Potions

Inscription
Connexion

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Amy signa les trois missives qui allaient être distribuées par Pax d'une minute à l'autre. Elle plia chacun des trois parchemins, inscrivit le nom de chaque personne dessus, et chargea Pax d'aller déposer les lettres chez Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. La professeure s'affala sur son fauteuil. Ce soir, c'était surveillance de retenue. Elle avait enfin réussi à trouver ce qu'elle allait faire faire aux élèves punis, mais elle devait se trouver une occupation pour se distraire pendant que les élèves plancheraient.

~ Le soir même, 20h, salle de Potions ~


La professeure avait laissé la porte ouverte en attendant les trois élèves qui devaient se présenter ce soir, et avait organisé une disposition de la salle. Deux tables collées étaient disposées à droite de là où allait être assise Amy Holloway, où étaient disposés des produits ménagers très efficaces. Trois pupitres étaient également disposés juste en face du bureau provisoire d'Amy ; une plume, un encrier et un parchemin étaient placés sur les tables. Cette partie de la salle interviendrait plus tard.

Quant à Amy, elle sortit de son sac l'Histoire de Poudlard, qu'elle avait emprunté à la bibliothèque. Elle était professeur depuis un petit moment maintenant, mais elle n'avait jamais pris le temps de connaître l'histoire du lieu qui l'accueillait en Angleterre. N'ayant pas fait ses études à Poudlard, elle espérait ainsi trouver des informations intéressantes sur le château. La jeune femme sortit également une petite bouteille de jus de citrouille et un sandwich préparé par les elfes. Les élèves avaient eu le temps de manger mais pas elle, puisqu'une nouvelle pile de copies avait attendu sur son bureau. Amy s'assit donc au bureau de sa collègue et attendit que les trois garnements se présentent, ce qui arriva quelques minutes après vingt heures. Elle prit la parole une fois que tous trois se fut approchés devant le bureau.


« Bonsoir, j'espère que vous êtes en forme parce que vous avez du travail. Dans un premier temps, vous allez nettoyer les chaudrons du jour, dit-elle en les faisant apparaître d'un coup de baguette. Il y en a six, donc deux chacun. Pas de magie, vous vous en doutez bien, mais vous avez de très bons produits d'entretien sur la grande table là-bas. Dans un second temps, vous ferez une dissertation, mais ça, nous en reparlons quand vous aurez bien récuré. Au travail ! »

Amy les laissa se diriger vers la grande table et commencer leur besogne, et mordit dans son sandwich tout en les regardant nettoyer.

Reducio
Et voici votre retenue ! Celle-ci se divise en deux parties. Pour la première vous devez dans un post de minimum dix lignes, me décrire votre arrivée ainsi que votre séance de nettoyage de chaudrons. Veillez à bien respecter les règles RPG, ne faites pas interagir ni vos camarades, ni moi-même (sauf pour les actions qui sont déjà décrites). Une fois que vous aurez tous les trois postés, je posterai un second passage vous indiquant ce que vous devez faire pour la seconde partie de la retenue. Là aussi, un spoiler vous expliquera la marche à suivre. Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à m'envoyer un hibou. Bon courage !

Serial killer de l'année 2016 (aka la swagance ultime)
Code couleur RPG : brown
Pas de corrections le jeudi !
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Après les événements Ellie avait reçu un hibou avec toutes les informations sur la retenue. Ce n'est qu'après s’être préparée qu'elle se rendit donc à la salle de potion sans sa baguette ni même de livre. Elle avait juste son uniforme toujours très bien ajusté et une coiffure impeccable. Elle franchit la porte où se trouvait miss Holloway. Ellie attendait donc le reste de ses camarades et c’est une fois ceux-ci arrivés que le professeur indiqua les instructions.

« Bonsoir, j'espère que vous êtes en forme parce que vous avez du travail. Dans un premier temps, vous allez nettoyer les chaudrons du jour, dit-elle en les faisant apparaître d'un coup de baguette. Il y en a six, donc deux chacun. Pas de magie, vous vous en doutez bien, mais vous avez de très bons produits d'entretien sur la grande table là-bas. Dans un second temps, vous ferez une dissertation, mais ça, nous en reparlons quand vous aurez bien récuré. Au travail ! »

Ellie laissa afficher une grimace, le nettoyage des chaudrons serait sans doute le pire qu’elle pourrait faire. Elle afficha cependant un léger sourire et visage de satisfaction sur la seconde partie qui serait loin d’être une punition pour elle. Sourire qui s’effaça presque instantanément suite aux regards de sa directrice de maison.

Ellie se dirigea alors vers la grande table ou elle prit place avant de lancer un coup d’œil à miss Holloway qui semblait déguster un sandwich pendant qu'elle et ses camarades commençaient à nettoyer. Elle remonta ses manches avant de prendre le nécessaire de nettoyage avec dégout. Plus elle regardait ses chaudrons et plus elle laissait afficher, que celle-ci n’aimait vraiment pas ça. Elle frottait sans énergie et les saletés avaient beaucoup de mal à partir. Plus le temps avançait et plus le chaudron commençait à devenir propre tout en la dégoutant de plus en plus. Après un long effort et en prenant beaucoup sur elle, Ellie arrivait à bout du premier chaudron. Elle regardait l’autre avec beaucoup de désespoir et ne put s’empêcher de jeter un œil à sa directrice de maison.

Ellie reprit avec le second chaudron, elle en avait déjà marre et avait du mal à continuer. Au point où elle soupira et recula de la table pour prendre une pause. Dans un faux mouvement et avec beaucoup de maladresse, le chaudron qui se trouvait au bord de la table se renversa sur elle avant de tomber sur son pied. Elle fut partagée par une terrible envie de vomir et une envie de s’échapper mais Professeurs Holloway l’en empêcherait pour sûr. Ellie resta sans bouger dans un premier temps tout en essayant de retenir sa respiration pour éviter de sentir l’odeur immonde qui était maintenant sur elle. Elle se baissa pour ramasser son chaudron avant de se remettre au travail contre son grès. Elle commençait à avoir mal au bras, en plus de son pied, à force de frotter et il lui restait pas mal de passage à faire pour que celui-ci brille. Ce n’est que plus tard une fois sa tache finie qu’elle se tourna vers miss Holloway avant de s’exprimer

« f..fini professeur, maintenant ? on fait la dissertation ?»


Elle ne pouvait pas cacher le fait qu’elle était heureuse d’en avoir enfin fini avec ses chaudrons et qu’elle « voulait » ? presque faire la dissertation par envie.

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Deux jours avaient passés depuis que Corentin s'était fais attrapé par miss holloway dans les sous-sol lors de sa balade nocturne, il savait qu'il allait avoir une retenue et il l'attendait, il se disait que plus vite elle viendrait, plus vite il pourra se remettre en question à propos de faire des bêtises. Un jour il mangeait dans la grande salle avec ses amis et un hibou se posa devant son verre de jus de citrouille. L'animal portait une lettre dans son bec, il la prit et commença à lire. C'était la lettre de retenue qu'il attendait. A vingt heures précise, il arriva dans la salle de potion où devait se dérouler sa retenue, il trouva miss Holloway avec un sandwich devant elle qui allait commencer à donner les consignes:

« Bonsoir, j'espère que vous êtes en forme parce que vous avez du travail. Dans un premier temps, vous allez nettoyer les chaudrons du jour, dit-elle en les faisant apparaître d'un coup de baguette. Il y en a six, donc deux chacun. Pas de magie, vous vous en doutez bien, mais vous avez de très bons produits d'entretien sur la grande table là-bas. Dans un second temps, vous ferez une dissertation, mais ça, nous en reparlons quand vous aurez bien récuré. Au travail ! »

Corentin n'en revenait pas, récurer des chaudrons ? Il ne faisait déjà pas la vaisselle chez lui et à Poudlard, les assiettes étaient lavées par magie, de plus ils ne pouvaient pas utiliser la magie pour aller plus vite. Corentin se retourna et prit les produits d'entretien, il sse dirigea ensuite vers les deux chaudrons qu'il avait choisi. Pas de chance Corentin toma sur les deux plus mal en point, il se demandait comment il allait faire, mais il eu une idée, il releva le chaudron, mit au le demi de la bouteille d'entretien qu'il avait et se mit à frotter fort, de plus en en plus fort. il ne savait pas combien de temps avait passé et il était encore au premier chaudron, il commençait à décourager et il avait très mal aux bras. Quelle idée de faire nettoyer des chaudrons par des élèves et sans magie, c'était bon pour les tuer. Corentin venait de finir le premier chaudron et il estima que le deucième serait plus facile à nettoyer. Erreur, dés qu'il prit le chaudron, un rat en sortit, Corentin fit un bond en arrière et tomba sur son dos, il ne savait pas qu'un chaudron pouvait être aussi lourd, il commença a le récurer, une tache ne partait pas, il avait beau frotter comme il pouvait ça ne faisait rien. Soudain il entendit une voix aigue dire :

« f..fini professeur, maintenant ? on fait la dissertation ?»

c'était Ellie qui venait de finir de nettoyer, il n'en pouvait plus, une fille qui était quand même plus maigre que lui avait fini de nettoyer avant lui, mais bon il ne lui en voulait pas, il savait qu'il ne savait pas nettoyer et qu'il était lent, alors il commença à accélérer la cadence pour avoir fini et commencer la dissertation que la directrice des Serdaigle leur réservait ensuite. Après avoir fini, il se releva en ne sentant plus ses bras et regarda miss Holloway, il lui adreessa avec son air le plus courageux qu'il pouvait, après tout il ne pouvait pas faire honte à la maison gryffondor devant un serpentard:

"j'ai fini, a quand la suite"

Espérer et croire sont la clé de la victoire.

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Deux jours étaient passés depuis qu'Antony, Corentin et Ellie s'étaient fait attraper dans les Sous-Sols. Antony n'avait toujours pas eu de nouvelle de son professeur. Avait-elle prévenu la directrice de maison eu garçon. Même si elle ne l'avait pas fait, Antony était certain que Miss Kieffer ne tarderait à en entendre parler et que lorsque ce moment viendra, Antony devra faire face à sa fureur. Miss Kieffer n'avait jamais grondé Antony. Le garçon soupçonnait même qu'elle l'appréciait assez. Il fallait dire aussi qu'il était bon élève, armés de ses Optimaux à foison. Le blondinet n'avait jamais vu sa Directrice de maison énervée, voir même haussant ne serait-ce que le ton de sa voix. Il espérait que cela reste ainsi. Miss Holloway, elle, était la directrice de maison d'Ellie. Cette dernière, elle au moins, aurait la chance de ne pas se faire gronder par plusieurs professeurs en même temps. Mais Antony qui plus est, accumulait les punitions... Certains tableaux de Poudlard était même au fait de ces punitions et ne manquaient pas de rappeler Antony à l'ordre lorsqu'il le croisait, durant ses escapades nocturnes. Le jeune sorcier commençait à s'inquiéter pour sa réputation. Même Elina devait avoir une piètre opinion de lui a présent... Elle qui lui avait tout appris du Quidditch et qui lui avait sauvé la vie... Heureusement qu'il avait su trouver une excuse lorsqu'il s'était fait prendre, deux jours plus tôt. Ainsi, il était peut-être en retenue, mais l'honneur était sauf.

Ainsi déjeunait dans la grande salle ce jour - là, s'empiffrait de Patacitrouilles, subtilisant dans la conversation quelques Dragées Surprise de Bertie Crochue à son voisin, qu'il glissa dans sa boîte à rayures à l'intérieur de sa sacoche, juste à côté de son sachet de Chocogrenouilles. Personne ne l'avait vu. Leur attention avait en fait été détournée par un immense oiseau qui venait de se poser sur la table, un message accroché aux serres. Antony le reconnut. Il s'agissait de celui de Miss Holloway.

Justement, le message était adressé à Antony... La retenue était maintenant fixée. Et il s'y était rendu sans sourciller.

Ils n'allaient apparemment pratiquer aucune magie, mais Antony avait préféré prendre sa baguette avec lui. Ne savait-on jamais. Il avait également pris avec lui quelques Fondants au Chaudron. Il commençait à s'inquiéter lorsqu'il se rendit compte qu'il en avait peut-être trop pris, mais il finissait justement le dernier lorsqu'il arriva devant la salle de Potion, à vingt heures.

Il s'assura de ne plus avoir de chocolat sur le coin des lèvres, puis entra. La salle était bien fraiche, peut être un peu trop. Ses deux camarades étaient déjà là. Apparemment, ils l'attendaient. Miss Holloway leur dicta alors leur punition :

"Bonsoir, j'espère que vous êtes en forme parce que vous avez du travail. Dans un premier temps, vous allez nettoyer les chaudrons du jour, dit-elle en les faisant apparaître d'un coup de baguette. Il y en a six, donc deux chacun. Pas de magie, vous vous en doutez bien, mais vous avez de très bons produits d'entretien sur la grande table là-bas. Dans un second temps, vous ferez une dissertation, mais ça, nous en reparlons quand vous aurez bien récuré. Au travail !"

Antony avisa deux chaudrons, mais fut pris de vitesse. Il dut alors se contenter des deux derniers chaudrons, ce qu'il restait. Il dut alors se contenter des deux derniers chaudrons, ce qu'il restait. Antony en avait déjà eut des bien pires. Il portait encore le souvenir cuisant de sa cécité éphémère, dans les toilettes des garçons... En somme, il ne semblait pas s'agir là d'une retenue très compliquée. Celle-ci n'allait quand même pas être pire que celle de Miss Loewy. Antony ne pouvait le concevoir.

Se résignant, il se pencha vers sa première marmite, saisissant au passage les produits d'entretiens. Cela lui rappelait ces moments de sa vie de moldu, lorsqu'il récurait le barbecue avec son père. Comme ici, il y avait d'étranges résidus noirs collant aux parois qui ressemblaient à du brûlé, à la différence qu'ici se dégageait une odeur acide remontant jusqu'au nez du garçon. Rien de très agréable. Antony n'était pas en sous-vêtements cette fois, afin de ne pas se tâcher, mais bien en robe de sorcier. Mais maintenant qu'il connaissait la magie, peu lui importait, puisqu'il nettoierait rapidement toute cette saleté.

Antony finit le chaudron malgré l'odeur pestilentielle qui s'en dégageait, avant de s'atteler au second qui lui sembla immédiatement plus simple. Mais le froid ambiant qui régnait interpella Antony. Est-ce que sa marque de bronzage aux algues se voyait ?? Elle devenait toujours plus apparente lorsque la température chutait... Antony préféra ne pas tirer sur son vêtement pour ne pas se salir partout, mais il remarqua que l'odeur qu'il pensait se dégager du chaudron ressemblait également à l'odeur de sa marque...
*Encore un sacré souvenir ça...* Antony détestait cette marque mais aussi le souvenir qu'elle lui rappelait... Lorsqu'il courrait après ses tongs animées qui tentaient de lui échapper, son parasol magiquement collé dans une main, l'autre tenant son maillot de bain à rayures pour ne pas le perdre, tandis que sa frite de bain tentait de le frapper à répétition... Quelle vision d'horreur...

Antony réfléchissait à comment il allait bien pouvoir se débarrasser de cette marque alors qu'il finissait le deuxième chaudron, bien moins sale que le premier.

Mais il entendit tout à coup sa camarade Serdaigle qui avait visiblement terminé. Elle fut rapidement suivie de Corentin.

Antony, suivant de près et essuyant sa crasse et toutes les substances acides et collantes qui s'étaient incrustées sous ses ongles, se relevant à son tour et se tourna vers son professeur.

"Moi aussi, Miss, j'ai terminé. Est-ce que c'est satisfaisant ?"

Il était maintenant temps de passer à la dissertation.

Reducio
En souligné :
-le nom de 5 personnages du forum et que ces noms ne soient pas à l'affilée.
-les mots : « Chocogrenouille, Patacitrouille, Fondant du Chaudron, Dragées Surprise de Bertie Crochue ».
-les mots : « Magie, Baguette, Poudlard, Sorcier, Tableau ».
-les mots : « parasol, tongs, bronzage, frite, algue et rayure ».

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Ce sandwich était délicieux, comme à chaque fois qu'Amy en faisait la demande aux elfes. Ils étaient remerciés chaudement dès qu'elle venait dans la cuisine, et la professeure avait fini par s'habituer aux inclinaisons des petits elfes dès qu'elle posait un pied dans leur antre. Tout en mangeant, elle regardait ses élèves qui faisaient la tâche la moins ragoûtant possible : le nettoyage des chaudrons. La professeure de Défense contre les Forces du Mal les surveillait tout de même avec attention, au cas où il y aurait une bataille d'on-ne-sait-trop-quoi, en bref, elle voulait qu'ils fassent leur travail sans se plaindre.

Amy vit que le chaudron de Miss Rains lui tomba sur le pied, et elle se redressa sur sa chaise, prête à intervenir à la moindre blessure. Finalement, plus de peur que de mal, la jeune fille eut terminé la première. Corentin Heartfire termina le second, et parla à la suite d'Ellie d'une manière qui ne plût pas du tout à Amy. * Ce sale petit … * pensa t-elle. Elle finit par se contenir. Antony Vendrale termina en dernier, demandant si c'était satisfaisant. La Directrice de Serdaigle prit le soin de regarder tous les Chaudrons et ne trouva rien à redire sur la propreté de ceux-ci. Cette dernière reprit la parole.


« Non, c'est très bien. Avant de commencer la dissertation... Amy se stoppa et lança un Recurvite sur la jambe de la Serdaigle, qui retira le liquide qui s'était répandu sur elle. Les garçons ne semblaient pas avoir été salis, ainsi, elle ne fit rien pour eux. La professeure reprit. Voilà, c'est bien mieux. Maintenant, passons à la dissertation. Vous avez chacun un bureau avec de l'encre et un parchemin, et une question est écrite en haut de votre parchemin personnel. Vous avez une heure pour me rendre un travail correct, c'est à dire le recto de votre parchemin au minimum. Ah, et pas de bavardages, vous vous en doutez ».

Les questions étaient plutôt simples, et qui correspondaient exactement à la raison pour laquelle chacun avait été mis en retenue. Pour Ellie Rains, la question était « Pour quelles raisons le Polynectar ne doit-il pas être fabriqué et utilisé par des élèves de moins de treize ans ?» et entre parenthèses : Si vous connaissez certaines parties de la préparation de cette potion, vous pouvez les ajouter.. Et pour Corentin Hearfire et Antony Vendrale, la question était « Pour quelles raisons ne faut-il pas enfreindre le couvre-feu ? Donnez en au moins trois et développez ». La professeure les laissa s'installer, et dès qu'elle entendit le grattement des plumes sur le parchemin, elle prit son livre.

Reducio
Voici la seconde partie de cette retenue. Je mets toujours en scène Corentin Hearfire, mais étant donné qu'il a été banni, je sais pertinemment qu'il ne répondra pas. Libre à vous de le mentionner dans votre RP si vous le souhaitez. Pour la dissertation, je vous demanderai de mettre en « quote » la partie que vous écrivez dans votre parchemin et je vous demande un minimum de dix lignes pour cette partie-parchemin. Si vous avez des questions sur cette partie, n'hésitez pas à m'envoyer un hibou.
Pour Miss Rains : Le Polynectar est enseigné avec Miss Primard en troisième année, donc pour votre dissertation, n'oubliez pas que vous ne l'avez pas encore étudié.

Serial killer de l'année 2016 (aka la swagance ultime)
Code couleur RPG : brown
Pas de corrections le jeudi !

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Pendant un instant, Antony eut la sensation que la directrice de Serdaigle prenait son temps pour vérifier les chaudrons. À sa démarche lente et exagérée, elle sembla presque jubiler d'infliger ainsi cette punition dégradante aux trois enfants. Mais elle se tourna enfin vers après avoir fait le tour des trois chaudrons, croisant le regard du Serpentard qui en frissonna. Elle passa alors, de sa démarche élancée, devant Antony puis Corentin :

« Non, c'est très bien. Avant de commencer la dissertation... »


Elle s'arrêta au niveau d'Ellie, la jeune Serdaigle avant de lancer un sortilège qu'Antony reconnut aisément, un Récurvite, nettoyant la saleté des vêtements de la jeune fille. Antony espéra un instant que cela participerait à faire disparaitre l'odeur nauséabonde qui commençait à s'installer dans la salle. Mais son professeur n'utilisa aucun sortilège pour remédier à ce désagrément-ci. Est-ce que le jeune garçon était le seul à sentir cette affreuse odeur ?

« Voilà, c'est bien mieux. Reprit le professeur. Maintenant, passons à la dissertation. Vous avez chacun un bureau avec de l'encre et un parchemin, et une question est écrite en haut de votre parchemin personnel. Vous avez une heure pour me rendre un travail correct, c'est-à-dire le recto de votre parchemin au minimum. Ah, et pas de bavardages, vous vous en doutez »

Miss Holloway n'attendit alors pas un instant et retourna s'asseoir, elle ne perdit cependant pas du regard les trois élèves qui semblaient attendre un signe de sa part afin de s'asseoir. Mais elle resta si stoïque que les trois enfants n'attendirent pas un mot pour prendre place. Antony fit semblant de se pencher sur sa copie, mais gardait en réalité les yeux rivés sur son professeur. Lorsqu'elle constata que les trois enfants étaient bien installés, elle prit son livre et les lâcha des yeux.

Antony en fit donc de même, ravit d'apprendre qu'il n'aurait pas à supporter le poids du regard de son professeur alors qu'il travaillerait. Ellie et Corentin semblaient avoir déjà commencé.
Antony se concentra plutôt sur son propre sujet : « Pour quelles raisons ne faut-il pas enfreindre le couvre-feu ? Donnez-en au moins trois et développez »

*Hmm... à peine en rapport avec ma soi-distante « bêtise » * Songea le garçon.

Antony se demanda bien pourquoi est-ce qu'il n'avait pas le droit de sortir la nuit. Peut-être parce qu'il se passait des choses la nuit que les professeurs voulaient cacher aux élèves ? Impossible Antony était souvent de sortie la nuit et il ne croisait jamais grand monde en se promenant. Peut-être, car il était dangereux de se promener la nuit ? Non plus, Antony n'avait jamais eut trop de problèmes à ce niveau-là. Peut-être car cela dérangeait quelqu'un ? Ceux qui dormaient ? Antony doutait que quiconque dans son lit l'entende lui dans les couloirs la nuit. Par contre, aux cours de ses aventures, il avait dérangé bon nombre de portraits qui essayaient de dormir. Mais d'ailleurs est-ce que ces mêmes portraits ont véritablement besoin de sommeil ?

Antony commença finalement à gratter sur sa feuille à l'aide de sa plume. Peu importe ce qu'il pensait, il écrirait ce que son professeur espère de lui.


Reducio
Il est interdit de se promener dans les couloirs de nuit pour des raisons évidentes, la première étant que la nuit est faite pour dormir et que si on ne dort pas, on risque d'être fatigué en cours et ainsi ne pas être assez attentif et ne pas assimiler ce qu'on nous demande d'apprendre. De plus, non seulement, on risque de perturber notre propre sommeil, mais également celui des autres en les réveillant. Aussi, les professeurs sont responsables des élèves et doivent assurer leur sécurité. S'ils se promènent la nuit et que les professeurs dorment, les élèves pourraient se blesser ou les premières années se perdre dans l'école. De plus, nous vivons dans un monde magique, ce qui en rajoute à cette dimension de danger. Aussi, les professeurs étant responsable de notre sécurité, s'il nous arrive un malheur les conséquences de ce malheur pourraient leur retomber dessus.
Enfin, l'école est non seulement habitée par des humains qu'on pourrait réveiller, mais aussi par des tableaux et les réveiller ne ferait que les déranger. En entendant les cris de Corentin et en m'y rendant, j'ai également certains desdits tableaux qui étaient réveillés et se plaignaient du bruit à une heure si tardive. Il y a également les elfes de maisons, qui vivent non loin de la salle commune des Serpentards et que je risquerais de réveiller durant des escapades nocturnes.

Antony continua un moment de gratter, jetant parfois quelques coups d’œil à ses camarades sur sa droite. Visiblement, ceux-ci n'avançaient plus grande vite et Antony, après s'être relu plusieurs fois et douter de la longueur de son texte, ne sachant si celui-ci était trop long ou trop court, se leva, saisissant son parchemin. Il s'approcha alors timidement vers le bureau de son professeur, la regardant d'un œil méfiant, avant de lui tendre timidement sa dissertation.

« Heu... J'ai fini miss. Voici donc ma dissertation. »

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Retenue de E.Rains, C.Heartfire et A.Vendrale.

Ce livre, tout comme le sandwich, étaient excellents. Amy était absorbée par sa lecture, et ne relevait que très peu la tête. Le grattement des plumes sur les parchemins sonnait comme une douce mélodie à ses oreilles, la mélodie de la retenue. Au fond d'elle même, la professeure de Défense contre les Forces du Mal espérait ne pas avoir à mettre des élèves en retenue avant un moment. C'était bien beau, de se promener de nuit, mais la prochaine fois, elle laisserait la tâche à un collègue. Au bout d'un moment, la professeure finit par poser son livre, et regarda les élèves écrire. Il lui semblait qu'Ellie Rains avait presque terminé, ainsi, elle préféra laisser son livre de côté afin de ramasser son parchemin. Ce fut bien le cas. La Serdaigle se leva et tendit son parchemin à Amy, qui lui souhaita une bonne soirée et qui la laissa disposer. Elle avait commencé à lire la copie de la jeune fille, trouvant ses arguments intéressants, lorsque Corentin Heartfire lui rendit son parchemin et quitta la salle.

Ne manquait plus qu'Antony Vendrale. Ce dernier écrivait toujours et Amy attendait patiemment, puisque l'heure n'était pas entièrement écoulée. Elle en profita pour lire attentivement les deux parchemins en sa possession, et vit que les arguments étaient très pertinents. En espérant qu'ils les appliquent à eux-même, se disait-elle. La professeure ne releva la tête de ses parchemins que lorsqu'elle entendit la chaise bouger. Le jeune Serpentard venait de finir, et il lui tendit son parchemin en ajoutant un petit « voici ma dissertation ». Amy le remercia, le laissa disposer en ajoutant « Bonne soirée, Monsieur Vendrale ». S'accordant quelques minutes supplémentaires, elle lut avec attention le parchemin d'Antony.Ses arguments étaient également pertinents, et Amy espérait que cette retenue lui aurait donné à lui et ses camarades une bonne leçon. La Directrice de Serdaigle plia les parchemins et les mit dans sa poche, puis sortit de la salle de potions. Peut-être que cette nuit, elle allait bien dormir. Les retenues avaient toujours un effet soporifique sur elle.


Reducio
Fin du RPG

Serial killer de l'année 2016 (aka la swagance ultime)
Code couleur RPG : brown
Pas de corrections le jeudi !