Lac

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

"Il était une fois..."  Libre 

       Alors que Franz toussait l'eau qu'il avait ingurgité, il vit la jeune fille remontée à la surface. *Mince, j'ai dû lui faire mal sans faire exprès* se désolait le jeune garçon, tout en continuant à s'étouffer. Mais il fut vite démenti lorsqu'il discerna l'affolement dont elle faisait preuve. Il crut au début qu'elle se précipitait sur lui pour lui rendre la monnaie de sa pièce, mais il l'entendit clairement dire : "Il faut se dépêcher ! Un Strangulot en a après nous ! Vite !"

       La fille le poussa ce qui ne laissa pas le temps à Franz de réfléchir. Alors il la suivit à la nage, il n'était pas bon nageur, mais son endurance lui permit de rejoindre la berge sans trop d'efforts. Une fois sorti de l'eau, il reprit son souffle et s'adressa à la jeune fille : "Un Strangulot? Tu es sûre? Il faut que je vois ça !"
L'excitation prit le pas sur la réflexion et Franz repartit sur le champs dans le lac. Il plongea sous l'eau en espérant voir la créature, mais avec cette vase, c'était peine perdue... Il remonta à la surface au bout d'une ou deux minutes, sachant très bien que le Strangulot avait sûrement rejoint ses fonds aqueux. Il se tourna vers la jeune blonde et, tout en la rejoignant, lui dit : "Il a dû s'enfuir, dommage !"

      Arrivé plus près d'elle, il remarqua ses yeux violets. Un peu surpris, il ne put s'empêcher de demander de manière indélicate : "Euh, les sorciers peuvent avoir les yeux violets?" Se rendant compte que ses paroles sortirent sans son consentement, il tenta de se rattraper : "Je voulais pas être méchant, enfin, je trouve ça joli. Et puis, je peux pas trop critiquer la couleur des yeux !" plaisanta-t-il de manière poussive, tout en songeant à son propre regard. Il s'enfonçait de plus en plus, tentant de changer de sujet, il rajouta, en pointant Cassiopée : "Tu veux du chocolat? Il doit en rester à mon amie qui est là-bas."

Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé !

"Il était une fois..."  Libre 

Alors qu'ils étaient à peine sortis de l'eau, Lys avait entendu le garçon lui dire avec une grande excitation : "Un Strangulot? Tu es sûre? Il faut que je vois ça !". Elle l'avait alors regardé plonger sous l'eau pour tenter d'apercevoir la créature magique avec un certain amusement. Malheureusement pour lui, le Strangulot était retourné à ses préoccupations abyssales. En voyant le jeune garçon revenir vers elle avec un air déçu et en s'exclamant : "Il a dû s'enfuir, dommage !", Lys ne put s'empêcher d'arborer un petit sourire car il avait vraiment l'air d'adorer les animaux fantastiques, tout comme elle.

Tandis que le garçon se tenait à côté d'elle, Lys s'aperçut qu'il l'observait avec surprise et curiosité. *Qu'est-ce que j'ai de si étonnant ? Un Niffleur est perché sur ma tête ?* s'interrogea-t-elle en pensée. Elle ne tarda pourtant pas à en comprendre la raison quand il lui demanda :
"Euh, les sorciers peuvent avoir les yeux violets?". Elle ne pouvait pas lui en vouloir d'avoir posé cette question car même sa propre mère s'en était étonnée lorsqu'elle était petite avant d'affirmer à qui voulait l'entendre qu'elle avait la fille la plus magnifique du monde. Elle était habituée à ce genre de questions depuis le temps mais ne savait jamais vraiment quoi répondre. De toute façon, avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, le garçon rajouta : "Je voulais pas être méchant, enfin, je trouve ça joli. Et puis, je peux pas trop critiquer la couleur des yeux !". La dernière phrase retint particulièrement l'attention de Lys et elle observa alors à son tour les yeux de son interlocuteur. Il avait des yeux vairons : l'un était bleu et l'autre marron. *C'est original et plutôt joli aussi* se contenta-t-elle de penser car elle n'était vraiment pas douée du tout pour les relations sociales.

En l'entendant changer de sujet et lui proposer de manger du chocolat avec son amie qui se trouvait un peu plus loin, en compagnie d'un autre garçon semblait-il, Lys saisit l'occasion. Elle était d'ordinaire assez solitaire mais pourquoi ne pas tenter une nouvelle expérience ? Après tout, cela ne pouvait pas aussi mal se passer que quand elle avait essayé d'exprimer sa véritable passion pour les animaux fantastiques à... Comment s'appelait-il au fait ? Lys se rendit compte qu'avec tout ce qui s'était passé avec le Strangulot ils ne s'étaient même pas présentés l'un à l'autre. Elle inspira un grand coup et parla d'une voix mal-assurée mais audible tout de même : "Je veux bien... J'accepte d'aller manger du chocolat avec ton amie. Mais sinon c'est quoi ton nom ?".

 

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

Cassiopée rigola et tapa du pied dans l'eau. Elle se gratta le menton, signe qu'elle était plongé dans ses pensées. 

"Si tu as besoins de choses, fais comme moi, demandes à tes parents de t'envoyer plusieurs de tes affaires par hibou."

Elle ne s'avait pas combien de fois elle avait envoyé un hibou en panique à sa mère pour la supplier de lui envoyer des habits ou des livres qu'elle n'avait pas emporté avec elle par manque de place dans sa malle qui pesait déjà 50 kilo... Bon, des fois, ses parents lui avaient envoyé quelque chose qui n'avait rien à voir avec  ce qu'elle avait demandé. Mais c'était quand-même une bonne technique. 

Elle vit Franz la montrer du doigt tandis qu'il parlait avec une fille. Si ça se trouve, il en voulait juste à son chocolat. Le connaissant, ce serait possible. Elle sortit une autre barre de ce met délicieux et en offrit une partie à l'autre. Quand elle y pensait, elle ne connaissait toujours pas le nom du Gryffondor. Elle lui demanda d'ailleurs.

"Sinon, quel est ton nom ?"

Elle avait totalement oublié cette toute petite chose très importante.... Enfin bon, mieux vaut tard que jamais, non ? Et puis, ce n'est pas comme si il allait la dévorer juste car elle avait posé une toute petite et insignifiante question.... Au moins, si elle connaissait son prénom elle pourrait le revoir plus tard.

Globe Oculaire
Entre nous, les Gryffons méritent cent fois plus de gagner la coupe.
A moins que ce ne soit l'inverse ? :thinking:

"Il était une fois..."  Libre 

          "Je veux bien... J'accepte d'aller manger du chocolat avec ton amie. Mais sinon c'est quoi ton nom ?".

        Sauvé ! La jeune fille ne sembla pas relever sa remarque quant à ses yeux ! "Un jour, ça me jouera des tours de penser à haute voix... Encore plus de parler sans penser !" songea Franz tout en répondant à la jeune fille par un soupir de soulagement. Les soupirs peuvent être de nombreuses sortes, celui de l'homme contenté, repus, amoureux, excédé, voire triste ; mais, normalement, ils ne sont pas aussi sonores que celui qu'il venait de lâcher :  "PFIOUUUUUUU" ...

         Franz s'entendit alors, et, un peu paniqué, il fit comme à son habitude, à savoir, déblatérer jusqu'à ce qu'elle oublie son comportement non conventionnel. "Tu aimes les animaux fantastiques? Je suis à Poufsouffle et toi? J'aime surtout les augureys mais je n'en ai jamais vu t'en as vu toi tu l'as depuis combien de temps ton livre de Dragonneau tu sais que les strangulots ont les doigts fragiles mais je pense que j'aimerais pas devoir leur casser tu as des lunettes pour mieux voir sous l'eau dans ce lac euh en fait tu aimes le chocolat aheteuhtut'appellecomment?" palabra-t-il de plus en plus rapidement jusqu'à ne plus avoir de souffle. Il reprit alors une grande inspiration, se rendit compte de l'avoir probablement étouffée sous les questions et rajouta, le souffle court, s'efforçant de sourire : "Franz." .

   

Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé !

"Il était une fois..."  Libre 

Lys entendit le garçon lui répondre par un énorme soupir de soulagement, ce qui l'amusa beaucoup. C'était une réaction qui aurait pu paraître exagérée pour de nombreuses personnes mais pas pour Lys. Elle-même ayant un comportement pouvant être assez extrême parfois, et qui ne suivait en aucun cas "les normes", elle comprenait plutôt bien le soupir très sonore du jeune garçon. Elle voulut lui sourire pour lui montrer que tout allait bien mais il semblait plongé dans ses pensées.

Lys jeta un coup d’œil en direction de l'amie du garçon et vit qu'elle avait du chocolat dans la main et qu'elle en offrait à celui avec qui elle parlait. Elle adorait le chocolat et se demandait si la jeune fille accepterait de lui en donner un peu à elle aussi. Peut-être que le jeune garçon qu'elle venait de rencontrer, et avec qui elle partageait pourtant déjà une passion pour les animaux fantastiques, accepterait de plaider en sa faveur auprès de son amie, qui sait ?

Elle se tourna alors à nouveau vers lui mais s'aperçut qu'il paraissait quelque peu affolé et il se mit soudain à parler vite, très vite, très très vite...  Il lui posa tout un tas de questions sur elle et sur ce qu'elle aime, en lui parlant aussi un peu de lui et de créatures magiques au milieu, et tout ça en un temps record ! Lys resta stupéfaite de voir qu'il avait dit tout ça sans s'étouffer à cause du manque d'air et qu'il ajouta même, en reprenant sa respiration et en tentant maladroitement de sourire : "Franz".

Lys ne dit rien pendant un long moment en faisant appel à sa mémoire pour se souvenir de tout ce que lui avait dit Franz. Quand elle fut à peu près sûre d'avoir tout bien marqué dans son esprit, elle lui répondit en s'emmêlant tout de même beaucoup, comme toujours : "J'aime les animaux fantastiques mais c'est plus que ça. Je les aime encore plus que aimer, tu comprends ? J'ai jamais vu d'Augurey mais j'en ai entendu un chanter une fois, c'était magnifique, ou plutôt non, enfin si mais après du coup il s'est mis à beaucoup pleuvoir et c'était encore plus beau parce que j'aime beaucoup la pluie mais j'étais obligée de rentrer et c'était triste et agaçant parce que l'Augurey continuait de chanter comme pour me narguer alors que je devais partir. Sinon, j'ai le livre de Dragonneau depuis que je suis toute petite et ma grand-mère me le lisait avant et depuis je le lis tout le temps et je l'emporte partout où je vais, c'est comme un bras en plus en fait, tu vois ? Oh et j'ai pas de lunettes pour mieux voir dans le lac non mais j'ai déjà cassé des doigts à un Strangulot une fois sans faire exprès. J'adore le chocolat ! Tu crois que ton amie voudra bien m'en passer ? Au fait, je suis à... à Serdaigle je crois, non non c'est sûr ! Mon nom c'est euh... Lys, c'est comme la fleur mais avant c'était pas ça mais maintenant je suis vraiment Lys.".     

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

       *Raté !*, sa fidèle technique consistant à submerger les autres de paroles pour qu'ils ne s'aperçoivent pas de sa maladresse échoua une fois de plus ! Franz chercha dans ses souvenirs si elle avait déjà réussi par le passé, impossible de s'en rappeler. Cela ne pouvait signifier qu'une chose, cela avait déjà marché. *On se souvient forcément quand un truc foire à tous les coups, donc ça fonctionnera la prochaine fois !* se rassura-t-il.

       Le silence s'installant entre les deux enfants devint de plus en plus pesant. Par habitude, Franz commença à regarder en l'air, à la recherche d'un quelconque volatile. Mais il ne put s'empêcher de jeter de discrets coups d’œil vers la jeune Serdaigle, se sentant un peu coupable de les avoir mis dans cette situation un peu gênante. *J'aime bien le silence, mais c'est quand même mieux tout seul.* songea-t-il. Il se souvint de la fois où  il avait accompagné son père pour acheter quelques herbes sur le chemin de traverse. Il portait une blouse blanche de savant moldu, enfin... d'une blancheur tirant au grisâtre, toute rapiécée. Tous les sorciers se retournaient sur lui, le dévisageant avec curiosité et parfois même dédain. Cela gêna énormément Franz, qui voulut à ce moment là être loin de son père... Quand celui-ci s'en rendit compte, il lui dit : "Tu n'as qu'à faire comme s'ils n'étaient pas là !". La voilà, la solution : agir comme si la fillette n'était pas là ! C'est fou comme les souvenirs s'intègrent aux pensées pile au bon moment !

      Cependant, le simple fait de réfléchir à tout cela lui avait déjà donné ce comportement. Il n'eut pas à le mettre plus longtemps en pratique car la demoiselle lui répondait. Elle lui répondait et il ne comprit rien. Tout du moins, sur le moment. Trop surpris qu'il était qu'elle lui réponde, et plus encore, qu'elle lui réponde aussi longuement. "Waouh ! Mais euh, t'as retenu tout ce que j'ai dit ??? Comment tu fais ça ???" laissa-t-il échapper dans un souffle admiratif. Il essaya alors de se remémorer tout ce qu'elle lui avait dit, n'y arriva pas vraiment, mais ne put s'empêcher de tiquer sur quelques détails : "Et tu as vu un augurey et un strangulot ?!? Où ça ? C'est mon rêve ! Tu t'appelais comment avant de t'appeler Lys ?"

Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé !

"Il était une fois..."  Libre 

Tandis que Lys parlait à n'en plus finir, ce qui était extrêmement rare, elle avait de plus en plus de mal à respirer. Elle finit par achever d'embrouiller le Poufsouffle à l'air surpris avec sa très longue réponse et se mit à respirer fort comme si elle venait de courir le tour du lac. Elle était complétement essoufflée d'avoir dit tout ça et elle pensa qu'elle devait renvoyer une bien piètre image d'elle-même. *C'est de pire en pire ! Ah si seulement je pouvais disparaître...* songea-t-elle avec envie. Décidément, la fillette blonde n'était vraiment pas habituée du tout à parler avec les autres... et encore moins aussi longtemps ! 

Elle était encore en train de reprendre son souffle quand elle entendit Franz s'exclamer avec admiration : "Waouh ! Mais euh, t'as retenu tout ce que j'ai dit ??? Comment tu fais ça ???". Lys voulut tenter d'expliquer au jeune garçon sa technique mais elle avait toujours du mal à respirer. Elle ouvrit la bouche pour répondre mais n'eut le temps de dire que "En fait, j'ai..." avant de s'étrangler à cause du manque d'air et de se mettre à tousser sans pouvoir s'arrêter pendant un long moment. Elle arrivait toujours à se mettre dans des situations désastreuses. *Je suis la reine des catastrophes !* s'exclama-t-elle intérieurement.

Finalement, la Serdaigle ramassa ses vêtements et son livre, et hésita un instant à s'enfuir pour mettre un terme à cet enchaînement de moments gênants, mais le garçon prit la parole à nouveau : "Et tu as vu un augurey et un strangulot ?!? Où ça ? C'est mon rêve ! Tu t'appelais comment avant de t'appeler Lys ?". Lys, qui était dos au Poufsouffle, prête à partir en courant vers le château, fit brusquement volte-face en faisant tomber toutes ses affaires. Elle regarda Franz avec un étonnement grandissant et ne put s'empêcher de demander : "Tu me parles encore ? Tu veux pas que j'arrête de t'embêter ?".

La jeune fille s'aperçut alors qu'elle venait vraiment de lui demander ça alors que la réponse paraissait évidente. Elle s'empressa donc de réagir à ce qu'il venait de dire sans lui laisser le temps de répondre à ses questions stupides : "Oui oui, j'ai vu un Augurey et un Strangulot. C'est ma grand-mère qui m'a emmenée une fois dans une forêt puis une autre fois au bord d'un lac où je les ai vus. Elle est experte sur les animaux fantastiques ! Si tu veux, tu pourras la rencontrer un jour pour qu'elle t'aide à réaliser ton rêve. Je m'appelais... Mon nom c'était Alice mais... C'est juste que j'ai préféré changé pour... En fait, c'est compliqué. Donc maintenant je suis Lys".  
    

Lys se baissa pour ramasser ses affaires, très gênée de parler de son nom car cette histoire la dérangeait profondément.
Alors qu'elle était encore penchée, elle tourna la tête sur le côté et vit l'amie de Franz, toujours avec son chocolat dans la main. La fillette se rendit compte qu'elle avait faim après tous ces évènements et ces émotions. Elle se rappela de la proposition du Poufsouffle et lui demanda en se relevant : "Tu veux toujours... C'est toujours d'accord pour aller manger du chocolat avec ton amie ?". 

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

       *Drôle de fille ! songea Franz. En même temps, j'crois bien que les sorcières sont pas comme les femmes moldues.* Il fut en effet surpris par le comportement de la jeune fille. Il crut un instant qu'elle allait partir sans rien lui répondre jusqu'à ce qu'elle fit volte-face. Heureusement pour lui, car il se serait senti vraiment bête à rester planté là... *Cassy se serait bien moquée de moi !* sourit-t-il.

      Plus déroutant encore, lorsqu'elle se retourna, la fille laissa toutes ses affaires tomber. *Mais qu'est-ce que j'ai encore fait?* s'étonna Franz. Et, comme si de rien était, elle répondit à ses questions. Cela l'amusa terriblement, il avait l'impression de voir une scène d'un des feuilletons télévision que sa mère affectionnait tant. *Et bien, je n'ai plus qu'à jouer moi aussi! songea-t-il. Ce sera rigolo!*

        Franz s'approcha alors de sa camarade d'une démarche qu'il croyait être charismatique... Cependant, bomber le torse lorsqu'on est pas bien grand, ni très musclé, cela n'a pas l'effet escompté ! Mais Franz ne se démonta pas, il était acteur maintenant, et il jouerait son rôle jusqu'au bout ! *Alors, dans le film, le gars vient au secours de la demoiselle en détresse.* se souvint-il. Une seule chose à faire, un seul scénario possible, l'aider à ramasser ses affaires ! Seulement, Franz n'avait pas répété sa scène... Il s'entrava dans ses propres pieds et s'affala par terre. "Aïe! Zut ! Je suis pas encore Marlon Brando !" pesta-t-il.
    
        *Un bon acteur sait sauver la face! Vite!* pensa Franz. Il prit alors une posture de plagiste, à moitié allongé, comme si la chute n'était qu'une cascade dûment réussie et lui dit avec éloquence : "Ta grand-mère c'est une aventurière du coup?  C'est vrai, elle pourrait m'apprendre??? Mais c'est génial ! J'aime bien tes deux prénoms ! Tu connais le pays des merveilles?"

           Puis il roula sur le côté, enchaîna avec une galipette, et ainsi de retour sur ses pieds, il prit la main de sa camarade et la traîna en direction de Cassiopée. "On prendra nos affaires après ! Sinon y aura plus de chocolat! Cassyyy, on arrive!!!"

          *La prochaine fois, je jouerai un acteur comique, c'est plus amusant !*
Dernière modification par Franz Suisei le 3 mai 2018, 22 h 42, modifié 1 fois.

Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé !

"Il était une fois..."  Libre 

En voyant la réaction du garçon à son propre comportement des plus étranges, Lys ne sut pas très bien quoi faire ni penser. Les agissements du Poufsouffle étaient, certes, très drôles mais elle ne savait absolument pas comment réagir. Devait-elle aussi se mettre à jouer la comédie ? Serait-elle capable d'être une bonne actrice ? Au moins, ce nouveau petit jeu faisait un peu oublier tous les moments gênants que Lys avait provoqués juste avant. *De plus en plus curieux cette rencontre...* pensa-t-elle avec un certain amusement.

Au moment où Franz tomba par terre, puis tenta de rattraper le coup en prenant un air désinvolte, comme si sa chute faisait partie intégrante du "spectacle" ou du "film", Lys éclata d'un rire franc. Ça faisait tellement de bien de rigoler un peu, ça soulageait vraiment. La jeune fille ne riait presque jamais, et n'était pas même habituée à sourire sincèrement, alors c'était un grand changement pour elle. Avec le temps, elle s'était accoutumée à se forcer à sourire pour paraître bien et dissimuler ce qu'elle ressentait au plus profond d'elle-même. Elle s'était également mise à faire une sorte de truc un peu bizarre : elle riait quand elle allait mal, quand elle souffrait, quand une douleur était insurmontable... Cependant, en l'instant présent, Lys se sentait bien. Grâce à Franz.

Elle n'avait pas compris de qui il parlait quand il s'était écroulé sur le sol. Sûrement un Moldu. En revanche, elle écouta attentivement ce qu'il lui dit lorsqu'il reprit la parole, en se donnant l'air d'être à la plage : "Ta grand-mère c'est une aventurière du coup?  C'est vrai, elle pourrait m'apprendre??? Mais c'est génial ! J'aime bien tes deux prénoms ! Tu connais le pays des merveilles?".

La Serdaigle décida soudain de jouer le jeu elle aussi. Après tout, elle n'avait rien à y perdre. Elle se mit à faire les cent pas en se servant du manuel de magizoologie comme d'un éventail. Elle répondit ensuite au jeune garçon en se donnant de grands airs : "Oh oui, tu sais, ma grand-mère est une des meilleures aventurières qui soit. Elle pourrait peut-être t'apprendre mais pour ça, il faut prendre rendez-vous avec sa secrétaire. Elle est débordée évidemment !".

Lys s'était bien amusée en jouant à l'actrice, mais elle redevint subitement elle-même quand Franz se releva, lui prit la main et la mena en direction de son amie, la dénommée Cassy. Alors qu'ils arrivaient près d'elle, et de son chocolat, Lys choisit de parler ouvertement pour la toute première fois de son "pays des merveilles" bien à elle. Elle ressentit le besoin de donner les clés de son monde à d'autres personnes, tout en se perdant dans la contemplation du lac, comme si elle voulait y plonger pour ne plus jamais en ressortir.

"Le pays des merveilles existe vraiment, mais personne n'y est jamais allé à part moi. Il se trouve dans l'imaginaire, c'est un monde extraordinaire. Tout est possible, absolument tout ! C'est un endroit magique qui sert de refuge aux âmes perdues. Je voudrais y aller pour toujours."   

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

"Il était une fois..."  Libre 

         *Chouette une actrice ! On va pouvoir refaire tout plein de films !* s'enthousiasme Franz en voyant la jeune fille prendre un air pédant, jouant à la personne importante. Il voulut rentrer dans son jeu, mais a priori Lys était déjà une star de haut niveau, et comme toute grande actrice, elle n'offre son meilleur jeu que quelques instants, le distillant goutte à goutte. Ou peut-être était-ce parce que Franz s'était relevé pendant la scène ? *C'est vrai que certains aiment pas les standing ovation... Quel idiot de l'avoir interrompu !* se rabroua Franz avant d'entraîner sa nouvelle amie en direction de Cassiopée.

           "C'est vrai qu'il faut prendre rendez-vous pour voir ta grand-mère ? Tu peux m'en avoir un???" lui demanda Franz, ayant une fois de plus mélangé la réalité et la comédie. Elle ne parut pas entendre sa question et ne lui répondit pas. Continuant à la tirer derrière lui, Franz ressenti le vent qui s'était levé, cause probable de la surdité de Lys !

             Lorsqu'ils arrivèrent aux côtés de Cassiopée, elle reprit la parole, le regard comme absorbé par l'étendue d'eau, et raconta ce qu'était pour elle le pays des merveilles. "Ce n'est pas le même que celui dans le bouquin de Carole du coup ! Et, si y a que toi qui peut y aller, ça veut dire que tu as ton propre pays ??? Si tout y est possible, tu peux nous y inviter ? Je me perds assez souvent quand je me promène, donc je remplis les critères pour rentrer dans ton refuge non?" plaisanta Franz. Il arborait un grand sourire, comme à son habitude, mais ce sourire fut un peu plus sincère qu'à l'ordinaire pendant quelques secondes.

         Puis, reprenant ses esprits, il pesta en se tournant vers Cassy : "Je manque à tous mes devoirs ! Cassiopée, je te présente Lys. Elle a déjà vu un Augurey, tu te rends compte ? Et puis, sa grand-mère est la plus grande magizoologiste de son temps ! Elle est d'une grande lignée du coup ! Dis Cassy', il te reste un peu de chocolat ? On vient de se battre contre un Strangulot grand comme ça!" lui dit-il en mimant une bête de plusieurs mètres en écartant les bras au dessus de sa tête.  "Hein Lys ? Il était à peu près gros comme ça ? Du coup, je te présente Cassiopée ! C'est la plus gentille des Serpentard ! Enfin, sauf si elle est en manque de chocolat..." Franz souffla cette dernière phrase à l'oreille de la Serdaigle, espérant à moitié que son autre camarade l'entende !

Se protéger du soleil, c'est protéger sa santé !

"Il était une fois..."  Libre 

Alors que Franz avait tiré Lys en direction de Cassiopée, une bourrasque de vent s'était levée en projetant les longs cheveux blonds de la Serdaigle en plein dans son visage. Elle mit un bon bout de temps à s'en dépêtrer et devait vraiment paraître encore plus ridicule, si jamais c'était possible après tout ça. Elle ne se supportait plus elle-même et se demandait comment Franz faisait et si Cassiopée l'accepterait. Elle se détestait.

Une fois arrivés à la hauteur de Cassiopée, elle avait directement tourné son regard vers le lac, comme mue par un instinct plus fort qu'elle. Ce lac était si fascinant. Elle se voyait très nettement plonger dans ses profondeurs et se laisser aller pour toujours. A tout jamais. Mais elle reprit légèrement ses esprits et se mit à parler d'une voix monocorde de son monde des merveilles. Elle semblait ailleurs. Peut-être déjà perdue au pays dont elle rêvait en secret au plus profond d'elle-même et dont elle venait de parler ouvertement à deux élèves qui ne comprendraient pas forcément.

Cependant, elle s'était trompée. Franz paraissait intéressé par son monde si particulier. Elle ne s'était pas assez concentrée sur ce qu'il venait de lui répondre, toujours envoûtée par le lac et ses pensées les plus noires, mais avait compris qu'il voulait y aller. Elle ne détourna pas le regard du lac mais lui fournit tout de même une réponse. Elle acquiesça d'un signe de la tête en se mettant à rire, telle une démente, d'un rire glacial. "Oh mais tout est possible, même les pires horreurs ! Ce monde est pour les monstres, vous ne devriez pas y aller.".

Lys quitta finalement le lac des yeux et se tourna vers la fameuse Cassiopée que Franz était en train de lui présenter tout en exagérant sur qui elle était et sur leurs exploits avec le Strangulot. La Serpentard aux cheveux d'un noir de jais intrigua immédiatement Lys mais, quand elle la regarda droit dans les yeux, elle détourna immédiatement le regard, comme à son habitude. Elle ne savait vraiment pas du tout comment se comporter socialement.

En entendant la dernière phrase que Franz venait de lui souffler à l'oreille, de façon pas très discrète, Lys examina plus attentivement la Serpentard sans jamais croiser son regard. Elle avait toujours eu peur de ce qu'elle pouvait lire dans les yeux des gens, de ce qui s'y reflétait. Elle avait même peur de son propre regard, de ce qu'elle était au plus profond d'elle-même.

"Un monstre." murmura-t-elle comme pour elle seule.  

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood
  Retour   Répondre