Potions

Inscription
Connexion

 RPG+   LDC  Chapitre II : Maîtrise

Mode : Solo
Tome : Liens des coeurs
Chapitres précédents : Prologue ; Chapitre I ;
Récurrents RPs : Regels MORDRED (Sp) ; Hélène CHEVALIER (Sd) ; Elizabeth THORNFIELD (Sp)

-
Année : Fin de Première année

       Edward Regencourt faisait un bilan minutieux des ingrédients disposés sur sa table. Ses lunettes rectangulaires s'embuaient déjà alors que les travaux venaient tout juste de commencer. Listant mentalement ce qu'il avait, il retira ses verres, leur jeta un sort de protection puis les remirent à leur place. Il lui manquait les crochets de serpent. Souhaitant régler la question sans plus attendre, il quitta sa table de travail individuelle et se dirigea d'un pas tranquille vers les armoires de l'enseignante où les ingrédients se trouvaient. Signalant l'ingrédient manquant à la Professeure, il reçut de sa part l'autorisation d'aller chercher les crochets. D'autres, néanmoins étaient arrivés avant lui et le Serdaigle se retrouva à attendre que les autres aient fini leurs emplettes. Pour s'occuper, il jeta un regard impassible en direction des tables qui occupaient la salle de classe. Le dernier cours de pratique était partagé avec les Serpentard. Seuls les cours d'Histoire de la Magie et les Potions étaient partagés avec eux pour cette Première année. Autant dire qu'ils s'étaient habitués les uns aux autres, en quelque sorte.

       Le regard analytique d'Edward avait rapidement noté la différence de comportement chez les verts entre les deux matières. Dès lors que les Serpentard pénétraient dans la salle de classe de Potions, une certaine avidité s'emparait d'eux. Peut-être était est-ce dû au fait que leur antre se trouvait à quelques pas et que les Potions portaient une connotation chez eux qui les obligeaient à s'impliquer comme nul par ailleurs. C'était un fait étrange aux yeux du Serdaigle pour qui tout savoir se valait et devait être maîtrisé.

       Une fois son tour venu, son regard glissa le long des étagères. Rapidement, il repéra les crochets et s'en saisit au nombre exact exigé par le protocole décrit par la Professeure. Le garçon retourna à sa table, faisant particulièrement attention à ne pas effleurer qui que ce soit en chemin. Il déposa les ingrédients à un endroit qu'il jugea approprié. Se saisissant du protocole qu'il avait soigneusement recopié sur son carnet personnel de notes, il commença à le relire. Des voix, néanmoins, le gênèrent rapidement. 

" Non, Yalks. Lâche moi les basques, veux-tu ? M'intéresse pas d'avoir ton haleine à proximité alors que je travaille. Vas voir ailleurs si j'y suis. ", lâcha avec aigreur une voix de garçon. 

       Edward leva simplement les yeux vers la gauche et observa par dessus la monture de ses lunettes pour identifier ceux qui étaient source de perturbation. A deux tablée à gauche de l'endroit où était le Serdaigle se trouvait un petit regroupement de Serpentard. Au coeur des quatre élèves se distinguait Regels, affichant une mine clairement agacée. Il agitait sa main droite avec négligence en direction d'un de ses camarades, le Yalks en question. Ce dernier était rouge à cause du rejet public de Mordred et envoyait un regard mi-courroucé, mi-frustré vers le chef de la bande tandis que celui ci l'ignorait du regard. D'après les observations objectives faites par Edward, il était chose courante de voir de telles rebuffades au sein des groupes de verts. Les leaders s'agaçaient contre ceux qui aimaient être les bras droits de ces personnalités. Il souligna mentalement le terme récurrent dans sa note mentale sur le comportement des autres dans un groupe.
       
       Sa profonde réflexion l'amena à fixer inconsciemment le leader du groupe qui s'était morcelé depuis quelques instants. Un regard perçant gris et un haussement de sourcil caractéristique le tira de ses songes et Edward détourna son attention du Serpentard pour se focaliser vers ses propres notes. Tous les élèves étaient maintenant placés à toutes les tables et un silence studieux tomba sur l'ensemble des élèves concentrés sur leur travail. Edward détendit des muscles qu'il ne soupçonnait pas tendus.
Dernière modification par Edward Regencourt le 30 décembre 2017, 18 h 13, modifié 2 fois.

 RPG+   LDC  Chapitre II : Maîtrise

     Le septième crochet rencontrait actuellement le massacre de sa courte existence. Les doigts engourdis du Serdaigle après avoir écrasé tant de crochets semblaient se venger sur celui ci. Il fallait admettre que le garçon y passait un temps déraisonnable, tant il était obsédé à l'idée que ce devait être parfaitement écrasé et que la poudre récoltée se devait d'être irréprochable. Lorsqu'après deux longues minutes il eut fini avec celui ci, il s'essuya le front avec sa manche gauche. Comme à chaque fois, il s'étonnait des conséquences de ses efforts physiques. La chaleur ambiante causée par les nombreux chaudrons chauffés y étaient pour quelque chose sûrement.

     Il pencha la tête en arrière pour détendre son cou qui s'agaçait d'être ainsi penché en avant. Les yeux rivés au plafond, il prit une profonde inspiration et se fit craquer la nuque pour la soulager -du moins, le pensait-il-. Il avisa le dernier crochet comme si le Serdaigle faisait face à la plus affreuse des bestioles et s'en empara impétueusement. Très bientôt, il aura fini cette étape. Avec violence, il réduisit le crochet en tas de poudre et ajouta cette quantité à celles mises de côté les sept précédentes fois. 

     Satisfait de la qualité de son travail, il se pencha sur ses notes et habilla ses mains de ses gants. Distraitement, il récupéra les orties et commença à frotter. Son esprit embourbé dans le geste répétitif, il jeta un coup d'oeil autour de lui. Quelques uns en étaient déjà à la phase de mijotage. Quelque peu intrigué, il regarda l'horloge. En effet, une bonne partie du temps pratique s'était écoulé. Il lui fallait s'activer s'il voulait rendre à temps sa potion.

     Sentant des yeux posés sur lui, il tourna la tête : Mordred le regardait, les bras croisés, un air narquois sur son visage. Serrant les lèvres, Edward choisit de l'ignorer et termina de régler le compte des orties. Récupérant l'ensemble des ingrédients nécessaires, il les plongea dans le chaudron, suivant méticuleusement l'ordre chronologique indiqué. Lorsque ce fut fait, il s'assit sur son tabouret. Il pouvait enfin laisser la mixture se reposer. Il retira ses gants, se massa le cou et se plongea dans son activité favorite : celle d'analyser les autres.

Et là, t'en penses quoi, Mordred ? ", demanda avec impatience un vert installé à la table devant le concerné, montrant les crochets à moitié écrasés. 

     Celui ci ne lui envoya qu'un long regard valant sûrement tous les discours du monde. Soulignant sa volonté d'ignorer les imbéciles qui l'entouraient, il prit un parchemin et s'occupa à sa manière : en faisant un origami complexe. Généralement, les autres verts comprenaient que lorsque Mordred était occupé par ses origamis, nul ne devait le déranger. Sous aucun prétexte.

     Tel un scientifique observant des scouts-à-pétard de laboratoire, Edward prit mentalement note de l'échange qui venait de se produire. Cela soulevait des questions dans son esprit. Les gens étaient complexes et dès lors qu'il pensait avoir trouvé des tendances, celles ci se trouvaient compromises par des exceptions. Perplexe, il détacha ses yeux de cette partie de la classe et jeta un coup d'oeil en direction d'Hélène, située non loin sur sa droite, concentrée comme toujours sur son travail. Nul doute quant au fait qu'elle obtiendrait la note maximale, comme s'en était toujours le cas. Il arrivait à Edward d'obtenir fréquemment d'excellentes notes mais ses songes eccentriques le rendaient distrait et il se retrouvait avec des notes inférieures à ce qu'il espérait. C'était rare mais déjà trop souvent vis-à-vis de ses exigences personnelles. Il jeta un regard à l'horloge. Encore quinze minutes et il pouvait passer à la suite.

 RPG+   LDC  Chapitre II : Maîtrise

      Lorsque les dernière minutes d'attente furent écoulées, Edward remit ses gants pour sortir le chaudron du feu. C'était une tâche assez délicate, l'ensemble du chaudron ainsi que ce qu'il contenait étaient bien lourds pour un enfant de son âge. Un soupire de soulagement s'échappa de ses lèvres lorsque le chaudron fut correctement posé, sans qu'il n'y ait eu quoique ce soit de renversé.

"BOOM !", fit le bruit tonitruant une explosion soudaine. Edward sursauta brusquement et instinctivement, chercha l'origine de l'explosion. 

      Le chaudron du Yalks, le fan de Mordred venait tout juste d'exploser. Une fumée impressionnante s'éleva dans la classe, rapidement contenue par une Professeure livide. Le coupable se mordillait nerveusement la lèvre, regardant tour à tour l'enseignante et Mordred dont le visage était tiré par la stupeur. Cette stupeur fut néanmoins rapidement remplacée par une exaspération absolue, les yeux gris semblant transpercer le visage du pauvre maladroit. 

Hum. Excusez-moi... je... je ", balbutia Yalks, mal à l'aise. Ce balbutiement semblait l'enfoncer plus profondément dans l'embarras.

      Des ricanements s'élevèrent chez d'autres verts. Mordred ne décrocha mot tant que la Professeur était présente au bureau du Serpentard. Il fit mine d'ignorer la situation et envoya, à la grande surprise du concerné, un regard en direction Thornfield -affichant un air de dégoût- puis celle d'Edward. Le Serdaigle n'en compris pas la raison. Il cligna des yeux et se déconnecta de la situation, focalisant son attention sur son propre chaudron. S'il laissait l'eau refroidir ainsi trop longtemps, sa potion serait gâchée.

         Il se saisit donc les épines nécessaires à incorporer. Une fois chose faite, il prit la louche et mélangea la potion, lentement, aussi délicatement que possible. Une nouvelle fois, comme à chaque fois qu'il faisait des gestes répétitifs, son esprit se dissipa et il se mit à rêvasser, ignare de ce qu'il pouvait se passer autour de lui. 

" Encore perché ? ", dit une voix narquoise, tirant Edward de ses réflexions.

      Le Serdaigle cligna des yeux, regardant autour de lui comme s'il avait été absolument ailleurs un instant plus tôt. Sa main, immobile, resta suspendue au dessus du chaudron. Combien de temps s'était-il écoulé ? Nul ne le savait précisément, sauf, peut-être, le Serpentard debout à côté de sa table. Le garçon aux cheveux blonds gardait un air narquois sur son visage alors que le brun l'observait comme si quatre yeux venaient d'apparaître sur le visage du vert. 

" Ta fiole. La sonnerie vient de sonner. ", déclara Mordred d'un ton cette fois ci indifférent, posant la fiole en question sur la table de travail du bleu.

      Edward ne répondit rien, confus. Généralement, c'était aux élèves eux-mêmes d'aller chercher les fioles à rapporter. Le fait qu'un autre, qui plus est d'une autre maison, lui avait récupéré cette fiole par sa propre initiative n'avait aucun sens pour le Serdaigle. Edward fronça les sourcils maintenant qu'il était de nouveau seul à sa table. De manière assez automatique, il prit la fiole, la remplie d'une potion qui semblait être d'excellente qualité puis la boucha d'un bouchon de liège. Toujours distrait, il jeta un regard en direction d'Hélène qui l'observait en retour. Elle hocha des épaules comme si elle non plus ne saisissait pas ce qui venait de se produire. Secouant la tête comme pour ce débarrasser de ce moment passé, il posa une étiquette marquée de son nom sur la fiole. Il se redressa et se leva pour aller rendre la fiole à la Professeure. Lorsqu'il se retourna, la classe était aux trois quart vidée. 

 RPG+   LDC  Chapitre II : Maîtrise

      Etant le dernier à avoir rendu la fiole contenant la potion contre les furoncles, il fut chargé de refermer la porte de la classe derrière lui. Il ne manqua pas, avant cela, de vérifier qu'il avait bien tout récupéré sur sa table de travail et que l'intérieur de son sac en lui même était correctement ordonné. Lorsqu'il sortit de la pièce, la fraîcheur des cachots refroidit rapidement ses joues rougies par le travail effectué précédemment. Entendant le claquement sac de la lourde porte fermé, il se détourna de celle-ci pour remarquer la présence inattendue de Mordred et d'Hélène, debouts contre le mur opposé à la porte, s'échangeant quelque mots sur un sujet qui devait être sérieux. Remarquant la présence du Serdaigle, Mordred coupa court à son discours et envoya un hochement de tête en direction d'Hélène :

" Ce sera rendu par hibou, dans trois jours normalement. ", conclut-il avec sérieux. Il adressa ensuite un hochement de tête vers Edward et disparut des alentours par ses pas rapides et déterminés. 

      Edward haussa un sourcil en direction d'Hélène. Celle-ci ne fit qu'hocher les épaules. Logiquement, ces échanges ne concernaient aucunement le garçon ainsi donc il ne posa aucune question. Il ajusta son sac à bandoulière et s'engagea, accompagné de sa camarade, dans le couloir opposé à celui qu'avait emprunté le Serpentard, sûrement déjà de retour dans sa Salle Commune. Tout le trajet se passa en silence, seuls leurs pas le brisant. Au Hall d'entrée, il passèrent devant un groupe d'élèves, habillés pour des festivités.

" Moi j'paris que c'est les Lys de Beauxbâtons qui vont gagner ! Y font trop d'championnats alors que nous, on fait rien.", spéculait un Quatrième année, visiblement engagé dans la conversation qu'il entretenait avec d'autres camarades de son âge.
- Tu déconnes ou quoi ? T'as vu comment Poudlard a rétamé Durmstrang ? T'vas voir qu'on va en faire qu'une bouchée de ces cuisses de grenouilles !", rétorqua l'un d'eux, comme si l'idée de voir Poudlard perdre semblait blesser son propre égo. 

      Edward et Hélène restèrent immobiles, laissant passer la vague de supporters.

" J'avais complètement oublié que c'était aujourd'hui, tiens., nota Edward d'une voix pensive, le match démarre quand au juste ?
- Mmh, réfléchis Hélène un court instant, dans 25 minutes si le compte est bon. Tu comptes y aller ? Tu devrais te dépêcher si tu ne souhaites pas avoir une mauvaise place".

      Edward hocha des épaules avec nonchalance.

"M'en fiche un peu, en fait. C'est que du Quidditch, mais au moins, ça me changerait les idées."

      Trouvant l'idée pertinente, Hélène elle-même ajusta ses propres plans. Elle aussi ferrait bien de se changer les idées. La décision prise, ils accélèrent le pas pour rejoindre la tour de Serdaigle. Quand bien même ils l'aimaient beaucoup, à cet instant précis, ils en regrettaient le nombre d'étages à gravir. A bout de souffle, ils ne prirent pas la peine de ranger correctement leurs sacs, les envoyant valdinguer sur leur lit respectif. Une fois retrouvés dans la Salle Commune, ils se dépêchèrent de rejoindre l'extérieur. Les délégations étrangères à l'école étaient choses peu courantes dans la scolarité d'un Poudlarien. C'était d'ailleurs un raison particulière qui donnait envie aux élèves d'assister à des événements qu'ils auraient tendance à ignorer d'ordinaire. Outre le Quidditch, Edward n'avait pas non plus manqué les épreuves du Tournoi des Trois Sorciers. Du moins celles où il avait été autorisé d'assister.

FIN DU CHAPITRE II