Histoire de la magie

Inscription
Connexion

La force de l'arbre est dans ses racines  PV 

Pourquoi s'obstinait-elle ainsi? Elle savait pourtant que ce n'était pas possible... Que les êtres qui nous ont quittés sont partis à jamais, et que si l'on retrouve encore des traces de leur passage dans nos vies ou nos coeurs, ce n'est que pour nous consoler et nous remémorer leur présence, pas pour que l'on tente de les garder vivants éternellement... Mais la jeune fille n'avait pu s'en empêcher. Ces derniers temps, tout lui faisait penser à sa grand-mère. Pas comme avant, quand tout lui rappelait la douleur de l'avoir perdue, mais avec un sourire, comme lorsqu'on a envie de raconter un secret à quelqu'un. Beaucoup de choses avaient changé dans sa vie récemment. Son histoire avec Angelo, qui n'avait finalement abouti à rien à cause de son départ, mais dont elle sortait tout de même grandie. Sa promotion au titre de Capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor, qu'elle avait acceptée avec autant d'excitation que d'appréhension... Tant de petites choses dans sa vie d'adolescente dont elle aurait souhaité s'entretenir avec sa grand-mère, qui aurait sut l'encourager, calmer ses craintes et partager sa joie, Kaeyann en était certaine. Les mois avaient passé, depuis le départ de Colette vers l'au-delà, et la peine de la jeune Canadienne avait cicatrisé. Mais elle n'avait pas arrêté de penser à elle pour autant, oh ça non.

La rouquine sortait d'ailleurs d'un cours de Divination particulièrement éprouvant, au cours duquel elle avait laissé ses attentes se faire irréalistes bien malgré elle. En effet, les troisièmes années en avaient terminé avec les lignes de la main, les étoiles et les tasses de thé, et abordaient à présent l'art complexe de la boule de cristal. Le professeur avait commis l'erreur terrible de dire à Kaeyann et au reste de la classe que cet art subtil permettait d'ouvrir son troisième œil et de contempler l'au-delà et la profondeur de ses mystères. Pour la jeune gryffonne, ces paroles avaient résonné comme une promesse inespérée, celle de pouvoir entrer en contact avec sa grand-mère. Ou qu'elle soit désormais, Colette voudrait certainement essayer de parler à sa petite-fille chérie, et ce, par tous les moyens possibles! Kaeyann s'était donc plongée dans la contemplation de la brume mystique que contenait sa boule, n'ayant cure du futur, des visions et des interprétations qu'on lui demandait d'en faire, elle ne voulait qu'une façon de trouver les autres, ceux qui vivaient encore, de l'autre côté. Elle s'était donc éreinté les yeux, à fouiller sans relâche les volutes grisâtres, à la recherche du visage de sa grand-mère, de l'éclat de ses yeux bleus rieurs malgré l'âge, en vain. Elle avait franchi la trappe, descendu l'échelle, et quitté la tour Nord avec le cou endolori, et le cœur plein de déception. Elle avait alors marché d'un pas lent, sans énergie, vers son prochain cours de la journée, avant de sortir de sa torpeur et de se rappeler que ce dernier ne commencerait pas avant deux heures au moins.

Assise dans le couloir, près de la porte menant à la classe d'Histoire de la Magie, la jeune fille attendait donc. Elle sortit son carnet, et commença à y griffonner distraitement quelques jeux et formations qu'elle avait envie d'essayer lors du prochain entraînement des Red Lights. Le temps passait, aucun bruit ne venait troubler le silence qui régnait dans ce couloir (la plupart des étudiants étaient sans doute à la Grande Salle, en train de déjeuner), si bien que la jeune fille finit par s'absorber complètement dans son ouvrage et ne se rendit pas compte que quelqu'un approchait.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

La force de l'arbre est dans ses racines  PV 

Alyce se maudissait. Vraiment. Pouvait-on être bête, être étourdi à ce point. Oublier son livre en salle de cours. Le livre d'Histoire de la Magie. Le plus gros bouquin, le plus volumineux de tous les ouvrages utilisés à Poudlard. Celui qu'on voit tout le temps et qu'on ne perdra jamais. Mais non, Alyce était tellement dans son monde qu'elle avait réussi à l'oublier sur son bureau, bien en évidence mais pas assez pour la rouquine apparemment. Et celle-ci ne s'était rendu compte de la disparition de son livre qu'en sortant du cours de Défense contre les Forces du Mal avec le Professeure Loewy. Youpi, montons cinq étages pour récupérer un vieux livre qui, même s'il est intéressant, est quand même parfois plus que gênant, cette situation le montrait bien. Bon, il était vrai qu'Alyce s'acharnait un peu sur l'ouvrage, car cela l'énervait. Elle aurait fait ça avec tous les livres, quels qu'ils soient. Mais surtout, ce qui la rendait folle, c'était qu'elle avait une chose très importante à faire, depuis bientôt plusieurs jours, et qu'aujourd'hui, elle aurait peut être pu la faire. Mais avec cet oubli et le fait de remonter cinq étages puis les redescendre, avec ces escaliers qui n'en faisaient qu'à leur tête, il ne fallait même plus espérait. Il faudrait remettre ça à demain. Cette "chose" si importante était en fait une discussion qu'Alyce devait avoir avec quelqu'un. Elle devait à tout prix trouver cette personne car elle avait des choses à lui dire et à lui montrer. Et c'était assez pressant, plus tôt elles étaient dit mieux c'était. Rien de grave, au contraire, c'était avec plaisir qu'Alyce allait l'annoncer. Si elle arrivait à trouver la personne, qui semblait s'être volatilisée depuis qu'Alyce la cherchait justement. Chaque fois, aux différents repas, aux pauses, elle tentait désespérément de l'apercevoir, à la table de sa maison ou avec ses amis, mais toujours sans succès. peut être aujourd'hui était le bon jour, mais jamais Alyce n'arriverait à temps dans la Grande Salle. Et malheureusement, elle devait à tout prix récupérer son livre le plus rapidement pour éviter de le perdre, et là, cela aurait pris un autre tournant.

Fatiguée par elle même, elle commença alors sa montée jusqu'au sixième étage, la déception se lisant sur son petit visage pâle. La préfète changea d'escaliers, monta rapidement les marches, redescendit à cause d'un coup de tête de l'escalier du troisième étage, remonta et après une guerre mondiale contre les escaliers, elle arriva enfin au cinquième étage. Elle traversa rapidement le long couloir, pressant le pas même si elle savait que ce serait trop tard. Un doute lui effleura alors l'esprit, tandis qu'elle passait devant un mur recouvert de tableaux. Et si Miss Collins ne se trouvait pas dans son bureau. Comment allait-elle faire? C'est vrai qu'elle n'avait pas pensé à cela. Car elle avait quand même prit du temps avec ces satanés escaliers magiques. Et là, ce serait la totale. Elle ne pouvait pas interdire son professeure d'Histoire de la Magie de descendre manger dans la Grande Salle mais là, il fallait avouer que cela l'arrangerait plutôt pas mal si la jeune femme était encore dans son bureau. Alyce accéléra un peu, bien que cela ne change pas vraiment quelque chose sur les horaires de déjeuner de Miss Collins. Et elle croisa les doigts aussi. Superstition, quand tu nous tiens. Enfin elle aperçut la porte de la salle de classe. Alyce arriva enfin à la hauteur de la porte mais alors qu'elle voulait entrer, son attention fut attirée par la jeune fille à la masse de cheveux roux assise sur le sol froid du couloir, en train de griffonner sur son cahier. La Serdy ne mit pas longtemps pour reconnaitre cette élève. Cela n'aurait pas pu être plus beau.

Celle qu'elle cherchait désespérément depuis une semaine. Kaeyann Hirondella. Enfin. A cet instant, le livre oublié n'eut plus aucune importance. Alyce s'en fichait bien, Kaeyann était là, assise, prête à écouter les paroles de la rouquine, enfin cela, elle le pensait. La Serdaigle retira délicatement sa main de la poignée de la porte en bois et s'approcha discrètement de son ainée rousse. Cette dernière semblait vraiment absorbée par son travail, aussi Alyce se racla un peu la gorge, comme le faisait certaines personnes plus âgées pour qu'on remarque leur présence. Un sentiment d'euphorie parcourait Alyce au moment même, mais elle dut le contenir, sinon Kaeyann allait quand même trouvait ça un peu suspect. Lorsqu'elle eut attiré l'attention de la Capitaine des Red Lights, elle se laissa un peu aller. La Préfète s'agenouilla et sortit précipitamment un bout de parchemin de son sac.


"Salut Kaeyann, c'est Alyce! Tu sais, le terrain de Quidditch et tout... Ça fait une semaine que je te cherche!Regarde ça!"

Et elle fourra le papier, sous les yeux de Kaeyann. C'était un arbre généalogique.

Reducio
Voilà un aperçu du fameux papier:
Image


Reducio
Je m'excuse, je t'ai fait attendre. Je serais plus rapide maintenant. ^^

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!

La force de l'arbre est dans ses racines  PV 

Des bruits de pas rapides dans le couloir, suivis d'un petit raclement de gorge, surprirent Kaeyann et la tirèrent de ses pensées. La paire de pieds qui était apparue dans le champ de vision de la jeune fille indiquait bien qu'on s'adressait à elle, mais lorsque la gryffonne leva la tête, elle crut d'abord qu'on lui faisait une mauvaise blague et qu'on avait suspendu un miroir au-dessus de sa tête, car la jeune fille qui était penchée près d'elle lui ressemblait énormément. Kaeyann battit des paupières et reconnu rapidement Alyce, la jeune Serdaigle dont elle avait fait la connaissance quelques mois plus tôt, alors qu'elles s'étaient tournées l'une vers l'autre pour apaiser leur deuil, dans un moment de complicité aussi douce qu'inattendue. Sans perdre de temps, Alyce tira de sa poche un morceau de parchemin, qu'elle tendit à Kaeyann, manifestement excitée.

«Salut Kaeyann, c'est Alyce! Tu sais, le terrain de Quidditch et tout... Ça fait une semaine que je te cherche! Regarde ça!»

Légèrement confuse d'abord, la Canadienne déplia le parchemin et le porta à ses yeux, songeant que depuis qu'elles avaient fait connaissance dans les estrades entourant le terrain de Quidditch, elles ne s'étaient en effet jamais recroisées. Le fait qu'Alyce l'ait cherchée pendant une semaine sans parvenir à la trouver prouvait qu'elles avaient vraiment des emplois du temps aussi chargés que différents. Kaeyann concentra son attention sur ce qu'elle lisait, son cerveau mettant un temps fou à comprendre où Alyce voulait en venir avec ce qui semblait être son arbre généalogique. Lorsqu'elle suivait la branche qui poussait vers la gauche, Kaeyann tombait sans surprise sur les parents de la Serdaigle, puis sur cette dernière. La Rouge s'apprêtait à relever la tête pour demander «Oui, et alors?» à sa camarade, quand un mot accrocha son oeil et retint son attention: son propre prénom. Et oui, il était bien là: Kaeyann. Et tout autour fleurissaient des bourgeons portant les noms de ses soeurs, tout au bout de la branche où s'unissaient ceux de ses parents. La rouquine devait se rendre à l'évidence, tout était là. Ses parents, ses grands-parents, leurs parents à eux, réunis dans le même arbre généalogique qu'Alyce.

«Mais alors on... Tu veux dire que...»

Kaeyann ne savait plus trop bien ce que cela impliquait. Elle savait qu'elle avait des tas de cousins et cousines éparpillés dans le monde, car du sang de grands voyageurs coulait dans les veines de ses aïeuls et se transmettait de génération en génération, peuplant la Terre d'Hirondella de souche ayant adoptés d'autres noms de famille, d'autres nationalités, d'autres modes de vie, mais elle ne s'était certainement pas attendue à rencontrer une autre... cousine? étaient-elles cousines? à Poudlard. Et surtout pas à trouver une parente éloignée en la jeune fille qui lui ressemblait tant et qui l'avait consolée et écoutée avec autant de naturel. En même temps, tout s'expliquait un peu... Elles s'étaient instantanément senties à l'aise l'une avec l'autre, peut-être était-ce parce qu'elles avaient reconnue une parente. Lorsqu'elle avait quitté le terrain de Quidditch, ce fameux jour, Kaeyann sentait qu'elle avait trouvé quelqu'un, mais surtout, qu'elle avait été trouvée. Et bien voilà... Les ramifications de l'arbre s'étaient complexifiées, et elles s'étaient retrouvées.

«Comment as-tu trouvé cet arbre généalogique?» demanda simplement Kaeyann au bout d'un moment, incapable de formuler une pensée plus cohérente pour le moment.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

La force de l'arbre est dans ses racines  PV 

"Mais alors on... Tu veux dire que...'

Kaeyann eut un long moment d'absence, où elle semblait réfléchir et analyser la situation. En même temps, Alyce la comprenait. Une jeune fille débarque et vous tend derechef un arbre généalogique où il est indiqué clairement, noir sur blanc, que vous êtes cousines. la situation est pour le moins compliqué lorsque vous vous êtes mutuellement consolées et que ladite fille est devenue ta confidente d'un jour. C'est vrai qu'Alyce n'aurait peut-être pas du être si brusque et aurait sûrement du d'abord engager la conversation avant de s'attaquer comme ça à la partie généalogique, car en plus, les deux rouquines ne s'étaient pas revues depuis leur rencontre sur le terrain de Quiddicth. Mais pour Alyce, le courant était passé, et annoncer cette nouvelle à Kaeyann n'était pas comme l'annoncer à une parfaite inconnue. Mais Alyce était trop pressée à force de l'avoir cherché maintes et maintes fois en vain. Il faudra tout de même qu'elle revoit quelque peu certaines de ses méthodes.

Kaeyann, elle, était toujours en état de réflexion totale, sans dire le moindre mot. Soit elle était en état de choc complet, soit elle tentait de tout ramener au clair. les deux solutions ensembles marchaient plutôt bien. Alyce eut un court instant de panique, ayant peur d'avoir chamboulé la vie de quelqu'un par ses manières trop pressées. Mais ce n'était pas en apprenant qu'on avait une cousine éloignée que sa vie pouvait se voir bouleversée. Surtout si les deux cousines s'étaient déjà liées d'amitié auparavant. Mais Kaeyann devait juste chercher pourquoi la Préfète des Bleus lui annonçaient cela maintenant, comme ça, alors que sa vie n'aurait pas changé si elle n'avait été au courant de rien. Mais après une courte réflexion avec elle-même, la rouquine jugea qu'il ne fallait mieux pas essayaient de s'introduire dans la tête de Kaeyann, tentant désespérément de deviner ses pensées. Elle songea alors à autre chose, quand sa nouvelle cousine prit enfin la parole.


'Comment as-tu trouvé cet arbre généalogique?"

La raison était très simple. Alyce avait beaucoup apprécié Kaeyann, et avait parlé de la jeune fille à sa mère lors des vacances d'été. Elle avait bien sûr opté pour ne rien dire à propos de la double consolation. Elle préférait que sa mère ne sache pas ce qu'elle pensait d'elle à cette époque de l'année. M'enfin bon, quoi qu'il en soit, le nom Hirondella éveilla des souvenirs et celle-ci été allée cherchait deux caisses où on trouvait une multitude de liasse de papiers dont plusieurs arbres généalogiques parmi lesquels celui qu'elle venait de tendre à Kaeyann. Alyce lui expliqua alors rapidement la courte histoire de la découverte de l'arbre.

"Et bien... J'ai parler de toi à ma mère et elle connaissait ton nom de famille. Un seul coup d'oeil pour savoir qu'on était cousines."

Mais Alyce avait peur d'avoir provoqué un sentiment négatif en Kae. Peut-être pas dire un choc, mais bon, si cela avait ennuyé ou provoquer des émotions, ce n'était pas son genre.

"Je suis désolé... J'ai mis du temps à te trouver alors du coup j'ai été un peu rapide et direct pour te montrer ça. Ce n'était pas très très sympa, donc encore désolé."

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!

La force de l'arbre est dans ses racines  PV 

«Et bien... J'ai parlé de toi à ma mère et elle connaissait ton nom de famille. Un seul coup d’œil pour savoir qu'on était cousines», expliqua Alyce. «Je suis désolée... J'ai mis du temps à te trouver alors du coup j'ai été un peu rapide et directe pour te montrer ça. Ce n'était pas très très sympa, donc encore désolée.»

Kaeyann se leva enfin, se remettant sur ses pieds tant bien que mal, l'arbre généalogique dans une main et l'autre en appui sur le mur. Son sac à dos, le carnet dans lequel elle griffonnait des formations de Quidditch à peine quelques secondes auparavant et sa plume retombèrent sur le sol quand elle fut debout, mais la jeune fille ne s'en souciait pas le moins du monde. Elle avait entre les mains un parchemin qui lui ouvrait la voie vers un tout nouveau pan de l'histoire de sa famille. Comment se faisait-il qu'elle n'ait jamais su qu'elle avait une autre cousine de son âge, qui fréquentait aussi Poudlard et qui lui ressemblait autant? C'était une nouvelle incroyable! Encore plus de famille! Kaeyann avait souvent éprouvé du chagrin en arpentant les couloirs de Poudlard et en voyant tous les frères et sœurs qui avaient la chance de faire leurs études en même temps. Toutes ses sœurs à elle s'étaient croisées à maintes reprises, dans la Grande Salle, dans le parc, au détour d'un corridor. Elles avaient assisté à des matchs de Quidditch depuis des tribunes différentes, mais elles s'étaient exclamées et enthousiasmées en regardant les mêmes acrobaties aériennes. Elles avaient étudié pour leurs examens, s'étaient entre-aidées, avaient pesté contre les mêmes professeurs et s'étaient réjouies des mêmes bals de Noël. Pendant des années, elles s'étaient rendues à la gare de King's Cross avec leurs parents et s'étaient séparées une fois à bord, mais elles s'étaient retrouvées alors qu'arrivaient les vacances d'été... Kaeyann, elle, était arrivé trop tard. Elle était la petite dernière, et six ans la séparaient de ses soeurs les plus jeunes. Elle les avait vues durant sa cérémonie de répartition, mais elles avaient terminé leurs études la même année, et depuis, la rouquine était seule. Personne ne l'avait vu devenir Préfète, ni Capitaine des Red Lights.

Et voilà qu'elle apprenait que cette jeune fille compatissante, gentille et amusante qu'elle avait rencontrée par hasard et qui l'avait tout de suite comprise et épaulée, était en fait sa cousine! Elle était sa famille! Elle vivait les mêmes choses qu'elle! C'était une nouvelle tout à fait fantastique! Kaeyann avait quelqu'un avec qui parler, avec qui rire et bâtir une relation toute spéciale! C'était comme trouver une soeur!

Bon... Peut-être devait-elle d'abord passer un peu plus de temps avec Alyce avant de lui annoncer qu'elle avait l'intention de la traiter comme sa soeur...Mais en tout cas elle était extrêmement heureuse, et toute cette joie soudaine devait s'exprimer! Kaeyann se pencha donc et attrapa la Serdaigle dans une étreinte enjouée.


«C'est formidable! Ça explique tellement de choses! Notre ressemblance, notre complicité! Même si c'est loin dans notre arbre généalogique, ça ne change rien au fait que, quelque part, au fond de nous, le même sang coule dans nos veines. Je suis vraiment heureuse!»

Kaeyann n'arrêtait plus de sourire. Alyce s'en voulait d'avoir été trop rapide et directe pour lui annoncer la bonne nouvelle? Et bien c'était complètement pardonné! Elle avait presque une soeur! De son âge! Qu'elle pouvait croiser dans la Grande Salle, et dans le parc, et au détour d'un corridor! Maintenant qu'elle le savait, Kaeyann se sentait moins seule tout à coup, et elle était très enthousiaste quant à la suite des choses. Mais d'abord, elle voulait comprendre exactement à quel point Alyce et elle étaient reliées. Elle libéra donc la jeune fille et se pencha à nouveau vers l'arbre généalogique, analysant mentalement les connexions qui y figuraient.

«Alors... nos grands-mères étaient soeurs, en fait?» conclut la gryffone. «C'est super! Tu te rends compte? Elles étaient sans doute très proches, et elles se sont raconté plein de trucs secrets comme le font les soeurs...Et puis ça veut aussi dire que tu es en partie Canadienne!»

La jeune fille ne pouvait pas croire que la connexion qui existait entre Alyce et elle remonte à leurs grands-mères. Était-ce une coïncidence, qu'elles se soient rencontrées en portant le deuil de leur aïeule respective, et qu'au final, celles-ci soient en fait deux soeurs? Kaeyann était plus encline à parler de destin, mais bon, c'était sans doute sa nature de romancière qui parlait. En tout cas, elle trouvait cela très amusant que son père ait épousé une femme portant pratiquement le même nom que sa tante, et ait donné naissance à une jeune fille ressemblant énormément à la petite-fille de cette dernière. Wouh! C'était étourdissant! Mais tellement formidable! Kaeyann attendait avec impatience de voir si Alyce partageait sa joie, et si elle était la seule qui avait subitement envie de passer beaucoup de temps avec sa nouvelle cousine.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

La force de l'arbre est dans ses racines  PV 

Alyce scrutait Kaeyann, attendant sa réaction. C'était sûrement le point qu'elle n'avait pas préparé, celui auquel elle n'avait pas pensé lorsqu'elle s'était empressée d'annoncer la bonne nouvelle, du moins pour elle, à sa cousine. Alyce n'avait jamais envisagé la chose, ais il était possible que la Préfète de Gryffondor ne partage pas la joie qui emplissait en ce moment la Serdaigle. Il est vrai que la rouquine n'avait pensé qu'à elle, qu'à ses sentiments, sans se demander ce que Kaeyann penserait de la situation. Peut-être était-elle déçue, contrariée? Après tout, elle avait déjà 5 soeurs, et une fille de plus dans sa famille n'était pas forcément une bonne nouvelle. Elle s'en fichait peut-être. Ou bien elle aurait espérait que cette cousine soit quelqu'un d'autre. Une Gryffone, une fille de son âge, qui partageait les mêmes centres d’intérêts, ou encore un garçon. Au vue de cette idée, Alyce frémit, sans pour autant se dégonfler devant Kaeyann, elle attendit sa réaction, la boule au ventre. Son ainée se releva, serrant dans sa main le petit bout de papier jauni, preuve du lien de parenté entre les deux jeunes filles. Alyce attendit le moment où elle déchirerait le papier devant elle, où elle lui crierait à la figure de s'en aller. Mais elle fut rassuré par un sourire de la part de sa nouvelle cousine.

"C'est formidable! Ça explique tellement de choses! Notre ressemblance, notre complicité! Même si c'est loin dans notre arbre généalogique, ça ne change rien au fait que, quelque part, au fond de nous, le même sang coule dans nos veines. Je suis vraiment heureuse!

Alyce laissa échappait un soupir de soulagement. Kaeyann, selon ses dires et son expression, était aussi heureuse qu'elle de cette découverte familiale. Alyce avait vraiment eu peur pour rien. Surtout que la Kaeyann qu'elle avait rencontrée au terrain de Quidditch et avec qui elle avait parlait pendant des heures ne ressemblait pas au monstre qu'elle avait créé dans sa petite tête. Quelle histoire elle avait pu faire! En tout cas, ce fut un réel plaisir de voir que Kaeyann partageait sa joie. Une joie incontestable, il fallait le préciser. C'était comme si ce moment, la rouquine l'attendait depuis sa naissance. Contrairement à Kae, elle était fille unique, bien que ce statut allait changer dans quelques mois. Et ses deux parents l'étaient aussi, ce qui fait qu'elle n'avait jamais eu d'enfants dans sa famille avec qui jouait, avec qui elle aurait pu établir une certaine relation de confiance. Durant ses années de jeunesse, Alyce s'était sentie extrêmement seule et elle en gardait encore un mauvais souvenir. Rien que savoir que des jeunes filles ou garçons se trouvaient quelque part sur terre, et qu'ils avaient un lien de parenté avec elle l'avait considérablement réconforter la Deuxième Année, surtout durant la période qu'elle traversait. En tout cas, elle ne savait comment contenir le joie qu'elle avait en elle. Elle avait enfin trouver celle à qui elle pourrait tout dire, avec qui elle s'entendrait toujours, celle avec qui elle pourra s'amuser et faire les pires bêtises du monde. Celle qui pourrait être fière d'elle et celle de qui elle serait fière. Et même si Kaeyann ne partagerait pas forcément le même sentiment qu'elle, elle semblait heureuse et c'était le principal.

"Alors... nos grands-mères étaient soeurs, en fait? C'est super! Tu te rends compte? Elles étaient sans doute très proches, et elles se sont raconté plein de trucs secrets comme le font les soeurs...Et puis ça veut aussi dire que tu es en partie Canadienne!"

C'était aussi un point qu'Alyce avait bien étudié et apprécié. Se dire que leurs grands-mères avaient beaucoup partagé allait sûrement les rapprocher, peut-être comme elles l'étaient. Et puis, il y avait la question du pays. La rouquine savait que sa mère était Québécoise, mais elle n'en parlait jamais car celle-ci était arrivée en Europe à l'âge de 15 ans. C'était presque de l'histoire ancienne. Mais là, Alyce pourrait en parler, et donc en connaitre plus sur ce pays. La rouquine rendit son sourire à Kae.

" Moi aussi tu sais! Je suis fille unique alors c'est tellement formidable de trouver une cousine de son âge! Et oui, c'est ça! J'imagine bien... Elles devaient vraiment être très proches. Je trouve cela étrange qu'elles n'en ai pas parlé à leurs petites-filles. "

C'est vrai qu'Alyce se demandait pourquoi sa grand-mère, ou même sa mère ne lui ai pas parlé de cette famille qui l'attendait au Canada. Surtout que le père de Kae avait énormément de frères et soeurs, c'était donc une famille géante qui y était. Mais Alyce aurait bien le temps de se poser la question.

"Et j'espère que tu me raconteras beaucoup de choses sur le Canada! J'ai hâte d'en savoir plus, puisque c'est aussi ma patrie! "

Reducio
Désolée pour le retard.

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!