Métamorphose

Inscription
Connexion

Une dose de dépression  PV 

Elle était là depuis environ un mois et elle défaisait seulement ses valises, venait seulement de s'approprier complètement son bureau et ses appartements. Des photos de son fils étaient posées sur les meubles, les placards étaient chargés de ses vêtements, elle avait même installé ses propres rideaux et avait apporté ses draps, sans lesquels elle ne pouvait dormir bien. Sur sa table de chevet, il y avait quelques bibelots appartenant à ses défunts parents. Enfin, elle avait demandé à ce qu'on installe le berceau de son fils à côté de son lit. Lorsqu'elle regardait la pièce, elle s'y sentait comme chez elle et ne pouvait que sourire.

Durant son temps libre, elle parcourait le château, comme elle avait l'habitude de faire lorsqu'elle était enfant. Elle s'amusait à prendre les fameux escaliers qui n'en font qu'à leur tête, elle marchait dans les longs couloirs, tournait en rond, revenait en arrière, entrait dans une salle puis en ressortait. Elle redécouvrait les lieux, mais cette fois-ci tout était différent. Elle avait vécu tellement de choses entre la fin de ses études et le début de son enseignement qu'elle n'avait plus la même vision de tous ces endroits. Pourtant, elle s'était persuadée que tout irait bien, qu'elle arriverait à surmonter cela.

Lorsqu'elle se rendait dans la grande salle, elle se voyait à la table des Serdaigle, la maison de John, en train de déjeuner et de rire à s'en faire mal au ventre. Quand elle regardait par sa fenêtre et qu'elle voyait l'étendue du parc, elle s'imaginait avec John et quelques autres amis en train de faire une bataille d'eau durant l'été. Quand elle passait dans certains couloirs, elle embrassait John avant de partir en courant de peur d'être en retard en cours avec les joues rosées. Lorsqu'elle errait dans Poudlard, elle se rappelait à quel point elle était heureuse avec lui. À quel point il lui manquait, mais aussi à quel point elle était aujourd'hui dévastée et submergée par le chagrin.

Alors elle retournait dans sa chambre temps qu'elle le pouvait, elle s'allongeait dans son lit et elle déprimait. Jusqu'à ce qu'une envie soudaine lui prenne. C'était une envie qui lui prenait rarement, d'habitude, elle n'était pas de ce genre. Mais aujourd'hui, elle en avait besoin. Enfin, c'est ce qu'elle se disait.

Elle descendait les étages qui la séparait des cuisines, et, entrant discrètement, elle se dirigea vers la cave à vins. Une, deux, trois et pourquoi pas une quatrième bouteille. Parée à passer une soirée de folie, seule, elle remonta les escaliers. Tout essoufflée à cause des nombreuses marches qu'elle avait dû monter, Sara s'affala sur son lit et commença à boire. Entre deux, elle chargea à Mily de bien garder Oliver. Voyant la détresse de sa maîtresse, Mily ne put que hocher la tête avec un air compatissant. Heureusement qu'elle était là, toujours à l'épauler. C'était la meilleure elfe de maison qu'elle avait pu avoir dans sa vie.

Elle avait raté le dernier repas de la journée, mais elle avait été incapable de s'y rendre. Au fur et mesure qu'elle buvait, la tristesse montait. Après une énième gorgée, ce qui devait arriver arriva. Elle craqua. Les larmes coulaient, coulaient, coulaient. Elle ne pouvait plus s'arrêter, la machine était lancée.

Code couleur : #b7612c

Une dose de dépression  PV 

Sur un petit nuage. Pour la première fois depuis de longues années, Amy se sentait bien. Elle était rentrée au château après une journée passée avec Scott, et elle avait ressenti le besoin de voir son amie Sara, afin de lui raconter tout ce qui se passait en ce moment. Cette dernière avait, à la plus grande joie d'Amy, intégré Poudlard en tant que professeure de métamorphose. Et dire que Sara lui avait dit, quelques mois plus tôt, que le Chaudron lui convenait très bien. Comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Elles s'étaient donc vues régulièrement, mais peu de temps puisqu'elles avaient toutes les deux du travail, que ce soit professionnel ou personnel. La professeure de Défense contre les Forces du Mal n'avait pas envoyé de hibou à son amie, préférant la surprendre. 

Peut-être qu'elle aurait du envoyer ce hibou, finalement. Amy toqua une première fois au bureau de Métamorphose, mais ne reçut aucune réponse. Elle lança un Alohomora sur la porte qui s'ouvrit, puis elle entra dans le bureau impeccablement rangé. Amy balaya la pièce du regard, espérant trouver un indice qui attesterait de la présence de Sara, cette dernière ne s'étant pas présentée au repas du soir, mais il n'en fut rien. Alors que la professeure de Défense contre les Forces du Mal allait repartir, elle entendit un sanglot étouffé provenant de la seconde porte du bureau. Ce bruit ne ressemblait pas à ceux qu'Ollie pouvait émettre. Amy s'approcha de la porte, et tendit l'oreille. Deuxième sanglot étouffé. N'y tenant plus, elle appuya sur la poignée de la porte et ouvrit celle-ci.

Un spectacle des plus étonnants s'offrit alors à elle. Trois bouteilles de vin des elfes pleines étaient posées sur le sol, la quatrième dans les mains de Sara qui l'avait bien entamée et qui, de surcroît, pleurait. Amy ne perdit pas la face et prit immédiatement la parole.

« Mais qu'est-ce qui se passe Sara ? Tout en continuant à parler, elle retira ses chaussures.   Je ne t'ai pas vue au diner, ce qui me semblait bizarre, alors je me suis dit que j'allais venir te voir »

Il restait de la place sur le lit, alors Amy ne se démonta pas et s'assit, laissant sa jambe droite pendre dans le vide et calant son pied gauche sous sa cuisse droite. De grosses larmes continuaient à couler sur les joues de son amie. La directrice de Serdaigle lui prit des mains la bouteille et la remplaça par un mouchoir. Remarquant que son bébé n'était pas dans la pièce, la rousse parla de nouveau.

« Il y a eu un problème avec Ollie ? Où est-il ? Mily ?»

Amy appela l'elfe de maison de Sara, qui pourrait sans aucun doute répondre à ses questions. 

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Une dose de dépression  PV 

Elle ne s'arrêtait plus. Boire, pleurer. Boire, pleurer. C'était tout ce qu'elle allait faire durant cette soirée, seule. Demain, elle longerait les couloirs la tête haute, faisant croire aux autres que tout allait bien, mais elle y penserait encore, elle se remémorerait ses moments passés avec John et sa soirée mouvementée. Elle repenserait aux nombreuses bouteilles de vin qu'elle aurait bu et se sentirait coupable de les avoir subtilisés aux elfes avant de devenir triste à nouveau. C'était un cercle vicieux dont elle était parfaitement consciente.

Pourtant, à bien y réfléchir, Sara n'avait pas de raison d'être malheureuse. Enfin presque, car plusieurs événements improbables s'étaient déroulés les mois précédents. Premièrement, elle avait son fils, qui avait actuellement dix mois. C'était un petit garçon adorable qu'elle aimait de tout son coeur, qui lui redonnait la joie de vivre quand elle était près de lui. Ensuite, il y avait Sophie, sa fille adoptive. Tout comme Oliver, elle était une fille adorable et Sara ne pouvait qu'être très fière d'elle et heureuse d'être considérée comme étant sa mère. Amy faisait partie des personne que Sara appréciait énormément. Elle était sa plus belle rencontre de l'année 2042. C'était une femme exceptionnelle et Sara était plus qu'heureuse d'avoir croisé sa route. Elle était l'amie que tout le monde rêvait d'avoir, à l'écoute, drôle, toujours présente dans les moments difficiles, c'était l'amie idéale.

Puis, il y avait Friendye. Il y avait tant de choses à dire sur cette dernière qu'il était difficile de savoir par où commencer. Elles étaient amies depuis très longtemps, presque depuis le début des études de l'ancienne Gryffonne. Elles aussi, avaient vécu beaucoup de choses ensembles, des moments inoubliables, des disputes... Mais la chose la plus exceptionnelle entre les deux personnes s'était déroulée lors de la nouvelle année, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Sara n'avait remarqué les sentiments qu'éprouvait Friendye à son égard, elle avait donc été très déstabilisée lorsqu'elles s'étaient embrassées. Intentionnellement. Ce soir-là, Sara avait ressenti quelque chose de nouveau, quelque chose qu'elle ne pensait jamais ressentir. Elle était attirée. Friendye l'attirait.

Elle ne savait pas vraiment si c'était de l'amour qu'elle ressentait pour elle, mais elle était sûre qu'il y avait quelque chose entre elles, une chose qui les liaient. Sara le sentait. Elle avait été confuse durant les premiers jours suivant l'événement et aujourd'hui elle ne savait toujours pas ce qu'il en était -tout du moins de son côté-, mais elle savait tout de même une chose, c'était qu'elle souhaitait la revoir et passer du temps avec elle. Mais par-dessus tout, c'était de comprendre et savoir ses sentiments.

Alors que toutes ses idées se mélangeaient dans sa tête, Sara n'avait même pas remarqué qu'une personne proche d'elle avait fait son entrée dans sa chambre. Attentionnée, c'était l'une des qualités qu'elle avait oublié de mentionner en pensant à Amy. Parce que c'est ce qu'elle était également. Sara n'avait pas vraiment la force de lui répondre et fut tout de même assez outrée de voir sa bouteille disparaître de ses mains, remplacée par un vulgaire mouchoir.

Néanmoins, et parce que ça partait d'une bonne intention de la rouquine, elle n'en dit rien et se moucha, simplement. Elle ne savait pas quoi répondre tant elle se trouvait ridicule. Heureusement, Amy termina par se préoccuper d'Oliver qui n'était pas dans la pièce, à son plus grand bonheur. Au moins, elle n'aurait pas à lui expliquer la situation. Enfin, pas maintenant, elle avait un peu de temps pour se remettre les idées en place.

« Ne t'inquiète pas, Mily s'occupe de lui. Je n'allais quand même pas boire devant mon fils. C'est une chose qu'il ne verra jamais, enfin, pas de cette façon-là. »

D'un revers de main, Sara essuya les larmes qui coulaient sur ses joues, reniflant par la même occasion. Puis, se rendant compte qu'elle n'y échapperait pas, elle se dévoila à son amie, espérant qu'elle lui rende la bouteille de vin.

« Je pensais que ça irait, que j'arriverai à tourner la page ici. Mais ce n'est pas le cas... John est beaucoup trop présent, je le vois dans chaque couloir, dans chaque pièce de l'école... C'est insupportable. J'ai peur. Peur qu'il m'enlève mon fils depuis la lettre que j'ai reçu, j'ai peur de ne jamais m'en sortir. Je n'ai jamais autant aimé quelqu'un, je le pensais être l'homme de ma vie, mais ce n'était pas le cas... Aujourd'hui plus qu'avant il me fait souffrir et je n'arrive pas à oublier, à passer à autre chose alors que je devrais... Quelle femme suis-je pour encore penser à lui alors qu'il y a une autre personne dans ma vie à présent ? »

C'était ce qu'on appelait une gaffe monumentale. L'effet de l'alcool, ça. Elle n'avait parlé à personne de sa relation avec Friendye. Jusqu'à ce qu'elle le mentionne, enfin, vite fait.

Code couleur : #b7612c

Une dose de dépression  PV 

Finalement, ce fut Sara qui répondit aux questions d'Amy, annonçant que Mily s'occupait d'Oliver. La professeure de Défense contre les Forces du Mal soupira de soulagement, car Ollie n'était pas en danger immédiat. Sa mère avait juste décidé de boire comme un trou, peut-être pour oublier quelque chose dont Amy ne connaissait pas la nature. Elle renifla puis s'essuya les joues, et reprit son monologue, Amy écoutant avec attention. Sara continua en disant qu'elle n'arrivait pas à tourner la page de son ex-mari, qu'elle avait peur qu'il lui prenne son enfant, et qu'elle avait quelqu'un d'autre dans sa vie maintenant.

La Directrice de Serdaigle ne put s'empêcher de laisser naître un grand sourire sur ses lèvres. Ainsi donc, Sara Bowers, professeure de Métamorphose et accessoirement cachottière-en-chef n'avait rien dit sur sa nouvelle relation. Amy s'en voulait un peu de sourire alors que Sara était au plus bas, mais elle se disait qu'elle pourrait enfin lui raconter des trucs, elle aussi, telles des élèves de seize ans à Poudlard. La professeure de Défense contre les Forces du Mal finit par reprendre la parole.

« Il ne te prendra pas ton fils, j'en suis certaine. Ou du moins, il n'a pas intérêt à essayer, sinon on le chasse à coup de sorts bien placés ».

Amy n'avait pas encore rendu la bouteille de vin à Sara. Elle ne savait pas si elle devait laisser son amie continuer à boire, si elle devait l'accompagner dans sa soirée de beuverie ou si elle devait la coucher, lui confisquer toutes les bouteilles et attendre qu'elle s'endorme ? Finalement, elle se dit qu'elle pouvait bien boire un verre ou deux avec Sara. Il se faisait tard, donc elle en profita. Amy se releva du lit puis fila dans l'autre pièce de sa collègue. Elle repéra deux verres à pied (quelle coïncidence), les prit dans ses mains et retourna sur le lit.

« Tiens, on l'a bien mérité. Elle remplit les deux verres presque à ras bord, en tendit un à Sara et reprit. Mais dis moi tout. Qui est cette nouvelle personne dans ta vie ? Si tu me le dis, je te dirai un nouveau truc à propos de moi. Du même genre, si tu vois ce que je veux dire ».

Amy lui fit un clin d'oeil, trinqua avec Sara et but une grande rasade de vin des elfes. Pas mauvais du tout. La professeure de Défense contre les Forces du Mal était vraiment curieuse, et elle espérait, même si c'était impoli, que Sara allait lui raconter toute l'histoire.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Une dose de dépression  PV 

Elle était repartie dans un sanglot infernal lorsqu'elle imagina simplement John prendre son fils, lui arracher. C'était une chose qu'elle n'arrivait pas à concevoir, Oliver était une partie d'elle, elle ne pouvait plus se passer de lui. Il était en partie tout ce qui lui restait de plus cher au monde et l'idée de le perdre, de ne plus pouvoir le prendre dans ses bras, de ne plus le voir sourire, et même pleurer était quelque chose d'impossible. Pour la énième fois, les joues recouvertes de larmes, Sara se jura intérieurement qu'elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour garder son fils auprès d'elle. Elle avait suffisamment de preuves contre John pour démontrer que son ex-mari n'était pas la personne idéale pour s'occuper d'enfants, quels qu'ils soient. Oliver et Tally en étaient les preuves et cette dernière pouvait très bien le témoigner.

« Il ne te prendra pas ton fils, j'en suis certaine. Ou du moins, il n'a pas intérêt à essayer, sinon on le chasse à coup de sorts bien placés. »

Amy avait totalement raison, bien qu'elle préférait tout de même passer par la justice avant de sortir les baguettes. C'était ce qu'il fallait qu'elle se dise : John n'aurait pas Oliver, du moins pas tant qu'elle serait en vie. En plus, elle n'était pas toute seule. Elle savait que son entourage était prête à la soutenir, et Amy venait de le lui prouver en lui prononçant ces paroles qui l'avaient beaucoup réconfortée et motivée à se battre plus que jamais. Elle devait être forte, pour son fils, pour sa fille, pour ses amis et pour sa nouvelle compagne. Elle ne pouvait pas se laisser aller ainsi.

« Tiens, on l'a bien mérité. Mais dis moi tout. Qui est cette nouvelle personne dans ta vie ? Si tu me le dis, je te dirai un nouveau truc à propos de moi. Du même genre, si tu vois ce que je veux dire. »

Elle était partie et était revenue si vite que Sara n'avait limite pas remarqué sa micro-absence. Il fallait dire que pour le coup, Amy faisait bien honneur à l'équipe de Quidditch de sa maison, les Éclairs. En même temps, lorsqu'il s'agissait de boire un coup, c'était tout de suite plus compréhensible. Enfin.

Après avoir versé le vin dans les deux verres, d'ailleurs sa collègue et très chère amie n'y était pas allée de main morte, Sara décida de lever son verre à toutes les bonnes choses qu'elles avaient. La famille, les amis, l'amour. Elle laissa durer le suspens un peu plus longtemps car elle ne savait pas vraiment comment réagirait son amie. Il était clair que sortir avec une fille n'était pas quelque chose qu'elle se serait vue faire, et Sara ne connaissait pas l'opinion d'Amy à ce sujet. Peut-être qu'elle le prendrait mal et qu'elle ne voudrait plus parler à Sara. Ou au contraire, elle serait ravie pour elle. Il n'y avait qu'une seule façon pour elle de le savoir, c'était de le lui dire. Avant d'une traite une grosse gorgée de son vin, elle se lança.

« Ce n'est pas vraiment une chose facile à dire, et même si c'est quelqu'un d'extraordinairement formidable, tout ça me gêne un peu... J'ai invité une amie de très longue date à la nouvelle année et... Notre amitié a pris une autre tournure, si tu vois ce que je veux dire. Elle s'appelle Friendye, c'est une femme fabuleuse, une perle rare. »

Des images de Friendye arrivaient peu à peu dans sa tête, imaginer son sourire la faisait frissonner. Avant qu'elle ne se perde dans ses pensées, elle reprit une bonne gorgée de vin et se tourna de nouveau vers Amy. Ce n'était pas parce qu'elle avait un petit coup dans le citron qu'elle avait forcément oublié les paroles de la rouquine...

« Et toi alors, qu'est-ce que tu as à me dire ? Je suis toute ouïe ! »

Code couleur : #b7612c

Une dose de dépression  PV 

Les pensées d'Amy se confirmèrent rapidement après que Sara a bu une grande lampée de vin. Tout comme la rousse, la professeure de Métamorphose semblait avoir la descente facile lorsque l'occasion le permettait. Elle raconta donc à Amy que c'était compliqué à dire et que ça la gênait. La professeure de Défense contre les Forces du Mal se sentit très gênée. Sa curiosité mal placée lui avait encore une fois porté préjudice, et elle sentit une boule se former dans sa gorge. Néanmoins, Sara ne sembla pas lui en tenir rigueur et continua son petit monologue, disant qu'elle avait invité une amie de longue date pour le Nouvel An et que leur relation était passée de l'amitié à l'amour. Du moins, c'est ce qu'elle avait compris.

La boule qui s'était formée dans la gorge d'Amy avait disparu, cette dernière souriant de toutes ses dents. La surprise n'avait été que très courte dans son esprit, et bien qu'elle pensait que Sara était totalement hétérosexuelle, il semblait que finalement, ce n'était pas vraiment le cas. La professeure de Défense contre les Forces du Mal leva son verre et but de nouveau du vin, en même temps que son amie. L'alcool commençait déjà à lui monter à la tête. Finissant son verre (oui, déjà), elle entendit la nouvelle question de Sara.

« Et toi alors, qu'est-ce que tu as à me dire ? Je suis toute ouïe ! »

Bon, apparemment, le vin des elfes ne faisait pas perdre la mémoire et Sara avait très bien retenu ce qu'Amy lui avait dit quelques minutes auparavant. Il allait bien falloir que la rousse finisse ce qu'elle avait commencé. Mais avant, nouveau verre de vin. Elle versa du liquide alcoolisé dans son verre et remplit également celui de Sara. La première bouteille était désormais vide, alors Amy reposa son verre sur la table de chevet et se pencha pour attraper la deuxième. Elle reprit son verre, but une nouvelle grande gorgée pour se donner du courage, et reprit la parole.

« Bon alors déjà, je suis ra-vie que tu aies retrouvé l'amour, vraiment. Fille ou garçon, personnellement je m'en fiche. Si t'es heureuse, c'est le principal. Nouvelle gorgée. Ensuite... Après notre Noël, j'ai pris l'avion pour aller aux Etats-Unis, comme je te l'avais dit, et sur le siège à côté de moi, il y avait un homme, fort sympathique et même drôle. On a parlé, et puis à la fin du voyage il m'a demandé si on pouvait se revoir. Donc j'ai dit oui, et on s'est revus plusieurs fois. Je pense qu'on peut dire qu'on est... En couple. Nouvelle gorgée. C'est un moldu tu vois, donc je dois tout lui cacher. Je lui ai fait croire que j'étais professeure d'Histoire-Géographie dans un collège privé, c'est pour te dire ».

Amy scruta Sara avec attention, regardant la moindre réaction de son amie. En attendant sa réponse, elle but une nouvelle gorgée de son verre, qui était une nouvelle fois vide. Une fois encore, la professeure prit la bouteille de vin et s'en servit un nouveau verre.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Une dose de dépression  PV 

Elle avait redouté la réaction d’Amy et finalement, tout s’était bien passé. Un certain poids était tombé de ses épaules, car elle ne savait pas trop comment serait perçue cette relation. Du moins, parce que c’était la première fois qu’elle passait de l’autre côté. Elle n’avait jamais imaginé que ce serait possible un jour, pour dire vrai. C’était une chose qu’elle avait un peu précipitée, c’était le cas de le dire, mais même aujourd’hui, elle n’était pas sûre. Elle n’avait pas tellement réfléchi à tout ça, ce soir-là, tout était tellement allé si vite. Ce n’était que plus tard, qu’elle avait commencé à se poser des véritables questions.

Elle s’était d’abord demandée si cette histoire rimait à quelque chose, si ce qu’elle faisait, était une bonne chose. Chaque jour depuis cet événement inattendu, Sara se posait des questions. Certains jours, elle doutait, d’autres, elle était très enthousiaste. Ce changement était une chose qui avait tout troublé, mais elle n’en était pas moins mécontente. Pour le moment, bien qu’elle eût un peu peur de la tournure des choses -d’autant plus qu’elle n’avait, aujourd’hui, pas vu Friendye depuis un moment-, elle redoutait du moment où elles se feront de nouveau face. Elle ressentait bel et bien quelque chose pour elle, et elle l’avait su lors de cette soirée, mais c’était encore trop ressent pour qu’elle se rende réellement compte de ce qu’elle ressentait vraiment, si leur relation durerait, si tout ça n’était simplement pas un moyen pour Sara de passer à autre chose, d’oublier, de vivre sa vie à fond, de découvrir de nouvelles choses.

Ses pensées furent coupées lorsque son amie lui annonça la bonne nouvelle. Sara était tellement contente pour elle car si quelqu’un méritait d’être heureuse, c’était bien Amy Holloway ! Cette dernière avait subi tellement de choses malheureuses dans sa vie, entre sa perte d’odorat, le fait qu’elle ne puisse pas avoir d’enfants... et sûrement d’autres choses, elle méritait de rencontrer quelqu’un. De bien, tant qu’à faire.

Un sourire s’étirant jusqu’à ses oreilles s’afficha alors sur le visage de la jeune femme. Portant son verre à ses lèvres et sentant l’alcool monter à sa tête, elle leva son verre, pour trinquer. Elle ne se souvenait même plus si elle l’avait déjà fait ou non, mais cela importait peu. La rencontre d’Amy méritait ce geste.


« Je suis heureuse pour toi, Amy ! Tu le mérites tellement ! J’espère que ça va durer entre vous. Et si c’est le cas, il faudra bien lui avouer cette partie de ta vie ! Ce doit être tellement difficile d’avouer un tel secret ! »

Suite à ces paroles, elle porta de nouveau son verre à ses lèvres et le vida par la même occasion. En même temps qu’Amy se servait son verre, Sara lui tendait le sien pour qu’elle le remplisse également. Ses pensées étaient confuses, elle réfléchissait à tant de choses qu’elle avait l’impression que son cerveau finirait par exploser. Puis, comme si de rien n’était, elle s’autorisa à poser une question à Amy. Même si elle n’était pas dans son état normal, c’était une question sincère, qui elle espérait, trouverait une réponse positive.

« Amy, je sais que mon fils t’adore, il n’y a qu’à voir son comportement quand tu es là, avec lui... J’imagine que c’est réciproque alors... Aimerais-tu être sa marraine ? Il a besoin de quelqu’un comme toi dans sa vie, tu serais pour lui la marraine parfaite, j’en suis sûre ! »

En attendant la réponse, son verre se dirigea une fois de plus vers ces lèvres, c’était comme un automatisme.

Code couleur : #b7612c

Une dose de dépression  PV 

Et glou, et glou… Combien de verres Amy avait-elle éclusé, depuis qu’elle était arrivée dans la chambre de Sara ? Elle ne s’en souvenait même pas. Une chose était sûre, elle en avait trop bu pour son propre bien, et avait même avoué à Sara des choses concernant sa vie plus que privée. Cette dernière arborait un grand sourire et félicita chaudement la rousse, qui ne put s’empêcher d’arborer un sourire qu’elle aurait qualifié d’imbécile. Afin d’éviter de répondre à la dernière partie de la phrase de Sara, elle remplit le verre de son amie à ras bord et elles trinquèrent ensemble.

Alors qu’Amy reprenait encore une fois une gorgée de vin des elfes, Sara reprit la parole. Elle annonça que son fils adorait la rousse et elle lui demandait par conséquent si Amy voulait bien être la marraine d’Oliver. Le verre que la professeure de Défense contre les Forces du Mal comptait porter de nouveau à ses lèvres se suspendit dans l’air pendant qu’elle regardait avec de grands yeux son amie. Elle, marraine d’un bébé ? Bien sûr, elle adorait Oliver. C’était le bébé parfait, celui qu’elle aurait voulu avoir. Mais est-ce qu’être sa marraine signifiait être sa baby-sitter quand Sara en avait besoin où était-ce juste histoire d’avoir une protection ?

Elle ne voulait pas casser l’ambiance, loin de là, mais elle ne put s’empêcher de poser des questions après avoir bu une nouvelle gorgée de vin.

« Tu es vraiment sûre ? Enfin je veux dire… Je suis peut-être pas la meilleure personne pour ça. Moi j’adorerais hein, mais bon, ça m’embêterait que tu regrettes après ».

Amy posa son verre sur la table de chevet afin de pouvoir poser tranquillement la bouteille sur le sol, histoire de ne pas la renverser. Mais son centre de gravité en avant décidé autrement car dès qu’elle eut penché un peu le corps afin de poser la bouteille, tout son corps partit vers l’avant et elle n’eut le temps que de poser son bras par terre afin de ne pas tomber. Elle se retrouvait donc penchée vers l’avant, sur le point de complètement tomber par terre, avec une Sara se trouvant sur l’autre côté du lit. Par on ne sait quel miracle, aucune goutte de vin n'était tombée au sol et la bouteille était restée parfaitement droite.

« Attends, il faut que tu m’aides là ! Prends mon autre bras et tire, où je vais finir par terre».

Amy posa la bouteille de vin sur le côté, puis son amie tira et la professeure put se redresser dans une position plus convenable. Lorsqu’elle eut reprit son verre, elle continua sur sa lancée de questions.

« Mais comment ça se passe pour être vraiment la marraine d’Ollie ? Il y a des papiers à signer ? Il faut aller à l’église ? J’y connais rien du tout moi ».

Et hop, nouvelle gorgée de vin.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Une dose de dépression  PV 

Sara ne savait pas vraiment si Amy allait accepter d’être la marraine d’Oliver. C’était quand même un rôle important et qui demandait du temps à consacrer à l’enfant. C’était de nouvelles responsabilités et peut-être que la rousse ne souhaitait pas recevoir ça.

Une marraine, selon Sara, ce n’était pas juste une personne présente lors des fêtes d’anniversaire et de Noël pour offrir des cadeaux, c’était bien plus que ça. Quelqu’un à l’écoute qui saurait aider son filleul en cas de besoin, qui saurait le guider et le remettre dans le droit chemin. C’était un peu comme une deuxième maman.

Sara savait parfaitement que sa collègue et principalement amie, saurait remplir ce rôle à merveille.

Le silence devenait de plus en plus pesant pour Sara qui redoutait de plus en plus la réponse de son amie. En réfléchissant un peu, elle s’était dit que c’était peut-être malvenu de sa part. Heureusement, ses doutes et ses craintes s’estompèrent rapidement puisque Amy lui donna finalement une réponse positive. Ou presque.

Avant qu’elle n’ait pu répondre aux questionnements de son amie, Sara assista à une scène vraiment drôle. Elle était par ailleurs très déçue de ne pas posséder d’appareil photo, autrement, elle aurait adoré immortaliser le moment.

Amy se retrouvait dans une position assez inconfortable, tentant de maintenir son équilibre pour ne pas tomber davantage et pour ne pas renverser son précieux vin. L’effet de l’alcool se faisait bien ressentir chez les femmes. Les bras de Sara étaient tellement devenus flasques et mous qu’elle n’avait pratiquement pas la force d’aider sa collègue pour la relever.

Avec un peu d’effort et une gorgée de vin supplémentaire, Sara parvint finalement à aider la rouquine qui pouvait se tenir à nouveau comme il faut sur le lit. Suite à cela, la conversation repris.


« Il y a queeeeelques démarches administratives à faire… signer des trucs par-ciiii, par-làààà. ‘Fin, pour que ce soit officiel quoooi. L’église tu paaaarles, c’est pas dans mes traditioooons, je ne vais pas à l’église mooooi. Signer les papiers du Ministèèèère suffiraaa. »

Sara n’était pas sûre de ce qu’elle racontait. L’alcool ayant une forte emprise sur elle, elle se sentait dire n’importe quoi. À bien y réfléchir, elle ne savait même plus ce qu’elle venait de raconter.

Oubliant ses petits doutes, bien trop amochée pour s’en soucier de toute manière, elle porta une nouvelle fois son verre à ses lèvres, histoire de fêter la bonne nouvelle. En réalité, elle était si heureuse pour son fils et pour Amy. Les deux méritaient amplement tout ça. Et puis maintenant, Ollie avait une personne en plus dans sa famille sur qui il pouvait compter, même si avant sa proposition, Sara ne doutait pas d’Amy.

Maintenant, Sara était bien loin de son triste état de quelques heures ou minutes –elle ne savait plus trop- auparavant. Amy lui donnait la force de garder le sourire et le moral. C’était une personne formidable, pensait Sara, et sur qui elle pouvait compter. Sur ces douces pensées, elle avala d’une traite le liquide qui attendait dans son verre.

Presque immédiatement, elle se mit à ressentir les effets de sa bêtise. Elle qui n’avait pas l’habitude de boire, c’était presque le verre de trop. Heureusement, elle n’en était pas arrivée au moment fatidique où elle aurait dû se déplacer jusqu’aux toilettes.

Inconsciemment, elle fermait les yeux, son lit étant si confortable qu’elle ne pouvait s’en empêcher. Ses muscles se relâchèrent peu à peu et sans faire attention, elle laissa s’échapper le verre qu’elle tenait entre ses mains.

Trop alcoolisée pour s’en soucier, elle bredouilla un « Blblbl » à peine audible à Amy avant de s’endormir définitivement. Aurait-elle honte de tout ça le lendemain ? Probablement, oui.

______________________
Fin du RP pour moi, vraiment navrée pour l'attente. :wounded:

Code couleur : #b7612c

Une dose de dépression  PV 

Est-ce qu’on avait le droit d’être marraine à l’église si on était divorcée ? Amy n’en savait rien, et ce n’était franchement pas une question qu’elle aurait pu se poser. Elle n’aurait pu s’imaginer que Sara lui demanderait d’être la marraine d’Ollie. Finalement, Sara éluda les préoccupations d’Amy en annonçant avec une drôle de voix que l’église n’était pas dans ses traditions et que signer un ou deux papiers au Ministère serait suffisant. Pour fêter la nouvelle, les deux professeures prirent une nouvelle fois une gorgée de vin. Amy ne manqua pas la grimace qui arriva sur le visage de son amie et elle ricana légèrement. Alors, on ne tient pas l’alcool ?

Puis Sara ferma les yeux. Amy passa sa main devant, au cas où elle avait juste mal à la tête, mais il semblait que ce n’était pas cela. Son verre tomba, à moitié plein, sur le lit. La professeure de Défense contre les Forces du Mal se releva, peu enchantée à l’idée d’avoir du vin sur ses vêtements. Par contre, il était hors de question qu’elle nettoie maintenant. Sara s’était définitivement endormie et Amy savait qu’elle le lui rappellerait jusqu’à la fin de sa vie. Peu encline à l’idée de finir son verre toute seule, elle le reposa comme elle le put sur la table de chevet.

La professeure de Défense contre les Forces du Mal tituba jusqu’à la porte menant au bureau de métamorphose, jeta un dernier regard à Sara qui commençait à ronfler légèrement, puis partit comme elle le put. Le retour dans ses appartements fut assez chaotique. Elle réussit à faire tomber une armure mais finit par atteindre, quinze minutes en plus du temps habituel, sa chambre, où elle s’écroula toute habillée sur son lit. Ses chaussures étaient restées dans la chambre de Sara, de même que sa dignité. Heureusement que personne ne les avait vues. 

Reducio
Fin du RP pour moi également :D

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
Bisous de Miss Copier/Coller :D
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown