Lac

Inscription
Connexion
  Retour
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

« L'année prochaine, vous aurez l'occasion de changer des animaux en objets. Il s'agit de métamorphoses beaucoup plus complexes que celles que vous avez étudiées cette année. C'est pourquoi, cet été, je veux que vous emmeniez ces bocaux avec vous et que vous étudiez l'évolution d'un têtard en grenouille. Comprendre l'organisme d'un animal serra crucial l'année prochaine. »

Les paroles du professeur de Métamorphose revinrent dans la mémoire de Rachel. Elle avisa le bocal dans lequel barbotait un têtard, tout noir, qui partait toujours d’un bout à l’autre de son espace aquatique.

Le professeur avait donné un devoir d’été à tous ses élèves de première année : s’occupé de cette petite bête jusqu’à son évolution en grenouille, prendre des notes et observer. Rachel n’avait commencé que depuis un peu plus de deux semaines. Le têtard commençait déjà à évoluer.

Assise sur l’herbe fraiche, près du lac de Poudlard, elle surveillait son nouvel animal de compagnie, qu’elle avait appelé Gloups. Pas très original, mais ça lui allait bien. La jeune sorcière adorait les animaux, qu’ils soient normaux ou fantastiques, comme le Boursoufflet, par exemple. S’occuper de Gloups lui faisait donc plaisir, même si elle se doutait qu’en grandissait, ce dernier ferrait un boucan infernal avec ses « Croâ, croâ… ». Alors elle profitait bien de son premier mois où le jeune têtard ne traitait mot.

C’était un beau soleil d’été qui éclairait le lac. Ce dernier brillait de mille éclats. Un magnifique spectacle qui apaisait la fillette blonde. Un rayon de lumière frappa ses yeux, et quelques paillettes dorées brillèrent alors entre ses iris. C’était une petite particularité chez la jeune sorcière, mais il y avait longtemps qu’elle n’y avait plus prêté attention. Elle fouilla dans son fidèle sac en bandoulière fait de cuir marron, chercha entre ses livres empruntés à la bibliothèque et ses affaires personnels avant de ressortir un parchemin vierge. Elle jeta un coup d’œil à Gloups, puis elle griffonna, à l’aide d’une plume de chouette, son rapport de la journée :


Devoir de la grenouille – Jour 16

De petites pattes arrière sont apparues chez le têtard. Enfin, il grandit ! Son corps reste noir, bien qu’il se soit un peu éclaircit. Sa tête commence à prendre une forme moins ronde. Pas d’autres changements.
Gloups passe son temps à barboter dans son bocal. J’ai installé quelques plantes aquatiques et de petites roches pour lui recréer une mare. Je dois cependant changer l’eau pour qu’il n’y ait pas de manque d’oxygène, alors je dois lui trouver de la nourriture adaptée (Heureusement que je lis beaucoup de livres, ça contient tellement de renseignement !) Je laisse toujours son eau à 25°C. L’été est d’ailleurs une saison idéale pour s’occuper de ces petits animaux, car la température de l’eau n’est pas difficile à régler.
Il doit faire près de 5 cm, quelque chose du genre. Un beau bébé !


Avec un sourire amusé, elle enroula le parchemin et le rangea dans son sac en bandoulière. Puis, elle se pencha vers le bocal et regarda Gloups. L’eau était quelque peu trouble.

« On va te changer ton eau, d’accord, p’tit père ? » lui demanda-t-elle.

Évidemment, il ne répondit pas. La jeune sorcière fouilla dans son sac et sortie un bocal bien plus petit que celui dans lequel barbotait son animal de compagnie. Elle le laissa avec ses affaires et s’approcha du lac. Comme c’était l’été, elle s’était mise en t-shirt et en short. Pour ne pas absorber trop de chaleur, elle avait opté pour un haut bleu, comme sa maison, et un bas de couleur vert d’eau.

Elle se pencha sur les eaux du lac, en fixant avec attention la nappe aquatique. Chaque fois qu’elle venait changer l’eau de Gloups, elle restait méfiante. Qui sait quelles créatures des profondeurs pouvaient remonter à la surface pour la déchiqueter ? Lorsqu’elle eut son eau, elle retourna vite fait vers le bocal de Gloups. Avec une petite épuisette qu’elle gardait dans son sac, elle le pêcha et, très vite, le déposa dans l’eau du plus petit bocal. Puis, elle emporta le plus gros et se mit à vider l’eau dans le lac, aux aguets.

C’est alors qu’un mouvement dans l’eau la fit sursauter. Les ondes aquatiques arrivèrent jusqu’à elle, et elle déglutit. Elle fixa intensément le lac, et finalement, la tête d’un Strangulot apparut. Rachel porta vite sa main à sa baguette, se remémorant un sort pratique contre ces bestioles si elles venaient à l’attaquer : Lashlaback. Tout doucement, en en ne quittant pas des yeux la créature de l’eau, elle mit son bocal désormais vide dans le lac et commença à le remplir.

C’est ce mouvement qui déclencha l’attaque du Strangulot.

Affamé, il fonça droit sur elle à une incroyable vitesse. Rachel déglutit et recula précipitamment, laissant tomber son bocal dans l’eau. Elle pointa sa précieuse baguette sur le Strangulot, qui montrait ses dents acérés, prêt à lui dévorer le pied.


«  LASHLABACK ! »

Un tourbillon d’eau se forma alors autour de la créature qui hurla de douleur. L’eau calme s’agita, créant des vaguelettes et des ondes aquatiques. La fillette courut sur l’herbe et rejoignit Gloups et ses affaires. Comme si elle croyait que le Strangulot pouvait s’en prendre lui, Rachel serra le petit bocal contenant le têtard contre elle, comme une mère protégeant son enfant. Elle fixa le tourbillon de bulle, qui se mit à ralentir, et pu apercevoir la créature aquatique qui s’enfuyait à toute allure.

Elle soupira de soulagement, mais sa crainte ne s’était pas évaporée. En effet, Rachel s’était rendu compte qu’elle avait lâché le bocal de son protégé dans le lac. Elle posa Gloups et son sac par terre et s’approcha du bord. La jeune sorcière se doutait que le petit bocal où barbotait désormais la petite bête ne lui suffirait pas. Mais sa crainte l’emporta : elle se refusa à aller plonger les bras dans l’eau pour récupérer le gros bocal qui n’était pourtant qu’à un mètre de profondeur.


« C’est pas vrai… » gémit-elle.

Quelqu’un viendrait-il l’aider ? Avait-on observé la scène qui s’était déroulé ? Elle espérait que oui…

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

L'Eté, enfin l'été ! C'était le début des vacances, mais les élèves avaient eu le droit de rester quelques semaines au château. Heureusement, car les parents de Calie étaient partis en voyage, et elle n'avait donc aucun autre endroit où aller.
En cette belle journée donc, la jeune Serdaigle avait décidé d'aller faire un tour près du lac. Le soleil brillait, et une légère brise venait souffler son vent frais dans les cheveux châtain de la jeune fille. Elle était habillée d'une jupe blanche et d'un débardeur bleu où était inscrit de nom de l'équipe de Quidditch de sa maison.


Alors qu'elle longeait la berge en regardant les clapotis de l'eau, Calie entendit un bruit qui venait d'un peu plus loin. Relevant la tête, elle aperçut à une centaine de mètre Rachel, une jeune fille de son âge qui était aussi à Serdaigle, et à qui elle avait eu l'occasion de parler une ou deux fois. C'était une fille très sympa, mais également très timide... Ce la faisait longtemps que le bleue ne lui avait pas parlé, et elle espérait que Rachel ait réussit à résoudre ses problèmes de stress envers les gens.
Quoi qu'il en soit, Calie observa de loin sa camarade, qui farfouillait je ne sais quoi au bord de l'eau. Elle avait un récipient à la main. Alors qu'elle se penchait au dessus de l'eau, quelque chose bougea, et sortit de l'eau pour s'attaquer à elle. Calie sursauta en reconnaissant, même d'où elle était, le Strangulot qui s'attaquait à Rachel.
Un "Lashlabask" se fit entendre, et la créature partit dans un cri de souffrance.
*Pfiou, j'ai cru qu'elle s'en sortirait pas... Heureusement qu'elle se souvenait du sort.*

Afin de s'assurer que tout allait bien, Calie décida tout de même de rejoindre l'autre jeune sorcière. En s'approchant, courant à moitié, et arriva enfin à hauteur de sa camarade.

"Rachel ! Ça va? J'viens d'voir s'qui c'était passé avec l'autre bestiole là. C'des saloperies ces machins"

Regardant Rachel attentivement, Calie vit qu'elle n'avait rien. Puis elle posa ses yeux sur un bocal rempli d'eau, où barbotait un têtard. *Oh p'tin non pas ça...* Mauvais souvenir. Horreur. Beurk. La jeune fille avait déjà eut à faire ce devoir de métamorphose. Et quel mauvais été elle avait passé ! Mon Dieu ! Elle s'était dépêchée de relâcher cette bestiole dans le parc quand elle eut fini son devoir.

"J'vois que t'es partie pour passer de bonnes vacances... " dit Calie d'un ton ironique.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Rachel ne quitta le lac des yeux que lorsqu’elle entendit quelqu’un arriver à pas pressés vers elle. Elle se tourna et aperçu une camarade : Calie Pamova. La première fille avec qui elle avait sympathisé _ du moins, elle avait essayé.

« Rachel ! Ça va? J'viens d'voir s'qui c'était passé avec l'autre bestiole là. C'des saloperies ces machins. »

La fillette blonde sourit, et hocha de la tête. Oui, elle allait bien, ou à peu près. Car même si physiquement, il n’y avait pas de problème, mentalement c’était une autre histoire. Elle craignait désormais de devoir plonger les mains dans l’eau pour récupérer le bocal.

Pourtant, cette peur n’était rien comparée à celle que Rachel éprouvait face aux inconnus. En effet, elle était d’une timidité maladive, bien que son année à Poudlard ait commencé à arranger le problème. Cette timidité était dû au fait que, pendant toute sa vie, elle n’avait jamais adressée la parole aux autres, à part peut-être ses parents. Mais sa socialisation s’était arrêtée là. Avec les autres enfants, c’était l’indifférence totale. Elle n’avait cessé d’être invisible à leurs yeux, puisqu’elle passait ses journées à lire et étudier. Au moins, on ne l’avait jamais embêté. Trop concentrée sur ses cours, la fillette avait placé l’amitié de côté. Une autre raison de cette distance était le fait qu’elle soit sorcière et pas ses camarades. Ayant peur qu’ils la rejette pour sa différence, elle s’était tenue éloignée d’eux.

Mais en entrant à Poudlard, une fois qu’elle fut entourée de personnes qui pratiquaient la magie tout comme elle, Rachel avait commencé à ressentir ce besoin de contact avec les autres. Elle avait alors envié ceux qui rigolaient entre amis, ceux qui jouaient avec d’autres personnes, ceux qui s’entraidaient… Mais les mauvaises habitudes avaient repris le dessus et la bibliothèque du château devint un refuge où elle pouvait étudier au calme… loin des autres.

Mais un jour, alors qu’elle mangeait dans la Grande Salle, Calie est arrivé. Elle lui avait proposé de la rejoindre avec d’autres filles. Pour Rachel, ça avait été là l’opportunité de se faire enfin des amis. Mais c’était la première fois qu’elle parlait à des gens, et ses bafouillis incompréhensibles avaient entraîné des catastrophes, notamment la chute de la fillette qui l’avait conduit tout droit à l’infirmerie. Calie l’avait accompagné et était restée à son chevet, le temps que Miss Pomfresh arrive. Et, pour la première fois de toute sa vie, Rachel avait confié sa vie.

Peut-être que cela avait embêté sa camarade, peut-être pas… Quoi qu’il en soit, pour la première fois, la jeune Serdaigle avait vraiment parlé à quelqu’un _ et ce malgré le mal de crâne qu’elle avait. Par la suite, la fillette blonde s’était fait d’autres connaissances, toujours avec beaucoup de timidité cependant. Mais sa discussion avec Calie lui avait permis de prendre confiance en elle. Et plus les mois passèrent, moins Rachel bégailla dans ses discussions et plus elle alla vers les autres. Évidemment, elle se concentrait toujours pleinement sur ses études et les bouquins, au calme. Mais elle avait enfin comprit que l’amitié tenait aussi une part importante dans la vie.


« J'vois que t'es partie pour passer de bonnes vacances... »

Les paroles ironiques de Calie retirèrent Rachel de ses pensées. En voyant l’air quelque peu dégouté sur le visage de sa camarade, qui fixait le petit bocal dans lequel barbotait Gloups, la jeune sorcière sourit d’amusement.

« Moi, ça me dérange pas de devoir m’occuper d’une grenouille. Bon… ensuite, quand Gloups va commencer à croasser, ce sera une autre histoire… Alors je profite du fait que ce soit encore un bébé. »

Elle ne savait pas ce que penserait Calie du nom qu’elle avait donné à son petit têtard. En attendant, elle s’accroupit près du bord du lac en fixant le fond, avec un frisson. Le vrai bocal du petit animal se trouvait là, à un mètre de profondeur. Et malgré cette petite distance, Rachel n’osait pas mettre les mains dans l’eau.

« Mon vrai problème, c’est que j’ai fait tomber le bocal dans l’eau, et que j’ai peur de le récupérer… Tu imagines si le Strangulot se ramenait avec toute sa bande ? Ils ne feraient qu’une bouchée de moi ! »

Elle se sentit un peu ridicule, sur le coup. Elle avait chassé la bestiole avec un Lashlaback plutôt bien maîtrisé, que pouvait-elle craindre ? Et pourtant, elle avait peur. Le lac et ce qui pouvait en surgir l’effrayaient, maintenant.

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Alors qu'elle attendait la réponse de Rachel, Calie regardait le têtard qui faisait des aller-retour dans son petit bocal. *Qu'est-ce que c'est débile ces machins...*. Elle détourna son regard et le posa sur sa camarade.

« Moi, ça me dérange pas de devoir m’occuper d’une grenouille. Bon… ensuite, quand Gloups va commencer à croasser, ce sera une autre histoire… Alors je profite du fait que ce soit encore un bébé. »

... Le sourcil gauche de la jeune fille se souleva ostensiblement lorsqu'elle entendit que la jeune bleue en face d'elle avait donné un nom à sa bestiole. "Gloups"... Calie soupira devant tant de naïveté. Mais qu'importe, chacun était libre de faire ce qu'il voulait avec sa grenouille. Pour sa part, elle ne lui avait, en aucun cas, donné un nom quelconque. Juste des "hé toi", "machin" ou "hé l'autre" si elle avait eu besoin d'appeler son animal. Mais pas plus. Ces batraciens étaient déjà assez idiots, pas la peine de les enfoncer davantage en leur donnant un nom qui ne ferait que renforcer la stupidité de la situation.

« Mon vrai problème, c’est que j’ai fait tomber le bocal dans l’eau, et que j’ai peur de le récupérer… Tu imagines si le Strangulot se ramenait avec toute sa bande ? Ils ne feraient qu’une bouchée de moi ! »


Soupirant à nouveau (oui, elle soupire beaucoup, Calie), la jeune bleue fit la moue, et s'approcha sans bruit de la rive du lac. Elle jeta un coup d'oeil à l'endroit où ledit bocal était tombé. A un mètre de profondeur se trouvait l'objet, dont une partie commençait à s'enfoncer dans la vase.


"Rachel, les Strangulots ne mangent pas les humains. Ils ne font que les attaquer quand on dérange leur milieu. Donc t'inquiète pas, tu t'es très bien débrouillée avec l'autre, t'as aucune raison d'avoir peur."

La jeune fille s'accroupit, posa son menton sur ses genoux et tapota la surface lisse de l'eau avec son index. L'eau était froide, et contrastait avec la chaleur de l'air. Mettre son bras dans l'eau? Hors de question ! Et puis pour quoi faire? Il n'y avait aucun raison, dans cette situation, de faire comme les moldus en plongeant sans réfléchir son bras, pour se rendre compte après que "ho, l'eau ça mouille ! Mince alors !" . Bah oui quoi, on est des sorciers, alors pourquoi s'embêter ? Calie se remit debout, et se retourna vers Rachel.


"Et dis-moi, j'sais qu'le monde des sorciers, tout ça, c'pas encore totalement ton truc.... Mais heu, j'te rappel qu'on a appris le sortilège Wingardium Leviosa en cours de Sortilège. Donc bon, j'dis ça, j'dis rien, mais j'pense que ça pourrait légèrement t'être utile là, non?"

Calie avait dit cela d'un ton moqueur, mais pas méchant. La jeune fille était amusée par l'étourderie de sa camarade. Faire usage de la magie était quelque chose de normal pour la petite Pamova, car sa mère l'avait toujours encouragée à l'utiliser. Mais ce n'était apparemment pas le cas de Rachel...
Bon, c'était pas tout, mais il fallait peut-être bouger maintenant.


" Bon, faudrait remettre ta bestiole dans son bocal d'origine. Donc heu, tu vas le récupérer ? Ou tu préfères que j'le fasse?"

Les mains sur les hanches, la jeune fille attendit que Rachel se décide.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Lorsque Calie lui rappela qu’ils avaient appris le sortilège de Wingardium Leviosa en cours d’année, elle se senti encore plus idiote. Qu’elle étourdie elle faisait ! Trop absorbée par sa peur, elle oubliait qu’elle était une sorcière…

D’un autre côté, c’était la faute de sa maternelle : elle ne l’avait jamais encouragé à user de la magie _ bien qu’elle ait cédée pour Poudlard. Mme Goodheart voulait faire de sa fille une personne normale, qui étudie dans des écoles normales… Quant à son père, même s’il voulait faire d’elle une sorcière, il ne lui avait jamais proprement dit de se servir de la magie pour résoudre ses problèmes. Et les deux ne lui envoyaient que très rarement des lettres…

C’est pas toujours facile d’être une Sang-Mêlé.


« Je vais le récupérer. » décida la fillette.

Elle se redressa, brandit sa baguette, la pointa sur la surface de l’eau et prononça un « Wingardium Leviosa ! » très distinct, avec un bon mouvement. Tout en commençant à faire ressortir le bocal de son têtard, elle se demanda sir le mouvement provoquer par la lévitation de l’objet n’attirerait pas d’autres Strangulots.

Elle faisait rire, quand même, Calie, à dire que ces bestioles ne mangeaient pas les humains. A son examen de Défense Contre les Forces du Mal, la fillette blonde avait bien faillit y laisser une jambe entière !

Le bocal arriva finalement sur la terre ferme, sans incident. Il était presque remplit à ras-bord. Rachel le vida de quelques centimètres dans le lac avant de se diriger vers le petit bocal qui contenait Gloups. Avec son épuisette, elle le repêcha et l’installa dans son vrai bocal. Les plantes aquatiques et les petites roches que Rachel lui avait installée n’y étaient plus : tout était tombé au fond du lac. La jeune sorcière soupira.


« Je vais te trouver d’autres plantes. »

Elle se dirigea au bord du lac et commença à arracher des végétaux aquatiques. En même temps, elle lança à Calie :

« Dis… je trouve que tu as un peu changé, depuis la dernière fois qu’on s’est parlé. Ton année s’est bien passée ? »

Elle continua de récolter quelques éléments pour le bocal de Gloups, tout en attendant la réponse de l’autre Serdaigle.

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Calie observa sa camarade qui avait décidé d'aller sortir le bocal de l'eau. Elle réussit parfaitement son sortilège de lévitation, et fit atterrir l'objet sur le sol avant de le récupérer, et vider un peu de son eau. Rachel, qui apparemment n'avait plus peur, s'approcha de la rive fin d'aller chercher des algues à mettre dans le récipient. *Ah parce qu'en plus, elle décore le bocal* pensa Calie. Levant les yeux au ciel, elle décida de s'assoir sur l'herbe fraiche. Tant qu'elle était là, autant y rester.
Toujours penchée au dessus de l'eau, Rachel, à la plus grande surprise de la petite Pamova, lui posa une question bien étrange :


« Dis… je trouve que tu as un peu changé, depuis la dernière fois qu’on s’est parlé. Ton année s’est bien passée ? »

Changer? Comment ça changer? Calie fut surprise par la remarque de sa camarade. *J'ai changé moi?* Réfléchissant quelque peu, la jeune fille retraça son année à Poudlard. Au début de l'année, elle n'allait pas facilement vers les autres, et attendait qu'on vienne à elle. Les discussions, c'était pas trop son truc, et elle n'aimait pas s'étaler dans de longs discours. Maintenant, c'est vrai qu'elle allait plus chercher le contact. Elle n'était toujours pas très fan des gens qui parlaient trop, mais elle le supportait mieux, et elle-même avait tendance à parler un peu plus. *Ouais, bon j'ai p't'être un peu changé...*

"Ouais. On va dire que j'suis moins sauvage qu'avant quoi" répondit-elle avec un sourire en coin.

Elle ne voulait pas non plus trop s'étaler sur sa vie. Elle n'était pas là pour ça. Et puis bon, fallait bien dire ce qu'il en était : sa vie n'avait rien d'extraordinaire, et Rachel n'avait pas besoin d'en savoir plus.
Afin de détourner habilement la conversation, Calie rapprocha le petit bocal contenant le têtard. Elle tapota du bout de l'ongle la paroi de verre, et s'adressa à sa camarade.


"Dis, t'en es où avec le truc là. 'Fin, j'vois qu'il a des pattes qui commence à pousser. Tu t'es renseigné sur combien de temps ça mettait pour devenir grenouille? Et puis bon, t'es de Serdaigle, donc j'ai envie que tu réussisse ton devoir de méta' quand même... Donc j'te conseille de mettre des photos, ou des trucs du genre. Il paraît que Miss Hay Shepard aime bien. Enfin c'est une élève qui me l'a dit, et elle a eu une meilleur note que moi, qui n'avais pas mis de photos.... T'en aurais? Histoire que j'vois à quoi ça ressemblait quand tu l'as eu?"

Calie ne s'intéressait absolument pas à la bestiole qui barbotait sous ses yeux, mais comme elle l'avait dit, elle voulait que sa camarade obtienne une bonne note à son devoir. Et puis ça permettait de changer de conversation. Deux en un, comme on dit. Attendant que Rachel revienne avec son bocal et réponde à sa question, la petite brune continua de tapoter sur le bocal.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Tout en continuant de cueillir des plantes aquatiques et de ramasser des roches, Rachel entendit Calie lui dire :

« Ouais. On va dire que j'suis moins sauvage qu'avant quoi. »

Il y avait un brin de plaisanterie dans sa voix. Moins sauvage qu’avant ? Rachel ne l’avait pas tellement connue comme étant une fille sauvage… Enfin, d’un autre côté, n’étant pas très forte en socialisation, la fillette n’était pas en mesure de percer les traits de caractère des autres. Sauf quand il s’agissait de personnes un peu brusques. Là, elle savait tout de suite à quoi elle avait à faire, et alors ça ne lui faisait pas trop plaisir. D’un naturel renfermée et timide, Rachel préférait fréquenter, pour bien commencer à s’ouvrir, des personnes comme elle.

Elle entendit Calie tapoter sur le bocal de Gloups et lui demander :


« Dis, t'en es où avec le truc là? 'Fin, j'vois qu'il a des pattes qui commencent à pousser. Tu t'es renseigné sur combien de temps ça mettait pour devenir grenouille? Et puis bon, t'es de Serdaigle, donc j'ai envie que tu réussisses ton devoir de méta' quand même... Donc j'te conseille de mettre des photos, ou des trucs du genre. Il paraît que Miss Hay Shepard aime bien. Enfin c'est une élève qui me l'a dit, et elle a eu une meilleure note que moi, qui n'avais pas mis de photos.... T'en aurais? Histoire que j'vois à quoi ça ressemblait quand tu l'as eu?»

Face à tant de conseils et de question, Rachel se retourna. Elle fixa sa camarade, quelque peu incrédule. Calie voulait qu’elle réussisse ? Elle avait bien dit ça ? Bien que la fillette se soient fait des connaissances au cours de son année scolaire, on ne l’avait pas tellement encouragé. Rachel se senti rosir des joues. Et quand elle le remarqua, elle secoua sa tête. Non ! Pas question de faire une crise de timidité maintenant ! Elle devait répondre correctement, sans bafouillis _ ou en tout cas, essayer de faire le moins de bafouillis possible.

« Eh bien… Je dirais que ces p’tites bêtes mettent près de deux mois pour grandir… Donc je vais devoir m’en occuper pendant toutes mes vacances. Et pour les photos, je n’en ai pas, mais j’ai fait quelques croquis de mon têtard quand il n’avait pas encore ses pattes.»

Sur ce, elle se dirigea aux côtés de Calie, près de son sac qu’elle prit sur ses genoux. De l’intérieur, elle en ressortit une petite pochette violette, qu’elle ouvrit. Elle déposa alors plusieurs parchemins sur lesquels était dessiné un têtard. Soit le dessin ne représentait que son corps, soit on le voyait dans son bocal. Rachel n’était pas qu’une grande lectrice : c’était aussi une artiste. Même si elle n’exploitait pas toujours cette autre passion.

Elle laissa Calie regarder ses dessins. Puis, avec une certaine timidité, elle demanda :


« Dis… Calie, tu penses quoi de moi ? Je veux dire… est-ce que je suis une timide finie ou est-ce que je fais des progrès ? »

Elle trouva bien vite cette question totalement ridicule. Tout comme elle à cet instant.

« Bah… pourquoi je te pose une question aussi stupide ? Je dois sûrement t’embêter… »

Rachel baissa la tête et regarda ailleurs, pour ne pas voir sa camarade qui la trouvait certainement idiote à ce moment-là.

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Voyant Rachel s'approcher d'elle, Calie arrêta de donner des coups d'ongle sur le bocal du têtard, et releva la tête. Elle remarqua les joues rosies de sa camarade. *J'ai dit que'qu'chose qui fallait pas ou quoi?* Détournant la tête pour ne pas mettre plus mal à l'aise Rachel, elle attendit que celle-ci lui réponde.

« Eh bien… Je dirais que ces p’tites bêtes mettent près de deux mois pour grandir… Donc je vais devoir m’en occuper pendant toutes mes vacances. Et pour les photos, je n’en ai pas, mais j’ai fait quelques croquis de mon têtard quand il n’avait pas encore ses pattes.»

La jeune bleue s'assit aux côtés de Calie, et prit son sac sur ses genoux. Elle l'ouvrit, et en sortit une pochette pleine de dessins. Elle les tendit à Calie, qui les prit en main afin de les regarder. Enfin regarder... En fait elle s'en fichait, et les prenait juste pour faire plaisir à Rachel. Mais en posant les yeux sur la première feuille, son regard fut attiré par le dessin. *P'tin mais c'est qu'elle est douée en plus !* La curiosité de la petite brune était touchée. Et elle décida de mieux regarder les dessins. Alors qu'elle était plongée dans la première feuille, la voix de Rachel, timide, la fit sortir de sa contemplation.

« Dis… Calie, tu penses quoi de moi ? Je veux dire… est-ce que je suis une timide finie ou est-ce que je fais des progrès ? »


*Oh là ! Elle me fait quoi là. J'suis pas une psy moi.* Calie fit mine de ne rien entendre, et resta les yeux fixés sur les feuille de dessins. Ouais, la subtilité, c'est trop le point fort de Calie... Aheum ! D'ailleurs Rachel dû le remarqué, puisqu'elle ajouta peu de temps après :

« Bah… pourquoi je te pose une question aussi stupide ? Je dois sûrement t’embêter… »

Calie resta figée encore deux secondes. *Qu'est ce que je fais...* Finalement, la petite bleue relâcha ses épaules tendues, et soupira silencieusement. Elle détourna son regard des dessins, et le posa sur Rachel, toujours assise près d'elle. Sa camarade n'osait pas la regarder, et avait les yeux baissés, fixant l'herbe qui bougeait doucement au grès du vent d'été.

"Heu... Bah... T'as fait des progrès. J'sais pas si tu t'rends compte, mais tu bégayes plus comme avant. Et donc... Voilà."

... On va dire que ça ira. Calie essayait de faire des efforts. De paraître attentive et amicale. Mais bon, même si elle aussi avait changée, on ne pouvait pas non plus tout modifier dans le comportement de quelqu'un. Et cette conversation la gênait. Elle n'était pas habituée à ça. C'est pourquoi, afin de détourner (une nouvelle fois) la conversation, elle se saisit du grand bocal qui était à présent rempli d'eau et d'algues, et le posa devant elle. De son autre main, elle tira le petit récipient où l'animal continuait inlassablement ses aller-retour.


"Bon... Faudrait le remettre dans l'autre bocal."

Voilà. C'est tout. Elle avait dit ça comme ça. Sans pour autant effectuer le moindre geste. Elle attendait de savoir si Rachel allait le faire elle-même, ou bien si elle allait continuer à lui poser des questions. Ce que au fond d'elle, elle n'espérait pas...

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Il sembla à Rachel que Calie hésitait à lui répondre. Elle avait vu juste : ça l’embêtait, cette question. Peut-être même que la fillette en elle-même l’embêtait.

"Heu... Bah... T'as fait des progrès. J'sais pas si tu t'rends compte, mais tu bégayes plus comme avant. Et donc... Voilà."

Au moins, elle avait répondu franchement. Et puis, ça faisait plaisir à Rachel de savoir qu’on la trouvait moins timide qu’avant. Elle tourna la tête vers Calie au moment où celle-ci ramenait le petit bocal où barbotait Gloups.

"Bon... Faudrait le remettre dans l'autre bocal."

La jeune sorcière hocha de la tête et tira sa petit épuisette de son sac. Elle se pencha vers son têtard et le pêcha. Elle le posa ensuite dans l’eau de son bocal désormais remplis de plantes aquatiques et de roches. Elle le regarda faire un premier aller et retour, puis elle se rassit, le récipient installé en face d’elle.

La fillette commença ensuite à ramasser ses croquis. Elle fixa l’un d’entre eux pendant un petit instant.


Image

Puis, elle reporta son attention sur le lac. Tout était étrangement silencieux. Elle ne parlait pas, et il lui sembla que Calie non plus ne voulait dire mot. Le vent soufflait doucement sur les arbres et sur l’herbe. Le soleil continuait de taper sur sa peau de lait, et ses rayon éclairèrent ses iris marron qui se mirent à scintiller dans des tons dorés, comme à leur habitude quand ses yeux se trouvaient en pleine lumière.

Dans ces moments calmes comme ça, Rachel repensait à ses parents. Dire que sa mère avait longtemps protesté contre sa scolarité à Poudlard… Si elle aussi avait été une sorcière, elle aurait pu découvrir à quel point cet endroit était enchanteur _ même si quelques créatures pas très amicales trainaient dans le coin. C’était en plus bénéfique : il fallait qu’elle voie le résultat que ça avait eu sur sa fille ! Mais le seul parent qui pouvait vraiment comprendre Rachel était bien son père. C’était de lui qu’elle tenait ses pouvoirs.


"Calie, est-ce que toi aussi tu es de sang mêlé ? Si oui, ce n’était pas trop dur pour convaincre ton parent moldu de te laisser aller à Poudlard?"

Elle attendit patiemment sa réponse. Quelque chose lui disait qu’elle avait vu juste en pensant que sa camarade était aussi une Sang-Mêlée.

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Rachel se décida à remettre le têtard dans le grand bocal à l'aide d'une épuisette. Une fois ceci fait, elle prit quelques croquis qu'elle avait fait, et en regarda un. Intriguée, Calie tourna légèrement la tête afin de mieux voir le dessin. Il était très bien fait. Impressionnée par le talent de sa camarade, la jeune Pamova se dit qu'il lui faudrait demander à Rachel de lui montrer les dessins de la grenouille une fois l'été terminé.

Quoi qu'il en soit, pour le moment, un silence se fit. Mais ce n'était pas ce genre de silence gênant qui s'installe parfois au sein d'une conversation quand les interlocuteurs n'ont plus rien à se dire. Non, là, c'était juste un silence reposant. Un silence qui permet à deux personnes d'être ensemble sans pour autant se sentir obligé de parler. Et c'était le genre de situation qui plaisait beaucoup à Calie.
Elle ferma les yeux un instant, profitant d'un brise qui venait caresser ses joues bronzées par le soleil. Le disque de feu commençait doucement son déclin, mais restait encore haut dans le ciel, éclairant de ses rayons le château situé derrière les deux jeunes filles. Le lac, surface noire mystérieuse, faisait se refléter une myriade de petits diamants qui éblouissait la petite brune quand elle regardait dans cette direction.

Calie était bien. Mais comme toute chose agréable, la fin arrive toujours beaucoup trop rapidement... Et la fin de cet instant précieux fut causée par Rachel. La petite blonde, ouvrit la bouche et posa une question dérangeante à l'autre Serdaigle :


"Calie, est-ce que toi aussi tu es de sang mêlé ? Si oui, ce n’était pas trop dur pour convaincre ton parent moldu de te laisser aller à Poudlard?"

Sans s'en rendre compte, Calie crispa sa mâchoire, et fronça les sourcils. Elle lâcha un soupir de consternation, et rouvrit ses yeux. *C'est quoi ces manies de vouloir tout savoir des autres. Franchement !* Cette pensée n'était pas spécifiquement destinée à Rachel, mais à toutes les personnes qui lui posaient des questions sur sa vie. Mais bon là, en occurrence, il s'agissait de sa camarade blonde. Calie hésita un instant. Elle aurait voulu mentir à Rachel, lui dire que non, elle n'était pas une sang-mêlée, et ainsi clore cette discussion. Mais cela n'aurait servit à rien, car sa camarade aurait finit par connaître la vérité, et cela aurait créé des tensions inutiles dont Calie avait horreur. Et puis bon, elle n'était du genre à mentir. Dire la vérité, aussi dérangeante soit elle, était préférable. Elle se décida donc à lui répondre honnêtement, même si elle aurait préféré lui dire de se taire, ou de parler d'autre chose (ce qui arriverait sûrement si ce genre de questions devenait un habitude chez Rachel)

"Mon père est moldu. Mais ça n'lui pose aucun problème que j'sois sorcière. Au contraire. C'était l'premier à vouloir m'emmener ici."

Calie arrachait des brins d'herbe en même temps qu'elle parlait. Cela lui permettait de se détendre. Elle espérait que cette réponse suffirait à Rachel. Elle aurait aimé encore une fois changer de conversation. Le têtard, aussi désagréable soit il aux yeux de Calie, représentait un bon sujet de discussion. Mais Rachel ne semblait pas de cet avis, et n'avait pas l'air de vouloir s'y intéresser, au grand malheur de la petite brune.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Pendant un instant, la seule chose que Rachel entendit fut la brise d’été qui soufflait sur ses cheveux. Calie semblait hésiter à lui répondre. La vérité était-elle gênante ? Ou voulait-elle tout simplement se taire et ne pas lui répondre, parce que sa camarade l’embêtait ? Cette deuxième possibilité attristait la jeune sorcière.

« Mon père est moldu. Mais ça n'lui pose aucun problème que j'sois sorcière. Au contraire. C'était l'premier à vouloir m'emmener ici. »

Elle lui avait finalement répondu, mais avec une certaine irritation dans la voix. Rachel trembla. Etait-ce vraiment elle qui l’énervait ? Si c’était le cas, elle ne comprit pas pourquoi. Pour se lier d’amitié avec quelqu’un, ne fallait-il pas s’intéresser à sa vie ? Au fil de l’année, Rachel avait résonné ainsi : pour qu’elle puisse se faire des amis, il fallait poser des questions, sur la famille, les hobbies, et même les choses les plus inutiles au monde. Elle avait observé les gens qui discutaient entre eux, amicalement, et avait bien vu que c’était ainsi qu’il s’y prennaient : en s’intéressant à l’autre.

Alors pourquoi ça ne marchait pas avec Calie ?


« Tu… tu as de la chance… » commença à répondre Rachel avec pas mal d’hésitation.

Est-ce qu’en disant un truc, n’importe quoi, elle irriterait davantage sa camarade ? D’autant plus qu’elle s’était mise à arracher l’herbe, signe évident de tension.

« Moi, c’est ma mère qui est moldue. Elle a longtemps été réticente à la magie et à mon éducation à Poudlard…. Heureusement qu’elle a changé d’avis au dernier moment. »

Elle se tut. Quelque chose n’allait vraiment pas. Et ce quelque chose commençait à lui faire monter les larmes aux yeux.

Pourquoi elle n’y arrivait pas, avec Calie ? Est-ce qu’elle s’y prenait mal ? Avit-elle dit un truc, quelque chose, n’importe quoi, qui l’aurait mise en colère ? Même si elle ne le montrait pas, Rachel sentait bien que sa camarade était embêtée. Pourtant, la seule chose que la fillette désirait, c’était être amie avec elle. Pas juste être une camarade de Maison.

Après tout, c’était Calie, la toute première à être venue vers Rachel. La toute première à avoir tenté de lui parler, de la socialisé. La toute première aussi à qui la première année s’était confiée. La fillette blonde avait alors vu l’espoir de se faire une amie…

Mais désormais, elle s’en rendait compte : elle n’avait fait que l’ennuyer. Depuis le début.

Le silence qui pesait désormais n’avait rien d’apaisant. Il était, au contraire, remplit de tension. Un nuage solitaire, dans le ciel, venait de couvrir le soleil, chassant les paillettes dorées qui se reflétaient dans le lac et la beauté du paysage. La douce brise augmenta quelque peu en puissance, devenant un vent frais.

Ce vent emporta avec lui les premières larmes qui roulaient sur les joues de Rachel.

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

"Tu… tu as de la chance… Moi, c’est ma mère qui est moldue. Elle a longtemps été réticente à la magie et à mon éducation à Poudlard…. Heureusement qu’elle a changé d’avis au dernier moment."

Rachel avait parlé avec difficulté. Elle semblait hésitante. Sa voix trahissait une gêne, qui peu à peu s'installait dans l'atmosphère. Un silence se fit. Mais il était différent de la première fois. Là, c'était pesant. La tension était presque palpable, et même Calie se sentait mal à l'aise.
*Qu'est ce que j'ai fait ? C'est ma faute ?*
La petite brune ne savait pas quoi dire. Elle ne voulait rien dire, en fait. Elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi la situation tournait mal.

Un nuage passa dans le ciel, et vint couvrir quelques secondes le soleil déclinant. Le paysage se ternit, et les éclats de l'eau disparurent. A la place, un vent se leva et fit se décoller les cheveux ondulés de la jeune Serdaigle. Du bout des doigts, elle vint les replacer derrière ses oreilles.

Soudain, un bruit que Calie redoutait le plus se fit entendre. Un reniflement.
*Tout sauf ça, s'il vous plait...* Elle détourna lentement la tête vers sa camarade. *Et m...*
Oui, Rachel pleurait. Des larmes coulaient le long de ses joues rosies par le froid. Elles roulaient sur sa peau, jusqu'à son menton, puis étaient emportées par le vent qui venait les déposer un peu plus loin sur l'herbe déjà humide.

Calie se prit la tête dans les mains et soupira. Elle était totalement désorientée, et ne savait absolument pas quoi faire ni dire.
La grenouille? Non, les nombreuses tentatives de diversion avaient totalement échouées, et ce n'était pas le moment d'en retenter une.
Réconforter Rachel en lui parlant? Hors de question Calie ne savait pas du tout comment faire ça, et elle risquait d'empirer les choses.
Partir? ... Tentant. Mais lâche. Et la petite bleue ne voulait pas non plus laisser la fillette blonde toute seule.

Alors quoi? Hein, quoi? Que faire? Calie savait que les larmes coulaient par sa faute. Mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui n'allait pas exactement. Son caractère fuyant avait sûrement contrarié Rachel... Mais zut quoi ! De là à pleurer ! Faut pas exagérer non plus !

Calie se torturait l'esprit afin de trouver une solution. Oui, elle faisait des efforts pour Rachel. Et ça c'était pas rien !
*Bon faut que j'fasse quelque chose... n'importe quoi*
Elle se redressa alors un peu, et le regard dans le vide, ouvrit la bouche. D'abord, aucun son n'en sortit. Puis enfin...

"Désolée..."

Elle ne savait pas quoi ajouter de plus. C'était déjà beaucoup de sa part.
Maladroite, elle souleva son bras afin de poser sa main sur l'épaule de Rachel. Mais en cours de route, ce geste lui sembla tellement ridicule, qu'elle y renonça, et ramena son bras vers elle. Bah ouais quoi, faut pas exagérer non plus...

Bref, elle attendit de voir si Rachel allait partir en courant - ce qui ne serait pas étonnant - ou bien si elle allait rester, et peut être enfin parler d'autre chose...

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

C’était désespérant. Oui, carrément désespérant.

Est-ce que pleurer allait lui servir à quelque chose ? Non. Mais c’était tout ce que Rachel pu faire, à ce moment-là. Pleurer parce qu’elle en avait marre, que ses tentatives de rapprochement échoues. Pleurer parce que Calie la blessait, en évitant tous les sujets et en ne lui disant pas haut et fort ce qu’elle pensait réellement. Pleurer, parce qu’elle se sentait horriblement nulle.

Et même s’il elle voulait le faire en silence, quelques sanglots finirent en hoquet et en reniflements.


« Désolée... » murmura alors Calie.

Rachel se tut, malgré les larmes qui ne cessaient de couler. Elle prêta une oreille attentive à ce que sa camarade dirait par la suite, mais il n’y eu que le silence après ça. Et alors qu’elle la sentait soulever sa main pour la mettre sur son épaule, la fillette blonde la vit qui la ramenait près d’elle, hésitante.

Le vent souffla aux oreilles de Rachel. Elle était désespérée, à présent. Mais quelque chose d’autre commença à bouillonner en elle. Elle fixa Gloups qui barbotait tranquillement dans son bocal, étranger à cette tension présente entre les deux filles. Voilà ce qu’elle enviait à son têtard, à ce moment-là : sa taille, car il pouvait se cacher entre les plantes aquatiques, et son indifférence au moment présent.

Rachel serra les pants de son short en serrant les dents. Les gouttes d’eau salées ne s’arrêtaient toujours pas. Mais son cœur, lui, ne contenait plus seulement de la tristesse. Non.

Il contenait aussi de la rancœur.


« … Tu pourrais au moins le dire, quand je t’énerve. »

Elle se releva tête baissé, sourcils froncés et dents serrés.

« Tu pourrais au moins parler, me le dire vraiment, et pas juste essayer de d’éviter toutes les conversations que j’essaye d’avoir avec toi ! »

Elle osa redresser son visage en larme en direction de Calie, lui dévoilant ses yeux rouges et gonflés.

« Tu vois donc pas qu’en faisant ça, ça fait plus mal qu’autre chose ? Moi, ce que j’essaye depuis tout à l’heure, c’est de faire un peu plus connaissance avec toi, parce que je souhaite vraiment être ton amie ! Mais depuis tout à l’heure tu évites la conversation avec moi ! »

Dans un mouvement rageur, elle faillit percuter le bocal de Gloups et renverser tout son contenu, le pauvre petit animal avec. Rachel essuya vivement des larmes.

« Je ne sais pas non plus si c’est parce que je m’y prend mal. Je n’en sais rien du tout ! Mais j’essaye de faire comme les autres, car je veux avoir des amis et je voulais que tu en face parti ! Mais à priori, je t’embête plus qu’autre chose. Et le pire, c’est que tu ne me le dit même pas ! Tu pourrais au moins être honnête et ne pas jouer les cachotières ! »

Elle agrippa son sac, le bocal de Gloups et se retourna, désireuse de s’éloigner de Calie pour que son cœur cesse de la meurtrir ainsi.

« Alors maintenant, je vais te laisser tranquille, puisque c’est ça que tu sembles vouloir. La tranquillité, hein ? Moi aussi, pendant toute ma vie, je l’ai désiré, la tranquillité, le silence, que personne ne vienne me déranger, et tout ça. Mais j’ai compris qu’un jour, on n’en pouvait plus de la solitude. J’ai compris qu’on avait besoin d’aller vers les autres aussi, et de se faire des amis. Alors j’ai fait ça avec plusieurs personnes, dont toi. Sauf que toi, je te dérange. Alors je vais m’en aller, et te laisser. »

Elle inspira un coup.

« Juste une chose : essayons de ne pas trop se croiser, tant que j’aurais encore mal. Parce que… pour l’instant… je ne vais vraiment pas bien. »

Elle commença à s’éloigner de Calie. Elle ne savait pas si elle l’avait laissé stupéfaite ou indifférente. Elle ne savait pas non plus si sa camarade tenterait de la rattraper ou si elle la laisserait partir. La seule chose que Rachel savait, c’était que l’autre fillette l’avait blessé au point de la mettre, pour la première fois depuis son entrée à Poudlard, en colère.

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Un long silence se fit après le maigre mot d'excuse qu'avait prononcé Calie. Le vent continuait de souffler calmement, et le soleil réapparut de derrière un nuage. Ses éclairs orangés venaient se refléter sur l'eau du lac, mais avec moins de force qu'il y a quelques minutes. Sa descente vers l'horizon montagneux s'accélérait un peu. Dans une heure tout au plus, il aura disparu.

Les reniflements de Rachel se faisaient toujours entendre. Du coin de l’œil, la petite brune pouvait deviner les larmes qui coulaient sur les joues de sa camarade. Elle s'en voulait un peu, d'être la cause de sa tristesse. Aussi distante qu'elle pouvait l'être, elle n'en était pas pour autant méchante. Non, Calie n'était pas méchante. Juste réaliste. Et quelques fois trop directe.

Avec Rachel, elle n'avait pas voulu dire ce qu'elle avait sur le fond de sa pensée. Car elle redoutait que ce qu'elle dirait fasse pleurer la jeune Serdaigle. Faire preuve de tact n'avait jamais été le point fort de Calie... Mais comble de l'ironie, c'était le fait de ne rien dire qui avait provoqué ses larmes...
D'ailleurs, au grand étonnement de la petite brune, Rachel lui fit très vite comprendre...


« … Tu pourrais au moins le dire, quand je t’énerve. »

*Pardon?*

« Tu pourrais au moins parler, me le dire vraiment, et pas juste essayer d’éviter toutes les conversations que j’essaye d’avoir avec toi ! Tu vois donc pas qu’en faisant ça, ça fait plus mal qu’autre chose ? Moi, ce que j’essaye depuis tout à l’heure, c’est de faire un peu plus connaissance avec toi, parce que je souhaite vraiment être ton amie ! Mais depuis tout à l’heure tu évites la conversation avec moi !  »

Rachel la regardait désormais. Ses yeux rougis par les larmes ne laissaient plus vraiment transparaître de la tristesse mais... de la colère. Elle recula, et percuta le bocal du têtard qui faillit se renverser. Sans laisser à Calie le temps de répondre quoi que ce soit - et qui de toute façon n'avait aucune idée de ce qu'elle pourrait dire, bien trop étonnée par la réaction de Rachel - elle continua son monologue.

« Je ne sais pas non plus si c’est parce que je m’y prend mal. Je n’en sais rien du tout ! Mais j’essaye de faire comme les autres, car je veux avoir des amis et je voulais que tu en face parti ! Mais à priori, je t’embête plus qu’autre chose. Et le pire, c’est que tu ne me le dit même pas ! Tu pourrais au moins être honnête et ne pas jouer les cachotières ! Alors maintenant, je vais te laisser tranquille, puisque c’est ça que tu sembles vouloir. La tranquillité, hein ? Moi aussi, pendant toute ma vie, je l’ai désiré, la tranquillité, le silence, que personne ne vienne me déranger, et tout ça. Mais j’ai compris qu’un jour, on n’en pouvait plus de la solitude. J’ai compris qu’on avait besoin d’aller vers les autres aussi, et de se faire des amis. Alors j’ai fait ça avec plusieurs personnes, dont toi. Sauf que toi, je te dérange. Alors je vais m’en aller, et te laisser. »

Se disant, elle avait rassemblé toutes ses affaires, un peu maladroitement à cause de la précipitation. Une fois debout, elle regarda Calie, s'éloigna un peu.

« Juste une chose : essayons de ne pas trop se croiser, tant que j’aurais encore mal. Parce que… pour l’instant… je ne vais vraiment pas bien.»

... Cette dernière parole était celle de trop. *Elle se prend pour qui là !* Autant, que Rachel lui reproche son manque de dialogue, sa froideur, ou que sais-je encore, d'accord. Calie l'acceptait. Elle n'était pas du genre à nier la critique. Mais le coup du "si j'te croise sur mon chemin, ça va pas l'faire", ouais non là, faut pas pousser l'bouchon non plus !

Pourtant habituellement calme, et fuyant le conflit, une pulsion de colère souleva la poitrine de la jeune fille. Elle se leva d'un coup. Rachel était dos à elle, à quatre ou cinq mètres, et partait en direction du château.


"Hé !"

Calie avait parlé d'un voix assez forte, afin que sa camarade l'entende. Celle-ci sembla hésiter, mais décida finalement de s'arrêter, sans pour autant faire face à Calie. La jeune brune s'approcha d'elle d'un pas assuré. Une fois à sa hauteur, elle se plaça face à Rachel, et reprit la parole.

"Si ma façon d'être te convient pas, c'pas mon problème ! J'suis pas du genre à parler pour rien dire, à blablater de tout et de rien avec des gens que j'connais à peine, ou des trucs du genre. Alors c'est bien gentil de chercher des amis, mais si tu gueule dès qu'un truc te convient pas, ça risque pas d'faciliter les choses !"

Calie reprit son souffle, mais ne laissa pas le temps à Rachel de dire quoi que ce soit.

"J'pensais qu't'avais compris comment j'fonctionnais. Oui, des fois tu m'embêtes à force d'essayer de connaître ma vie ! Mais merde à la fin, c'est pas pour autant que j'te déteste ! Qui est-ce qui est venu te chercher quand t'es tombée dans la Grande Salle? Qui est-ce qui t'as accompagné à l'infirmerie? Tu t'rends même pas compte de tous les efforts que j'ai fait envers toi. Alors oui, excuse-moi de pas être la copine parfaite qui viens faire des pyjama party tous les samedi soir, mais voilà, c'est comme ça !"

... Faudrait penser à décerner un prix à Rachel. Oui, le prix de celle qui a réussi à faire autant parler Calie... Félicitation Rachel ! La jeune Pamova, un peu calmée par la tirade qu'elle venait d'avoir, ne savait plus vraiment quoi faire.
Elle se tenait là, devant Rachel, et se sentait ridicule avec sa petite taille à pousser la gueulante. Qu'est-ce qui lui avait prit de se lever? Elle aurait mieux fait de rester assise, et de laisser la petite blonde partir avec son têtard. Mais bon, c'était comme ça. Fallait pas non plus la pousser à bout.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Gloups! Têtard et problèmes  Libre 

Rachel resta figée face à tous ce que venait de lui dire Calie. Les larmes cessèrent de couler sur ses joues rougies et elle resta interdite, bouche bée.

Lorsque Calie l’avait appelé, elle s’était arrêtée. Evidemment qu’elle s’était doutée que ses paroles, et surtout les dernières, ferait réagir sa camarade. Elle n’avait pas eu l’intention d’être méchante, mais Rachel avait bien voulu faire comprendre à Calie qu’elle lui avait fait horriblement mal en n’étant pas franche avec elle. L’honnêteté, c’est pourtant mieux que de tout cacher et faire croire que tout va bien, non ?

Son aînée s’était ensuite positionnée devant elle et avait dévalé son flot de paroles, d’une voix forte, et sans laissé la fillette blonde dire quoi que ce soit. Cette dernière avait levé des yeux étonnés vers elle. Elle n’avait jamais vu Calie s’énerver comme ça. Elle ne l’avait d’ailleurs jamais entendu parler autant non plus. Il sembla à Rachel qu’avoir dit toutes ces phrases avait épuisé Calie, et qu’elle était désormais rouge au visage. La jeune sorcière fixa l’autre Serdaigle avec des yeux ahuris, dans un silence gênant…

Avant qu’un rictus ne commence à se former sur son visage.

Un rictus qui se transforma en un sourire. Un sourire qui se transforma bien vite en rire. Elle tenta bien de se retenir, mais ça sorti quand même de sa bouche. Etait-ce dû à la nervosité ? Le soulagement après la colère ? Ou tout simplement parce que les dernières paroles de Calie, à propos des pyjamas party, et son visage tout rouge était amusants à voir et à entendre ? Elle n’en savait rien. Rien du tout.

Avant de rencontrer un visage confus chez son aînée, Rachel articula entre ses rires :


« Excuse-moi ! Je… je sais pas pourquoi je ris ! C’est pas contre toi, c’est juste… plus fort que moi ! Je sais vraiment pas pourquoi ! »

Elle tenta de ne pas lâcher ses affaires et surtout le bocal de son têtard entre ses spasmes, et essuya tant bien que mal ses yeux et ses joues d’une main libre.

C’était étrange de rire à un moment comme celui-là. La réaction normale d’une personne aurait été sans doute de baisser la tête, de continuer à pleurer mais de s’excuser pour ce qu’elle avait dit. Mais Rachel, elle, elle riait. Sans savoir pourquoi et qu’elle en était la cause. Mais déjà, c’était bien mieux que de pleurer et faire la tête.
  Retour