Lac

Inscription
Connexion

"Il était une fois..."  Libre 

Elle s'ennuyait.... Véritablement ! Et même si le lac était magnifique à cette période de l'année, même s'il faisait bon, que l'air portait une odeur de fleur, Cassiopée n'était ici que parce qu'elle s’ennuyait ! Aldrienne et Lahira faisaient leurs devoirs -chose qu'elle avait déjà faite-, Douglass ne faisait que louanger une troisième année -qui s'appelait Léïla- depuis que cette dernière lui avait montré la salle de sortilège (à croire qu'il était amoureux !), et tous les autres étaient introuvables... Même Franz ! Bon, elle ne se faisait pas d’illusions, il était surement terré au fond de sa salle commune à boulotter du chocolat, le traître. Quoi qu'il en soit, ses amis avaient tous des plans pour cette journée et "Rester avec Cassy', car c'est mon amie et qu'elle s'ennuie." ne faisait surement pas partie de la liste. Il était où son prince charmant à elle ? Celui qui la délivrerait de cet ennui mortel ?

Cassiopée du se faire à l’évidence : elle n'était pas une princesse et personne ne se dévouerait pour la sauver de son ennui. Finalement -car rester allongée sur le ventre, ça fait mal- la Serpentard se leva et alla se caler contre le tronc d'un arbre. Elle sortit de son sac une feuille et son matériel à dessin et commença à griffonner sur la-dite feuille. Au bout de seulement une dizaine de minutes, un lac et des élèves prenaient vie sur la feuille. À cour de moyens -son matériel servant à mettre en couleurs ses dessins était resté au dortoir- elle se contenta d'une oeuvre en noir et blanc, s'amusant avec les jeux de lumières pour rendre la surface brillante du lac plus étincelante encore qu'en réalité.

Malgré le fait qu'elle ait trouvé que activité, le silence -qu'elle trouvait parfois reposant- était particulièrement pesant, si bien qu'elle se mit à chantonner d'une voix douce une mélodie que lui avait apprise sa mère tout en finissant son dessin.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

"Il était une fois..."  Libre 

Une branche craqua à côté d'elle et Cassiopée tourna la tête pour voir de qui, ou de quoi, il s'agissait. Un première année, il n'avait pas l'air plus âgé qu'elle, s'était arrêté à un mètre et la regardait. Elle rougit comme une tomate et cacha son dessin. Elle bégaya quelque chose d’incompréhensible avant de souffler pour ce calmer et de se décider à parler, une rougeur toujours présente sur ses joues.

"Bonjour.... Cassiopée, c'est mon... Nom ? Et toi ?" 

Elle parla avec une voix douce et ce décida à attendre une réponse avant de partir en courant, de honte. Au bout de quelques secondes de blanc, le silence se fit pesant et elle fit la première chose qui lui passa par la tête : elle signa son dessin et le tendit au garçon.

"Prends-le. Tu peux t’asseoir, si tu veux..."

Elle se décala de quelques centimètre et tapota le sol à côté d'elle en une invitation muette.  

Et bien voilà ! Il suffisait de demander à ce que quelqu'un vous sauve de votre ennui et pouf ! Une personne apparaissait. Ne pas crier victoire trop vite, il n'était pas encore assis et restait debout les bras ballant. Pourtant Cassiopée n'avait pas posé une question trop difficile... À moins que ce soit de sa faute s'il ne répondait pas. En le regardant de plus près elle remarqua qu'il était rouge et qu'il respirait trop fort pour que ce soit naturel. Il faisait du sport ? Probablement... Après tout, de ce qu'elle savait, il fallait être plutôt sportif pour espérer faire du Quidditch, peut-être que c'était pour cela qu'il s’entraînait ? Enfin bon, Cassiopée ne comprenait pas pourquoi tout le monde était si excité juste à l'entente de ce mot. C'était comme du foot mais sur un balais, ça ne changeait pas trop.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

"Il était une fois..."  Libre 

      Une journée claire et chaude, il n'en fallait pas plus pour que Franz remette son travail à plus tard. Il sortit dans le parc et se dirigea vers le lac. Il sentit la légère brise, l'air était un peu humide mais il faisait bon *Un temps idéal pour écouter chanter les oiseaux. Ou peut-être pour observer les poissons du lac* songea-t-il. Il se dirigea alors vers la grande étendue d'eau, dont la bordure était infestée d'élèves profitant du Soleil.

        Il n'aimait pas trop qu'il y ait trop d'élèves, cela l'empêchait de s'adonner à sa rêverie car il devait sans cesse faire attention à ne pas heurter ou écraser quelqu'un... Il entendit alors piailler. Franz s'arrêta net, plongea une main dans sa sacoche et en sortit sa paire de jumelle. Il ne bougea pas pendant quelques minutes, pour repérer d'où venait le bruit, et peut-être même reconnaître l'oiseau en question. *A 300 degrés, direction Nord-Ouest* imagina-t-il. Il s'avança lentement dans cette direction, écouta à nouveau, et repéra l'arbre où se planquait le volatile. Il resta à une dizaine de mètres de là et regarda à travers ses jumelles : "Un simple pinson... Tant pis !" murmura-t-il. Lorsqu'il baissa la tête, il vit, en grossissement fois 10, le visage empourpré de Cassiopée. Elle était avec un jeune homme. Franz ne voulait pas les déranger mais il s'approcha tout de même. A deux mètres d'elle, il l'interpella et lui jeta une plaquette de chocolat au lait : "Tiens!"

        Et sur ce, il partit rapidement vers le lac, se déshabilla tout aussi prestement, sortit son masque de plongée et entra dans l'eau frissonnante.
Dernière modification par Franz Suisei le 19 mars 2018, 15 h 16, modifié 1 fois.

Je ne t'aime pas trop.

"Il était une fois..."  Libre 

Alors que le silence se faisait de plus en plus pesant, Cassiopée reçue une plaquette de chocolat. Elle écarquilla les yeux. Il n'y avait qu'une personne dont l'amour du chocolat égalait le sien. Franz. D'ailleurs celui-ci se déshabilla prestement avant de sauter dans le lac. 

"Franz ! Merci ! Pour un peut, je t'épouserai !"

Se rendant compte de ce qu'elle avait dit, Cassiopée rougit encore plus -ci cela était possible- et s'empressa de rompre le malentendu plus que gênant qu'elle venait de créer. Elle se tourna encore une fois vers le garçon, rougissante.

"Heu.... Ce.... Un ami... Un simple ami !"

Ho mon dieu... C'était tellement gênant ! À peine elle rencontrait quelqu'un qu'elle faisait déjà un faux pas. Elle eut soudainement très envie de rejoindre Franz à l'eau, pas pour nager mais pour se noyer afin d'échapper à sa honte. Au moins, se dit-elle, si le Gryffondor qui était toujours debout décidait qu'elle était trop bizarre et qu'il partait en la laissant seule, elle aurait toujours un ami avec qui passer l'après midi, même si pour ça elle serait obliger d'aller chercher un maillot de bain à son dortoir. 

Elle détacha un carré de chocolat de sa tablette et retendit le dessin vers l'autre personne qui n'avait toujours pas pipé mot en fourrant le morceau de chocolat dans sa bouche avec un plaisir non feint. Merlin ! Ce qu'elle aimait le chocolat !

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

"Il était une fois..."  Libre 

Cassiopée eut un air boudeur alors que son camarade prenait une expression totalement perdue.

"Tu as des problèmes ? Comment t'appelles-tu ?" Le questionna t-elle.

Qui sait ? Peut-être qu'elle pourrait l'aider, après tout, c'était le rôle des uns et des autres d'aider les plus perdus. Son regard s’égara sur Franz qui imitait la baleine en plongeant dans l'eau et eut un petit rire. Elle espéra que l'autre ne le prendrait pas pour lui, elle ne se moquait pas, elle croisa les doigts pour qu'il ne prenne pas son rire pour lui. Déjà qu'il n'était pas très bavard, si il arrêtait totalement de parler car il était vexé, elle aurait beaucoup de mal à continuer la discussion toute seule ! 

Voyant qu'il cherchait ses mots, Cassiopée reposa une question en espérant ne pas le noyer sous ses interrogations.

"Tu aimes le sport ?" Demanda t-elle.

Question idiote, bien sûr qu'il aimait le sport ! Sinon, pourquoi il se torturerait à courir, longtemps qui plus est ? Cassiopée grimaça à l'idée seule de devoir courir ou de devoir rester sur un balais. De toutes manières, elle n'arrivait même pas à tenir sur son balais sans tomber ou se retrouver la tête à l'envers, alors elle avait une bonne raison de ne pas jouer au Quiddtch. Mais elle acceptait que quelqu'un d'autre aime le sport, après tout, si cette personne aimait souffrir de crampes affreuses, c'était son choix !

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

"Il était une fois..."  Libre 

C'était une belle journée et le soleil répandait ses chauds rayons sur tout le château et ses environs.
Lys était dans la salle commune des Serdaigles, assise toute seule sur un fauteuil, en train de lire Vie et habitat des Animaux fantastiques. Elle adorait ce livre, même si elle l'avait déjà lu maintes et maintes fois, car elle se passionnait pour les créatures magiques. Sa grand-mère lui en avait beaucoup parlé et Lys se rappela aussi que sa mère lui avait raconté  qu'elle était tombée sur une étrange créature dans le lac lors de sa scolarité à Poudlard.

En entendant un petit groupe de Serdaigles de troisième année se mettre à parler et à rire bruyamment, Lys ferma son livre et se leva en ayant pris une décision. Au lieu de rester dans cette pièce étouffante à lire un livre qu'elle connaissait par cœur dans le bruit, elle allait partir en exploration comme elle aimait le faire. Elle se dépêcha de monter dans le dortoir des filles et enfila rapidement un maillot de bain sous ses vêtements. Elle redescendit ensuite et quitta l'atmosphère oppressante du château en emportant tout de même le best-seller de Norbert Dragonneau sous son bras car elle ne s'en séparait jamais.

Lys arriva dans le parc où le soleil réchauffait plusieurs élèves et elle se dirigea tout droit vers le lac dont la surface miroitante étincelait et reflétait les arbres qui se trouvaient autour. Elle posa son livre au bord du lac puis ôta ses vêtements et les laissa tomber à côté du manuel. Elle plongea alors dans l'eau avec la ferme intention de découvrir un monde fantastique peuplé de créatures magiques.  

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

       Franz entra dans l'eau sans hésiter. A cette température, la moindre hésitation est fatale pour la volonté. Il nagea donc, aussi rapidement qu'il le put, pendant deux minutes, histoire de se réchauffer. *Quelle chance d'avoir un lac si proche du château !* songea-t-il.

         Il regarda en direction de la berge, même de loin, il vit que Cassiopée rougissait, une fois de plus. Il voulut lui crier : "Tu fais un beau phare vu d'ici !" Mais avec la brise et la distance, elle ne l'aurait pas entendu. Il décida alors de faire la baleine, le dauphin, et toute sorte d'autres animaux marins dans un ballet ridicule. Mais elle ne regardait pas par là... Il devait donc avoir l'air stupide à s'agitait ainsi tout seul dans l'eau. Alors qu'il allait arrêter ses pitreries, il capta enfin son regard et vit son sourire amusé.

*Mission accomplie ! Maintenant, passons à l'exploration !* Il plongea sous l'eau, et vit qu'il ne vit rien en ouvrant les yeux dans ces eaux troublées par la vase ! Il remonta à la surface et se maudit de ne pas avoir pris son masque de plongée en venant à Poudlard... Mais enfin, comment aurait-il pu deviner qu'il y avait un lac à Poudlard?

         Quelque chose lui attira alors le regard. Ou plutôt, quelqu'un attira son regard sur ce quelque chose. Il vit en effet une autre enfant de son âge plonger dans l'eau du lac, et aperçut, à l'endroit où elle avait laissé ses affaires, un livre. Pour l'avoir parcouru des dizaines et des dizaines de fois, il ne pouvait pas se tromper, même en ne voyant que la couverture de loin. C'était l'ouvrage de Norbert Dragonneau.

Sans vraiment y réfléchir, Franz se rapprocha de la jeune fille, et lui dit, assez fort : "Toi aussi tu aimes les animaux fantastiques???"

Je ne t'aime pas trop.

"Il était une fois..."  Libre 

Lys avait plongé dans l'eau fraîche du lac depuis quelques minutes seulement quand elle se retourna en entendant quelqu'un poser une question qui ne pouvait s'adresser qu'à elle. Elle découvrit un garçon qui devait avoir son âge et qu'elle ne connaissait pas. *Pourquoi est-ce que c'est à moi qu'il parle ?* se demanda-t-elle. Elle faillit lui poser la question mais s'aperçut qu'il regardait en direction de ses affaires et elle comprit alors que c'était le manuel sur les animaux fantastiques du célèbre magizoologiste qui l'avait amené à lui poser cette question.

Elle n'était pas vraiment du genre sociable et passait le plus clair de son temps toute seule à lire ou à partir découvrir les merveilles de la nature alors elle était un peu perdue. Elle se contentait de regarder elle aussi son exemplaire du livre de Norbert Dragonneau tout en réfléchissant. Elle n'aimait pas trop être en contact trop longtemps avec d'autres personnes car elle ne savait jamais vraiment quoi dire. Or, dans le cas présent, le garçon qu'elle avait en face d'elle venait de lui parler d'une chose qui la passionnait depuis toujours : les animaux fantastiques. De plus, il attendait une réponse alors Lys se fit violence pour lui en fournir une.

"Oui... et non je n'aime pas... Enfin, ce que je veux dire, c'est que... C'est juste que je n'aime pas simplement les animaux fantastiques. En fait, j'essaye d'expliquer que... et bien je les adore ! Je vais partir à la découverte des créatures magiques de ce lac !!!" répondit-elle du mieux qu'elle pût en s'embrouillant dans ses mots.

Elle préféra ne pas attendre la réaction du garçon à sa désastreuse explication et plongea la tête la première sous l'eau pour rejoindre un monde sous-marin silencieux et peuplé de créatures qu'elle mourait d'envie de découvrir.  
 

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

            La jeune fille que Franz avait interpelé sembla surprise. C'est tout du moins ce qu'il pensa alors que tous deux regardaient en silence l'ouvrage posé sur la berge. Puis, elle lui répondit, quelque chose qu'il ne comprit pas vraiment. Il ne fut pas assez attentif pour savoir si elle aimait ou non les animaux fantastiques... Elle plongea sans crier gare à la fin de sa phrase, peut-être n'avait-il fait que l'ennuyer.
 
        *Je devrais la laisser tranquille. Mais, en même temps, elle pourra peut être me parler de créatures que je ne connais pas !* fantasma Franz, les yeux fixés sur l'endroit occupé quelques instants auparavant, ne laissant plus que d'infimes ondes concentriques s'effaçant peu à peu. Décidé, il entreprit de lui reposer sa question. Un dilemme s'offrit à lui : plonger ou attendre qu'elle remonte. *Elle ne devrait pas rester trop longtemps sous l'eau, autant patienter* se dit-il. Franz avait hérité de son père sa notion du temps, il se perdait vite dans ses pensées et lorsqu'il réintégrait la réalité, il ne savait jamais si une minute ou une heure était passée... Dans ce cas précis, cela ne faisait vraiment pas longtemps, pas même une minute. Mais, comme il ne le sut pas, Franz décida de plonger (au cas où elle se noie). Il ouvrit les yeux, il n'y vit toujours rien... Il se dirigea donc vers l'endroit où elle avait plongé, crut discerner sa silhouette à quelques centimètres de lui.

       "Tu aimes les animaux OooGloupsOooo" Il est difficile de parler sous l'eau... Il put dire le début de sa phrase, inaudible bien entendu, et lorsqu'il reprit sa respiration pour la poursuivre, Franz avala de nombreuses gorgées d'eau vaseuse... Il remonta brusquement à la surface, heurta quelque chose, sûrement la jeune fille, et recracha toute l'eau qu'il avait avalé...
Dernière modification par Franz Suisei le 14 mai 2018, 15 h 38, modifié 1 fois.

Je ne t'aime pas trop.

"Il était une fois..."  Libre 

En plongeant dans l'eau, Lys s'était vite aperçue qu'elle ne voyait pas grand chose avec toute cette eau pleine de vase. Cependant, elle s'était enfoncée un peu plus profondément et elle avait cru apercevoir quelque chose bouger en-dessous d'elle au milieu de la vase. C'était certainement une créature magique ! *C'est extraordinaire ! Je savais que ce lac était parfait pour une exploration !* s'était-elle réjouie.

Lys s'était alors concentrée sur l'aspect de la créature en question et avait remarqué qu'il était assez difficile de la distinguer de la vase de par sa couleur vert-pâle. La seule chose qui lui permettait d'être sûre que c'était bien ce qu'elle pensait était les petites cornes que l'on pouvait voir sur sa tête. D'après ce qu'elle avait lu dans le manuel de Norbert Dragonneau, il n'y avait aucun doute quand au fait qu'il s'agissait bel et bien d'un Strangulot.

Au moment où Lys s'était décidée à s'approcher plus près du Strangulot, en ignorant toute prudence, seulement poussée par une irrépressible curiosité, elle avait senti quelqu'un la heurter avant de remonter à la surface précipitamment. Elle avait tellement été absorbée par l'observation du Strangulot qu'elle ne s'était même pas rendue compte qu'on l'avait suivi. En tout cas, qui que soit l'inconnu, il avait attiré l'attention du Strangulot en la heurtant. Celui-ci fonçait désormais tout droit sur Lys, ses longs doigts fins tendus en avant, prêts à l'étrangler.

Lys s'empressa de remonter à la surface du l'eau le plus vite possible tout en se retournant tout de même de temps à autre pour voir le Strangulot de près car une telle occasion  ne se représenterait sûrement pas. Elle émergea hors des profondeurs du lac et aperçut le garçon de tout à l'heure pas très loin d'elle. C'était certainement lui qui l'avait suivi et, vu la tête qu'il faisait, il avait dû avaler de l'eau et c'était pour ça qu'il était remonté. Finalement, il ne l'avait peut-être pas prise pour une folle...

Lys ne perdit pas de temps à replonger sous l'eau pour voir où était le Strangulot car elle se doutait qu'il allait bientôt arriver à leur hauteur et tenter de les attraper pour ensuite les étrangler, elle et le garçon. Sans réfléchir, elle nagea vers le garçon et le poussa vers le rivage avec précipitation tout en lui disant : "Il faut se dépêcher ! Un Strangulot en a après nous ! Vite !". Ils nagèrent du mieux qu'ils purent en direction des affaires de Lys, atteignirent la berge et sortirent de l'eau.

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

Cassiopée écouta avec intérêt le garçon. Parfois, elle pouvait trouver le sport intéressant quand quelqu'un d'aussi passionné en parlait. Une remarqua attira son attention et elle tourna le regard vers le lac où Franz et une fille nageait comme si leur vie en dépendait. Cassiopée regarda l'eau comme si celle-ci lui disait "Viens avec moi, Cassy'" Elle enleva ses vêtements -dieu merci elle avait mit un maillot de bain et ne sera pas obligé de faire le chemin jusqu'au dortoir pour en mettre un- qu'elle plia soigneusement avant de les ranger dans son sac. Elle attacha ses longs cheveux noirs en un chignon stricte et bien serré et se tourna vers le Gryffondor qui la regardait avec des yeux ronds comme des soucoupes.

"Tu n'as pas de maillot ? Je reste à côté du bord alors, comme ça on peut toujours discuter et je peux me baigner."
    Elle montra un endroit au Gryffondor pour qu'il s'y assoit et que Cassiopée et lui puisse encore discuter et rentra dans l'eau en faisant attention à ne pas glisser. Son collier flottait à la surface de l'eau pendant que sa propriétaire s’allongeait dans le liquide transparent. L'autre était rouge -Cassiopée ne savait toujours pas pourquoi, même elle avait arrêté de rougir- et se triturait nerveusement les mains. Cassiopée laissa échapper un rire clair.
"Je ne vais pas te manger, pas par une si belle journée en tout cas !"

Sa remarque avait pour but de détendre l'atmosphère mais l'autre restait toujours aussi gêné et rougissant.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

"Il était une fois..."  Libre 

       Alors que Franz toussait l'eau qu'il avait ingurgité, il vit la jeune fille remontée à la surface. *Mince, j'ai dû lui faire mal sans faire exprès* se désolait le jeune garçon, tout en continuant à s'étouffer. Mais il fut vite démenti lorsqu'il discerna l'affolement dont elle faisait preuve. Il crut au début qu'elle se précipitait sur lui pour lui rendre la monnaie de sa pièce, mais il l'entendit clairement dire : "Il faut se dépêcher ! Un Strangulot en a après nous ! Vite !"

       La fille le poussa ce qui ne laissa pas le temps à Franz de réfléchir. Alors il la suivit à la nage, il n'était pas bon nageur, mais son endurance lui permit de rejoindre la berge sans trop d'efforts. Une fois sorti de l'eau, il reprit son souffle et s'adressa à la jeune fille : "Un Strangulot? Tu es sûre? Il faut que je vois ça !"
L'excitation prit le pas sur la réflexion et Franz repartit sur le champs dans le lac. Il plongea sous l'eau en espérant voir la créature, mais avec cette vase, c'était peine perdue... Il remonta à la surface au bout d'une ou deux minutes, sachant très bien que le Strangulot avait sûrement rejoint ses fonds aqueux. Il se tourna vers la jeune blonde et, tout en la rejoignant, lui dit : "Il a dû s'enfuir, dommage !"

      Arrivé plus près d'elle, il remarqua ses yeux violets. Un peu surpris, il ne put s'empêcher de demander de manière indélicate : "Euh, les sorciers peuvent avoir les yeux violets?" Se rendant compte que ses paroles sortirent sans son consentement, il tenta de se rattraper : "Je voulais pas être méchant, enfin, je trouve ça joli. Et puis, je peux pas trop critiquer la couleur des yeux !" plaisanta-t-il de manière poussive, tout en songeant à son propre regard. Il s'enfonçait de plus en plus, tentant de changer de sujet, il rajouta, en pointant Cassiopée : "Tu veux du chocolat? Il doit en rester à mon amie qui est là-bas."

Je ne t'aime pas trop.

"Il était une fois..."  Libre 

Alors qu'ils étaient à peine sortis de l'eau, Lys avait entendu le garçon lui dire avec une grande excitation : "Un Strangulot? Tu es sûre? Il faut que je vois ça !". Elle l'avait alors regardé plonger sous l'eau pour tenter d'apercevoir la créature magique avec un certain amusement. Malheureusement pour lui, le Strangulot était retourné à ses préoccupations abyssales. En voyant le jeune garçon revenir vers elle avec un air déçu et en s'exclamant : "Il a dû s'enfuir, dommage !", Lys ne put s'empêcher d'arborer un petit sourire car il avait vraiment l'air d'adorer les animaux fantastiques, tout comme elle.

Tandis que le garçon se tenait à côté d'elle, Lys s'aperçut qu'il l'observait avec surprise et curiosité. *Qu'est-ce que j'ai de si étonnant ? Un Niffleur est perché sur ma tête ?* s'interrogea-t-elle en pensée. Elle ne tarda pourtant pas à en comprendre la raison quand il lui demanda :
"Euh, les sorciers peuvent avoir les yeux violets?". Elle ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir posé cette question car même sa propre mère s'en était étonnée lorsqu'elle était petite avant d'affirmer à qui voulait l'entendre qu'elle avait la fille la plus magnifique du monde. Elle était habituée à ce genre de questions depuis le temps mais ne savait jamais vraiment quoi répondre. De toute façon, avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, le garçon rajouta : "Je voulais pas être méchant, enfin, je trouve ça joli. Et puis, je peux pas trop critiquer la couleur des yeux !". La dernière phrase retint particulièrement l'attention de Lys et elle observa alors à son tour les yeux de son interlocuteur. Il avait des yeux vairons : l'un était bleu et l'autre marron. *C'est original et plutôt joli aussi* se contenta-t-elle de penser car elle n'était vraiment pas douée du tout pour les relations sociales.

En l'entendant changer de sujet et lui proposer de manger du chocolat avec son amie qui se trouvait un peu plus loin, en compagnie d'un autre garçon semblait-il, Lys saisit l'occasion. Elle était d'ordinaire assez solitaire mais pourquoi ne pas tenter une nouvelle expérience ? Après tout, cela ne pouvait pas aussi mal se passer que quand elle avait essayé d'exprimer sa véritable passion pour les animaux fantastiques à... Comment s'appelait-il au fait ? Lys se rendit compte qu'avec tout ce qui s'était passé avec le Strangulot ils ne s'étaient même pas présentés l'un à l'autre. Elle inspira un grand coup et parla d'une voix mal-assurée mais audible tout de même : "Je veux bien... J'accepte d'aller manger du chocolat avec ton amie. Mais sinon c'est quoi ton nom ?".

 

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

Cassiopée rigola et tapa du pied dans l'eau. Elle se gratta le menton, signe qu'elle était plongé dans ses pensées. 

"Si tu as besoins de choses, fais comme moi, demandes à tes parents de t'envoyer plusieurs de tes affaires par hibou."

Elle ne s'avait pas combien de fois elle avait envoyé un hibou en panique à sa mère pour la supplier de lui envoyer des habits ou des livres qu'elle n'avait pas emporté avec elle par manque de place dans sa malle qui pesait déjà 50 kilo... Bon, des fois, ses parents lui avaient envoyé quelque chose qui n'avait rien à voir avec  ce qu'elle avait demandé. Mais c'était quand-même une bonne technique. 

Elle vit Franz la montrer du doigt tandis qu'il parlait avec une fille. Si ça se trouve, il en voulait juste à son chocolat. Le connaissant, ce serait possible. Elle sortit une autre barre de ce met délicieux et en offrit une partie à l'autre. Quand elle y pensait, elle ne connaissait toujours pas le nom du Gryffondor. Elle lui demanda d'ailleurs.

"Sinon, quel est ton nom ?"

Elle avait totalement oublié cette toute petite chose très importante.... Enfin bon, mieux vaut tard que jamais, non ? Et puis, ce n'est pas comme si il allait la dévorer juste car elle avait posé une toute petite et insignifiante question.... Au moins, si elle connaissait son prénom elle pourrait le revoir plus tard.

"Je veux rire à m'en déchirer les abdo's,
Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ado's"
Mascotte Officielle des Crochets d'Argents, laissez passer s'il vous plait.

"Il était une fois..."  Libre 

          "Je veux bien... J'accepte d'aller manger du chocolat avec ton amie. Mais sinon c'est quoi ton nom ?".

        Sauvé ! La jeune fille ne sembla pas relever sa remarque quant à ses yeux ! "Un jour, ça me jouera des tours de penser à haute voix... Encore plus de parler sans penser !" songea Franz tout en répondant à la jeune fille par un soupir de soulagement. Les soupirs peuvent être de nombreuses sortes, celui de l'homme contenté, repus, amoureux, excédé, voire triste ; mais, normalement, ils ne sont pas aussi sonores que celui qu'il venait de lâcher :  "PFIOUUUUUUU" ...

         Franz s'entendit alors, et, un peu paniqué, il fit comme à son habitude, à savoir, déblatérer jusqu'à ce qu'elle oublie son comportement non conventionnel. "Tu aimes les animaux fantastiques? Je suis à Poufsouffle et toi? J'aime surtout les augureys mais je n'en ai jamais vu t'en as vu toi tu l'as depuis combien de temps ton livre de Dragonneau tu sais que les strangulots ont les doigts fragiles mais je pense que j'aimerais pas devoir leur casser tu as des lunettes pour mieux voir sous l'eau dans ce lac euh en fait tu aimes le chocolat aheteuhtut'appellecomment?" palabra-t-il de plus en plus rapidement jusqu'à ne plus avoir de souffle. Il reprit alors une grande inspiration, se rendit compte de l'avoir probablement étouffée sous les questions et rajouta, le souffle court, s'efforçant de sourire : "Franz." .

   

Je ne t'aime pas trop.