Métamorphose

Inscription
Connexion

Interview de Mini Miss May  Libre 

Wilson était dans l'équipe de journal de sa maison. C'est bien connu, dans un journal, de temps en temps, il y a des interview. Pour cette édition ci, il fallait interviewer Eléa May, la professeure de métamorphose et directrice de Serdaigle. Le rédacteur-en-chef du journal avait donné cette mission pour Wilson qui l'avait accepter avec confiance. Il aimait bien la métamorphose et il était plutôt bon, il éprouvait de la sympathie pour son professeur donc cela ne lui dérangea pas d'aller l'interviewer. De plus, cela lui donnera une bonne raison d'aller visiter son bureau et ça, c'est pas donner à tous le monde.

Le Serpentard quitta la salle de journalisme du quatrième étage avec son bloc-note à la main et une plume magique qui nécessite pas d'encre pour écrire. Pratique quand on ne peut pas transporter d'encrier sur soi. Il se dirigea vers le bureau du professeur May qui se trouvait jute à côté de la salle de classe où avait lieu les cours de Métamorphose, c'est-à-dire au deuxième étage. Il descendit les deux étages donc et arriva très rapidement devant la porte du bureau. Bon espérons qu'elle soit là maintenant. Wilson frappa à la porte trois fois. Pas de réponses. Il recommença. Toujours pas de réponses. Il décida d'ouvrir la porte mais celle-ci était fermé à clé. Bon, Miss May est absente.

Un peu perdu, Wilson avança dans le couloir du deuxième étage sans trop savoir où aller. Il réfléchissait à où pourrait bien être son professeur de métamorphose. Ce n'est pas le moment de manger donc elle ne pouvait pas être dans la Grande Salle. Les Directeurs de Maisons peuvent aller dans les salle commune mais uniquement pour faire passer un message important et Serdaigle n'a pas besoin, à l'avis de Wilson, de recevoir un message important, sinon il ne serait pas les couloirs mais dans la salle commune de Serpentard. Le seul lieu où Miss May pourrait être, c'est la salle des professeurs. Une vaste salle commune pour les adultes de Poudlard où aucun élèves n'est autorisé à aller. Mais c'est justement ça le problème. Comment vérifier si miss May y est si on a pas le droit d'y aller ? Finalement Wilson abandonna, peut-être trop facilement et décida de revenir plus tard.

Il se dirigea alors vers la salle commune de Serpentard dans l'objectif de rentrer quand il croisa un élève dans le couloir. Une idée, de génie ou de bêtise, lui vient à l'esprit, il n'hésita pas une seconde.


« Salut, tu peux heu... répondre à quelques questions pour les Chroniques du Sale Hasard ? »

Wilson attendit un instant puis continua.

« En faite, je devais interviewer miss May à la base, alors les questions sont adressé à elle. Est-ce que tu peux répondre comme si tu étais elle ? J'écrirai dans l'article que tu es son porte-parole comme ça, on saura que c'est toi qui a répondu. »

Un peu maladroit comme demande. Fin soit. Son idée n'allait pas plaire à tous le monde mais tant pis, de toute façon, les chroniques du Sale Hasard est un journal privé à la maison Serpentard donc miss May ne sera jamais au courant de cet article.

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Interview de Mini Miss May  Libre 

Amaëlle était à son second jour de servitude. Il est important d'appuyer sur le ''second'' car une vieille loi de vocabulaire indique que le mot insiste sur le fait que c'est aussi le dernier. Aussi c'était avec un sourire immense qu'elle répliquait à tout ceux qui se moquait de son deuxième jour en tant qu'elfe de maison que ça n'était pas le deuxième mais le second. Elle passait une fois de plus pour une folle mais elle n'en avait cure. Elle n'était pas folle, le savait, et cela lui suffisait.

Toujours est-il que c'était bien pour cette raison qu'Amaëlle était dans les couloirs à cette heure ci alors qu'elle aurait bien préféré être tranquillement en train de lire ou de dessiner… ou de faire ses devoirs ! Parce que ça évidemment sa ''maitresse'' n'avait pas jugé bon de tenir ce détail en compte dans l'emploi du temps qu'elle lui avait donné et la deuxième année se retrouvait à les faire tard le soir. Foi de Nelly, elle se vengerait. Elle revenait en réalité du bureau de Miss Collins, bureau dans lequel elle avait glissé une enveloppe sous la porte. Elle ne savait pas ce qu'il y avait dedans et ne voulait même pas le savoir. Elle ne savait pas pourquoi la quatrième année lui avait demandé cela mais elle n'était même pas sûre qu'il y ait une raison autre que de la faire courir dans les étages.

Elle était encore en train de ruminer sur la fille qui lui gâchait sa journée lorsqu'elle aperçut Wilson de loin qui se précipitait vers une autre élève. Curieuse, Amaëlle s'approcha :


« … Miss May à la base, alors les questions sont adressé à elle. Est-ce que tu peux répondre comme si tu étais elle ? J'écrirai dans l'article que tu es son porte-parole comme ça, on saura que c'est toi qui a répondu. »


Était-ce une nouvelle méthode d'interview ? C'était pour le moins original.

« Désespéré Wilson ? Ça fonctionnera mieux tu sais si tu dis que c'est sa fille cachée, un porte parole attire moins qu'un nouveau ragot » lança t-elle d'un ton taquin en guise de bonjour.

Cela lui fit néanmoins penser au fait que Wilson était un membre du journal, enfin elle le savait déjà puisqu'après tout elle venait tout juste de quitter le Sale Hasard mais elle venait de se rappeler qu'elle devait faire quelque chose à propos du journal sur sa liste. Lançant un petit coup d'oeil à la fillette que Wilson venait apparemment d'arrêter elle se rendit compte que cette dernière n'était pas particulièrement à l'aise. A vrai dire elle avait l'air de se demander comment sortir de là.


« Allez, file ! Je te remplace» lui lança t-elle avec un petit sourire

Ces mots la petite première année (qui au vu de son écusson était pourtant à Serdaigle et connaissait donc relativement bien Miss May) ne se les fit pas dire deux fois et elle s'empressa de serrer ses affaires contre son coeur et de tourner les talons. Lorsque la dernière mèches de sa tignasse brune eut disparu à l'autre bout du couloir sous le regard de la verte et argent, cette dernière se tourna vers le Serpentard à ces côtés. Puis elle réalisa quelque chose.


« J'espère que tu ne voulais pas que ça soit absolument elle qui réponde ! » dit-elle un peu inquiète « Sinon je suis navrée... mais bon elle avait pas l'air très rassurée. »

Attendant une seconde une réponse qui ne vint pas (le petit blond étant sans doute trop surpris pour réagir) elle hésita un peu, ne sachant pas comment interpréter ce silence (lui en voulait-il ou pas ?) et finit par se rappeler ce qu'elle était venue faire. Sortant une feuille pliée en quatre de sa poche (la fameuse liste des taches) elle l'ouvrit, vérifia quelque chose, puis la remit au fond de sa poche.[/i]

« Tu sais l'imperium que j'ai reçu ? Celui des quatrièmes années ? » commença t-elle avec une petite grimace « Et bien Kate Scholkt m'a demandé de faire en sorte qu'une interview d'elle apparaisse dans le prochain numéro du Sale Hasar... sous peine de divulguer à tout le monde les ragots qu'elle connait pour ruiner votre travail» elle eut un petit sourire d'excuse avant d'ajouter « Une charmante jeune fille celle ci... je crois qu'elle aurait voulu être journaliste mais qu'elle a été refusée aux sélections à cause de son orthographe.»

Les deux enfants devaient avoir l'air assez suspects, plantés comme ils l'étaient en plein milieu de couloir. Habituellement dans les couloirs les gens passaient, riaient, discutaient, couraient, mais ils ne s'arrêtaient pas. C'était le principe même du couloir. Le couloir c'était presque un non lieu. Ce lieu qui n'existe que pour en relier d'autres, un lieu inutile et indispensable, éphémère, dans lequel on ne faisait jamais que passer. Mais puisque Wilson ne bougeait pas elle n'allait pas le faire à sa place. Au lieu de ça elle lui demanda simplement.

« Du coup tu lui voulais quoi exactement à cette petite Serdaigle ? »

Même le plus petit serpent a du venin (si si)

Interview de Mini Miss May  Libre 

La fille a qui il avait demandé de l'aide, il ne l'a connaissait pas vraiment. Du moins il n'était pas sur de la connaître. Mais peu importe elle avait accepté et comme beaucoup d'élèves ont métamorphose dans leur cursus scolaire, elle devrait connaître Miss May suffisamment, en tant qu'élève pour pouvoir répondre aux questions. Wilson allait poser sa première question pour l'interview quand il entendit une voix familière.

« Désespéré Wilson ? Ça fonctionnera mieux tu sais si tu dis que c'est sa fille cachée »

C'était Amaëlle Nelly, préfète de Serpentard. Elle avait été journaliste au Chroniques du Sale Hasard au moment où Wilson est entré dans l'équipe. Il l'a connaît plutôt bien puisque celle-ci l'a aidé a retrouver son hibou, Meov lorsqu'il l'avait perdu. Amaëlle est en quelque sorte « la sauveuse » de Wilson.

Sa fille cachée... la fille de Miss May pourrait en effet être à Poudlard et répondre à la place de sa mère. En plus, les lecteurs feront tous pour trouver la fille du professeur qui évidement, n'existe pas. C'est pas mal. Le garçon sortit son petit calepin et entreprit de noter tous ça. Pendant ce temps, au grand étonnement de Wilson, Amaëlle demanda à la fille de partir. Voulait-elle faire la fille cachée à sa place ? Le première année sentit une déstabilisation à cette pensée, car il ne savait pas s'il allait en être capable. La fille, il ne l'a connaissait pas et il ne l'aimait pas plus que ça. Alors qu'Amaëlle... c'était différent.


« J'espère que tu ne voulais pas que ça soit absolument elle qui réponde ! Sinon je suis navrée... mais bon elle avait pas l'air très rassurée. »

C'est vrai, mais en même temps moi non plus, j'suis pas rassurée... * pensa-t-il. Il allait devoir interviewer Amaëlle Nelly, la grande préfète qu'il aimait tant en secret et en plus, elle allait se faire passer pour la fille de miss May. Oh la la, c'est le moment de sortir tous ses atouts de journaliste et de ne pas flancher. Ne sachant que dire, que faire, il resta là à la regarder. Pas trop, pour pas qu'elle s'inquiète, juste ce qu'il faut pour la laisser enchaîner.

« Tu sais l'imperium que j'ai reçu ? Celui des quatrièmes années ? Et bien Kate Scholkt m'a demandé de faire en sorte qu'une interview d'elle apparaisse dans le prochain numéro du Sale Hasar... sous peine de divulguer à tout le monde les ragots qu'elle connaît pour ruiner votre travail »

Wilson eut un élan de colère contre cette fille. Pas contre Amaëlle bien sûr, c'est impossible d'être en colère contre cette fille si charmante. C'est contre cette Kate Scholkt que Wilson ne connaît pas, qu'il est en colère. Comment peut-elle dire du mal des Chroniques du Sale Hasard ? Faudra en parler à Arthur, au cas où. Non finalement pas besoin de l'inquiété pour si peu.

« Une charmante jeune fille celle ci... je crois qu'elle aurait voulu être journaliste mais qu'elle a été refusée aux sélections à cause de son orthographe.»

Bah heureusement ! Le journal aurait été un torchon de bêtises sinon. Wilson, sous l'idée sous entendu d'Amaëlle décida, pour son bien, de mettre son nom dans l'article, contre sa volonté. Cette fille serait donc la fille cachée de Miss May et serait donc sujet à toute questions de la part des lecteurs. Cela promet d'être intéressant. Pour qu'Amaëlle puisse se venger, Wilson allait lui proposer de répondre aux questions prévue pour l'interview en question.

« Du coup tu lui voulais quoi exactement à cette petite Serdaigle ? »

A bah oui, Amaëlle s'impatiente et c'est normal. Depuis tous à l'heure, elle ne fait que parler et Wilson ne dit aucun mot. C'est pas ce qu'on peut appeler un dialogue. Le garçonnet prit quelque note sur son calepin de journaliste et répondit :

« Je dois faire une interview de Miss May et elle n'est pas là. Tu connais Arthur, je ne peux pas retourner dans la salle de journalisme sans que cela soit fait. Du coup, je me suis dit qu'un élève de Serdaigle pourrait m'aider vu qu' c'est la directrice de leur maison. Mais comme tu l'as fait partir... est-ce que tu peux prendre sa place ? » Wilson tendit un sourire, en fixant Amaëlle pour la persuader de dire oui. « Je prends ton idée de fille cachée, et j'écris le nom de Kate dedans, cela va faire une de ces rumeurs... Profite-en pour te venger bien comme il faut ! »

Le journaliste, tourna la page de son calepin, où il y a la première question de l'interview. Il était prêt pour son interview.

« Excuse-moi par avance si je t'appelle Kate, ce nom te va pas du tous. Heurk ! » dit-il en tirant une grimace.

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

Interview de Mini Miss May  Libre 

Dans quoi est ce qu'elle s'était aventurée encore elle ? Elle aurait mieux fait de laisser la petite aux mains du Serpy. Enfin non elle exagérait bien sûr, mais elle n'avait pas compris tout ce qui était en train de se passer dans l'esprit du première année qui lui faisait face. Le début elle avait compris… c'était à sa portée :

« Je dois faire une interview de Miss May et elle n'est pas là. Tu connais Arthur, je ne peux pas retourner dans la salle de journalisme sans que cela soit fait. Du coup, je me suis dit qu'un élève de Serdaigle pourrait m'aider vu qu' c'est la directrice de leur maison. Mais comme tu l'as fait partir... est-ce que tu peux prendre sa place ? »

Ça oui elle connaissait Arthur. Le petit garçon était un tantinet râleur… Ça passait mieux évidemment avec ce qu'il aimait faire, et il tenait d'une main de maître le journal des Serpentards… sauf qu'on ne pouvait pas dire que sa qualité principale était la patience. D'autant que Wilson était peut-être du genre à traînasser ? Elle ne savait pas trop, mais c'était bien possible. En tout cas elle avait effectivement bien compris, il voulait faire l'interview de Miss May à travers une Serdaigle… enfin il voulait tricher quoi. Mais ça elle avait compris… ce qu'elle voulait du coup c'était qu'il lui pose les questions qu'il voulait lui poser, enfin même si sans doute c'était mieux comme entrée en matière qu'il lui explique les ressorts de l'histoire avant de commencer… Mais soit. Il faisait ce qu'il voulait. C'était la suite de toute façon qu'elle n'avait pas compris : il lui avait annoncé avec un sourire immense une phrase qui l'avait tout d'abord laissée perplexe :

« Je prends ton idée de fille cachée, et j'écris le nom de Kate dedans, cela va faire une de ces rumeurs... Profite-en pour te venger bien comme il faut ! »

Puis il avait sortit avec fierté son petit calepin de journaliste en herbe avant de faire une belle grimace pour lui annoncer :

« Excuse-moi par avance si je t'appelle Kate, ce nom te va pas du tous. Heurk ! »


Et comme la gamine était un peu lunatique elle n'avait pas écouté spécialement avec attention la première phrase, de toute façon elle n'était pas dans l'optique de donner un nom à cette fille cachée… Bref. Toujours était-il que lorsque son camarade lui sortit qu'il allait l'appeler Kate elle ne comprit pas très bien le pourquoi du comment, et en réponse à la grimace du première année, elle ne fit que froncer les sourcils… et d'échapper un petit « pardon ?? » éberlué. Ensuite elle adopta une tactique plus intelligente, et se força et réentendre ce que Wilson avait dit juste avant, en réétudier les sonorités, ect… ce qu'elle faisait quand elle n'avait pas compris en somme. Bon et comme elle n'était pas totalement stupide elle finit par comprendre qu'en fait il voulait faire en sorte de faire une interview d'une fille de Miss May qui n'existait pas puisqu'elle venait de l'inventer, et cette fille serait en fait Kate Scholkt, sauf que ça serait elle qui répondrait aux questions, pouvant ainsi faire courir des rumeurs sur Kate qui devrait en répondre par la suite. C'était tordu. Enfin plus encore que ce qu'elle avait proposé.

« Euh… Je veux bien essayer… mais je vois pas trop qu'est ce que je pourrais dire pour me venger… enfin… en plus c'est pas très noble comme vengeance mais bon… pourquoi pas. Ça dépend de tes questions disons ! » lança t-elle avec un petit sourire « En tout cas… je t'écoute ! »

Même le plus petit serpent a du venin (si si)