Lac

Inscription
Connexion

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Athéna était depuis une semaine dans le beau château de Poudlard. Un très beau château, de très agréables personnes, des cours on ne peux plus intéressants, des professeurs ma foi, comme on peut attendre des professeurs, et puis... la vérité c'était qu'Athéna ne réalisaient toujours pas. Oui bien sur, elle avait reçu la lettre, elle était aller faire ses emplettes sur le Chemin de Traverse et avait été tout simplement époustouflée devant la superbe baguette qui l'avait choisie, mais entre acheter des affaires magiques et arriver dans ce magnifique château. .. Il y avait un pas ! Elle avait du mal à trouver ses marques, bien sur elle avait fait connaissance avec certaines filles de sa classe et de sa maison mais personne qui eut réellement marquée sa mémoire. C'est pourquoi ce soir-là, elle avait eu besoin de souffler un peu, d'essayer de reprendre pied dans une réalité qui la dépassait chaque jour un peu plus.
Cette belle nuit étoilée plongeait son esprit tourmenté dans un calme doux, et si les échos de ses questionnements résonnaient encore dans son esprit, l'air vivifiant et humide du Lac Noir chassait peu à peu toutes pensées parasites. La Rouge et Or se sentait apaisée face à cette étendue d'eau liquide. L'air qui fouettait son visage avait cette odeur inimitable qui définit les endroits lacustres ou fluviaux. Peut-être que la natation allait lui être autorisée finalement ? A cette idée une bouffée d'allégresse emplie la jeune Gryffondor et elle dut se retenir pour ne pas se jeter immédiatement dans le lac. Elle n'avait pas son maillot de bain et il faisait nuit noire, ce n'était pas le bon moment pour plonger dans ces eaux noires, malgré leur attractivité. Elle se contenta donc de s'allonger sur l'herbe douce déjà couverte de rosée et de laisser échapper un soupir de bien-être en contemplant la voûte céleste. Céleste... Ce mot lui rappelait l'origine de son prénom. Elle adorait son prénom, et ce depuis toujours. Elle trouvait qu'il sonnait bien et surtout qu'il soit le nom de la déesse grecque de la sagesse et des arts la remplissait encore plus de fierté. Sa légende préférée concernant cette superbe déesse était sans aucuns doutes celle d'Arachnée. Arachnée était une jeune fille qui tissait merveilleusement bien, et on lui dit tant, qu'elle finit par être persuadée qu'elle était plus forte que la déesse Athéna elle-même. Lorsque cette présomptueuse pensée arriva auprès d'Athéna, cette dernière se mit en colère et descendit sur Terre où elle mis au défi la jeune orgueilleuse de tisser une tapisserie plus belle que la sienne. Ce qu'elle fit avec toute la hargne et l'acharnement propre à la jeunesse. Athéna fut la seule juge de l'oeuvre d'Arachanée et personne ne sut laquelle sortit vainqueur de cette lutte acharnée, tout ce qui se sut, c'est que la jeune fille fut transformée en une horrible petite bête avec huit pattes et qui tissait des toiles à la structure fabuleuse, et surtout que toutes ses descendantes haïr à jamais cette déesse qui les fit rejetée de la société par jalousie sans aucuns doute.
Alors qu'elle laissait ses pensées vagabonder au gré de leurs envies, sans fil conducteur qui put seulement en suivre la trace, une étrange impression s'insinua en elle. Soudain elle sut. L'oppression qui était sienne avant qu'elle ne découvre cet endroit incroyable, ce refuge solitaire avait totalement disparue. Elle ne craignait même pas de la voir réapparaître au détours d'un couloir du tortueux château. Elle était simplement apaisée, libérée de la peine qui étreignait son cœur à l'idée de ses parents qui devaient se sentir si seuls sans elle. Le sourire qui avait déserté ses lèvres depuis une semaine revint enfin timidement jouer avec. Libre de toute angoisse, la Griffonne sauta sur ses pieds et entreprit de faire le tour du Lac. C'est vrai, si elle voulait un jour nager dedans, elle se devait de connaître ses alentours par cœur. Tout en marchant, elle se mit à réfléchir. Nous étions vendredi soir, le chaud dortoir humide et le portrait strict d'Eveleen ne l'attendait surement plus, ce qui lui permettait de rentrer à l'heure qu'elle souhaitait. Athéna fut très impressionnée par la longueur que prenait ce tour qu'elle avait cru être l'histoire d'un quart d'heure. Cela allait sans doute faire une heure qu'elle marchait et elle ne revoyait toujours pas l'endroit qu'elle avait quittée. Un peu perdue et peut-être un peu effrayée ( Ce qu'elle ne s'avouerait jamais, bien évidemment ), elle hésita quand à la marche à suivre. Devait-elle revenir sur ses pas, alors même que cela allait lui prendre au moins une heure, ou bien continuer au risque de se perdre un peu plus ? Surtout que la jeune Rouge et Or allait attaquer le côté qui longeait la Forêt Interdite et après toutes les histoires qu'elle avait eu le temps d'entendre sur cette sinistre forêt en une semaine, elle redoutait un peu de marcher si près de cette dernière. Finalement, son instinct de conservation fut le plus fort et elle entreprit de retourner sur ses pas.
Laissant les pensées quitter son esprit, elle se contenta de marcher en fixant le bout de ses semelles. Et bien sur elle vit au dernier moment le trou recouvert de feuillages de mauvais augures qu'elle avait pris soin d'éviter à l'allée. Elle tomba dans le trou et s'y enfonça jusqu'à la taille en poussant un hurlement digne des films d'actions :


" - AAAAAAAHHHHH ! Par la barbe de Merlin et les lunettes de Potter ! jura-t-elle. ( eeeh oui ! Notre gentille Athéna a eut le temps d'apprendre les insultes du monde sorcier... ne dit-on pas que c'est quelque chose qui rentre on ne peut plus facilement dans la tête des jeunes gens ? )


La Gryffondor maudit encore trois fois son inattention avant de se demander comment elle allait se sortir de cette fange gluante car tout ses appuis s'écroulaient sous ses doigts dès qu'elle essayait de se sortir avec la seule force de ses bras. Et même en battant fort des jambes la boue lui interdisait tout mouvement. Préférant la colère à la panique elle se mit à bouger en tout sens et à donner de furieux coups de jambes et de bras en tout sens dans l'espoir de ce sortir de ce pétrin. Elle finit par s’arrêter, les joues rouges et le front en sueur, prête à réfléchir calmement. Elle se décida donc à résumer sa situation à haute voix afin de se rassurer plus qu'autre chose :



- Alors, résumons-nous. Je suis à au moins une heure de marche du château, près du Lac Noir, à une heure indue de la nuit. Et je suis bloquée dans un fou... dans un trou rempli de boue sans pouvoir m'échapper. Ah et surtout n'oublions pas le fait que je suis à deux pas de cette Forêt Interdite remplie... D'araignées !!!!!!! "


Son bilan l'avait plus alarmée qu'autre chose et d'entendre sa voix qui tentait vainement de cacher ses accents paniqués, cela la mit en colère et elle se mit à se fustiger, mentalement cette fois-ci, mais pas moins intensément pour autant. La jeune Griffy finit par tout simplement abandonner une fois que ses mains ne saisir plus aucuns appuis solides et elle continua à se reprocher mille et une choses sans jamais se lasser. ( Vous comprenez, ça l'occupait ).

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Gwenaëlle dans le dortoir des filles des Serpentard s'insurgeait mentalement, rien à faire ! Pas moyen de retrouver ce fichu carnet ! En effet, le petit carnet de note de la rouquine était une chose très précieuse pour elle, bien qu'ils soit pratiquement en pièce, et boursouflé par le temps l'usure et les verres d'eau renversés, on pouvait y voir noté dedans toutes les remarques ou choses portant sur le monde la magie que la petite avait expérimentées, vues, entendues, si fait bien sur qu'on arrive à les relire ce qui était légèrement compliqué du fait que seule Gwen arrivait à déchiffrer les notes et gribouillis de celui-ci. Pourtant elle n'était pas mauvaise dans la présentation, bien que dans ses devoirs malgré ses applications ce qu'elle jugeait comme inutile n'était jamais mis. Ce qui lui était d'ailleurs parfois reproché ! Pourtant, elle appréciait ses cours et faisait avec attention ses devoirs mais...
Elle avait eu un "acceptable" ce jour là, ce qui décevait profondément la fillette, mais qui par adoration (non je n'exagère pas le terme) pour Poudlard avait décidé de ne plus y penser, ne voulant pas "gâcher" sa journée. Mais le fait de perdre son carnet était un agacement supplémentaire !

" Réfléchie un peu. Où as tu bien put le mettre ?"

C'est soudain qu'en regardant les brévités qui donnait une vu impeccable sur l'intérieur du lac qu'elle comprit et son teins prit une teinte plus pale encore qu'à l’accoutumée. Avec rapidité elle monta les escaliers et sortit dehors. Mais s’arrêta net en voyant le soir qui bientôt deviendrait nuit de dehors et l'air frais, rien qui donnait très envie de s'y rendre. Mais attendre le lendemain lui était impossible.
Après un soupire, puis une grimace la petite commença à avancer avec le plus de rapidité possible. En effet, dans la matinée elle était partit, sac à la main décidé à faire le tour du parc et pourquoi pas celui du lac. La matinée était belle, mais au bout d'une heure de marche elle avait justement pensé que continuer serait légèrement risqué. Il faut dire que elle était une Serpy par une Gryffy et ne voulant pas arriver en retard pour le repas dans la Grande Salle elle avait fait rapidement demi-tour et avait du laissé tomber son sac dans l'herbe. Celui-ci comportant son carnet et... elle blêmit de nouveau ! Et dire que ça ne lui avait pas traversé l'esprit ! Ayant pas cours du reste de la journée elle avait oublier de s'en soucier, mais il n'y avait pas que son carnet de note dans le sac, il y avait aussi sa baguette. Ceci tacha de convaincre la rouquine que c'était important d'y aller.


"- Tu mesures à quel point ce que tu as fais et ce que tu compte faire et idiot ?"
Pensa-t-elle à voix haute s'en s’arrêter de courir dans l'herbe fraiche.

Ce qui lui avait prit une heure le matin ne lui prit qu'une demie-heure, car elle courrait contrairement à avant. Et meme si elle manquait plusieurs fois de trébucher contre des racines au bord du lac elle ne s’arrêtait pas.
Arrivant sur les lieux qu'elle avait heureusement repérer grâce à un grand arbre se trouvant à proximité elle s'arréta essoufflée et chercha un peu dans l'herbe avant de repérer après un moment trouver enfin le sac derrière une touffe d'herbe qu'elle saisit avec rapidité prete à partir dans un autre sens.


" - AAAAAAAHHHHH ! Par la barbe de Merlin et les lunettes de Potter !


En pleins mouvement la petite s’arrêta net. Un instant son regard se fit apeuré, elle était très près de la foret interdite si c'était un des animaux dangereux que celle-ci abritait ou un professeur ? Mais je dis bien que sa frayeur dura deux fractions de secondes, car elle avisa très vite qu'un animal ne serait sans doute pas capable de parler ainsi et qu'un professeur à son avis se garderait bien d'avoir ce langage (et puis qu'est ce que celui ci ferait au bord du lac près de la foret interdite je me le demande ) !
Elle sortit sa baguette avec rapidité de sa baguette et prononça à voix basse le sortilège
"-Lumos", cela jusqu'à que sa baguette s’allume ainsi il était plus facile de se repérer tard dans la soirée et plus rassurant dans le lieu où elle se trouvait actuellement.

"- Qui es là ?"


Ce fut-la seule chose sur le moment que comme une idiote la petite se mit à dire, tout en avançant en direction de là où elle entendait grommeler. Enfin, elle avançait tout doucement et heureusement ! Car elle faillit de justesse tomber dans un trou noir, elle se pencha tout en faisant attention et vit le silhouette d'une élève sans doute pas plus âgée que la jeune Vert et Argent. Là encore la petite sortit une remarque idiote oubliant de nouveau la voix froide qu'elle avait. Mais bon dans ces circonstances c'est légèrement normale, et tout en tendant la main en se penchant un peu pour aider l'autre fille à remonter hors du trou, elle dit donc :


"- Qu'est ce que tu fais ici ?"

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Alors que la jeune Griffy était occupée à grommeler tout bas des insultes contre elle-même (Non mais c'est vrai ! Quelle maladroite elle faisait quand même ! N'était- elle pas capable de regarder ou elle allait ! Surtout que personne n'allait passer par là !) elle entendit un bruit de course tout près d'elle. Encore un peu plus effrayée, Athéna se mit à parler frénétiquement, s'exhortant au courage et se remémorant toutes les formules qu'elle avait étudiées jusque là avant de se rappeler qu'elle n'avait pas juger bon, à l'aller, de prendre sa baguette. Elle eut encore le temps de se maudire et de s'imagine, petit cadavre dégoulinant de sang et de venin entre les crocs d'une monstrueuse araignée géante doté de quatre paires d'yeux et de huit pattes velues avant d'entendre une voix qui semblait appartenir à une fille disant :


" - Qui est là ? "


A cette question idiote, la Griffy eut l'envie de répondre, "Bah le pape !" mais se retint de justesse se disant que sa potentielle sauveuse n'apprécierais peut-être pas sa remarque ironique. A peine la jeune rouquine eut-elle le temps de se faire cette réflexion qu'une lumière aveuglante attaqua ses yeux. Elle fit la grimace tout en saisissant la main qui lui était tendue. Soulagée après cette montée de stresse, elle se hissa au sommet du trou et se planta devant sa sauveuse que ses pupilles encore aveuglées ne réussirent pas à reconnaître. Sa sauveuse posa alors une seconde question :


- Qu'est-ce que tu fais ici !


La Griffy leva les yeux au ciel avant de répondre, un peu ironiquement peut-être :



- Bonjour, puis en levant les yeux vers le ciel, je veux dire, bonsoir. Je suis Athéna Aronov, élève de 1ère année dans ce magnifique château qu'est Poudlard, dans la non moins magnifique maison de Gryffondor. Débita-t-elle en retenant in extremis une courbette moqueuse. Je me promenais prés du lac, avec l'idée de d'en faire le tour et je suis tombée dans ce trou ! Fit la rouquine en pointant un doigts accusateur sur le fameux trou.


Indignée en se rappelant l'existence de ce fameux trou elle se reprocha d'autant plus l'oubli de sa propre baguette. Les yeux rivés sur celle appartenant à la jeune fille qui semblait avoir son âge, elle remonta le long de la baguette, très élégante se dit-elle au passage et posa ses yeux qui s'étaient habitués à la lueur, pas si agressive que ça finalement du sort Lumos, sur une main délicate aux doigts fins, elle remonta le long d'un bras moins musclé que le sien, enfin supposa-t-elle, on voyait mal avec la robe de Poudlard, et posa enfin ses prunelles grises sur le visage de son interlocutrice. C'était un visage plutôt agréable à regarder, quelques petites taches de rousseurs parsemaient son charmant petit nez et de longs cheveux en batailles d'un ton de roux plus foncé que le sien tirant presque sur le brun encadraient un visage où deux perles bleues la scrutait froidement. Athéna remarqua que la jeune fille semblait essoufflée, comme si elle avait courue et ses joues rouges vinrent appuyer sa théorie. Elle tenait contre elle un sac de cours banal, mais qui paraissait être la 5ème merveille du monde tant la rouquine le serrait fort. Intriguée mais se rappelant soudainement des bonnes manières après sa tirade un brin moqueuse, la Griffy s'empressa de remercier sa contemporaine :


- Ah et merci beaucoup de m'avoir sortit de là, je ne sais pas ce que j'aurais fait si tu n'était pas arrivée au bon moment ! "



La jeune rouquine ne s'excusa pas de son ton ironique, et n'en avait pas l'intention. C'était très gentil de l'avoir sortie de là, certes mais elle détestait être vue en position de faiblesse, alors il fallait bien qu'elle réagisse comme elle en avait l'habitude. Hors de question de s'abaisser encore plus devant elle, Athéna avait été bien assez remarquée pour le moment. Elle espérait juste que sa sauveuse ne lui en voudrait pas !

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Gwenaëlle hissait avec un peu de difficulté, elle avait été toujours très peu douée pour sortir les gens hors de trous où ils étaient tombé, (il faut dire que c'était la première fois qu'elle le faisait), mais malgré sa faible carrure elle parvint enfin tant bien que mal à sortir la fille du trous. Mais tout de même ! On ne l'avait pas prévenu de cette option dans le programme de Poudlard ! Elle avait baissé rapidement sa baguette, sans pour autant murmurer la formule, Nox, en voyant que celle que cette fille avait cligné des yeux et fait la grimace aveuglée.
Elle se sentit tout à coup honteuse de ses deux remarques, très intelligente et pour symboliser sa honte tenta de faire disparaitre son air essoufflé et prit l'air glacial qui lui était accoutumer : mais oui bien-sur c'est logique !
Une fois l'autre sortit, elle leva les yeux au ciel, ce qui déplut très fortement à la Diafora, pour dire :


- Bonjour, je veux dire, bonsoir. Je suis Athéna Aronov, élève de 1ère année dans ce magnifique château qu'est Poudlard, dans la non moins magnifique maison de Gryffondor.


La petite Diafora eu tout d'abord un léger mouvement de surprise en entendant la réponse. En effet, c'était elle qui parlait ainsi comme ça ! Son expromission pendant une seconde fut un regard mauvais en direction de cette Athéna. Non mais tout de même elle venait légèrement de la sauver ! Puis elle eu un léger sourire, et son regard prit une expression neutre tandis que la Gryffondor, puis-ce qu'elle venait de l'affirmer avec un léger ton de moquerie reprenait. Gwen durant sa réponse et tout en l'écoutant l'observa d'un visage sans expression. Elle avait des cheveux roux assez court, mais très différents de ceux de Gwen qui se trouvait être plus foncé, et des yeux bruns quand à ses yeux ils ne ressemblaient à rien en ceux gris froid de la petite, en effet ils étaient couleur chocolat très doux.


- Je me promenais prés du lac, avec l'idée de d'en faire le tour et je suis tombée dans ce trou !


La petite observa le trou d'un regard rapide, pensant que elle n'était donc pas la seule à avoir eu l'idée de faire le tour de celui-ci. Bien que évidemment elle n'aurait eu jamais l'inconscience de le faire si tard ! Elle jaugea d'ailleurs la Gryffonne d'un regard surpris. Son sac étant entre ses mains, elle l'ouvrit précipitamment se rappelant qu'elle n'avait pas pensé à vérifier si son carnet si précieux s'y trouvait. Elle passa sa main dedans, et... il n'y avait rien.
Si elle avait voulu faire disparaitre son teint rouge à cause de l’essoufflement tout à l'heure, c'était réussit ! Son visage devint aussi pale que quand elle s'était aperçu de sa disparition, si ce n'est plus.

" Oh qu'est ce que tu as fais ?" Du même regard accusateur que celui qu'avait Athéna elle regarda le trou comme si elle verrait parmi une monticule de terre son carnet qui si ils étaient tombé devait être encore plus amoché de ce qu'il était déjà. Mais un pale sourire éclaira son visage quand elle le vit dans la poche de devant, se retenant pour éviter d'attirer une nouvelle fois une attention qu'elle ne désirait pas sur elle.
Fort heureusement quand elle releva la tete, la Gryffondor reprenait la parole l'air de n'avoir rien remarquer, et le ton plus aimable qu'avant.


- Ah et merci beaucoup de m'avoir sortit de là, je ne sais pas ce que j'aurais fait si tu n'était pas arrivée au bon moment ! "


Gwen remarqua avec agacement que celle-ci ne s'excusait pas de ce qu'elle venait de dire. Mais son agacement n'était en rien de la surprise, et même si c'est non avouable elle fut forcer de reconnaitre, que dans la même situation elle aurait dit à peu près la même chose, et ne se serait pour rien au monde excusé, sans doute honteuse de sa situation. De plus, cette fille venait tout de même de la remercier, mais cela n’empêchait en rien à la jeune rouquine de vouloir répliquer avec le même ton pleins d'ironie, et elle reprit exprès les même mots que l'autre jeune première année d'un ton ne ressemblant aucunement à ses anciennes remarques tout aussi idiote les une que les autres ce qui formait un contraste étrange à ce qu'elle avait dit avant.


- Bonsoir et de rien Athéna. Je suis Gwenaëlle Diafora, moi aussi élève de premier année dans ce magnifique château qu'est Poudlard,
et là elle ne mentait pas une seule seconde, dans la non moins magnifique maison de Serpentard. Quand à se promener si tard dans la soirée près de la foret interdite, pour faire le tour d'un... lac et pour se retrouver dans un trou, je trouve que c'était une idée originale et très intéressante !

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Après ce moment de honte qu'elle avait ressentie en se faisait tirer de ce trou par une autre élève, Athena s'éloigna du trou et alla s'adosser nonchalamment contre un arbre proche. Les feuilles rousses qui étaient tombées des arbres craquaient sous ses pas et lui rappelait combien les nuits d'automne pouvait s'avérer belles, froides également bien que la cape que la Griffy avait eu la bonne idée d'emporter la tienne au chaud. L'air était pur et c'était un réel bonheur pour celle qui était encore il y a quelques mois la petite modlue citadine et qui rêvait de cet air vivifiant toutes les nuits. Les étoiles, au dessus de sa tête, brillaient de cet éclat froid qu'ont les diamants ou les perles dans leur écrin de satin noir. Elles paraissait si proche qu'Athéna eut voulu tendre la main pour les effleurer si elle avait été seule, néanmoins, elle ne l'était pas et il était grand temps de s'intéresser à ce qu'avait à dire sa camarade ( pour sa défense mouhaha ! ). Cette dernière du lire dans ses pensées car soudain, après avoir passée une main apaisée sur le sac qu'elle tenait fermement serré contre son giron, elle déclara :




- Bonsoir et de rien Athéna. Je suis Gwenaëlle Diafora, moi aussi élève de premier année dans ce magnifique château qu'est Poudlard, dans la non moins magnifique maison de Serpentard. Quand à se promener si tard dans la soirée près de la foret interdite, pour faire le tour d'un... lac et pour se retrouver dans un trou, je trouve que c'était une idée originale et très intéressante !




Athéna éclata de rire face à l'expression "pince-sans-rire" de sa camarade. Les petites piques qu'elle lui envoyait étaient tout simplement excellentes ! Lorsque la jeune... Gwendoline ? Gnaëlle ? Enaëlle ? Son nom était vraiment particulier, parlait, c'était exactement ce qu'elle aurait pu dire ! Épatée et en même temps un peu intriguée, elle réussit à juguler son fou rire avant de répondre :



" - C'est une expérience ma foi... Particulière ! Mais je n'avais pas prévue de me retrouver dans un trou, je t'assure ! Et toi ? Pour reprendre ta formulation, originale et très intéressante si j'ose dire, "qu'est-ce que tu fais là ? " Un petit sourire narquois illuminait le visage de la Gryffondor, curieuse de voir la réaction de la Serpy.


Athéna, originaire du monde moldu, n'avait pas de préjugés quels qu'ils soient par rapport aux quatres maisons de Poudlard qu'elle considéraient toutes comme très intéressantes et accueillantes, de ce fait, que son interlocutrice soit de la maison Serpentard ne la gênait pas le moins du monde, au contraire même, elle était curieuse d'en apprendre plus sur une nouvelle maison de ce superbe château magique. Curieuse plus que de raison face au sac qui semblait être, ou contenir, un trésor aux yeux de l'autre 1ère année, la Rouge et Or fixait sans se cacher l'objet de sa curiosité, mais que pouvait bien être ce sac pour qu'elle le tienne ainsi  ?!

Pas le moins du monde fatiguée malgré l'heure sans aucuns doutes tardive, la Griffy faisait turbiner ses méninges à propos de ce sac, de cette élève pour le moins particulière qui lui ressemblait beaucoup trop et de ses cours du lendemain. Elle fut soudain saisie d'un affreux doute, avait-elle terminé son devoir de Sortilège ?! Se rappelant les heures passées à la bibliothèque pour trouver trois sortilèges différents elle soupira de soulagement. Revenant à l'instant présent, la Rouge et Or se demanda si elle ferait mieux de rentrer car il allait faire de plus en plus froid et que plus elle restait là plus elle aurait du mal à se lever le lendemain mais son insatiable curiosité la décida à rester là pour en apprendre plus sur son improbable alter ego.

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Lerya venait de passer ses premiers jours dans Poudlard dont elle avait une véritable admiration.Tant de magie, de sorciers , de créatures réunis au même endroit, remplissaient la jeune fille d'un bonheur infini. Jamais elle n'avais pus croire q'un monde comme celui-çi pouvait exister et pourtant des mondes fantastiques, elle en avait rêvés, enrichie par son livre "Fantasia", remplit de créatures en tout genres, qui ne la quittait jamais.
Pendant ses premiers jours, elle avait passé la plupart de son temps à la bibliothèque, pour découvrir tout les secrets que pouvait contenir ce monde et tentait de les découvrir la nuit tombée même si c'est premières recherches dans Poudlard avaient été un échecs. D'ailleurs elle avait souvent finit par ce perdre dans les dédales de couloirs et par ce fait rentrer ce coucher tard, le temps de retrouver son chemin vers ses dortoirs. Mais cela ne l'empêchait pas de recommencer chaque soir.
Ce soir-là justement, la petite serpentade, se trouvait à sa place habituel, près de la cheminée dans un fauteuil des plus confortable, en train de lire un livre sur les créatures menacées du monde magique, ouvrage qu'elle avait emprunter la veille. Comme à son habitude elle fut la dernière dans la salle commune complètement absorbé par son livre. Quelques chapitres plus tard, elle remarqua une page légèrement courbé vers la fin du livre. Curieuse, elle sauta les chapitres, sachant qu'elle se rattraperait plus tard, pour lire ce qui s'y trouvait. Quelques notes y avaient été gribouillées à la mains:


"Les Créatures observées à Poudlard"

Suivit de plusieurs noms et de descriptions. Mais une phrase attira particulièrement Lerya, il était dit que les soir ou la lune était drapée de quelques nuages, c'était au bord du lac qu'on avait le plus de chances d'observer quelconque vie magiques.
D'un geste brusque la serpentarde leva la tête vers la fenêtre.


"Parfait!se dit-elle. En effet le temps dehors était exactement comme décris dans la notes. Ni une ni deux elle pris sont sac où y résidait déjà son livre "Fantasia", rajouta celui dont les notes pourraient lui être utile et son carnet à dessin dont des croquis de tout ce qui lui apparaissait comme fabuleux (donc pratiquement tout) y figuraient. Et comme à son habitude parti faire sa petite recherche mais pour la première fois hors du château.
Une heure après elle parvint enfin près du lac, elle lui avait fallu faire plusieurs détour pour éviter les quelques préfets restant qui surveillaient si tout le monde étaient bien dans ses dortoirs ainsi que le fantôme de Rusard qui se faisait un malin plaisir à punir tout élèves désobéissants à la règle.
Elle s'avança toujours plus proche du lac lorsqu'elle entendit une voix:


''.....ose dire, "qu'est-ce que tu fais là ? "

La jeune serpentarde n'osa plus bouger d'un centimètre, l'avait on entendu arriver?


Reducio
Merci de m'avoir accepté!^^ J’espère ne pas faire trop de bêtises.

Mais l’homme dont le sang coule à flots sur la terre,
Fixant toujours les yeux divins de la chimère
Meurt, la poitrine ouverte et souriant encor.
couleur: #0b8c6e

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Gwenaëlle se maudissait, elle n'avait avec elle, que son uniforme, et sa baguette et son carnet, le dernier en question même lui tenant à cœur, ne lui saurait d'aucune utilité pour se chauffer. Et elle ne connaissait pas encore assez de sortilèges pour se réchauffer. Satisfaite, tout de même de sa réplique, elle allait s’appuyer contre un arbre avant de s’apercevoir que Athéna en avait fait de même. Agacée, elle resta donc sur place sans mot dire.
Elle regardait le trou, tout simplement, se demandant comment et pourquoi celui-ci se trouvait là. Pour éviter que les animaux s'approchent trop près de Poudlard peut-etre...
Un éclat de rire, la fit quitter ses pensées et elle releva la tete pour dévisager avec surprise la Gryffonne. Elle se sentait blessée intérieurement et pendant un instant ne comprenait pas ce qu'il y avait eu de drôle dans ce qu'elle venait de dire. Mais apparemment ceci amusait Athéna comme cela l'aurait peut-etre aussi amuser. Sauf que elle ne se serait jamais permis de rire, devant quelqu'un qu'elle venait de rencontrer (ou même quelqu'un qu'elle connaissait d'ailleurs)

" Athéna... Comme la déesse" Fut une pensée qu'elle chassa rapidement dans son esprit. Pour un peu et elle se mettait à comparer celle qui se moquer ainsi d'elle, à une déesse. Si cela avait été le cas : la terre ne serait déjà plus ronde !
Néanmoins, la Diafora eu rapidement un visage plus froid et paisible, non sans regarder avec intrigue Athéna.


" - C'est une expérience ma foi... Particulière ! Mais je n'avais pas prévue de me retrouver dans un trou, je t'assure ! Et toi ? Pour reprendre ta formulation, originale et très intéressante si j'ose dire, "qu'est-ce que tu fais là ? "


Jolie répartie ! Gwenaëlle qui gardait toujours un visage fermée, Gwenaëlle eu un franc sourire en réponse à celui narquois de l'autre première année. Pour un peu, elle aurait rit mais il ne faut pas exagérer les choses non plus...
La Diafora s'était bien-sur attendu qu'on l'attaque sur ce que elle faisait ici, et avait donc déjà réfléchit à la réponse à donner, par contre le fait que l'on parle de ses deux premières répliques était quelque chose qui la touchait. Mais entre deux répliques idiotes et tomber dans un trou qu'est ce qui était plus grave ?
Néanmoins, la rouquine ne savait pas très bien quoi dire, sans parler de son sac et donc sans se faire ridiculiser : courir la moitié du lac pour un carnet, il fallait avoir un léger problème pour faire ça ! Après un instant d'hésitation, la gamine aux yeux gris opta pour la franchise (à moitié) et dit avec un soupire.


"- J'avais oublié ce sac, pas loin d'ici. Il y avait ma baguette dedans et la laisser près de la foret interdite toute la nuit, me donnait de forte chance de ne la retrouver qu'en morceaux.


Elle avait exprès, hormis de parler du carnet de note, et commençait à donner des coups de pieds dans les branches et la terre en les dirigeant vers le trou, comme pour essayer de le reboucher. Ce qui, si c'était le cas, prendrait un bon bout de temps...
Soudain, elle s’arrêta dans son action (ma foie, très intéressante), et se retourna dans la direction du bruit. C'était un bruit de pas, et elle se demanda un instant si c'était un professeur ou une créature de la foret interdite car cette fois-là aucune voix pour l'aider à distinguer qui cela pourrait être. Elle ne voulait pas recommencer la même erreur et étrangement elle était en train d’espérer que ce soit une créature et non un professeur, ce qui était une espérance probable puis ce que il y avait plus de chance de voir des bêtes sauvages ici que des professeurs. Bon, il valait mieux penser au bon coté des choses, elle était mieux ici, que avec ses Moldus de parents...
Ne voulant pas commettre la même erreur qu'avant, elle se contenta de se taire, toujours un regard intrigué vers la direction où elle avait entendu ce bruit.

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Le bois du tronc contre lequel était adossée la Rouge et Or, malgré sa rugosité, l'apaisait. Peut-être car on était proche de l'eau ? L'eau avait toujours eu l'étrange, mais agréable capacité de la tranquilliser, étonnant si l'on pensait que l'ennemi de l'Athéna grecque était Poséidon, ce dieu des océans vindicatif qui s'était toujours opposé à la déesse, que ce soit lors de la Guerre de Troie, puis après cette fameuse guerre lorsque le célèbre héro grec, Ulysse avait tenté de rentrer chez lui et avait été condamné à 10 ans d'errance sur les mers avant de retrouver sa femme, son fils et sa terre natale. Puis après encore, lorsque Athéna avait voulu la protection de la ville d'Athènes et avait du se mesurer une fois encore à Poséidon. Même l'histoire de la gorgone Méduse avait opposée ces deux anciens ennemis. Une nouvelle fois, les pensées de la jeune fille s'étaient égarées, c'était sans doute dû à la fatigue se dit-elle. Observant sa camarade, elle se rendit compte que sous les cils de la rouquine, ses yeux lançaient des éclairs, sans doutes à cause de son éclat de rire de tout à l'heure. En y réfléchissant, la Serpent ne semblait pas d'un naturel joyeux et extraverti contrairement à la rouquine. Son visage semblait constamment figé en un masque de dureté et d'indifférence qui aurait pu déstabiliser Athéna si celle-ci ne s'était toujours forcée, depuis sa tendre enfance, à afficher un sourire joyeux et un caractère aimable quoiqu'il arrive, pour ne pas donner de prise aux autres sur son mental, sur son esprit. Une façon comme une autre de se protéger de la folie des Hommes, Sun Tzu ne disait-il pas : "garde tes amis près de toi et tes ennemis encore plus près " ? Elle se demanda un instant si ce masque ( car s'en était un non ? ) qu'arborait Celle-Dont-Elle-N'arrivait-Toujours-Pas-A-Dire-Le-Nom n'était pas aussi pour se protéger des autres ? Lorsqu'elle avait sourit après la question de la Griffonne, ce masque avait paru se fendiller, ce qui avait fait très plaisir à Athéna. La Rouge et Or en était là de ses réflexions lorsque la Verte et Argent se décida à répondre à sa question :


" - J'avais oublié ce sac, pas loin d'ici. Il y avait ma baguette dedans et la laisser près de la foret interdite toute la nuit, me donnait de forte chance de ne la retrouver qu'en morceaux.



Hochant la tête face à cette explication plus que plausible et comprenant alors pourquoi la Serpy tenait ce sac avec autant de force, Athéna proposa de rentrer car elle voyait bien que les lèvres de l'autre 1ère année avaient bleuies à cause du froid et que les vêtements qu'elle portait sur le dos n'étaient pas suffisant pour résister à ce froid automnale, presque hivernal, c'est vrai que l'on se rapprochait de plus en plus du mois de Décembre. Après avoir fait sa proposition et s'être préparée à partir, en décollant son dos du fabuleux arbre qui l'avait supportée jusque là, Athéna entendit un bruit de pas qui froissait les feuilles. Fronçant les sourcils, elle se souvint soudainement qu'elles étaient très proches de la forêt Interdite, trop proche ? Serait-il possible qu'un animal se trouva proche d'elles ? Le sang glacé par cette idée, elle se tourna vers sa compagne qui avait adoptée une posture figée qui n'augurait rien de bon aux yeux de la Rouge et Or. Elle se maudit encore plus d'avoir laissée sa baguette au dortoir, mais à quoi pensait-elle ?! Maintenant si elle se retrouvait face à une araignée géante, qu'allait-elle bien pouvoir faire ?! Elle relativisa, cela se trouvait, c'était uniquement un Niffleur, une gentille et inoffensive petite créature qui demandait seulement à prendre toutes les choses qui brillaient sur elles. Ou bien alors, c'était uniquement un professeur lancé à leurs trousses à cause des tableaux, du moins celui du dortoir de la jeune Griffonne, car lorsqu'elle était descendue, les autres tableaux semblaient dormir, bien que l'on ne puisse jamais être réellement sur avec les tableaux, et elles allaient être sévèrement punies pour leur escapade nocturne. Priant pour que ce soit une gentille petite créature sans dents sans griffes et sans venin, elle osa crier :



- Qui est là ?" son ton n'ayant pas chevroté une seule seconde, elle se sentit fière d'avoir réussi à garder secrète sa peur. Quelle honte se serait pour une élève appartenant à la maison de Godric Gryffondor de montrer qu'elle avait peur !



Résolue à faire face à n'importe quel danger malgré sa peur panique ( elle avait déjà entendu un dicton qui disait : "Le courage, ce n'est pas de ne pas avoir peur, c'est d'avoir peur mais de le faire quand même." ), la jeune rouquine se plaça devant la Verte et Argent, prête à défendre sa sauveuse face à je ne sais quelle horrible créature de la forêt Interdite, même sans magie, car sa baguette n'était toujours pas apparue grâce à un Accio salvateur, qu'elle n'était pas en mesure de jeter. Elle jeta un regard nostalgique au tronc qui l'avait soutenue jusque là, pourquoi n'était-elle pas restée adossée à ce bel arbre ? Il lui semblait maintenant le summum du confort face à cette potentielle créature qui allait assurément sortir de la nuit noire. Elle chassa ces pensées parasites et se concentra sur le futur danger, prête à en découdre.

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Lerya s'était immobilisée, tout ses sens en alertes. Elle avait entendue quelque chose elle en était sûr. Elle était venue pour voir de la vie magique, comme l'avait promis le livre et dans un sens cette promesse avait été tenue, mais jamais elle n'aurait pensé à voir une sorcière.
C'était une fille, d’après sa voix elle avait pus le deviner. Mais rien ne lui permettait de savoir si elle était seule, si c'était une élève, ou pire, qui aurait pus mettre sa vie à Poudlard en péril. Ses yeux bleues-gris tentaient desserrement de voir à travers la pénombre mais elle échoua . A moins que....si! C'est bon! Elle distinguait sa silhouette, juste à coté d'un grand arbre. Malgré tous les efforts qu'elle fit elle ne put distinguer aucune information qui aurait pu l'aider à identifier la personne. Mais cela était égale à la jeune serpentade, tout ce qu'elle voyait c'est que cette silhouette ne semblait pas être tournée vers elle. Ce qui signifiait surement qu'on ne l'avait pas repéré.
Un souffle s'échappa de ses lèvres, elle venait de s'apercevoir qu'elle avait tenu sa respiration tout le long de sa réflexion. Ses poumons lui brûlaient et elle était à bout de souffle mais malgré ses cheveux châtains clair collés à son visage à cause de l'effort, elle ne se permit pas de reprendre de grandes respirations afin de rester la plus discrète possible.






"- J'avais oublié ce sac, pas loin d'ici. Il y avait ma baguette dedans et la laisser près de la foret interdite toute la nuit, me donnait de forte chance de ne la retrouver qu'en morceaux. "




Une autre personne! La voix appartenait à une autre personne! Elle plissa un peu plus les yeux est réussit à distinguer une autre silhouette près de la première. Elle assistait à une conversation. Et d’après ce qu'elle avait compris c’était des élèves venant récupérer leur affaires, enfin Lerya ne savait pas si elles étaient venues ensemble mais la conclusion étaient la même: deux personnes, en plus d'elle, se trouvaient à quelque pas de Lerya en pleine nuit et assez loin du château. N'ayant pas assez d'information à leur sujet, la jeune serpentarde préféra faire marche arrière, la prochaine fois qu'elle viendrait prendre en croquis des créatures sauvages qu'elle cherchait désespérément depuis son arrivé, elle prendrait soin à être beaucoup plus discrète.

La jeune fille commença à faire quelques pas en arrière pour s’éloigner, sans quitter des yeux les deux silhouette. Un pas après l'autre, doucement...
Ne pas regarder où marcher est souvent la cause de chute ce qui a faillit arriver à Lerya lorsque son talon se pris dans une racine noueuse d'un arbre, heureusement elle se rattrapa juste avant de s'étaler. Soulager elle leva les yeux. Les deux silhouettes s'étaient immobilisées.
La jeune serpentard pinça les lèvres, elle venait de se faire découvrir. Pendant un moment elle ne sut quoi faire: s'enfuir? Rester sans bouger? Ou encore affronter ces deux personnes mystérieuses. Mais une voix, celle de la première silhouette quelle avait distinguée, interrompit sa réflexion.



-" Qui est là ?"


La voix semblait confiante et pourtant quelque chose lui disait que la personne qui lui adressait la parole semblait aussi peu rassurée que Lerya.
Son choix était fait, elle s'avança en direction de la voix, sa main droite sur son sac. Elle sentait à travers ses doigts sa baguette, malgré le fait qu'elle ne savait pas encore utiliser de réels sort pour se défendre cela la rassura.
Tête baissée, elle approcha des deux silhouette, elle n'avait jamais aimé croiser le regard des gens, surtout ceux qu'elle ne connaissait pas, un tic qu'elle n'avait jamais pus se passer.
Elle leva la mains gauche dans l'espoir que celle qui lui avait adressé la parole vit qu'elle ne représentait aucune menace et sortit de l'ombre des arbres qui la cachait quelques temps plus tôt.

Mais l’homme dont le sang coule à flots sur la terre,
Fixant toujours les yeux divins de la chimère
Meurt, la poitrine ouverte et souriant encor.
couleur: #0b8c6e

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Athéna eut une montée de stresse lorsque, sans un mot, une créature à la silhouette floue s'avança vers elle. Retenant son souffle et bandant ses muscles, la Rouge et Or poussa un soupir de soulagement en reconnaissant une élève de Poudlard qui semblait avoir leur âge. La détaillant de plus près après s'être plus ou moins remise de sa frayeur, la première année remarqua qu'elle avait baissé la tête, comme si elle avait honte ou comme pour se protéger. Cette attitude craintive était encore plus prononcée par le fait qu'elle avait levée la main gauche, comme dans les films moldus avec lesquels avait été élevé Athéna, lorsque un policier menaçait un suspect avec une arme à feu et que celui-ci devait levé les mains en l'air. La nouvelle arrivante portait également un sac mais avait été plus prudente que la Serpentard à ses côtés car elle avait emporté sa cape. La tête pleine de questions mais de plus en plus fatiguée face à cette soirée qui s'éternisait, la Gryffondor déclara :


" - Je propose que l'on rentre, je suis exténuée pour ma part et notre chère amie au prénom imprononçable ici présente, va finir par se transformer en un véritable morceau de glace si l'on s'attarde encore un peu. Elle se tourna ensuite vers la nouvelle arrivante à qui elle offrit son plus beau sourire Et je suis sure que tu vas pouvoir nous apprendre qui tu es et ce que tu fais ici à une heure pareille sur le chemin du retour, je pense qu'il va nous falloir un peu de temps pour atteindre le château ! Finit-elle sur un ton enjoué.



La Griffy se mit à attendre patiemment la réponse de ses camarades tout en levant une dernière fois le nez au ciel pour profiter encore un peu de la pureté de l'air et de la clarté du ciel où les étoiles si belles semblaient illuminer et protéger leur réunion imprévue. La nouvelle arrivante était peut-être de Serdaigle ou de Poufsouffle, ça pourrait être intéressant de faire la connaissance de filles venant des autres maisons. Son naturel curieux reprenant le dessus, Athéna se prit à espérer que ses nouvelles connaissances lui disent un jour le mot de passe de leurs maisons respectives ( la Griffy s'était à peu près persuadée que la nouvelle arrivante était d'une autre maison que la leur ) et qu'elle allait pouvoir découvrir les salles communes des autres maisons. Fronçant les sourcils, elle se rendit compte qu'a part la salle commune de sa maison, la Grande Salle et les salles de cours dans lesquelles elle avait eu ses premières expériences en magie, Athéna ne connaissait rien du château ! Elle n'avait même pas pensée à envoyer un hibou à ses parents pour les informer que tout allait bien et leur expliquer le fonctionnement du courrier magique. Bon, il était vrai qu'elle ne connaissait même pas l'emplacement de la volière, et elle trouvait déjà ça bien de savoir que l'école disposait d'une volière. Soupirant face à son côté vraiment tête en l'air, elle se promit d'aller dès demain à la volière pour envoyer un hibou à ses parents. Ils devaient se faire du soucis ! Enfin... dès demain...Si elle arrivait à sortir de son lit, ce qui était moins sur, étant donné cette nuit qui s'éternisait. Athéna en était là de ses pensées lorsqu'elle vit un mouvement et des espèces de petits gloussements peu loin d'elle. Fronçant les sourcils et s'avançant doucement vers l'origine du bruit, la rouquine finit par distinguer dans le noir des petits corps dotés d'ailes qui semblaient être suspendus dans les airs, près de l'endroit d'où était sortie la nouvelle arrivante il y a quelques instants. Reconnaissant maintenant des fées, les traits de la Gryffondor se détendirent et un sourire vint flotter sur ses lèvres. Elle se recula doucement et, se tournant vers ses amies, annonça en chuchotant :




- Je crois qu'il est vraiment temps de partir les filles, ou nous allons déranger ces adorables petites créatures ! "



Un grand sourire était affiché sur le visage de la première année qui était très heureuse de finir la soirée, pour ainsi dire, en beauté. Ces petites fées étaient exactement ce qu'il fallait pour clore cette superbe nuit et regagner bien vite leurs dortoirs et se glisser sous des draps accueillants !

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

- Qui est là ?"

Au-final elle aurait du parler, mais le fait que Athéna eu entendu aussi le bruit la paralysa pour un instant. Elle plia ses poings et le fait de ne plus bouger lui fit d'autant plus ressentir ce froid qu'elle tachait d’oublier. Pendant que la Gryffonne avait la tete tourné dans la direction du bruit précédent, elle ne pu s’empêcher de retenir un frisson qui était un parfait mélange entre la peur et le fait d’être (un peu) gelée.
D'accord elle n'était pas une Gryffondor ! Mais elle se sentait néanmoins honteuse en voyant sa camarade se mettre devant elle comme si elle pourrait la protéger d'un quelconque danger.
" Surtout qu'elle n'a pas sa baguette ce qui n'est pas mon cas..." A cette pensée, elle avança vers sa camarade se rendant compte en bougeant que ses pieds lui faisait un peu mal à cause du froid. Quelle idée de partir sans chaussettes ! En effet dans son départ précipité pour aller récupérer sa baguette, la petite rouquine avait décidé de mettre directement ses chaussures et elle s'en blâmait !
Maintenant étant à la même hauteur de l'autre première année, elle ne put s’empêcher de retenir un long soupire de soulagement. Ce n'était ni une créature de la foret, ni un professeur : c'était tout simplement une élève. A présent que la silhouette se distinguait mieux de l'obscurité elle reconnue l'élève en question. C'était une des filles de sa Maison, elle le savait car elle l'avait déjà entrevue dans le dortoir ou en cours, sans pour autant avoir fait attention à son nom. Celle-ci devait sans doute être intimidée car elle n'avait toujours pas ouvert la bouche.


" - Je propose que l'on rentre, je suis exténuée pour ma part et notre chère amie au prénom imprononçable ici présente, va finir par se transformer en un véritable morceau de glace si l'on s'attarde encore un peu.


Hein ?! Gwen se retourna avec un mouvement vif vers la Gryffondor, la fusillant presque du regard, ce qui heureusement ne s'était pas vu pour deux raisons : la première étant que nous étions la nuit et donc qu'il faisait très sombre, la deuxième étant que celle-ci ne regardait pas en sa direction. Puis elle leva les yeux au ciels avant de rebaisser la tete pour marmonner de façon très indistincte.


" - Mon prénom n'est pas imprononçable..." affichant un petit sourire à puérilité de cette phrase, elle se demanda soudainement si en parlant de "morceau de glace", la Gryffondor avait parlé de sa froideur ou du fait qu'elle gelait sur place. Tout en réfléchissant sur le sens de la phrase, sa façon de l'interpréter et quel sens au juste serait le mieux vu par elle-même elle faisait de petit mouliner à droite à gauche avec le bras sans trop savoir quoi dire.
Soudain elle entendit des gloussements et Athéna (elle se souvenait du nom elle !) partir dans la direction des petits bruits. D'une nature curieuse, bien qu'elle ne voulait pas l'admettre, la jeune vert et argent la suivit.
Quel ne fut pas son émerveillement en voyant ces petites créatures qu'elle reconnu rapidement comme être des fées. Ne bougeant plus, ne parlant plus, elle en oublia le froid qui l'environnait et ne les quittait plus des yeux, la bouche ouverte en un "O" d''admiration.


- Je crois qu'il est vraiment temps de partir les filles, ou nous allons déranger ces adorables petites créatures ! "


Le chuchotement de celle qu'elle avait fait aimablement sortir d'un trous, la rappela à la réalité et elle eu un sursaut brusque, qui fit partir les deux fées les plus proches des gamines. Reculant doucement, non sans quitter des yeux les fées elle arriva enfin de nouveau vers les deux autres filles et se mit à parler de la même voix basse que la Rouge et Or.


- Oui. Sinon, pourquoi étais-tu là Leyra ?" Dit-elle se souvenant comme par miracle du nom de cette fille pour l'avoir entendu dans la Salle-Commune.

En parlant de Salle-Commune, elle avait hâte de retourner dans son dortoir...

Keep Calm And Go To Hogwarts
***
Code couleur : #2F4F4F

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

Maintenant que Lerya s'était enfin dévoilée aux deux silhouettes , elle leva la tête juste assez pour pouvoir les observer tout en prenant bien soin d'éviter leur regard . Une fille, de griffondor vu ses habits, se tenait devant une serpentarde dont elle n'arriva plus à se souvenir de son nom.
Il faut dire que Lerya n'osait pas vraiment parler à d'autres personnes et préférait rester avec ses livres et ses dessins. Mais elle était persuadée de l'avoir déjà vu dans la salle commune.
Ne voyant aucune menace de la serpentarde qui maintenant qu'elle la regardait de plus près, était sans baguette, et d'une élève de sa maison, elle baissa sa main. D'ailleurs ce geste moldu, maintenant qu'elle y réfléchissait, devait surement paraître ridicule.


- Je propose que l'on rentre, je suis exténuée pour ma part et notre chère amie au prénom imprononçable ici présente, va finir par se transformer en un véritable morceau de glace si l'on s'attarde encore un peu.

Un prénom imprononçable? ça devrait surement l'aider à retrouver le prénom de ce futur "morceau de glace". Surement un prénom à plusieurs syllabe....Lerya repassa tout les noms qu'elle avait pus entendre dans la salle commune..c'est bon! Gwenaëlle ! Maintenant elle s'en souvenait elle se demanda comment elle avait pus l'oublier, elle était dans le même dortoir que le sien. Mais il est vrai qu'à cause de son tic elle avait du mal à reconnaître les visage et par conséquent à avoir du mal à se souvenir du prénom des personnes lorsqu'elle les rencontrait dans des endroits différent qu'à l'habitude.

-Et je suis sure que tu vas pouvoir nous apprendre qui tu es et ce que tu fais ici à une heure pareille sur le chemin du retour, je pense qu'il va nous falloir un peu de temps pour atteindre le château ! 

Avons qu'elle ne puisse répondre elle entendit sa compagne de maison marmonner.

" - Mon prénom n'est pas imprononçable..." 

Cela la fit sourire. Elle regarda en direction de la griffondor , elle la vit le regard dans le vide. Puis celle-çi se diriger quelque part
prés de la foret puis elle vit Gwenaëlle faire de même . Lerya les suivit de quelques pas puis elle écarquilla les yeux! Des Fées! Réel! Et pas le fruit de son imagination!


-le livre avait donc raison... murmura-t-elle

Sans attendre un instant de plus elle sortit son carnet à dessin pour croquer ce moment si précieux et magnifique. De geste simple mais précis elle en dessina plusieurs dans différentes positions.


- Je crois qu'il est vraiment temps de partir les filles, ou nous allons déranger ces adorables petites créatures ! " 

Tellement absorbeé par son croquis et ces magnifiques créatures, elle ne savait pas de qui venait cette voie mais elle avait raison. IL ne fallait pas plus les déranger, Lerya fit quelques derniers traits avant de regardait ses créature avec admiration et affection. Depuis le temps qu'elle en rêvait, cela ne la motivait qu'encore plus pour découvrir d'autres créatures les plus incroyable que les autres et peut être qu'un jour elle pourra voir un dragon.

- Oui. Sinon, pourquoi étais-tu là Leyra ?"

A l'entende de son prénom, elle sursauta , mais ne voulu pas quitter les fées des yeux pour lui répondre de peur que si elle le ferait, les fées disparaîtraient.


-Je sors souvent le soir pour découvrir les secrets du châteaux et créatures qui pourraient s'y cacher, et j'ai lu qu'un soir comme celui-ci au bord d'un lac il y avait des chances d'en voir je suis donc venu ici et je ne le regrette pas. Répondit-elle un doux sourire.

Puis elle se voulu aussitôt d'avoir prononcée ses mots. Elle se pinça les lèvres. Et si ces deux élèves allaient raconter qu'elle se baladait le soir...

Mais l’homme dont le sang coule à flots sur la terre,
Fixant toujours les yeux divins de la chimère
Meurt, la poitrine ouverte et souriant encor.
couleur: #0b8c6e

Evasion  PV DIAFORA Gwenaëlle 

" - Oui. Sinon pourquoi étais-tu là Lerya ?


La voix de la Serpentarde fit s'envoler quelques petites fées qui se reposèrent quelques branches plus loin en papotant toujours gaiement. Athéna avait un superbe sourire qui s'élargit encore lorsqu'elle remarqua la célérité avec laquelle la nouvelle arrivante qui se nommait apparemment Lerya, avait dégainé son carnet. L'air concentré de la nouvelle arrivante et un rapide coup d’œil par dessus l'épaule de la concernée apprirent à la polonaise que ce carnet était un carnet de croquis. Quelques traits avaient suffit à la jeune fille pour représenter magnifiquement les petites fées, et dans différentes positions. La Gryffondor était impressionnée et, dans son esprit rendu confus et trouble par la fatigue, elle s'imagina se faisant croquer le portrait par un soir d'hiver, dans la neige immaculée. A cette idée, son sourire habituel s'épanouit sur ses lèvres avant qu'elle ne reprenne contenance en secouant la tête. La Rouge et Or se demanda un instant comment sa camarade dont elle n'arrivait toujours pas à se souvenir du nom avait pu savoir le nom de la dessinatrice, mais cette vaine interrogation fut chassée de son esprit versatile en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire par la fatigue. Cette dernière s'abattit sur ses épaules comme une chape de plomb et pour s'en défaire la Gryffy bailla bruyamment et s'étira en poussant ses bras vers le ciel noir, faisant s'envoler les fées qui l'avaient approchée dans un tintinnabulement outré. Amusée mais lasse rien qu'a l'idée de rentrer à pied, la Gryffy attendit (presque) patiemment que leur nouvelle compagne termine ses croquis et réponde avant de partir d'un pas ferme et décidé.



- Je sors souvent le soir pour découvrir les secrets du château et créatures qui pourraient s'y cacher, et j'ai lu qu'un soir comme celui-ci au bord d'un lac il y avait des chances d'en voir je suis donc venu ici et je ne le regrette pas. "


La Gryffy eut un grand sourire à l'adresse de Lerya, et prit le temps de noter dans son cerveau embrumé que la première année portait des vêtements très semblables à ceux de sa sauveuse et qu'elle était plus petite que l'autre première année, à qui elle devrais vite se décider à redemander le nom, avant que son pas ferme qui cachait son immense lassitude ne s'éloigne des filles et des fées rapidement. En se dirigeant vers le château, la Rouge et Or se demanda si elle avait seulement pris la peine de dire au revoir à ses compagnes. Son cerveau qui était vraiment sur le point de la lâcher ne réussit pas à lui fournir cette information et la Gryffondor se concentra sur ses pieds afin de rentrer rapidement au château, dans son dortoir. Son visage semblait figé en une moue d'éternel bâillement et lorsque ses pieds butèrent contre les marches en pierres du château, la loque humaine qu'était Athéna eut du mal à croire en sa chance, elle qui était persuadée que sa traversée serait comme la torture de Sisyphe, un éternel recommencement d'épreuves et de douleurs. Elle avait eu le sentiment de marcher pendant tellement longtemps que ces marches, le salut à ses yeux, n'étaient qu'une légende, elle avait même finit par oublier pour quelle raison elle marchait, suivant simplement la lumière qui dansait devant ses yeux, parfois aussi loin qu'un phare dans la tempête et parfois si proche qu'elle ressemblait à la flamme si fragile d'une bougie. Ses pieds qui supportaient de plus en plus mal le poids de la jeune fille vécurent la montée des marches comme dans un rêve, et elle rejoignit ses pénates avec un soulagement indicible, sans même une pensée pour ses malheureuses camarades dont elle ne se souciai plus.




FIN

"le bonheur est un choix, pas un résultat !"

Mon code couleur :#DC143C