Lac

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Une soirée de feu

Herminie avait senti que quelque chose n'allait pas. Un Franz farceur n'était pas la cause de l'étau qui commençait à lui enserrer le crâne. La fillette avait l'impression de voir au travers d'un tunnel. 

Elle regarda avec la gorge serrée Andrew approcher des Cynospectres. Elle aurait voulu lui hurler que ce n'était pas le moment de leur permettre d'approcher, pas le moment de déclencher une cascade d’événement telle que celle qui se profilait... *qui se profilait ? Mais d'où je sors ça ?*.

Herminie saisit la manche de Gryffs un instant avant que le troisième esprit ne grogne. Elle essaya de le tirer au sol dans un effort désespéré. Mais le garçon ne bougea pas, il tenta même de saisir sa baguette pour le combattre. *Il ne sera pas assez fort* Encore ces pensées d'on ne sait où... La fillette ne réfléchit pas et se plaqua contre son bras dominant pour l'en empêcher. Ce mouvement, qui pouvait sembler complètement idiot, força Gryffs à se jeter au sol avec elle, évitant le grand spectre blanc d'un cheveu. Elle se retrouva coincée par le poids du garçon, et échoua à protéger sa tête. Les yeux écarquillés, elle fixa l'esprit courroucé qui semblait prêt à revenir à la charge. Sa baguette de cerisier restait, inutilisée, dans sa main crispée sur la manche de Gryffs. Elle le sentit tenter de saisir sa baguette, mais c'est celle de la jeune fille qu'il attrapa en premier, l’utilisant magistralement pour repousser la bête. 

Son mouvement de bras permis à la fluette fillette de se libérer un peu plus pour se tourner vers le deuxième chien qui observait toujours Franz d'un œil méfiant. Elle saisit, comme en miroir, la baguette de Gryffs dans son veston pour jeter à son tour d'une voix tendue :

"Lumos !"


Le chien recula encore un peu plus dans la pénombre...

Herminie Peers, 1ère année, Poufsouffle
Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé
Cala-minie Jane

Une soirée de feu

Tout était allé beaucoup trop vite pour toi. Tu avais eu un petit moment d'égarement alors que les Cynospectres étaient apparus et tu étais restée à la fois muette et complètement immobile devant ses apparitions fantomatiques.

Alors que tout le grabuge continuait autour de toi et que chacun y mettaient du sien pour se défendre et faire disparaître les créatures, toi, tu restais toujours sans vie, comme paralysé ou alors, complètement perdue.

Herminie et Gryff étaient à terre. Eden était complétement terrifié. Franz jouait les héros et Andrew … Andrew lui s'était vraiment le plus débile du lot.

Tu te giflas mentalement et enfin, tu réussi à entrer en action :

"Non mais tu es débiles ou quoi !"

Tu te précipitas vers Andrew et passas devant lui sans aucun ménagement, pointant ta baguette direction vers le chien qui lui faisait encore face. Il avait peur de la lumière, c'est bien ça ?

"Lumos Maxima !"

Une vive lueur fit son apparition au bout de ta baguette magique et l'effet fut immédiat. Le chien décampa à toute vitesse jusqu'à ce que tu pointes ta baguette vers les deux autres afin de les faire fuir également.

La solution avait été radicale, mais pour le moins efficace, mais elle n'était pas fini pour autant. Si avec cette lumière vous ne vous étiez pas fait remarqué, c'était le pompon, mais il y avait pire que ça encore.
Furibonde, tu te retournas vers Andrew, le regard noir et t'avança vers lui, la mine déterminée, le regard revêche. Tu explosas :

"T'es débile ou quoi ! Des Cynospectres ! Ils auraient pu nous tuer ! On était là pour aller voir les dragons ! Pas s'en approcher ! Pas prendre des risques inconsidérés ! Voir des dragons, pas des chiens fantômes ! On n'a pas les compétences pour les apprivoiser !"

De la fumée aurait pu te sortir des oreilles tant tu étais en colère :

"Si aucuns adultes ne débarquent dans les minutes qui suivent avec tout le remue-ménage que l'on à fait c'est qu'on à vraiment de la chance !"

Tu jetas un regard circulaire autour de toi avant de demander, en te calmant un peu :

"Est-ce que tout le monde va bien ?"

Toutes les montagnes peuvent un jour s'effondrer et jamais ne se relever...
1ere Année RP - 4ème Année Devoirs

Une soirée de feu

Ce bruit. Ce rugissement. Ce cri rauque. C'était Franz. Franz Suisei. Cet abruti s'était cru malin de lui faire peur, dans cette sombre forêt.
Forcément, elle était -aussi- en tort, d'avoir sortie à la va vite sa baguette, et d'alerter les autres membres du groupe. Eden voyait sur le visage de Franz cette même peur, voire même affolé devant sa baguette.

« C'est moi, Franz, c'était juste pour rire ! Baisse ta baguette s'il te plait, je ne recommencerai plus promis ! »

La gosse s'exécutait.Sa baguette et son regard baissé, confuse d'avoir autant crié, elle craignait d'avoir ameuté toutes les bestioles de la forêt à leur rencontre. 
Pendant que Franz s'excusait de sa bêtise, la gamine entendait Andrew qui tentait de calmer la situation.

« …. va falloir se faire plus discret si on veut arriver au but de notre excursion ! »

Sentant son cœur qui battait à la chamade, elle s'était elle même fait peur. Alors pour se calmer, elle profitait de ranger sa baguette dans le nœud rose de sa robe. Puis, elle posait ses mains sur ses oreilles, fermait les yeux et se concentrait sur sa respiration.
En faisant tout cela, la gamine n'entendait pas ce que pouvaient dire les autres. 
De même, elle ne pouvait se douter de ce qu'il allait se passer.

Son pouls revenait à la normale, jusqu'à ce qu'elle ressentait une vive lumière près d'elle. Ce qui la forçait à rouvrir ses yeux, et observer ce qu'il se tramait.

Eden n'avait pas tout capté. Mais une chose était sûre, c'est que son poul repartait en vrille. Elle fut face à des Cynospectres. Pour la gosse, elle croyait qu'il s'agissait de chiens fantomes. Seulement, quelques notions lui revenait peu à peu en mémoire (de ce qu'elle avait pu lire dans les grimoires de la bibliothèque).

Rien que par leurs apparences effroyables, elle craignait qu'ils allaient ne faire qu'une bouchée d'elle et de ses amis. Elle souhaitait s'écarter, s'éloigner. Impossible. Ses pieds et ses jambes semblaient être collés. La rouquine ne parvenait pas à bouger.

Comme pétrifiée, la peur au ventre, elle percevait des cries, mais ne distinguait pas parfaitement de qui ou d'où est-ce que cela provenait.La preuve était qu'elle ne bougeait pas d'un sillon. C'était la seule à ne pas avoir ressortie sa baguette, bien trop apeurée. 

*Suis-je morte ? * / *Est-ce que je rêve éveillée ?*,pensait-elle.

Tout se passait tellement vite, qu'Eden ne parvenait pas à suivre ce qu'il se réalisait sous ses yeux. Il suffisait de la regarder. Toute tremblante, grimaçante, et blanche, la rousse était prête à s'évanouir.

Tout d'un coup, elle reconnaissait la voix perçante de Cassandre qui ramenait l'ordre.

« Lumos Maxima ! »

La gamine pouvait -seulement- tourner son regard en direction de cette fille, si courageuse. Elle s'exprimait avec une telle conviction cette formule, qu'une forte lumière apparaissait, et immergeait dans tout le périmètre. Ainsi les bestiaux ont déguerpi sans demander leur reste.

*C'était fini ?!* C'était ce qu'elle espérait.

Elle l'entendait disputer les autres membres du groupe, mais elle n'y faisait pas attention.
Gardant son regard posait sur sa sauveuse, qui s'était retournée pour mieux leur faire face. 
Cassandre ajoutait d'un ton plus calme.

"Est-ce que tout le monde va bien ?"

C'était rassurant d'entendre sa voix, ce qui n'empêchait pas pour son petit cœur de continuer de jouer un vif tempo. Ses mains plaquaient sur sa poitrine, comme pour vouloir cesser ce concerto en elle, la rouquine tentait de prendre une grande inspiration.

Le hic était qu'au moment où elle ouvrait grand la bouche pour inspirer, qu'une étrange forme approchait non loin d'eux. Plus particulièrement derrière Cassandre, une ombre étrange s'approchait d'elle. Eden voulait crier ou exprimer un quelconque mot.

Les yeux écarquillés, de nouveaux tremblante, elle se laissait tomber vers le sol, tendant le doigt en direction de cette chose -au départ- informe.

C'était sûrement dû à son imagination, et tout le stress et peur qu'elle sécrétait. Mais elle percevait quelque chose de mauvais, d'étrange derrière cette pauvre Cassandre.

... //... Si vous ne croyez pas en la magie. Vous ne la trouverez jamais. ...//...
~Le but de la magie, c'est d'amener le doute au réel ~
"La magie de l'amitié se complète grâce à la joie, la maladresse et la gourmandise !"

Une soirée de feu

Les musiques et les rires du nouvel an chinois parvenaient jusqu'aux oreille d'Isabel Almeida. Cette fête en l'honneur de la délégation de Zhuangyán était une réussite. La jeune femme avait passé quelques instants à observer les décorations qui prenaient toute leur valeur à la nuit tombée. Elle avait goûté quelques mets asiatiques, discuté vaguement avec des collègues. Mais son esprit et son intérêt étaient ailleurs.
Les Dragons des chinois constituaient en effet la principale source de curiosité de la jeune femme qui passait depuis plusieurs jours la plupart de son temps libre auprès de Hagrid afin de prendre soin de ces fabuleuses créatures. C'est pourquoi Isabel s'était rapidement éclipsée de la fête afin de retourner auprès des Dragons, curieuse d'en apprendre davantage à leur sujet.

C'est à cette occasion que la sous-directrice entendit un peu plus loin en direction du lac plusieurs cris retentir jusqu'à ses oreilles. Reconnaissant là des cris enfantins, Isabel fronça les sourcils. La fête se déroulait bien plus loin dans le parc. Qu'est-ce que des élèves faisaient ici ? En pleine nuit, alors que tout le reste du château ou presque se trouvait dans le parc ?
La jeune femme claqua sa langue contre son palais dans un signe d’énervement, sortit sa baguette d'une des nombreuses poches qui couvraient la face interne de sa cape d'hiver, et se dirigea vers les cris à grands pas.

Elle n'eut pas longtemps à parcourir avant d'entendre de nouvelles voix, beaucoup plus fortes.

« Lumos Maxima ! »

Isabel perçut entre quelques arbres des éclaires de lumière surgir, ainsi que quelques silhouettes d'enfants. Accélérant son allure, elle arriva à leur hauteur tandis qu'au loin des Cynospectres disparaissaient dans les fourrés.
La jeune femme se tenait derrière fillette qui avait encore sa baguette à la main. Non loin d'elle, une autre gamine aux couleurs de Poufsouffle regardait dans la direction d'Isabel, les yeux grand ouverts par la peur.

« Qu'est-ce que vous faites ici ? »

L'enseignante avait parlé d'une voix forte et sèche, tiraillée entre la colère et l'appréhension de voir des élèves aussi jeunes arpenter les frontières de l'école seuls et en pleine nuit.
Tandis que les visages des enfants se tournaient vers elle, Isabel les dévisagea un par un. Elle avait face à elle pas moins de six élèves, chacun arborant les couleurs de la maison Poufsouffle. Ce détail déçu grandement la jeune femme qui avait été Directrice de cette maison quelques années auparavant.

« Vous n'avez aucun droit d'être ici. Aucun. » ajouta-t-elle les sourcils froncés.

Professeur de Soins aux Créatures Magiques.

Une soirée de feu

Glups, visiblement ils étaient prit la main dans le sac. Apparut alors un dilemme pour Gryffs, jouer les doux innocents ou envoyer un bon gros obscuro sur le professeur en criant "COURREZ". L'idée fit quelques tours dans sa tête. Puis pour une étrange raison il jugea plus sage de faire preuve de diplomatie. 

"Pro... professeur, la voix chevrotante à souhait , mais quel acteur ! En fait c'est pas de notre faute, on... on nous avait dit que on... on avait le droit d'aller voir les dragons et... et après on nous à montrer la direction et puis on s'est perdu." Quelques sanglots ravalés de plus et il fut persuadé d'avoir touché la sous directrice. Il se releva feignant l'air pataud, et ajouta.
"C'était interdit ? On nous a donc mentit ! Mais peut être que vous pourriez nous les montrer vous professeur non ?" Alors la ou ça passait ou ça cassait. Quel mensonge éhonté ! Si elle découvrait la vérité il allait surement récurer les toilettes pendant quelques soirées.
                       Il aida Minie à se relever. Ils n'avaient pas fait tous ces efforts pour échouer si prêt du but ! Si la punition était inévitable autant qu'elle en vaille la peine. Tout ça c'était la faute de Eden. Avec son cri ridicule c'était elle qui avait attiré les cynospectres ainsi que, probablement, la sous-directrice. 

Une brise glacée vint secoué le petit groupe. La lumière de la lune percait les arbres, Madame Almeida semblait encore plus impressionnante. Finalement il jugea avoir fait le bon choix en évitant de jeter un sort sur un professeur. En tout cas Gryffs espérait bien qu'elle soit indulgente, c'est vrai quoi elle n'allait pas nous faire croire que elle n'avait jamais fait ça étant petite. 

                        Alors, à un bon mile de là, se fit entendre un énorme rugissement. Nul doute que c'était celui d'un bon gros dragon. Il dévisagea la réaction de Madame Almeida. Le visage de leur professeur Semblait doux mal gré l'air dur qu'elle s'octroyait à présent. Encadrant ce visage, des cheveux châtains légèrement foncés. Il faisait si claire que même la différence de ses yeux étaient visiblement. Ils étaient de couleur différente. L'un vert, l'autre bleu. Les deux pupilles semblait presque s'illuminer dans la nuit. Elle semblait se terrer dans un profond mutisme. Peut être décidait elle actuellement de leur sort? A ces yeux sa ne s'annonçait pas bon. Gryffs zieuta ses comparses. Minie semblait encore avoir du mal à se remettre des événements. Franz était euuuuuh comme d'habitude. Cassandre encore rouge de colère lui tournait de trois quart le dos. Andrew lui semblait légèrement choqué par l'agressivité de cette dernière. Eden quant à elle semblait pétrifié de stupeur. Si la situation n'avait pas été aussi tendu Gryffs aurait éclaté de rire.

Amicalement votre, Sorrow

"Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé"

Une soirée de feu

Tout c'était passé très vite d'abord les cynospectres qui avaient finis par les attaquer, certains de ses amis soit pétrifiés de peur soit combattant les animaux à coup de "Lumos"ce qui les fit finalement fuir, puis la soufflante qu'Andrew reçu de la part de Cassandre (celle-là il ne risquai pas de l'oublier) et maintenant c'était Miss Almeida qui débarquait et interrogeait le groupe sur leur présence dans cet endroit où ils n'avaient absolument aucune raison d'être ! Le jeune homme était à la fois terrifié par Cassandre, mais également par les ennuis qu'il pourrait récolter après cette escapadenocturne bien que très excitante mais surtout interdite ! ça ne devait pas se passer comme ça, on aurait du trouver directement les dragons rester un peu et rentrer sans que personne ne s'aperçoive de notre absence se répétait Andrew. Tandis que certains se relevait et que d'autres restaient toujours pétrifiés de peur c'est Gryffs qui prit la parole pour répondre à la sous-directrice : 

"Pro... professeur, En fait c'est pas de notre faute, on... on nous avait dit que on... on avait le droit d'aller voir les dragons et... et après on nous à montré la direction et puis on s'est perdu. C'était interdit ? On nous a donc mentit ! Mais peut être que vous pourriez nous les montrer vous professeur non ?"

Woaw pensa Andrew il joue très bien la comédie mais que culot ! Maintenant c'était soit la petite troupe allait encore plus s'attirer des représailles soit ils allaient échapper à toute punition ! Andrew angoissait de la réponse de leur supérieure, allait-il devoir récurer les toilettes du château ou allait-il arriver au but de cette escapade, et pouvoir approcher les dragons tant désirés ?

“Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voulais être quand je serais grand. J'ai répondu "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie.”
John Lennon

Une soirée de feu

Herminie se laissa retomber et se roula en boule sur le sol quand la voix de Cassandre retentit. De soulagement, mais aussi pour se recentrer sur le moment présent... Et éviter de fondre en larme de soulagement. Elle resta comme ça seulement quelques secondes, pas de quoi inquiéter ses camarades... Quand la main de Gryffs tâtonna dans le noir pour la faire se relever, elle souffla un bon coup et se rassit. Elle essuya quelque larmes traîtresses avec le creux de son coude, puis saisit la main du garçon pour se relever. La fillette força ses jambes à cesser de trembler, et releva enfin la tête pour regarder ses camarades. 

Tout le monde était plus ou moins sain et sauf, sans doute choqué, comme elle ? Sans parler d'Andrew, qui s'était pris une soufflante de la part de Cassandre. Il avait certainement sa part de responsabilité dans cet horrible épisode... Elle n'avait toujours pas lâché Gryffs, d'ailleurs. Mais ça lui faisait se sentir mieux. 

Quand l'adulte surgit de la pénombre derrière Cassandre, Herminie sentit ses boyaux faire le grand huit. Une réaction instinctive, héritée de l'enfance pas si lointaine, qui traversa le brouillard de peur et de choc dans laquelle la petite fille s'était enfermée. La femme qui venait d'apparaître était une professeur, Herminie la reconnaissait. Étrangement, cette figure d'autorité fut ce qui lui permit de se calmer complètement. Elle lui faisait confiance, et malgré ses paroles pleines de reproches, Herminie n'était pas si inquiète qu'on aurait pu le croire. Elle avait plus peur pour la sécurité de ses camarades que pour leur amour-propre. 

Herminie lâcha Gryffs, et se campa sur ses pieds à ses côtés. Mieux valait une remontrance que de continuer seuls dans le noir avec les deux malades des bestioles. Elle n'osait même pas imaginer ce qu'ils pourraient faire en face de vrais dragons. 

Mais Gryffs décida à ce moment là de lâcher le genre de truc improbable que lui seul pouvait concocter. Herminie s'interdit de bouger un muscle. Ce n'était pas parce qu'elle trouvait ce qu'il avait dit complètement idiot qu'elle allait faire sauter leur couverture. *Advienne que pourra*, pensa-t-elle. 

Herminie Peers, 1ère année, Poufsouffle
Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé
Cala-minie Jane

Une soirée de feu

Ton sang se glaça au moment même ou la professeur vous interpella. N'osant plus bouger d'un centimètre, tu restas figée sur place, telle une statue alors que les autres semblaient eux aussi en proie à un nouveau sentiment. Une nouvelle fois, la voix de la sous-directrice s'éleva dans la pénombre et tu fus incapable de réagir ou de dire quoi que ce soit face à cette dernière.

Par chance (ou pas) Gryff, fut le seul à réagir et à parler. Si la situation n'avait pas été aussi dramatique, tu aurais lancé un sortilège de mutisme sur ce dernier tant ses explications sonnaient de façon fausse. Voilà qui allait aggraver encore plus votre situation. Tu lui lanças un regard terrifié tout en te retenant de ne pas te taper le front avec la main sous la lassitude qui t'envahissait.

Si la prof pratiquée la legilimancie, vous étiez mort… Voir même plus que mort. Intérieurement, tu croisas les doigts pour que ça ne soit pas le cas tout en te mordant la lèvre sans rien dire.

Doucement, tu te déplaces jusqu'à tes camarades en baissant les yeux jusqu'à faire face à la professeur, attendant son verdict quant à la péripétie que vous veniez de tenter. Nul doute possible par contre sur la finalité de cette histoire. Vous alliez passer un mauvais moment en sa compagnie.

J'ai fait mieux comme rp XD

Toutes les montagnes peuvent un jour s'effondrer et jamais ne se relever...
1ere Année RP - 4ème Année Devoirs

Une soirée de feu

Les fesses au sol, toujours tétanisée de peur, la forme qui se dessinait sous ses yeux lui faisait peu à peu comprendre que son imagination s'amusait à lui jouer des tours. 

Il ne s'agissait pas d'un monstre tout droit sortie de ses cauchemars, ou même d'un centaure qu'elle vu son apparence mystique. L'apparence humanoïde se laissait un peu plus entrevoir, avec une voix légèrement stricte sans forcément emplie de colère.
Le visage mûre, des cheveux bruns, des lèvres pincées, des yeux fins, cette personne en imposée par son charisme.

Un étrange souvenir lié à la rentrée, lui faisait rappeler ce nom de cette étrange femme. Eden se souvenait de l'avoir vu dans une longue robe rouge, quelque chose comme ça. La rentrée était bien loin, derrière elle. Beaucoup d'autres événements avaient déjà pris place dans sa petite tête.
Pourtant, le visage de cette femme, bien que celui-ci les dévisager pour leur mauvaise action ; la rouquine ne pouvait s'empêcher de continuer à détailler son visage et à rechercher son identité. Jusqu'à ce qu'un « flashback » fait surface, en l'entendant s'exprimer.

« Qu'est-ce que vous faites ici ? »

Sa voix. C'était ca la clé ! Sa voix ! C'est ce qui venait de lui permettre de se souvenir d'elle.
Seulement, en voulant dire son nom, aucun mot ne sortait.

Eden restait toujours tremblante. Le bras toujours tendu en sa direction, comme si elle venait d'être pétrifiée sous le regard de cette femme. Qui n'était autre que Madame Almeida : la Sous-Directrice de Poudlard et la Professeur des Soins aux Créatures Magiques.

La gamine tentait de marmonner quelque chose. Rien. Rien ne voulait sortir. Ses lèvres bougeait, seulement aucun son ne voulait se faire entendre.

Jusqu'à ce qu'une fripouille décide de pointer le bout de son nez : Gryffs. 
A l'entendre, il semblait jouer une étrange comédie. Tentait-il de sortir les violons ? D'amadouer la professeur qui a certainement vu une meilleure pièce que celle-ci ?

Eden n'osait pas le réprimander. Elle restait là, à écouter ce qu'il disait. 
Comme ce que faisait les autres, en les observant.
Dans cette situation, elle devrait, elle aussi, se montrer triste. 

En y repensant n'était autre que de la faute de ce Franz. S'il n'avait pas commencé à lui faire peur. S'il n'avait pas imiter un seul bruit, elle n'aurait pas crier. Si elle n'avait pas crier, elle n'aurait certainement pas attirer ces chiens fantômes. Seulement, tout était de sa faute, quoique l'on puisse en dire.

La rouquine voyait que, même Cassandre ne réagissait pas aux dires et gestes de Gryffs, qui pourrait devenir un formidable comédien, si son idée venait à fonctionner. Cassandre et le reste de la bande, le suivait.

Que devait-elle faire ? Attendre en restant en silence, la tête baissée ?
Ou fuir ? Fuir, ce serait une bonne solution ? Mais où ? Et Comment ?

*Impossible. Mauvaise idée. Pas bon, pas bon. Qu'est-ce que je dois faire ?!* En se triturant la tête.

Plaquant ses mains sur la tête, d'un air presque désespérée, Eden ne savait -toujours- pas comment réagir ou quoi dire.

La gamine commençait à imaginer différentes versions sur ce que ses parents aller en penser. Ce qu'elle allait risquer. La punition (ou les punitions) qu'elle allait subir de leur part, en plus de celle de la Sous-Directrice ou même de leur Directeur de Maison.

Ce n'était pas bon. Pas bon du tout !

Néanmoins, tous attendaient la réponse, le jugement qu'allait porter Madame Almeida. 

Tous en silence, certains portant un regard dans le coin en direction de Gryffs, d'autres vers le sol, et Eden à la fois vers le sol et cette femme auquel elle préférait que ce ne soit qu'une simple chimère.

Etant le dernier poste, vous pouvez désormais répondre Mme Almeida. :)

... //... Si vous ne croyez pas en la magie. Vous ne la trouverez jamais. ...//...
~Le but de la magie, c'est d'amener le doute au réel ~
"La magie de l'amitié se complète grâce à la joie, la maladresse et la gourmandise !"

Une soirée de feu

Si chacun des jeunes élèves sembla garder le silence, ce ne fut pas le cas d'un garçon qui, d'une voix tremblante, répondit à Isabel. La jeune femme le jaugea d'un œil suspicieux, écoutant d'une oreille ses explications tout en surveillant les alentours. Elle n'avait qu'une envie, ramener ces enfants dans un lieu plus sûr.

" Tous les adultes avaient pour consigne de ne pas laisser d'élèves s'éloigner de la fête. Je ne sais pas qui est ce on dont vous parlez, mais il n'était visiblement pas de bon conseil... Il serait judicieux à l'avenir de demander l'autorisation aux bonnes personnes."

Baguette toujours en main, Isabel tourna la tête en direction de la fête. D'ici, seules quelques lumières qui éclairaient le ciel de Poudlard leur étaient visibles. La musique et des cris d'enthousiasme parvenaient également à leurs oreilles. La fête battait son plein, mais cela n'allait pas durer, car la soirée était déjà bien avancée. La jeune femme reporta son attention vers le groupe de Poufsouffle et les regarda un par un avant de s'arrêter sur le garçon qui avait osé prendre la parole.

"Vous aurez tout le temps cette année de pouvoir venir observer ces Dragons. En plein jour, ajouta Isabel d'une voix entendue. Ce n'est certainement pas le moment pour ça."

Le ton de l'enseignante de laissait place à aucune objection. Elle-même devait mettre un terme à son observation nocturne, ce qui la contrariait un peu. Mais il était hors de question que ces enfants, qui s'étaient déjà suffisamment mis en danger, continuent leur recherche, même avec elle. Surtout qu'il lui semblait bien étrange que quelqu'un leur ait dit qu'ils pouvaient s'aventurer seuls dans les profondeurs du parc en pleine nuit. 
Isabel tendit son bras vers les élèves, leur indiquant d'un mouvement de la main de se rassembler vers elle et de prendre la direction du château. Elle les laissa passer chacun leur tour devant elle et referma la marche après avoir jeté un dernier coup d’œil vers l'endroit où elle avait vu s'enfuit les Cynospectres. Rassurée par le silence nocturne, Isabel emboîta le pas aux enfants, s'assurant qu'aucun ne change de direction.

Professeur de Soins aux Créatures Magiques.
  Retour   Répondre