Lac

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Une bouteille dans le lac  PV 

Tout Poudlard était dans une agitation extrême. La cause de cette effervescence généralisée ne tenait qu’en trois misérables lettres : BAL. Elisabeth en avait plus qu’assez de toutes ces mièvreries qui avaient absorbé le temps et les pensées de chacun. Impossible de ne pas entendre parler du bal du code vestimentaire imposé et des éventuelles histoires guimauvesques qui pouvaient se tisser durant cette occasion.

C’est donc armée de sa guitare, d’un parchemin et d’une plume que la jeune fille se rendit au bord du lac. Elle espérait ainsi pouvoir échapper au sujet du mois et profiter de quelques instants de calme pour jouer de son instrument favori au bord de l’eau. Lorsqu’elle s’installa sur l’herbe fraîche, elle prit sa guitare et joua quelques notes sans réelle harmonie. Bien qu’elle réussit physiquement à sortir de l’atmosphère guimauvesque du moment, ses pensées étaient tout de même troublées par ce sujet qui semblait la traquait partout où elle allait. Elle se demandait les raisons pour lesquelles ses camarades, les professeurs et même les Serpentards les plus venimeux s’intéressaient à ce point à ce bal et à la guimauve. Du haut de ces onze ans, la jeune fille ne pensait qu’à s’amuser, faire des tours de magie, faire quelques farces et son cœur comme sa raison étaient bien loin des tracas de l’amour. Une seule raison aurait pu la pousser à aller au bal : s’amuser entre amis.

Elisabeth tourna sa tête de droite à gauche comme pour essayer de chasser cette pensée de sa tête. Elle avait décidé de quitter le château dans le but de s’éloigner de ce sujet et voilà que celui-ci s’emparait d’elle, malgré elle. La jeune fille regarda autour d’elle, cherchant quelque chose, n’importe quoi pouvant accaparer son attention. Ses yeux fixèrent un objet qui eut le mérite de susciter chez elle un certain intérêt : une bouteille en verre, transparente, petite, sans aucune inscription et doté d’un bouchon en bois. Elisabeth fut émerveillée, l’espace d’un instant, elle songea au film de pirates dans lequel on envoyait un message grâce à ce procédé. Elle eut soudain une idée folle, elle s’empara de la bouteille et courut vers l’endroit où elle était installée quelques instants plus tôt, prit sa feuille de parchemin et sa plume et se mit à griffonner.



Si je prends aujourd’hui ma plume,
C’est que j’ai un appel à lancer,
A ceux qui sont plein d’amertume
Et qui veulent voir les choses changeaient.

Le bal est sur toutes les bouches,
Les farces ont pris une sacré douche,
La guimauve en remet une couche,
Les sorciers ont pris la mouche.

La guimauve a infiltré les rangs de l’amitié,
Absorbant de sa flasque guimauvesque toutes les pensées,
Elle demande le prince charmant pour cavalier
Le seul cavalier pour la guimauve doit être le mot RIP.

Ceci est une cass-dédi à l’amitié,
Aux farces, à des petites attaques acidulées,
Aux couleurs délirantes et non au rouge et blanc imposée
Et aux danses macabres, hilarantes et non aux slows rapprochés.

Du haut de mes 11 ans, la guimauve est ennuyante,
Dégoutante, alarmante et affolante,
Même si elle se revêt d’une robe attrayante,
Ne vous laissez pas prendre, elle est déchirante.

Alors moi à ce bal j’ai envie d’y aller,
En mode anti-bal, en hommage à l’amitié,
Avec un seul mot d’ordre celui de s’amuser,
Alors voilà la bouteille dans le lac est lancée.

Ô lecteur, si tu n’es pas complètement paniqué,
Par un esprit déjanté, limite tourmenté,
Et que par cette invitation, tu es intéressé
Rejoint moi le 16/11 à 16h au lac, écharpe verte exigé.


Elisabeth relit à nouveau son message en riant, l’écriture était parfois un véritable exutoire. Elle enroula le parchemin et le mit à l’intérieur de la bouteille. Elle jeta ensuite celle-ci dans le lac qui se mit à flotter pour son plus grand bonheur. Qui sait ? Peut-être allait-elle trouver un cavalier pour le bal qui serait averti de sa répulsion pour la guimauve et qui serait prêt à s’amuser. Dans tous les cas, l’invitation était belle et bien lancée et Elisabeth prit ses affaires, jeta un dernier regard sur la bouteille transparente et repartit amusée en direction de sa salle commune.

Une bouteille dans le lac  PV 

// Le soir même //

Rhéa venait de sortir de son dernier cours de la journée, un cours de sortilèges et décida de se rendre dans sa salle commune. Toutefois, lorsqu'elle arriva dans le hall, elle aperçut l'une des affichettes qui était placardée un peu partout dans le château. Le bal, le fameux grand bal de Noël. Celui pour lequel l'école entière semblait être en effervescence. La jeune fille avait même entendu le Chevalier du Catogan, sur son poney, rendre visite à une jouvencelle dans un tableau pour lui demander de bien vouloir l'accompagner. L'issue de cette demande était restée inconnue pour Rhéa qui penserait à jeter un coup d’œil aux tableaux le jour du bal. La sixième année avait la ferme intention de s'y rendre, à ce bal, mais n'avait pas l'intention de se laisser inviter et encore moins d'inviter qui que ce soit à se joindre à elle. Premièrement parce qu'en dehors des serpentards de sa maison, elle ne connaissait personne et deuxièmement parce que la seule personne dont elle rêvait la nuit ne pourrait tout simplement pas l'accompagner...

Perdue dans ses pensées, Rhéa prit la direction du parc au lieu de celle de sa salle commune, peut-être par habitude, car la jeune fille adorait venir dans cet endroit pour se perdre dans ses pensées. Lorsqu'elle arriva à mi-chemin du lac, elle marqua une courte pause, retira ses chaussures et les rangea dans sa besace de cours. L'air et l'herbe étaient frais et un large sourire se dessina sur le visage de la métisse. Sentir la terre et la pelouse sous la paume de ses pieds, elle ne connaissait pas de sensation plus agréable. Heureuse, elle se mit à courir vers le lac, laissant sa longue chevelure brune flotter derrière elle en une vague ondulante. Arrivée à quelques pas du lac, elle jeta son sac sur le sol et s'installa au bord du lac afin d'y mettre les pieds. L'eau était moins froide que ce à quoi elle s'attendait, mais on ne pouvait pas non plus dire qu'il s'agissait de la Méditerranée... Cette mer de France lui manquait d'ailleurs cruellement et, l'espace d'un instant, elle se demanda quand elle pourrait la revoir.

Ses pensées s'envolèrent vers des contrées plus chaudes et vers les douces et belles régions de France qui hantaient sans cesse son esprit d'un voile de beauté et de souvenirs heureux. Toutefois, une chose dure et froide heurta sa jambe et la tira de ses rêveries. Par réflexe - et connaissant la réputation du lac - Rhéa retira ses pieds de l'eau en un clin d’œil, n'ayant pas l'intention de finir trempée de la tête aux pieds suite à la blague stupide d'un habitant du lac... Mais il n'en était rien. Ce qui avait touché sa jambe n'était autre qu'une bouteille, une simple bouteille de verre.
*Les gens sont vraiment dégoûtants, ils laissent traîner leurs déchets partout... aucun respect pour rien... * pesta-t-elle intérieurement l'espace d'une seconde en sortant la bouteille du lac avant de se rendre compte qu'elle renfermait un parchemin.

Piquée par la curiosité, la serpentard retira le bouchon de bois qui protégeait le parchemin et l'en sortit avant de le lire attentivement. C'était un mot écrit par une ou un première année d'après l'âge indiqué. C'était sans doute une fille puisqu'elle parlait du prince charmant et peut-être même une serpentard puisqu'elle demandait une écharpe verte au rendez-vous. Croyant au destin et s'amusant de lire ces lignes joliment écrites, Rhéa décida de se rendre au rendez-vous indiqué afin de voir qui était cette mystérieuse personne de 11 ans qui avait trouvé une manière original de se faire inviter au bal. Se glissant dans la peau d'un détective, la sixième année relut la lettre, le sourire aux lettres avant de glisser le tout - lettre et bouteille - dans sa besace.

[Les jours passèrent et Rhéa s'était rendue chez Gaichiffon pour acheter une tenue de bal "hors norme". L'heure du rendez-vous approchait et elle avait hâte de découvrir qui serait son cavalier mystère, du moins si on pouvait appeler ça comme ça...]

// Lac de Poudlard, jour du rendez-vous //

La jeune fille avait attendu le 16 novembre avec une impatience non feinte. Ce soir, ce serait le jour J. Celui où elle découvrirait pour qui elle avait tant pensé au bal ces derniers temps et surtout, avec qui elle allait probablement passer une soirée mémorable. L'idée d'aller au bal entre amis lui plaisait beaucoup à vrai dire. Tout comme l'idée de ne pas porter de rouge. C'était sans doute une idée des griffondors ça... Depuis quand le rouge était une couleur qui représentait Noël ? Les sapins de Noël ne sont-ils pas vert ? Tout comme le père noël l'était à l'origine... Rhéa avait donc décidé de revenir aux sources - et d'honorer sa maison - en choisissant le vert pour accompagner sa tenue qu'elle avait tout de même gardée secrète jusqu'à présent.

La demoiselle repensait à ses achats passés en marchant vers le lac, enroulée dans son écharpe de maison, arborant les couleurs les plus belles qu'elle connaissait. Depuis qu'elle était à Poudlard, c'est-à-dire moins d'un an, Rhéa s'était étrangement bien attribué son identité de serpentard liée à une maison et à un clan auquel elle appartenait. Tout ceci n'existait pas à Beauxbâtons, mais elle aimait beaucoup cette idée de devoir défendre des idées propres et de pouvoir les partager avec un groupe de personnes, une élite en quelques sortes, élite changeante selon le point de vue du narrateur, mais pour la sixième année, cette élite était sans aucun doute personnifiée par les élèves de sa maison. Quoi qu'il en soit, elle repensait à ses achats et se dit que pour cette invitation mystérieuse, le mystère serait à son comble si elle arborait le loup d'argent et de plumes vertes qu'elle avait acheté. Toutefois, elle préférait jouer cartes sur table pour la première rencontre. Les surprises ne manqueraient probablement pas pendant le reste des festivités et il n'était pas bon de se régaler d'avance.

Arrivée au lac, Rhéa s'allongea dans l'herbe et caressa celle-ci d'un revers de main avant de sortir un parchemin et de relire son dernier cours de soins aux créatures magiques en attendant que son binôme de bal n'arrive...

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Une bouteille dans le lac  PV 

Le jour du rendez-vous!

~ Au dortoir~

Allongée sur son lit et tournée vers la fenêtre, Elisabeth se demandait si elle allait se rendre au rendez-vous qu'elle avait fixé. Après tout c'était un moyen assez étrange et inédit d'inviter une personne à un bal et la personne qui trouverait son message devait bien avoir ri en le lisant et son parchemin doit déjà être au fond du lac.

Elle se tourna du côté du mur ou plutôt du lit d’une de ses camarades. Et si quelqu’un venait ? Et si quelqu’un était réellement emballée par son idée et décidé d’être son cavalier ? Après tout, ce n’était pas totalement improbable, quelqu’un aurait pu être touché par son message.

Derechef, elle se tourna du côté de la fenêtre, c’était une pure bêtise, elle avait fait ça pour s’amuser alors elle ne pouvait prendre au sérieux une telle chimère. Aller à ce rendez-vous qu’elle avait fixé ne ferait qu’augmenter cette effervescence concernant le bal.

Elle se mit à nouveau face au lit de sa camarade, c’était elle qui avait lancé l’invitation pour aller au bal dans le but de s’amuser tout simplement. Qu’est ce que ça lui coûtait d’aller voir si quelqu’un était venu ? Absolument rien. Elle se leva donc, prit son manteau et une écharpe verte de reconnaissance et prit la direction du lac.

~ Au lac~

Elisabeth s’approcha du lac, se demandant à chaque pas si c’était une bonne idée d’aller à son rendez-vous. Elle prit une profonde inspiration et s’approcha à pas de taupe en direction du lieu dit. Elle put s'apercevoir qu'une personne était présence, mais elle était de dos.
La personne avait de longs cheveux bruns et Elisabeth se plut quelques instants à imaginer les nombreux visages qui pouvaient se cacher derrière cette personne.

Elle ne savait réellement pas quoi, elle était arrivée jusque là et semblait se dégonfler. Après tout, la probabilité que quelqu'un réceptionne son message, se prenne au jeu et vienne à son rendez-vous était minime. De plus, le destin pouvait se jouer d'elle et par un mystérieux hasard, une personne revêtue des couleurs de Serpentard pouvait avoir envie de se promener au lac le même jour et à la même heure qu'elle avait indiqué lors de son message. Si elle allait aborder cette personne en parlant d'une bouteille de verre et d'un parchemin et que celle-ci en avait aucune connaissance, elle serait complètement ridicule.

D'un autre côté, l'idée d'être venue en vain, sans même tenter sa chance était loin de l'enchanter. Elle s'avança donc de cette personne et se mit face à elle. Elisabeth reconnut tout de suite la fille de sixième année qu'elle avait maintes fois rencontrés dans la salle commune. Il s'agissait de Rhéa Cristal. Se pouvait-il un seul instant qu'elle soit sa future partenaire? Elle décida d'ôter tout doute en abordant la jeune fille par une approche directe.


"Salut Rhéa, tu ne serais pas là par hasard à cause d'un parchemin et d'une bouteille de verre?"

Sa question semblerait étrange à toute personne qui avait une méconnaissance totale de son message, mais qu'avait à perdre la jeune Serpentard en lui posant cette question?

Une bouteille dans le lac  PV 

Image
Des pas se firent entendre derrière la jeune fille. Rhéa leva les yeux l'espace d'un instant et ne vit rien, aussi se replongea-t-elle dans la lecture de son parchemin de cours. Après tout, peut-être que cette bouteille datait d'il y a des années et que personne ne viendrait, quoi qu'il en soit, la jeune fille aimait cet endroit et cela ne choquerait personne de l'y trouver un soir, allongée dans l'herbe, les pieds nus profitant de la douceur de l'air. Et puis, si un gryffondor un peu trop collant venait la voir, elle pourrait toujours feindre de se trouver ici par hasard. Dans tous les cas, la sixième année n'était pas inquiète et ne se trouverait pas dans une position délicate dans les heures à venir. Le temps passait et le vent se faisait de plus en plus frais au fur et à mesure que l'heure du rendez-vous approchait. Rhéa s'emmitoufla un peu plus dans son écharpe lorsqu'enfin, une voix derrière elle la tira de ses révisions.

"Salut Rhéa, tu ne serais pas là par hasard à cause d'un parchemin et d'une bouteille de verre?"

Cette voix n'était pas inconnue à la serpentard et elle en aurait mis sa main dans la bouche d'un dragon ! La jeune fille qui venait de prononcer ces mots était une verte et argent, tout comme elle. Levant les yeux, la jeune fille reconnue celle qu'elle appelait dans sa tête "la demoiselle à la guitare", car il était rare qu'elle la voit sans son instrument. Quoi qu'il en soit, un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Deux choses positives venaient d'arriver. Premièrement, ce n'était pas un garçon et elle pourrait donc réserver pleinement son coeur à celui qui en occupait toute la place, sans risquer des jalousies ou des malentendus et deuxièmement, c'était une serpentarde qu'elle avait envie de connaître depuis longtemps sans jamais vraiment avoir osé en prendre le temps et elle était certaine de passer une soirée excellente à ses côtés.

" Bonsoir Elisabeth. Une bouteille... Tu veux dire, une bouteille qui flottait à la surface du lac et qui se serait égarée sur la rive non loin de moi il y a quelques temps ? Contenant un parchemin avec un joli poème ? Je ne sais pas... " commença-t-elle en riant doucement avant de reprendre plus sérieusement. " Je suis effectivement ici à cause -ou plutôt grâce- à cette fameuse bouteille et je suis très heureuse d'apprendre qu'elle vient de toi ! "

Rhéa se redressa doucement et rangea ses parchemins dans son sac d'un mouvement. Avant de se lever totalement, jetant son baluchon sur son épaule, elle regarda Elisabeth et lui sourit, d'un bienfaisant sourire qui se voulait rassurant et qui s'ajoutait à la malice qui illuminait son regard.

" Il ne nous reste plus qu'à nous procurer une tenue de bal à la hauteur de nos espérances ! Je trouve qu'un Noël dépourvu de vert n'est pas un vrai Noël ! Pour ma part, j'opterai pour une tenue de bal en vert et blanc. Et il nous faudra un grand sac pour prendre un maximum de sucreries... que dirais-tu que l'on arrive déguisées en petits lutins de Noël ? Après tout, on ne dépaillerait pas, qu'en dis-tu ? "

Rhéa attendit la réponse de sa camarade et lui proposa de prendre le chemin de la salle commune pour continuer cette discussion à l'abri de la plus grande partie des oreilles indiscrètes. La sixième année était heureuse d'être avec Eli' et savait déjà que la soirée à venir serait l'une des plus joyeuses de sa scolarité poudlarienne.

[HRP : désolée pour le retard, après m'avoir dit ce que tu pensais de mon idée, je te propose de continuer à élaborer notre soirée à venir par hibou ou dans la salle commune, tu peux donc écrire le message de clôture de ce RP. Désolée de ne pas faire durer le plaisir, mais j'ai peur de ne pas avoir le temps de répondre à nouveau. Nous nous retrouverons au bal ! =) ]

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Une bouteille dans le lac  PV 

" Bonsoir Elisabeth. Une bouteille... Tu veux dire, une bouteille qui flottait à la surface du lac et qui se serait égarée sur la rive non loin de moi il y a quelques temps ? Contenant un parchemin avec un joli poème ? Je ne sais pas... Je suis effectivement ici à cause -ou plutôt grâce- à cette fameuse bouteille et je suis très heureuse d'apprendre qu'elle vient de toi ! "

Elisabeth fut soulagée de voir que sa partenaire était Rhéa, tout d'abord parce qu'elle n'avait eu que très peu d'occasion de parler avec la jeune fille donc cette soirée lui permettrait de faire connaissance avec une Serpentarde tout comme elle. Deuxièmement, elle aimait l'originalité, la plupart des invités viendrait au bal en couple mixte alors que peu de sorciers songerait à venir avec un partenaire du même sexe. Et enfin, Elisabeth allait passer une soirée entre filles sympas sans avoir à rougir, à parler pour combler les blancs dû à une certaine gêne enfin elle allait éviter tous ses instants désagréables qui s'installent entre un jeune couple. La jeune fille sourit face à ce triple avantage, ravie d'avoir lancé cette bouteille dans le lac.

" Je suis contente de voir que c'est toi qui l'aie ramassé Rhéa!"

Et c'était sincère, elle avait hâte d'y être à ce bal maintenant qu’elle avait une partenaire. Elles devaient cependant s’organiser car Elisabeth comptait bien en profiter à 200 %, elle ne pouvait pas y aller à l’improviste comme ça, sans en discuter. Elisabeth devait surement avoir cette lueur dans ses yeux comme lorsqu’elle avait une idée farfelue et totalement irréaliste qui lui venait en tête. Rhéa avait également cette étincelle dans ses yeux, aucun doute, les deux jeunes filles allaient passer une soirée mémorable.


" Il ne nous reste plus qu'à nous procurer une tenue de bal à la hauteur de nos espérances ! Je trouve qu'un Noël dépourvu de vert n'est pas un vrai Noël ! Pour ma part, j'opterai pour une tenue de bal en vert et blanc. Et il nous faudra un grand sac pour prendre un maximum de sucreries... que dirais-tu que l'on arrive déguisées en petits lutins de Noël ? Après tout, on ne dépaillerait pas, qu'en dis-tu ? "

Ses idées lui plaisaient ! Surtout le grand sac pour les sucreries. Elle voyait déjà la scène et rêvait déjà d’y être. Quant à revenir aux verts, c’était le clou du spectacle, en effet, le dress code imposé était loin de la réjouir. Du rouge, alors que le vert existait, c’était tout simplement impensable. La jeune fille hocha la tête en guise d’approbation tout en affichant un sourire malicieux. Elle avait trouvé « The » partenaire pour le bal.

«  Ce sont d’excellentes idées mais tu as raison, nous devrions discuter de tout cela dans la salle commune et peaufiner notre plan d’attaque pour passer une merveilleuse soirée ».

Elle prit donc la direction de la salle commune en compagnie de Rhéa afin de discuter de tous les préparatifs qui s’imposaient. Quoi qu’il en soit, elle ne doutait plus, cette soirée allait être mémorable.