Lac

Inscription
Connexion

Lettres intimes  libre 

« Chère Madison,
J’espère que tu as gagné beaucoup de compétitions et que tu n’oublies pas ta petite sœur préférée. J’ai été répartie à Serpentard, Alyssa ne m’a même pas adressé un seul regard pendant la répartition, mais de toute manière ce n’est pas comme si je m’attendais à ce qu’elle m’adresse un regard. Je n’ai pas trop fait connaissance avec les gens de ma maison pour le moment et je…
 »

Ebony était assise sur un rocher les coudes sur les genoux, son matériel d’écriture à côté. Elle regardait dans le vide, se demandant ce que Madison pouvait bien faire en ce moment même de l’autre côté de la planète. Est-ce qu’elle allait bien ? Avait-elle rencontré des gens ? Elle n’en avait absolument aucune idée. Trois mois après son départ, un hibou était arrivé avec une lettre que seul son grand-père avait pu lire. Jamais elle n’avait pu mettre la main dessus et la seule information qui lui avait été transmise du haut de ses neuf ans était que Madison était en Australie et qu’elle allait bien.

Depuis qu’elle était arrivée à Poudlard, elle n’avait croisé Alyssa, son autre grande sœur, qu’une seule fois et cela l’arrangeait bien. La petite fille avait pour habitude de lancer des piques à la benjamine de la famille, mais depuis son arrivée dans l’école, elle n’en avait pas eu le courage. Elle s’était jetée corps et âme dans ses devoirs afin d’être première de sa promotion, ce qui pour le moment était plutôt réussi. Quand elle ne travaillait pas – elle n’était pas non plus à Serdaigle ne l’oublions pas – elle venait souvent s’asseoir sur un rocher regarder les reflets du soleil sur le lac ou les gouttes d’eau provoquant des ridules sur le lac. Elle venait ici tous les jours et écrivait une lettre la plupart du temps. Elle ne l’avouerait jamais à personne, mais le fait de raconter ses journées à sa grande sœur était comme écrire un journal intime au final.

Si elle venait s’isoler c’était pour garder sa réputation intacte. Elle n’était rentrée dans l’école de sorcellerie que depuis quelques jours, mais les élèves de son âge avaient tous déjà compris qu’il valait mieux la laisser tranquille. Le premier jour, une élève de Gryffondor assise derrière elle pouffait avec sa voisine parce qu’Ebony était assise seule à sa table. La petite Serpentard s’était contentée de se retourner et de lui jeter un regard noir dont elle seule avait le secret. Satisfaite elle s’était alors replongée dans le cours avec un petit rictus sur les lèvres. Sa camarade n’avait plus pipé mot de tout le cours de Sortilèges.

La jeune australienne souhaitait garder sa réputation de personne froide afin que personne ne vienne l’embêter. C’est pour cela que quand elle écrivait une lettre pour sa sœur ou qu’elle avait besoin de réfléchir, elle préférait s’isoler. Ce rocher était son petit coin à elle, elle y avait même gravé ses initiales. E.B.

En soupirant, la Serpentard reprit son parchemin et sa plume, reprenant une position un peu plus digne. Elle barra sa dernière phrase qui n’avait que peu d’intérêt selon elle et reprit en marmonnant.

« Je suis bien contente d’être à Serpentard. Beaucoup de gens ont des aprioris sur cette maison, mais je trouve que les personnes de ma maison savent être discrets. Personne ou presque ne vient te poser une question s’il voit que tu ne veux pas parler. On respecte le silence des autres et c’est vraiment quelque chose que j’apprécie. »

Sans y faire particulièrement attention, Ebony commença à mâchonner sa plume en réfléchissant à ce qu’elle pourrait rajouter pour aujourd’hui.
Dernière modification par Ebony Blackburn le 16 janvier 2018, 21 h 04, modifié 1 fois.

Lettres intimes  libre 

Helen avait l'habitude qu'après les cours, si elle n'avait pas de devoir, qu'elle aille se promener vers le lac. Passionnée de natation ainsi que de l'eau elle-même, la jeune Serpy adorait d'attarder vers les reflets de l'eau, s'installer sur un rocher, et savourer le plaisir de l'eau fraîche sur ses doigts fins. Donc, comme à son habitude, la jeune fille arriva au lac. Après un léger examen, elle ne repéra personne, et continua à marcher jusqu'à trouver un rocher un peu creux, où elle pourrait s'installer confortablement. Elle enleva ses chaussures, ses chaussettes, et les glissa sous les rochers, à côté de ses affaires de cours. Elle se dirigea vers l'eau, et trempa ses pieds dans l'eau du lac. Un soupir de soulagement lui échappa, et elle profitait de ce moment de détente et de plénitude intense. Chez elle, à Londres, elle allait deux fois par semaine à la piscine, où elle prenait des cours de natation, et le reste du temps, elle passait ses soirées dans la piscine de sa maison de la banlieue de Londres. Mais l'eau d'ici n'était pas comme celle de Londres. Celle-ci avait un côté magique, qui avait le pouvoir de détendre Helen comme personne d'autre ne pouvait le faire. Perdue dans ses pensées, Helen faillit ne pas entendre le bruissement de feuille de parchemin se fit entendre vers sa droite. La jeune fille tourna la tête d'un coup, et chercha la provenance de ce bruit. Elle le vit, ou plutôt elle LA vit, assise sur une pierre, un peu plus loin. La Serpentarde sortit alors de l'eau, et s'approcha légèrement de la mystérieuse fille. Lorsqu'elle fut à peu près à cinq mètres d'elle, elle remarqua le blason de Serpentard cousu sur sa veste. Alors, elle se rapprocha encore un peu plus, et décida de commencer à se présenter. Après tout, c'était elle qui s'était approchée.

"Bonjour, je m'appelle Helen Smith, je suis à Serpentard comme toi. Je suis désolée de te déranger mais je pensais que j'étais seule de ce côté-là du lac, et je t'ai vu donc je me suis dit qu'on pourrais peut-être faire connaissance ?"


Tout en parlant, la Serpy avait remarqué un paquet de papier à lettres calé sur ses genoux, ainsi que du matériel d'écriture installé sur un rocher à côté d'elle. *Est-elle en train d'écrire une lettre ?* , se demanda la jeune fille.

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.

Lettres intimes  libre 

Ebony était tellement concentrée sur ses réflexions qu’elle ne fit pas attention à la fille qui s’était approchée avant que celle-ci ne lui parle. Quand elle se rendit compte de sa présence, elle la toisa de haut en bas, la scannant pour découvrir le plus de détails sur elle. La jeune Blackburn l’avait déjà aperçue dans la salle commune de Serpentard mais elle ne la connaissait pas plus que cela. Elle n’avait aucune raison d’avoir un quelconque apriori sur sa camarade, mais elle n’aimait pas trop le fait que celle-ci soit venue la déranger. Avait-elle envoyé un signal d’alerte ? Avait-elle ne serait-ce que demandé de la compagnie ? Non. Et c’était bien pour une raison. La brunette continua de la toiser pendant quelques instants, fronçant légèrement les sourcils avant de répondre.

« Je sais que tu es à Serpentard. »

Bien qu’Ebony n’ait encore parlé à personne sans nécessité dans le château, elle avait pris le temps d’observer ses camarades et principalement les élèves de Serpentard, sans oublier de laisser traîner ses oreilles un peu partout. Ainsi, elle avait entendu qu’un de leurs préfets était très proche d’une certaine Gryffondor. Cette rumeur, Ebony n’en avait au final que cure, elle était encore loin de penser à des histoires d’amour ne voulant même pas tisser de lien amical avec les autres élèves. Mais cela pouvait toujours être une information à échanger contre quelques chocogrenouilles alors elle gardait cela sous la main. Bref, tout cela pour dire que la fillette savait qu’elle était face à une élève de sa maison et elle n’allait certainement pas faire d’effort pour faire connaissance. Elle reprit donc sa plume et son parchemin pour ajouter une petite phrase à l’attention de sa sœur. Puis, sans même jeter un coup d’œil à la dénommée Helen, elle ajouta :

« Ebony. »

La petite fille espérait qu’après qu’elle se soit présentée avec son simple prénom, son interlocutrice partirait la laissant terminer sa lettre, mais rien n’était moins sûr.

Lettres intimes  libre 

Helen était toujours là, à attendre une réponse de la part d'une de ses camarades, qui, après l'avoir scruté de haut en bas, et griffoné quelque chose sur ce que la jeune fille pensait être une lettre, elle lui lança sans un regard :

"Ebony."

Helen, un peu décontenancée par cette jeune Serpentarde un peu sèche dans ses propos, se souvint l'avoir déjà vu dans la salle commune de sa maison. Elle restait souvent seule, ce que en temps normal comprenait Helen, mais il y avait quelque chose de différent... C'était comme si cette jeune fille, qui semblait vouloir rester seule, avait été poussée par le destin pour se mettre en travers de sa route, dans ce lac où la Serpy aimait tant aller. Malgré ça, Ebony avait l'air dérangé de la présence de Helen à côté d'elle, ce qu'elle comprit presque aussitôt. Gênée, elle essaya de rattraper la conversation qui pour l'instant était désastreuse.

"Hum... Bon... Je vais y aller alors... Je m'excuse de t'avoir dérangé..."

La jeune fille commença à faire demi-tour, quand son vilain défaut de curiosité reprit le dessus. Elle se retourna, leva la tête, et lui demanda :

"Juste une question... C'est une lettre que tu écris ?"

Après ça, elle se rendit compte qu'elle était peut-être aller trop loin et qu'elle était surement indiscrète. Elle se souvenait qu'au début de son entrée dans sa maison, qu'elle était encore toute perdue dans cette grande école, elle avait tout de suite appréciée le caractère discret mais efficace, qui respecte le silence des autres, de sa maison. A ce moment, Helen se rendait compte qu'elle venait de violer ces règles qu'elles respectaient par dessus tout. Alors, elle se mit à rougir en sentant une grande gêne s'installer.

"Excuse moi, je ne voulais pas être indiscrète... Je... Mais je..."

Elle fut coupée par la réponse d'Ebony.

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.

Lettres intimes  libre 

Lorsque sa camarade proposa de s'en aller, Ebony réprima de justesse en sourire sur ses lèvres. Elle allait enfin se retrouver à nouveau seule comme elle en avait l'habitude. Elle détestait devoir faire ce qu'elle appelait des efforts bien que peu de personnes auraient appelé ce qu'elle avait fait ces deux dernières minutes des efforts. Malheureusement, la dénommée Helen ne s'en alla pas tout de suite et posa même une question vraiment stupide aux yeux de la petite fille. Evidemment qu'elle était en train d'écrire une lettre, ça se voyait quand même. Elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel, sans pour autant porter plus d'attention sur son interlocutrice, elle se contenta de répondre "mmh" avant de se concentrer à nouveau sur son parchemin. 

Après ce petit stratagème, elle avait espéré pouvoir rester enfin seule, mais non, la Serpentard continua en se confondant en excuses. Ne pouvant en supporter plus, la petite fille mit fin à ses paroles avant qu'elle ne finisse.

« Bon, c'est bon, t'as fini? Non parce que j'ai une lettre à écrire moi, comme tu peux le voir. C'est pas que tu me déranges mais un peu, il va bientôt faire nuit et j'aimerais bien finir avant d'être obligée d'être à nouveau coupée dans mon inspiration pour rentrer au château. Maintenant, si tu veux bien m'excuser. »

Sans vérifier si sa camarade l'écoutait enfin maintenant qu'elle lui avait dit très clairement les choses, la petite fille reprit sa lettre.

« Rectification faite, je viens de parler à une fille de ma maison, mais franchement elle est arrivée au mauvais moment pour me parler. Tu me connais, quand quelqu'un me contrarie alors que je suis occupée, je ne lui accorde aucun regard. En même temps, on lui a jamais appris à s'occuper de ses affaires? Est-ce que je lui ai demandé de l'aide? Non. Et je ne suis pas une demoiselle en détresse. Haha.»

Ebony effaça la seconde phrase qu'elle venait d'écrire. Elle avait beaucoup de considération pour Madison et voulait vraiment que sa grande soeur soit fière d'elle. Au fond, la petite fille était méchante et fermée avec les autres pour se protéger, au fond, elle savait qu'elle avait tort de faire ce qu'elle faisait et elle n'avait aucune envie de passer pour une gamine aux yeux de son aînée. Après un soupir, elle effaça carrément tout le paragraphe et décida de continuer sa lettre un peu plus tard quand elle aurait des choses intéressantes à raconter. C'était bien la peine d'avoir fait tout un plat devant Helen. D'un côté elle regrettait son attitude médiocre, sachant qu'elle s'abaissait à des gamineries, mais de l'autre, elle ne voulait pas être amie avec n'importe qui. Son amitié se méritait.

Je suis vraiment désolée d'avoir mis aussi longtemps à répondre... Ce rp est terminé pour moi.

Lettres intimes  libre 

Pas de souci, très bien, donc je vais conclure avec ce rp ;)



La jeune fille qui se trouvait en façe d'elle lui sourit difficilement, avant de lever les yeux au ciel et de murmurer un petit "mmh", en réponse à sa question. Mais Helen pouvait lire dans ses yeux que sa présence la dérangeait au plus haut point. D'ailleurs, elle lui répondit sèchement :

« Bon, c'est bon, t'as fini? Non parce que j'ai une lettre à écrire moi, comme tu peux le voir. C'est pas que tu me déranges mais un peu, il va bientôt faire nuit et j'aimerais bien finir avant d'être obligée d'être à nouveau coupée dans mon inspiration pour rentrer au château. Maintenant, si tu veux bien m'excuser. »

Très déstabilisée, et un peu en colère contre cette jeune fille, Helen la regarda, mais Ebony était à nouveau en train d'écrire sa lettre. Bien sur, la Serpy n'aurait jamais du poser cette question, elle aurait du filer vers le château, ne pas s'arrêter pour parler à cette fille, et elle n'aurait jamais du se trouver dans cette situation, mais quand même ! Au moment où elle allait répondre, elle vit que son interlocutrice gommait tout ce qu'elle était en train d'écrire, et soupira. Helen se lança alors :

" Je m'excuse de t'avoir dérangé, et c'est vrai que je suis un peu curieuse de nature, et c'est un défaut. Je n'espérais pas de déranger, et te "couper dans ton inspiration". Sur ce, je te souhaite une bonne soirée, et bonne chance pour écrire ta lettre."

Après ces mots, la Serpentarde se retourna, et s'en alla, ses cahiers sous la main, sans laisser à "l'autre" le temps de répondre. En marchant, elle espéra intérieurement que cela n'allait pas créer de tension dans la salle commune de sa maison, car Helen n'aimait pas les disputes, ou les embrouilles, et au contraire, elle les évitait. Mais quand il s'agissait de se défendre, alors là, elle n'hésitait pas une seconde. Tout en réfléchissant, elle se rendit compte qu'elle avait très faim, et qu'une bonne cuisse de poulet avec du velouté de potiron ne serait pas de refus. Après tout, elle avait pas mal d'autres amis et amies dans sa maison, et, comme sa mère lui répétait souvent, on ne peut pas être aimé par tout le monde.

Serpentarde et fière de l'être !
Ecrivaine dans l'âme, et sorcière dans le coeur.