Lac

Inscription
Connexion

Un au revoir cohérent  PV 

Reducio
Ce rp fait suite à celui-ci

Quatorze heures. L'après-midi venait de débuter. Comme convenu, les deux Aiglons devaient se retrouver dans le Parc, mais pas à n'importe quel endroit. Ils avaient décidé de se rejoindre au bord du Lac, endroit symbolique, lieu de leur premier baiser. En effet, un an auparavant, Peter avait déclaré sa flamme à Katy, seulement quelques jours après qu'ils se soient rendus au bal de Noël ensemble. De ce merveilleux jour était née une relation qui semblait parfaite en apparence, et elle l'était presque, au début. Mais le temps était passé par là, et avec lui, il avait emporté certains sentiments, des sentiments nécessaires à la survie d'une relation amoureuse.


Tout s'était dégradé dès la rentrée. Les deux Serdaigle ne s'étaient pas vus lors des grandes vacances, ce qui avait créé un vide entre eux. Malgré tout, ils avaient réussi à surmonter cette étape, et à se rapprocher à nouveau. Et puis, comme dans toute relation, il y avait eu quelques différends. Katy souhaitait garder son indépendance, Peter, lui, était jaloux. D'autres petits détails de ce genre s'accumulaient petit à petit, et les Aiglons s'éloignaient peu à peu. Peut-être qu'ils avaient changé. Peut-être qu'ils n'étaient tout simplement plus faits pour être ensemble. Une chose était sûre, aucun des deux ne faisait d'effort, comme si leur relation était vouée à l'échec.
Enfin, il y avait eu un événement qui avait, en quelque sorte, mis un terme à tout cela : la mort de la mère de Peter. Juste avant que les vacances de Noël se terminent, le Capitaine des Eclairs était rentré chez lui, il avait malheureusement assisté au suicide de sa mère, et n'était retourné à Poudlard que trois mois plus tard. Inévitablement, tout s'était empiré entre les deux Serdaigle, jusqu'à ce fameux jour, où il revint...


La boule au ventre, Katy marchait aussi vite qu'elle pouvait. Elle était en retard, ce qui était très inhabituel.
Les deux phrases de son petit ami ne cessaient de résonner dans sa tête depuis la fin de matinée. Elle savait qu'elle avait très mal agi avec lui, et elle en avait honte. Elle n'aurait jamais dû le laisser seul alors qu'il allait mal. Elle s'en voulait terriblement et était rongée par la culpabilité. Mais elle ne pouvait plus revenir en arrière, ce qui était fait, était fait.

Il était là-bas, au bord du Lac. En le voyant, l'Aiglonne faillit faire demi-tour. Pour la seconde fois en quelques heures, elle manquait de courage. Oui, elle avait peur. Peur, parce qu'au fond elle se doutait de ce qui allait se passer, et elle ne pouvait pas l'accepter, elle n'était pas prête. Elle venait de retrouver son petit ami après trois mois d'absence, et même s'ils auraient déjà dû avoir cette conversation il y a bien longtemps, elle n'avait qu'une envie, la repousser, encore.

Katy avançait dans le Parc. Inconsciemment, elle ralentissait son pas. Elle essayait de regarder partout autour d'elle, sauf près du Lac. Tôt ou tard elle allait devoir regarder Peter, mais elle essayait de retarder au maximum cet instant, reportant son regard sur la végétation qui refaisait son apparition autour du château. Lorsqu'elle arriva enfin près du Lac, l'Aiglon lui faisait face. Il avait les bras croisés, comme s'il l'attendait avec impatience. Son visage était fermé, et ses yeux étaient rouges, quelques larmes coulaient encore sur ses joues.


« Peter... J'ai été nulle ce matin. Je suis désolée, excuse-moi... » Dit-elle en s'approchant de son petit ami.

Contrairement à quelques heures auparavant, elle ne vint pas au contact de Peter, et préféra se tenir debout, face à lui. Elle attendait qu'il lui réponde, mais le ferait-il ? Les secondes défilaient, le silence restait.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un au revoir cohérent  PV 

Peter attendait patiemment, ses joues encore humide du matin, l'arrivée de Katy. L'aiglonne était allée en cours, Peter lui avait préféré ne pas y aller. Il ne s'en sentait pas capable. Il aurait peut être des ennuies, mais il avait aussi la certitude que Miss Loewy le comprendrait. Tout ce qu'il pouvait faire pour le moment, c'est ne rien faire, s'apitoyer, sur tout ce qui lui arrivait, ce dire que la vie s'était pas si bien finalement, d'autre contrairement à lui se serait repris en main, ne se serait pas laissé abattre et aurait continué à vivre, mais le jeune garçon ne le pouvait et ne le voulait pas. Beaucoup le considérerais comme faible, vulnérable, mais ces personnes n'aurait sûrement jamais connu la perte d'un être cher, de ce qu'on peut ressentir lors de cette situation, de cette douleur constante dans la poitrine et de ces entrailles qui se tordent.

Et puis toutes ces questions qui lui martelaient la tête, semblables à des coups de marteau. Il n'en pouvait plus, il avait une migraine insoutenable. Il ne savait plus qui il était, ce qu'il voulait, où il en était. Jamais il n'aurait cru que le chagrin était aussi physique. Alors que le garçon arrachait des bruns d'herbes et entreprenait des les déchirer en milles morceaux, il entendit le pas normalement léger mais pour le coup lourd de Katy. Rien qu'à l’ouïe il sentait la Serdaigle hésitante, peut être apeuré. Il fallait qu'il parle oui, mais de quoi, Peter en avait une vague idée. Après tout il savait ce qui allait se passer, et il était sûr que Katy le savait aussi. Cela aurait du arriver depuis longtemps mais aucun des deux aiglons avait eu le courage de déclencher l’événement. Peut être le repoussait il, Peter avait peur que cela gâche la relation si fusionnelle qu'il avait avec la fille qu'il appréciait tant. Une fille timide mais qui une fois qu'on la connaissait était d'une personnalité très appréciable, une fille au première abord assez froide mais qui pouvait parfois laisser ses sentiments éclatés en feux d'artifices, et surtout une fille très intelligente mais parfois débordé par les situations qui l'entouraient, comme avec ce qu'il s'était passé le matin même.

Peter ferma les yeux et repensa à tout ce qu'ils avaient vécu ensemble, ces premiers regards dans la salle commune, ces frissons lorsqu'ils se croisaient, la boule au ventre qu'il avait eu quand il l'avait invité au bal et la joie qu'il avait ressenti lorsqu’elle avait dit oui. Il se revoyait regarder les yeux gris de Katy dans lesquels il aimait se plonger puis se rappela de la danse qu'il avait eu avec elle lors du bal, danse certes maladroite mais qui aux yeux du petit garçon lui avait parus la plus belle au monde, il se remémora également cette soirée où ils s'étaient pour la première fois embrassé, la sérénité et la plénitude qu'il avait ressentie une fois qu'il s'était assis face au lac avec à côté de lui Katy qui était devenu sa petite amie, il se rappela les sourires, les fou rires, les disputes et les chutes. Les colères de Peter contre l'aiglonne qui s'estompait des le soir et qui dés le matin se résolvait par un simple sourire et un bisous. Il se rappelait la tête de Katy contre son épaule quand tout les deux étaient assis dans le parc à contempler le paysage sans un mot.

Il repensa à cette complicité qui s'était inexorablement dégradée avec le temps et qui avait briser la chose qui faisait d'eux un couple, l'amour.

Tandis qu'il repensait à cela, Katy était arrivé à sa hauteur. Elle était anxieuse, semblait honteuse. Elle s'excusa pour l'attitude qu'elle avait eu le matin même. Et devant ça, Peter ne pouvait plus être en colère, il ne pouvait qu'être désolé que tout cela soit arrivé. Il approcha lentement de l'aiglonne qui évitait son regard en miroitant le sol. Il posa sa main sur la joue de la Serdaigle lui relevant lentement la tête afin que les deux enfants puissent se regarder dans les yeux, le regard de Katy dévastait tout bonnement Peter, elle semblait tellement désolé, elle savait aussi ce qui se passait et comme le garçon elle en avait peur, ou du moins elle semblait en avoir peur, mais c'était inévitable.
Peter avait encore sa main sur la joue de sa petite amie, il se mordillait la lèvre, et il sentait qu'il ne pourrait pas s'empêcher de pleurer.

-«Katy...

Effectivement il commença à sangloter, et il se détestait pour ça, de quoi aurait il l'air encore une fois. Il ne voulait pas que la jeune fille le voit ainsi alors il s'avança et l’enlaça . Elle semblait prise au dépourvu mais Peter continua l'étreinte qui serait peut être la dernière, quelques larmes coulaient sur sa joue et d'une voix cassé le garçon ajouta :

-Je... Je crois que je ne t'aime plus. »

En une phrase il venait de briser tant de chose, mais se sentir encore contre Katy était paradoxalement rassurant pour l'aiglon. Quoi de tel qu'une étreinte, contre et pour la fin de toutes choses.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Un au revoir cohérent  PV 

Les excuses avaient été lancées, Peter avait désormais toutes les cartes en main pour écrire la fin de l'histoire. C'était tout de même assez paradoxal, l'issue semblait être donnée, et pourtant, même si elle ne dépendait que des deux Aiglons, elle n'était pas en accord avec leur état d'esprit actuel. Katy n'osait toujours pas lever sa tête. La main de son petit ami vint se poser délicatement sur sa joue, et la Serdaigle sentit une légère pression qui redressa doucement sa tête. Son regard était plongé dans celui du deuxième année, elle ne pouvait plus rien faire hormis affronter cette situation.

« Katy... »

Peter se mordillait la lèvre. Il était très nerveux, et sa main sur la joue de Katy, tremblait à présent. Allait-il avoir le courage d'enfin lui parler ? Il n'y avait pour l'instant aucune réponse, seuls des sanglots se manifestèrent chez le Capitaine des Eclairs. Celui-ci, pour essayer de dissimuler ses larmes s'avança rapidement et enlaça la troisième année. L'Aiglonne fut très étonnée de cette réaction mais ne put se résoudre à faire autre chose que l'accepter. Elle sentait les tremblements de Peter et c'était insupportable. Malgré tous les efforts qu'elle faisait, elle sentait les larmes lui monter aux yeux, et elle n'avait aucun moyen de les arrêter. Le contact de son petit ami ne faisait qu'empirer la situation, car l'Aiglonne savait pertinemment que c'était l'une des dernières fois qu'elle pourrait ainsi le serrer dans ses bras. Toujours contre Katy, le deuxième année prononça assez difficilement la phrase à laquelle tous deux s'attendaient, mais qu'aucun ne réussissait à réellement admettre.

« Je... Je crois que je ne t'aime plus. »

C'était dit, véritablement dit cette fois. La troisième année serra un peu plus fort l'Aiglon dans ses bras un court instant avant de se retirer. Tout comme en arrivant, elle ne le regardait pas. Elle pleurait silencieusement, fixant le sol et décida de s'y asseoir. Katy se sentait terriblement mal, il y avait une sorte de vide, ou une sensation de ce genre qui traversait son cœur. Au fond, oui elle s'attendait à peu près à cette scène, mais entre s'attendre à quelque chose, et le vivre, il y avait une sacrée différence. Inévitablement, elle regardait le Lac et repensait à ce fameux premier baiser. D'autres scènes plus ou moins banales de leur couple repassaient en boucle dans son esprit, et rien, pas même la voix de Peter ne vint interrompre cette torture mentale, à croire que la troisième année aimait se faire du mal toute seule. Ne supportant plus d'assister avec désolation à toutes ces scènes qui se repassaient dans sa tête alors qu'elle regardait le Lac, elle plongea sa tête dans ses bras. Elle essuya ses larmes, et sans se retourner vers Peter, elle peina à articuler sa réponse.

« Je crois que... Moi non plus. Plus comme avant en tout cas. »

Elle avait résumé tout son point de vue en quelques mots, car de toute façon, elle ne se sentait pas assez forte pour en dire davantage. La nostalgie de ces moments passés n'empêchait pas Katy de faire la part des choses, et donc de se rendre compte qu'à présent il n'y avait plus de sentiments entre eux. Maintenant restait à savoir pourquoi. Oui, il y avait l'absence, mais pour l'Aiglonne, elle ne pouvait pas être à l'origine de tout cela. Alors quoi ? Elle avait beau retourner cette question dans tous les sens, aucune réponse ne venait. Un « Mais pourquoi ? » vint troubler le silence. Le Serdaigle préféra ne pas se retourner pour ne pas connaître la réaction de Peter. Elle avait l'espoir qu'il aurait une explication à lui donner, au moins pour qu'elle ne reparte pas sans savoir comment ils pouvaient en être arrivés là ; le retour en salle commune serait déjà assez difficile, du moins, pour Katy.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un au revoir cohérent  PV 

"-Mais pourquoi?

Oui, mais pourquoi? Il pensait le savoir, mais comment en être sûr. Il était trop jeune pour ça, il n'avait que 12 ans. Peter ne voulait pas pensé à ça à 12 ans ! Et pourtant, il était déjà tombé amoureux. Et il pensait l'être retombé, de quelqu'un d'autre. Il ne savait plus vraiment où il en était, qui il aimait, qui il pouvait aimé. Il se demandait si il était déjà tombé amoureux. Peut être avait il développé envers Katy une amitié très forte qu'il avait interprété comme de l'amour. Maintenant il s'en rendait compte. Il n'avait jamais eu avec Katy ses frissons qu'il ne comprenait pas, et qui pourtant se manifestaient quand il était avec lui, il n'avait pas eu avec Katy, ces sensations bizarres qu'il avait quand il regardait le visage de l'autre garçon.

Il savait que sa existait, l'homosexualité. Mais il n'aurait jamais pensé la vivre. Son père ne lui avait jamais rien dit à propos de ça. Il ne savait pas comment l'aborder. Était ce grave, était ce mal vu. Pouvait il l'assumer tout simplement ou même donné une réponse à la question de Katy. Il n'en savait rien, il avait peur. Mais il avait confiance en son amie, il se sentait capable de lui dire. Et peut être même l'entière vérité. Il ne savait pas par où commencé alors il se lança.


-Tu sais Katy.. Je sentais que ça ne marchait plus, nous n'avions plus nos moments de complicités comme avant, et je crois que cela viens du fait que nous étions en couple. Peut être que nous sommes fait pour être amis tout simplement. Je ne saurais pas expliqué comment notre relation s'est dégradé, mais c'est le cas.

Il regardait toujours Katy, qui était de dos, elle avait sûrement peur d'affronter son regard. Mais cela était mieux pour le jeune garçon également, pour ce qu'il allait dire.

-Katy, il y a ça et..

Pause. Une boule dans le ventre l’empêchait de dire quoi que ce soit de plus. Rien de ce qu'il avait vécu dans sa vie ne lui permettait de prévoir ce qui allait se passé ensuite.

-Et, je ne sais pas si c'est normal, mais je crois que je préfère les garçons. Enfin je crois que je suis tombé amoureux d'un garçon et.. Et je ne sais plus quoi dire. Je me sens tout drôle.

Il hésita avant de continué mais le fit:


-Je ne me sens pas pareil avec eux, pas comme avec les filles.. C'est dur à expliqué."

Une fois qu'il eu dit ça, il se sentit instantanément mieux, même si une certaine gêne et une peur s'étaient emparé de lui. C'était la première personne à qui il en parlait. Il espérait que ça ne serait pas la dernière.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Un au revoir cohérent  PV 

Les yeux encore rivés sur le Lac, Katy patientait. Il ne fallut que peu de temps avant que la voix de Peter s'élève.

« Tu sais Katy.. Je sentais que ça ne marchait plus, nous n'avions plus nos moments de complicités comme avant, et je crois que cela viens du fait que nous étions en couple. Peut être que nous sommes fait pour être amis tout simplement. Je ne saurais pas expliqué comment notre relation s'est dégradé, mais c'est le cas.
»

Explication banale mais véridique. L'Aiglonne ne comprenait pas ce que le statut de couple avait à voir avec la dégradation de leur relation mais les faits étaient bien là. Tout s'était altéré, et finalement, Peter avait peut-être raison. Peut-être qu'ils étaient faits pour être de bons amis, voire même de très bons, mais que tout s'arrêtait là. D'ailleurs, c'était Peter qui manquerait à Katy, plus que son couple. Depuis le retour du Capitaine des Eclairs tout s'était enchaîné assez rapidement et elle n'avait pas vraiment eu le temps de penser aux conséquences de leur inévitable rupture, mais elle était sûre d'une chose, Peter lui avait manqué lorsqu'il était resté à Londres durant tout ce temps.

« Katy, il y a ça et.. »

Quoi ? Qu'est-ce qu'il y avait d'autre ? Les paroles hésitantes de Peter effrayaient sincèrement l'Aiglonne. Elle pensait avoir déjà eu assez d'annonces pour ce jour, voire même pour cette semaine ou ce mois.

« Et, je ne sais pas si c'est normal, mais je crois que je préfère les garçons. Enfin je crois que je suis tombé amoureux d'un garçon et.. Et je ne sais plus quoi dire. Je me sens tout drôle. »

C'était pour le moins inattendu. Sur ces mots, Katy se retourna. L'étonnement pouvait clairement se lire sur son visage. Alors, oui, elle savait que deux garçons, tout comme deux filles pouvaient s'aimer, mais ce n'était pas quelque chose qu'elle connaissait. Elle en avait vaguement entendu parler en écoutant des discussions d'adultes, mais ce n'était pas quelque chose qu'elle avait vu par elle-même, ce n'était pas une chose à laquelle elle avait réfléchi. Donc le fait que Peter aime un garçon n'était pas anormal ou même bizarre selon elle, c'était juste un peu surprenant, surtout en sachant qu'il venait de passer une année avec une fille.

« Ah... D'accord. Eh bien je te souhaite d'être heureux avec ce garçon. »

Peter allait sans doute trouver cette réponse un peu étrange, pourtant Katy était sincère. Certes, cette rupture lui faisait mal, mais elle était aussi un soulagement. Au moins la relation amoureuse bancale serait peut-être remplacée par une relation amicale plus stable et plus forte.
Et puis en y réfléchissant, c'était peut-être à partir de cela que tout s'était dégradé. C'était une des raisons de l'éloignement progressif de l'Aiglon. La Serdaigle, en comprenant cela, avait maintenant toute l'explication et se sentait moins coupable de la rupture, et donc plus sereine.


« Je ne me sens pas pareil avec eux, pas comme avec les filles.. C'est dur à expliqué. »

On aurait dit que l'Aiglon essayait de se justifier en revenant sur son ressenti, alors qu'il n'avait aucunement besoin de le faire car Katy pouvait le comprendre. Enfin, elle arrivait à comprendre le fait qu'il préfère les garçons, mais pas vraiment ce qu'il pouvait ressentir de si différent.

« Dur à expliquer, et un peu à comprendre aussi. Mais le principal c'est que tu te sentes bien avec la personne que tu aimes. »

Katy regardait encore le jeune garçon se tenant debout. Lui aussi paraissait soulagé d'avoir parlé, et également de s'être fait un minimum comprendre.

Car après tout, aimer un garçon, ou aimer une fille, qu'est-ce que cela pouvait bien changer du moment que les deux personnes s'aimaient vraiment ?

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un au revoir cohérent  PV 


« Ah... D'accord. Eh bien je te souhaite d'être heureux avec ce garçon. »


Heureux? Avec lui ? Faudrait il déjà qu'il soit avec lui, il ne lui avait jamais adressé la parole. Katy semblait croire qu'ils se connaissaient déjà, peut être même croyait qu'ils étaient déjà proche. Si elle pensait cela, alors elle devait sûrement pensé que Peter l'avait trahi. Il ne pouvait pas la laisser croire ça. Il n'était pas comme ça. Il ne voulait pas être comme ça, c'est pourquoi il avait mis fin à cette relation qui de toute façon n'aurait jamais marché sur le long terme. Il voulait clarifier la situation :

Je ne le connais pas. Et pis.. il doit pas être comme moi. J’crois que je suis tout seul.

Tout seul oui. Il ne se sentait pas comme les autres. Il ne se sentait pas proche des autres. Ils avaient tous des envies différentes, des avis divergents du sien. Il ne savait guère si ce sentiment relevai de la prétention ou si il était justifié, mais c’est ainsi qu’il le ressentait. Si seulement il trouvait quelqu’un comme lui. Même Katy avait l’air d’être embarrassée par sa révélation. C’était si grave que ça ? Le garçon ne savait pas si il oserait un jour en reparler.
Il était si mal renseigné sur le sujet. Katy ne semblait pas en savoir plus sur le sujet et le père de Peter ne lui avait jamais rien dit dessus, il aurait du ! C’était à lui de le faire, sans ça, le garçon se sentait complètement perdu.


Dur à expliquer, et un peu à comprendre aussi. Mais le principal c’est que tu te sente bien avec la personne que tu aimes.

Katy ne le souhaitait peut être pas, mais cela fit l’effet d’un coup de marteau au jeune garçon. « Dur à comprendre ». Alors c’était sûr maintenant, ce n’était pas normal. Le garçon aurait voulu aller se cacher, aller dans un endroits isolé et ne plus jamais en sortir . Ces trois mots avaient tellement été choquant pour le garçon qu’il ne relativisa même pas avec le reste de ce qu’avait dit la jeune Serdaigle. Se sentant honteux, le garçon était dans un état de mal être intense. Il croisa les bras et se cambra avant de se tourner dans l’autre sens afin que Katy ne puisse plus le voir de face.
Il ne savait plus comment réagir. Il regardait au loin, toujours cambré, comme pour essayer de paraître plus petit qu’il ne l’était déjà. Il avait la nausée, des haut-le-cœur. Dans une tentative de parler il marmonna sur un ton coupable :


J’le savais, j’suis pas normal...

Puis il se laissa pathétiquement tomber au sol, enroulant ses bras autour de ses genoux avant de poser sa tête sur ceux ci.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Un au revoir cohérent  PV 

Encore une fois, Peter semblait vouloir se justifier. Il était mal à l'aise et très peu confiant. C'était ennuyeux pour l'Aiglonne qui prenait sur elle pour justement éviter ce genre de situation.

« Je ne le connais pas. Et pis.. il doit pas être comme moi. J’crois que je suis tout seul. »

L'Aiglon était donc amoureux d'un garçon qu'il ne connaissait pas, ou presque. C'était étonnant, mais pour autant Katy ne le jugeait pas et cherchait plutôt à le comprendre. Elle était peinée pour le Capitaine des Eclairs qui paraissait perdu, et seul, sans repère. Elle ne l'avait encore jamais vu dans un si triste état depuis qu'ils se fréquentaient, et cherchait à trouver un moyen de l'aider. Malheureusement, ne connaissant pas vraiment le sujet, elle se sentait très mal placée pour pouvoir lui conseiller quoi que ce soit.

Et c'est précisément en voyant la réaction de l'Aiglon à sa réponse qu'elle se fit la remarque qu'elle était bien trop maladroite pour évoquer ce sujet presque inconnu.


« J’le savais, j’suis pas normal... »

« Normal ». C'était un bien grand mot. Ne pas être normal, c'était ne pas rentrer dans les normes imposées par la société. Or d'après Katy, Peter n'avait rien d'un garçon anormal. Bien au contraire, il était un individu parmi bien d'autres, dont la vie personnelle importait peu au final.
Pourtant le deuxième année ne voyait pas tout cela du même œil. Il n'osait plus regarder Katy et s'était tout d'abord cambré, puis courbé jusqu'à ce qu'il soit assis, replié sur lui-même.

La troisième année ne souhaitait que l'aider, mais en remarquant que même les phrases qu'elle avait énoncées de façon bienveillante lui avaient fait du mal, elle préféra réfléchir à deux fois avant de dire quoi que ce soit d'autre. L'Aiglonne privilégia l'action à la parole puisqu'elle se releva et s'assit à nouveau, à côté de Peter cette fois. Elle sentait encore la chaleur des larmes ayant coulé le long de ses joues, et la tristesse qui les accompagnait. La Serdaigle passa son bras derrière l'épaule de son désormais ex petit ami tout en posant sa tête sur l'autre.


« Je ne vois pas pourquoi tu ne serais pas normal, ni pourquoi tu serais tout seul. »

Ses paroles n'avaient pas grand effet sur le pauvre deuxième année, Katy en avait bien conscience. Elle devait trouver autre chose, des mots qui auraient plus de poids.

« Tu te sens peut-être seul dans ta situation mais je peux t'assurer que ce n'est pas le cas. Et puis même si je ne suis certainement pas la personne qui te comprendrait le mieux, je reste là pour toi. »

C'était sans doute un peu mieux. Peter n'avait toujours pas relevé sa tête, ni prononcé un mot. Par conséquent la troisième année n'avait aucun moyen de savoir son discours avait eu un impact positif sur lui, elle devait juste se contenter d'attendre.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...

Un au revoir cohérent  PV 

Il ferma les yeux, et soupira. Un long soupir, très long soupir... Il expira toutes ses inquiétudes pendant un instant. Il voulait juste continuer de sentir Katy contre lui, son bras autour de lui, et sa tête sur son épaule. C'était tellement rassurant, ce contact. Le jeune garçon posa sa tête sur celle de son amie. Il se sentit un peu coupable de lui avoir dit ce qu'il lui avait dit, mais en même temps, il sentait que cela allait avoir un impact bénéfique sur leur relation. Finit de se cacher, finit de s'empêcher, bonjour la vraie amitié.
Les paroles qu'avait prononcées Katy quelques secondes auparavant rassurèrent un peu l'aiglon même si elles ne fermèrent pas entièrement la blessure qu'avait celui ci. Il avait toujours peur de ses sentiments, il ressentait encore un profond mal être, il avait du mal à saisir qui il était, mais grâce à Katy il savait qu'il n'était pas seul.

Il était si jeune, mais avait déjà tellement de questions sur lui même. Il en oubliait presque les autres. Il oubliait ce que pouvait ressentir Katy par exemple, depuis quelques instants déjà on parlait de lui et seulement de lui. L'aiglonne avait toujours tendance à ne pas s'exprimer sur ses émotions, elle les gardait pour sois. Même si le garçon s’inquiétait pour son amie, il n'avait vraiment pas la force de lui parler. Pas aujourd'hui, pas cette semaine, plus tard seulement. C'était sûrement très égoïste, mais Peter n'en avait que faire pour le moment. Il s’intéressait surtout à lui.

Le soir commençait à tombé. Eux d'eux, assis face au lac. Cela rappelait la fois où les deux Serdaigle s'étaient mis ensemble. Triste ironie, mais plutôt belle fin, il fallait avouer que le duo avait inconsciemment un don pour le mélodrame.
Le cœur de l'aiglon battait fort et son stress lui donnait la nausée, il ne pouvait pas rester assis comme ça, il devait bouger, marcher, s'agiter, extérioriser. Se dégageant doucement de Katy, Peter se releva. L'aiglonne resta assis quelques instant avant de se relevé à son tour. Le garçon regarda Katy d'un regard coupable et tendre.


-"Il faut que je dorme, je remonte à la salle commune.


Il chercha quelque chose à ajouter, mais il ne voyait rien, des centaines de phrases bateau lui venait pourtant à l'esprit, mais jamais il se permettrait de dire ce genre de phrases. Etant conscient qu'il ne pouvait pas simplement partir comme ça, l'aiglon rajouta finalement:


-J'te promet, qu'on va s'revoir encore, qu'on va discuter, s'disputer et rire encore. C'est pas fini."


Sur ces mots il s'approcha d'elle et lui fit un bisous sur la joue. Il la regarda droit dans les yeux encore quelques instants. Détourner son regard demandait un réel effort. Puis il réussi, il regarda par terre, se figea deux ou trois secondes avant de partir en direction de Poudlard en trottinant, se répétant encore et encore "C'est pas fini".

FIN

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?