Lac

Inscription
Connexion

Loin du plafond enchanté  PV 

~ Flashback ~


[/size][/b]


Une nouvelle année scolaire venait de commencer. Pour la quatrième fois de sa vie, Katy se rendait à Poudlard. Elle entamait dès à présent la deuxième moitié du cycle de ses études au sein de l'école de Magie et de Sorcellerie. Elle faisait partie des plus grands maintenant.
En descendant du Poudlard Express, la Serdaigle regarda une dernière fois derrière elle. Il y a quelques heures à peine, elle avait effectué ce même geste, fixant avec mélancolie le décor de King's Cross.
Durant certaines périodes, elle avait pour seul souhait de rester chez elle à Londres, et puis d'autres fois elle ne voulait plus quitter le château, car c'était là qu'elle se sentait chez elle. À cet instant, elle ne se sentait bien dans aucun des lieux qu'elle avait l'habitude de fréquenter. Pour cause, les vacances d'été de l'Aiglonne s'étaient mal déroulées. La plupart de son temps elle avait fuit la demeure familiale pour se réfugier dans l'immense parc londonien. Ce temps lui permettait de s'avancer sur les cours qu'elle aurait en quatrième année. Et puis, dans le plus grand des secrets, elle avait recherché des informations sur un certain Alexander Finnigan, recherches qui n'avaient évidemment mené nulle part...



~ Fin du flashback ~


[/size][/b]


L'automne avait déjà imposé sa fraîcheur et son humidité dans l'air. Il était neuf heures moins le quart. Katy aurait dû se trouver au cours de Défense contre les Forces du Mal de Miss Holloway, mais à la place de cela, elle ferait partie des rares absents. Non, elle ne serait pas à l'infirmerie, ni même dans son dortoir...

À l'heure où ses camarades étaient descendus prendre leur petit déjeuner dans la Grande Salle, elle avait emprunté le même chemin. Afin de ne pas éveiller les soupçons des autres élèves, l'Aiglonne avait agi de la manière la plus naturelle qui soit. C'est seulement lorsque l'heure du premier cours de la journée avait sonné qu'elle s'était dirigée vers le parc. Elle avait d'abord marché pour ne pas se faire remarquer. Et puis, lorsqu'elle s'était suffisamment éloignée – de façon à ce qu'on ne puisse plus la voir de l'entrée du château, elle s'était mise à courir. Katy n'était pas spécialement sportive, mais la motivation d'échapper à la vigilance des professeurs lui donnait une force supplémentaire. Elle avait seulement pris un petit sac à dos – dans lequel se trouvaient quelques effets personnels – pour ne pas être trop encombrée.

La quatrième année avait bien prévu son escapade. D'abord elle devrait rejoindre le bord du Lac, puis le longer jusqu'à Pré-au-Lard. De là-bas elle pourrait prendre le Poudlard Express à la gare, ou bien continuer sa route à pied. Une chose était sûre, si elle parvenait à se rendre au village sorcier, alors elle aurait réussi à prendre la fuite. Pour l'heure elle courait aussi vite qu'elle pouvait, mais il y avait quelque chose qu'elle n'avait pas prévu dans son plan : son manque d'endurance. Bien que Pré-au-Lard ne soit pas très éloigné de Poudlard, il y avait tout de même plusieurs kilomètres qui séparaient les deux lieux. Aussi, dans la précipitation, Katy avait tout donné lors de la première moitié du parcours. La Serdaigle était totalement essoufflée. Ses poumons tambourinaient sa cage thoracique, et ses jambes étaient tétanisées par l'intense effort. Elle devait s'arrêter. Elle s'arrêta. Vérifiant qu'elle n'avait pas été suivie, elle finit par laisser son regard se poser sur le Lac, la vue était sublime.
L'Aiglonne n'avait pas encore rejoint son objectif, mais elle s'accorda un peu de répit. De toute façon elle était bien trop loin du château pour qu'on puisse l'apercevoir. Et puis, le temps que quelqu'un remarque son absence, elle aurait le temps de faire trois fois le tour du monde. Alors elle appuya son dos contre un pin et se laissa glisser jusqu'à ce qu'elle se trouve en position assise. Elle était réellement à bout de force physiquement. Mentalement également, mais la vue qu'elle avait du Lac apaisait ses souffrances.

Reprenant doucement ses forces afin de continuer son périple dans de meilleures conditions, la quatrième année sortit de sa poche une photographie.
Sa photographie. Elle avait pris soin d'emporter avec elle la représentation en noir en blanc de celui pour qui elle avait fui.

« Je finirai par te retrouver. Peu importe le temps qu'il me faudra, je te retrouverai. » Dit-elle à mi-voix.

Soudain, un craquement retentit. C'était une branche. Quelqu'un ou quelque chose se rapprochait. La Serdaigle n'osait pas se retourner. Elle avait le pressentiment que c'était quelqu'un plutôt que quelque chose. Elle n'était donc pas vraiment en danger mais risquait gros si on la prenait à cet endroit...

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Loin du plafond enchanté  PV 

N'importe quel anglais aurait jeté un œil à une montre ou une horloge bien réglée aurait su qu'il était, à ce moment précis du récit, neuf heures et huit minutes. Octavia Peters, avec ses cheveux bleus et sa robe de sorcière noire, était tranquillement en train de descendre le fameux Grand Escalier de Poudlard, celui-là même qui était connu pour son sale caractère et ses mouvements imprévus, celui qui faisait rire ceux qui s'ennuyaient et qui se faisait insulter par ceux qui étaient pressés. Si Octavia avait descendu ces marches une quinzaine de minutes plus tôt, elle aurait été entourée d'une foule d'élèves qui se rendaient à leur premier cours de la journée, pestant contre les multitudes de chemins que contenait Poudlard ou, au contraire, louant quelque passage secret qui leur aurait permis de ne pas arriver en retard. Mais les cours ayant déjà débutés depuis huit minutes, on ne trouvait sur les marches du Grand Escalier que quelques retardataires et une poignée d'élèves qui déambulaient dans le château, ne sachant trop où aller durant cette heure libre. Octavia, elle, n'avait aucun cours à donner ce matin-là, mais elle ne se se baladait pas au hasard des couloirs pour autant. Elle savait où elle allait ; dans sa salle commune.

Octavia venait de finir son petit-déjeuner dans la Grande Salle et rien ne lui avait semblé anormal. La table de Gryffondor avait été la plus bruyante, bien sûr, et ceux qui avaient été attentifs avaient pu remarquer que deux filles de quatorze ans, toutes deux habillées de rouge et d'or, avaient entamé une bataille d'eau, se lançant plusieurs verres à la figure, hilares. Du côté des Poufsouffle, un petit blondinet s'était endormi sur sa table et avait été réveillé par les secouements prévenants d'un de ses aînés. À la table des érudits, le seul événement notable avait été le formidable raté d'une première année qui s'était essayée à on-ne-sait-quel-sort et qui avait fini par renverser son jus d'orange. Concernant Serpentard, pour finir, on ne fera rien d'autre qu'évoquer leurs nombreux chuchotements, sourires insondables et œillades critiques. Vraiment, cette journée avait tout pour être l'archétype d'une journée normale à Poudlard. Sauf qu'ici, rien n'était jamais tout-à-fait normal, et Octavia aurait mieux fait de s'en souvenir.

Elle descendait les escaliers, disais-je, pour retrouver le confort de sa salle commune, saluer les quelques rares élèves qui s'y trouvaient, puis pour s'enfermer dans son bureau et corriger quelques copies. Moi, narratrice, qui peux prédire son futur, je peux vous préciser que si Octavia avait corrigé ces copies, elle aurait distribué trois Piètre, sept Acceptable, cinq Effort Exceptionnel et deux Optimal. Elle aurait ensuite quitté son bureau, serait revenue dans le cœur-même de sa salle commune, se serait installée dans un fauteuil vert émeraude, se serait plongée dans son livre sur la magie d'Asie, et alors qu'elle aurait été absorbée par la page soixante-trois de cet ouvrage, elle aurait été interrompue dans sa lecture par un élève de Serpentard surpris par la mauvaise note qu'il avait reçue en Sortilèges. Octavia aurait donc passé une dizaine de minutes à lui expliquer en quoi son devoirs sur Wingardium Leviosa avait été catastrophique, lui aurait ré-expliqué la théorie et lui aurait demandé de faire léviter son livre pour qu'elle puisse corriger ses erreurs.

Mais rien de tout cela ne se déroula, parce que dans ce fameux Grand Escalier, Octavia était précédée par deux élèves particulièrement bavards. Ce détail n'aurait pas du bouleverser le déroulement de la journée d'Octavia, et pourtant...

« Au fait, tu connais pas la meilleure... commença l'élève de Gryffondor en s'adressant à son amie, de Serdaigle. »

Puisque ces deux étudiants étaient dos à Octavia, elle ne pouvait pas voir l'expression faciale de la jeune fille, mais l'enseignante se douta que l'élève devait avoir silencieusement encouragé son camarade à continuer sur sa lancée, puisqu'il reprit :

« Tu sais, vu que j'suis tombé hier et que j'me suis fait mal à la jambe, j'ai du passer la nuit à l'infirmerie. C'matin j'me suis réveillé super tôt, tout le monde dormait, donc pour passer l'temps, j'regardais par la fenêtre. Et c'est là que j'ai vu une fille assez grande – elle doit être en troisième ou en quatrième – qui s'promenait dans l'parc. C'était une Serdaigle, figure-toi ; j'l'ai compris en voyant son écharpe bleue. Elle est très moche c't'écharpe d'ailleurs si tu veux mon avis, j'préfère la nôtre, mais enfin bon... »

Son amie tourna la tête vers lui et le foudroya probablement du regard avant de marmonner :

« Oui bon bah ça va, on s'en fout de ce que tu penses de nos écharpes, raconte ton histoire. »

« J'ai cru qu'elle faisait juste une promenade et qu'elle allait rentrer, tu vois, continua le garçon, pas le moins du monde vexé. Sauf que non, elle s'est barrée. Comme ça. Elle a pris l'chemin des calèches, celui qu'on utilise pour venir à Poudlard au début de l'année, et voilà. Dingue, hein ? »

La jeune Serdaigle, apparemment plus posée que son ami, ne semblait pas trouver ça dingue du tout, puisqu'elle répondit avec une pointe d'inquiétude dans la voix :

« Et tu l'as pas suivie ? »

Les deux élèves bifurquèrent à droite et Octavia les suivit d'un pas discret, toujours quelques mètres derrière eux, espérant qu'ils ne se retourneraient pas et ne l'apercevraient pas. Ils étaient probablement indifférents à l'idée que d'autres élèves entendent leur discussion, mais Octavia n'était pas sûre qu'ils se fichent qu'un professeur écoute ce qu'ils racontaient.

« Bah non, déjà parce que premièrement, j'pouvais pas quitter l'infirmerie vu que Lloyd m'y avait pas encore autorisé, deuxièmement parce que j'suis presque certain qu'elle va revenir, et troisièmement parce que c'est pas mes oignons. »

La Serdaigle répondit quelque chose mais Octavia avait déjà fait demi-tour. Elle n'avait pas besoin d'en entendre plus pour que le doute soit semé dans son esprit. Elle ne faisait pas confiance aux rumeurs, aux petits ragots, aux histoires rocambolesques que s'échangeaient les élèves entre eux, mais quand même. Cette histoire était peut-être le fruit de l'imagination de ce Gryffondor, mais... et si ce n'était pas le cas ? Si une élève avait véritablement voulu fuir ?

Octavia se dirigea vers le Parc en pressant le pas, s'attirant quelques regards étonnés qu'elle ne remarqua même pas. La fraîche brise automnale lui gifla le visage mais elle ne ralentit pas la cadence et arriva bien vite à l'endroit où les Sombrals déposaient les élèves le premier septembre. Selon les dires du garçon de Gryffondor, dont Octavia n'avait d'ailleurs aucune idée de l'identité, c'était par là qu'était partie une élève de Serdaigle de treize ou quatorze ans. Octavia emprunta ce chemin sur quelques dizaines de mètres puis sortit sa baguette magique et utilisa un sort qui permettait de savoir si quelqu'un avait foulé ce sol récemment. Le résultat sembla positif et Octavia décida de ne pas s'encombrer de formalités et de ne pas perdre du temps en essayant d'en gagner. Inutile de prévenir Kristen Loewy, qui était sûrement déjà bien occupée. De toute façon, Octavia estimait ne pas avoir besoin d'aide pour retrouver cette élève. Elle continua à avancer sur ce chemin qui longeait le Lac, relançant de temps en temps un sort de pistage. Ses années d'athlétisme avaient permis à Octavia d'avoir une bonne condition physique et de pouvoir progresser à bonne allure sur de longues durées sans rencontrer de difficultés.

Après plusieurs minutes, elle aperçut enfin une silhouette qui était dos à elle. Octavia s'approcha sans bruit, s'étonnant de ne pas voir la jeune fille se retourner, et lorsqu'elle ne fut plus qu'à quelques mètres d'elle, lança :

« Et qu'auriez-vous fait, une fois arrivée à Pré-au-Lard ? »

Sur le ciel de nos blessures je te peindrai un idéal,
Et si nous sommes cernés de murs, moi j'en ferai des cathédrales.

Loin du plafond enchanté  PV 

Katy resta immobile, toujours appuyée contre son arbre. Les pas se rapprochaient, si bien que de légères vibrations se faisaient ressentir sur le sol, et leur intensité était multipliée par dix à chaque pulsation cardiaque de la jeune fille. Fuir ? Il était bien trop tard. Se retourner pour voir qui allait la sermonner sur sa sortie du château ? À quoi bon ? La Serdaigle était dans un état d'esprit bien trop fataliste pour faire quoi que ce soit. Elle préféra se recroqueviller, pressant la photographie de son père contre son cœur, comme si ce contact pouvait lui permettre de communiquer avec lui.

« Et qu'auriez-vous fait, une fois arrivée à Pré-au-Lard ? »

Grande question. Mais question à laquelle Katy n'aurait rien su répondre, hormis, peut-être : « J'aurais tenté de retrouver mon père. ». Cette réponse aurait d'ailleurs été insensée pour quiconque l'aurait entendue. Un père n'est pas une personne à retrouver pour un enfant, il est censé être présent pour ce dernier. Cette réponse était inenvisageable. Mais que répondre d'autre ? À vrai dire, la Serdaigle n'avait aucune idée de l'endroit où elle comptait aller. Et puis, même si cela avait été le cas, pourquoi l'aurait-elle dit à une personne dont elle ignorait encore l'identité ?
L'Aiglonne ne se retourna pas. Elle essayait de déterminer à qui appartenait la voix qui l'avait interrogée. Une chose était sûre, c'était un adulte, une femme. Une autre chose était certaine, Katy la connaissait puisqu'il lui semblait avoir déjà entendu cette voix à plusieurs reprises. Alors qui ? Sans doute un professeur. Mais lequel ? La jeune fille n'en savait rien. En tout cas ce n'était pas un de ses professeurs actuels.
Elle devait se retourner. Il le fallait si elle voulait avoir le cœur net. Pourtant, ce si mince effort physique semblait surhumain psychologiquement. Katy était en train de réaliser que son plan avait échoué, et que, non, elle ne rejoindrait plus Pré-au-Lard. Rien que cette pensée parvenait à la tétaniser.

Le professeur se rapprochait encore, de plus en plus lentement. La quatrième année tressaillait à chaque pas. Cela ne pouvait plus durer. Brusquement, elle se redressa tout en se retournant. La personne n'était qu'à quelques mètres d'elle. Cette personne ne fut d'ailleurs pas très compliquée à identifier. Elle était de taille et de corpulence moyennes, mais un détail aurait permis de la reconnaître parmi tant d'autres personnes : ses cheveux bleus. Il n'y avait plus de doute, c'était Miss Peters, professeure de Sortilèges. Pas étonnant que la Serdaigle n'ait pas reconnu sa voix, elle avait abandonné la matière de Miss Peters plus d'un an auparavant. Évidemment, elle avait forcément dû l'entendre au détour d'un couloir ou bien d'un escalier, mais on pouvait dire qu'elle ne faisait plus partie des voix que Katy avait l'habitude d'entendre.

L'Aiglonne restait debout face à la femme aux cheveux bleus. Celle-ci semblait attendre une réponse à sa question ; réponse qui ne viendrait sûrement pas. La professeure de Sortilège paraissait être dans un état d'esprit aussi complexe à interpréter que celui de la Serdaigle. Son expression du visage laissait entrevoir comme une sorte de surprise, et à la fois la déception de trouver Katy ici. Et c'est d'ailleurs ce que se demandait la quatrième année : comment avait-elle fait pour la trouver ici ? Bien sûr, Miss Peters était professeure de Sortilèges et pouvait donc utiliser des sorts permettant de détecter la présence d'un individu, mais pour cela, encore fallait-il savoir un minimum par où était parti cet individu. Autres questions que se posait la Serdaigle : Miss Peters se souvenait-elle d'elle ? Saurait-elle remettre un nom sur son visage ? Katy en doutait sérieusement puisqu'elle avait toujours été une élève assez discrète, ne se faisant pas remarquer.

Toujours se tenant face à son professeur, Katy constata que sans sa réponse, cette situation pesante pourrait s'éterniser. D'une pensée impulsive, quelques mots parvinrent à sortir de la bouche de la jeune fille.


« Honnêtement, professeure, je n'en sais rien. Mon but était de rejoindre Pré-au-Lard, pour le reste, j'aurais décidé plus tard. »

Baissant son regard pour ne pas avoir à subir celui de Miss Peters. Elle termina par une simple phrase. Un regret. Suivi d'un soupir.

« Enfin... Je pense que ce n'est plus une question à me poser maintenant... »

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Loin du plafond enchanté  PV 

Octavia ne reconnaissait pas le visage de la jeune fugueuse, ce qui voulait simplement dire qu'elle n'avait pas choisi d'intégrer les Sortilèges dans son cursus scolaire. L'enseignante attendit patiemment la réponse de l'élève, qui semblait perdue dans ses pensées et qui prit un temps monstrueux pour prononcer une simple phrase, assez mystérieuse et très peu éclairante.

Le professeur de Sortilèges avait l'impression que cette élève était sincère, tout simplement parce que son expression était désespérée, et que généralement, les gens désespérés ne s'embêtaient pas à mentir. De toute façon, en toute logique, si elle avait voulu mentir, elle ne lui aurait certainement pas dit qu'elle comptait se rendre à Pré-au-Lard. Octavia fronça les sourcils lorsque la jeune fille lui dit que la question n'avait plus vraiment d'importance maintenant qu'elle avait retrouvée. L'enseignante était loin d'être d'accord, parce qu'il fallait avoir une sacrée bonne raison pour souhaiter s'enfuir de Poudlard, et tant que les professeurs ne seraient pas au courant de ce qui avait poussé cette élève à fuguer, il y avait de fortes chances pour qu'elle souhaite réitérer son erreur.

« Je pense, au contraire, que la question a encore toute son importance. »

Octavia soupira. Elle n'avait encore jamais été confrontée à ce genre de problème. L'adolescence faisait beaucoup de ravages, elle était bien placée pour le savoir, et Octavia prenait cette fuite très au sérieux. L'importance de ce que cachait cette élève – de Serdaigle, à en croire son blason – n'était pas à négliger.

Pourtant, il semblait à Octavia qu'elle était bien mal placée pour se mêler des histoires personnelles de cette élève aux cheveux sombres. Elle ne connaissait même pas son nom et ne l'avait jamais vue en cours ! Comment aurait-elle pu avoir le culot de se permettre de croire qu'elle pouvait se glisser dans sa vie, juste comme ça, parce qu'elle l'avait surprise en train de fuguer ? Non, le meilleur moyen d'aider cette adolescente était encore de la confier à une adulte qu'elle connaissait plus ou moins bien. Sa directrice de maison semblait être le choix idéal, car en plus d'être l'enseignante qui connaissait le mieux la fugueuse, c'était une personne de confiance. Octavia savait que Amy saurait s'occuper de cette histoire.

« Comment vous appelez-vous ? »

La jeune fille lui répondit qu'elle se nommait Katy Smith, et Octavia garda ce nom dans un coin de sa tête.

« Mademoiselle Smith, je vous prie de me suivre. »

Elles prirent ainsi le chemin du retour, ne prononçant pas le moindre mot pendant de longues minutes, puis atterrirent dans le parc, s'attirant les regards curieux de plusieurs élèves. Octavia ne prêta aucune attention à toutes ces petites têtes qui se retournaient sur leur passage et continua à dominer la marche d'un pas assuré. L'enseignante se dirigeait vers le bureau de sa cousine, espérant qu'elle était bien là et qu'elle n'aurait pas à faire trois fois le tour du château pour la trouver. Elle frappa à la porte et, par chance, Amy ouvrit.

« Amy, j'ai trouvé cette élève sur le chemin qui longe le Lac. Elle comptait rejoindre Pré-au-Lard. »

Octavia n'ajouta rien de plus. Pas de sarcasme, pas de sous-entendu vicieux, rien. Elle n'avait aucune raison de vouloir humilier cette élève, au contraire. Elle voulait simplement la placer entre de bonnes mains.

« Je vous laisse. »

Reducio
Fin du RPG pour moi, désolée pour ce changement de scénario et merci !

Sur le ciel de nos blessures je te peindrai un idéal,
Et si nous sommes cernés de murs, moi j'en ferai des cathédrales.

Loin du plafond enchanté  PV 

« Je pense, au contraire, que la question a encore toute son importance. »

Evidemment, pour n'importe quel professeur cette question restait importante. Katy essayait de se mettre à la place de Miss Peters rien qu'un instant, et il était certain que pour un professeur, une tentative de fuite restait inquiétante... Mais que dire ? Elle ne connaissait la femme aux cheveux bleus que de vue et ne voyait aucune raison de lui parler de sa vie personnelle.

« Comment vous appelez-vous ? » Demanda-t-elle en comprenant qu'il ne fallait pas compter sur l'Aiglonne pour obtenir plus d'explications.

Katy soupira encore une fois. Ne pouvait-elle pas la laisser tranquille ? Non sans doute pas, surtout en prenant bien en considération la gravité de son acte. Mais alors ne pouvait-elle pas simplement la ramener au château, lui donner une punition et l'interroger un peu plus tard ? Il semblait que non. A quoi bon se demander tout cela ? Toutes ces questions ne changeaient rien au fait qu'il allait bien falloir finir par répondre au professeur de Sortilèges.


« Katy Smith. » Sortit-elle péniblement.

Miss Peters mémorisa ce nom. Sans hausser la voix pour imposer une quelconque autorité, elle demanda à son élève de bien vouloir la suivre.


« Mademoiselle Smith, je vous prie de me suivre. »

Cette phrase semblait tout droit sortie d'un de ces films policiers diffusés à la télévision moldue, ce qui donnait l'impression à Katy d'avoir commis un crime.
S'ensuivit une assez longue marche le long du Lac. Aucune des deux sorcières ne prit la peine de parler ; l'une n'avait rien à ajouter, et l'autre, le sachant, ne souhaitait pas ennuyer davantage son élève, soit avec des questions, soit avec des paroles moralisatrices.

Les minutes défilaient et l'Aiglonne croyait qu'elle ne verrait jamais le bout de sa marche. De temps à autre, Miss Peters jetait un rapide coup d'œil sur elle pour s'assurer de sa présence. A ce moment, Katy la regardait dans les yeux comme pour lui dire « oui, je suis toujours là », et elle avait comme l'impression que dans le regard du professeur de Sortilèges, se reflétait le même désespoir que dans le sien, avec un soupçon de pitié en plus.

Dans le Parc, puis dans l'entrée du château, elles ne croisèrent pas beaucoup d'élèves. Néanmoins, les quelques regards incriminateurs étaient déjà bien assez pesants sur la quatrième année qui faisait de son mieux pour ne pas trop s'en soucier. Sa principale préoccupation à ce moment était surtout l'endroit où elle se rendait. En effet, elle ne se souvenait plus précisément de l'étage où se trouvait le bureau de Miss Peters, mais elle était certaine que ce n'était pas au premier niveau du bâtiment, or, c'était là que son professeur la menait. La salle devant laquelle elles s'arrêtèrent, Katy la connaissait bien. Elle s'y rendait plusieurs fois par semaine pour ses cours de Défense contre les Forces du Mal. La personne qu'elle allait voir ? Ce n'était pas difficile à deviner. Il s'agissait de Miss Holloway, la Directrice de Serdaigle.
Miss Peters frappa à la porte. Intérieurement, l'Aiglonne priait pour que personne n'ouvre la porte, mais en vain. La jeune femme rousse se présenta sur le seuil de son bureau.


« Amy, j'ai trouvé cette élève sur le chemin qui longe le Lac. Elle comptait rejoindre Pré-au-Lard. »

Un peu honteuse, Katy resta derrière le professeur Peters avant que celle-ci ne se retire du passage.

« Je vous laisse. »

Fixant le sol, la Serdaigle attendit que sa Directrice de Maison lui adresse la parole pour oser lever son regard sur elle.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Loin du plafond enchanté  PV 

BUREAU DU PROFESSEUR HOLLOWAY


Neuf heures et quarante-cinq minutes. Amy venait de donner un cours d'une heure aux Quatrième année et elle s'accordait une pause d'environ une heure trente avant de retourner dans sa salle de classe et de préparer le cours des Deuxième année. La professeure de Défense contre le Forces du mal grattait un parchemin, le remplissant de choses à faire dans la semaine lorsqu'on avait toqué à sa porte. Plutôt surprise d'être dérangée en pleine journée, Amy était allée ouvrir la porte et s'était retrouvée face à Octavia et, à son plus grand étonnement, Katy Smith. La jeune fille n'avait pas assisté à son cours et elle pensait que la Serdaigle était à l'infirmerie.

Octavia lui expliqua que Katy se trouvait sur le chemin menant à Pré-Au-Lard lorsque la professeure l'avait trouvée puis ramenée dans l'enceinte de Poudlard. Amy baissa son regard vers Katy Smith, légèrement cachée par Octavia et gardant ses yeux fixés vers le bout de ses pieds. La Directrice de Serdaigle remercia Octavia avant que celle-ci ne reparte, laissant la professeure et l'élève seules. Au début, la professeure de Défense contre les Forces du Mal ne dit rien, plutôt déçue de l'attitude de son élève qui avait d'ordinaire un comportement irréprochable. Finalement, Amy soupira puis prit la parole.


« Entrez et asseyez vous, Miss Smith ».

Amy s'écarta pour laisser passer la jeune fille puis referma la porte. La professeure prit tout son temps pour retourner à son bureau, et posa le parchemin précédemment utilisé sur le côté gauche de son bureau. Elle posa ses coudes sur le bureau, approcha sa tête de ses mains et fixa Katy. Le silence devait être pesant pour l'adolescente qui ne devait pas savoir à quelle sauce elle avait être mangée, ainsi la directrice de Serdaigle reprit la parole.

« Vous savez très bien qu'à part avec une excuse valable, il est interdit de rater un cours ».

Nouvelle pause. Il n'y avait pas de question dans la phrase d'Amy, et elle n'attendait pas vraiment de justification à propos de la volonté de sécher le cours. Elle se doutait bien que tous les cours ne pouvaient pas plaire, mais la professeure de Défense contre les Forces du Mal était légèrement vexée de voir qu'une élève avait délibérément choisi de rater son cours. Cours qu'elle avait donné avec enthousiasme. Fixant toujours la jeune Serdaigle, Amy reprit la parole.

« Pourquoi vous rendre à Pré-Au-Lard, Miss ? Ne pouviez vous pas attendre la sortie officielle, qui est, je vous le rappelle, dans quelques semaines seulement ? »

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Loin du plafond enchanté  PV 

Toujours sans lever sa tête, Katy avança, le pas lourd, dans le bureau de sa Directrice de Maison ; il fallait dire toute cette course, suivit de la marche du retour l'avait été exténuée. Elle prit place sur un siège comme l'avait invité à le faire son professeure. Tout était silencieux dans la pièce, si bien que la quatrième année se sentit obligée de faire face à son acte, elle redressa son regard. Là, ce fut effrayant, même angoissant. Miss Holloway était immobile, et fixait son élève d'une façon qui ne présageait rien de bon.

« Vous savez très bien qu'à part avec une excuse valable, il est interdit de rater un cours. »


Oui, Katy le savait très bien. En même temps, Poudlard était une école, alors pourquoi s'y rendre si on assistait pas aux cours ? L'Aiglonne était en tort, elle le savait, et était prête à le reconnaître. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit par l'intermédiaire d'un hochement de tête. Elle était réellement mal à l'aise face à son professeure, notamment parce que c'était son cours qu'elle avait séché. Pourtant elle appréciait sa matière mais craignait que Miss Holloway pense qu'elle avait intentionnellement cherché à la louper. Elle aurait aimé lui dire afin qu'elle ne se méprenne pas, mais son désespoir était si grand qu'elle préféra se taire encore une fois, afin d'éviter de se lancer dans une explication qui en arriverait forcément au sujet sensible qu'était son père.

« Pourquoi vous rendre à Pré-Au-Lard, Miss ? Ne pouviez vous pas attendre la sortie officielle, qui est, je vous le rappelle, dans quelques semaines seulement ? »

Décidément, elle allait tout de même devoir évoquer les raisons de sa fugue. Restait à savoir la façon qui lui permettrait d'en dire le moins possible, de ne pas trop se mettre dans l'embarra. Quoiqu'il arrive, elle devrait évoquer son père. Aussi, rien qu'à cette simple pensée, son cœur se serra. De plus, sa main se mit à trembler, ce qui l'obligea à la retirer de l'accoudoir pour que la professeure de Défense Contre les Forces du Mal ne voit pas à qu'elle point sa question pouvait la déstabiliser. Elle se redressa simultanément, de façon être bien droite, puis racla légèrement sa gorge avant de prendre la parole.

« Je crois que vous ne comprenez pas, professeure. Je... Je ne souhaitais pas me rendre à Pré-Au-Lard dans un cadre scolaire. Dit-elle en prenant le temps de peser le poids de chaque mot qu'elle prononçait. Je ne voulais pas non plus revenir de là-bas. »

Là, Miss Holloway parut intriguée, inquiète, peut-être même en colère. L'élève fit une pause en réfléchissant rapidement à ce qu'elle allait dire. Puis, voyant la bouche de son professeur s'ouvrir, elle s'empressa de poursuivre, se répétant intérieurement une phrase que lui avait souvent dit sa mère *La meilleure défense c'est l'attaque*.

« En fait je partais. Je voulais retrouver mon père. Vous allez trouver ça stupide, et ça l'est sans doute, car je ne sais pas où il est. Mais je n'en peux plus. Je n'arrive plus à vivre dans ce doute. J'ai besoin de connaître mon père et je voulais partir à sa recherche. C'est tout. »


En terminant sa phrase, la Serdaigle sentit une première larme couler le long de sa joue. C'était de la fatigue, mêlée à une bonne dose d'anxiété. Katy se sentait faible, elle avait au moins dit tout ce qu'elle se sentait capable de dire. C'était maintenant à Miss Holloway de parler, et elle semblait avoir beaucoup de choses à dire.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Loin du plafond enchanté  PV 

Le silence se fit dans le bureau, Amy attendant plus ou moins patiemment l'explication de la jeune fille en face d'elle. Celle-ci finit par se redresser d'un coup, se tenant raide comme un piquet sur son fauteuil. Katy finit par expliquer qu'elle ne souhaitait pas se rendre à Pré-Au-Lard pour une simple sortie dans le cadre scolaire, ni revenir de ce lieu. Amy fronça les sourcils. Elle ne comprenait pas vraiment le sens de cette troisième phrase. La professeure de Défense contre les Forces du Mal était sur le point de demander la signification des paroles de son élève lorsque cette dernière la coupa dans son élan.

Katy finit par expliquer qu'elle voulait retourner chercher son père, disparu, semblerait-il. Elle ne le connaissait pas et souhaitait le retrouver. Amy vit avec stupéfaction la jeune fille pleurer, et avant de prendre la parole, la professeure sortit un mouchoir en papier et le posa devant la jeune Serdaigle. La Directrice de Serdaigle ne savait pas trop par où commencer. Elle aussi, durant son adolescence, avait entrepris de chercher son père biologique. Ses parents avaient été peinés de cette décision, mais Amy leur avait assuré qu'elle voulait juste voir qui il était mais en aucun cas vivre avec lui. Elle finit par prendre la parole.

« Je pense que vous êtes allée trop vite. Je ne connais pas toute l'histoire, mais vous allez m'éclairer un peu. Lui avez-vous déjà écrit ? Avez vous une adresse exacte en votre possession afin de pouvoir le voir ? Dites moi »

La professeure fit une pause, le temps de boire un peu. Elle prit sa baguette, sagement posée sur son bureau, et lança un Accio informulé sur le plateau posé sur le guéridon situé près du canapé. Le plateau contenant deux verres et un pichet de jus de citrouille vint se poser sur le bureau, aplatissant un parchemin au passage. Amy aurait préféré de l'eau mais le jus de citrouille était la seule boisson présente à ce moment là dans son bureau. Elle versa du jus orangé dans les deux verres.

« Buvez un peu et continuez. Ne soyez pas avare en détails, ça me permettra de mieux comprendre les raisons qui vous ont poussée à tenter de fuir ».

Pendant quelques minutes, Katy continua à raconter le problème qu'elle rencontrait, et Amy l'écouta avec attention sans plus la couper.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Loin du plafond enchanté  PV 

Miss Holloway ne se montra pas autoritaire, contrairement à ce qu'aurait pu penser son élève. Au contraire elle fut compatissante et tendit presque aussitôt un mouchoir à Katy. Celle-ci le prit en essayant d'encore et toujours dissimuler ses tremblements. Elle remercia son professeure d'un signe de tête et essuya doucement ses yeux avant de reposer son bras sur l'accoudoir tout en serrant fortement le mouchoir dans le creux de sa main. L'Aiglonne était crispée, son ventre était complètement noué. Lorsque la Directrice de Serdaigle commença à lui répondre, elle sut que la sanction n'allait plus tarder à tomber. Elle attendit patiemment que la professeure termine sa phrase avant de la fixer d'un air désemparé. Elle n'était toujours pas incriminée de quoi que ce soit concernant ses agissements. En revanche, Miss Holloway attendait des explications, ce qui n'était guère mieux selon Katy.

« Lui avez-vous déjà écrit ? Avez vous une adresse exacte en votre possession afin de pouvoir le voir ? Dites moi. »

*Mais oui dis lui !* lâcha sarcastiquement Katy pour elle-même. *Dis lui que tu ne sais rien du tout de ton père, que les seules informations que tu as sur lui datent d'une quinzaine d'années.* C'était absolument ridicule. Katy se sentait ridicule. Et son professeure de Défense contre les Forces du Mal ne tarderait pas à la trouver ridicule aussi. L'Aiglonne hésita longuement avant de prendre la parole. Sa plus grande crainte était finalement de ne pas réussir à lister les informations qu'elle avait sur son père sans fondre en larmes.

« Je ne lui ai jamais écrit. Je n'ai pas son adresse. Je n'ai aucune information concernant ce qu'il est actuellement, seulement une description de qui il était avant. »

La voix de Katy commençait à devenir tremblante. Elle sentit qu'elle devait s'arrêter au moment même où elle termina sa phrase. De toute façon, qu'avait-elle à ajouter ? Elle avait peut-être été très concise, mais dans le fond elle avait tout dit. Aussi, voyant que son élève s'était tue, la professeure rapprocha un pichet de jus de citrouille par le biais d'un Accio informulé et en servit deux verres. Cela permit à son élève de faire une pause, de retrouver son calme.

« Buvez un peu et continuez. Ne soyez pas avare en détails, ça me permettra de mieux comprendre les raisons qui vous ont poussée à tenter de fuir. »

La quatrième année prit tout son temps pour boire. Peut-être espérait-elle pouvoir se noyer dans son verre pour échapper à l'interrogatoire qui l'attendait ? A vrai dire, il ne se passait pas grand chose dans l'esprit de la Serdaigle, du moins pas suffisamment de choses pour essayer de trouver une idée qui pourrait la faire s'échapper du bureau de Miss Holloway. Elle termina son verre et le reposa délicatement sur le bureau avant de refaire face à sa Directrice de Maison. Celle-ci l'attendait encore. Katy, elle, réfléchissait à la façon dont elle allait tourner son explication.

« D'accord. Alors il y a près d'un an ma mère m'a avoué que mon père s'était enfui peu de temps après ma naissance, et que finalement l'homme avec qui elle vit n'est que mon beau-père. J'ai eu beaucoup de mal à l'accepter. Je ne sais même pas si je l'ai totalement accepté d'ailleurs. »

Katy avait enchaîné très rapidement ces quelques phrases. Elle reprit son souffle avant de poursuivre.

« Ma mère m'a donné quelques informations sur qui était mon père lorsqu'elle l'a connu. Je les ai toutes notées et j'ai essayé de les assembler pour trouver ne serait-ce qu'une petite piste menant à lui. J'ai fait des recherches avec le professeur Heltowni dans les archives de l'école mais je n'ai rien trouvé concernant le lieu où il pourrait être aujourd'hui. J'étais désespérée. Je n'ai pas vraiment réfléchi avant d'agir. Mon seul but était de rejoindre la gare de Pré-au-Lard, je serais ensuite allée quelque part, en espérant le retrouver. »

Elle fit de nouveau un pause.

« Je suis désespérée. J'ai besoin de le retrouver, pour pouvoir... »

Un sanglot retentit, Katy n'avait pas pu retenir ses larmes, pour la seconde fois de cet entretien.

« Pour pouvoir retrouver une paix intérieure, en quelque sorte. »

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Loin du plafond enchanté  PV 

Katy lui déballa donc toute l'histoire et Amy l'écouta tout en passant son doigt sur le bord de son verre à moitié rempli. La jeune Serdaigle avait déjà fait des recherches avec son collègue d'Histoire de la Magie, recherches qui avaient donc été vaines. La professeure de Défense contre les Forces du Mal hocha la tête lorsqu'elle entendit ceci, commençant à réfléchir en même temps. Cette dernière avait été dans une situation similaire, lorsqu'elle avait atteint la vingtaine, à peu près. Ses parents lui avaient dit lorsqu'elle était enfant qu'ils n'étaient pas ses parents biologiques, mais elle leur avait dit qu'elle les considérait comme tel. Ils ne lui avaient jamais caché les circonstances de son adoption et Amy leur en était reconnaissante.

Elle avait donc fait des recherches, aidée d'Adrian à l'époque. Ils s'étaient rendus à chaque vacances dans les archives de l'état de Floride, commençant par les archives sorcières, Amy étant de sang-pur. Ils avaient trouvé un premier article attestant de la disparition soudaine de Marcus, son père biologique, ainsi que la découverte de la petite Amy seule dans la maison. Elle avait appris par la même occasion qu'elle n'avait été découverte qu'au bout de deux jours mais qu'elle avait continué à jouer dans la maison, trouvant des biscuits dans un petit placard afin de se nourrir. Plusieurs mois plus tard, et après avoir changé d'archives, ils trouvèrent dans un journal moldu un tout petit encart annonçant la mort du père biologique d'Amy.

D'après ce qu'avait dit Katy, elle n'avait pas été plus loin que les archives de l'école. La professeure de Défense contre les Forces du Mal attendit la fin de sa dernière phrase avant de prendre la parole de nouveau.

« Je vous comprends, je me suis déjà retrouvée dans cette situation. Elle fit une pause. Peut-être que seulement rechercher dans les archives de l'école n'est pas suffisant ».

Amy n'avait pas spécialement envie de déballer sa propre histoire personnelle à son élève, mais elle allait la diriger du mieux qu'elle pouvait afin que Katy puisse atteindre son objectif.

« Je pense que vous devriez vous rendre aux archives nationales. Vous aurez beaucoup plus de documents à votre disposition et pourrez ainsi peut-être trouver ce que vous cherchez. Commencer par les archives du Ministère serait une bonne idée, mais il vous faut une autorisation pour vous y rendre ».

Attendant la réaction de la jeune Serdaigle, Amy prit le pichet et versa de nouveau du jus dans le verre de Katy.

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown

Loin du plafond enchanté  PV 

Miss Holloway se montrait très compréhensive vis à vis de son élève et paraissait plutôt concernée par sa situation, comme si elle-même avait dû y faire face par le passé. Elle fixait Katy, comme pour l'encourager à poursuivre sans crainte. Lorsqu'elle eut terminé, la Directrice de Serdaigle prit à son tour la parole et commença par confirmer l'intuition que l'Aiglonne avait eue. L'intonation qu'elle employait et l'expression de son visage laissaient entrevoir un certain malaise de la professeure sur ce sujet. La quatrième année culpabilisait un peu de faire remonter de mauvais souvenirs que Miss Holloway préféra éviter d'évoquer en orientant la discussion sur la façon dont Katy pourrait effectuer ses recherches. Elle lui expliqua que les archives de l'école pouvaient s'avérer insuffisantes pour retrouver la piste de son père. Après tout, elle avait raison, la disparition d'Alexander datait de plusieurs années après qu'il ait quitté Poudlard. De fait, si les archives pouvaient donner des renseignements sur l'élève qu'il avait été, elles n'avaient pas d'information concernant sa vie ultérieure.

« Je pense que vous devriez vous rendre aux archives nationales. Vous aurez beaucoup plus de documents à votre disposition et pourrez ainsi peut-être trouver ce que vous cherchez. Commencer par les archives du Ministère serait une bonne idée, mais il vous faut une autorisation pour vous y rendre. »

C'était une très bonne idée à laquelle la Serdaigle s'en voulait de ne pas avoir pensé plus tôt. Les archives nationales devaient être suffisamment complètes pour apporter quelques réponses, quelques traces. Il faudrait que Katy se renseigne plus précisément sur le lieu où elles se trouvaient afin de s'y rendre la prochaine fois qu'elle rentrerait à Londres. D'autre part, Miss Holloway avait fait mention du Ministère, lieu où l'Aiglonne était certaine de trouver des informations. Toutefois, l'idée fut vite abandonnée par le simple fait qu'une autorisation soit requise pour s'y rendre. En réalité, obtenir cette permission n'était pas impossible, mais Katy se doutait que son obtention nécessiterait très certainement une attestation de sa mère, et pour cette raison la quatrième année ne souhaitait pas entamer les démarches car elle savait que sa mère ne serait pas enthousiaste à l'idée qu'elle recherche son père.
L'Aiglonne regarda sa Directrice de Maison remplir son verre tout en formulant dans sa tête la réponse qu'elle s'apprêtait à lui donner. Elle patienta le temps que la professeure repose son pichet sur le bureau puis se lança.

« Vous avez raison, et j'aurais dû y penser beaucoup plus tôt ! Je me rendrai aux archives nationales dès mon retour à Londres. »

Le problème était maintenant réglé. Katy était de retour à Poudlard, et elle se sentait un peu mieux depuis que le plus gros de la discussion était passé. Sa logique voulait donc qu'elle termine son verre – chose qu'elle fit machinalement – et qu'elle sorte du bureau pour reprendre ses cours. Pourtant, la Serdaigle resta bien tranquillement à sa place, n'oubliant pas qu'elle avait tout de même désobéi au règlement et qu'elle risquait de récolter une punition.

« Merci pour votre aide, professeure. Et je... voudrais m'excuser pour mon comportement. Est-ce que je peux retourner en cours maintenant ? »

L'Aiglonne se leva et attrapa du bout de ses doigts son sac à dos. Elle espérait, avec cette dernière question, que Miss Holloway la laisserait sortir de son bureau sans la sanctionner. Elle écouta patiemment ce que sa Directrice de Maison lui dit, après quoi elle prit le chemin de la porte et salua la professeure avant de sortir.

Fin du RP pour moi. Merci beaucoup pour votre participation ! :)

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Loin du plafond enchanté  PV 

Amy reposa le pichet sur le bureau et écouta Katy qui répondit que sa professeure avait raison et qu'elle se rendrait aux archives nationales à son retour à Londres. La Directrice de Serdaigle sourit, contente que son élève se soit ravisée et qu'elle se fixe un objectif pour plus tard. Katy termina son verre et la professeure en fit de même. Pendant qu'elle reposait son verre sur son bureau, la jeune Serdaigle remercia Amy, s'excusa pour le comportement qu'elle avait eu précédemment, puis demanda si elle pouvait retourner en cours. La professeure de Défense contre les Forces du Mal reprit la parole alors que Katy se levait.

« Pas de souci, ne vous en faites pas. Oui oui, retournez en cours, je m'en voudrais de vous faire rater une heure importante. Ne me faites pas le coup deux fois, par contre, ajouta t-elle en souriant ».

Katy prit son sac à dos, salua sa professeure puis quitta le bureau. Amy se laissa aller un peu sur le dossier de son siège, peinée par la situation de son élève. Ça allait être un chemin fastidieux pour trouver ce qu'elle cherchait, surtout qu'elle était encore mineure. Néanmoins, elle n'avait pas osé le lui dire par peur de la décevoir, mais surtout parce qu'Amy ne voulait pas que Katy tente une seconde fois de fuguer. La professeure de Défense contre les Forces du Mal souffla un bon coup, puis reprit le parchemin qu'elle grattait avant l'arrivée de la jeune Serdaigle. Amy trempa sa plume dans son encrier, puis écrivit « Penser à demander à Katy le nom de son père ».

Amy avait du mal à savoir comment aider plus la jeune fille. Elle était vraiment perturbée de ne pas connaître son père biologique, une sensation que sa professeure avait déjà connu. Sans plus attendre, elle attrapa un parchemin vierge et écrivit rapidement dessus.

Miss Smith,

Faites moi savoir si votre mère ou votre beau-père ne peuvent vous accompagner au Ministère. Je pourrais essayer de vous y conduire.

A.Holloway
Reducio
Fin du RP pour moi également, ce fut un plaisir !

Co-fondatrice du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"
"Blblbl" - Sara
Code couleur RPG : brown