Lac

Inscription
Connexion

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

Réservé Daisy Oddley et Aliénor Delphillia

Enfin cette heure de cours se termine ! Ce n’est pas qu’Aliénor n’apprécie pas les matières enseignées à Poudlard, loin de là, elle est ravie, mais la dernière heure de classe est toujours la plus longue, c’est un mystère pour personne. Il a fait beau toute la journée, Aliénor regardait souvent par la fenêtre et se mettait à rêvasser. Elle a toujours vécue en extérieur et ces derniers temps elle était tellement obstinée par le fait de visiter le château que le grand air commence à lui manquer.

Elle se dirigea directement vers l’extérieur et respira un grand coup. Une légère brise vint balayer ces cheveux et rafraichir sa nuque. Elle passa une main sur celle-ci et s’étira de tout son long. Elle commença à marcher en direction du lac. Aliénor a toujours vécu près de l’eau, ça l’apaise et lui permet de faire marcher son imagination.

Après quelques bonnes minutes de marche Aliénor arriva près de l’eau, pas l’eau comme elle n’avait l’habitude de la voir, translucide et courante comme une proie fuirait son prédateur, non. L’eau du lac est sombre et reflète la jeune fille avec une fidélité surprenante. Elle regardait son visage quand ce reflet si pur fut troublé par une légère onde. Aliénor redressa la tête en suivant la trajectoire inverse de la vague. Sa surprise fut totale quand elle aperçut au loin dans le lac un calamar.

-Il y a ce genre de bestioles dans le lac ?

Aliénor s’assis sur une petite étendue d’herbe devant le lac. Elle sentait qu’elle allait avoir de belles surprises durant sa scolarité à Poudlard et cela mettait en joie la jeune Poufsouffle en soif d’aventures.

Elle s’allongea de tout son long et ferma les yeux un bref instant, elle laissait son esprit divaguer. Elle laissait aller tous ces sens, sentait l’odeur de l’herbe fraiche et de la vase, le bruit répétitif de l’eau qui ondulait le long de la rive, la sensation de l’herbe sur sa peau et l’humidité qui venait rafraichir son dos, ce qui contrastait avec le soleil qui réchauffait d’une simple caresse chaque parcelle de sa peau. Aliénor se détendait, elle était bien. Un sourire s’étirât sur ces lèvres, que c’est pratique d’avoir un endroit comme celui-ci pour décompresser après les cours. Elle se mit à fredonner quelques chansons moldu sans s’inquiéter de la présence de quelqu’un, après tout le lac est grand il y avait peu de chance que quelqu’un tombe sur elle.
Dernière modification par Alienor Delphillia le 9 juin 2018, 17 h 48, modifié 1 fois.

Se protéger du soleil c'est protéger sa santé
Aliénor Ddelphillia 1ère année, Poufsouffle

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

De longs mois s’étaient écoulés depuis son entrée à Poudlard. Daisy s’étonnait de jour en jour au fil des découvertes qu’elle faisait. Tout lui semblait si différent ici. Si particulier mais si ..normal après tout. Elle était une sorcière et faisait désormais partie de ce monde. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle s’était confortablement assise dans un fauteuil de sa salle commune, un livre sous le nez, écoutant les crépitements des flammes sortant de la cheminée. Au fil de ces soirées, elle avait remarqué une ombre au travers des vitraux. Selon les dires des élèves plus âgés, il s’agissait du calmar géant du lac. Il était impressionnant par sa taille et il était facile pour lui de couper les rayons de soleil, empêchant une lumière naturelle de passer dans la salle commune des Serpentard. La fin d’année approchait et la météo se faisait de plus en plus clémente. Elle avait décidé qu’elle irait au lac aujourd’hui, histoire de voir ce gros animal de plus près. La petite sorcière voulait aussi profiter de ce beau temps pour pouvoir lire tranquillement à l’air frais, sans le brouhaha commun des fins de journées. Ainsi, la brune avait emporté avec elle un exemplaire d’un bestiaire très connu, traitant des animaux aquatiques. Elle s’était installée pendant un moment près de la rive, sur l’herbe. Assise sur sa veste, elle scrutait avec attention la surface de l’eau. De temps à autre, un tentacule sortait hors de l’eau, comme s’il voulait jauger la température extérieure. A chaque apparition de l’animal, Daisy tournait vivement ses pages, manquant presque de les déchirer pour relire un passage traitant ce monstre. Elle était particulièrement de bonne humeur aujourd’hui. Elle se sentait presque comme une magizoologiste. Plongée dans ses rêveries, la jeune fille se posait des tas de questions sur lui. Depuis quand était-il là ? Et puis, tout simplement, d’où venait-il ? La liste était longue et les minutes passaient beaucoup plus vite ici, qu’à attendre l’heure du dîner à l’intérieur du château.

La chaleur de son cuir chevelu l’a coupé instantanément de ses rêveries. La main posée sur sa tête soigneusement chauffée par le soleil, elle se rendit compte qu’elle était sans doute restée un peu trop longtemps assise ici. Il faut dire que le soleil se reflétait sur l’eau et que ça tapait pas mal lorsqu’on était au bord.

- Je ne sais même pas quelle heure il est.

Elle marmonna pour elle-même, nouant sa veste autour de sa taille. Daisy ne voulait pas encore rentrer, le lac était calme et tranquille, et elle se mit en quête d’une place à l’ombre. Elle continua de marcher le long de la rive, le livre coincé sous le bras, notant les grenouilles et crapauds qui allaient se réfugier dans l’eau quand son ombre s’approchait d’eux. Continuant son chemin, elle vit une tache claire dans l’herbe. Quelqu’un était allongé là et Daisy remercia tous les dieux possibles pour n’avoir pas donné de coups de pied dans les cailloux qu’elle voyait, la personne n’aurait sans doute plus d’oeil à l’heure qu’il était.

« N'aie pas pitié des morts. Aie plutôt pitié des vivants et surtout de ceux qui vivent sans amour. »
Première année RP

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

Cela faisait quelques temps qu’Aliénor était allongée là, les animaux c’étaient habitués à sa présence. Les oiseaux volaient sans gêne au-dessus d’elle, les grenouilles et crapauds peuplant le lac passaient à côté même un papillon se posa sur le dos de sa main. Le calamar lui faisait voler de temps en temps ces tentacules ce qui bloquait les rayons du soleil. Aliénor rêvait de cette créature s’imaginant comment elle avait pu arriver ici, certainement encore toute petite et comment elle avait grandi. Son père ne lui avait jamais parlé d’une telle créature. Il était plus porté sur les créatures terrestres mais s’il avait vu cette créature lorsqu’il étudiait ici, il lui en aurait parlé.
Elle se redressa légèrement pour scruter l’eau si calme du lac. Elle s’appuyait sur ces coudes et laissa tomber sa tête en arrière en fermant les yeux. Elle entendit un mouvement inhabituel, les grenouilles sautèrent rapidement dans l’eau et l’oiseau était parti Aliénor ouvrit doucement les yeux et vit ce que semblait être une personne, une personne… De tout le lac il a fallu qu’elle tombe ici cette personne.

Aliénor se retourna pour mieux voir de qui il s’agissait. Elle avait de jolis cheveux bruns qui volaient au vent et la couleur émeraude du blason cousu sur sa robe indiquait sa maison : Serpentard.

Aliénor n’avait pas encore fait connaissance avec grand monde et encore moins des gens d’autres maisons. Elle pencha sa tête sur le côté et continuait de fixer la jeune fille qui elle aussi l’avait remarqué. Elle avait un livre sous le bras, Aliénor n’arrivait pas à en lire le titre. Savoir ce que lit quelqu’un est révélateur de sa personnalité, même si Aliénor ne lisait pas beaucoup, elle s’intéressait souvent à la lecture des autres pour cette raison.

Elle se leva péniblement et s’étira de tout son long, les vertèbres de sa nuque craquèrent ce qui extirpa un «aïe » de sa bouche. Elle massa doucement celle-ci en se retournant vers la jeune sorcière. Elle devait avoir un peu près le même âge qu’Aliénor. Un petit sourire se dessina sur ces lèvres alors que pointant du doigt le livre elle lança :

-C’est quoi comme livre ?

Se protéger du soleil c'est protéger sa santé
Aliénor Ddelphillia 1ère année, Poufsouffle

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

La tâche claire sur l’herbe venait de se lever. C’était une jeune sorcière tout comme Daisy, probablement une première année. La jeune fille s’étira longuement, le craquement de ses os se faisant entendre. “Elle veut se battre” fut certainement la première pensée de Daisy ; elle venait de la déranger et sa réaction serait tout à fait normal pour être honnête, il fallait dire qu’il était rare de se trouver un coin tranquille dans un après-midi pareil. Mais lorsqu’elle se retourna, Daisy changea rapidement d’avis. La brune lui sourit, pointant du doigt le livre qu’elle tenait.
- C’est quoi comme livre ?

Elle suivit du regard la direction que le doigt pointait, à la fois étonnée et soulagée qu’enfin quelqu’un s’intéresse à sa lecture. Elle était habituée aux ignorants traitant d’intello toutes personnes tenant du papier dans les mains, et la question de la jeune fille lui parut proche du miracle. Sa propre famille ne s’intéressait pas à ce qu’elle pourrait bien lire.
- Oh c’est euh Vie et habitat des animaux aquatiques par plusieurs magizoologistes assez connus. Tu connais ? titre inventé et inspiré
Daisy lui avait demandé cela en lui rendant un petit sourire timide, laissant apparaître ses fossettes.  Elle se sentait un petit peu gênée et pensait encore à l’oeil qu’elle aurait pu lui faire perdre un peu plus tôt si elle avait frappé dans un caillou. La sorcière affichait un joli carré ondulé, et Daisy se surprit à observer son regard vairon. Elle le trouvait d’autant joli qu’il était rare et elle se dit qu'elle devait être bien chanceuse d'avoir de tels yeux. Le soleil fit refléter son petit écusson jaune et noir, c’était donc une Poufsouffle. Ce devait bien être la première fois de toute l'année que Daisy croise une élève de Poufsouffle toute seule.

« N'aie pas pitié des morts. Aie plutôt pitié des vivants et surtout de ceux qui vivent sans amour. »
Première année RP

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

La sorcière face à Aliénor semblait soulagée et ravie de la question de celle-ci. Elle ne se posa pas trop de questions, intéressée par la réponse à sa question. Après un petit moment de réflexion, la Serpentard se décida à lui répondre.

- Oh c’est euh Vie et habitat des animaux aquatiques par plusieurs magizoologistes assez connus. Tu connais ?

Oh, un livre sur les créatures magique sous-marines ? Cela fit sourire Aliénor de plus belle, il y a quelques minutes elle y pensait, quelle coïncidence. Elle se retourna vers le lac, cette fille avait peut-être vu ce calamar qu’Aliénor ne faisait qu’apercevoir.
Lorsque son regard se posa de nouveau sur sa camarade, Aliénor remarqua que celle-ci la fixait dans les yeux. Elle en avait l’habitude, avoir les yeux vairons n’est pas commun et être dévisager est devenu une habitude pour la jeune fille. Elle fit quelques pas vers la Serpentard.

-Un de ma mère, un de mon père !

Elle pointa du doigt ces yeux l’un après l’autre dans un mouvement de va et vient. Puis, se reconcentrant sur le livre Aliénor essayer de s’imaginer ce qui pouvait pousser une fille à lire ce genre de livres. Elle devait être passionnée ou intriguer par quelque chose. Aliénor n’était pas une grande lectrice donc pour elle, lire ce genre de livre est réservé aux cours ou à la passion.

-Tu es passionnée par les créatures aquatiques ?

Aliénor voulait en savoir plus, les gens passionnés sont une source d’inspiration et souvent très intéressants et en plus, les récits de son père et ces histoires du soir de son père seraient enfin rentabilisés. En effet, Aliénor n’avait pas parlé de ce genre de sujet avec les élèves qu’elle avait croisé jusque-là.

Se protéger du soleil c'est protéger sa santé
Aliénor Ddelphillia 1ère année, Poufsouffle

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

- Un de ma mère, un de mon père !
La jeune fille venait de lui sourire à nouveau et s’était même rapprochée d’elle. Elle venait de lui montrer ses yeux, l’un était bleu, l’autre marron. Daisy n’avait pas été très discrète pour observer son regard visiblement. Elle se rappela l’une de ses vieilles lectures parlant de légendes où elle avait appris que les Indiens d’Amérique considéraient les animaux aux yeux vairons comme protégés par leurs ancêtres, et qu’ils étaient destinés à protéger la terre et le ciel. La brune voulait lui dire qu’elle les trouvait vraiment jolis mais une petite timidité naissait en elle. Elle ignorait si la fille savait qu’ils étaient presque vénérés dans certaines cultures et n’osa pas le lui dire, peut-être en avait-elle marre que tout le monde remarque ses yeux.

- Tu es passionnée par les créatures aquatiques ?
Daisy sourit largement, agréablement surprise par cette nouvelle question. Etait-elle passionnée par les créatures aquatiques ? Oh que oui ! Mais pas que. Elle aimait toutes sortes d’animaux possibles, des plus petits aux plus grands, des plumes aux écailles. Elle passa une mèche de cheveux derrière son oreille sans doute par habitude avant de gesticuler un petit peu des bras, proche de l’excitation pour parler de ce qui lui donnait envie de se lever le matin depuis des années.
- J’adore ça ! Mais j’aime beaucoup les autres aussi ! Je suis disons..oui, passionnée par ça. Je pense que c’est le bon mot. J’étais venue ici pour voir un peu ce gros calmar et pour lire un peu à son sujet, euh.. tranquillement disons, et puis je -

Elle avait dit ça en riant nerveusement. Elle se connaissait bien et se stoppa dans sa phrase. La sorcière s’emportait rapidement lorsqu’elle était complètement plongée dans un sujet, allant jusqu’à donner des maux de tête aux autres, surtout lorsque ce sujet lui parlait et lui plaisait autant. Mais Daisy se reprit, son éducation remontant à la surface telle une bulle d’air.
- Oh et puis je suis désolée de t’avoir dérangée. Je voulais juste bouger un peu de ma place. 

Daisy essayait de cacher sa nervosité naissante. Elle ne savait pas pourquoi elle était toujours gênée de commencer à parler de ce qu’elle aimait, comme si elle devait s’expliquer à chaque fois. La petite sorcière avait grandi un peu à l’écart des autres, et elle avait toujours trouvé un certain réconfort chez les animaux et dans les livres. Sa propre famille ne la comprenait pas, lui expliquant sans arrêt qu’il fallait qu’elle s’intéresse à autre chose, qu’elle fasse ce que les autres enfants faisaient. Alors la petite Oddley n’était vraiment pas habituée à ce qu’on la questionne sur sa lecture ou bien même sur ce qu’elle aimait. Mais elle était ravie. Ravie d’avoir enfin croisé une personne voyant un peu plus loin que le bout de son nez.

« N'aie pas pitié des morts. Aie plutôt pitié des vivants et surtout de ceux qui vivent sans amour. »
Première année RP

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

Un large sourire se dessina sur les lèvres de la Serpentard. Aliénor ne savait pas réellement ce qu’elle avait fait pour mettre sa camarade tant en joie mais elle lui rendit son sourire heureuse de faire sourire les gens sans même chercher à le faire.

- J’adore ça !


Aliénor comprit, rien qu’avec cette phrase, ce qui mettait sa camarade en joie. Parler d’une passion est toujours satisfaisant, on est comme transporter dans un monde qui nous correspond et nous plait. C’est exactement cette expression qu’Aliénor retrouvait sur le visage de la jeune fille. Elle lui expliqua qu’elle était passionnée par tous les animaux en général. Cet enthousiasme soudain mettait Aliénor en joie, cela fait plaisir de voir quelqu’un passionné et heureux de parler de son univers et c’est communicatif.

- J’étais venue ici pour voir un peu ce gros calmar et pour lire un peu à son sujet, euh.. tranquillement disons, et puis je –

Elle en savait donc un peu plus qu’Aliénor au sujet de cette créature du fond u lac ? Ceci intrigua Aliénor qui voulait lui poser des milliards de questions comme si cette personne en face d’elle avait la science infuse. Ce qui est faux évidement mais peut-être avait-elle certaines réponses, ou se livre d’ailleurs.

- Oh et puis je suis désolée de t’avoir dérangée. Je voulais juste bouger un peu de ma place.

Aliénor prit un air interrogateur, elle s’excusait ? Le lac est à tout le monde, certes au début Aliénor était un peu irritée d’être dérangée mais c’est bien mieux de partager sa journée avec quelqu’un que de la vivre seule.

-Tu n’as pas à être désolée ! Moi aussi je regardais le calamar.

Aliénor se plaçât à côté de la jeune fille et regardait le lac si calme.

-Dit, tu sais comment il a pu arriver là ce truc ?

Aliénor était excitée à l’idée d’en apprendre plus sur cette chose et en plus elle pourra craner au près de son père.

-Au fait moi c’est Aliénor.

Se protéger du soleil c'est protéger sa santé
Aliénor Ddelphillia 1ère année, Poufsouffle

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

Daisy avait choisi de s’excuser. A sa place, elle n’aurait pas voulu être dérangée et aurait sûrement rouspéter intérieurement. Mais la jeune fille la rassura, lui assurant qu’il n’y avait nul besoin de le faire et que de toute façon, elle ne faisait rien d’autre que d’observer l’animal. Ainsi Daisy n’était pas la seule à être quelque peu intriguée par ce gros calmar et cette pensée la réjouissait au plus haut point. Elle, qui le voyait presque quotidiennement à travers les vitraux de la salle commune des Serpentard, pensait être la seule à vouloir le voir de plus près. Eh bien non ! Elle s’était trompée visiblement. La sorcière venait de se rapprocher de l’autre et se mit à regarder le lac. Daisy suivit son regard, se mettant à son tour à scruter la surface de l’eau.

- Dit, tu sais comment il a pu arriver là ce truc ?
- Je ne sais pas trop. Le livre a plusieurs hypothèses mais rien ne.. le certifie il me semble. Soit, il y a très longtemps, quand le lac remplissait toute la vallée, avant même que Poudlard n’existe, plusieurs calmars étaient là et ont finit par disparaître avec la réduction de l’eau. Soit peut-être l’a-t-on importé de quelque part, mais je penche plutôt pour la première raison. La mer n’est pas si loin après tout.

La brune avait répondu comme si elle se récitait ce qu’elle venait de lire un peu plus tôt, bien qu’un peu déçue de pas pouvoir y répondre correctement. Elle voulait aussi connaître l’origine de ce ‘truc’. Le livre traitait un peu de l’animal puisqu’il aborde une école de sorcellerie, expliquant son régime alimentaire, sa taille et autres détails mais sans s'y étendre énormément. Il parlait plus des animaux aquatiques magiques, et malheureusement ce calmar ne semblait pas pourvu de magie. Son regard était perdu dans le vide et avec un sourire triste aux lèvres, elle s’imaginait alors une petite famille de calmar géant se réduire à un seul individu. La pensée lui fit un petit pincement au coeur et elle reporta son attention sur sa camarade.

- Au fait moi c’est Aliénor.
- Oh, moi c’est Daisy ! Daisy Oddley.

Elle était ravie que cette rencontre inattendue prenne une tournure aussi amicale. Plus généralement, lors de ce type de rencontre, chacun passe son chemin, ou alors, les personnes s’échangent quelques banalités comme la météo pour retourner chacun à ses occupations.

« N'aie pas pitié des morts. Aie plutôt pitié des vivants et surtout de ceux qui vivent sans amour. »
Première année RP

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

Admirant l’eau calme en face d’elle, ce paysage était simple mais beau. Entre deux troncs d’arbres, une petite étendue d’herbe en premier plan et cette étendue d’eau bleu gris. Le soleil reflétait sur le miroir infini du lac. De temps en temps, des bulles éclataient à la surface créant de toutes petites vagues qui s’échouent au bord.

La jeune Serpentard expliqua ce qu’elle avait appris certainement dans le livre qu’elle avait dans les mains. Aliénor imaginait, il y a des années, toute cette verdure recouverte d’eau et un tas de créatures vivant à l’intérieur. Parmi elles, une famille de calamars. Aliénor n’avait pas pensé à cela, en même temps elle ne c’était jamais réellement penchée sur l’ancienne faune et flore du lieu où elle vit maintenant.

Sa camarade expliquait cela avec tant de passion, Aliénor souriait, apprendre des choses c’est bien et elle était satisfaite de cette petite conversation.

- Oh, moi c’est Daisy ! Daisy Oddley.

Daisy, c’est mignon comme prénom, Aliénor n’avait jamais rencontré de Daisy. Elle regarda autour d’elle et aperçu un petit ponton qui s’avançait sur le lac un peu plus loin. Peut-être que là-bas elles pourront apercevoir cette mystérieuse et impressionnante créature.

Elle observa sa camarade, elle ne savait pas si elle désirait continuer de faire connaissance avec elle. Mais qui ne voudrait pas se faire de nouveaux amis ! Aliénor se décida donc de lui proposer cette petite promenade.

-Tu as vu le ponton là-bas, ça te dirait d’y aller pour pouvoir observer le calamar.

Elle souriait en espérant que sa proposition ne tomberait pas à l’eau. Elle voulait faire connaissance avec cette fille qui avait cette passion commune avec son père. Parler avec Daisy, rappelait à Aliénor son père et lui enlevait le possible manque de celui-ci.

Se protéger du soleil c'est protéger sa santé
Aliénor Ddelphillia 1ère année, Poufsouffle

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

Daisy venait de remarquer que sa camarade la regardait. Elle ne comprit pas pourquoi, son physique était des plus banales au monde, bien loin derrière le regard adoré de l’autre sorcière. Et puis avec un sourire, Aliénor lui proposa de s’approcher ensemble du lac pour observer leur ami commun, ce vieux calmar, en lui montrant un ponton un peu plus loin. La brune haussa les sourcils de surprise -et se nota mentalement au passage qu’il fallait absolument qu’elle apprenne le self control à cette partie de son visage pour arrêter ça tout de suite- avant d’accepter gaiement.

- O-oh oui bien sûr ! Il t’intéresse aussi pas vrai, hein ?

Le sourire scotché aux lèvres, elle s’avança un peu de ce ponton pas très loin, non sans oublier de donner un coup de pied dans les quelques gros cailloux dans son chemin. C’était la première fois à Poudlard qu’elle pouvait parler le coeur ouvert. Elle ne sentait pas jugée par sa petite camarade, ou du moins pas trop. Elle se sentait presque libre pour une fois. Elle se frênait tout de même dans ses paroles pour ne pas divaguer et pour laisser un peu respirer l’autre brune, mais la tournure de la conversation lui enlevait le petit poids qu’elle se laissait sur les épaules par habitude. Un poids qui lui donnait l’impression de se fondre dans le moule, pour qu’on la laisse tranquille. Un poids qui lui empêchait de s’envoler dans ses petites rêveries incessantes du quotidien et lui ancrait les pieds sur terre, avec les autres enfants qu’elle n’appréciait pas.

- Tu sais qu’on peut le voir depuis la salle commune ? Enfin, ma salle commune, celle des Serpentard. Parfois, il coupe les rayons du soleil, alors on a l’habitude de toujours faire brûler une bougie lorsqu’on joue ou qu’on lit.

Elle parlait avec un sourire idiot, se souvenant de la première fois où le calamar avait fait du sur place devant l’un des vitraux de la salle des Verts et Argents. L’élève avait alors pesté, pliant son journal et le jetant sur la table. Et lorsque l’étudiant s’installa boudeur dans le canapé de cuir noir, il se mit à nager ailleurs.

- Les selkies font aussi de l’ombre mais pas autant. Et c’est un peu plus rare.

Daisy regarda Aliénor pour voir si celle-ci la suivait et qu’elle ne s’était pas échappée en courant à l’autre bout du lac. Elle pinça ses lèvres, espérant n’avoir pas trop parlé pour lui donner cette envie.

« N'aie pas pitié des morts. Aie plutôt pitié des vivants et surtout de ceux qui vivent sans amour. »
Première année RP

Une bête, une chute et de l'eau  privé 

- O-oh oui bien sûr ! Il t’intéresse aussi pas vrai, hein ?

Aliénor sauta presque de joie en entendant la réponse positive de sa camarade. Un grand sourire fendait le visage de la Poufsouffle, elle était très heureuse de pouvoir faire plus ample connaissance avec la vert et argent. Mais la fin de la phrase de Daisy lui restait en tête.

Si cette créature intéressait Aliénor, et bien, elle n’en savait trop rien. Elle n’a jamais tellement été passionnée par les créatures en tout genre, du moins les étudier n’était pas son plus grand rêve. Mais son père lui avait tellement raconté d’histoires avec passion que peut-être il lui avait transmise un peu de son intérêt. En réalité, c’était plus par curiosité que la jeune fille voulait en savoir plus. Ce qu’elle apprenait l’aidait à réaliser de nouveaux dessins, à imaginer de nouvelles choses et à voir le monde encore plus grand.

-Mon père est passionné par les créatures magique et non magique aussi d’ailleurs ! Mais moi, peut-être un peu, en fait je suis juste curieuse !

Aliénor sautillait sur le chemin regardant autour d’elle et ne faisant pas trop attention à sa camarade. Elle l’écoutait d’une oreille mais elle était très heureuse d’aller voir cette chose de plus près. C’est un peu comme le monstre du loch Ness version Poudlard.

- Tu sais qu’on peut le voir depuis la salle commune ? Enfin, ma salle commune, celle des Serpentard. Parfois, il coupe les rayons du soleil, alors on a l’habitude de toujours faire brûler une bougie lorsqu’on joue ou qu’on lit.

Ah bon ? Aliénor trouvait ça exceptionnel. Les Serpentards avaient vu lac depuis leur salle commune, que c’est bien. Aliénor réfléchit un instant mais elle n’avait jamais réellement fait attention à ce qu’on voyait par la fenêtre de sa salle commune, la chose la plus importante pour elle étant la proximité avec la cuisine.

- Les selkies font aussi de l’ombre mais pas autant. Et c’est un peu plus rare.

Aliénor s’arrêta net, les selkies ? Elle ne connaissait pas du tout cette chose. Elle réfléchit un instant puis, redressant la tête elle vit que sa camarade continuait d’avancer et la devançait de quelques mètres. Elle se mit à courir dans sa direction en criant :

-Attends ! C’est quoi les selkies ?


Aliénor arriva vite vers sa camarade mais peut-être un peu trop vite…

Se protéger du soleil c'est protéger sa santé
Aliénor Ddelphillia 1ère année, Poufsouffle