Sur ce fauteuil se trouvait un gros plaid en laine ainsi qu'une boîte de chocolats à la liqueur, que sa mère raffole. A droite du la cheminée se trouvait un énooooorme sapin, pleins d'épines. Pour conclure son projet, il disposa un cadeau par-ci, un cadeau par là afin de "meubler" son oeuvre.

Fier de son nouveau dessin, il déposa délicatement sa plume dans l'encrier quand soudain, la jeune rouquine heurta la plume qui griffonna alors des gribouillis sur le papier alors qu'elle voulait se remettre droite sur sa chaise. Une fois son geste accompli, elle eût pour seules excuses un petit "Aïe". C'est pourquoi Jules, pleins de rage, se mit alors à parler fort :
- "Mais tu le fais vraiment exprès ?! Tu te moques de moi c'est ça ? J'ai rien demandé à personne donc retournes jouer à la poupée et fiches moi la paix !"

A peine après avoir reprit son souffle, le jeune adolescent se rendit compte de la voix qu'il avait prit et s'assura que sa professeure n'avait pas entendu son mécontentement. Il n'avait vraiment pas pour habitude de parler comme cela mais c'était pour lui la goutte d'eau qui a fait débordé le vase.
Sous un élan de rage, il chiffonna le pauvre papier et le jeta sur sa voisine.

2nde année RP,
"Membre négociateur de l'A.C.D.C"
"Moi ? Je fume pas, je ne bois pas mais je ML !"

Je m'ennuie donc je t'embête {PV Jules Circinus}

Tout le monde n’était pas aussi joueur et libre qu’elle… Certains pouvaient être sacrément frustrés voire même méchants… Comme lui ! Elle n’avait fait que lui demander ce qu’il était en train de faire c’était quand même pas si atroce que ça si ? De lui répondre n’allait quand même pas lui trouer la langue, si ?! Sale gosse… Tu parles d’un jaune, pas aimable pour un sou… Lui faisant des grimaces hideuses pour se venger de lui et de son manque d’amabilité, Irisia se détourna de lui pour trifouiller dans son sac, espérant trouver une quelconque occupation pour se distraire. Connaissant déjà l’objet du cours, l’irlandaise s’ennuyait profondément, aussi devait-elle s’occuper comme il le fallait pour ne pas être trop casse-pied.

Le souci était que les fondateurs n’étaient pas avec elle parce qu’en se relevant, son coude heurta violemment le bras de son voisin, lui faisant rater de nouveau son dessin. Et ça, il apprécia encore moins que tout à l’heure…

« Non mais ça suffit le blaireau ! J’ai pas fait exprès alors t’arrête de suite de me mordre comme ça ! »

Non mais pour qui il se prenait ?! Elle n’avait même pas le temps de s’excuser que déjà il lui sautait à la gorge en feulant et crachant comme une sale bête ! Non mais aucune éducation ce type ! Elle en couina même de surprise alors qu’il lui lança violemment au visage son dessin qu’il avait chiffonné de rage et frustration !

« Eh ! Mais ça va pas ! »

Alors là, que l’enseignant les écoute ou pas, elle en avait rien à secouer ! Se dressant vivement sur ses jambes, elle leva la main pour le gifler violemment, les joues rouge de colère. Le destin semblait être avec eux puisque la fin du cours sonna, son action passant en toute discrétion tandis que tous se levaient en discutant du cours pour s’en aller.

« T’es qu’un perdant le blaireau ! Un perdant et un minable ! Frapper une fille parce que t’as raté un dessin, t’es franchement pathétique ! »

Crachant son venin, elle le fusilla du regard avant de fourrer ses affaires dans son sac, tapant brutalement des pieds alors qu’elle quitta à son tour la classe. Comment avait-il pu oser faire une chose pareille ?! Tout ça pour un dessin ?! C’était vraiment nul de chez nul ! Frustrée et fortement en colère, l’irlandaise bouillonnait et tempêtait tout ce qu’elle savait de plus vulgaire grâce à son grand-père. Que ce petit crétin de blond la chope dans le couloir pour régler ses comptes et elle se transformerait en harpie pour l’éclater contre les murs en pierre du château.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.