Histoire de la magie

Inscription
Connexion

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Image

Avec Cassiopée Malory,
Fin Novembre 2043.



En sortant du cours d'Histoire de la Magie, Euphemia soupira. La jeune fille avait une fois de plus passé l'heure à gribouiller sur ses parchemins, au lieu d'écouter la leçon de Miss Montmort. Ce n'était pas que la jeune fille avait des lacunes particulières ou qu'elle ne comprenait pas, mais plutôt qu'elle ne supportait pas les cours d'histoire en général. Les récits passés sous forme de livres, de documentaires ou même de chansons, pourquoi pas! Mais ce format rigide de faits énoncés sur un ton plus ou moins monotone, qui ne demandait pas d'efforts psychiques... Rah, elle détestait vraiment ça. Le problème, c'est qu'elle avait peur que cela se fasse ressentir dans ses notes. Elle ne savait toujours pas ce qu'elle voulait faire plus tard, mais elle s'imaginait que l'Histoire de la Magie serait plus ou moins importante. Zut.

Le soir précédent, avant le repas, elle avait croisé les jumeaux Kreyis, Sirius et Orion, et leur avait fait part de ses craintes. En vérité, elle ne voulait pas vraiment les déranger avec ça, mais les joyeux lurons avaient bien remarqué que leur amie n'était pas seulement discrète, mais maussade -ce qui n'était pas dans les habitudes de l'androgyne-, elle avait donc subi un interrogatoire que seul un duo Gryffondor/Serpentard pouvait mener. Les petits bruns avaient donc réussi à lui faire cracher ce qui la chagriner, et avaient donc trouvé une idée géniale: lui trouver un mentor!

Elle n'était pas très sûre de cette suggestion, mais leur sourire sincère et la lueur malicieuse dans leurs yeux bleus la firent taire. Au cours de ces derniers mois, elle avait appris qu'il n'y avait rien à faire contre la volonté surexcitée des jumeaux. A contrario d'elle, ils étaient extravertis et excentriques, toujours en train de courir partout. Elle était d'abord devenue miraculeusement amie avec Orion, qui était venue lui tenir compagnie avant un cours de Sortilège -vu qu'ils étaient en classe ensemble. Ce dernier lui fit ensuite rencontrer son frère, Sirius, dont il était inséparable. Et du jour au lendemain, elle surveillait parfois les deux piles électriques, en riant avec eux. Il fallait être honnête, ils étaient une vraie bouffée d'air frais pour elle. Elle aimerait être aussi confiante!

Elle s'appuya contre un mur, non loin de la salle de classe. Orion lui avait envoyé un hibou lui disant d'attendre le "hypersupermegachouette mentor" qu'il lui avait trouvé. Elle repensait à la lueur malicieuse qu'elle avait vue dans leurs yeux... Et pâlit un peu. Oh, Merlin, si ça se trouve, les frères lui avaient joué un vilain tour. Du genre, lui trouver quelqu'un d'absolument effrayant, qu'elle ne pourrait même pas regarder dans les yeux sans sentir son petit cœur s'arrêter. Ou quelqu'un encore plus ennuyeux que le cours. Elle commença à paniquer, et à trop penser aux nombreuses blagues que les jumeaux auraient pu lui faire.

Perdue dans ses divagations, la petite rouquine ne remarquait même plus la personne qui s'approchait.
Dernière modification par Euphemia McDomhnaill le 28 janvier 2019, 4 h 08, modifié 1 fois.

◃✤◦ Fière gérante de la Boutique de Graphisme◦✤▹

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Par définition, des jumeaux étaient semblables dans leur comportement ou leur façon d'être mais cela était un euphémisme pour Sirius et Orion. Ils étaient pareils, rien ne les différenciaient si ce n'était la couleur de leur uniforme et elle avait été plus que soulagée de voir que cette petite différence n'avait pas changé le lien parfait qu'il y avait entre les deux. Si cela avait été le cas, cela aurait rajouté un point négatif à sa liste de chose à penser de Poudlard. L'idée de la liste avait d'ailleurs été celle de sa psychologue qui avait pensé que cela l'aiderait à trouver les points négatifs et positifs de Poudlard, peut-être pour qu'elle se fasse un avis construit sur l'école toute seule sans que les gens ne la pressent pour cela. Enfin, heureusement, les deux restaient à la façon de siamois, deux enfants inséparables.

Cassiopée savait que les deux avaient beaucoup d'amis, pas beaucoup de très proches puisqu'ils ne parlaient pas souvent d'eux mais ils étaient beaucoup plus sociables qu'elle. Elle était fière de ce traits de caractère, cela les aiderait à l'avenir. Ils étaient des garçons intelligents, elle savait qu'ils iraient loin dans la vie et qu'ils sauraient s'en sortir parfaitement quand la maturité aura commencé à apparaître mais pour le moment, cela restaient de grands enfants, leur adolescence était encore loin. Il ne restait qu'une chose, une seule qui était une zone d'ombre et c'était une fille. Elle n'avait pas peur que les deux garçons tombent amoureux de la même fille, ils n'étaient pas prêts, ça ne les intéressait tellement pas pour le moment qu'elle avait plus peur qu'ils tombent amoureux l'un de l'autre plutôt que de quelqu'un d'autre mais cette fille avait l'air d'être une amie très proche et ils en parlaient souvent mais vu le caractère qu'ils lui décrivaient, elle avait peur que les deux garçons, aussi gentils et prévenants soient-ils, aient tendance à presser cette personne sans s'en rendre compte. Parfois les gens ne savaient pas ce qu'ils faisaient de mal. Alors quand les jumeaux vinrent la trouver en priant pour obtenir une aide en histoire de la magie, elle fut d'abord réticente et tenta de leur expliquer qu'ils pourraient toujours envoyer une lettre à leur mère s'ils avaient besoin d'aide ou encore parler à des professeur mais elle changea d'avis en apprenant que ce n'était pas pour eux, mais pour la fille dont ils parlaient souvent. Si elle était aussi renfermée et timide qu'ils le disaient, il semblait logique qu'elle n'aille pas vers les professeurs.

M'enfin, le fait est qu'elle avait accepté -elle n'aurait vraiment pas dû- et qu'elle se retrouvait donc à attendre la fin du cours d'une fille qu'elle ne connaissait pas. Elle n'avait pas bien dormis la nuit dernière et s'était endormie en cours de défense contre les forces du mal, la matière où elle avait le plus de mal dans sa grande honte alors c'est une Cassiopée plutôt reposée qui alla à la rencontre de cette Serdaigle collée contre le mur. Si elle n'avait pas été au courant, elle n'aurait pas pu deviner sans le son de sa voix si elle était un garçon ou une fille. Elle remercia d'ailleurs les jumeaux pour n'avoir pas négligé ce petit détail qui l'aurait mise en bien mauvaise posture. L'autre, qui pourtant n'était qu'en première année, faisait sensiblement la même taille qu'elle et elle ne sut pas si elle devait être vexée ou non. 

-McDomhnail. Cassiopée Malory. Je suis la cousine des jumeaux.

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
"En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins."
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Cassiopée fut d'abord accueillie par un petit cri aigu pouvant rappeler une mésange se faisant piéger dans les griffes d'un chat. Puis par un regard paniqué qui devint rapidement gêné. Un minuscule "Pardon" échappa des lèvres de la rouquine, et elle tourna la tête pour regarder ses pieds pendant quelques instants -et on pouvait voir qu'elle rougissait jusqu'aux oreilles. Ça lui apprendra, à être aussi perdue dans ses pensées! Bon sang... Elle posa une main sur son buste, histoire de faire comprendre à son cœur que ce n'était rien, et qu'elle n'était qu'une idiote distraite. Comme d'habitude, quoi! Elle prit un grand souffle, le bloqua quelques secondes, et l'expira. Son père lui avait appris à faire des exercices de respiration, elle avait lu quelque part que c'était pour remédier à l'anxiété. Elle était toujours nerveuse, mais au moins elle ne tremblerait pas comme une feuille.

Une fois prête à repartir, elle leva timidement la tête vers son interlocutrice, une lueur curieuse dans les yeux. Les jumeaux lui avaient parlé en long, en large et en travers de Cassiopée. Ils semblaient adorer leur cousine, qu'ils considéraient comme une grande sœur. Euphemia était d'ailleurs un peu jalouse parfois, parce qu'elle était enfant unique, et parce qu'elle n'avait pas une relation aussi fusionnelle avec ses cousins et cousines. Et aussi parce qu'elle aurait aimé connaître quelqu'un de plus âgé qu'elle à Poudlard, ne serait-ce que pour les.... Ooooooooooooh. Elle venait de comprendre. Le fameux super-mentor qui l'aiderait à survivre aux devoirs d'Histoire de la Magie.

"- Excuse-moi, j'étais... Ailleurs. Hm, enchanté, je suis Euphemia McDomh... Ah, les jumeaux ont dû te le dire... Désolé, ils ne m'avaient pas dit à qui m'attendre et... Enfin... Bref, pardon."

Bravo Phi, très charismatique! Elle soupira face à son propre manque d'éloquence. Un jour, elle serait capable de prononcer une phrase sans balbutier. Mais ce jour n'était pas encore venu. Elle avait grandi avec des histoires de héros bravant toutes épreuves, des charmeurs et des beaux parleurs, sauvant la veuve et l'orphelin. Elle avait grandi avec les histoires merveilleuses et merveilleusement vraies des gentils sorciers combattant le Mal. Et elle, elle ne pouvait pas dire bonjour à quelqu'un sans piquer un fard et se tromper trois fois de syllabes avant de pouvoir cracher sa salutation. "Heureusement, je ne suis pas une héroïne" pensa-t-elle. Le monde serait mal barré sinon.

Elle secoua légèrement la tête, faisant valser joliment ses cheveux roux, comme si cela pouvait chasser les réflexions incessantes qu'elle se faisait. Après tout, elle était ici pour recevoir de l'aide -ce qu'elle détestait demander-, et pour s'améliorer dans la matière où elle pêchait. Il lui fallait un minimum de concentration, ne serait-ce que pour observer la jeune fille devant elle. Cassiopée faisait la même taille qu'elle -et pourtant, on disait de Phi qu'elle était petite-, avait de magnifiques cheveux noirs légèrement ondulés, et de grands yeux verts qui semblaient ne rien rater. Son expression pourrait sans doute faire peur à certaines personnes, mais la rousse l'avait déjà vu sur d'autres visages. Après réflexion, elle en avait conclu que c'était le vécu des gens qui donnait cette lueur un peu terne. Elle se demandait comment l'allumer, et quel genre de photographie cela donnerait, une lumière éteinte qui s'illumine. Elle se fit une note mentale.

Elle se redressa, un peu plus à l'aise. La Serpentard n'était pas tout à fait une inconnue, et elle semblait l'avoir un peu mieux cerné. Il lui suffisait d'observer, d'analyser. Elle n'était pas une menace -après tout, elle semblait être là à la demande de ses deux amis. Elle penserait à les remercier plus tard. Et les sermonner. Après tout, ils avaient oublié de dire qui ils avaient trouvé. Ça aurait pu éviter des minutes d'angoisse, et l'embarras dans lequel elle s'était mise!

◃✤◦ Fière gérante de la Boutique de Graphisme◦✤▹

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Elle observa avec une fascination mordante la petite Serdaigle couiner littéralement comme l'aurait fait un petit oisillon. Elle lui rappelait très légèrement la petite Serpentard rentrée à Poudlard un an plus tôt qui était devenue ce qu'elle était aujourd'hui. Elle se rappelait être aussi timide à l'époque, elle n'avait pas changé ce trait de caractère mais l'avait juste transformé. De la timidité maladive était née la timidité qui la faisait détester les autres mais qui ne l'empêchait plus de vivre comme l'ancienne le faisait avant. Elle se rappelait, lorsqu'elle était plus jeune, durant sa primaire, elle ne parlait tellement pas qu'elle restait au mieux dans la salle de cours au lieu de rejoindre les autres élèves infernaux dans la récréation. Les élèves ne l'avaient jamais aimé, ça avait toujours été comme ça et ça ne l'avait jamais dérangé puisqu’elle n'avait jamais connu que ça, même quand elle faisait l'école à la maison. Les gens ne l'aimaient pas et c'était tout, il n'y avait rien de plus à dire. 

Les jumeaux étaient bien du genre à ne pas dire le plan à tout le monde mais juste à une moitié. Et cette moitié, c'était elle, elle comprenait donc que l'autre eut été surprise. A sa place et à son âge, elle aurait sûrement réagir aussi violemment, voire plus. Elle avait toujours été une enfant solitaire, pour se protéger des autres et de toutes les choses qui changeaient. Elle ne voulait pas changer en même temps que le monde, pour elle, si elle le faisait cela voudrait simplement dire qu'elle ne serait plus la même et qu'on l'oublierait. Elle était le genre de souvenir qui ne restait pas dans les mémoires. Une jolie tour d'ivoire qu'elle s'était construite au fil des années comme protection et bien plus encore. 

De ce qu'elle savait, l'autre aimait les photos. Sirius et Orion en parlaient bien souvent. Elle aimait bien les photos aussi. Aimer. Avant, elle n'avait pas la définition exacte de ce que cela signifiait. Mais sa psychologue lui apprenait à retrouver les choses qu'elle appréciait et à découvrir d'autres choses. Se faire une idée de la vie, des choses qui l'entouraient sans subir la pression des autres, de la société. Choisir ce qu'elle voulait faire sans qu'on lui demande quoi, quand et comment. 

-Oui, ils m'ont dit. Enchantée, Euphemia. Ne t'inquiètes pas, s'ils ne t'ont pas prévenue de qui viendrait c'est tout simplement parce qu'ils n'étaient pas certains que je puisse venir. Mais je suis là. elle roula des yeux et lissa un pli sur sa robe de sorcier, rangeant la baguette qu'elle tenait cachée dans sa manche dans une de ses bottes avant de lever à nouveau les yeux sur l'autre. Histoire de la magie, donc ?

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
"En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins."
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

La petite rouquine valsait d'un pied sur l'autre, comme si le sol était brûlant. C'était plutôt un mauvais tic qu'elle avait quand elle était anxieuse, mais qu'elle essayait de contenir son émotion. Résultat, elle ne tenait guère en place.

"- Oui, ils m'ont dit. Enchantée, Euphemia. Ne t'inquiètes pas, s'ils ne t'ont pas prévenue de qui viendrait c'est tout simplement parce qu'ils n'étaient pas certains que je puisse venir. Mais je suis là. Histoire de la magie, donc ? "

La Serdaigle semblait hypnotisée par la voix de Cassiopée. Étrangement, elle y trouvait une certaine mélodie, entre sa façon d'énoncer, les brisures, les octaves basses et légèrement plus hautes. Elle avait déjà entendu des chanteurs avec un grain particulier, à la radio. Mais sa mère avait tendance à tout de suite éteindre, pour pouvoir écouter ses chants écossais préférés, qui étaient plus souvent hurlés que chantés. Phi fut surtout surprise par le fait que la voix de la brune ne correspondait pas vraiment à son physique. Elle ressemblait à une petite poupée de porcelaine finement sculptée, mais avait une voix plus mature. Elle avait lu une fois, dans un magazine bien trop compliqué pour elle, que certaines musiques pouvaient paraître dissonantes sur le papier, mais qu'à l'oreille de certaines personnes, elles pouvaient être agréables. Que certains sons captivaient une catégorie de personnes, tandis que d'autres les laissaient de marbre. Elle ne trouvait pas de mots pour décrire la voix de Cassiopée, mais cela lui rappelait cet article -qu'elle semblait un peu mieux comprendre désormais.

Puis elle revint à la réalité.

"- Hist.. Euh, oui, c'est ça! J'ai quelques lacunes, hm, enfin... " Elle baissa d'un ton, comme si Miss Montmort pouvait l'entendre à travers les murs. "Je n'aime pas les cours. J'aime l'histoire, mais... Pas les cours. Donc résultat, j'ai du mal à suivre, et j'ai peur pour mes notes..." Elle reprit, un peu plus fort, comme si parler la faisait sortir de sa coquille, puisant dans une confiance en soi jusqu'alors invisible. "Tu sais, je veux faire de grandes études, et je pense que je vais devoir avoir de bonnes notes en Histoire de la Magie. Enfin, je crois, je ne sais pas trop. C'est gentil, d'avoir accepté la demande des jumeaux... Je suis désolée, je parle trop maintenant, ahah..."

Elle se gratta la joue, et essaya de sortir son manuel, et ses notes de cours. Ces dernières étaient majoritairement remplies de gribouillages -un semblant de mésange qui dévorait un vers, un chat qui portait des chaussons en poil de boursouflet, des étoiles, des carrés, des triangles... Bref, à peu près tout, sauf des notes de cours. Elle rougit un peu et ses lèvres se pincèrent.

"Je... Je pense que je n'ai pas besoin d'expliquer plus en détail, tu dois le voir."

Elle tenait ses affaires un peu n'importe comment, en même temps, elle n'avait pas trois mains. Et donc ce qui devait arriver arriva, et son manuel, ses feuilles, et son sac tombèrent dans un petit fracas qui faisait un écho malicieux contre les murs du couloir. Pendant un instant, Euphemia eut seulement un air vaincu, comme si elle avait décidé d'abandonner la vie pour aujourd'hui -vu que ça ne lui réussissait pas. Puis elle secoua la tête, et se dépêcha de se mettre à quatre pattes pour tout ramasser. Tant pis si elle salissait son pantalon -car elle portait l'uniforme masculin suite à la demande de ses parents. Elle n'était pas du tout à l'aise en jupe, de toute façon. Elle s'étira de tout son "long", ce qui fut évidemment bien trop peu, et dû donc ramper un peu pour rattraper sa plume qui semblait aller prendre des vacances. Elle fut presque fière quand elle finit de tout remettre dans son sac. Toujours sur le sol, assise sur ses genoux cette fois, elle leva la tête vers Cassiopée et lui lança un grand sourire gêné.

"... Encore désolé... On devrait peut-être... Aller à la Bibliothèque?"

◃✤◦ Fière gérante de la Boutique de Graphisme◦✤▹

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Elle aurait presque pu prouver l'autre très attachante si elle n'était pas une telle armoire à glace mais étant donné qu'elle l'était, elle s'était contentée de la regarder s'affairer par terre. Fondamentalement, elle n'avait pas beaucoup d'affaires alors elle eut vite fait de toutes les rattraper mais aucune personne ne l'avait aidé, pas même elle. Était-ce vraiment surprenant ? Les gens sont cons, c'est comme ça et ça le sera toujours, que ce soit elle ou une première année qui ai besoin d'aide, personne ne se bouge parce que les gens n'ont pas le temps dans leur grand emplois du temps tout vide. Pas le temps pour les autres, mais tellement pour sois. L'égoïsme des Hommes est une valeur infinie. On ne peut jamais croiser de bonnes personnes, personne ne l'est totalement. On cache notre nature de merde pour ne pas se sentir esseulé. 

Elle leva un sourcil en remarquant sa tenue. Elle ne regardait pas ses choses là, l'apparence était quelque chose dont elle se fichait totalement mais voir que l'autre mettait aussi un uniforme à pantalon. Elle, elle en mettait pour cacher chaque parcelle de son corps, elle n'aimait pas se montrer et les jupes lui donnaient l'impression de ne rien cacher du tout, peu importe que ses jambes le soient un minimum derrière des collants, ça n'était pas pareil. Elle détestait ça, voilà tout. L'autre avait-elle choisit aussi ? Quelques fois, les parents ne recevaient pas de réponse à leur prière pour le chois du sexe du bébé et obtenaient une fille à la place d'un garçon ou inversement. Et quelques fois, ces parents étaient juste trop stupides pour comprendre qu'on ne pouvait pas changer ça. Elle se demanda si la fillette était obligée par quelqu'un ou quelque chose. Si c'était le cas, cela aurait pu être pourquoi elle était si en retrait, discrète. Et pourtant, elle n'était pas comme les autres gens qu'elle avait rencontré. Elle était timide mais elle pouvait se mettre à beaucoup parler, fondamentalement, pour pas grand chose. Ne lui avait pas dit qu'elle était là ? Alors pourquoi s'excusait-elle encore pour ça ? De surcroît, à la place des deux jumeaux qui eux, ne l'auraient pas fait. Pour eux, Cassiopée avait accepté donc cela s'arrêtait là. L'autre n'avait pas la moindre parcelle de confiance en soit et cela allait lui jouer des tours, autant dans sa vie que dans son apprentissage. On ne pouvait pas jeter de bons sors sans croire en ses capacités et si elle ne le faisait pas, elle s'en rendrait très rapidement compte. 

-Je ne pense pas que Miss Monmort nous en veuille de prendre une table dans sa classe, elle n'est pas du genre à manger ses élèves. Surtout si c'est pour t'aider à s'améliorer dans sa matière. elle lui tendit sa main pour se relever et quand cela fut fait, elle alla s'installer à une chaise proche de l'entrée et commença à farfouiller dans son  propre sac. Ou avait-elle foutu ça, ce matin ?

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
"En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins."
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Phi accepta la main tendue de bon cœur, et une fois debout, elle s'épousseta. Elle profita de ce moment pour se perdre un peu dans ses pensées, réfléchir à la situation. Les jumeaux parlaient énormément de Cassiopée, et cela avait mis des étoiles dans les yeux de la petite rousse. Cependant, elle remarquait bien que la jeune fille penchait du côté taciturne de la balance. Elle se demandait donc comme les frères en étaient arrivés à l'aimer autant, malgré son désintérêt face aux conversations futiles et son manque d'émotion apparait. Non, elle ne se le demandait pas vraiment: Sirius et Orion était capable d'apprécier n'importe qui. Même les jeunes filles qui ne parlent pas beaucoup. N'en était-elle pas la preuve?

Elle paniqua légèrement quand elle vit que Cassiopée était partie s'installer. Elle n'avait pas remarquer qu'elle bougeait, et donc elle était encore seule, debout, près du mur. Elle trottina derrière la brune et prit une chaise pour s'installer en face d'elle. C'était plus facile ainsi de créer une bulle entre les deux élèves, et aussi parce qu'avec sa tendance à être distraite, l'androgyne avait besoin d'être en mesure d'avoir son interlocutrice en face d'elle. Ça lui permettrait de revenir à la réalité plus facilement.

Elle posa son sac sur la table, et sortit ses affaires. Elle savait vaguement où ils en étaient dans le programme. Elle farfouilla dans ses notes, pour voir s'il y avait des choses utilisables -et effectivement, il y en avait puisqu'elle était attentive en début de cours à défaut de toujours l'être à la fin. Elle les organisa donc par date, et ouvrit son manuel à la page parlant de la création de Poudlard.

"- On... On étudie la création de Poudlard, et les fondateurs. J'ai un devoir à rendre dessus, et je l'ai presque terminé, mais je ne suis pas sûre qu'il soit bon... J'ai un peu euh... Fait du copier-coller d'informations." balbutia-t-elle. Elle fit une pause pour se ronger les ongles, comme si cela pouvait calmer son naturel anxieux. "Je ne sais pas vraiment ce que la professeure attend de nous. Enfin, je veux dire, je ne vois pas comment faire un devoir d'histoire sans que ce soit un copier-coller des manuels."

◃✤◦ Fière gérante de la Boutique de Graphisme◦✤▹

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Elle repensa à sa première année. Elle avait réussi en cours, elle n'avait eu aucun problème là dessus ! Mais elle en avait eu tellement à côté de cela que cela avait compensé plus que de raison. Elle était devenue malade d'elle, de sa vie. Elle était devenue malade des autres, de toutes les personnes qui marchaient dans les couloirs, qui avaient l'air heureuses, souriantes. Qui, pour la plupart, ne comprenaient pas ce que le monde avait de pourri en son sein. Ces gens là qui avaient une famille et des amis et qui, jamais, au grand jamais n'auraient autant de cicatrices qu'elle. Qui ne seraient jamais brisés comme elle l'était et qui ne comprendraient jamais la vraie souffrance, celle qui vous arrache le cœur pour vous le faire manger. Celle qui donne aux larmes une chaleur étouffante, qui vous brûle les joues sur leur chemin. Ces gens ne comprendraient jamais comment elle se sentait et elle en était malade. Voilà pourquoi elle n'aimait pas les autres. Et ça valait pour tout le monde. Elle trouvait toujours quelque chose à haïr chez quelqu'un, c'était un automatisme chez elle. De défense, mais un automatisme quand même. Il était tout simplement moins douloureux de se faire abandonner par les gens si vous aviez des choses contre eux que quand vous n'aviez rien d'autre pour eux qu'un amour débordant et sans limite. Les seuls qui avaient ça, c'étaient ceux qui avaient fait comprendre à cette poupée de glace qu'ils méritaient la confiance qu'elle leur avait aujourd'hui donné. 

-L'histoire des fondateurs est passionnante quand on sait la voir du bon côté. Pour les questions, tu peux reprendre les phrases comme telles mais ensuite, il suffit de choisir les informations, de les lister et d'ensuite réécrire d'autres phrases avec les mêmes informations mais avec tes mots à toi. 

Elle sortit le total de ses cours des mois de Octobre-Novembre 2042, soit, ses cours de premières année qu'elle avait gardé. Au cas où elle en aurait besoin un jour, pour un examen, un devoirs ou autre chose comme ce qui se passait en ce moment. 

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
"En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins."
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Le regard de la petite rousse se perdit un court instant, pendant que des pensées fugaces lui passaient par la tête. Les Fondateurs, ceux grâce à qui Poudlard existait. Quatre personnes aux personnalités différentes, mais qui se sont réunis pour construire l'école avec un même but: créer un lieu où les sorciers et sorcières ne seraient pas persécutés par les Moldus, un lieu où ils pourraient apprendre à contrôler leur magie tout en étant en sécurité. Elle l'avait lu dans des livres de la bibliothèque. Elle ressentait un mélange de fierté et d'émerveillement, les sentiments uniques que pouvaient transmettre les actes passés.

Mais étrangement, elle reprochait des choses au monde actuel. Le fait, par exemple, de toujours classifier les élèves dans quatre castes, comme s'il n'y en avait pas assez dans ce monde. Sa mère, ancienne Serpentard, avait souvent râlé à ce sujet. Un enfant n'était pas entièrement intelligent et créatif, courageux et sociable, amical et persévérant, ou ambitieux et rusé. Il était souvent un mélange de tout, produit de l'éducation de ses proches ainsi que de son ouverture personnelle au monde. Phi ne comprenait pas exactement ce que sa mère lui disait, mais elle sentait qu'elle avait raison. "De toute manière, elle a toujours raison" pensa l'androgyne en souriant doucement. Elle secoua un peu la tête, pour remettre ses idées en place, et se concentrer sur sa tâche: devenir meilleure en Histoire de la Magie, grâce à Cassiopée.

"- Ce n'est pas que je ne suis pas intéressée, c'est juste que hm... Je ne sais. Je préfère apprendre ce genre de choses moi-même que de passer une heure assise dans une classe, à moitié éveillée... Donc, je dois paraphraser, mais en utilisant d'autres mots?"

Elle observa les cours de la brune avec envie. Elle aussi, elle aurait bien aimé avoir déjà terminé cette année -du moins, juste les cours d'Histoire de la Magie.

◃✤◦ Fière gérante de la Boutique de Graphisme◦✤▹

Petite Lune et Timide Mercure  PV 

Un petit sourire vint se poser sur ses lèvres à la réponse de l'autre, comme si elle avait eu le pouvoir de briser le cadenas qui les tenait verrouillées. Elle n'était pas totalement laide quand elle souriait, bien qu'elle le pensait toujours, Loïk, Samuel et Solenn disaient que les gens étaient plus beaux quand ils souriaient mais elle n'avait jamais envie de le faire. C'était simple et pourtant ça signifiait tellement pour elle, de ne plus se forcer à  sourire. Elle s'était presque toujours forcée à chaque minutes pour les autres, qu'elle ne le fasse plus aujourd'hui qu'importe si on l'aimerait moins à cause de ça, ça voulait juste dire qu'elle acceptait d'avancer. Ça avait été le premier pas d'une longue marche vers la guérison et ça resterait toujours le plus important. La première chose qu'elle avait arrêté de faire, non pas pour les autres mais pour elle. La première chose qu'elle avait décidé, bien que ce choix ai été fait de larmes et de sang.

Et puis elle comprenait l'autre, rester assise dans un cours qui ne t'intéressait pas était affreux, surtout quand tu savais pouvoir en apprendre tout autant par toi même sans l'ennui qui allait avec. Elle avait bien souvent eu envie de s'endormir parce qu'elle ne dormait jamais et ses nuits blanches la tuaient mais elle ne l'avait jamais fait parce qu'elle se refusait à manquer de respect aux autres, à ceux qu avaient plus de pouvoirs qu'elle, sachant bien qu'un jour ils seraient six pieds sous terre et que, là, elle n'aurait plus à les supporter, même si c'était méchant. Pour autant, elle n'avait jamais séché les cours non plus, malgré qu'être près d'autres lui filait la nausée. Si Cassiopée Malory n'était pas quelque chose, c'était bien une racaille qui se fichait du règlement. A part ses sorties de nuits et le fait qu'elle ne mangeait pas ni ne dormait avec les autres, elle était clean. 

-C'est ça, paraphraser mais avec tes mots à toi. Tout le monde le fait, parce que tu ne peux pas tout inventer. 

Moi ? Je n'fume pas, je n'bois pas, mais je M.L. Chacun son truc.
"En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins."
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.