Potions

Inscription
Connexion
  Retour

L'héritage d'Erin Grayce | Libre

Elina pouvait presque voir de la fumée sortir des oreilles du Serpentard alors qu'il tentait de se décider sur ce qu'il allait dire à la professeure. Elle fut plutôt surprise que le vert et argent vide son sac tout à trac. Elle pensait que n'importe qu'elle explication pouvait être meilleure que celle là, mais c'était lui qui voyait. A moins que le fait que miss Kieffer soit sa directrice de maison joue dans son choix. Après tout, qui mieux qu'un professeur en charge de la maison Serpentard pouvait déceler les mensonges des élèves de cette maison. Elina entendit donc pour la seconde fois les explication plutôt étranges du curieux. La professeur l'écouta avec attention avant de prendre à son tour la parole :

« Admettons que je vous accorde le bénéfice du doute Miss, n'oubliez pas la prochaine fois d'au moins sembler trouver les bêtises de vos camarades répréhensibles… Mais puisque vous n'aviez rien de particulier à faire je m'en charge et filez donc. »


Elina s'était un peu attendue à ça. La professeure ne semblait même pas bien sure du fait qu'elle n'était pas complice du Serpentard. La Poufsouffle apprécia moyennement les remontrances sur les actions à trouver répréhensibles... Evidemment, si la professeure arrivait après la guerre... Mais ne fit pas de commentaire. Débattre sur le sujet ne pourrait que lui apporter des ennuis. Elina n'avait jamais estimé que crier sur quelqu'un était le meilleur moyen de lui faire comprendre qu'il faisait une bêtise. A part le braquer, cela n'aurait guère d'effet. En tout cas ça n'aurais pas marché sur elle. Si miss Kieffer jugeait que démontrer par A plus B l'absurdité de sa fouille au Serpentard était aussi répréhensible que la fouille elle-même, grand bien lui fasse. Elle se retint de justesse de hausser les épaules ; geste qui aurait pu être pris pour de l'insolence et tourna les talons sans un mot. Si il y avait bien une chose qu'elle n'aimait pas c'était subir les conséquences de quelque chose pour laquelle elle n'était pas en cause. Au moins, elle n'écopait pas d'une sanction quelconque ce qui fait que sa mauvaise humeur se limitait à une forte contrariété. Contrariété qui disparaîtrait à la première occasion. Elle devait juste éviter de ruminer les derniers événements au risque de se mettre les nerfs en pelote toute seule. Se rappelant du passage éclair de Dylan, elle se dirigea droit vers sa salle commune pour délivrer son message à miss Manin.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

L'héritage d'Erin Grayce | Libre

En entendant sa directrice croire à ce que disait Elina, Wilson cru qu'elle allait aussi passer l'éponge pour l’entorse au règlement que Wilson avait fait. Après tout il s'était contenté de regarder dans le bureau pour trouver quelque chose qui n'appartenait pas au professeur Manin, pas fouiller délibérément le bureau de son professeur. Mais ce n'était pas l'avis de sa directrice de maison. Du moins, ce que le jeune Serpentard y pensa. Le professeur de Sortilèges venait de libérer Elina qui partit de la pièce avant de demander à son préfet de rappeler pour quelles raisons il avait un badge de préfet sur lui.

Wilson commençait à douter de lui. Il avait pourtant avouer la vérité, afin de ne pas se faire punir pour mensonges, mais il a bien d'une certaine manière enfreint de le règlement en venant chercher des indices dans le bureau de son professeur de Potions. Il fallait bien commencer par quelque part de toute façon, il aurait commencer par la salle sur demande ou un autre lieu, cela aurait été pareil. Et puis la salle sur demande, il ne sait plus exactement où elle se situe, il se rappelle juste que c'est au septième étage, donc il faudra se renseigner avant d'y aller. Mais c'est vrai qu'il aurait du parler de son enquête à un adulte de Poudlard, même un seul mais au moins, à Miss Kieffer, il aurait pu dire que tel personne est au courant et hop le tour est joué. Maintenant il devait répondre à la question de son professeur et juste car apparemment, c'était son insigne de préfet qu'il jouait.


« Mais vous savez professeur, je ne suis pas préfet tout le temps ! De même que vous n'êtes pas professeur tout le temps ! Avant d'être préfet, je suis aussi un élève, un élève déterminé à trouver la réserve de Chocogrenouilles. Je n'agis pas en tant que préfet, professeur, mais en tant qu'élève, simplement. »

Il repensa aux nombreux cours qu'ils avaient pu assister à Poudlard. Dans aucun d'entre eux, les professeurs avaient fait une différence entre élève-préfet et élève-non-préfet. Lorsque les élèves entrèrent dans les classes, ce ne sont plus que des élèves tout simplement. Aujourd'hui dans le bureau du professeur, il a oublié qu'il était préfet (si on peut oublier une tel responsabilité), tout ce qu'il voulait c'était chercher des indices pour continuer (on faudrait-il dire commencer) son enquête. Il avait hâte d'avancer dans celle-ci mais pour cela il ne fallait pas que les gens, et en particulier les professeurs lui mettent des bâtons dans les roues, sans quoi, la réserve de Miss Grayce sera introuvable.


« Je reconnais que le préfet qui est en moi, aurait certainement disputer l'élève que je suis pour avoir dérangé cette endroit. Vous avez eut raison, Elina et vous, d’intervenir. »

Il termina de ranger le désordre restant dans le bureau, il ne restait pas grand chose, juste deux trois trucs sur le bureau du professeur et tout serait comme lors de sa venue.

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"

L'héritage d'Erin Grayce | Libre

Loin de se douter de l'agacement de la jeune Poufsouffle, Lisel Kieffer attendait la réponse de son préfet. Réponse qui ne fut d'ailleurs pas vraiment une réponse adéquate face à la question posée. Sans doute n'avait-il pas compris ce qu'elle insinuait.
En fait l'enseignante ignorait si le petit Kingson le faisait volontairement ou bien s'il répondait spontanément et honnêtement mais sa façon de voir les choses était assez déstabilisante. Il avait une sorte de naïveté face aux interdits, ou du moins à celui qui consistait à fouiller le bureau d'un professeur, qu'on ne voyait pas tous les jours. En effet la plupart du temps les enfants qui faisaient une bêtise savaient qu'ils la faisaient, voire la faisaient justement parce que ça n'était pas autorisé. Wilson Kingson, si ses propos n'était pas calculés, pas du tout.

Observant un petit temps de silence l'allemande réfléchissait à la façon dont elle allait pouvoir lui expliquer la chose lorsqu'il ajouta que finalement le préfet en lui aurait puni l'élève en lui et qu'elle avait raison de le réprimander comme l'avait fait Elina, soit sa camarade de tout à l'heure. Adressant une petite excuse mentale à la préfète en chef et rayant la discussion avec son Directeur De Maison de sa liste des choses à faire, Lisel lança un nouveau regard à son préfet avant de lui dire, en prenant un ton assez doux :


« Effectivement, c'est bien l'élève en vous qui est en tord, le fait que vous soyez préfet n'y change rien, si ce n'est que vous êtes moins excusé de ne pas respecter les règles puisque vous vous devez de montrer l'exemple. Au moins vous vous en êtes rendu compte... C'est donc l'élève, et le préfet, parce qu'au fond vous êtes toujours les deux, que je convie samedi matin à la bibliothèque aider Miss Minal à ranger ses livres de 10h à 11h. Ça n'est pas grand chose vous savez mais en revanche ce que vous venez de faire n'est absolument pas autorisé. Fouiller le bureau d'un professeur, pour quelque raison que ce soit, est intrusif et irrespectueux. Je vous fais confiance pour ne pas recommencer ? »

Le garçonnet avait fini de ranger le désordre qu'il avait mis et, alors qu'elle se sentait pourtant l'âme suspicieuse, Lisel décida de ne pas lui demander ses autres mains et de lui faire confiance pour ne pas avoir organisé cela et menti quelque peu pour voler un objet. Après tout elle connaissait son préfet et il n'était pas réellement dans ses habitudes de se comporter ainsi. Quoique jusqu'à ces quelques dizaines de minutes elle n'aurait pas non plus dit qu'il était du genre à se percher sur les bureaux de ses professeurs pour fouiller leurs étagères.

Le laissant sortir de l'endroit elle ferma la porte derrière lui et le laissa partir avant d'attendre quelques instants qu'il disparaisse plus loin. Que devait-elle faire déjà ? Un instant de réflexion plus tard, l'enseignante, se souvenant qu'elle était à l'origine passée par ici pour croiser sa collègue, baissa le regard vers le paquet de copies qu'elle tenait sous le bras et soupira avant de reprendre le chemin de la salle commune. Ça n'était pas aujourd'hui qu'elle aurait la réponse à sa question.

L'héritage d'Erin Grayce | Libre

Malgré la situation délicate dans laquelle il se trouvait, Wilson était content. Il avait commencé son enquête et il se sentait avancer malgré qu'il n'est pas trouver la réserve, aucun espoir n'était perdu, bien au contraire. Sa directrice de maison se trouvait en sa présence et ne semblait pas contente, mais qu'importe pour le jeune garçon, il savait qu'en disant la vérité, rien de mal ne pourrait lui arriver. Après avoir répondu à la question de son professeur, un peu maladroitement faut bien l'avouer, il avait terminer de ranger le bureau du professeur des Potions, il ne manquait plus qu'à terminer la discussion et rentrer en salle commune.

Mais la réponse de Miss Kieffer, fit froid dans le dos au préfet. Elle convoqua Wilson pour une retenue le samedi matin suivant. Il allait devoir rangés des livres à la bibliothèque avec la bibliothécaire. Ça va être génial ! Bon au moins, ce n'est pas des véracrasses à ramasser, c'est déjà ça. Ce n'est pas dehors non plus, ça aussi c'est un point positif. Et puis il sera pas obligé de faire passer ça pour une retenue, si quelqu'un va à la bibliothèque, il pourra faire croire qu'il aide généreusement la bibliothécaire. Et puis comme ça, personne ne sait que c'est une retenue. En plus il est préfet, si des élèves venaient à le savoir, ça n'irait pas du tout (son image, l'exemple pour les premières années, tout ça, tout ça..). Wilson arriva à tout digéré de ce qu'il entendait jusqu'à la dernière phrase de son professeur : une question.


« […] Je vous fais confiance pour ne pas recommencer ? »

Wilson ne se sentit pas bien. La logique des choses était de répondre : « Oui je vous le promet » ou « Oui, je ne recommencerai plus » mais c'est deux paroles étaient engageante et Wilson ne pouvait s'engager à ne pas recommencer. Il ne sait pas où son enquête va lui mener et s'il doit fouiller un autre bureau de professeur, cela pourrait être embêtant. Surtout si en fouillant ce deuxième bureau, il se fait prendre une seconde fois. Hésitant énormément avant de répondre en lançant un regard inquiet à son professeur il avait envie de répondre que si il allait recommencer, et même peut-être plusieurs fois. Mais ce serait de la provocation et de l'inconscience de répondre quelque chose comme ça, alors il préféra répondre timidement :

« Heu... oui »

Wilson regarda son professeur. Il faut parfois être malin. Répondre oui, il s'engageait certes, mais qu'importe, il sait qu'il recommencera. Peut-être. Ou peut-être pas. Il espère pas. Mais s'il doit recommencer, il informera le professeur concerné, au moins, ça évitera les mauvaises surprises comme ici. Lui qui se demandait en première année, pourquoi le choixpeau l'avait envoyé à Serpentard, il a désormais sa réponse : il est ambitieux et déterminé. Il souhaite trouver la réserve de Miss Grayce qu'elle qu'en soit le prit, et il la trouvera, même si pour cela il doit faire des sacrifices, et subir des retenues. La seule chose qu'il n'est pas encore tout à fait prêt à sacrifier pour cette enquête, c'est son badge de préfet. Il ne faut pas que cette enquête l'amène à perdre sa place dans le cercle fermé des préfets de Poudlard. Et ça, Miss Kieffer le sait déjà. C'est une reconnaissance qui coute cher, et Wilson craint que son badge n'aille sur la poitrine d'un autre élève bientôt. C'est pourquoi, il essayera d'être plus prudent à l'avenir, lors de son enquête.

Il sortit du bureau des Potions, adressa un signe respecteux à sa directrice de maison, et partit en direction de sa salle commune.


Reducio
Merci à vous trois pour ce RP :D

"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"
  Retour