Potions

Inscription
Connexion

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

Depuis quelques temps, Arthur ne s'en sortait plus avec les cours. Il avait des mauvaises notes, il n'était pas concentré, il n'y arrivait plus. Il n'y avait que pour les Soins aux Créatures Magiques qu'il avait une assez bonne moyenne, grâce à son amour pour les animaux. Mais pour le reste, c'était plutôt chaud quand même.
Mais, et en partie grâce aux rendez-vous réguliers qu'il avait avec Katy Smith et à sa propre volonté, il commençait à s'en sortir ! Il révisait, avec la jeune Serdaigle, ses propres cours ainsi que ceux qu'il n'avait pas mais qu'elle lui donnait pour compléter sa formation ; il se forçait à s'appliquer dans ses devoirs ; il osait plus souvent poser des questions en cours et, une fois, il alla jusqu'à demander des cours particuliers. Oui, en Potions. Étonnant quand on connaissait les talents en cuisine du jeune garçon ! Sauf que ce lien entre cuisine et potions, c'était utile en première année. Mais à présent, il était en quatrième année ! Ce n'était plus la même tambouille ! Et ça devenait compliqué pour lui.

La semaine passée, sur un coup de tête et une volonté de s'améliorer subite, il était allé voir miss Primard et il lui avait demandé si elle accepterait de lui donner des cours supplémentaires, pour l'aider à combler un peu ses lacunes. Des cours de rattrapage en somme. À sa grande surprise, elle avait accepté ! Oui, parce qu'en s'avançant vers elle, il s'était imaginé qu'elle l'aurait remballé vite fait, bien fait étant donné le nombre de choses qu'elle devait avoir à faire à côté ! Mais non, elle avait dit oui. Elle avait accepté de sacrifier une partie de son précieux temps pour lui et ça, c'était déjà le plus des cadeaux pour Arthur. Ils avaient donc convenu de se voir la semaine suivante un certain jour, à une certaine heure. Tout fou qu'il avait été de cet accord, il avait complètement oublié de noter la date du rendez-vous ! Il n'avait donc pu compter que sur ses souvenirs pour s'y rendre, surtout qu'il n'avait pas recroisé son professeur de Potions depuis.

Et, bien sûr, il s'était trompé de jours. Mais ça, il ne le savait pas encore.

Plus ou moins confiant, il était descendu aux sous-sols et s'était rendu devant la salle de Potions. La porte était entrouverte, signe que miss Primard était là et qu'elle l'attendait déjà sûrement ! Alors il entra et referma la porte derrière lui. Le jeune garçon ne mesura pas sa force et fit claquer la porte sans le faire exprès. Sous le bruit qu'il avait provoqué, il rentra sa tête dans ses épaules. Puis il se redressa une fois le choc passé.
Il fit quelques pas dans la salle de Potions mais, à sa grande surprise, il ne vit personne.


« Miss Primaaaaaard ? »

Aucune réponse. Il dut se rendre à l'évidence : il était seul.

« Rah mince ! »

Il s'en voulut de s'être trompé de jour et implora Merlin que le rendez-vous ne soit pas déjà passé et qu'il n'ait pas fait attendre miss Primard pour rien. Dès qu'il sortirait d'ici, il partirait à la recherche du professeur de Potions afin d'être bien sûr du jour précis de ce cours de rattrapage pour ne pas se tromper une nouvelle fois.

Mais, arrivé devant la porte qu'il avait refermée, une bien mauvaise surprise l'attendit. La porte était verrouillée. Il clancha de toutes ses formes, mais rien. Elle s'était refermée.
Arthur regarda alors autour de lui pour tenter de trouver une solution. Mais, en se retournant, il renversa quelques fioles qui se trouvaient sur une table à côté de lui. Le verre se brisa au sol dans un vacarme incroyable. Plusieurs liquides différents se répandirent au sol en se mélangeant les uns aux autres, produisant ainsi une fumée mauve qui se propagea dans la pièce. Le jeune Serpentard en inhala accidentellement.

Il commença à avoir le tournis. Ses jambes lui semblèrent toutes fragiles d'un coup et il se sentit défaillir. Une immense fatigue s'empara de lui mais il trouva tout de même la force de rester éveillé. Avec ce qui lui restait de volonté, il s'appuya contre la porte et frappa des grands coups dessus en espérant que quelqu'un l'entende. Il voulait crier, sans y parvenir.

Alors il continua de frapper contre la porte, sans s'arrêter. Imperceptiblement, ses coups devinrent de moins en moins forts et un voile noir commençait à s'abattra sur ses yeux.


Reducio
Merci à miss Primard pour avoir accepté les cours de rattrapage et que ce rpg se passe dans sa salle ! :)

~ magiclandthetopofthetop.tumblr.com ~
Take my smile, that's the only thing I have

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

Métro, boulot, dodo. C'était ainsi que les Moldus avaient défini la routine. Ils avaient inventé cette phrase toute simple, concise, qui avait le mérite de rimer. Lorsqu'on se laisse attraper par l'habitude, on est happé par l'affreuse impression de revivre les mêmes événements tous les jours, sans interruption, sans que rien ne vienne casser la monotonie de ces heures qui défilent inlassablement. Se cadenasser dans la routine, c'est perdre le goût de la surprise, de l'émerveillement. Octavia ne prenait pas souvent le métro, car en tant que sorcière, elle pouvait se déplacer par bien d'autres moyens plus rapides et agréables. En revanche, elle connaissait le boulot et le dodo qui se répétaient tous les jours. Pourtant, difficile de sombrer dans la routine lorsque l'on travaillait et que l'on vivait à Poudlard. Ce château pouvait transformer une vie banale en aventure exceptionnelle, si on réussissait à ne pas se lasser de la magie. Le tout, c'était de continuer à s'en émerveiller chaque jour.

Aujourd'hui, Octavia venait donc de vivre une journée de travail, mais elle ne s'en sentait pas déprimée, quoiqu'elle était un peu fatiguée. Elle venait de passer plusieurs heures à donner cours, ce qui pouvait revêtir des allures d'ennui profond dans bien des esprits – sauf que le professeur Peters aimait son métier, ce qui rendait tout plus facile. À vrai dire, elle commençait même à apprécier les gens avec qui elle travaillait. Pas qu'elle était misanthrope ou asociale, mais disons que ce n'était pas gagné d'avance. Sans se sentir entourée d'amis précieux, Octavia avait l'impression de vivre avec des collègues qui ne lui étaient pas ouvertement hostiles, et cela lui suffisait.

Tandis qu'elle déambulait dans les couloirs, marchant sur les dalles qui la menaient à sa salle commune, Octavia repensait au timide élève de Serdaigle qui avait enfin osé lever la main aujourd'hui, et qui avait parfaitement maîtrisé le sortilège du jour, lors la partie pratique. Elle ne le lui avait pas dit, par crainte de le brusquer, mais elle avait été contente de constater son engouement lors de ce cours. Elle s'était promis de garder un œil sur lui, histoire de vérifier que ce n'était pas uniquement passager et qu'il était réellement en train de prendre ses repères à Poudlard. S'intégrer dans l'école de sorcellerie la plus prestigieuse du Royaume-Uni pouvait être compliqué, surtout pour les personnes timides et Nées-Moldues. Imaginez-vous découvrir un univers où tout s'oppose à ce qu'on vous a enseigné depuis que vous êtes enfant ; vous êtes convaincu que la magie n'existe pas, et tout d'un coup, voilà que vous croisez des faiseurs d'irréalisme à tous les coins de couloirs ! Ajoutez à cela que Poudlard n'est pas une école petite, que les chemins sinueux se comptent par dizaines, que les escaliers bougent selon leur gré, que les tableaux parlent, et un élève de onze ans a de quoi perdre la tête.

Cette soirée était censée se dérouler normalement ; arrivée en salle commune, rangement de quelques jeux et livres éparpillés (elle avait presque envie de vérifier que les Serpentard les plus dédaigneux des règles faisaient bien leurs devoirs, mais elle ne le ferait pas), installation à son bureau pendant une heure, repas, ronde, repos. C'était simple, mais cela lui convenait. Une soirée reposante, sans mauvaises affaires dont se préoccuper. Non, vraiment, elle était persuadée qu'elle passerait une fin de journée tranquille. Puis, les coups l'alertèrent.

Au début, elle ne décerna pas bien la nature du bruit. Elle tendit l'oreille, fit silence, se concentra, tentant de comprendre ce que c'était, d'où ça venait. Il lui semblait que c'était sur sa gauche, à une douzaine de mètres, dans le couloir de la salle de Potions. Elle pensa que c'était irréaliste, mais elle y alla quand même, sous le coup de l'impulsion – qu'aurait-elle bien pu craindre, de toute façon ? Les coups se faisaient de moins en moins pressés, de moins en moins violents ; petit à petit, ils s'éteignaient, comme se mourait la flamme d'une bougie. Arrivée à quelques pas de la porte d'où semblaient venir ces bruits, elle entendit le son inquiétant d'une masse qui s'écroulait. Elle courut jusqu'à sa destination, prononça quelques mots, n'obtint pas de réponse, tenta d'ouvrir la porte manuellement, puis lança un
Alohomora. Le sort ne fonctionna pas. Normal. Meilla Primard ne laisserait pas sa salle de cours à la disposition de tout débutant qui connaissait le sortilège de déverrouillage le plus basique qui existait. Octavia tenta quelque chose de plus complexe, et cela fonctionna.

L'enseignante retint un cri lorsqu'elle aperçut la silhouette inerte d'un élève. Elle lança un Lumos, histoire d'éclairer cette salle qui était trop sombre à son goût, mais n'y repéra pas l'ombre d'une âme. En revanche, elle distingua bien vite quelques étranges filaments de vapeur mauve, qu'elle devina responsable de l'état de l'élève inconscient. Elle dissipa rapidement les restes de cette fumée, puis elle s'agenouilla près du jeune garçon – qu'elle reconnut. Arthur Grimms. Pas méchant, mais assez gaffeur. Pour l'instant, Octavia ne se souciait pas de comprendre ce qui était arrivé ; ce qui comptait à ses yeux, c'était que ce pré-adolescent n'ait rien subi de grave. Et après un rapide examen, elle fut rassurée ; ce qu'il avait inhalé n'était pas agréable, mais cela ne présentait aucun grave danger. C'était une potion qui servait à mettre quelqu'un hors d'état de nuire, tout simplement – et, effectivement, Arthur Grimms était hors d'état de nuire. Octavia sortit sa baguette magique et lança quelques sortilèges pour le réanimer.

Il papillonna des yeux, et Octavia le laissa prendre conscience de la situation. Elle ne souhaitait pas l'attaquer directement. Lorsqu'il lui sembla qu'il avait retrouvé pleine possession de ses esprits, elle parla :


« Tout va bien ? »

La question était fermée, mais Octavia n'attendait pas qu'un « oui ». Elle voulait des explications.

Sur le ciel de nos blessures je te peindrai un idéal,
Et si nous sommes cernés de murs, moi j'en ferai des cathédrales.

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

C'était le noir intersidéral. Quoi que non, en fait. C'était plutôt gris, un peu brumeux. Ces potions, Arthur ne les connaissait pas et il ne savait pas ce qu'elles faisaient une fois mélangées les unes aux autres mais au moins, elle lui avait fait garder sa conscience, même si ce n'était qu'une petite partie. En revanche, il n'avait plus de force du tout. Après s'être acharné sur la porte dans l'espoir que quelqu'un l'entende, il s'était écroulé.

Combien de temps s'était-il passé jusqu'à ce qu'il entende enfin quelqu'un ? Il ne saurait le dire. Il avait peut-être bien perdu connaissance finalement. Et ce fut certainement le bruit de la serrure que l'on bidouille qui le tira un peu du coma. Il ne pouvait pas vraiment dire ce qu'il se passait alors. Mais ce dont il était certain, c'était que quelqu'un était là. Donc il allait bientôt recevoir de l'aide. Une bonne nouvelle en somme. Mais s'il avait été assez vif d'esprit pour avoir une telle pensée, il aurait prié Merlin pour que ce ne soit pas Nora Starks qui le voit dans cette posture ridicule.

La personne lança alors quelques sortilèges pour le réanimer. Et, progressivement, la brume se dissipa, il reprit des couleurs et put voir que ce n'était pas la jeune gryffondor qui était là et qui l'avait sauvé. Non, c'était pire : Miss Peters, sa Directrice de Maison ou, implicitement, sa môman de substitution ! Quelle honte !
Toujours au sol, il laissa quelques minutes à son esprit pour prendre connaissance de ce qu'il se passait. Miss Peters l'avait donc trouvé ici et elle était maintenant là, agenouillée à ses côtés, et elle l'avait tiré du coma.


« Tout va bien ? » Lui demanda-t-elle lorsqu'elle vit qu'il était en état de répondre.
« Heu...Oui. Je... »

Pourquoi était-il ici déjà ? Était-ce vraiment important finalement ? En observant une nouvelle fois miss Peters, il se dit qu'il valait mieux qu'il retrouve vite la mémoire histoire d'éviter un maximum les ennuis ! C'est vrai que ça pouvait paraître suspect de l'avoir retrouvé ici, porte fermée et potions saccagées. Et l'excuse de miss Primard qui l'aurait délibérément enfermée était peu crédible. Heureusement, ses souvenirs, en bons amis, revinrent rapidement se rappeler à lui.


« J'avais rendez-vous avec miss Primard pour un cours de rattrapage. Parce que même si j'ai pas des mauvaises notes en Potions, bah j'ai envie de m'améliorer quoi. Mais je... je crois que je me suis trompé de jour. J'ai oublié de le noter ! Alors je suis entré ! Elle n'était pas là mais j'ai fermé la porte sans faire exprès. Et j'ai glissé après. Quand j'ai essayé d'ouvrir la porte pour sortir, j'veux dire. Et donc là, à ce moment-là, je suis tombé. J'ai renversé des potions. J'ai pas fait exprès ! Je crois que tout s'est mélangé et je me rappelle pas trop bien du reste... »

Il avait parlé très vite, comme s'il avait eu peur que miss Peters ne le croit pas. Et c'était le cas en fait, il était terrifié à l'idée qu'elle pourrait le prendre pour un sale petit délinquant venu ici pour dérober on-ne-sait-quoi ou pour faire une blague ou une bêtise de ce genre. Alors qu'il était venu ici avec une bonne intention à la base... Bref, le petit Arthur était un peu catastrophé là. Il respirait vite et était de plus en plus nerveux. Miss Peters allait-elle le croire ?

« Merci de m'avoir aidé. » Ajouta-t-il, rougissant de cette situation stupide qu'il avait créée.

~ magiclandthetopofthetop.tumblr.com ~
Take my smile, that's the only thing I have

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

Octavia se sépara bien vite de son Lumos, qu'elle avait surtout utilisé pour mieux percevoir les éventuels dégâts physiques qu'aurait pu subir Arthur Grimms. Heureusement, cela avait été plus de peur que de mal, il n'avait rien de grave et s'en sortirait indemne – à moins peut-être que la potion qu'il avait inhalée ait quelques effets à retard, mais étant donné la nature de ladite potion, Octavia en doutait. Elle observa donc son élève d'un œil suspicieux, se demandant par quels hasards il avait bien pu se retrouver dans cette drôle de situation. Il sembla d'abord un peu perdu, comme s'il essayait de se souvenir des faits – ou peut-être était-il en train d'inventer une histoire qui le sauverait d'une punition qu'il méritait.

Il ne tarda cependant pas à entamer son récit et Octavia l'écouta attentivement, tentant de déceler dans ce discours d'éventuelles failles qui trahiraient son élève. Octavia fonctionnait sur le principe de présomption d'innocence, c'est-à-dire qu'à moins que le mensonge fusse découvert, elle supposait que tous ceux qui lui servaient un discours cohérent étaient innocents. Bien sûr, avant de s'appuyer sur ce principe, elle mettait tout en oeuvre pour repérer ceux qui mentaient, mais il était évident malgré tout que quelques chanceux avaient déjà réussi à échapper à la punition qu'ils auraient du avoir. Elle espérait simplement que ceux-là avaient eu très peur d'être punis et que cela avait suffi pour qu'ils cessent leurs idioties.

Arthur Grimms convainquit bien vite Octavia, car son discours était précipité et particulièrement détaillé. Disons que ça n'avait pas l'air d'être un de ces mensonges prémâchés, trop clairs et parfaits pour être vrais. À moins d'avoir de sacrés talents de comédien ou d'improvisateur, l'étudiant était probablement en train de raconter la vérité. Ce qu'il disait semblait tenir debout et Octavia retint de justesse un sourire amusé en s'imaginant la suite de malheurs qui s'était abattue sur le jeune Grimms. Elle n'aurait pas voulu qu'il ait l'impression qu'elle se moquait de lui, parce que si son histoire était vraie, il lui était déjà arrivé suffisamment de mauvaises choses pour la journée. Elle se contenta donc de hocher la tête pendant qu'il lui parlait, signe qu'elle comprenait et qu'elle le croyait. Octavia nota cependant mentalement de demander à Meilla Primard si Arthur Grimms et elle avaient bel et bien convenus une session de rattrapages.

« C'est normal, je n'allais pas vous laisser dans cette situation, répondit Octavia tandis qu'elle se mettait à jeter quelques coups d’œil dans la pièce pour retrouver les potions que l'élève avait renversées. »

Elle repéra rapidement quelques quelques flacons brisés au sol, à plus ou moins deux mètres d'Arthur Grimms. À vue d’œil, Octavia aurait dit que trois ou quatre fioles avaient été brisées, ce qui pouvait être négligeable ou dramatique en fonction de la rareté de la substance que ces flacons avaient renfermée. L'enseignante reconnut la couleur verte caractéristique d'une potion de Ratatinage et supposa que la deuxième fiole avait contenu du Philtre de Paix. Les autres flacons avaient probablement renfermé des potions gazeuses. Ce rapide constat rassura Octavia ; à moins qu'elle ne se soit trompée, Meilla n'avait rien perdu de précieux. En quelques coups de baguette, le professeur Peters nettoya le liquide qui restait, répara les flacons brisés et les remit doucement à leur place.

« Normalement, vous n'avez rien renversé de très rare, dit-elle en se tournant vers l'étudiant. »

Elle fronça les sourcils et ajouta :

« Je ne crois pas que vous aurez des séquelles de cet accident, mais passez quand même à l'infirmerie. »

Octavia balaya la salle du regard, se sentant intruse dans cet endroit. Elle avait l'impression de pénétrer dans la vie privée de sa collègue et ça ne lui plaisait pas.

« Je préviendrai le professeur Primard de ce qui s'est passé, mais vous penserez à lui présenter vos excuses lorsque vous la croiserez. Et à lui demander la date de votre cours de rattrapage. »

Sur le ciel de nos blessures je te peindrai un idéal,
Et si nous sommes cernés de murs, moi j'en ferai des cathédrales.

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

Arthur était toujours dans les vapes. Il avait beaucoup de mal à se remettre de ses émotions mais il espérait bien que miss Peters avait cru à son histoire. Ce n'était pas un menteur Arthur ! Et il ne comprenait pas comment il était arrivé à se mettre dans une telle situation alors que son but, à la base, était des plus louables ! Tout ce qu'il voulait, c'était s'améliorer dans les cours... Rien de plus.

Il vit miss Peters regarder autour d'elle. Il en fit de même et fut horrifié du bazar qu'il avait créé. À coup sûr, il serait puni. Il se voyait déjà subir un savon par miss Primard après que miss Peters ne soit allée la chercher pour lui montrer la grosse bêtise de son élève ! À cause de lui, Serpentard aurait 50 points de moins par sa faute et il serait obligé de nettoyer tout ça avec une brosse à dents !


« Normalement, vous n'avez rien renversé de très rare. Je ne crois pas que vous aurez des séquelles de cet accident, mais passez quand même à l'infirmerie. »

Arthur observa sa Directrice de Maison. Sa voix avait été moins rude que ce qu'il avait craint et il était soulagé de voir qu'elle s'inquiètait de son état. Ça voulait dire qu'elle ne voulait pas le tuer. Et il fut encore plus rassuré lorsqu'il vit qu'elle nettoya tout grâce à sa baguette magique. Il avait tendance, parfois, à faire compliqué quand on pouvait faire simple. Il n'y avait alors plus les odeurs des liquides renversés et plus aucun morceau de verre brisé au sol.

« Je préviendrai le professeur Primard de ce qui s'est passé, mais vous penserez à lui présenter vos excuses lorsque vous la croiserez. Et à lui demander la date de votre cours de rattrapage. »

Le Serpentard sourit à miss Peters en hochant vivement la tête pour approuver ce qu'elle venait de dire. Heureusement qu'elle avait été là, mine de rien. Sinon, qui sait combien de temps il aurait attendu ici, allongé au milieu de toutes ces potions non-identifiées. Il avait le sentiment, peut-être un poil exagéré mais quand même, qu'elle lui avait sauvé la vie et il lui en était extrêmement reconnaissant. À cet instant, il ressentit une grande affection envers sa Directrice de Maison et se promit de faire du chocolat chaud rien que pour elle un jour.

Il se releva tant bien que mal, en se tenant la tête. Ça tournait un peu, mais quant à savoir si ça venait des potions qu'il avait respiré ou des événements de la journée, c'était compliqué. Quoi qu'il en soit, il se dit qu'il allait suivre le conseil de miss Peters en allant à l'infirmerie dès maintenant.
Il lui fit un sourire un peu gêné, surtout à cause du fait qu'elle l'ait trouvé ainsi. Elle avait dû avoir bien honte de son élève... Et il sortit de la salle de Potions.

Mais avant de partir, il se retourna vers elle.


« Miss Peters... Je voulais vous demander quelque chose. Hum... Vous savez bien, j'ai pas des supers notes en Sortilèges. 'Fin, je m'en sors mais j'ai tout pile la moyenne quoi. J'aimerais bien être meilleur en fait. Comment je peux faire, à votre avis ? Si je dois m'entraîner encore à en lancer, je commence par quoi ? Je suis un peu perdu avec tous les cours et tout ce qu'on doit faire. Je suis pas organisé du tout, je sais vraiment pas par quoi commencer... »

Pendant qu'il disait tout cela à son professeur, Arthur avait baissé les yeux, un peu honteux d'avouer ses faiblesses. Car en parler à voix haute, c'était les rendre plus réelles qu'elles ne l'étaient déjà. Cependant, pour s'améliorer, il fallait déjà bien admettre qu'on en avait besoin. Arthur avait passé cette étape. En relevant les yeux vers miss Peters, il espérait une solution pour en passer une de plus et espérer enfin être heureux des notes qu'il recevrait, et pas seulement soulagé de ne pas avoir eu un Troll.

~ magiclandthetopofthetop.tumblr.com ~
Take my smile, that's the only thing I have

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

Le sourire un peu timide voire gêné de son élève brisa le cœur d'Octavia. Il suffisait de se mettre à sa place pour comprendre que ce garçon venait de vivre un moment sacrément humiliant et qu'il n'avait sans doute pas envie de s'éterniser dans cette salle.

Pourtant, étonnamment, alors qu'Octavia s'attendait à ce que le Serpentard disparaisse de son champ de vision, il se retourna pour lui demander quelques conseils en Sortilèges. L'enseignante dut se concentrer quelques petites secondes pour se souvenir du niveau d'Arthur, et se rappela que c'était un élève plein de bonne volonté mais parfois un peu perdu. Il se maintenait tant bien que mal à flot, obtenant le strict minimum mais ne brillant jamais vraiment aux yeux de tous. Il lui confia ne pas être organisé, ce qui n'était pas vraiment étonnant ; les difficultés scolaires partaient souvent de là. Octavia réfléchit quelques instants, se remémorant son programme de quatrième année, établissant un schéma mental pour conseiller au mieux son élève.

« Pour commencer, je vous conseillerais de revoir les cours de Sortilèges de vos années précédentes. S'il y a des sorts de troisième, de deuxième ou même de première année que vous avez encore du mal à maîtriser, entraînez-vous. Il n'est pas agréable d'étudier de nouveaux sorts si on sait qu'on traîne encore de vieilles lacunes derrière soi. »

C'était un peu ce qui avait fait couler Octavia lors de sa propre scolarité, d'ailleurs. Elle n'avait pas été attentive en première année, alors comment voulez-vous qu'elle puisse réussir sa deuxième année haut la main ? Elle avait accumulé les difficultés ; moins elle avait tenté de résoudre ses problèmes, plus elle avait de travail à accomplir pour se sentir de ce bourbier, moins elle était motivée. Un cycle infernal dans lequel elle s'était enchaînée toute seule. Elle ne souhaitait à personne d'autre de vivre une pareille scolarité. Ce n'était même pas qu'elle s'était débattue pour rester à la surface, c'était qu'elle s'était laissée entraîner dans des profondeurs abyssales pendant sept ans.

« Une fois que vous sentez que vous maîtriserez bien tous les sorts déjà appris durant vos premières années à Poudlard, vous pourrez porter toute votre attention sur ce que vous avez appris en quatrième année. Je vous conseille de commencer par le sort de quatrième année qui vous semble le plus simple pour terminer par le plus compliqué. Ça vous permettrait d'abord d'en terminer avec vos plus maigres difficultés, ce qui vous fera progresser et vous aidera à attaquer plus sereinement vos difficultés plus conséquentes. Évidemment, si certains sortilèges continuent à vous résister, je suis à votre disposition. »

Quand un élève faisait la démarche de discuter avec Octavia de ses problèmes en Sortilèges, l'enseignante faisait tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider à s'améliorer. Elle était incapable de se contenter de leur donner quelques maigres conseils et de les laisser se débrouiller. Si elle refusait de les soutenir et de les aider à remonter la pente, qui le ferait ? Les adolescents comme Arthur Grimms voulaient progresser et Octavia se devait de tout faire pour qu'ils y arrivent, quitte à sacrifier des heures de temps libre.

Elle quitta donc l'adolescent sur ces conseils, lui souhaitant une bonne journée et un bon entraînement, lui offrant un sourire franc et rejoignant le chemin de sa salle commune.

La vie reprenait.

Reducio
Fin du RPG pour moi, navrée de l'avoir écourté, mais mieux vaut ça qu'un RPG abandonné ! Merci pour cet échange.

Sur le ciel de nos blessures je te peindrai un idéal,
Et si nous sommes cernés de murs, moi j'en ferai des cathédrales.

Eternal sunshine of the salle de Potions  PV 

Arthur était encore un peu secoué par toute cette histoire de fioles cassées et de potions inhalées mais il ne voulait surtout pas passer à côté de cette occasion de discuter un peu en privé avec miss Peters. Il n'était pas allé la voir à la fin des cours pour lui demander ce qu'il venait de lui demander à l'instant car il avait toujours eu peur que ses camarades l'entendent et qu'ils se moquent de lui, le traitant de lèche-bottes ou pire encore. Surtout que ça n'avait rien à voir avec ça ! Bon, ça aurait pu servir, de faire croire qu'il voulait plus travailler, avoir de meilleures notes... Il aurait ainsi pu attendrir son professeur peut-être. Mais non, lui, il voulait vraiment ça : avoir de bonnes notes et s'en sortir mieux dans les cours ! Il ne demandait que ça ! Alors oui, des cours supplémentaires ou ne serait-ce que des conseils sur la façon de mieux s'y prendre pour travailler, il en voulait vraiment, ce n'était pas juste pour faire genre.
Et il fut ravi de voir que miss Peters accepta de prendre encore un peu de son temps libre pour lui répondre. Surtout qu'elle venait déjà de lui sauver la vie. Comment faisait-elle pour ne pas avoir en avoir ras la casquette, du petit Grimms ?


« Pour commencer, je vous conseillerais de revoir les cours de Sortilèges de vos années précédentes. S'il y a des sorts de troisième, de deuxième ou même de première année que vous avez encore du mal à maîtriser, entraînez-vous. Il n'est pas agréable d'étudier de nouveaux sorts si on sait qu'on traîne encore de vieilles lacunes derrière soi. Une fois que vous sentez que vous maîtriserez bien tous les sorts déjà appris durant vos premières années à Poudlard, vous pourrez porter toute votre attention sur ce que vous avez appris en quatrième année. Je vous conseille de commencer par le sort de quatrième année qui vous semble le plus simple pour terminer par le plus compliqué. Ça vous permettrait d'abord d'en terminer avec vos plus maigres difficultés, ce qui vous fera progresser et vous aidera à attaquer plus sereinement vos difficultés plus conséquentes. Évidemment, si certains sortilèges continuent à vous résister, je suis à votre disposition. »

Oui, des lacunes... Il avait entendu ça toute sa vie ! C'était un élève à lacunes. Des lacunes par-ci, des lacunes par-là... Ce n'était pas qu'il critiquait ce que miss Peters venait de dire. Ou qu'il prenait mal ses paroles. Loin de là ! C'est juste qu'il se critiquait lui-même finalement, parce que tout ce qu'il venait d'entendre là, il le savait déjà au fond de lui. La solution était simple : revoir ses leçons. Comme son professeur venait de le dire : même celles des années précédentes s'il le fallait ! Un conseil simple mais tellement utile ! Arthur était un garçon si brouillon, si désordonné, qu'il n'aurait jamais pu penser aussi clairement à une solution telle que celle-ci. Alors il se sentit très bête, mais il se promit intérieurement de faire tout ce que miss Peters venait de dire. C'est vrai qu'il y avait quelques sortilèges de deuxième année qu'il ne maîtrisait pas du tout, et encore plus de troisième année ! Et ne parlons même pas de cette année avec le niveau de difficulté qui avait augmenté d'un coup ! Ça n'allait pas du tout ! Sans compter que les sortilèges demandent beaucoup de pratique pour être totalement acquis. Donc, en gros, pas de miracle ! C'était de la révision et de la pratique qui lui fallait ! Mais avec de l'assiduité et le courage de ne pas baisser les bras, il y arriverait.

Alors il remercia infiniment miss Peters pour ses conseils et son oreille attentive à ses problèmes. Savoir que quelqu'un vous avait entendu, ça faisait tellement de bien déjà. Puis il lui promit de se rendre à l'infirmerie tout de suite pour voir s'il allait vraiment mieux. C'est donc ce qu'il fit. Et pour ceux qui voudraient le fin mot de l'histoire : L'infirmière assura à Arthur qu'il allait bien et qu'il n'y avait pas de quoi s'inquiéter concernant sa santé. Plus de peur que de mal !


RPG terminé !


Reducio
Pas de soucis, c'est quand même un super rpg je trouve ! Merci pour ça ! :)

~ magiclandthetopofthetop.tumblr.com ~
Take my smile, that's the only thing I have