Lac

Inscription
Connexion

Un nouveau départ  PV 

Reducio
Lors de ce RPG Katy est en deuxième année.


Un samedi après-midi hivernal et banal… Enfin banal ça dépendait pour qui. Katy était anxieuse - comme toujours - mais cette fois-ci encore plus. Elle faisait les quatre cents pas dans son dortoir en attendant l’heure fatidique. Quatorze heures précédées de dix minutes étaient affichées sur sa montre, il fallait qu’elle parte. Vêtue de sa robe de sorcière sous laquelle elle était chaudement couverte par plusieurs épaisseurs et arborant fièrement le bijou magique qui lui avait été offert par son cavalier lors du bal de Noël, elle marchait à grands pas d’abord en direction du parc puis vers la rive du Lac. Le temps était clair mais un froid sec régnait, la deuxième année s’en voulait de ne pas avoir pris ses gants. Comme d’habitude elle était arrivée avec deux minutes d’avance car la ponctualité était l’un de ses maîtres principes, restait à savoir si la personne avec qui elle avait rendez-vous serait à l’heure elle aussi.
La veille la fillette avait reçu un hibou de Peter. En ouvrant l’enveloppe elle reconnut tout de suite son écriture et ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire qui était synonyme de joie mais aussi d’inquiétude. S’il avait quelque chose à lui dire pourquoi ne l’avait-il pas fait en face ? Surtout que les deux Aiglons se croisaient très souvent et puis il avait bien réussi à venir vers elle pour l’inviter au bal de Noël... Enfin bref. La deuxième année avait fini par lire le petit mot de son cavalier.

Salut Katy

Il y a quelque chose dont je voudrais te parler.
Rejoins-moi au bord du Lac demain à 14h

Passes une bonne journée

Peter

Inutile de vous dire dans quel état la deuxième année avait passé le reste de sa journée. Même lors d’aller se coucher elle n’était pas parvenue à trouver le sommeil. Alors qu’elle était en pleine réflexion à propos de cet évènement, s’imaginant mille et une histoires aussi improbables les unes que les autres elle vit au loin une silhouette s’avancer, c’était lui.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un nouveau départ  PV 

Peter avait passer son après midi à écrire ce mot, ce pauvre mot de quelque mot à peine. Mais en même temps, il semblait toujours y avoir un défaut sur ce qu'il écrivait. Il n'arrivait pas à trouver la bonne formulation. Invité une fille a venir le voir était une tâche particulièrement difficile. Surtout quand la fille en question était Katy. Peter ne savait pas trop ce qu'il ressentait pour Katy. De l'amitié ? De l'affection ? Voir de l'amour ? Il n'en savait rien. Tout était confus. L'amour était un sentiment qu'il n'avait presque jamais ressentit. Il ne pouvait donc pas savoir si ce qu'il éprouvait pour Katy en était. Mais une chose était sûr, il voulait la voir. C'est pourquoi il avait tenté pendant tout cet après midi de trouver cette fichue formulation qui ne ferait pas trop insistant. Au bout d'un certain moment il décida de faire tout simple en écrivant un simple:
Salut Katy

Il y a quelque chose dont je voudrais te parler.
Rejoins-moi au bord du Lac demain à 14h

Passes une bonne journée

Peter

Il ne savait pas si cela serait suffirait mais c'était mieux que rien. L'aiglon espérait sincèrement que Katy allait accepter. Il en savait pas comment il le prendrait autrement. Mais bon. Il l'avait envoyé et était partie se coucher. Il voulait bien dormir afin de ne pas avoir une tête trop affreuse le lendemain.
Quand il se réveilla, il était assez stresser. Il ne savait pas pourquoi ni comment mais quelque chose allait se penser et il le sentait. Il mangea tout seul pour que personne n'interfère dans ses pensées. Le serdaigle avait besoin de se concentrer afin que tout se passe bien. Mais quoi ? Il ne le savait même pas. Puis l'heure fatidique sonna enfin. Le jeune garçon devait y aller. Il prit tout le courage du monde puis se prépara a y aller. L'aiglon allait visiblement être au retard de quelques minutes. Il n'avait pas fait attention au temps trop perdu dans ses réflexions.

Et effectivement il arriva à 14h05 au lieu de 14h00. Katy était déjà là. Il resta planté à quelques mètres,, stoïque, la peur le paralysant. Mais de toute façon il devait y aller. Une fois arriver auprès d'elle Peter fit une sorte de grimace qui pouvait ressembler à un sourire, vu de loin, très loin.
Etant conscient de son retard il ajouta de manière maladroite:

Hey, ça fait longtemps que tu attends

Rien que le fait de prononcer ces mots lui avait demandé un effort énorme. Lui qui était pourtant si spontané si sociable. Cela le changeait beaucoup de se comporter comme cela et l'aiglon ne savait pas si c'était vraiment une bonne chose. De toute façon, et après tout, ce n'était pas le moment d'y penser.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Un nouveau départ  PV 

Machinalement l’Aiglonne regarda sa montre. Quatorze heures et cinq minutes. Peter était en retard mais bizarrement, pour une fois, cela n’énerva pas la fillette. Il avançait, tout souriant. Elle regarda à nouveau sa montre. Pourquoi avait-elle répété ce geste au cours de la même minute ? Non, l’heure n’avait toujours pas changé. Était-elle nerveuse ? Oui très ! Mais pourquoi ? Elle n’en savait rien. À mesure que Peter s’avançait son angoisse s’amplifiait. Toutes les questions qu’elle se posait depuis la veille remontaient soudainement dans son esprit, c’était horrible comme sensation.
En s’approchant de Katy, l’Aiglon – qui semblait conscient de son retard – la salua et l’interrogea sur son temps d’attente.


« Hey, ça fait longtemps que tu attends ? »

Oui cela faisait longtemps qu’elle l’attendait ! Enfin, cela faisait longtemps qu’elle attendait de le voir pour savoir ce qu’il avait de si important à lui dire. La deuxième année le fixa quelques secondes sans pouvoir articuler le moindre mot. Au fond d’elle, elle réalisait un très gros effort, simplement pour masquer son état anxieux. Mais d’après ce qu’elle pouvait voir, elle n’était pas la seule dans ce cas, ce qui la rassurait un peu et lui permit s’articuler sa réponse.

« Salut ! Non pas très longtemps. »

C’était peut-être un peu court comme réponse mais, à vrai dire, l’Aiglonne ne savait pas quoi ajouter à cela. C’était Peter qui voulait lui parler, alors elle attendait qu’il entame la discussion. Lui qui, d’habitude était si spontané, n’osait pas non plus parler. Que se passait-il ? Ce moment était très pesant. Les deux Serdaigle étaient face à face mais tous deux fixaient le sol. Un silence s’instaura. Il était insupportable pour Katy qui se sentit obligée de le rompre.

« J’ai bien reçu ton hibou hier. Tu disais qu’il y avait quelque chose dont tu voulais me parler alors… Je t’écoute. »

Peter releva instantanément sa tête et regarda Katy dans les yeux. C’était la première fois qu’elle le voyait aussi gêné. Elle avait très peur de ce qu’il allait lui annoncer...

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un nouveau départ  PV 

J’ai bien reçu ton hibou hier. Tu disais qu’il y avait quelque chose dont tu voulais me parler alors… Je t’écoute.

Peter déglutit, il s'attendait pas à ce que cela aille aussi vite, il avait pourtant imaginer ce moment des centaines de fois, des centaines et des centaines, mais il n'aurait jamais pensé que seulement deux minutes après son arrivée, le sujet sensible se mette déjà à table. Il regarda dans le vide, les yeux tournées vers le lac, scintillant . Il se touchait les doigts de manière gêné, se mordait la lèvre, bougeait sa jambe de manière frénétique. Tout trahissait son stress intense et profond, signe d'un malaise intérieure et de quelque chose de bien plus sombre encore. Il eu enfin le courage de regarder Katy droit dans les yeux. Les yeux gris de la jeune fille lui faisait toujours le même effet, ils était profonds, libres, vifs et tachetés de noir. D'un noir clair.

Peter s'approcha un petit peu d'elle, il se sentait presque serein, Katy ne semblait pas comprendre. Elle fronçait les sourcils sous le signe de l’incompréhension. Alors l'aiglon se rapprocha encore d'elle. D'un geste simple et lisse, il saisit les mains de la Serdaigles, elles était froides contrairement à celles du jeune garçon. Il apporta alors les mains de Katy contre sa poitrine, contre son cœur qui battait fort. Il la regarda droit dans les yeux, puis de façon brusque, rapide, vifs et inattendu il posa ses lèvres sur celles de la jeune fille, sous le choc et la vitesse du geste, l'aiglonne bascula en arrière et tomba dans l'herbe entraînant le jeune garçon dans sa chute, les deux enfants étaient maintenant à terre, leurs lèvres ne s'était pas décollées durant la chute.

Leurs baiser dura encore quelques secondes, ce n'était pas un film, aucune musique romantique ne s'était fait entendre, aucun feux d'artifices ne s'étaient déclenchés, aucune foule n'applaudissait et l'image ne devint pas noire et blanche. C'était la réalité, le baiser était silencieux, simple, sobre et c'était ce que Peter voulait.

Le jeune garçon se détacha enfin de son amie qui allait peut être devenir plus que cela. Il souriait. Il ne chercha pas à voir la réaction de katy, il en avait peur. Alors il s'assit dans l'herbe attendant une réaction. Son être étai encore tout crispé de stress, mais il se sentait heureux, heureux d'avoir réussit. Il se rendit compte qu'il n'avait pas répondu à la question de Katy. Alors il sourit d'un sourire d'enfant. Regarda droit devant lui vers le lac, entendant Katy se relever. Il dit simplement:

Je t'aime

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Un nouveau départ  PV 

La deuxième année regrettait d'avoir laisser son impatience prendre le dessus. Maintenant Peter était plus que mal à l'aise et c'était entièrement de sa faute. Il avait baissé son regard pour le laisser se poser sur le Lac. Il ne pouvait s'empêcher de bouger sa jambe, ses doigts. Non, il n'y avait pas à dire, Peter était stressé.

Il osa enfin la regarder de nouveau dans les yeux. Son regard était plus qu'insistant et son visage se rapprochait de celui de la deuxième année. L'Aiglonne ne comprenait pas. À quoi jouait-il ? Le Serdaigle ne disait absolument rien. Il saisit les mains de Katy et les porta à sa poitrine. Leur regard était toujours fixe. La deuxième année pouvait sentir son cœur qui battait vivement. L'adrénaline montait encore d'un cran lorsque tout à coup, Peter fit
LE premier pas. Il approcha prestement ses lèvres et vint les poser sur celles de l'Aiglonne qui, surprise par ce geste, tomba en arrière et l'entraîna avec elle. Cela aurait pu paraître totalement ridicule, mais non. Leurs lèvres étaient restées collées malgré la chute et les deux Aiglons se trouvaient allongés dans l'herbe humide, l'un contre l'autre. Le temps s'était figé. Ils étaient toujours dans la même posture et demeuraient immobiles. Le baiser se rompit et leurs lèvres se détachèrent. Peter n'osa pas plonger son regard dans les yeux bleus de Katy. Il se releva doucement pour finalement s'asseoir. La deuxième année ne savait pas ce qu'elle devait faire. Elle resta allongée quelques instants, revivant mentalement ce qui venait de se passer. « Magique » était sans doute le mot qu'il convenait d'associer à cette scène.

L'Aiglonne se redressa à son tour, elle fixait le Lac. C'est vrai qu'il était beau, surtout lorsque les rayons du soleil venaient se refléter dessus. Tout était propice à ce premier baiser, à cette première déclaration d'amour en quelques sortes. Une minute venait de s'écouler et la voix de Peter se fit entendre. Il tenait à répondre à la question que Katy lui avait posée.


« Je t'aime. »

Eh oui... Le fameux «Je t'aime»... Un grand classique quand on y pense ! Mais lorsqu'on est le destinataire de cette formule, comme l'était Katy, ces sept lettres se révèlent être de la pure poésie. La douce prononciation de Peter n'avait que sublimé cette déclaration. Il s'était tourné vers la deuxième année, attendant, espérant, qu'elle confirme ses dires.

« Moi aussi... Je t'aime. »

La Serdaigle posa sa tête sur l'épaule de celui qui venait de devenir officiellement son petit ami et laissa son regard divaguer sur le Lac.


Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...