Lac

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Septembre 2042

PV avec Juliette Johnson et Lys Darkmoon.


Hakô venait de sortir du château, après un copieux petit déjeuner et une bonne nuit de sommeil. Elle s'était décidé pour explorer le château de fond en comble (si bien entendu c'était autorisé) mais... Très vite, l'escalier-trolleur l'avait convaincue d'aller prendre l'air. Trop d'escaliers, de coins et de recoins. Et trop de nourriture ingurgitée ! La jeune fille se mit d'accord avec elle-même pour se dire que 7 ans seront suffisant pour explorer totalement le château.
À moins, bien entendu, que cet endroit coupé du monde possédait un temps différent du monde d'où venait Hakô ! Peut-être qu'ici, un jour correspondait à 3 mois ailleurs, ou au contraire 3 secondes... Mais ça ne changeait pas grand-chose finalement, si le temps ici dans tout les cas était suffisant pour tout explorer...

Toute occupée à démêler ses pensées et ses réflexions, Hakô ne remarqua pas le chemin prit. Si bien que ce n'est qu'en voyant l'étendue d'eau en face qu'elle comprit où ses pas l'avaient mené. Au lac, ce fichu lac tout noir, du moins le soir de son arrivée. Avec un orage tel que ses os s'en souvienne. La jeune fille observa l'étendue d'eau de plus près. La réserve d'encre avait changé de couleur, maintenant c'était d'un bleu-vert foncé. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir dans l'eau ?
Hakô chercha un petit caillou légèrement plat pour s'amuser à faire un ricochet, et peut-être voir débarquer un immense tentacule. Mais la petite pierre se contenta de couler. Zut, elle ne savait même plus faire ricocher un caillou ! Si seulement elle avait su un jour.

Dehors, le temps était légèrement froid, mais heureusement pas de pluie. La jeune Serdaigle resserra un peu son écharpe et son manteau, et regarda autour d'elle. Une autre élève se tenait plus loin, faisant on ne sait pas trop quoi. Hakô décida de commencer à se sociabiliser un peu en allant lui parler. En fait, en y réfléchissant bien c'était un exercice que la jeune fille n'avait pas fait depuis pas mal de temps, aussi elle ne savait plus trop comment on fait. Alors c'est sans doute maladroitement qu'elle aborda sa camarade blonde.

"-Hey salut, heu... Wow t'as des lentilles de couleur ou c'est tes vrais yeux ? Enfin je veux dire ta vraie couleur de yeux ? J'aimerais bien avoir les même en bleu !

Un beau bleu saphir étincelant, miam. Hakô laissa un blanc, parce qu'elle ne savait plus ce qu'elle voulait dire. Ce qui lui laissa le temps de remarquer une autre fille non loin, suffisamment proche pour l'entendre aussi. Une brune ce coup-ci, et la Serdaigle (qui pour le moment ne sembla pas remarquer que Lys fait partie de sa maison) décida de faire d'une pierre deux ricochets.

-Salut aussi à toi, je m'appelle Hakô, Hakô Ashagen. Et vous ? Demanda-t-elle finalement en se rappelant qu'au début se présenter et donner son nom c'est tout de même plus sympa. En fait, je suis nouvelle et je me demande si vous connaissez le lac. J'y suis allée, dessus en barque, pour venir jusqu'au château mais il a l'air trop bizarre pour être juste un lac tout simple. Y'a un monstre marin ?

Oh oui, peut-être même des trésors insoupçonnés ! La jeune fille s'y voyait déjà. Elle ajouta:

-Vous savez si on peut faire de la plongée sous-marine pour l'explorer ? Peut-être qu'avec de la magie on peut respirer sous l'eau et nager comme un poisson ! Mais faudrait pouvoir parler aussi pour lancer des sorts parce qu'il y a sûrement des monstres qui garde des trésors."

Toute à son imagination, Hakô contemplait le lac, les yeux brillants. Peut-être qu'elles étaient super bien calées en magie, et qu'elles en savaient un rayon sur le lac ! Ou pas..?

Taekwondo Réel VS Kung-fu Online ! Qui sera le vainqueur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Ce jour-là, dès que Lys s'était réveillée, elle avait voulu sortir prendre l'air dans le parc. Durant la nuit, elle n'avait pas beaucoup dormi, à peine une infime poignée d'heures, et quand elle s'était enfin assoupie, elle n'avait pas arrêté d'être assaillie par des cauchemars incessants. Cela faisait quelques nuits déjà que ces mêmes rêves horribles se répétaient : elle se trouvait toujours très près du lac, voire même en train de nager dans ses eaux troubles et froides, et des créatures magiques sorties tout droit de son livre lui faisaient du mal ou tentaient de l'entraîner dans les profondeurs pour la noyer. Décidément, sa passion pour les animaux fantastiques et le fait qu'elle relisait tout le temps en boucle le manuel de Norbert Dragonneau commençaient à lui monter à la tête.

Lys s'était donc habillée rapidement et avait enfilé une veste chaude en prenant une écharpe aux couleurs de sa maison sous le bras. Elle avait également pris sa baguette magique, au cas où, et n'avait pu s'empêcher malgré tout d'attraper au dernier moment son livre préféré à l'intérieur duquel elle avait mis un morceau de parchemin et de quoi écrire. Bien que certaines des créatures magiques qui se trouvaient dans le best-seller lui donnaient des cauchemars, elle ne s'en séparait jamais et ne pouvait s'y résoudre. *C'est comme une extension de moi-même !* s'amusait-elle souvent à penser. 

C'est finalement ainsi parée qu'elle sortit de la salle commune des Serdaigle, descendit jusqu'à la Grande Salle et passa devant sans y entrer, n'ayant pas vraiment très faim, et se retrouva dans le parc. L'air était plutôt frais et une légère brise caressa le visage de Lys tandis qu'elle se promenait au milieu de la nature. Elle se sentait vraiment bien, dans son élément, et cette balade l'apaisait. Elle avait toujours adoré les arbres, les plantes, tout ça, et elle finit par se perdre dans ses pensées et replonger dans ses souvenirs. Les explorations qu'elle faisait autrefois sur sa terre natale, la belle et sauvage Nouvelle-Zélande, lui manquaient beaucoup. Elle retrouvait un peu les mêmes sensations de liberté et d'aventure avec le parc de Poudlard mais ça restait différent.

Inconsciemment, ou peut-être en ayant une part d'elle-même sachant très bien ce qu'elle faisait, Lys se retrouva au bord du lac. Étrangement, elle ne ressentit aucune peur. Ce lac sombre qui la hantait la nuit la fascinait le jour. Elle décida de s'asseoir un peu plus loin et elle se mit à dessiner à sa manière un Kelpy, une créature magique dont elle avait vu une représentation dans son livre et qu'elle avait croisé de nombreuses fois dans ses rêves. Elle était plutôt détendue et arborait même un petit sourire tandis qu'elle poursuivait son dessin, assise près du lac.

Soudain, Lys entendit une jeune fille lui parler et elle s'empressa de ranger son dessin pour l'ôter de la vue de celle qui s'adressa à elle : -Hey salut, heu... Wow t'as des lentilles de couleur ou c'est tes vrais yeux ? Enfin je veux dire ta vraie couleur de yeux ? J'aimerais bien avoir les même en bleu ! Lys ne répondit pas car elle était d'abord très surprise qu'une élève qu'elle connaissait à peine de vue lui parle. En effet, elle l'avait vaguement aperçue dans la salle commune des Serdaigle mais ne s'était encore jamais adressée à elle avant, les relations sociales n'étant vraiment pas son fort. De plus, bien que toutes les personnes qu'elle rencontrait lui posent cette éternelle question à propos de ses yeux, elle ne savait toujours pas très bien quoi dire. Cette couleur violette avait même étonné sa mère quand elle était petite, puis, elle s'y était habituée et se vantait à présent de l'originalité de sa fille auprès de tout le monde.

Lys écouta la jeune Serdaigle qui parla à nouveau en incluant une autre élève. Elle se présenta : elle s'appelait Hakô et elle était aussi en première année. Elle commença à parler du lac et de ce qu'il pouvait bien y avoir à l'intérieur et Lys en profita pour prendre la parole. D'habitude très peu sociable, elle ne put s'empêcher de parler de sa passion, les animaux fantastiques.

-"Moi, c'est mon nom... Euh non... mon nom c'est Lys je veux dire, Lys Darkmoon, et je suis en première année à Serdaigle aussi. J'adore le lac et il y a plein de créatures dans ses profondeurs ! Il y a des Strangulots, qui sont assez dangereux car ils peuvent étrangler les imprudents, ou aussi le calmar géant bien sûr, lui il est vraiment merveilleux !" dit-elle en s'emmêlant un peu mais en parlant avec enthousiasme.

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Juliette était allée toute joyeuse au parc, ce jour là : un professeur lui avait donné la note d’Exceptionnel le jour d’avant, et cette matière lui posait grandement des problèmes. 
Mais, comme toujours, elle partie sur un coup de tête et se retrouva à gambader seule dans le parc. 

Elle regarda autour d’elle, et ne vit aucunes connaissances à elle. Déçue de ne pas pouvoir discuter, elle s’approcha du lac, retira ses chaussures et ses chaussettes, remonta sa robe et mit les pieds dans l’eau. 

Son cœur s’arrêta de battre quelques secondes : l’eau était très froide. Une fois habituée à la température, Juliette souffla et s’assit sur une buche sortant de l’eau. 

Mais cela n’aidait pas la jeune Gryffondor à occuper son après-midi. Elle décida alors d’écouter la conversation la plus proche. 

En tendant l’oreille à gauche, elle entendit des cinquièmes années se plaindre des buse, et cela ne l’intéressait guère !

Penchant la tête de l’autre côté, elle entendit deux jeunes filles discuter maladroitement. L’une d’elle dit :

« Moi, c'est mon nom... Euh non... mon nom c'est Lys je veux dire, Lys Darkmoon, et je suis en première année à Serdaigle aussi. J'adore le lac et il y a plein de créatures dans ses profondeurs ! Il y a des Strangulots, qui sont assez dangereux car ils peuvent étrangler les imprudents, ou aussi le calmar géant bien sûr, lui il est vraiment merveilleux ! ».

Juliette trouvait la conversation drôle à écouter, et se pencha donc un peu plus sur sa souche d’arbre pour mieux entendre. 

Mais, maladroitement, la jeune Gryffondor bascula et tomba sur le sol, soit à moitié dans l’eau et à moitié dans la boue, et au pied des deux jeunes filles qu’elle écoutait, quelques secondes au paravant. 

« Hum... Bonjour ? », dit-elle, encore affalée sur le sol, le regard fuyant. 

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Elle avait bien essayé, mine de rien, de regarder le dessin de sa camarade. Mais la Serdaigle semblait trop gênée d'afficher son oeuvre, et le cacha trop vite. Cependant au moins, Hakô eu sa réponse... Au bout de quelques secondes de latence. Au début, elle trouva ça super original, de s'appeler Moi, et aussi extrêmement difficile. Et pas super beau, avouons-le. Et puis très vite, elle apprit son vrai prénom. La bleue l'avait déjà croisée mais sans plus, ce qui était dommage ! Il fallait vite y remédier, et apprendre à connaître tout les gens de sa maison. Hakô ne rata pas une miette de la réponse de Lys, au sujet des créatures magiques. Ainsi, c'était vraiment dangereux. Mais comment Lys pouvait savoir que le calmar géant est merveilleux ? Hakô avait besoin de savoir. Le lac était effrayant de par ses strangulots et de son eau sombre, mais il possédait aussi un côté mystérieux très attirant. La jeune fille ne se formalisa pas un instant des premiers mots maladroit de sa camarade, juste un sourire s'afficha sans un brin de moquerie. Par contre, elle n'avait pas obtenu de méthode pour avoir les yeux violets. Hakô en conclut que c'était naturel, ou secret.
L'autre jeune fille interpellée venait de se viander dans l'eau boueuse. La Serdaigle ne pu s'empêcher de rire un peu, mais se rapprocha bien vite d'elle afin de proposer son aide.

"-T'as pas froid ? J'ai des mouchoirs si tu veux.

Puis, pour ne pas oublier Lys, elle ajouta:

-Tu as rencontré le calmar ? Il parle ? Parfois les animaux ils parlent notre langue, enfin c'est comme ça dans des dessins animés ou des jeux. Alors comme on est dans un monde magique, je me dis que peut-être ici aussi ? Je suis moldue en fait, donc je ne sais pas encore grand-chose..."

Les choses étaient clarifiées au moins. Hakô vérifia que des créatures louches ne soient pas proches de Juliette, un réflexe qu'elle avait souvent sans faire attention. Mais rien ne semblait venir emporter sa camarade, fort heureusement !

Taekwondo Réel VS Kung-fu Online ! Qui sera le vainqueur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Encore une fois, Lys s'était montrée très maladroite. Elle avait même été incapable de dire son prénom correctement ! Déjà qu'elle ne connaissait pas vraiment la jeune Serdaigle, sa piètre présentation d'elle-même et les quelques paroles embrouillées qu'elle avait prononcées n'allaient sûrement pas aider. Lys se demanda sincèrement pourquoi Hakô ne prenait pas la fuite. C'était ce que les personnes faisaient souvent en rencontrant Lys. Après tout, parler tout le temps de créatures magiques, monstrueusement terrifiantes pour la grande majorité des gens mais absolument merveilleuses aux yeux de Lys, jouait beaucoup contre elle. Elle avait ainsi été marginalisée très tôt mais, avec le temps, elle s'était accoutumée à la solitude.

La jeune élève brune à laquelle Hakô s'était également adressée un peu plus tôt intervint alors de façon involontaire. En effet, elle tomba dans l'eau du lac pleine de boue puis dit : « Hum... Bonjour ? ». Lys sourit gentiment en la voyant car cela lui rappelait ses nombreuses maladresses passées, et présentes aussi d'ailleurs. Elle s'empressa, comme Hakô, de lui venir en aide et l'aida donc à se relever. Sans même attendre une réponse ou une réaction de sa part, Lys enleva sa veste chaude et la déposa délicatement sur les épaules de la jeune fille en disant : "Tiens, prends ma veste pour pas avoir froid !".

La jeune Serdaigle se tourna ensuite vers Hakô qui venait de lui parler à nouveau :
-Tu as rencontré le calmar ? Il parle ? Parfois les animaux ils parlent notre langue, enfin c'est comme ça dans des dessins animés ou des jeux. Alors comme on est dans un monde magique, je me dis que peut-être ici aussi ? Je suis moldue en fait, donc je ne sais pas encore grand-chose...".

Lys afficha un grand sourire car, visiblement, sa camarade n'avait pas du tout l'air de trouver que parler de créatures magiques, même dangereuses, était une bonne raison de partir en courant le plus loin possible d'elle. Elle s'intéressait même vivement au sujet et c'était très compréhensible vu qu'elle était moldue et n'avait donc sûrement pas encore eu l'occasion de voir des animaux fantastiques bien réels.

Lys répondit avec passion : "Je n'ai pas encore eu la chance de rencontrer le calmar personnellement, même si je l'ai déjà aperçu à plusieurs reprises dans le lac, mais ma mère si. Elle m'a raconté que, quand elle était élève comme nous à Poudlard, il l'avait sauvée de la noyade en la ramenant sur le bord avec un de ses tentacules. Il ne parle pas vraiment je crois mais il y a les êtres de l'eau aussi dans le lac. Eux, ils parlent pour de vrai mais c'est pas notre langue. C'est quoi les "dessins animés" et "jeux" dont tu parles ? C'est des trucs moldus ? C'est bien ?". 

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Juliette était affalée sur le sol. Comme une idiote. Voilà ce qu’elle était. L’une des deux jeunes filles lui donna une veste, qu’elle refusa. 

Et elles reprirent leur conversation. La petite Gryffondor, à leurs pieds, se releva et essuya la boue de son visage sans qu’elles ne s’en rendent vraiment compte, ou alors elles faisaient très bien semblant. 

Tandis que les jeunes Serdaigle parlaient de leurs connaissances - si étonnant que ça pour des Serdaigle ?... - sur le calmar géant. 

Un peu vexée d’aussi peu se faire remarquer, elle se dit :

« En même temps, je l’ai cherché en refusant la veste. C’est ma faute. ».

Ensuite, pour attirer l’attention - bah oui, les Gryffondor aiment être au centre de l’attention ! -, elle se racla la gorge. 

« Désolée de vous avoir espionnée (entre guillemets) tout à l’heure, c’était pas très sympa. Je peux rester parler avec vous ? », demanda Juliette d’une voix douce. 

Certains élèves la regardaient en riant, ou la pointaient du doigt à cause de la boue. La jeune brunette avait la tête haute et faisait mine de s’en ficher, bien que ses vêtements étaient fichus et que la boue commençait à sécher. 

Elle sourit alors aux deux jeunes filles, pour leur donner confiance et que leurs langues se délient, et pour qu’elles puissent parler toutes les trois ensemble.

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Hakô rangea ses mouchoirs lorsque Juliette refusa la veste. Elle ne l'avait pas remarqué, et la Serdaigle jugea bon de ne pas en rajouter une couche en lui montrant avec insistance l'aide qu'elle voulait apporter. En plus, très vite, Lys lui parla du calmar et des êtres de l'eau, qui fascinèrent la jeune fille. C'était un sujet à creuser, et pas qu'un peu ! Même si dans le cas présent, c'était plutôt plonger qu'il fallait faire. L'aiglonne resta quelques instants à songer à tout ça, fixant le lac, mais se ressaisit vite lorsque Juliette se racla la gorge. Hakô fit remarquer à Lys:

"-Il a l'air super gentil le calmar ! Dans les films moldus, il est comme le kraken, très méchant.

Elle acquiesça pour Juliette et lui répondit:

-Oui bien sûr que tu peux rester ! J'ai pas pu parler avec beaucoup d'élèves des autres maisons, c'est dommage ! Ils ont l'air super cool et je me demande comment ça se passe chez eux.

La bleue souriait aussi, et n'oubliait pas non plus la question de sa camarade bleue. Aussi, elle renchérit pour toutes les deux:

-Et les jeux et dessins animés, c'est moldus oui je crois, enfin si les sorciers n'ont pas du tout de consoles et d'électricité, ni d'ordinateur ou de télé, c'est que moldus du coup, mais c'est dommage ! Vous ratez plein de trucs super cool.

Rien que d'y penser, la jeune fille s'estimait heureuse de ne pas être née sang pur. Elle continua de se perdre dans la contemplation du lac un petit moment, quelques rires parvenant un peu plus loin à cause de la condition de Juliette, et puis se tourna de nouveau vers ses camarades:

-Vous êtes sang purs ou sang mêlées ? Comme vous l'aurez peut-être deviné, à moins que je l'ai dis avant, mais en fait je suis née-moldue.

Au fond, c'était quand même un peu étrange cette question. Est-ce que Hakô était la seule à la poser ? Est-ce que c'était approprié ? Mais ça définissait non seulement l'origine, mais aussi la connaissance sur les deux mondes. Alors autant se renseigner avant de risquer de parler une autre langue, si jamais elle venait à parler de choses bien moldues. Et puis histoire d'avoir un peu plus de sujets de conversation au cas où, elle ajouta:

-Et au fait, vous étiez venues pour quoi ici ? Je sais qu'on a pas besoin de raisons. Je suis venue par hasard, je ne regardais pas où j'allais, et puis j'ai voulu enquêter puisque j'étais là, au sujet du lac."

Ne perdant pas le sourire, la jeune fille leur laissa le temps d'en placer une, attendant patiemment des réponses. C'était sympa de rencontrer de nouvelles personnes tout de même !


J'ai oublié, mon code couleur c'est: #3d85c6

Taekwondo Réel VS Kung-fu Online ! Qui sera le vainqueur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

En voyant que la jeune fille refusait sa veste, Lys fut prise au dépourvu. Qu'avait-elle fait de mal ? Ce n'était pas bien de proposer son aide ? Encore une erreur de plus dans sa vie qui en était déjà pleine... *Je vais continuer longtemps à être aussi étrange ?* désespéra-t-elle intérieurement car tout cela devenait de plus en plus difficile à mesure que le temps passait. Décidément, elle n'arrivait pas à comprendre comment les relations avec les autres étaient censées fonctionner. En même temps, elle n'avait jamais vraiment eu envie de le savoir.  Finalement, elle enfila sa veste à nouveau et se blottit dedans en frissonnant.

Lys s'était perdue dans ses pensées et elle se mit à regarder le dessin qu'elle avait fait un peu plus tôt du Kelpy en train de la noyer, comme dans son rêve de la nuit passée. Elle tourna alors son regard vers le lac et imagina la scène qui se déroulait dans sa tête en boucle. Bizarrement, elle trouvait que c'était très apaisant. Elle entendit vaguement les deux fillettes à côté d'elle se mettre à discuter mais elle ne pouvait détourner les yeux de cette étendue d'eau sombre.

Au bout d'un moment, la jeune Serdaigle secoua soudain la tête pour chasser ses idées et revenir à l'instant présent. Elle reprit le fil de la conversation et se rendit compte que Hakô était en train de parler de choses moldues : les dessins animés et les jeux. Elle se força à sourire même si elle n'avait pas compris grand-chose en fait de tout ce que sa camarade venait de dire.

Après un instant de silence, seulement troublé par les rires moqueurs de certains élèves à l'encontre de Juliette, Hakô demanda : -Vous êtes sang purs ou sang mêlées ? Comme vous l'aurez peut-être deviné, à moins que je l'ai dis avant, mais en fait je suis née-moldue. Lys resta déboussolée par la question. On ne la lui avait encore jamais posée et c'était bien mieux comme ça. En effet, la jeune fille ne savait pas trop quoi répondre car elle s'était toujours dit qu'elle était une sorcière puisque sa mère l'était. Le problème, c'était son père. Elle ne l'avait jamais connu et ne savait rien de lui et elle préférait éviter le sujet.

Hakô finit par poser une nouvelle question qui empêcha Lys d'avoir à se mettre dans une autre situation gênante où elle aurait soit dû expliquer maladroitement son histoire, soit s'enfuir en courant à toutes jambes vers le château. Ou bien se noyer dans le lac pour de bon après tout. La fillette blonde s'empressa de répondre en donnant la raison pour laquelle elle était venue près du lac : "Je voulais être à l'air libre, sentir le vent dans mes cheveux et sur ma peau. Et puis... j'ai une véritable fascination pour le lac ! J'aimerais y plonger...".

Les derniers mots, Lys ne les prononça pas. Ils résonnèrent en elle, au plus profond de son être, mais elle n'arriva pas à les formuler. «Pour toujours»

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Mon code couleur oral : #800000

Juliette savait qu’elle aurait dû partir, que ce n’était pas poli de rester là. Pourtant, elle resta planter là, à les écouter parler du calmar géant. 

Mais ça l’ennuyait. La Gryff’ voulait sauter dans l’eau, faire des éclaboussures et chanter très fort. Ce n’était pas sa journée à rester parler. 

Pourtant, elle aimait bien parler. Mais aujourd’hui, elle ne voulait pas. Elle voulait bouger, faire tout le plus vite que possible. C’était incontrôlable. 

« Hum... J’y vais... », dit-elle d’une petite voix, pour ne pas les déranger. 

La brunette s’éloigna, légèrement vexée : les deux filles n’avaient pas remarqué son départ. Pourtant, lorsqu’elle eut les pieds dans l’eau, elle ne se sentît pas plus heureuse. 

Voilà à présent que la plus petite s’adressait à elle :

« Vous êtes de sang pur ou de sang mêlé ? ». 

Encore une fois, Juliette répondit, trop doucement. Ça comptait, les familles reconstituées ? Parce que la sienne l’était de toute part. 

Mais l’autre n’avait pas l’air à l’aise non plus, Juliette ne savait trop que faire. Répondre ou ne rien faire ? Dire quelque chose ? Poser des questions ? PARLER ?

Apparement, la petite brunette avait trouvé plus bavarde qu’elle : elle ne laissait pas le temps aux autres de répondre, et posait déjà d’autres questions... 

« Je suis venue... Je sais même pas pourquoi ! J’étais heureuse, c’est tout. Je voulais fêter une bonne note, mais la fêter seule... », dit Juliette, ravie de pouvoir enfin dire un mot et être entendue.  

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Personne ne répondit à sa question. C'était tabou ? Hakô n'avait jamais pensé que ça pouvait l'être, c'était pas si important à la base, mais le savoir à titre informatif, ça peut avoir une certaine pratique. Comme par exemple, être sûre de ne pas parler chinois si on commence à raconter des choses de moldus. Mais la bleue ne se vexa pas pour autant. Tant pis. De toute manière, ni l'une ni l'autre ne semblait très calée en trucs non magiques. Alors elle écouta plutôt la suite, observant juste, décelant un certains malaise qui s'installait. Serait-ce une corde sensible ? L'une semblait prête à partir alors qu'il y a deux minutes, c'était l'inverse, l'autre n'était pas ultra joyeuse... Hakô avait l'impression d'avoir raté un truc.

Mais elle savait rester discrète parfois, et ne les embarrassa pas davantage. Elle changea donc le sujet lorsque ses camarades répondirent à sa question.

"-J'ai trop froid pour avoir envie de sentir le vent ! plaisanta-t-elle. Mais c'est vrai qu'il est fascinant, ce lac...

La jeune fille laissa vagabonder son regard vers les eaux d'encre profondes... Tout en écoutant Juliette d'une oreille distraite.

-Ah GG ! Heu je veux dire, félicitations. Tu veux qu'on la fête avec toi ? Je dois avoir des trucs à grignoter. Ou alors vous avez trop froid ?"

Hakô avait envie de faire quelque chose, histoire de nouer quelques liens avec elles, parce qu'elles semblaient sympas. Alors la jeune fille n'avait pas envie de les quitter trop vite, partager quelque chose toutes les 3 pourrait faire un joli souvenir en plus de ça !

Taekwondo Réel VS Kung-fu Online ! Qui sera le vainqueur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Lys était définitivement perdue. Que dire ? Quoi faire ? Vers où tourner ses pensées ? Rien. Elle ne savait rien de tout cela. Elle ne remarqua pas que Juliette s'était éloignée vers le lac, n'entendit même pas les mots qu'elle prononça, ni ce que Hakô avait répondu à tout ça. Elle était complètement déconnectée de la réalité. Ah cette réalité qu'elle méprisait tant ! Se perdre dans son monde imaginaire, voilà sa vraie vie.

Soudain, un évènement inattendu se produisit. Son dessin du Kelpy la noyant, qu'elle tenait dans la main gauche, s'envola brusquement dans les airs sous la force du vent. Sans réfléchir, Lys se précipita pour le rattraper, ne se rendant même pas compte qu'elle était en train de s'enfoncer toute habillée dans les eaux du lac. Ce dessin, qui faisait écho à ses rêves horribles répétés, l'obnubilait beaucoup trop.

Lys ressemblait à une folle. Elle se démenait dans les eaux sombres, ses vêtements lui collant de plus en plus à la peau. Elle tentait vainement d'attraper son dessin qui filait toujours plus loin d'elle à cause d'une bourrasque qui venait de se lever. Toute son attention était portée vers ce dessin, comme s'il se fût agi d'une chose d'extrême importance.

Le vent changea alors de direction d'un coup. Le dessin fut projeté tout droit en plein dans le visage de Juliette. Lys hurla, telle une démente : "NON !". Elle ne voulait absolument pas que quiconque voit ce dessin qui reflétait ses pensées les plus noires et les plus secrètes. Elle tenta de sortir de l'eau mais trébucha sur quelque chose qui se trouvait sous ses pieds et tomba en arrière. Elle était en train de se noyer mais, étrangement, ne faisait rien pour l'en empêcher.   

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Désolée pour le retard. ^^ 
On devrait peut-être mettre ce RP en choquant, avec un message de prévention, non ?

Hakô commença à proposer à manger, à féliciter Juliette pour sa note... Elle voulait que tout cesse, elle voulait repousser Hakô.

Mais Lys avait l’air encore plus dépourvu qu’elle. Elle n’osait plus parler, plus rien faire. La fillette tourna la tête vers sa camarade plus très bavarde et la regarda de façon insistante. Pourtant, elle ne remarqua pas le regard braqué sur elle. 

Le vent souffla fort, d’un coup. Un dessin, dissimulé jusqu’à présent dans la main de Lys s’envola, et alla au dessus du lac. 

Juliette vit la fillette courir dans la boue, puis dans les eaux du Calmar Géant. Elle courait pour rattraper le dessin. Il devait être très important... 

Pourtant, ni la Gryffonne ni la Serdaigle encore hors de l’eau ne réagirent, comme plantées, là, à la regarder. Que faire ? Elles ne savaient pas.

Lorsque le vent tourna de sens, Juliette leva une main pour essayer d’intercepter le bout de papier. Mais il vola beaucoup plus bas qu’elle ne l’aurait cru et atterrit en plein dans sa tête. 

Elle entendit vaguement un « NON ! » alors qu’elle essayait de se dépêtrer du parchemin. Puis, plus rien. Pas un barbotement, pas un bruit de vent. 

Elle retira le papier de son visage. Il était mouillé et collant. La fillette courut vers le lac pour le rendre à Lys, mais deux choses l’en empêchèrent : la Serdaigle n’était plus dans l’eau et le dessin. 

Ce dessin. Si réaliste, si... Maléfique.

« Heu... Où es-tu ? J’ai ton desin, t’inquiète pas. Sors juste de ta cachette, s’il te plaît... », dit Juliette, inquiète. 

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Non je ne trouve pas qu'il y ai besoin. Par contre WTF le revirement de situation c'est un peu spécial surtout en relisant le tout je trouve. M'enfin bref. x)

Hakô était larguée. Apparemment elle avait dit quelque chose de mal pour qu'il y ai un tel changement d'ambiance. Entre celle qui décide qu'elle a envie de s'en aller, et celle qui part dans le lac et ne semble pas vouloir revenir alors que son dessin était revenue vers Juliette, l'aiglonne ne sait pas comment réagir. Au début du moins. Elle décida de retirer son manteau pour le poser quelque part d'à peu près sec, et se dirigea vers le lac. Hakô avait déjà nagé, mais pas énormément. En plus, la jeune fille détestait ouvrir les yeux dans l'eau. Mais peu importe, elle était la seule à avoir vu sa camarade dans l'eau et ne pas revenir, et appeler un professeur à l'aide était trop long. Même si Hakô aurait pu demander à Juliette d'aller en chercher un, la jeune fille n'y pensa pas. Elle plongea juste dans le lac à la recherche de Lys. Là, c'était difficile de voir quelque chose, mais elle arriva à distinguer sa camarade, et se dirigea vers elle. La bleue remonta à la surface pour prendre une grande bouffée d'air et replongea pour attraper sa camarade. La jeune fille essaye de vérifier dans l'ombre des eaux du lac si quelque chose approchait, au cas où mais R.A.S aussi proche du bord. Hakô tira alors du mieux qu'elle pu sa camarade jusqu'à la surface, peu à peu avant qu'elle ne finisse par perdre connaissance et se noyer pour de bon. C'était long, c'était difficile, mais la jeune fille n'était pas très lourde, alors Hakô y arrivait.

En sortant du lac, elle avait ultra froid, mais au moins Lys était de retour. Si besoin, Hakô pouvait faire un massage cardiaque, du moins essayer d'en faire un. Elle ne savait pas encore dans quel état se trouvait sa camarade, mais Hakô espérait que Lys allait bien.

"-Bon là va falloir m'expliquer un peu pourquoi vous avez l'air toutes les deux déprimées, alors que juste avant ça allait bien. Je ne comprend rien, mais si j'peux aider, bah je le ferais !

Elle reprit un peu son souffle, vérifia encore sa camarade bleue, puis ajouta:

-Juliette a ton dessin, du coup c'est bon."

Bien entendu, Hakô ignorait que la jeune fille ne voulait pas qu'on voit ce dessin. Là, tout ce qui comptait pour elle, c'était que ses comparses osent parler pour aller mieux. Alors elle resta planter sur place sans chercher son manteau, avec le froid lui mordant le corps mouillé. Quelle journée !

Taekwondo Réel VS Kung-fu Online ! Qui sera le vainqueur ?

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

Je suis vraiment désolée de gâcher le RP comme ça mais j'écris ce qui me vient sur le moment et à cause de choses IRL c'est compliqué. Encore désolée.

Au moment même où elle s'était laissée complètement aller et avait commencé à sombrer dans les eaux sombres du lac, Lys avait ressenti un soulagement tellement intense qu'elle-même en fut surprise. Puis, juste après, la sensation d'oppression. Elle était entourée d'eau de toute part et elle arrivait de moins en moins à respirer. Mais, sur le coup, elle s'en fichait. Elle oubliait tout, même sa terrifiante représentation du Kelpy la noyant qui avait atterri sur Juliette. Elle allait peut-être enfin atteindre son but. Le but ultime.

La jeune fille avait rêvé de cet instant plusieurs fois déjà et s'était demandée des milliers de fois à quoi ça ressemblerait et ce qu'elle ressentirait quand son désir le plus cher serait enfin exaucé. C'était très différent de ce qu'elle avait imaginé. La réalité de ce qui se passait donnait une toute autre dimension à son acte. C'était plus violent, plus effrayant. Ce qu'elle faisait n'était pas anodin, ce n'était pas un geste simple, comme elle avait cru lors de ses ruminations. Elle y pensait en boucle au plus profond d'elle-même et ça se produisait enfin. 

En sentant la vie s'échapper peu à peu d'elle et les bras de la mort l'étreindre, Lys voulut hurler toute la rage et le désespoir qu'elle avait toujours gardés en elle mais, dès qu'elle ouvrit la bouche, l'eau s'engouffra et elle perdit connaissance. Elle ne sentit donc pas Hakô l'attraper et la transporter avec peine jusqu'à la rive. Sa camarade de Serdaigle lui avait sauvé la vie. Elle la tira sur le bord et Lys se retrouva étendue là, un air à la fois apaisé et torturé sur le visage. Cela donnait un effet bizarre, surtout sur une fillette de 11 ans de la part de qui on ne s'attendrait pas à tout ça.

Au bout de quelques minutes, Lys ouvrit doucement les yeux et se redressa trop vite en se mettant à recracher toute l'eau qu'elle avait avalée. Elle se sentait mal, très mal, mal comme elle ne l'avait jamais été. Elle ne se souvenait pas clairement de ce qui venait de se produire et elle ne comprenait rien à ce qui se passait. Elle regarda Hakô avec de grands yeux éberlués et l'entendit dire d'une voix qui se voulait rassurante : -Juliette a ton dessin, du coup c'est bon.".

La jeune Serdaigle mit un temps avant de réaliser la portée de ces mots mais, quand elle le fit, ce fut terrible. Elle se releva maladroitement en vacillant et se précipita sur Juliette pour lui arracher brusquement le dessin des mains. Elle n'avait jamais été violente auparavant mais elle était dans un état comme hors d'elle-même. Elle contempla le dessin en frissonnant, trempée jusqu'aux os, ses cheveux mouillés et emmêlés encadrant son visage de folle.

Lys finit par se laisser tomber par terre en serrant fort l'horrifiant dessin contre son cœur, ses jambes ne pouvant plus supporter son poids ni la douleur immense qui s'était emparée d'elle. Tout ce qu'elle s'était toujours efforcé de cacher éclatait à présent aux yeux de tous. Elle n'arrivait plus à se contrôler. Elle poussa un hurlement qui n'avait rien d'humain.   

"Don't worry, you are just as sane as I am"
Luna Lovegood

Une sacrée réserve d'encre  Privé 

La "cachette" de Lys était le fond du lac. Lorsque Hakô plongea dans l'eau pour sauver l'autre Serdaigle , Juliette se sentait idiote et inutile sur le bord du lac, couverte de boue, le dessin à la main.

Quand, enfin, Lys reprit connaissance, il y eut quelques secondes pendant lesquels personne ne disait rien. Quand la sauveuse dit des mots normalement réconfortants, Lys se jeta sur Juliette et lui arracha le papier humide des mains.

Éberluée, la Gryffondor ne dit rien. Pourquoi une réaction aussi bizarre ? Ce n'était qu'un dessin, chacun faisait ce qu'il voulait sur du papier, non ? Même si le rendu était étrange...

Ne la comprenant pas, Juliette tourna la tête vers Lys, et la regarda profondément. Celle ci ne réagit pas : peut-être n'avait-elle juste pas remarqué. 

" Ecoute, Lys, pourquoi fais-tu ça ? Ce n'est qu'un dessin : chacun fait ce qu'il veut sur un papier, non ? Et puis, maintenant, nous sommes toutes les trois trempées, on est égale, au moins... ", avait dit Juliette sur un ton beaucoup plus calme et innocent que ce qu'elle ressentait.

Elle aimerait questionner la Serdaigle en face de Hakô et elle, sur son dessin, sur le fait qu'elle ne se soit pas débattu et sur son énervement, mais n'osait pas : elles étaient toutes dans un état de choc.

La brunette s'assit sans vraiment réfléchir sur le sol, un peu plus loin, entre boue et herbe. Une fois installée, elle tendit la main à ses nouvelles amies pour les inciter à venir à côté d'elle, et sortit de sa sacoche de cours trois Chocogrenouilles.


" Venez vous asseoir, on est bien, là, par terre ! Et... J'ai du chocolat ! ", dit Juliette comme atout. 

Membre du club de théatre
Si un chameau te dit qu’il sait parler, c’est qu’il te ment.
Est confiance. Est-ce que ça t’as déjà apporté le malheur ?
  Retour   Répondre