Lac

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

Comme souvent, dans ce pays froid et humide, il pleuvait. Vieux temps maussade et froid, mouillé et puant l’enfermement. Un jour à rester à l’intérieur, assis dans la Salle Commune surchauffée et surtout surpeuplée. En d’autres mots, un jour à aller se suicider. Il n’y avait rien à faire sauf respirer cet air sale, ou se poser dans un coin frais du château. Aucune des deux solutions n’était vraiment parfaite.

C’est donc en ce jour pluvieux, maussade, moche, que Mila Navy, la p’tite jaune de Première Année, prit l’initiative d’aller à la Volière. Elle ne s’étonna pas grandement d’arriver là en haut en ne voyant personne, parce que le toit avait parfois des trous, ce qui faisait que l’eau commençait déjà à stagner sur le sol. Une vraie piscine. Mais la brune s’en fichait. Sans faire attention à l’état de ses chaussures, elle prit un hibou, lui tendit sa lettre en lui murmurant
« A Calie Pamova. ». Ceci étant fait, le hibou étant partit, elle ressortit, et s’amusa à laisser des traces de pas (pleines d’eau et de saletés) un peu partout, en redescendant jusqu’au Hall.

Vous vous demandez sans doute pourquoi. Je vous répondrai à cette question : pourquoi quoi ? Pourquoi Mila Navy, Poufsouffle de son état, envoyait un hibou à Calie Pamova, la fille à laquelle elle n’avait jamais parlé ? Déjà, sachez que si, elle lui avait déjà parlé. Et ensuite, c’était pour percer le mystère de Katherine Jones, une Serdaigle de Deuxième Année. Elles avaient eu, toutes les trois, une discussion (plus ou moins joyeuse) au Parc, et en partant dignement, Kate avait perdu un bracelet. Avant que Mila n’avait pu faire quoi que ce soit, Calie l’avait prise et été partie. Mais voilà. L’histoire ne pouvait, ne devait pas s’arrêter là.

Non pas que Mila en ait quelque chose à faire, de ce bracelet. Détrompez-vous. Elle s’en fichait royalement, de la Jones. Mais tout cela l’intriguait quand même. Elle voulait découvrir son secret. Savoir pourquoi elle était comme ça. Une personne normale ne pouvait pas changer en cette personne sans vraie raison. Et même si elle n’était pas normale à la base. Ça n’était pas possible. C’est pourquoi elle avait pris l’initiative d’envoyer ce hibou à Calie, pour la rencontrer et voir ce bracelet de plus près. Elle espérait seulement que Calie aurait assez de bonne foi pour bien vouloir la retrouver et lui montrer sa trouvaille. Et bien sûr, que Katherine n’interfère pas dans l’histoire, ou du moins pas pour le moment.

Son hibou, en gros, disait cela :
Calie !
Je sais que tu dois sans doute te demander ce que te veut ce hibou. Pourquoi une personne t’envoie ce hibou en plein milieu de cette journée absolument horrible. Eh bien, pour le savoir, rendez-vous au lac à 15h. Ramène le bracelet de la Jones. Faut qu’on en parle, y’a un truc là-dessous. Je suis sûre que toi aussi tu meurs d’envie d’en savoir plus, donc ramène tes fesses, qu’on le découvre ensemble.
A tout de suite !
Mila Navy


Il faut le dire : elle n’était pas vraiment inspirée. Et puis si on lisait attentivement, on pouvait penser que Mila cherchait réellement à savoir tout cela, et qu’elle s’y intéressait. Ce qui est faux. Totalement faux. Elle ne voulait découvrir son secret que pour qu’elle arrête de torturer verbalement les gens. Ca ne pouvait pas continuer. Une telle attitude ne pouvait être tolérée (non pas qu’elle n’existe pas autre part, ou même qu’elle appartenait aux hauts rangs de Poudlard, cette même attitude). Enfin bref.

Il était 14h30. Mila espérait que le hibou ferait son boulot, qu’il battrait assez rapidement de ses piètres ailes pour retrouver la bleue et qu’elle soit à l’heure. Non pas que ça la dérange d’attendre sous la pluie, hein. En attendant, elle décida d’aller se poser derrière une armure et de lire un bouquin. Le temps passerait bien assez vite. Elle choisit stratégiquement une armure proche de la porte d’entrée, pour qu’elle puisse peut-être choper la Calie quand elle allait sortir. Mais pour l’instant, elle lisait.

Reducio
RP réservé à Calie P. et Katherine J.

It's raining again !  PV 

Un temps pourri. Voilà comment décrire en quelques mots l'état de la journée en cours. Calie Pamova, petite deuxième année dans la maison de Serdaigle était dans son dortoir, assise sur son lit à réviser ses cours de Sortilèges. Rien de bien particulier. Juste à côté d'elle se dressait une petite fenêtre, d'où elle pouvait voir le ciel grisâtre et la pluie tomber. La pluie. Quelle magnifique création de la nature. Non, non, aucune ironie là dedans. La petite brune aimait vraiment la pluie. Mais quand celle-ci tombait sans arrêt plusieurs jours de suite, et qu'elle était accompagnée d'un véritable froid de canard, non merci ! La pluie, oui ; la maladie, non.

Enfin bref, on s'égare. C'est donc assise dans son lit, près de cette fenêtre, que Calie fut distraite de ses révisions par un «tac tac tac» carrément désagréable. Levant la tête de ses parchemins, la petite sorcière fronça les sourcils, tout en tournant ses yeux de droite à gauche, afin de trouver la source de ce bruit. Ce n'est que quand une ombre bougea dans le coin de son œil et qu'elle tourna la tête dans cette direction, qu'elle trouva enfin ce qu'elle cherchait. Ce bruit insupportable? Et bien ce n'était rien d'autre que Suyot, la chouette de Calie, qui frappait désormais de plus en plus fort la vitre de la fenêtre derrière laquelle elle se trouvait, énervée de rester sous la pluie pendant que sa propriétaire restait sans bouger sur son lit.


« Ça va j'arrive » murmura la jeune Serdaigle en se levant.

Ouvrant la fenêtre, l'oiseau se précipita à l'intérieur, trempé. Il tendit vers sa maîtresse le message qu'il venait lui délivrer tout en poussant un léger cri d'agacement. Décidément, Calie avait fait fort pour trouver une chouette qui lui ressemble...
*C'quoi encore ça?* La jeune fille prit le papier en main en soupirant, le déplia, et parcouru ce qu'il y avait marqué dessus.

Calie !
Je sais que tu dois sans doute te demander ce que te veut ce hibou. Pourquoi une personne t’envoie ce hibou en plein milieu de cette journée absolument horrible. Eh bien, pour le savoir, rendez-vous au lac à 15h. Ramène le bracelet de la Jones. Faut qu’on en parle, y’a un truc là-dessous. Je suis sûre que toi aussi tu meurs d’envie d’en savoir plus, donc ramène tes fesses, qu’on le découvre ensemble.
A tout de suite !
Mila Navy



*C'est qui elle?* Calie prit un instant afin de chercher une réponse à sa question. Elle se remémora les différents personnes qu'elle avait rencontré. Puis enfin, Mila lui revint en tête. Le parc, Katherine, Mila, les tensions, la gourmette. La gourmette ! Elle l'avait totalement oubliée. Elle l'avait ramassé par terre, comptant le rendre à sa propriétaire, une Serdaigle également en seconde année. Mais bon, voilà quoi. Oublié. Repliant la missive, elle se dirigea vers la chaise de son bureau et alla tâter les poches de sa cape qui était étalée dessus. *Ah, trouvée*. La sensation du métal froid électrisa quelque peu ses doigts, et elle relâcha le bijou dans sa poche.

Bon, c'est bien tout ça. Mais pourquoi aller voir cette Mila? Qu'est-ce qu'elle voulait à Katherine? Et surtout à cette gourmette? Et puis c'était quoi cette façon de lui dire de «ramener ses fesses» ?Trop de questions. Pas de réponses. Une solution : Mila. Un coup d'œil à l'horloge : 14h45. Bien, c'est parti. Depuis un an, Calie avait appris à se socialiser. Il y a quelques mois, elle aurait jeté le message, et serait retournée à sa lecture. Mais là, la curiosité l'emportait sur sa fainéantise. S'habillant rapidement, sans oublier d'emporter la gourmette, la jeune fille fit sortir sa chouette, et dévala les escaliers. Sur le chemin, elle ne faisait pas attention à ce qui l'entourait. Des élèves la croisaient, mais qu'importe, elle n'était pas là bon dire bonjour ou quoi que ce soit d'autre. Seul ce fameux rendez-vous l'intéressait. Elle n'en avait un peu rien à faire d'en savoir plus sur ce bracelet, et sur Katherine Jones en général. C'était plutôt Mila qui l'intriguait. Pourquoi ce soudain attrait pour l'autre Serdaigle? Elle n'avait pas eu l'air de passer un joyeux moment avec elle la dernière fois. Alors pourquoi ne pas l'ignorer tout simplement? Calie secoua la tête. Elle n'aimait pas se poser autant de questions. Après, son seul désir était de trouver les réponses. Et à cet instant, le seul moyen de les avoir, était de rencontrer Mila. Et de parler avec elle. Parler. Soupir...

Une fois en bas, elle réajusta son écharpe ainsi que sa cape, et déposa la large capuche sur sa tête. Elle s'approcha de l'imposante porte du Hall en soupirant à l'idée de devoir affronter le froid. Mais avant d'avoir pu exécuter le moindre geste pour l'ouvrir, une voix féminine l'interpela...


Image

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

Mila était toujours derrière son armure. Elle était assise, adossée contre le piédestal, les genoux ramenés contre sa poitrine et le livre posé à plat sur le sol. Elle lisait un truc pas super intéressant, disons qu’elle le survolait juste pour passer le temps. La Jaune regarda sa montre. 14h54. 24 minutes qu’elle lisait cet ennuyeux bouquin. Elle décida de se lever, histoire de se dégourdir les jambes (et aussi parce qu’elle avait mal aux fesses, mais ne précisons pas cela). Si la Calie était à l’heure, il restait 6 minutes à Mila avant qu’elle ne vienne. Mais elle ne savait pas quoi faire.

C’est alors qu’elle entendit des bruits de pas. Elle se retourna, discrètement, toujours derrière son armure, et vit une Gryffondor, qui devait être en Deuxième Année, passer. Fausse alerte, donc. Mais la fille s’arrêta devant la porte, comme si elle attendait quelqu’un, et Mila n’osa bouger. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle ne voulait pas que cette fille la voit cachée là. Question d’ego ; qui se cache déjà derrière une armure, non mais oh ? Heureusement, quelques instants plus tard, Calie arriva. La Gryffondor se mit dans un coin, et sauta sur Calie lorsqu’elle était sur le point de passer la porte.


*Roh mais non, qu’est-ce que tu fais toi ?* pensa Mila. A vrai dire, Mila n’entendit pas ce qu’elle dit à la Serdaigle, en tout cas 30 secondes plus tard elle était de nouveau partie. C’était le moment ou jamais d’aller accoster Calie, tiens. Mais la jaune hésitait. Devait-elle l’aborder maintenant, ou attendre comme prévu qu’elle soit au Lac, et qu’elle la rejoigne à cet endroit ?

Elle hésita. Devait-elle le faire ou non ? Non pas qu’elle hésitait parce qu’elle avait peur, détrompez-vous. Mais parce qu’elle se disait que ça faisait bête. Genre coucou ! je te fixe un rendez-vous à un certain endroit, et je te rencontre à l’autre bout du château parce que ça me fait kiffer ! Un peu nul, il faut le dire.

Mais après une hésitation d’une fraction de seconde, son choix était fait. Elle balança son sac sur son épaule, son livre tenu fermement dans sa main droite, et sortir d’un pas posé de sa –si on peut l’appeler comme ça- cachette. Posé, calme, mais pas trop. Enfin naturellement, en fait. Elle s’approcha de la bleue avec un sourire gentil, le genre de sourire que l’on sort à ses amis que l’on croise dans un couloir, et à qui on a pas le temps de faire la bise parce qu’on est trop pressé. Un sourire sincère. Sisi ! Un vrai de vrai. Venant de Mila, c’était un sacré exploit.


« Holà ! Alors, tu l’as, cette gourmette ? »

Pourquoi se sentait-elle si… presque joyeuse ? Pas bon tout ça ! Dieu seul le savait. Mais ça n’était pas bon d’être aussi joyeuse. Non non. En tout cas, elle espérait que Calie allait lui demander de sortir, parce que parler là dans le Hall, c’est vraiment pas cool. Surtout que le son résonne, et que tout le monde pouvait entendre.

Reducio
Je suis vraiment désolée pour le GRAND retard, j'espère que vous m'en voudres pas !

It's raining again !  PV 

La voix féminine fit se retourner Calie. La jeune fille se retrouva nez à nez avec une autre seconde année de Gryffondor, qu'elle avait déjà croisée dans certains de ses cours. *Qu'est ce qu'elle m'veut...* En effet, la Gryffondor semblait l'attendre. *J'espère qu'elle va pas m'retarder.*
Heureusement pour la Serdaigle, l'autre jeune fille venait juste lui demander des renseignements sur le prochain cours de potion. Essayant de ne pas paraître trop froide, Calie répondit aux questionnements de la rouge et or, et afficha un sourire de satisfaction quand elle la vit repartir en direction des escaliers.

Un rapide coup d'oeil à sa montre, et Calie se dépêcha de retourner vers la grande porte d'entrée, afin de se rendre au plus vite à son lieu de rendez-vous. Pas qu'elle était pressée d'y aller, non. En plus le bruit des gouttes d'eau qui venaient s'éclater contre le battant de bois annonçaient à la jeune fille que la pluie continuait de tomber. L'eau, c'est cool, la pluie aussi. Mais quand ça tombe pendant plusieurs jours d'affilés, à force, ça lasse. Quelle idée elle avait eu, cette Mila Navy, de lui donner rendez-vous près du lac... Pouvait pas choisir un coin tranquille dans un couloir ?
Enfin bon, peu importe. L'avantage d'aller dehors, c'est qu'au moins, elles ne risquaient pas de croiser beaucoup de monde. Et ce détail n'était pas négligeable. Bien au contraire. Non pas qu'avoir en sa possession la gourmette de quelqu'un d'autre lui faisait peur. Mais c'était toujours mieux de pouvoir en parler sans des oreilles indiscrètes aux alentours.

Alors qu'elle s'apprêtait une seconde fois à passer la porte, elle sentit une présence juste à côté d'elle. Le genre de présence dont on devine rapidement qu'elle ne passera pas son chemin. Le genre de présence qui vous colle, et dont vous savez de suite qu'elle vous est destinée.
*Qu'est ce que c'est encore ?* Faisant pivoter sa tête vers la personne se trouvant à côté d'elle, Calie allait laisser s'échapper un soupire de ses lèvres, mais elle se retint en voyant que cette présence n'était autre que la jeune fille brune de Poufsouffle qui lui avait donné rendez-vous. Celle-ci affichait un sourire qui semblait s'élargir à mesure que les secondes passaient. Ça en devenait limite gênant... Heureusement, Mila mit fin au silence.

"Holà ! Alors, tu l’as, cette gourmette ?"

...*C'moi où elle est complèt'ment excitée ?* Mila était limite en train de trépigner sur place. Calie se demanda un instant pourquoi elle était dans cette état là pour cette simple gourmette. Mais elle se retint de lui demander, tout en lançant des regards vides de toute expression aux élèves qui passaient près des deux jeunes filles. Fallait mieux sortir d'ici.

Poussant enfin la porte d'une main, Calie fit signe à la jeune Poufsouffle de la suivre. A l'extérieur, la pluie battait son plein, et quelques bourrasques de vent venaient soulever les cheveux de la fillette. Ajustant sa capuche, elle s'avança dans l'herbe vers leur lieu de rendez-vous. Lorsqu'elle sentit la présence de Mila à ses côté, elle plongea sa main dans la poche de sa robe de sorcière, et en sortit le fameux bijou qui semblait attiser la convoitise et surtout la curiosité de sa camarade afin de lui montrer qu'elle l'avait bien pris avec elle. Mais Calie se doutait bien que ce n'était pas la gourmette en elle-même qui intéressait la brune, mais plutôt le fait qu'elle appartenait à une certaine Serdaigle dénommée Katherine Jones. Et ça... ça valait beaucoup plus qu'un simple bracelet appartenant à un autre élève. Surtout aux yeux de Mila, étant donné le degré d'excitation qui sembla la gagner lorsqu'elle aperçut le bijou...


"Bon. Qu'est c'que t'cherches avec ce truc en fait ? J'suppose que t'vas pas l'rendre à sa proprio..."

Calie parlait calmement, curieuse de comprendre enfin pourquoi Mila l'avait fait venir avec tant d'empressement...

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

Calie, sans même se prendre la peine de resaluer Mila, lui fit signe de sortir. C’est vrai, bonne idée. Parce que rester là, dans ce Hall : mauvaise idée. Trop de monde allait passer pendant leur discussion, et d’ailleurs les rares passants les regardaient d’un œil interrogateur. Mila emboita donc le pas à la Bleue, et elles sortirent dans la pluie battante. Le vent soufflait, la pluie tombait et tombait, mais cela ne dérangeait absolument pas Mila. Elle ne prit même pas la peine de mettre sa capuche, toute façon elle s’en fichait de ses cheveux. De toute manière ils étaient bouclés, pluie ou pas pluie. Ce n'était vraiment pas son genre d'en avoir quelque chose à en faire, de ce genre de choses.

Bref toujours est-il que Mila suivait la Deuxième Année, d'un pas assuré. Le sol mouillé ne changeait rien à sa détermination d'arriver rapidement. Arrivées à destination, le Lac, Calie se tourna vers la Jaune, sortit la tant voulue gourmette, et lui dit :


« Bon. Qu'est c'que t'cherches avec ce truc en fait ? J'suppose que t'vas pas l'rendre à sa proprio... »

Elle avait l’air curieuse de savoir tout ça. Et c’était compréhensible. Mila aurait été tout aussi curieuse dans son cas. D'ailleurs elle aussi était curieuse, mais pas pour la même raison. Chacune sa curiosité, hein.

Bon assez de blabla. Cette "pauvre" Calie attendait une réponse digne de ce nom. On allait quand même pas la faire attendre, n'est-ce pas ?


« C’est pas compliqué. Tu t’es jamais demandée pourquoi Katherine était comme ça ? Si tu veux mon avis, y’a un truc derrière tout ça. Et j’pense que cette gourmette nous en dira un peu plus. Je sais que tu dois sans doute t’en ficher de cette fille, mais si on perce son secret, elle arrêterait peut-être d’être… comme ça. Bénèf’ pour tout le monde, en gros. »

Rapide, simple, concret. Comprendre ce qu’avait la Jones. Et Mila était persuadée que le bracelet avec un lien avec ça. Une intuition, une très forte intuition. Mais pour en savoir plus, il fallait examiner le bracelet. Tout allait commencer par là. Peut-être même qu’en fait, Katherine avait divisé son âme après avoir tué quelqu’un, et que ce bracelet était un Horcruxe. Non non, Mila n’exagérait jamais. C’était probable. La probabilité était faible, mais ça restait néanmoins probable.

« Pour commencer, faudrait qu’on examine ce truc, pour en savoir un peu plus. T’as déjà un peu regardé ? Ah quoique, je pense pas. Vu ta tête je pense que tu dois un peu t’en ficher de tout ça, j’ai raison ? »

La pluie continuait de tomber. Tout comme la fois où elles s’étaient rencontrées dans le Parc, un peu plus haut. La fois où justement Calie avait ramassé le bijou, après que l’autre Bleue soit partie plus ou moins dignement. Elle tombait dru, on avait presque du mal à voir plus loin qu’un rayon de dix mètres…

Et c’est en plissant les yeux, en direction du château, qu’elle le vit. Elle ne l’avait pas vu arriver, saleté de pluie. Maintenant, trop tard.


« Oh oh… »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

"Vengeance", en néerlandais, ça se dit "Wraak". Si si, je vous le promets. Aussi peu croyable et guttural et laid que ça puisse paraître, c'est le cas. Alors, quand un mot si doux, si agréable à l'oreille, aux consonances hors du commun tinte à vos oreilles, comment pouvez-vous vous douter un seul instant qu'il est préfigurateur d'une fin tragique ? Bref, Katherine n'avait que ce cri à la bouche : "WRAAK". Elle aurait pu le hurler à pleins poumons, du haut de la tour d'astronomie, si elle n'avait pas eu trop peur d'être internée à Ste Mangouste.

Toujours est-il que la Bleue éprouvait beaucoup de rage. Pourquoi ? Parce qu'on lui avait volé son bien. Son bijou. Son précieux. Sa gourmette. Disparue. Subtilisée. On avait dépossédé Kate d'un des seuls trucs auquel elle attachait un temps soit peu d'importance. Pas besoin, donc, de vous faire un dessin pour que vous compreniez qu'elle était à bouts de nerfs. Elle ne rêvait que d'une chose, récupérer son bien, et exterminer le malheureux qui avait eu l'audace de la lui enlever. Du coup, depuis un nombre incalculable d'heures, elle essayait de trouver une façon de faire souffrir un maximum cette personne.

Sauf que là, elle en pouvait plus, de ruminer sa colère en tournant en rond sans arrêt. Ça devenait insupportable, et rien de potable lui venait. Lui arracher un à uns les ongles ? Un peu trop brutal, peut-être. Le pendre par les cheveux ? Lui raser la tête dans son sommeil ? Lui offrir des dragées surprises de Bertie Crochue édition spéciale parfum unique crotte de bique ? Tout ça n'était ni assez personnel, ni assez unique. Il fallait que ça vienne droit d'elle. Droit de son petit cœur qui, à défaut de savoir aimer correctement, connaissait pas mal la colère et le sadisme.

C'est en proie à une certaine frustration ainsi qu'à un ennui à faire crever une baleine bleue que Katherine sortit de sa Salle Commune. Elle en pouvait plus, de rester cloîtrée, comme ça, sa créativité en sourdine, pour son plus grand malheur. La Serdaigle sortit donc dans le parc. A peine eut elle fait trois mètre qu'une goutte de pluie vint s'écraser en plein milieu de son front. S'il vous plaît, quelle est la probabilité pour qu'une goutte de pluie vienne s'écraser en plein milieu d'un front ? Quasiment nulle. Signe du destin ou simple hasard, il fallait bien interpréter ça d'une façon ou d'une autre. Enfin, tout ce que put déterminer la Bleue et Bronze fut qu'il allait pleuvoir, ce qui fut le cas. Pluie pluie pluie. C'était cool. Kate aimait ça, la pluie.

Tout ça pour dire qu'elle arriva sur les rives du lac... et là, ô surprise divine ! qui vit-elle ? Mila Navy, cette petite simplette qu'elle avait déjà rencontrée sous la pluie, ironie du sort, sans aucun doute, ce salaud, et Calie Pamova, une autre Serdy, et accessoirement Capitain de l'Equipe de Quiddtich. Sa supérieure. Sauf que là, c'était pas le cas, bien sûr. Puisque Katherine se sentait un peu au dessus de tout le monde. Elle était comme ça. Trop de self-estime, ça donnait un drôle de mélange.

Soudain, ça fit comme un flash dans sa tête. Vous savez, comme dans les films d'actions pourris ou les séries hollywoodiennes ? Un ralentit, un flash back en low motion, où vous revoyez une scène. Eh bah elle se revit là, sous la pluie, pas loin, quelques jours plus tôt... et en mettant les choses bout à bout, elle se rendait compte que c'était depuis là qu'elle avait perdu sa gourmette. Ce qui était drôle, c'était que si Dieu il y avait, il avait pour une fois bien fait son job, et lui servait les deux coupables sur un plateau d'argent.

Plissant les yeux, ses longs cheveux foncés plaqués sur son beau visage, Kate s'avança d'une démarche souple vers les deux filles. Un mot revenait en boucle dans sa tête, et tournait, tournait, tournait, sifflant avec insistance : "Thief thief thief thief thief". Oui, elles allaient payer, ces deux-là. Et pas qu'un peu. Elles verraient ce que ça faisait, de provoquer la colère noire d'une Jones. Non mais ! La jeune fille se plaça face aux deux autres qui l'observaient en silence, bien campée sur ses jambes, les mains sur les hanches. Il émanait d'elle cette espèce de folie incontrôlable, comme si elle était une boule de nerfs prête à exploser. Ce qu'elle était bien, en fait. Elle lâcha froidement :


"- WRAAK."

Puis, n'étant pas sûre que son cri de guerre prononcé comme si elle était une illuminée ferait son petit effet, Katherine crut judicieux de rajouter :

"- Rendez-moi ma gourmette."

C'était un ordre. Restait à voir si les deux filles qui lui faisaient face tenaient un temps soit peu à la vie. Si tel était le cas, alors elles auraient la présence d'esprit de faire ce que Kate leur demandait. Sinon, les choses deviendraient un peu intéressantes. Tout ce que la Bleue savait, c'était que, d'une façon ou d'une autre, elle récupérerait son précieux.

It's raining again !  PV 

Reducio
Désolée pour l'attente !


La gourmette au bout du doigt, tendu en avant, Calie observait l'objet sans vraiment le voir, tout en attendant l'explication de Mila. La Serdaigle avait un peu de mal à comprendre pourquoi ce bijou suscitait un tel engouement chez la Jaune. C'est pourquoi elle écouta d'une oreille attentive ce qu'elle avait à lui dire.

« C’est pas compliqué. Tu t’es jamais demandée pourquoi Katherine était comme ça ? Si tu veux mon avis, y’a un truc derrière tout ça. Et j’pense que cette gourmette nous en dira un peu plus. Je sais que tu dois sans doute t’en ficher de cette fille, mais si on perce son secret, elle arrêterait peut-être d’être… comme ça. Bénèf’ pour tout le monde, en gros. »

Calie haussa les épaules d'un air distrait, tout en réfléchissant à ces paroles. Avant cette fameuse journée où Calie avait fait irruption dans le conflit qui opposait Mila à Katherine, elle ne s'était jamais vraiment intéressé au comportement de cette dernière. Il faut dire qu'elle ne s'intéressait en fait à pas grand monde... Mais depuis ce jour, il était vrai qu'elle s'était parfois penchée sur le sujet. Katherine était une personne à part. Tout le monde est unique me direz-vous, mais bon, là, ça prenait des proportions particulières. Il était difficile de cerner cette fille, ou même juste de l'approcher... Son caractère si spécial avait fait le tour de l'école, et tout le monde, même sans l'avoir forcément déjà vu, savait de quoi il en retournait.

Mila reprit la parole, sûrement impatiente d'en connaître plus. Apprenez à connaître vos ennemis, comme dirait l'autre.


« Pour commencer, faudrait qu’on examine ce truc, pour en savoir un peu plus. T’as déjà un peu regardé ? Ah quoique, je pense pas. Vu ta tête je pense que tu dois un peu t’en ficher de tout ça, j’ai raison ? » 

Mais avant d'avoir pu répondre quoi que ce soit, Calie vit le regard de Mila fixer un point derrière son épaule. Un éclair étrange traversa son regard, et la Serdaigle se retourna pour voir quelle était la cause de ce changement d'attitude. Et c'est là qu'elle la vit.
Katherine.
La jeune fille traversait le Parc, en plein dans leur direction. Bête aurait été celui qui penserait pouvoir lui échapper. La cible de Katherine était verrouillée : Mila et Calie.


Sur le coup, la deuxième année ne su trop quoi dire ni quoi faire. Un simple petit « Oh oh » s'échappa des lèvres de la Poufsouffle. Calie elle, laissa, comme à son habitude, un soupir glisser de sa bouche. Elle qui voulait éviter les ennuis semblait courir après eux comme une dératée...

« - WRAAK. »

Les yeux de Calie s'agrandirent sur le coup de la surprise. C'est quoi ce mot là ? Un cri de guerre ? Un étranglement ? L'agonie, peut-être ? Qu'elle que soit la signification de ce cri, il avait été poussé avec le cœur, et il ne semblait pas être un signe de joie... Katherine enchaîna, cette fois ci en parlant dans un dialecte plus compréhensible.

« Rendez-moi ma gourmette. »

Sans s'en rendre compte, Calie était restée sans bouger, la mains un peu levée avec la gourmette au bout. Ce n'était donc plus la peine de tenter de la cacher ou quoi que ce soit d'autre – ce qui aurait été assez stupide d'ailleurs . La gourmette était entre les trois filles, chacune se faisant plus ou moins face.

La petite brune avait la gourmette en main. C'était donc à elle de faire quelque chose, elle en avait bien conscience. Mais elle se retrouvait là face à un dilemme qu'elle aurait voulu éviter. Elle avait devant elle deux filles qui souhaitaient ce que elle-même avait en main. Elle pouvait la donner à Mila. Après tout, c'était elle qui s'était montrée la plus sympa avec elle. Et puis il faut dire ce qu'il est, elle semblait beaucoup moins agressive que Katherine.

Mais justement, était-ce une bonne idée de s'attirer les foudres de la Serdaigle ? Calie ne s'était pas encore fait d'opinion à son sujet. Elle avait besoin de connaître les gens pour les juger. Là, elle ne savait rien de cette Katherine. Elle penchait pour de la sympathie à son égare, surtout dû au fait qu'elles appartenaient toutes deux à la même maison. Et si le Choixpeau les avaient envoyées dans la même maison, c'est bien qu'il résidait en elles quelque chose de similaire. Des points communs devaient bien les unir... Même très enfouis.
Cette gourmette représentait le moyen de plus en savoir sur elle. Et ça c'était tentant. Si elle rendait le bijou à Katherine, celle-ci repartirait illico avec, et bye bye les informations.

Bref, l'une ou l'autre, dans tous les cas les ennuis lui pendaient au nez. Autant garder le bijou en main pour l'instant, quitte à se le faire arracher par l'une des deux. Calie ne referma d'ailleurs pas la main dessus. L'objet continuait de pendre à son doigt. Libre à Mila ou Katherine de le prendre...

Consciente qu'un certain temps était passé, Calie tourna son visage vers le bijou.


« Tout ça pour un simple bijou... Tout ça pour... Calie plissa un peu les yeux afin de déchiffrer une inscription qu'elle n'avait jusqu'alors pas remarqué. … Eliott... ? »

La jeune fille releva la tête et tourna son regard vers Katherine. Un garçon... Elle détourna ensuite ses yeux vers Mila, sachant pertinemment que cette première information lui plairait probablement...

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

Mila avait eu raison de se méfier de la venue de Katherine. Bon ok, elle l’avouait. Elle aurait pu, stratégiquement, demander à Calie de se retrouver dans un autre endroit. Un endroit sûr, là où elles étaient sûres de ne croiser personne. Parce que destin ou pas, cette folle de Kate venait de leur tomber dessus comme un orage qui laisse tomber ses foudres. Pas joli joli. En même temps, comment elle pouvait savoir que la Bleue allait PAR HASARD se promener au lac et PAR HASARD les voir, alors qu’elles parlaient PAR HASARD de son bracelet ? Grand Dieu. La probabilité, qui certes est existante, est faible. Et pourtant !

Donc je disais. La Katherine venait d’arriver, les yeux animés d’une lumière froide, méchante, un air fou peint sur son visage, les cheveux en bataille à cause de la pluie. Elle devait s’être rendue compte de la perte de son bien, vu sa tête. La Jaune voyait bien qu’elle n’était pas venue pour causer tranquillement (chose apparemment impossible, avec celle-là) mais pour récupérer ce qui lui appartenait. Et sans doute, par tous les moyens.


« WRAAK. »

*A tes souhaits.* Pardon ? C’était quoi ce son guttural ? Mila hésitait. Soit elle était sur le point de rendre son dernier repas, soit elle allait pas bien dans sa tête. Elle espérait fortement que ça soit la 2ème solution, histoire que personne ne se retrouve couvert d’une substance dégueulasse. Mais si c’était la 2ème solution, alors c’était pas bon non plus. Non à la limite, elle voulait pas savoir. Valait mieux pas.

« Rendez-moi ma gourmette. »

Ah, enfin quelque chose de compréhensible ! Mais ça semblait pas être une question. C’était un ordre. Comme on ordonne à quelqu’un de se la boucler lors d’une discussion importante, comme on interdit à un gamin de manger des bonbons. Un ordre méchant. Vicieux. Vif. Et tout ça, pour un bracelet. Un pauvre bracelet, pendouillant au bout du bras de Calie. Bras tendu, elle le tenait depuis avant.

Et maintenant, il était au milieu des 3. Mila aurait pu facilement le prendre. Elle ne savait pas si elle devait. Deux scénarios possibles :

-Premier scénario : Mila prend la gourmette. Calie redescend son bras. Kate la menace de lui redonner sous peine de très grandes souffrances. Mila hésite. Elle le garde. Elle se fait tuer par Katherine.

-Deuxième scénario : Elle laisse la gourmette. Katherine la reprend, et part sans demander son reste. Mila et Calie sont donc là, penaudes, sans rien.

Raaah. Aucun des deux scénarios ne correspondait. Dans tous les cas, Katherine gagnerait. Et Mila ne pouvait pas la laisser faire. Self-estime.


« Tout ça pour un simple bijou... Tout ça pour... Eliott... ? »

La Jaune ouvrit des yeux grands comme des soucoupes à thé. Comme celles exposées chez sa grand-mère, la seule fois où elle y était allée. Un garçon ?! Comment ça, un garçon ? Katherine Jones, folle personne de son état, avait une gourmette avec un nom de garçon dessus ? Non. Stop. Faut pas rêver. Si ça se trouvait, c’était juste son père, son frère, son cousin. Pas besoin que ça soit obligatoirement un… petit ami. Ou peut-être un meilleur ami. Un truc du genre. Même si ça lui semblait peu probable qu’elle eut un jour été meilleure amie avec qui que ça soit. La théorie du membre de la famille semblait la plus probable.

Elle ne savait que faire. Son cerveau tournait à cent à l’heure. Vous savez, comme dans les trains à la vapeur. Le chauffeur travaille, travaille, enfourne du charbon, transpire, pour faire avancer son train. Là pareil. Le cerveau de Mila travaillait. Suait. Que faire ? Bon. D’abord parler. Puis, réaction. Réaction à voir, à définir, pour l’instant. Elle se tourna vers la concernée.

« Un garçon, Katherine ? Quelle personne dans ce monde peut sembler si chère à ton cœur pour que tu t’balades avec son nom autour du poignet ? »

Elle avait dit cela d’un ton posé, calme. Comme si elle discutait avec une amie de longue date. Comme si elles n’étaient pas en pleine conversation tendue. Comme si elles étaient normales. Et le bracelet ? Mila le prit, et le posa au sol. Sur un caillou, qui se trouvait juste là. Pas un petit, non non. Une sorte de rocher. Entre les trois.

« Comme ça, Calie, aucune de nous deux n’a besoin d’le tenir. »
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

C'est non sans un certain orgueil que Katherine vit que son arrivée en grandes pompes avait fait son petit effet. Elle était étrangement très calme, bien décidée à faire subir un châtiment digne d'une vraie K. Jones à ses deux camarades. Pour cela, il fallait penser à tête reposée. Se monter le bourrichon rendrait ses tortures bien moins créatives, bien moins grandioses. Alors que si elle prenait son temps pour considérer la chose, ça pouvait donner quelque chose de vraiment pas mal. Calie, prit la parole.

"- Tout ça pour un simple bijou... Tout ça pour... Eliott... ?"

Katherine aurait pu la crucifier sur place. Elle parlait avec tellement de provocation dans la voix qu'il fallait être sourd pour ne pas discerner le fait qu'elle se foutait complètement d'elle. C'en était trop. De plus, elle tenait d'une telle façon son précieux, son bébé, son bijou, comme si elle était prête à le lâcher dans la gadoue. Là, elle aurait eu des soucis. Sérieusement. Et c'eût dépassé le stade de la simple rage dévastatrice qui habitait alors Kate. Ce qui énervait aussi cette dernière, c'est que Mila semblait apparemment enchantée de cette révélation. A coup sûr, cette idiote se faisait déjà des films, à se dire que Jones avait un ami, ou un délire dans le genre. Impossible.

"- Un garçon, Katherine ? Quelle personne dans ce monde peut sembler si chère à ton cœur pour que tu t’balades avec son nom autour du poignet ?"

C'était certain. Cette simple d'esprit pensait que Kate pouvait aimer quelqu'un. Aimer, dans le sens amoureux du terme. Non amical. Ça se sentait tellement. Rien qu'à voir sa tête de poisson fasciné, attendant une super révélation. Malheureusement pour elle, il n'y aurait pas de révélation. Puisque ce qu'elle mourrait d'envie d'avoir, c'était de l'info, alors la Serdaigle se ferait une joie de lui en donner. La véracité de ses propos, quant à elle, elle ne pouvait l'assurer. S'apprêtant à répondre, elle s'interrompit. La jaunasse s'était emparée de... de... son précieux. Cette. Pouilleuse. Osait. Mettre. Les. Doigts. Sur. SA. Gourmette. Sauf qu'au lieu de la garder en main, elle la posa sur un rocher.

Katherine s'était crispée en voyant la Pouffy poser ses sales mains pleines de doigts sur son bien. Les poings serrés, elle avait senti ses ongles s'enfoncer dans sa chair. Du coup, elle en voulut encore plus à cette blairelle. Qu'est-ce qui la retenait de la frapper ? Son sang froid, qu'elle perdait certes quelque peu, mais pas au poing de rouer quelqu'un d'autre de coups. De plus, ce n'était pas le moment de déclencher une bagarre. Kate s'estimait plus raffinée que ça, dans sa façon d'agir, pour ne pas s'abaisser à un tel niveau de médiocrité. Oui, mieux valait laisser y croupir les deux filles qui lui faisaient face.

Bref, Mila avait finalement reposé le précieux. Lorgnant dessus, Jones l'entendit à peine ajouter :


"- Comme ça, Calie, aucune de nous deux n’a besoin d’le tenir."

Non mais pour qui elle se prenait, celle-là ? Parce qu'en plus, tenir ce qu'elle avait volé, cette fourbe, ça demandait trop d'efforts ? C'était pitoyable. Méprisable. Débile. Bref, digne de l'image que Katherine se faisait de cette jaune. Elle n'estimait pas plus Calie, mais le mépris était à peu près tout ce qu'elle ressentait à l'encontre de cette dernière. Entre autres choses, c'était le sentiment qui dominait. Par contre, l'autre, elle l'eût bien pendue, brûlée, écartelée, disséquée, enterrée, torturée, et même mangée, si tous ces actes avaient appartenu au politiquement correct. Mais non, mais non ! L'Homme, au nom de la conscience, avait arbitrairement jugé tout cela barbare. Peuh ! Monde pourri.

"- N'allez pas avoir b'soin de l't'nir, non, puisqu'vous allez gentiment m'rendre c'que vous m'avez volé."

Des deux filles qui lui faisaient face, celle qui semblait la plus courageuse à Kate était Calie, indéniablement. Mila, elle, était téméraire. C'était pas la même chose. Et puis la témérité, ça ne servait à rien. Se mettre une K. Jones à dos, c'était un peu comme dans ces films où vous vous attirez les mauvaises grâce de la mafia. Non, je rigole, c'était pas non plus grave à ce point-là. Mais mieux valait ne pas la pousser à bout. Sinon... ça risquait de donner des choses pas ragoûtantes, genre un massacre sanglant, un truc fou, m'voyez ?

"- Bon, j'vais être claire. J'sais pas c'qui m'retient d'vous lyncher. C'te gourmette appartient à quelqu'un qu'j'estime, p't'être la seule personne que j'considère comme un peu plus que rien. Là n'est pas la question. Tout ça pour Eliott, oui. J'sais pas en quoi ça vous concerne. Alors mêlez-vous de c'qui vous r'gardent, et tout ira bien."

Tout en parlant, son visage impassible passait de Calie à Mila. Oh, elle aurait facilement pu s'emparer de la gourmette et partir sans demander son reste, mais c'était la solution de facilité. De plus, elle voulait que son bien lui soit remis en main propre, par ces satanées voleuses.

It's raining again !  PV 

*Mais dans quoi j'me suis foutue, encore !*

Ce qui était en train de se passer en ce moment même, là, tout de suite, c'était totalement irréaliste. Elles étaient là, comme trois pommées autour d'un caillou avec une gourmette qui trônait dessus l'air de dire « Hé ouais, toute cette merde rien que pour moi. »
Si elle n'avait pas été en compagnie de ces deux filles, Calie aurait ri. Oui, ri. C'était rare chez elle, mais là, franchement, ça la démangeait.

Entre la Poufsouffle qui semblait ne pas vraiment tenir à sa vie, ou tout du moins à son jolie visage, et qui provoquait ouvertement Katherine ; et celle-ci même qui restait plantée là au lieu de saisir son bien et de partir sans demander son reste, Calie avait l'impression qu'elles faisaient exprès de tout faire pour se mettre sur la tronche.


« Un garçon, Katherine ? Quelle personne dans ce monde peut sembler si chère à ton cœur pour que tu t’balades avec son nom autour du poignet ? » 

Calie ouvrit les yeux un peu plus grand. *Nan mais vas-y, rajoutes-en une couche toi !*
La Serdaigle se demandait vraiment ce qui pouvait pousser Mila à réagir comme ça. Ok, Katherine était pas du genre ultra-sympathique, et la remettre à sa place de temps à autre ne lui ferait sûrement pas de mal. Mais de là à la provoquer ouvertement sur un sujet qui semblait d'ailleurs assez sensible... Calie se demanda un instant si le comportement de la Jaune était un signe de courage, de folie, ou tout simplement d''idiotie...

L'espace de quelques secondes la jeune fille referma les yeux, et souffla le plus silencieusement possible. Souffler, chez elle, c'était presque un tic. Elle le faisait parfois inconsciemment, et dans n'importe quelle situation. L'air qui sortait de sa bouche emmenait avec lui les sentiments qui grandissaient en elle un peu trop vite à son goût. Elle n'aimait pas ressentir trop de truc d'un coup. Là, ce simple souffle évacuait à la fois le fou rire qu'elle contenait en elle, l'incompréhension de l'instant et aussi un peu de peur, parce que bon, en rouvrant les yeux, elle vit bien que la situation commençait à mal tourner, surtout du côté de l'autre Serdaigle.


«N'allez pas avoir b'soin de l't'nir, non, puisqu'vous allez gentiment m'rendre c'que vous m'avez volé.
Bon, j'vais être claire. J'sais pas c'qui m'retient d'vous lyncher. C'te gourmette appartient à quelqu'un qu'j'estime, p't'être la seule personne que j'considère comme un peu plus que rien. Là n'est pas la question. Tout ça pour Eliott, oui. J'sais pas en quoi ça vous concerne. Alors mêlez-vous de c'qui vous r'gardent, et tout ira bien.
 »


Fronçant imperceptiblement ses sourcils, Calie regarda Katherine avec attention. Son visage ne laissait pas vraiment paraître autre chose que de la colère. Mais on pouvait quand même sentir le désir ardent de récupérer son bijou. Un désir qui s'opposait pourtant à ce qu'elle faisait : rien. Elle restait là. Sa gourmette était à portée de sa main, libre, mais non. Elle ne bougeait pas, et attendait, le regard noir. Tout ce qu'elle voulait, c'était que Calie ou Mila lui rende en main propre son bien.

Cette attitude étonna Calie. Elle ne pensait pas qu'une jeune fille de cette âge là pouvait à ce point désirer se montrer supérieur aux autres. Parce que c'était bien ce qu'elle voulait. Ne pas bouger le petit doigt, et attendre gentiment qu'on lui apporte ce qu'elle voulait.


« Quand on tiens autant à un objet, on fait au moins attention à pas l'faire tomber... »

Les yeux toujours rivés sur le visage de Katherine, Calie avait laissé ces mots lui échapper. Sa voix était calme, étrangement douce, assez loin du ton tranchant que les deux autres filles adoptaient lorsqu'elles parlaient.
Des choses précieuses, Calie en avait. Une surtout. L'idée-même de pouvoir la faire tomber à terre, et ne pas se rendre compte qu'elle l'ait perdue lui semblait inconcevable. Mais rien qu'en imaginant ne plus l'avoir, même quelques secondes, la jeune fille eut un aperçu de ce Katherine devait ressentir.

Mais malgré ça, il restait toujours en elle l'incompréhension de l'attitude de Katherine. Si elle tenait à sa gourmette, elle n'avait qu'à la reprendre, au lieu de faire son caprice de princesse.


« Et d'mander les choses gentiment, parfois ça aide aussi. T'es pas obligée d'réagir comme ça. »

Calie regardait toujours Katherine. Son ton était devenu un peu plus froid, même si aucune colère ne transparaissait dans ses yeux. Elle cherchait juste à comprendre. Comprendre pourquoi et comment quelqu'un peut en venir à se comporter comme ça avec les autres.

It's just a goodbye ~~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

Katherine avait à peu près la même réaction qu’une personne qui a l’intention de tuer quelqu’un. Une flamme passa dans ses yeux lorsque Mila posa la gourmette sur le caillou. Une flamme haineuse, méchante. Heureusement que Mila n’avait pas gardé la gourmette en main, sinon elle se serait fait étriper.

« N'allez pas avoir b'soin de l't'nir, non, puisqu'vous allez gentiment m'rendre c'que vous m'avez volé. »

Non mais elle se prenait pour qui celle-là ? Mila lui lança un regard méprisant. Parce qu’au fond, c’est tout ce qu’elle méritait. Pas une fois elle pouvait être gentille, celle-là. Elle était pas nette. Elle racontait des trucs sans queue ni tête. Elle ne la comprenait pas. Jamais elle ne la comprendrait, elle en était persuadée.

« Bon, j'vais être claire. J'sais pas c'qui m'retient d'vous lyncher. C'te gourmette appartient à quelqu'un qu'j'estime, p't'être la seule personne que j'considère comme un peu plus que rien. Là n'est pas la question. Tout ça pour Eliott, oui. J'sais pas en quoi ça vous concerne. Alors mêlez-vous de c'qui vous r'gardent, et tout ira bien »

Là, carrément, la Jaune leva les yeux au ciel. Elle ne la comprenait vraiment pas. Elle aurait pu répondre poliment. C’est vrai, casser les gens n’est pas forcément la meilleure solution ! Il y a plein de manières différentes de communiquer avec les gens ! Mais apparemment elle ne connaissait que la bizarrerie et la presque méchanceté. Quel dommage. Mila était persuadée qu’au fond, elle pourrait peut-être être.. Ah bah non. En fait, non. Elle resterait sans doute pour toujours comme ça. Jamais personne ne pourrait la changer.

Et puis elle se posait une question. Est-ce qu’un jour, Katherine serait avec quelqu’un ? Genre… amoureusement ? L’idée paraissait absurde, il est vrai. Quel garçon voudrait d’une telle fille biscornue ? Aucun. A part si elle changeait, quoi.

Pour changer de sujet, la Jones crachait son venin mais elle bougeait pas un petit doigt pour récupérer son si précieux bijou. En fait, elle voulait qu’on lui donne en mains propres.
*Non mais quoi encore ?*

« Quand on tiens autant à un objet, on fait au moins attention à pas l'faire tomber... »

Là Mila ne pouvait qu’approuver. Elle plussoyait, même. 100% d’accord. Et puis Calie avait sorti ça comme si ça lui avait échappé, par hasard. Le genre de truc qu’on pense et qui parfois glisse hors de nos lèvres. Elle avait en quelques sortes réfléchit à voix haute. Et c’était complètement vrai. Quelle personne était assez débile pour tenir à un truc comme à la prunelle de ses yeux, et le laissait tomber sans le remarquer, et sans même le réclamer ? Non mais je vous jure. N’importe quoi.

« Et d'mander les choses gentiment, parfois ça aide aussi. T'es pas obligée d'réagir comme ça. »

Ah bah tiens. C’est comme si Calie avait lu dans les pensées de Mila. Là de nouveau, elle ne pouvait qu’approuver. Finalement, elle était plutôt sympathique cette Calie. Si on passait le fait qu’elle gardait un calme apparent, qui était carrément énervant. Elle aurait pu le dire méchamment. Mais non, elle avait choisi la carte du rien du tout. Ni gentille, ni méchante. Rien du tout quoi.

« Je confirme ce que Calie a dit. Si tu y tiens tellement, alors j’vois pas pourquoi ce bracelet est resté aussi longtemps en sa possession. T’aurais pu le demander de façon polie depuis relativement longtemps, j’pense. »

Cette conversation l’ennuyait profondément au fond. Elle avait une forte envie de bâiller. C’est ce qu’elle fit, mais de façon discrète, vous savez sans ouvrir la bouche. Elle soupira. Quoi lui dire d’autre ?

Ah bah tiens. Elle pouvait faire sa Mila tiens. Déjà que là, sous la pluie, elle avait l’air sacrément folle. Les yeux grands ouverts, laissant leur vert briller dans la sombre atmosphère. Les cheveux, comme toujours, un peu en bataille, des boucles pendouillant un peu partout, avec un volume digne des plus grands coiffeurs. Une attitude sereine, peut-être un peu trop. Elle se sentait bien. Tout en s’ennuyant.

Elle fit donc comme prévu. Elle fit sa Mila. Histoire de parfaire le tableau de la gamine un peu folle sous la pluie.


« Et puis, j’pourrais le lancer dans le lac, ton bracelet. Mais j’vais pas le faire. Et pourquoi ? Parce que contrairement à d’autres, j’ai un minimum de respect pour les autres humains. »

Et bam. Ceci était fait. Elle allait sans doute se faire bouffer par Katherine, qui allait exploser telle une bombe nucléaire moldue, mais elle avait dit ce qu’elle pensait. Et ça, elle le trouvait plus important que de faire l’autruche.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

It's raining again !  PV 

Calie semblait être plus que lassée du ton autoritaire de Katherine. Ce qui dérangeait la bleue. Visiblement, il fallait qu'elle se recycle. Ça commençait à se savoir, qu'elle était l'intouchable, l'insensible qui méprisait le monde. Peut-être qu'il était temps de changer de tactique. Comme pendant un match de Quidditch. A un moment, quand on est mené, il faut savoir s'arrêter de faire de la bouse, et ouvrir les yeux pour trouver un moyen de s'en sortir. C'est ce que la Capitaine Actuelle avait bien fait, lors du dernier match. Il fallait au moins lui laisser ça, à celle-là.

"- Quand on tiens autant à un objet, on fait au moins attention à pas l'faire tomber..."

Non mais qui elle croyait qu'elle était, là ? Comme si Kate avait choisi de laisser tomber sa gourmette alors qu'on la lui avait prise. Elle en était persuadée. On avait voulu lui jouer un mauvais tour, la piéger. Bref, elle était en mode parano level 110, là où ça commençait à saturer et où mes amis sont mes ennemis et les amis de mes amis aussi. Même si là, elle faisait face ni à des amies, ni à des ennemies. A vrai dire, la Préfète bleue les estimait tellement peu qu'elle ne cherchait même pas à les qualifier de la sorte.

"- Et d'mander les choses gentiment, parfois ça aide aussi. T'es pas obligée d'réagir comme ça. "

Cette fois ça commençait à devenir un peu fort. Comme si elles s'étaient attendues à la voir débarquer un bouquet de roses en main, et des mercis en chocolat moldus ! Non mais. Fallait pas pousser mémé dans les orties non plus. Elle était pas la pour faire la fête. La Serdaigle poussa un long soupir. C'était mal barré pour que l'une des deux lui remette son précieux en main propre. Tant pis. Elle allait le récupérer, et partir sans demander son reste. Oui voilà, c'était la bonne solution, elle aurait du y penser depuis le début. Amorçant un geste vers le caillou, elle se retint. Mila venait de prendre la parole.

"- Je confirme ce que Calie a dit. Si tu y tiens tellement, alors j’vois pas pourquoi ce bracelet est resté aussi longtemps en sa possession. T’aurais pu le demander de façon polie depuis relativement longtemps, j’pense."

Ah oui, donc maintenant elles allaient l'éduquer ? C'était ça la nouvelle étape de leur plan diabolique ? Lui apprendre les bonnes manières ? Elle les connaissait. Elle en avait bavé, des mots magiques, des on ne montre pas du doigt, des on dit merci, des on ne soutient pas le regard d'un adulte et j'en passe et des meilleures. La Préfète était éduquée. La seule chose c'était qu'elle se foutait éperdument du fait de "rentrer dans le moule" (to fit, comme elle disait, trouvant que ça résumait encore mieux la chose en anglais). Et apparemment, la leçon de morale continuait :

"- Et puis, j’pourrais le lancer dans le lac, ton bracelet. Mais j’vais pas le faire. Et pourquoi ? Parce que contrairement à d’autres, j’ai un minimum de respect pour les autres humains."

Alors là... Katherine Jones en avait entendues des bonnes, tout au long de sa courte vie, mais jamais une comme ça. Ça battait tous les records de gentillesse mièvre et bien pensante. La mignonne petite Mila devait vraiment être en paix, avec une telle pureté de pensée. Franchement. C'est à ce moment là qu'elle aurait pu sortir les merci en chocolat moldus, si elle en avait amené. Et puis pourquoi pas se jeter à ses pieds en remerciant sa miséricorde et sa bonté sans limite. Sans blague ! Tant que ça lui permettait de dormir sur ses deux oreilles, tant mieux, hein, vous me direz. Mais c'était pas le moyen de fonctionnement de Kate.

"- Eh bien j'sens qu'nous appartenons à des mondes différents. Sur ce, j'm'en vais, puisqu'j'mérite sûr'ment pas une place au milieu de vous, jeunes filles bien éduquées et aux intentions fort louables. J'f'rai construire une statue à vot' nom lors d'vot' mort, et j'veill'rai personnell'ment à c'que vous soyez canonisées."

Sur ces mots, la jeune fille s'avança simplement, s'empara de sa gourmette. Le contact du métal sur sa peau provoqua un frisson qui parcourut tout son corps. Il était de nouveau en sécurité entre ses mains, et plus en train d'être souillé par les sales pattes de ces deux mégères. Oui, elle allait le bichonner, le câliner, le polir, le nettoyer. C'est néanmoins ce qu'elle grommela en retournant au château. Elle ne jeta pas un seul regard en arrière. C'était pas la peine. Et puis de toute manière, tout ce qui lui importait, c'était l'état de son bijou.

Reducio
Ce sera mon dernier post !

It's raining again !  PV 

La pluie tombait toujours sur la tête des trois jeunes filles. Les gouttes se faisaient de plus en plus fines, mais la tension presque palpable et l'électricité qui régnait entre les élèves ne faisaient qu'accentuer l'impression de mauvais temps. Sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit contre, un frisson parcouru le dos de Calie. Elle avait hâte de partir d'ici. Mauvais temps plus mauvaise compagnie, c'était pas trop l'éclate quoi. Dans d'autres circonstances, elle aurait bien aimé resté avec Mila et Katherine pour discuter – si seulement ces deux-là ne faisaient pas tout pour être en conflit perpétuel.

A un moment, un espoir naquît dans l'esprit de Calie lorsqu'elle aperçut Katherine qui s'apprêtait à récupérer son précieux bijou. Mais évidemment, c'était sans compter sur Mila qui semblait toujours au rendez-vous pour placer une ou deux répliques à tout moment...


« - Je confirme ce que Calie a dit. Si tu y tiens tellement, alors j’vois pas pourquoi ce bracelet est resté aussi longtemps en sa possession. T’aurais pu le demander de façon polie depuis relativement longtemps, j’pense. »

Calie ne pu s'empêcher d'étouffer un léger rire. Heureusement, elle le fit plutôt discrètement, car aucune des deux autres ne sembla la remarquer. Entendre Mila parler de politesse, c'était quand même la meilleure ça ! Elle qui depuis tout à l'heure lançait à Katherine qu'aucun garçon ne pourrait tomber amoureux d'elle, elle venait maintenant lui dire qu'il fallait être polie.
L'être humain pouvait être si contradictoire entre ses paroles et ses actes...


« - Et puis, j’pourrais le lancer dans le lac, ton bracelet. Mais j’vais pas le faire. Et pourquoi ? Parce que contrairement à d’autres, j’ai un minimum de respect pour les autres humains. »

Là pour le coup, Calie essaya du mieux qu'elle pu de retenir un soupir d'exaspération. Elle n'en avait jamais assez, cette Mila ? Elle continuait de provoquer Katherine, comme si c'était un jeu. Et vas-y que j'en rajoute une couche avec ce pseudo-respect. Franchement. Mila qui paraissait des plus sympa au début de cette rencontre commençait dégringoler dans l'estime de la Serdaigle. Certes, ça devait être difficile de contenir certaines paroles devant Katherine. Mais bon, tant qu'à faire, rester cohérent dans ses actes, c'était pas non plus optionnel.
Mila n'avait pas vraiment de respect pour Katherine, c'était pas nouveau, tout le monde le savait, et ceux qui en doutaient n'avaient qu'à voir comment elle s'était comportée avec la Serdaigle jusqu'ici. C'était l'hôpital qui se foutait de la charité, tout simplement. Non pas que Katherine ne le méritait pas, bien au contraire. Mais elle au moins ne se cachait pas derrière des paroles prônant le respect et la politesse.
Oui, Calie ne comprenait pas ce qu'il se passait autour d'elle. Elle avait l'impression de se retrouver entre deux cas sociaux, le genre de situation où tu sais pas si c'est toi qui est pas normal, ou bien si c'est les autres. Partir. Elle voulait juste partir et s'échapper de cette conversation de fou qui ne menait en plus nul part...


« - Eh bien j'sens qu'nous appartenons à des mondes différents. Sur ce, j'm'en vais, puisqu'j'mérite sûr'ment pas une place au milieu de vous, jeunes filles bien éduquées et aux intentions fort louables. J'f'rai construire une statue à vot' nom lors d'vot' mort, et j'veill'rai personnell'ment à c'que vous soyez canonisées. »

Calie acquiesça un fin sourire que l'on pourrait traduire par : « j'aime bien cet humour, j'aurais bien ri, mais dommage qu'au passage j'm'en prenne plein la tronche par une fille qui s'croit supérieure ». Ouais, complexe comme sourire...
Bref, sur ces belles paroles, Katherine reprit sa gourmette, et sans un regard en arrière repartit vers le château.
Calie la regarda s'éloigner, tout en repensant aux raisons de sa présence ici. Connaître Katherine. Découvrir ce que cachait ce bijou si important à ses yeux. Tout ce qu'avaient découvert Mila et la Bleue, c'était le prénom du propriétaire. Eliott. Rien de plus. Tout ça pour ça. Et même si Mila semblait se délecter d'une telle découverte, Calie n'avait plus envie de savoir. Même si le mystère régnait toujours sur l'autre Serdaigle, la jeune fille avait perdue toute envie de connaître la finalité de l'histoire.
La façon dont Katherine avait réagit pour ce bracelet était vraiment curieux, mais Calie ne pouvait que la comprendre. Toujours en la regardant partir, la fillette glissa sa main dans la poche de sa robe de sorcière, et referma ses doigts si fort sur ce qu'elle cherchait que ses jointures lui en firent mal.

Elle se retourna prestement vers Mila


« - Bon. Bah j'pense que t'as quand même un bon début sur le «mystère Katherine ». J'sais pas qui est Eliott. Mais il doit pas êtr'là pour rien. J't'aurais bien aidé à trouvé qui c'est, mais pour tout t'dire, j'en ai eu assez pour l'moment. Et j'pense que ça s'ra pas facile de faire cracher l'morceau à l'autre. J'ai pas envie d'me retrouver un matin avec des furoncles plein la tronche, si tu vois c'que j'veux dire... »

Calie ne rigolait qu'à moitié. Katherine serait bien capable de leur faire un de ces coups si elle se sentait trop épiée...
Sur ce, Calie adressa un signe de la main à Mila, un simple « A plus tard », et partit d'un pas rapide vers le château en faisant attention de ne pas emprunter le même chemin que Katherine. Pour aujourd'hui, c'était largement assez, alors autant éloigner le plus possible l'heure de leur prochaine rencontre.
Et c'est donc tout en filant se réfugier dans le château, loin des tensions et de cette pluie interminable que Calie se demanda, une fois de plus, dans quelle galère elle s'était aventurée...



Reducio
Dernier post pour moi aussi :)

It's just a goodbye ~~