Lac

Inscription
Connexion

Tradition moldue  PV 

À Poudlard, les enfants d'origine moldue se sentent très rapidement perdus parmi tous les élèves qui ont grandi et évolué avec la magie. Un rien les émerveille, d'une étincelle au plafond magique de la Grande Salle. Un monde entier s'étend devant eux, un monde qui leur est totalement inconnu. Ils ne peuvent se vanter de savoir quoi que ce soit et doivent se taire devant les autres enfants, fiers de pouvoir sortir tout leur savoir et de se sentir durant quelques instants supérieurs. Mais il y a des choses, au contraire, que seuls les enfants nés-moldus connaissent. Des traditions, des expressions qui leurs sont propres. Le premier mai est l'une de ces choses. Chez les non-sorciers, à cette date, il est coutume d'offrir quelques brins de muguet aux personnes auxquelles on tient. Cette journée là est d'ailleurs fériée, et chacun en profite pour faire ce petit geste. Les vendeurs pullulent à chaque coin de rue, criant à qui veut l'entendre que leur muguet est le plus beau et sent le meilleur.

Dali n'avait jamais participé à cette tradition. Elle savait qu'elle existait et que la majorité des personnes la respectait, mais jamais ne lui était venu à l'idée d'aller acheter du muguet à sa mère. Déjà aurait-il fallu qu'elle ait de l'argent pour cela. Et réciproquement, sa mère ne lui en avait jamais acheté non plus. Pourtant, elle se rappelait, quand elle avait encore l'occasion de déambuler dans les rues de Paris, des personnes marchant avec cette petite plante enrobée dans un joli ruban, ou dans un papier transparent. À bien chercher, il y avait même de fortes chances pour qu'elle ait dessiné ces passants dans son carnet.

Aujourd'hui était d'ailleurs ce jour du premier mai. Entourée de personnes ignorant cette tradition, la jeune anglaise avait peu de chances de s'en rappeler. Et pourtant, en se remémorant la date qu'il était, ce fut comme une brume lointaine, lui rappelant ses origines, qui se glissa dans sa tête et lui rappela que non, aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres. Aujourd'hui était une journée légèrement différente. Si la fillette n'avait pas été à Poudlard, elle n'en aurait pas fait cas. Et pourtant, étrangement, aujourd'hui ce souvenir lui serrait le cœur. Sa mère avait été presque la seule personne qu'elle avait connu et elle lui ressemblait tellement que les deux avaient noué une relation très intime. Nombre de personnes n'auraient pas vu ce qu'il y avait de fusionnel entre elles. Dali ne lui racontait pas ses secrets, elle ne lui écrivait jamais, et n'était jamais blottie entre ses bras. Mère et fille avaient un rapport qu'elles seules comprenaient, un rapport aussi étrange qu'elles. Et la Poufsouffle devait reconnaître que Jane lui manquait.

Alors, utilisant cette journée comme le seul lien qui la rattachait à sa mère qui était si loin, la première année décida d'aller cueillir du muguet. Mais non pas pour l'envoyer à celle qui l'avait mise au monde. Elle savait que si sa mère aurait été heureuse d'en recevoir, un dessin de sa fille esquissant cette plante aux délicates clochettes l'aurait rendue encore plus heureuse. C'est pourquoi Dali décida d'aller se promener dans le Parc de Poudlard, dans l'espoir d'en trouver. Alors que les cours venaient de se terminer, elle repassa par sa Salle Commune pour déposer ses affaire et, toujours vêtue de son uniforme, se dirigea vers l'extérieur.

Le temps était agréable, comme on pouvait l'attendre d'un mois de mai. Un doux soleil scintillait, et le ciel n'était qu'à quelques endroits parsemé de nuages, comme une trainée de coton. Ce n'est qu'après avoir fait un tour rapide du Parc que Dali trouva finalement ce qu'elle cherchait près du lac. Un petit bosquet de muguet avait poussé, aussi délicat qu'une rose. Les clochettes étaient d'un blanc pure, et les feuilles d'un vert pétillant. Alors, la première année s'agenouilla et entreprit de cueillir les plus beaux plants, pour ensuite les amener dans sa Salle Commune et les dessiner.

« Et les airs à la mode, que jouaient les orchestres cette année-là, transposaient en rythmes nouveaux toute la tristesse de l’existence et des désirs insatisfaits. »

Tradition moldue  PV 

Wendy était à Poudlard seulement depuis deux mois et elle ne connaissait presque personne. Ses parents, ses trois frères et sa sœur lui manquaient terriblement. Leur agitation habituelle pour se faire présentable dès que mon tout grand frère de dix-huit ans arrivait avec sa petite amie. Ou celle de mes deux autre frères quand ma grande sœur invitait des amie à la maison. Wendy ne pouvait pas dire qu’il n’y avait pas d’agitation à Poudlard mais elle n’était pas habituée a fréquenter autant de monde différent et surtout c’était trop pour elle. Elle n’avait jamais vu un endroit agité en l’absence de ses frères et ça lui donnait envie de pleurer.

Elle décida d’aller faire un tour dans sa salle commune mais se rendit bien vite compte qu’il y avait trop de bruit. Pris son sac pour aller à la bibliothèque pour terminer son livre, ses devoirs et se rafraichir les idées quand elle se rappela que aujourd’hui c’était la fête du muguet. Elle replongea dans ses souvenirs.

Chaque année elle allait cueillir du muguet avec sa grande sœur, avant de dresser la liste de tout ceux a qui elles en enverraient. Souvent sur le chemin elles se racontaient leur petit secret te toutes les choses qu'elles ont cacher à leur parents. Sa grande sœur faisait toute les cartes de vœux tandis qu’elle composait des petits bouquets qu’elle entourait d’un joli petit ruban bleu ciel. Elle pouvait encore se rappeler la robe qu’elle avait mis l’année précédente. Elle était jaune très pale avec une sorte de ceinture qui lui serrait la taille avec une rose jaune sur le côté de la ceinture . Le bas de la robe lui arrivait jusqu’au milieu des tibias. Dans sa famille on respectait beaucoup cette tradition.
Elle se releva pour aller chercher son livre tout en restant plonger dans ses souvenirs.

Elle sortit de ses souvenirs que lorsque quelqu’un la bouscula violement dans sa course pour rattraper son rat . Elle se retrouva par terre. Sans dire un mot elle reposa son sac et chercha sous son lit, dans sa valise avant de trouver ce qu'elle cherchait: le petit panier en osier qu’elle avait acheter avant de partir. Elle le mis dans son sac et sortit de la salle commune presque en courant, si elle voulait faire une bonne récolte elle devait se dépêcher.

Quand elle arriva dans le parc elle se dirigea sans réfléchir vers le lac qui lui paressait être l’endroit où le plus de muguet poussait. Après avoir couru une bonne centaine mètre elle s’affala fasse au muguet. Elle avait un énorme point de côté. Elle s’allongea dans l’herbe et recommença à rêver.

Elle revoyait la joie des gens à qui elle envoyait le muguet chaque année quand il le recevait. Elle dressa mentalement le liste des gens à qui elle devra envoyer le muguet. Ses parents, ses frères et soeur... Quand elle eu fini elle était arriver au nombre de 54 bouquets .

° Hou la la! il y a du boulot° pensa-t-elle.

Elle se releva et se mis a cueillir le muguet.

Athalée et Wendy, Serpys et Pouffys réunies !

Tradition moldue  PV 

Dali était agenouillée devant le muguet. Quand elle se relèverait, ses genoux seraient sûrement verts, mais c'était la dernière de ses préoccupations. Elle semblait examiner chaque brin de muguet avec une attention toute particulière. Elle touchait du bout des doigts les clochettes, les feuilles, et admirait leur couleur. Si elle voulait que son dessin soit le plus beau possible, elle devait prendre les plus beaux brins.

Perdue dans sa contemplation, elle remarqua à peine que quelqu'un se dirigeait vers elle. Pourtant, les bruits de pas se rapprochant, la petite fille finit par détourner son regard. Aux couleurs de son uniforme, l'arrivante était à Poufsouffle. Étrange, Dali ne l'avait jamais vue auparavant. Ou alors elle ne s'en souvenait pas. Elle avait la fâcheuse habitude de ne pas retenir les visages qu'elle croisait, sauf si il y avait quelque chose sur ceux-ci qui la marquait. Des traits particuliers, des yeux d'une couleur unique, une peau blanche comme neige... Il fallait réussir à accrocher son regard. Elle suivit des yeux la fillette. Venait-elle cueillir du muguet ? Mais contrairement à ce que croyait Dali, celle-ci s'allongea dans l'herbe, et sembla ne plus bouger. L'enfant détourna alors son regard, peu intéressée.

Elle retourna à sa contemplation du muguet. Après réflexion, elle décida qu'elle allait en cueillir plusieurs tiges, et en associerait différentes pour composer exactement le plant qu'elle voulait. Au bout de plusieurs minutes — sans que l'inconnu ne bouge —, la première année finit par prendre un brin de muguet qui lui paraissait satisfaisant. C'est ce moment là que choisit l'autre Poufsouffle pour se relever. Elle se dirigea alors vers le bosquet et commença elle aussi à cueillir quelques verts pieds. Dali se demanda si elle était d'origine moldue. Le premier mai n'était pas une tradition sorcière. Elle la regarda faire durant quelques secondes, puis se repencha sur son travail. Elle n'était pas du genre à entamer les discussions, car elle s'intéressait assez peu aux autres. Pas par hautaineté, mais parce qu'elle était comme ça. Peut-être que l'arrivante serait plus encline à lui parler.

« Et les airs à la mode, que jouaient les orchestres cette année-là, transposaient en rythmes nouveaux toute la tristesse de l’existence et des désirs insatisfaits. »

Tradition moldue  PV 

Wendy avait l'habitude de cueillir le muguet, c'est bien pour ça qu'il ne lui fallut pas longtemps avant de trouver un bon rithme . Elle cueillit sans relache le muguet prenant bien garde a ne pas l'abimer., que penserait les gens s'ils recevait des bouquet de muguet avec des fleurs ou il manquait la moitié des pétales? Il était hors de question pour elle de desonoré sa famille . Ils avaient toujours fournis des bouquet impecable pas questions de changé ça. Une fois quelle eu récoltée toute les leur qui était devant elle , elle décida de se déplacer pour aller en cueillir un peu plus loin. C'est a ce moment qu'elle remarqua une autre jeune fille , un peu plus loin. lui semblait l'avoir déjà croiser quelque part.
*Dans les couloirs peut être...* C'était en effet possible, elle avait croisé beaucoup de monde ces derniers jour. Wendy plissa les yeux pour voir si elle parvenait a distinguer la couleur de son uniforme. Impossible depuis ou elle était , la jeune fille avait le soleil juste derière elle et donc par concequant était a contre jour. Wendy se raprocha pour mieux voire la jeune fille. Jaune sans aucun doute son uniforme était jaune ça voulait donc dire qu'elle était a Poufsouffle. *ah oui c'est vrai je l'ai déjà croiser a la salle commune une ou deux fois* Wendy observa mieux la jeine fille, elle cueillait également des fleurs. *ce ne serait pas du muguet?* . En plissant les yeux elle parvint a voir que la poufsouffle cueillait du muguet, mais pas beaucoup juste quelque tige.* elle aussi doit être une moldue* Elle ne semblait pas se preoccupé de ses genou qui devenait vert a vue d'oeil . A ce moment là Wendy se souvint d'un conseil que lui avait donner son meilleur ami d'enfance, Paulin, Vas vers les autres et ut ne sera jamais seule. Devait-elle aller voir la jeune Pouffy  ? Elle ne savait pas. Wendy était plutôt de nature timide mais si elle voulait un jour réussir a se trouver des amis, il fallait qu'elle sorte de son monde et qu'elle aille vers les autres.
Elle posa son panier remplit déjà a moitier de muguet , mais pas de quoi faire assez de bouquet pour tout les gens a qui elle voulait en envoyer. Elle recoiffa vite fait ses cheveux qu'elle avait decidé de teindre en violet avant la rentrer de sa première année a Poudlard a l'aide de ses mains et defroissa sa jupe. Elle se raprocha de la jeune fille. C'était la première fois depuis au moin 5 ans qu'elle allait faire le premier pas. Wendy hesitait, et si la jeune fille ne lui répondait pas ? et si elle n'était pas gentille? Et si elle avait déjà trop d'amis et ne voulait pas d'elle?
*cette fois tu y vas ,a chaque fois tu te défile avant même d'avoir fait une dizaine de mètres* Elle se raprocha rapidement afin d'éviter que sa confience et son courage disparraisse :

- Salut, Je m'appelle Wendy ,tu es aussi a Poufsouffle ? Tu cueille aussi du muguet, tu fais ça aussi pour faire des bouquets ? demanda t elle très vite.

*Ouh là elle doit avoir l'impression que je l'agresse, elle doit me prendre pour une folle*

Athalée et Wendy, Serpys et Pouffys réunies !

Tradition moldue  PV 

Cueillir du muguet n'avait en soi rien de passionnant. Et pourtant, beaucoup de personnes appréciaient de le faire. Car ce n'était pas l'action elle-même qui était gratifiante, mais plutôt de savoir à l'avance que la personne qui allait le recevoir allait être très touchée. C'était bien uniquement pour cette raison que Dali avait décidé de répondre à cette tradition du premier mai, et pour aucune autre motivation. Elle faisait peu cas des us et coutumes, mais aimait assez sa mère pour lui rappeler que malgré la distance, elle pensait à elle.

Du coin de l'œil, il sembla à la première année voir l'inconnue se rapprocher d'elle rapidement. Elle n'y fit pas vraiment attention, mais il sembla que cette dernière avait l'intention d'entamer la conversation puisqu'elle interpella la jaune.


Salut, je m'appelle Wendy, tu es aussi a Poufsouffle ? Tu cueilles aussi du muguet, tu fais ça aussi pour faire des bouquets ?

Dali tourna sa tête vers la fillette. Elle regarda d'un œil curieux ses cheveux violets. Non pas qu'elle trouvait cette couleur déplacée, elle aurait bien été la dernière à critiquer les goûts des personnes. Au contraire, elle adorait voir les différents styles vestimentaires, les différentes allures... Que ce soit tatouage, piercing ou col claudine, elle ne portait aucun jugement. Ce n'était pas pour rien que lorsqu'elle était à Paris ou Londres, elle passait des heures entières à observer les passants dans la rue. Elle aimait s'en inspirer.

La première année tourna de nouveau son regard vers le muguet. Tout en continuant de l'observer pour choisir les plus beaux brins, elle répondit, d'une voix posée, quelque peu lointaine :


Je m'appelle Dali. Et oui, je suis à Poufsouffle.

Son uniforme le laissait deviner pourtant. Était-il nécessaire de demander confirmation ? Passant sa main sur les délicates clochettes du muguet, elle reprit la parole.

Non, je ne fais pas de bouquet. Je compte le dessiner en fait.

Il était vrai que nombre de personnes avaient plus coutume d'offrir cette petite plante fraichement cueillie, mais ce n'était pas le cas de la jeune artiste. D'autant plus qu'elle savait que sa mère préfèrerait en recevoir un dessin. Si Dali lui envoyait un vrai brin de muguet, il finirait sans aucun doute très rapidement desséché sur place, oublié dans un coin.

Toujours sans regarder Wendy, elle lui demanda à son tour :


Tu es d'origine moldue je suppose ?

En réalité, la réponse l'importait peu. La Poufsouffle avait cette habitude de poser des questions sans vraiment prêter d'attention à ce qu'on pourrait lui dire par la suite. Mais elle les posait, tout simplement, car c'était ce qui lui passait par la tête à ce moment là.

« Et les airs à la mode, que jouaient les orchestres cette année-là, transposaient en rythmes nouveaux toute la tristesse de l’existence et des désirs insatisfaits. »

Tradition moldue  PV 

Une fois que Wendy eut poser sa question elle se reagenouilla en faisant attention a ne pas se salir les genou. Au fond elle savait qu'elle était deja sale mais elle ne voulait pas que sa camarade croye qu'elle ne prenais pas sois de ses affares. Deja que celle ci parraissait distante. Elle ne semblait pas presser de faire sa connaissance. Elle ne la regardait pas et repondait a ses question sans grand entousiasme. Wendy se demandait si elle n'était pas entrain de l'embeter plus qu'autre chose. Après tout il lui était peut être arriver quelque chose, elle avait peut être envie de rester seul ou n'avait tout simplement pas besoin d'amis. Ca arrivait a tout le monde, Quand Wendy n'avait pas envie de parler elle se refugiait dans un coin tranquille en esperant que personne ne vienne la deranger. La jeune fille repondit enfin:

-Je m'appelle Dali. Et oui, je suis à Poufsouffle.


Elle disait ça comme si c'était une évidence. Wendy n'avait pas voulut l'énerver ou la contrarier mais apparement celle ci n'avait points envie d'être aimable avec elle. Ce qui était sure c'est qu'elles ne deviendront pas de grande amie. Pour Wendy il était claire que dès qu'elle eut fini de cueillir le muguet elle la salurait et ne restera pas longtemps avec elle. La denommer Dali repris la parole.

-Non, je ne fais pas de bouquet. Je compte le dessiner en fait.

Cela étonna Wendy c'était la preière fois qu'elle voyait quelqu'un préférer dessiner le muguet plutôt que de l'admirer, faire de belle composition et l'envoyer aux gens qui leur était cher. Après tout chacun faisait comme il voulait. Elle se demandait d'oû elle venait, si c'était une coutume regionale ou si c'était juste elle qui avait decider de les dessiner. Elle n'avait toujours pas lever les yex de ses muguet et semblait plus appliquer a la tâche que dans sa discution. Elle reprit la parole pour lui poser une question:

- Tu es d'origine moldue je suppose ?


La question étonna la jeune Pouffy qui reposa tout le muguet qu'elle avait dans les main pour le mettre dans son panier. Ilparraissait logique qu'elle était modlu au moins a moitier, sinon elle ne connaitrait surement pas . Elle se demanda un instant si sa camarade n'était pas en train de se payer de sa tête. Elle devrait d'ailleur partir rpidemmeent elle vanait de se rappeller qu'elle avait un devoir de Métamorphose a finir. Elle ne voulait pas brusquer les chose mais se le leva et réponit :

- Oui en effet. Je sui desolée mais il faut vraiment que j'y aie. J'ai toujours pas terminer les devoirs du professeur Fawley. Tu les as fini? Sit'as fini tu pourrais peut être m'aider. Ou juste venir avec moi et pendant que je travaille tu pourrait faire tes dessins, qu'en dis tu?

Wendy se demandait si elle allait acepter, elle ne voulait pas la juger tout de suite bien que elle avait eu jusqu'à present une image moyenne de la jeune fille. Peut-être qu'en salle commune elle se lachera un peu plus! Elle pris son panier et fit signe a sa camarade de la rejoindre. et s'éloigna . Sa camarade la rejoignit quelque minutes plus tard en salle commune. C'était peut être le début d'une nouvelle amitié...

FIN

Athalée et Wendy, Serpys et Pouffys réunies !