Lac

Inscription
Connexion

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

"Love, Electricity, Shockwave Central, Power on the Motherboard, Yes ♫"

Oh dieu, il était tellement difficile de vivre sans musique ! Aishani ne vivait ici que depuis quelques jours et déjà elle avait besoin d'échappée belle, d'évasion, de divertissements. Elle n'avait plus pu utiliser son walkman numérique depuis la Gare de Londres, mais la chance avait été avec elle pour le reste de son sac. Après tout, sa chaperonne l'avait prévenue que l'électronique ne fonctionnerait pas. Mais rien n'empêchait d'user d'objets mécaniques !

Le Lac était clair, on était en Septembre après tout, avec encore quelques jours de beau temps avant l'automne. La jeune fille posa son lourd sac de sport sur la pelouse en pente autour de l'étendue d'eau. Elle se massa les épaules, cela avait été dur de transporter tout son matériel jusqu'ici, mais la jeune fille des cités avait rapidement remarqué qu'il allait être difficile dans un premier temps d'exercer sa passion trop proche des territoires de l'école.

Et elle en avait VRAIMENT besoin... Alors tant pis pour la fatigue...

Un petit vent frais soufflait, en provenance du lac, un peu humide, mais agréable. Il venait faire trembler la capuche de son hoodie noir, qu'elle portait sous l'une de ses robes de travail. Elle retira sa coiffe, laissant battre ses cheveux noirs au vent, aspirant l'air à grande bouffée, se donnant la force créative nécessaire. Ses paupières s'abaissèrent, méditatives, avant de se relever, dévoilant deux yeux remplies d'une énergie renouvelée.

"Overload, overload, overload !Comin' up to the overload, overload, overload !.. ♫"


La jeune fille s'accroupit sur le sol, ouvrant son sac d'un geste habitué. Elle dévoila un ensemble de tubes de métals, ainsi qu'un tube de plastique, contenant de longues feuilles de papiers. Elle s'arrêta avant de sortir son matériel, regardant autour d'elle. Elle soupira avant de se relever.

"Ce n'est pas satisfaisant..."

'Chani sortit sa baguette, fouillant du regard autour d'elle. Deux pas sur la droite, et elle faisait face à un terrifiant monticule d'herbe vivace... La jeune fille déglutit, ses yeux se posant sur sa baguette comme on pose ses yeux sur un pistolet...

"Okay... Je l'ai vu en cours... C'est facile... Inspire... Expire..."


Elle pointa la baguette vers l'imposant monticule avant de crier, plus fort que nécessaire :

"Flipendo !"

Le sort frappa la terre avec violence, faisant peur à un martin-pécheur se reposant dans un des buissons de la berge, imprimant un mouvement de recul et de protection involontaire à la jeune magicienne. Clignant des yeux, elle regarda le résultat à travers la poussière soulevée par l'impact... Le résultat était... embarrassant.

Aishani se força à sourire. Ça marchait, mais ça allait prendre du temps... Autant voir ça comme un entrainement...

Elle se redressa, ses cheveux rebelles commençant à sortir de sous sa robe, repoussée par l'activité étrangement physique d'user de sorts de duels contre la Nature. Sa baguette se leva, imprima le mouvement à nouveau :

"Flipendo !"

Le martin pêcheur tournait autour de la magicienne, trop effrayé pour redescendre. Sa cervelle de moineau n'arrivant pas à comprendre la forme bipède noire, qui semblait crier avec force et violence contre la berge, aplatissant un peu plus l'herbe à chacun de ses cris. Ces animaux magiques étaient si étranges et imprévisibles...

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

Il était devenu presque habituellement pour moi de me perdre dans Poudlard. Je n'avais toujours pas découvert pourquoi et à vrai dire, je n'avais même pas cherché. Après tout, c'était peut-être normal : ça ne faisait pas très longtemps que j'étais arrivé ici. Aujourd'hui ne faisait pas exception : alors que j'avais eu au bas l'intention de m'installer dans la bibliothèque pour y étudier un peu, impossible de la trouvé ! À la place, alors que j'étais passé d'une forêt d'escalier à.. Un lac. C'est très étrange de se retrouver aussi loin du château alors qu'à la base j'étais à L'INTÉRIEUR.

Enfin bon, le cadre n'était pas dérangeant pour y travailler, je me suis donc assise par terre, assez loin du lac pour ne pas y tomber ou y faire tomber mes affaires. J'ai sorti mes manuels et une pomme. Puis, après m'être adossé à un mur, j'ai commencé à lire : "Alors que la constellation Cassiopée, aussi appelée Trône, est connue chez les Moldus pour être la représentation de la reine d'Éthiopie enchainée à son trône après l'affront qu'elle aurait fait aux dieux, chez les sorciers, cette constellation cache certains secrets. En effet, il a été prouvé par certains chercheurs sorcier que cette constellation pouvait aider..."

Une voix chantante me fit sortir de mon livre. Elle chante bien. J'ai donc levé mon nez du livre pour observer autour de moi, histoire de voir à qui pouvait appartenir cette jolie voix. Je vis une fille, cheveux ébène, qui se dirigeait dans ma direction, sans pour autant s'être aperçue de ma présence. Elle s'arrêta et s'accroupit avant de sortir un tas de babioles de son sac. Puis, elle rester un instant, observant son bazar avant de se relever insatisfaite.

Je me suis dit qu'elle avait une idée en tête... j'allais me replonger dans mon libre quand

"Flipendo !"

Hein? Quoi ? Mais qu'est-ce qu'elle fait ?

"Flipendo !"

Elle est pas bien où quoi ? Elle veut me faire mourir de peur ? C'est quoi son problème ? Son but ? J'étais à peu près dans le même état qu'un martin-pêcheur pas loin. Je me suis relevée d'un coup, j'ai jeter mon livre dans mon sac, croquer ma pomme pour me donner un peu de courage avant de lui dire un peu agacée.

- Tu m'as fait peur ! Tu pourrais faire attention ! Et si un morceau de terre avait atterri sur ...

Puis, je me suis arrêté net. Regardant son tas d'objets et son "oeuvre"...

- moi... Mais pourquoi tu lances des flipendos sur la butte ? Et ... tu fais quoi en faite ?

Elle avait éveillée ma curiosité, me faisant complètement oublié mon livre au combien passionnant. Je n'attendais plus que sa réponse.

“Le temps n’est jamais perdu quand on est perdu tout le temps.” - Surement quelqu'un...
Membre du PATA-P

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

"Flipendo !"

Une goutte de sueur descendait le long du front de la jeune sorcière, se perdant dans un sourcil plissé par l'effort, alors qu'elle enchainait ses sorts, maltraitant avec attention le plan d'herbe incliné devant elle. Tout son corps était en tension, électrique, fébrile, alors que chaque impact magique remplissait son esprit d'une fascination terrifiée devant sa propre puissance. Elle ne faisait plus vraiment attention à ses alentours, toute à sa tâche. Son bras se levait, se tendait, redescendait avec expérience puis...

La voix d'une autre personne ! Ses réflexes prirent la priorité sur son esprit alors qu'elle tournait la baguette vers l'intrusion, surprise dans son exercice. Elle reconnu juste à temps une autre élève, sa voix subvertie par l'effroi.

"Flipend-Aah !"

Le sort craque et explosa au bout de la baguette, se retournant contre la jeune magicienne. Elle se retrouva projetée vers l'arrière sur deux petits mètres, perdant l'équilibre et chutant sur le sol. Ses quelques cours de Judo lui revinrent alors qu'elle frappait sur le sol de sa main, tendant son corps de la bonne manière pour ne plus se faire mal. La baguette avait volée hors de ses mains. Alors qu'elle retombait, la jeune sorcière contempla le ciel quelques secondes, ses sens reprenant le contrôle sur son corps.

Elle venait de se donner en spectacle n'est ce pas ? Espérons que la chute n'ait pas trop paru brutale...

Aishani se redressa sur ses coudes, relevant sa tête, ses yeux sur l’intruse.

- "J'vais bien ! Tout va bien ! Tu m'as fait peur !"

Devant elle une jeune fille aux cheveux bruns ondulés lui tombant sur les épaules. Elle ne semblait pas agressive, ni fâchée ou quoi que ce soit de négatif. Peut être un peu surprise par ce qu'il venait de se passer ... Elle portait les couleurs de Poufsouffle, ou en tout cas, elle avait du jaune sur sa cravate.

Aishani se releva avec agilité, faisant battre ses bras sur sa robe de travail pour en éliminer la poussière. Elle regarda son sac de sport dont dégueulait les aérosols de métal. Ses yeux revinrent vers la jeune Poufsouffle, elle était plus petite qu'elle et avait les traits de la curiosité, puis sur le sac à nouveau, puis sur la jeune fille. Oh...

"Je ne fais rien de mal, je l'jure.". Pourquoi avait elle commencé comme ça ? "C'est...". Respire 'Chani, respire. "C'est juste que j'avais besoin d'un emplacement plat mais incliné et que je ne connais pas de sorts pour le faire proprement et... Enfin voila."

De frustration face à sa propre tension, elle fit un mouvement de présentation brusque devant son "travail" : un espace de terre et d'herbe ayant l'ambition d'être rectangulaire, de plutôt bonne taille, dont la seule qualité visible semblait être que la pente avait été nivelée à coup de pelles. Ce n'était pas parfait, et il manquait un coin... Hum... Mais ça suffirait. Aishani n'avait plus vraiment l'envie de se donner encore en spectacle devant quelqu'un d'autre.

Sa baguette trainait à côté du sac, la jeune Gryffondor se déplaça pour la récupérer doucement, avant de la ranger dans la poche intérieure de sa robe. Elle s'intéressa ensuite à son sac, fouillant à l'intérieur avant d'en sortir un long tube en plastique noir, long de plus d'un mètre, qu'elle ouvrit avant d'en sortir deux gigantesques feuilles de papier.

Elle sentait le regard de la Poufsouffle sur sa nuque.

"Je... J'aime peindre mais mon art n'est pas habituel et... Bref, je ne peux pas m'entrainer dans l'école parce que... Enfin, voila."

Elle regarda la jeune sorcière du coin de l’œil, attentive à ses réponses émotionnelles, ne remarquant pas que son tour de tête faisait désormais déborder sa longue, très longue, trop longue natte de cheveux noirs hors de sa capuche. Aishani était encore trop tendue pour être vraiment cohérente, ou attentive à ce genre de détail. Elle sortit l'un des tubes de métal. Celui ci présentait une couleur jaune flashy sur sa taille. Elle secoua l'aérosol avant de l'actionner sur un bord de l'une de ses feuilles, dans le sens du vent. Immédiatement, un jet de peinture vint dessiner un rond jaune profond, tout aussi criard, sur le coin de la feuille, dans un pschitt bruyant.

"Je sais pas si tu connais... Ce sont des bombes de peinture..."

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

Elle n'avait visiblement pas remarqué ma présence. Elle s'était retourné brusquement vers moi, surprise et... elle allait me lancer un Flipendo dessus ? Je n’ai pas bien compris ce qu'il s'était passé. La seconde d'après, elle avait été éjectée quelques mètres plus loin. C'était une jolie envolée et si on avait été dans un des dessins animés que je regardais quand j'étais chez ma mère, l'un des petits personnages dans ma tête aurait sorti une pancarte avec écrit "10/10". Mais on n’est pas dans un dessin animé, même si je ne peux pas garantir qu'il n'y a pas de petits personnages dans ma tête...Et même si je lui donne quand même 10 sur 10.

Enfin, j'avais déjà été surprise de cette volige et j'ai donc eu un frisson qui a parcouru mon corps quand j'ai compris que, à la base, ce sort m'était destiné. Malgré ça, et c'était surement dû au fait qu'elle avait fait un mouvement particulier au moment de l'atterrissage, comme si elle avait voulu me montrer qu'elle maitrisait la situation, j'arrivais ni à lui en vouloir, ni à être inquiète pour elle : La scène avait été tellement magnifique que j'avais envie de l'applaudir et de rire. Mais ne connaissant pas son caractère et considérant qu'elle pourrait le prendre mal, je me suis abstenue.

- J'vais bien ! Tout va bien ! Tu m'as fait peur !

Bon, déjà elle va bien, c'est déjà... QUOI? C'est MOI qui lui ai fait peur ? Mais c'est elle qui a commencé ! Calme-toi Tayana... tu as bien vu toi même qu'elle n’avait pas remarqué ta présence. Bien vu moi-même... Je vis la fille se relever et se dépoussiérer avant de revenir vers moi. Son regard fit des aller-retour entre moi et ses affaires, comme si elle cherchait à comprendre quelque chose.

- Je ne fais rien de mal, je l'jure.

Oh... Cette phrase avait surement été dite pour me rassurer, bizarrement, j'ai d'un coup au le sentiment qu'elle croyait faire quelque chose de mal. Je ne saurais pas trop dire pourquoi elle réagissait comme ça. J'avais l'impression d'être fasse à moi même quand je viens de faire une bêtise pour tester un truc... Cette fille me plait.

- C'est juste que j'avais besoin d'un emplacement plat mais incliné et que je ne connais pas de sorts pour le faire proprement et... Enfin voila.

Elle s'écarta pour mon montrer son "oeuvre". J'ai eu un petit rire : ça aurait été quand même plus simple et moins dangereux de faire son petit carré de terre avec une pelle. Cela dit... je ne sais pas s’il y avait des pelles à Poudlard et j'admirais l'effort de cette fille, même si c'était très... très!

Je sentis un peu de frustration devant cette... Gryffondor, mais avant que je n'ai le temps de lui poser la moindre question supplémentaire... Ou plutôt, avant que je ne pense à lui poser des questions supplémentaires, elle alla calmement chercher sa baguette et se mis à chercher quelques choses dans son sac. Elle en sortit un tube en plastique noir d'où elle sortit une... deux énormes feuilles.

Puis elle saisis un des tubes en métal qui formait son bazar et.. Oh.... OH ! OOOH ! Mais je sais ce qu'elle fait ! C'est génial ! Sans même écouter ce qu'elle me disait, je me suis approchée d'elle, avec beaucoup d'énergie, et, avec beaucoup d'enthousiasme, je lui ai dit :

- Tu fais des tags ?! Mais... mais... MAIS c'est génial ! Tu fais quel genre de tag ? Des colorés jolie ? Des moins colorés et un peu bizarre ? Je ne m'y connais pas du tout en tag, mais j'en ai déjà vu ! Tu m'apprendrais quelques trucs ?

“Le temps n’est jamais perdu quand on est perdu tout le temps.” - Surement quelqu'un...
Membre du PATA-P

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

La jeune indienne avait tourné le dos, bien trop gênée pour pouvoir regarder Tayana dans les yeux, alors qu'elle continuait ses explications. Aussi, lorsque la Poufsouffle s'écria d'enthousiasme, Aishani ne put s’empêcher de se raidir d'un coup, sa tête rentrant dans ses épaules de tension.

Ce n'était pas la réponse qu'elle pensait attendre. La Gryffondor aimait son image de rebelle, de briseuse de convention, d'irréductible incomprise dans un univers défiant toute logique. Elle la né moldue, seule au monde, perdue parmi ces gens qui se baladaient en robe, balais et chapeau pointus. Elle voulait déboussoler, renverser leur petit monde, ou en tout cas, ses expériences de la rentrée l'avait persuadé que cela semblait être le chemin à emprunter... Mais qu'une élève croisée par hasard sache exactement ce qu'elle faisait... Cela faisait tomber toute sa petite histoire en quelques phrases...

Aishani souffla doucement, fermant les yeux pour se recentrer. Au fond d'elle même, elle appréciait énormément la validation de sa camarade. Non, elle n'était pas étrange. Non, ce qu'elle faisait était dans une norme existante, qui dépassait ce qu'elle avait pu voir de ce lieu. Peut être que cet endroit lui apporterait plus de joie qu'elle l'espérait finalement, ou en tout cas, peut être existait il autre choses que des sorciers perdus dans leurs traditions... Elle regarda en coin la jeune Poufsouffle, la dévisageant plus en détail...

Elle avait son âge, était petite par rapport à l'indienne, mais normale selon le reste de la société. Elle avait de longs cheveux épais d'un brun marqué, tirant sur le châtain. Ses prunelles bleus étaient rieuses, toutes à leur joie d'avoir compris ce que lui présentait Aishani. Uniforme classique, grand sourire, teint ensoleillé, aux pommettes rouges. La Gryffondor serait passée dans les couloirs sans jamais la voir...

Et pourtant, le simple fait qu'elle ait reconnue son activité donnait la pensée à Aishani qu'il serait difficile de la rater désormais.

"Tu... Tu connais ?", non décidément, elle n'arrivait pas à l'accepter... "Je pensais être la seule personne dans l'intégralité de cet endroit à avoir une quelconque idée de ce qu'est le street art... Je..."

Elle posa la feuille, sa main passant sur une de ses longues mèches de cheveux ébènes. Elle rougissait, autant de plaisir au fait de pouvoir parler de sa passion, que de sa propre gêne pour avoir assumé être la seule à connaitre...

"Ça..."

Et aussi d'être tellement hésitante pour répondre ! Reprends toi, Aisha' !

"Ça me fait très plaisir de tomber sur quelqu'un qui connait. Voila !"

L'indienne avait désormais entièrement tourné son visage vers l'élève, la dévisageant de ses yeux en amandes, un grand sourire sur les lèvres. Elle se releva pour faire face à cette étrange élève, bien décidée à reprendre sa contenance et se débarrasser de toute gêne. Maintenant qu'elle était debout, elle dominait d'une bonne tête la jeune Poufsouffle, ses longs cheveux cascadant désormais entièrement de sa veste, se déversant en une longue tresse tels un serpent, battant d'un lourd nœud en lacets rouges, proche de ses genoux. Sa main s'avança, paume ouverte.

"Je me nomme Aishani Singh, Gryffondor, en première année. J'ai l'habitude de faire des signatures, mais je voulais plutôt essayer un dessin aujourd'hui. Je serais ravie si tu m'aidais..."

La fin de sa phrase trainait, car une petite partie de son esprit se demandait vraiment si c'était une bonne idée... Mais maintenant que c'était dit, elle ne pouvait plus revenir en arrière...

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

J'attendais avec impatience la réponse à mes questions, observant alors la Gryffondor avec insistance. Elle me tourna le dos, sans que je comprenne vraiment pourquoi. Est-ce que je l'avais vexée ? Avais-je fait quelque chose de mal ? Avais-je dit quelque chose de mal ? Tant de question... auxquelles je ne chercherais de réponses que quelques secondes, trop excité à l'idée d'avoir rencontré quelqu'un qui faisait des Tags !

Je n'avais jamais fait de tag. Mais j'en vais déjà vu de temps en temps, en ville, quand j'explorais les horizons... notamment les jours où j'allais plus loin que la limite que ma mère m'avait autorisé à aller quand j'étais toute seule. Alors, j'étais très contente. D'autant plus que, depuis que j'étais à Poudlard, j'avais remarqué que la plupart des activités que j'avais l'habitude de voir étaient inconnu du monde des sorciers : les tags, les arts martiaux, le patinage, le basket... toutes ces activités sans magie étaient comme inintéressantes aux yeux des sorciers. J'avais été un peu déçu, mais je m'étais dit que je pouvais faire avec.

Elle se tourna légèrement vers moi. Peut-être essayait-elle de juger si j'étais apte à recevoir son enseignement. Je pris quelques instants, en attendant, pour l'observer plus attentivement. Elle avait mon âge ou était juste un peu plus vieille que moi. Visiblement indienne, des yeux noisettes et... waouh, alors avait des cheveux ébènes très, très, très long. Pourquoi elle ne se les coupe pas ? Cela dit, ça lui allait plutôt bien. C'était bien la première fois que je la voyais... je n'aurais pas oublié quelqu'un avec des cheveux aussi longs.

Ma camarade semblait quelque peu étonnée que je puisse connaitre le street art. J'ai eu comme une peur : et si elle n’avait pas apprécié autant... d'énergie venant de moi. Par re réflexe de protection, je reculai d'un pas pour me donner le temps de comprendre comment elle allait réagir.

Finalement, ma peur n'était pas justifiée. Elle avait même l'air plutôt contente de pouvoir partager ça avec quelqu'un. Elle se tourna complètement vers moi, se releva et elle... elle était très grande ! Est-ce qu'elle est en deuxième année ? Elle me tendit sa main.

- Je me nomme Aishani Singh, Gryffondor, en première année. J'ai l'habitude de faire des signatures, mais je voulais plutôt essayer un dessin aujourd'hui. Je serais ravie si tu m'aidais...


Ah non, elle est en première année, comme moi. Je suis juste plus petite qu'elle. Sa phrase avait trainait. Mais je n’y fis pas vraiment attention. Je souris.

- Pourquoi est-ce que tu es étonnée que je puisse connaitre les tags ?

Je suis très curieuse, c'est pas aujourd'hui que ça changerais. J'avais tellement de question à lui poser, mais j'essayais de me contenir ne pas l'effrayer ou l'agacer. J'acceptai sa main ouverte avant de répondre.

-Je suis Tayana Saorsa, Poufsouffle, en première année. Et je serais ravie de pouvoir t'aider ! Ce n’est pas tous les jours que j'aurais l'occasion de faire de la street art... surtout à Poudlard où plus de la moitié des élèves ne connaissent pas ! Qu'est ce que je dois faire ?


Trop contente de sa proposition, je lui adressai un sourire. Puis mon attention se recentra sur la longueur inhabituelle de sa chevelure...

- Juste... j'aimerais savoir... pourquoi tu as les cheveux aussi longs ?... Ça n'a rien à voir.... mais ça m'intrigue...

J'ai pas réussi à la contenir celle là...J'étais un peu gênée de poser cette question. Déjà parce que je ne savais pas comment elle allait le prendre. Et ensuite parce que c'est bien la seule question que j'avais posée depuis un loooong moment qui, en l'entendant, me paraissait idiote.

“Le temps n’est jamais perdu quand on est perdu tout le temps.” - Surement quelqu'un...
Membre du PATA-P

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

Aishani plissa des paupières de gêne lors de la première question de la Poufsouffle... Elle commençait à se rendre compte que son premier à priori sur cette école et ses résidents avaient été un peu rapide. Si l'une de ses camarades était déjà capable d'apprécier l'art de la rue...

"Je !.."

Elle baissa la voix, regardant autour de la Poufsouffle, à la recherche d'une quelconque raison de se taire... Évidemment, rien... Juste le clapotis du lac et la grenouille occasionnelle... Vivement attrapée par un martin pécheur...

"Ce... Cet endroit est tellement différent de ce que je peux connaître, avec ses Sangs-Purs, et ses Né-Sorciers... J'ai vite compris qu'un art aussi anormalement... urbain que le tag n'allait pas être bien vu ici... Entre ceux qui ne comprendraient pas, ceux qui ne connaissent pas et ceux qui en auraient un avis négatif... Oui, trouver une personne qui comprends, connait et apprécie... C'est très étrange."

Aishani avait l'habitude de mener la conversation, d'être celle qui était en avant, qui posait les questions, qui jugeait les autres. Elle était bien moins habituée à être questionnée... Et cela l’embarrassait et la frustrait, sa gêne d'avoir été prise sur le fait, et d'avoir vu son propre jugement se retourner contre elle n'aidant pas la Gryffondor à calmer ses émotions. Elle détourna la tête, tout en terminant de saluer Tayana, préférant se reconcentrer sur son activité.

La jeune indienne se baissa sans autres mots et vint attraper les longues feuilles de papier dur, que le léger vent humide remontant du lac n'arrivait pas à soulever. Elle les repositionnait sur la zone de terre plate qu'elle avait adaptée, les bloquants avec des pierres et arrachant l'une ou l'autre des touffes d'herbes gênantes lorsque Tayana lui posa une question beaucoup plus personnelle.

Aishani s'arrêta de bouger quelques secondes, réfléchissant à la question. Ses cheveux étaient d'une excellente épaisseurs, et actuellement plutôt lourds quand on considérait leur longueur. Elle se rendait compte désormais qu'elle pouvait les sentir se déverser sur l'herbe, sa tête semblant apprécier la légèreté soudaine maintenant qu'elle s'était accroupie... Elle n'avait absolument pas remarqué qu'ils s'étaient échappée de sa robe... Certainement l'effort précédent... Encore une partie d'elle même qu'elle avait souhaiter cacher... Dés son premier jour à l'école.

La Poufsouffle était observatrice, et certainement trop curieuse pour se contenter d'une explication vague... Elle émit un fin soupir, inaudible et invisible, avant de terminer sa préparation.

"Je suis Sikh. C'est une tradition de ma confession. Ceux qui souhaitent un jour servir se laissent pousser les cheveux, et ne les coupent jamais, car ils sont le cadeau de Dieu..."

Aishani avait eu les cheveux longs depuis aussi longtemps qu'elle se rappelait. Pour elle, sa tresse immense et compliquée était l'une de ses plus grandes fiertés. Mais ce symbole était personnel, et une partie d'elle avait encore du mal à l'afficher dans un endroit aussi étrange et étranger. Ses mains vinrent machinalement et avec habilité soulever la tresse et l'enrouler sur elle même avant de la ranger à nouveau dans sa capuche, ses cheveux dépassant à peine de sa silhouette. Elle se releva en terminant, vérifiant son futur travail.

"J'ai une douzaine de couleurs primaires, une bombe d'argent et du noir. En général, je commence à peindre et je vois où l'inspiration me mène. Si tu veux m'aider, tu as juste besoin de prendre une bombe et de commencer à peindre de l'autre côté."

Elle se baissa une dernière fois vers le sac, pour fouiller à la recherche d'une bombe de bleu ciel, qu'elle secoua d'une main tout en fouillant dans le sac avec l'autre.

"Mais avant de commencer, tu auras besoin de ça."


Sa main se redressa avec un bandana rouge aux motifs tribaux du genre que l'on trouvait partout. La jeune indienne reporta son attention sur Tayana.

"Il ne faut pas respirer les effluves des bombes, alors mets ce bandana devant ta bouche pour te protéger. Tu le plie en deux en triangle et tu le fais passer au dessus de ton nez avant de le nouer derrière ta tête. Fais deux nœuds pour qu'il tienne bien."


Elle rangea sa bombe bleu ciel temporairement dans l'une des poches intérieure de sa robe, avant d'amener sa main libre vers son cou, dont elle releva un second bandana, noir celui ci, et déjà attaché, pour le caler au dessus de son nez aquilin. Entre ses cheveux, le bandana et sa robe, on ne voyait d'elle plus que ses yeux et ses mains.

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

J'eus la vague impression que mes questions gênées Aishani... peut-être j'avais été indiscrète ? Ou peut-être que je posais trop de questions. Comme à mon habitude, jugeant que me prendre la tête sur ce genre de question ne serait pas utile - soit j'avais tout faux, soit j'avais vu juste, mais dans les deux cas, ça me bloquerait plus qu'autre chose - je continuais à faire comme si de rien était. J'affichais quand même une petite grimace durant quelques secondes.

La première réponse de ma camarade me plongea dans un petit instant dans un moment de réflexion : il est vrai que Poudlard est très différent de tous les endroits que j'ai pu voir jusqu'à maintenant. Mais le caractère des gens étaient, lui, globalement le même... dans un contexte ... différent on va dire : il y avait des gens plutôt sympas et des gens moins sympas. Je ne pouvais pourtant pas lui donner tord, aussi, je compris qu'elle m'avait pris pour un de ces petits sorciers qui avaient baigné dans la magie toute son enfance. Par réflexe, je me suis regardé... C'est vrai que je me fondais parfaitement dans la masse. Sur le coup, je n’ai pas pu m'empêcher d'être un peu vexée. J'ai baissé les yeux pour essayer de le cacher.

Pourtant, il n’y avait pas de raison particulière pour moi d'être vexée. Mais c'était un peu comme me dire que j'étais banal... je n'arrivais juste pas bien le prendre. Surement parce que je me suis rendu compte que chez moi, ma curiosité, mon attitude et aussi un peu le fait que je sois une sorcière faisait de moi quelqu'un d'original... mais pas ici.

Puis j'ai relevé la tête, pour observer la réaction qu'elle allait adopter pour ma stupide deuxième question. Que j'ai écouté, attentivement... mais je n’ai pas tout compris. Je ne savais absolument pas ce que cela signifié être Sikh. Aussi, parce que j'avais constaté que ma question l'avait un peu dérangé. Je me suis contenté de pencher un peu la tête sur le côté... Je vais garder cette question pour plus tard.

À la suite de sa réponse, la Gryffondor "rangea" ses cheveux avant de revenir sur notre sujet principal : les tags ! Elle m'indiqua rapidement les couleurs à disposition, m'informant que pour l'aider, je n'avais qu'à peindre de l'autre côté de la feuille. Puis elle se baissa, chercha un truc dans son sac avant de me le tendre pour que je le mette. Oooh, un joli bandana avec des motifs tribaux !

En écoutant ces explications, je me suis dirigeais vers mon sac, j'ai pris un stylo et mon carnet des découvertes. Je suis allée à la dernière page pour y noter la date du jour avec comme indication "Rencontre avec Aishani - Gryffondor - pour plus tard, questions à lui poser : C'est quoi Sikh ?". Puis j'ai refermé mon carnet. J'avais déjà oublié son nom de famille... J'ai rangé mon carnet et mon crayon et j'ai cherché un élastique : quand je fais des activités manuelles, je n'aime pas avoir les cheveux lâchés.

Mais où est cet élastique ?! J'en ai toujours un sur moi normalement ! En le cherchant, j'ai sorti certains de mes livres de mon sac : mon livre sur l'Astronomie ... pourquoi je l'ai celui-là...? Mon livre sur les théories des couleurs, mon livre sur la métamorphose, mon livre d'histoire de la magie... mon livre sur la théorie de la musique. Maintenant je sais que si j'ai mal au dos, ce sera purement ma faute... Ah, voilà mon élastique ! En le trouvant, j'affichais un air triomphant ! Je n'ai pas pris la peine de ranger mes livres.

Maintenant, Aishani était dans mon dos. En attachant mes cheveux, je n'ai pas pu m'empêcher de sortir un :

- Tu sais, même si je suis une Sang-Mélée, j'ai vécu toute mon enfance comme une moldu.

Puis je me suis tournée vers elle, mettant le bandana comme elle me l'avait indiqué.

- Je peux dessiner ce que je veux ?

Je lui ai dit ça en me dirigeant vers les bombes de peinture. Je me suis accroupie pour mieux les observer, mieux choisir la couleur que j'allais utiliser. Puis, en attendant sa réponse et comme si ça allait m'aider à faire un choix, je me suis mise à chantonner un petit air de Fireflies.

“Le temps n’est jamais perdu quand on est perdu tout le temps.” - Surement quelqu'un...
Membre du PATA-P

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

"Mmmh tu fais ce que tu veux oui. C'est un environnement de pure créativité, tu sais."

Aishani terminait de se préparer, redressant ses gants, rajustant sa robe d'atelier, rattachant son masque, vérifiant bien qu'elle protégeait ses cheveux. Alors, elle leva une dernière fois les mains, attrapa sa capuche et...

"Il est temps de commencer..."

Une forme noire furtive s'approcha à la droite de Tayana, poussant du pied en rythme le long sac.

"Une danse de sangs mêlés ♫"

Tchic-a-tchic répondit la bombe, le long du bras étendue de l'indienne. Seuls les yeux embrasés tels une flamme dépassaient de la silhouette sombre comme la nuit, délimitée par les rayons d'un soleil flamboyant qui l'imprimaient dans le paysage comme une ombre sur un mur. Ses gants remuèrent, faisant tourbillonner avec précision le tube de métal rouge avant qu'il ne s'arrête net, le doigt pressé sur sa gâchette.

Pschiit !

Fit le jet de peinture rouge, venant asperger la feuille de papier blanc, luisante comme une giclée de sang. La forme de la fillette sembla entrer en action, saisissant une bombe de peinture aquamarine, repassant sur la trace, lavant son méfait d'un mouvement appliqué. La bombe sanguine tomba à ses pieds, alors que la noire venait la remplacer, couvrant de nuit d'autant le crime que le jour tombait.

La main tombait, se saisissait d'une autre arme, appuyait sur la gâchette. Autour de Tayana, appliquée, Aishani se déchainait. Ses yeux étaient exorbités, fous, en transe, alors qu'elle bougeait aux rythmes des fredonnements de sa collègue, tournant sur ses pieds, se recevant d'une main, passant en face, sur le côté, hors du cadre, revenant sans crier gare, évitant, flirtant, se dérobant, dans une danse créatrice, barbare, délicate, macabre, libératrice.

La jeune fille riait, soupirait, s'arrêtait brusquement, faisant trois pas en tourbillonnant, regardant le canevas avec un air savant. Puis se jetait de nouveau sur sa proie, attrapant une bombe de couleur fuschia, reprenant son œuvre comme un chat reprends son jeu, de la chasse en tirant un plaisir facétieux. La planche en semblait vivante, telle une cible mouvante, sombrant sous les tirs, sous les jets, les odeurs, disparaissant sous la fumée de la couleur, les tonnerres de l'interprète faisant ressembler cette farandole à la bataille frivole entre la tempête et la mer.

Enfin, le trait se fit plus doux, plus précis, la bombe se rapprocha, d'une caresse la courbe arrondit. Le résultat pris forme plus rapide qu'on aurait pu l'imaginer, Aisha, plus sobre, l'esprit vivide, renonçant à sa rapidité. Troquant sa folie pour l'intelligence, ses mouvements se firent minutieux, ses yeux se firent moins violents, l'irradiance faisant place à un joli mordant. Ses gestes se firent ironiques, cyniques, humoristiques, alors qu'elle donnait à son canevas un discours au goût délicat.

La jeune indienne se releva avec lenteur, laissant à la Poufsouffle l'honneur de mettre les derniers points de détail. Elle releva sa capuche, profitant du vent frais sur sa peau, frissonnant sous ses caresses, repues et heureuses. Son esprit s'était recentrée, elle pouvait enfin respirer.

Aaaaah !

Regardant les gestes de sa collègue, elle ne put s'empêcher de demander :

"Au fait... C'est quoi un sang-mêlé ?"

Devant les deux sorciéres fatiguées, se cachait entre les fleurs, un véritable concert de couleurs.

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

DE L’ORANGE ! Je vais commencer par de l’orange et je vais prendre aussi du bleu pour après ! J’aimais bien l’idée de pouvoir faire absolument ce que je voulais. Et pour l’occasion, comme pour exprimer le fait que j’étais très contente de cette liberté, je ne me suis même pas posé la question du « Qu’est-ce que je vais dessiner ? », Non…

J’avais constaté que j’étais moins « protéger » qu’Aishani. Ne sachant pas pourquoi elle se protégeait autant et voulant profiter encore un instant du sentiment de LIBERTÉ que m’avait apporté la réponse de la Gryffondor, je n’y prêtais pas attention volontairement, vérifiant simplement que le bandana était bien attaché pour qu’il ne me gêne pas.

- Il est temps de commencer…

Je n’ai pas pu m’empêcher de voir le « 3…2…1… partez ! » qu’on voyait dans les dessins animés de course ou dans les jeux vidéos. C’était la première fois que je faisais un tag ! J’ai pris la bombe de peinture, l’ai dirigé vers la feuille et j’ai fait une forme un peu abstraite en orange sur la feuille. J’avais remarqué que j’étais beaucoup moins précise, beaucoup plus maladroite que lorsque je dessine dans mon carnet à découvert. Et puis je me suis dit que c’était parce que la peinture aussi réclamer un peu de liberté.

L’espace d’un instant, je me sentais un peu comme « anarchiste », alternant l’orange et le bleu, regardant ma camarade danser avec les couleurs autour de moi ! Je trouvais ça impressionnant, on aurait presque dit que, pour elle, je n’étais pas là et pourtant, elle me laissait la place de faire ce que je veux. On exprimait toutes les deux de façons différentes : il y avait moi qui essayer d’harmoniser mes couleurs, de m’appliquer et de faire attention, et elle, qui donnait vraiment l’impression de se déchainer… Non, c’était loin d’être une impression : elle se déchainait !

On était comme le jour et la nuit, le blanc et le noir, le yin et le yang… sauf que j’étais un peu déçue d’être le yang… Je continuais à chanter Fireflies en continuant à peindre, essayant de temps en temps de changer de couleur ! Je me suis arrêtée quelques minutes, constatant que Aishani bougeait au rythme de mes fredonnements… interloqués par cette découverte, je décidais de vérifier en fredonnant Happy… puis au bout de quelques minutes Harder, Better, Faster Stronger… Je trouvais ça rigolo alors je changeais de musique, pas trop fréquemment pour ne pas qu’elle remarque trop vite que je changeais de chanson uniquement pour voir les différents pas qu’elle ferait en fonction de la musique !

Elle s’amusait, je m’amusais… Je passais un très bon moment bien que je sois visiblement moins douée qu’elle pour l’Art Street ! Et même si j’étais impressionnée par ses gestes, que j’avais sans arrête envie de m’arrêter pour la regarder faire, j’essayais quand même d’apporter un peu de « moi » dans cette œuvre.

Puis elle s’arrêta et se releva avec lenteur. Je regardais le résultat et je ne pouvais m’empêcher de voir la différence flagrante entre ce qu’elle avait fait, rapide, précis, sans barrière et … et libre, tout simplement libre. Et ce que moi j’avais fait, maladroit, tremblotant et … et ça se voyait que c’était la première fois que je faisais un tag, tout simplement ! je n’ai pourtant pas pu m’empêcher de rajouter une pointe de jaune et de rouge, pour « finaliser l’œuvre ».

Je me suis reculée pour mieux observer, lâchant un petit rire innocent en entendant la question d’Aishani. Je posais les bombes de peinture, et retirais le bandana pour pouvoir lui répondre.

- Un sang-mêlée, c’est une personne comme moi ! Avec un parent Sorcier et un parent Moldu.

Il n’était pas question pour moi de m’étendre sur ma vie privée tant qu’elle ne me poserait pas la question. Mon attention s’est redirigée vers l’œuvre. Et dire qu’on a fait ça pendant que je chantonnais des musiques dont je ne connais même pas les paroles… Je me demande… Je me demande quelle musique ce dessin chanterait. Puis je me suis rappelé que la Gryffondor chantait aussi quand elle est arrivée… Je me suis mise à penser à voix haute :

- Je me demande ce que ce dessin pourrait chanter…

“Le temps n’est jamais perdu quand on est perdu tout le temps.” - Surement quelqu'un...
Membre du PATA-P

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

"Oh..."

Énonça Aishani, sans vraiment y penser. La jeune indienne laissait son corps apprécier l'air autour d'elle, les fines caresses du vent venant refroidir ses joues rosées par l'adrénaline précédente. Tout son corps frémissait de tension libérée, se recentrant à chaque seconde, chaque respirations. Elle ferma les yeux quelques temps, appréciant le simple silence de l'instant.

- Je me demande ce que ce dessin pourrait chanter…

Aishani tourna son regard vers Tayana, interdite. Son esprit n'eut pas le temps de suivre, l'indienne laissant échapper un gloussement de rire surpris, qu'elle eut du mal à réprimer. L'idée paraissait tellement saugrenue, tellement sortie de nulle part qu'elle n'avait tout simplement pas eu le temps de se parer de dignité avant que son corps ne réagisse.

"Pardon ? Ca ne peut pas chanter un dessin c'est..."

Gloussant encore, elle baissa la tête, ses yeux tombèrent sur les livres de magies éparpillées sur le sol, l'un d'entre eux traitant de théorie de la musique, un autre de métamorphose, l'autre des couleurs.

"C'est... "

Elle releva son regard vers la Poufsouffle, sans la voir, ses yeux partant vers l'horizon, vers la forteresse ecossaise qu'était Poudlard. On voyait des balais bouger dans le lointain, près du terrain de Quidditch. Certainement une des équipes de l'école qui s'entrainaient.

"Oh..."

Il y avait comme une petite déception dans cette dernière phrase. Une sorte de retour à la réalité dure et froid, rappelant à la jeune indienne que sa très humaine activité se trouvait désormais en territoire étranger, le même territoire qu'elle avait voulu fuir quelques dizaines de minutes auparavant. Ses yeux se focalisèrent de nouveau sur Tayana, elle attendait une réponse, ou quelque chose au moins, permettant d'expliquer l'étrange réaction d'Aishani...

Un sourire timide se fit jour sur le visage de la Gryffondor. Elle tourna son regard sur l’œuvre, appréciant le résultat. Les couleurs explosaient dans tout les sens, ayant remplies, voire dépassées le cadre des deux immenses feuilles de papier. On pouvait y distinguer facilement son trait sauvage et exubérant, prenant toute la place, ne se préoccupant pas des frontières du canevas. Le trait précis et discret de Tayana venait ensuite comme un compliment, se concentrant sur un quart seulement du canevas, propre, ne dépassant pas. Et pourtant élégant, académique, ce qu'on attendait d'une élève dans cet établissement.

Elle était tellement plus intégrée qu'elle dans ce monde...

Une expression de détresse fugitive vint hanter la face de l'indienne, avant qu'elle ne détourne le regard, profitant de ses deux mains libres pour se frapper doucement les joues, tentant de reprendre le contrôle de ses émotions. Une petite seconde de plus ! Voila...

Ses yeux avait changés, plus clairs, plus normaux, moins émotionnels. Elle revint soutenir le regard de Tayana, plus confiante, plus en contrôle de ses émotions.

"Je suis désolée, je ... J'étais dans autre chose... J'ai encore du mal à réfléchir comme un sorcier..."

Elle se frotta le bras, indécise, regardant le canevas. Ses émotions étaient encore trop conflictuelles pour vraiment savoir ce qu'elle voulait, mais devant l'avalanche de flashs colorés, elle commençait à retrouver sa curiosité.

"Je... Je ne sais que peindre, je ne sais que... Taguer... Je n'ai aucune idée de comment faire chanter des couleurs... Co... Comment ça marcherais ?"

Elle tournait la tête de trois quart, jetant un regard en coin vers Tayana, guettant sa réponse. Aishani n'était plus en contrôle de la situation. Elle n'était pas vraiment habituée.

 RPG +  Un concert de couleurs  pv Tayana Saorsa 

Aishani s’est mise à rigoler suite à ma réflexion. Mon idée n’était pas si stupide que ça pourtant… Je me sentais un peu vexée… Ce genre de réflexion était normal pour moi… même avant que je vienne à Poudlard. Me poser des questions sans me poser la question du « est-ce que c’est possible ou pas » c’était mon quotidien !

- Pardon ? Ça ne peut pas chanter un dessin c'est...

Un dessin, Oui ! C’est un dessin ! Un mélange de couleur ! De formes ! Sur une feuille de papier ! Et alors ? Elle a bien fait ce dessin en rythme avec mes chantonnements. Elle baissa les yeux pour regarder mes livres éparpillés par terre. J’avais l’impression qu’elle cherchait quelque chose. Je préférais attendre qu’elle trouve ce qu’elle cherche avant de répondre à son manque de considération pour ma réflexion.

- C’est…

En plus ma réflexion n’était pas si stupide ! On est à Poudlard après tout, c’est un monde de magie ! Un monde visiblement exploré par aucune de nous deux ! Alors, pourquoi les dessins ne pourraient pas chanter… il y a bien des tableaux qui bougent et parlent ! Des gens qui volent sur des balais ! Des professeurs d’astronomie qui dise que Vénus est la deuxième planète la plus chaude du système solaire et des personnes qui transforment des rats en verre à pied !

- Oh…


Elle avait l’air déçue, voir un peu perdu… je la regardais attentivement, dans l’attente d’un indice sur le comment je devais réagir : Est-ce que je devais lui dire que ses moqueries m’avaient vexé… ? Déjà, je n’étais même pas sûre que ce soit des moqueries vu sa tête maintenant ? C’était quoi le problème ? Pourquoi elle fait cette tête ? Il ne me semble pas avoir fait quelque chose de mal… si ? J’avais envie de lui poser toutes ces questions et bien plus encore ! Mais j’attendais quelque chose : une phrase entière, un regard… un indice ? Quelque chose qui me permettait de comprendre pourquoi mon idée l’avait fait rire et pourquoi maintenant elle avait l’air triste, pourquoi ai-je perçu une sorte de… détresse ?

J’attendais, en essayant de rester attentive, au moindre détail, au moindre indice. Elle finit par avoir l’air plus « Joyeuse », plus confiante.

- Je suis désolée, je ... J'étais dans autre chose... J'ai encore du mal à réfléchir comme un sorcier...
Réfléchir comme un sorcier ?


En quoi ma réflexion était-elle une réflexion de sorcier ? J’avais juste dit ça comment ça… en utilisant plus mon imagination que « ma réflexion de sorcier ». Je l’ai regardé… intriguée, pourquoi a-t-elle directement pensé que c’était une réflexion de sorcier ? J’avais un peu l’impression de parler à… à… à mon maitre d’école primaire qui me disait que ce que mes idées étaient irréaliste, qu’il fallait que je grandisse un peu…. Que je devais être plus mature en ponctuant ses phrases par des « GRANDIS UN PEU ».

- Je... Je ne sais que peindre, je ne sais que... Taguer... Je n'ai aucune idée de comment faire chanter des couleurs... Co... Comment ça marcherais ?

Oh… Elle ne voulait pas me vexer… Elle est juste « trop rationnelle » ! Autant être plus honnête possible dans ce cas. Je lui ai fait un grand sourire, en penchant ma tête sur le côté avant de répondre

- Je n’en ai pas la moindre idée. Je n’en connais pas plus sur la magie que toi. Je… Je m’étais posé la question parce que… parce que…

J’avais un peu honte… j’ai baissé la tête en rougissant. Je voulais esquiver son regard, à la fois pour ne pas lui montrer qu’elle m’avait vexée et aussi parce que j’avais du mal à lui avouer que je chantonnais différentes musiques justes pour voir si taguer différemment…

- Bah… tu… tu bougeais en rythmes avec mes fredonnements… alors… bah…

Je l’ai regardé un instant du coin de l’œil, attendant une réaction. Puis j’ai réalisé… En vrai c’est UNE TROP BONNE IDÉE ! J’ai levé les yeux vers elle, plein d’espoir.

- Mais tu crois qu’on pourrait essayer ? De faire chanter des couleurs ? Tu voudrais bien chercher avec moi comment faire ?!

À chacune de mes questions, je me suis approchée d’elle, comme si, en réduisant la distance physique entre nous, ça réduirait les chances qu’Aishani refuse.

“Le temps n’est jamais perdu quand on est perdu tout le temps.” - Surement quelqu'un...
Membre du PATA-P