Lac

Inscription
Connexion

Tout est une question de point de vue  PV John  

C'était un après-midi comme les autres, pas de changements particuliers à noter. Pas de professeurs absents, pas d'animation au château, pas d'événements étranges, pas de bourde, vraiment, rien du tout. Une journée comme les autres. Ou bien l'était-ce vraiment ? Pour Dylan en tout cas, les choses allaient comme sur des roulettes, enfin de son point de vue du moins. Mais une chose n'allait pas : il n'était pas en cours. Non, pas aujourd'hui, pas à cette heure-là, il n'assistait pas à son cours de sortilège, bien que techniquement, il soit obligé d'y assister. C'était une première pour le jeune homme, mais il n'avait absolument aucune envie d'aller écouter déblatérer son professeur sur un sortilège qu'il apprendrait par la suite. Vraiment pas. En fait, la cinquième année de Dylan ne se passait pas exactement comme les précédentes. Certes il était au château et certes, il avait suivi quelques cours, mais plus l'année avançait, plus la motivation du garçon pour ses études s'évanouissait. L'esprit tellement occupé par le retour surprise de son frère après deux ans d'absence et par ce qui était présenté comme un break par ses parents, Dylan n'avait pas forcément la tête aux études, et encore moins aux BUSEs qui arrivaient à grand pas. Non, Dylan n'était décemment plus le même qu'il était en quatrième année, et le jeune homme, même s’il conservait quelques-uns de ses traits de caractère, s'était énormément renfermé sur lui-même et paraissait froid au premier abord, alors qu'auparavant, on aurait pensé à un garçon chaleureux et au désir de vivre.

Un après-midi de semaine donc, quelques semaines après la rentrée, début octobre, Dylan avait décidé d'aller se promener à l’abord du lac, afin qu'il s'occupe l'esprit et qu'il ne pense plus à dévorer toutes les friandises, comme sa gourmandise le lui dictait souvent. Maintenant qu'il avait 15 ans, Dylan pensait qu'il pouvait faire un peu tout ce qu'il voulait, et donc l'idée d'une retenue pour avoir manqué les cours ne lui caressait même pas l'esprit. Une bien difficile année s'annonçait pour le jeune homme. En chemin, il ne croisa bien évidemment personne, et fit bien attention de ne pas croiser quelqu'un justement, histoire de ne pas se faire prendre la main dans le sac. Paradoxalement, pour un préfet, jouer les rebelles n'était pas une attitude des plus admirable, mais Dylan s'en fichait. Il se fichait également de sa famille qui selon lui, l'avait complètement laissé tomber. Il y avait son frère bien sûr, mais le préfet se sentait tellement trahi et utilisé qu'il gardait ses distances avec ce dernier, même si le voir lui faisait plaisir. Quand bien même, il n'était pas prêt à renouer les liens fraternels après deux ans d'absence, du jour au lendemain, comme si de rien n'était, alors que Fabian lui, semblait tout à fait prêt pour cela. * Dans ses rêves ! * râla Dylan en donnant un coup dans un caillou du parc.

Quelques minutes de marche plus tard, Dylan était finalement arrivé au niveau du lac, ou quelques grenouilles barbotaient sans être mangées, ce qui était surprenant. Dylan n'était jamais passé par là, mais pour ce qu'il avait en tête, c'était parfait. Il tenait depuis le début le collier que son frère lui avait offert, le même que quelques années plus tôt, Dylan avait perdu et retrouvé dans la salle sur demande. Maintenant, cela ne représentait plus rien à ses yeux, et quoi de mieux pour le montrer à son frère que s'en débarrasser dans le lac ? Il n'allait certainement pas se gêner ! Oui, définitivement, la cinquième année de Dylan était son année rebelle. Il voulait montrer à son frère qu'il y avait du boulot à faire pour qu'il fasse à nouveau confiance, et était bien décidé à jeter ce fichu collier, comme il le disait si bien, qui appartenait à une époque révolue de son enfance. Appartenant aux souvenirs, il désirait le jeter dans le lac, l'eau à l'allure noire et profonde ferait parfaitement l'affaire. Il arriva près du bord du lac, regarda au loin, et prit le temps de réfléchir un long moment avant de prendre finalement sa décision.

« De toute façon, ce vieux truc ne veut plus rien dire », dit-il à haute voix, la tristesse dans sa voix.

Dylan allait s'apprêter à le lancer aussi loin qu'il le pouvait, mais le silence autour du lac fut soudain troublé par un bruit de pas très timide. Surpris, Dylan se retourna, encore en proie à ses émotions, à savoir la colère, la tristesse et le désespoir quant à son incapacité à arranger les problèmes de sa famille, que le jeune homme voyait comme une carie qui dévorait tout, et aperçut au loin une silhouette qu'il ne connaissait pas vraiment. Timidement, cette même personne semblait se rapprocher petit à petit et lorsqu'elle fut à proximité, Dylan lui fit un signe de tête par politesse, sans pour autant trop accorder d'importance. Quand il vit qu'il s'agissait d'un Gryffondor, il revit son jugement, rangea rapidement son collier dans la poche de sa robe, et fit comme si de rien n'était. * Il a fallu que ce soit un gars de ma maison * pensa Dylan, exaspéré. Néanmoins, il se rapprocha du jeune homme, gentiment, et lui demanda ce qu'il faisait là.

« Eh bien, toi aussi tu traînes dans le coin ? Il me semble pas que je t'ai déjà vu, tu viens d'arriver cette année ? J'suis Dylan, ton préfet »

Une présentation très simple et conventionnelle, mais c'est ce que Dylan voulut. Il attendit patiemment d'en apprendre plus sur ce camarade, qui, après plus amples analyses, lui disait vaguement quelque chose, bien qu'il ne connaisse pas la personne totalement.

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Tout est une question de point de vue  PV John  

C'était un calme après-midi en Octobre, les oiseaux chantaient et les rayons du soleil illuminaient les quelques flaques d'eau crées par la pluie de la nuit dernière, un léger vent soufflait refroidissant légèrement l'ambiance de cette journée ensoleillée, John n'était pas très familier à l'école de Poudlard et ses alentours, il ne venait d'arriver que depuis quelques jours, et était en retard pour son premier cours de défense contre les forces du mal, l'école étant très grande il était très facile de s'y perdre, *Où est-elle... Mais ou est-elle !?* se demandait-il paniqué, tout en se questionnant sur ses chances de réussite, cherchant la salle de classe désespérément, John se rendait compte qu'il ne faisait que tourner en rond, il venait de retourner à son point de départ : Le hall d'entrée...

*Je suis foutu !*, il commençait vraiment à douter de ses chances de réussites, il décida malgré tout de continuer sa recherche, mais cette fois-ci John opta pour un autre chemin, malheureusement pour lui ce chemin ne menait qu'à l'extérieur, *C'est pas là non plus ? Mais où est-ce que je dois aller à la fin !?*, Avant de repartir pour l'intérieur du château, John observa les alentours, un parc immense entouré d'une mystérieuse forêt, et non loin de là, un lac. *Après tout, je ne pense y arriver de si tôt, tant pis, je crois que je vais louper un cours pour prendre du bon temps, ce sera mieux que de chercher comme un abruti une salle qui si ça se trouve n'existe pas...*

En se rapprochant du lac, John remarqua quelque chose, enfin, quelqu'un plus exactement, et un bruit dans cette direction le fit sursauter.

« De toute façon, ce vieux truc ne veut plus rien dire » Disait un garçon avec une voix empli de tristesse.

*Pourvu que se ne soit un surveillant ou un truc dans le genre...*, John n'avait vraiment pas envie de se faire prendre en plein séchage de cours lors de sa première année, apparemment la personne s'arreta net en le remarquant, John ne pouvait pas reculer et partir tout simplement comme si de rien n'était, il s'approcha lentement de la personne, timidement, et commençait à réfléchir à ce qu'il pouvait bien dire, Après s'être approché un peu plus il remarquait qu'il s'agissait d'un élève de Gryffondor qu'il avait croisé plus tôt dans le dortoir des garçons, il s'agissait du préfet, Dylan SWANSON, un garçon en cinquième année. *Je suis mal !*


« Eh bien, toi aussi tu traînes dans le coin ? Il me semble pas que je t'ai déjà vu, tu viens d'arriver cette année ? J'suis Dylan, ton préfet »

En l'observant plus en détails, John remarquait que le préfet n'avait pas l'air dans son meilleur état, il semblait assez triste et une larme coulait sur sa joue même si il tentait de le cacher, Dylan semblait avoir quelque chose dans une main.

<< Je... Bonjour, Dylan c'est ça ? Je crois qu'on s'est croisé ce matin au dortoir... Je suis là pour passer le temps... Mais, euh, vous allez bien ?>>

Dit-il, timidement en tentant de comprendre ce qui arrivait à Dylan, il voulait aussi changer de sujet pour cacher son absence en cours, après tout il avait en face de lui un préfet...

-Gryffondor, la raison des plus forts.-

Tout est une question de point de vue  PV John  

« Je... Bonjour, Dylan c'est ça ? Je crois qu'on s'est croisé ce matin au dortoir... Je suis là pour passer le temps... Mais, euh, vous allez bien ? »

Dylan n'eût aucun mal à discerner la timidité du Gryffondor qui se trouvait devant lui, mais cela ne le dérangeait pas. Il espérait simplement que ce n'était pas parce qu'il impressionnait trop le jeune garçon, puisque Dylan détestait impressionner les autres à cause de son insigne de préfet. D'ailleurs, il n'aimait pas non plus les étiquettes, et comme le Gryffondor qu'il reconnut au bout de quelques minutes comme étant John, un élève de première année qu'il avait croisé en salle commune et dans ses dortoirs, l'avait vouvoyé, eh bien cela n'avait pas vraiment plus au préfet. Il n'avait que 15 ans, bon sang, pas la peine d'être aussi conventionnel avec lui ! Malgré tout, Dylan ne s'énerva pas plus qu'il ne l'était déjà, et laissa couler, en même temps qu'une dernière larme sur sa joue, l'affaire du vouvoiement. En fait, il était plutôt curieux de savoir ce que le jeune Gryffondor faisait lui aussi, en dehors du château, en pleine heures de cours. Il se rappelait ses premiers jours à Poudlard, et Dylan n'aurait pas manqué un cours pour tout l'or du monde, de peur d'être sévèrement puni, la question était donc : que faisait John dehors ? Un petit bruit de grenouille dans le lac vint perturber la pensée de Dylan, et il répondit donc à son camarade fraîchement arrivé :

« C'est bien ça, Dylan, oui ! Oui, je me souviens de toi, John, si je ne me trompe pas, hm ? »

Une brise de vent était venue décoiffer le préfet et probablement John au passage, ce qui fit quelque peu ronchonner le préfet qui se recoiffa du mieux qu'il put avec ses mains, faisant alors tomber son collier par terre. Evidemment, cela n'échappa à John, qui pouvait très bien voir qu'il avait fait tomber un objet. Dylan s'empressa de le ramasser sans rien ajouter d'autre, essayant de cacher ses émotions du mieux qu'il le pouvait. Il ne pouvait décemment pas se laisser aller, comme sa gourmandise qui le poussait parfois à dévorer des sacs entier de friandises lui valant parfois une carie ou deux, devant un nouvel élève. Cela ne faisait pas professionnel, et puis Dylan n'avait pas vraiment envie d'ouvrir son cœur au premier venu, même si John avait l'air fort sympathique. Remettant le collier dans sa poche pour qu'il puisse le retrouver rapidement par la suite - il n'avait certainement pas oublié la raison de sa venue et comptait bien le faire - il reporta son attention sur John, et essaya de dissimuler au mieux la vérité quant à la deuxième partie de la question du jeune Gryffondor :

« Parfaitement bien, au poil ! Rien ne pourrait mieux aller ! ( on sentait l'ironie très mal dissimulée derrière ces propos ) Mais dis-moi, tu passes le temps ? Il me semble pourtant que nous sommes en plein dans les heures de classes, hm ? T'peux le dire si t'es perdu, c'pas grave, tu viens d'arriver, c'est arrivé à tout le monde. »

Dylan serrait son collier le plus fort qu'il le pouvait, puisqu'il avait besoin d'évacuer un peu de sa colère, et il ne voulait pas non plus hurler sur John, qui semblait quelque peu perdu. Non, même si Dylan avait de nombreux problèmes, il n'allait pas rajouter : " personnage terrifiant " à ces derniers. Aussi il s'efforça de faire un sourire amical, mais il avait tout sauf envie de sourire. Finalement, Dylan se dirigea vers un arbre non loin, et s'assit par terre en poussant un long soupir, qui voulait tout dire, du moins pour ceux qui en connaissait la signification. Il observait toujours John, qui ne semblait pas bouger, et Dylan lui fit signe de le rejoindre, et de ne pas rester planter là comme un piquet. Après tout, ils étaient tous les deux seuls au niveau du lac, et Dylan pourrait bien avoir besoin d'un peu de discussion pour ne pas complètement fondre en larmes. Il essuya une dernière fois d'un geste du bras ses joues encore humides, et essaya de ressaisir, mais garda en tête pourquoi il était venu ici. Ce collier irait nager avec les poissons, un point c'est tout. Dylan tenait juste à préciser une petit chose avant que John ne reprenne la parole, une petite chose qu'il n'aimait pas vraiment :


« Par contre, pas de " vous " avec moi, okay ? Je suis p'têt plus grand, et aussi un préfet, mais un " tu " ça marche aussi très bien, tu sais ? Pas avec les profs, par contre, fais gaffe », on dénotait un petit soupçon d'ironie et de blague derrière ce petit rajout, et Dylan esquissa un sourire, qui s'évanouit aussitôt.

Gryffondor du mois d'octobre 2015