Lac

Inscription
Connexion

Reflet d'une première ballade  PV 

*Tout ira bien, tout ira bien*Se répétait Arsène, les mains crispées sur son livre "Le Ragnarök et autres Démons Scandinaves". Ses yeux louchaient sur la même phrase depuis plus de deux minutes. Son corps revêtant la tenue réglementaire de Poudlard était adossé à un Saul pleureur d'ont la forme ressembler à celle d'un intéressé qui essayait de regarder par dessus son épaule.
Les mèches blanches sur les cheveux noirs du Arsène l'empêchaient de se concentrer d'avantage sur son livre. Elles semblaient danser devant lui, transportées au grès du vent. A force de déconcentration, Il décida de joué avec son anneau. Il caressa le métal argenté du bout de son index, contemplant les marques en forme de tentacules qui se rejoignaient à un crâne aux dents tranchantes.
*Je l'ai promis à Maman, je ne peux pas être aussi stressé à cause des autres ils doivent tous êtres comme moi... Je l'ai promis à Papa aussi*
"...Papa..."
Laissa échappé le jeune sorcier en redessinant les reliures de la couverture de son livre, en le parsèment de petites larmes ici et là. Il respira un grand coup et contempla son livre en murmurant:
"Et toi, Ragnarök? T'as déjà été comme ça?

Un petit peu de culture?
"Tout ce qui brille n'est pas forcément d'or, tout ceux qui errent ne sont pas forcément perdus."
J.R.R Tolkien

Reflet d'une première ballade  PV 

*Alors comment ça il y a un lac ?* Pensa la jeune fille. Elle n’en avait point idée et était sur-exciter à cette idée, elle en avait entendu parler dans les dortoirs. C’était décider ! Après les cours, Erika irait à ce fameux lac !

Une fois la journée finie, la jeune fille remonta à la tour des Gryffondor pour poser ses affaires, elle monta dans son dortoir et déposa ses affaires de cours sur son lit, la fillette prit son carnet de dessin, un crayon et une gomme puis partit des dortoirs pour redescendre les escaliers farceurs. Les couloirs finis d’être emprunté par la rouge, elle se dirigea vers le parc. La jeune fille se baladait tranquillement à la rechercher d’un bon endroit ou s’installer pour dessiner sans être dérangé et pour trouver un joli endroit à dessiner. Après avoir fait le tour du parc sans trouver son bonheur la gryffonne se dirigea vers ce fameux lac, qui était son but d’origine. Quand elle arriva, elle vit un magnifique lac d’une eau si sombre qu’on voyait tous les reflets des arbres autour, la jeune fille restait muette face à la beauté du lac. Cependant, une voie la fit sortir de sa torpeur.

« ...Papa... » Entendit-elle.

Qui parle ? La jeune fille dirigea son regard vers les bords du lac, puis elle vit un jeune garçon assis au bord de l’eau.

« Et toi, Ragnarök ? T’as déjà été comme ça ? » Murmura le garçon.

Erika l’avait déjà aperçu une ou deux fois en salle commune, le jeune garçon fait partie de Gryffondor lui aussi. Il a l’air mélancolique. La fillette et sa curiosité légendaire se demandaient ce qu’il avait, mais ce n’était pas son problème, de plus les deux jeunes sorciers ne s’étaient pas vraiment déjà parler... Elle haussa les épaules et s’assit au bord de l’eau à une dizaine de mètres du garçon, contre un arbre. Elle sortit son carnet et commença à dessiner ce qu’elle avait devant elle.

Reflet d'une première ballade  PV 

Arsène scrutait les moindres recoins de son livre de ses yeux bruns en reposant sa question au serpent et au loup gigantesques figés sur la couverture. Il les regardait avec une tel intensité et une telle conviction qu'il pouvait les entendre siffler et rugir à travers les pages, mais, peut-être que ce n'était que le bruit du vent qui jouait avec son esprit avec, comme compagnon, les feuilles du Saul où il était assis.
Par contre, les bruits de pas, eux, semblaient bien réels. De plus, ils n'étaient pas si loin, peut-être...sûrement une dizaines de mètres. Des bruits de pas qui se mêlaient au bruit spongieux et humide de l'herbe près de l'eau.

*Alors? Je connais pas ce genre de pas! C'est un élève! Un étudient! Comme moi! Surtout, ne pas paniquer. Mais ça vas faire longtemps qu'il me scrute !?*
Le jeune homme plaqua son livre contre lui en se recroquevillant. Il tourna la tête lentement, s'attendant à un jeune élève de Poudlard qui le regarderait du coin de l’œil en imaginant quelle technique utiliser pour le bizuter.
Mais à sa grande surprise il ne vis pas un élève, mais plutôt une Griffonne, comme lui. Et apparemment pas SI intrigué que ça par lui (ce qui lui parut suspect car, dans son ancienne école, il était L'attraction de tout les moments). Il l'avait déjà aperçut, le temps d'un regard fuitant, dans la grande salle, ou autre part, il ne savait plus.

La jeune fille semblait reposée devant la beauté du lac avec dans ses mains, un carnet à dessin; mais Arsène ne pouvait observer la scène de son poste. Il porta un dernier regard sur son anneau et son livre puis déposa l'un sur son annulaire droit et l'autre dans une besace. Pour finir, Arsène déposa son regard pas très assuré dans le reflet sombre du lac et pensa:* Pour toi... Maman... un peu à contre cœur, mais pour toi. Si je me plante cette fois, je m'isole pendant au moins le premier trimestre.*
Arsène souleva tout son corps d'un coup et tapota d'un mouvement crispé son uniforme puis il prit une démarche titubante et hasardeuse en direction de l'inconnue. Ne faisant mine de rien, la grimace qu'il faisait le rendait peu convainquant: un sourire en vague, les yeux fuitant de part et d'autre et ses doigts tapotant sa sacoche remplie de livres.
A vrais dire, il était tellement absorbé par sa mise en scène qu'il ne remarqua que quelques secondes plus tard, qu'il avait dépassé son objectif et stoppa net sa marche, n'osant pas se retourner, il laissa échapper un:

"...Argh..."

Un petit peu de culture?
"Tout ce qui brille n'est pas forcément d'or, tout ceux qui errent ne sont pas forcément perdus."
J.R.R Tolkien

Reflet d'une première ballade  PV 

Un trait de crayon par ci, un trait de crayon par là, et la feuille blanche d’Erika commençaient à se remplir doucement. Comme absorber par la vue qu’elle avait devant les yeux, la gryffonne continuais de dessiner sans se soucier de ce qui se passait autour. Elle est toujours comme ça, quand la fillette se concentre, ce n’est pas pour de faux ! Surtout quand elle dessine... La gryffonne dessine depuis bien longtemps, elle l’a appris avec sa mère, c’est un peu une sorte de tradition que la mère et la fille s’offrait chaque jour. Mais ce n’est pas parce que la première année ne l’a voyait plus qu’elle ne dessinait plus, au contraire : Quand elle dessine, la première chose à laquelle pense la petite rousse est sa mère et tous les moment de joie qu’elles ont passer ensemble. Erika s'est toujours demandé si sa sœur partageait la même passion qu’elle, peut être pas après tout, les faux jumeaux ne se ressemble pas plus physiquement comme mentalement que des frères et sœurs normales. Finalement, la fillette aux yeux noirs posa son crayon à papier et prit sa gomme pour effacer un trait de trop, mais elle fit vite sortit de sa petite bulle quand elle entendit un petit bruit de livre se fermer, mais elle n’y fit pas attention trop contenter sur ce qu’elle faisait. Elle n’avait même pas remarqué que le jeune garçon de gryffondor qu’elle avait aperçu plus tôt, c’était lever. Mais quand elle entendit des pas derrière elle, la jeune fille ne pouvait s’empêcher de tourner la tête. Elle vit son camarade rouge à quelque mètre d’elle dans la direction opposé auquel le jeune garçon était il y a quelques minutes, il ne bougea pas et au bout de plusieurs, il laissa échapper de sa bouche un petit mot de plainte.

« ...Argh... »

La fillette se retourna complètement et pencha la tête sur le côté, peut-être, c’était-il fait mal ? Ou peut-être autre chose. Curieuse comme elle est la première année ne pouvait alors s’empêcher de demander le visage tourné vers son interlocuteur.


« Ça va ? Tu t’es fait mal ? Ou tu es perdu ? »

Erika se leva et se dirigea vers son camarade de gryffondor qui était toujours debout et ne bougeais pas.

Reflet d'une première ballade  PV 

« Ça va ? Tu t’es fait mal ? Ou tu es perdu ? »
Ont été les premiers mots qu'Arsène entendis s'échapper de la bouche de sa camarade de classe. Ce dernier lança un regard furtif sur son interlocutrice, ce regard était chargé d'angoisse et de peur de faillir à la tâche immense qu'il s'était donné de faire bonne impression. Puis, c'est en la regardant, soucieuse de l'état d'une personne qu'elle ne connaissait même pas, que Arsène laissa échapper l'angoisse et le stresse qui s’accumulait autour de lui.*Et maintenant? Je fais quoi?* Cette phrase se répétât très vite dans son crâne et avec un brouhaha infernal comme une locomotive tournant continuellement sur les rails de son cerveaux.
"Et bien... Commença Arsène avec le peu de courage qui avait réussi à lui faire arracher ces mots, J-Je, non, enfin, c'est juste que... Je me suis tordu le pied! C'est ça! les bords des marais sont parfois glissants..."
C'était la seule excuse qu'Arsène avait trouvé pour justifier se son qui lui avait échappé plus tôt. Son visage bourré de rictus en touts genres et son sourire en vague sonnaient faux mais les intentions du Griffon étaient on ne peu plus amicales.
Le jeune garçon, dans un élan de courage, il s'assit aux côtés de son interlocutrice. D'un autre coup d’œil d'ont Arsène avait le secret, il observa, de son regard assombrit par la profondeur de ses yeux, la jeune fille à côté de lui. Elle semblait un peu plus grande que lui (peut-être parce que ce dernier était replié sur lui-même et elle, droite), ses longs cheveux roux faisait ressortir (au sentiment de Arsène) ses yeux marron foncés. Faisant mine de rien, le griffon sortis un livre de sa sacoche, le hasard voulut que cela tombe sur une fiction moldue: "Les frères Funérailles".
Tout à coup, Arsène releva les yeux de la couverture sur la quelle il louchait. Cette dernière représentait un guerrier dans une armure faite d'un métal noir arborant des formes pointues et difformes, ce dernier était emprisonné dans les pattes d'une araignée qui arborait une tache écarlate en forme de sablier. Mais la "beauté" de cette illustration ne suffisait pas à détourner le l'action de Arsène. Il présenta sa main couverte de cicatrices d'un geste vif à la dessinatrice.

-Au fait, dit-il d'un ton étrange, entre l'angoisse et la sympathie, je m'appel Arsène...Sirkenfell, Arsène... je me suis dis que... ce serait bien de faire connaissance entres... élèves? Camarades?

Un petit peu de culture?
"Tout ce qui brille n'est pas forcément d'or, tout ceux qui errent ne sont pas forcément perdus."
J.R.R Tolkien

Reflet d'une première ballade  PV 

Après avoir dit ses mots pour s’assurer que son camarade allait bien, son premier regard envers la petite rousse était un regard furtif, comme angoissée ou stresser, comme si le jeune garçon allait partir en courant... Mais Erika continuait de le regarder inquiète, non avec pité. Le garçon devant semblait vraiment décontenancer de parler avec Erika, il ne semble pas du tout à l’aise ce qui ne fais qu’agrandir l’inquiétude qu’elle éprouvait pour cette élève...

« Et bien... Commença t-il... J-Je, non, enfin, c’est juste que...Je me suis tordu le pied !C’est ça ! Les bords des marais sont parfois glissants... »


Son discours ne semblait pas très vrai, mais dans tous les cas, ce jeune garçon n’allait pas bien... *C’est parce que je suis là ?* Pensa t-elle faiblement, et si c’était ça ? Erika n’avait absolument pas l’habitude de faire peur ou de rendre quelqu’un mal à l’aise... C’est plutôt le contraire normalement, c’est toujours elle qui rendait les gens à l’aise autour d’elle. Le faux sourire sur le visage de son interlocuteur n’était pas très difficile à repérer, mais il essayait quand même de sourire, c’est comme les cadeaux : c’est l’intention qui compte !


« Je vois... Tu es sûr que ça va ? Tu n’as pas trop mal ? » Dis la jeune fille.

Mais le jeune garçon s’assit aux côtés d’Erika, elle haussa les épaules et reprit son carnet. Pourtant, pendant qu'elle dessinait, elle sentait des petits regards furtifs sur elle. Son camarade semblait vraiment timide, même si la rouge n’avait pas beaucoup d’amis timides, elle comprenait et ne parla pas. La première année continua de dessiner et se plongea dans ses pensées progressivement, oubliant la présence du jeune garçon à côté d’elle. Seul son dessin comptait, dans sa bulle Erika était plus que concentrer, elle ne voyait même pas que l’élève à côté d’elle avait pris un livre, d’ailleurs, elle n’avait même pas remarqué que celui-ci lui parlait. Elle n’avait entendu que seulement quelque mots...

-... fait, je .... Arsène.... Arsène.... me suis.... faire connaissance.... élèves ?Camarades ? »


*Hein ? Qu'es qu’il à dis ?* Pensa t-elle. Oups, Erika était un peu trop dans ses pensés... *Mmh... Il veut peut-être faire connaissance ? Asrène ? C’est son nom ?*

« Heu... Enchanté, Arsène ? Moi c’est Erika... Erika Noirastre ! »

Dit-elle moins sûre d’elle, Erika n’avait entendu que la moitié de sa phrase, si ça se trouve la rouge avait dit quelque chose de complétement hors-sujet...D’ailleurs, la jeune fille n’avait même pas relevé la tête de son carnet et continuait à dessiner pendant qu’elle parlait, observant ce magnifique paysage...


Reducio
Désoler pour le retard... :/