Lac

Inscription
Connexion

Le lac aux eaux roses  PV 

Amber cherchait désespérément un moyen d'occuper ses plages horaires libres. Son activité favorite, errer dans les couloirs à la recherche d'interactions sociales était fortement compromise. En effet, à quelques jours de la Saint Valentin, la moindre parcelle du château était réquisitionnée par les amoureux transis pour échanger leurs salives en toute impunité. A chaque fois qu'elle devait se rendre d'un point A à un point B, elle craignait de rencontrer sur sa route une foule d'élèves agaçant de par leur trop-plein de joie de vivre. Bref, l'école devenait plus que jamais un terrain miné.

La jeune fille avait alors opté pour son dortoir, un lieu où, d'ordinaire, on n'osait pas trop venir lui chercher des poux. Étant donné l'interdiction aux garçons de s'y rendre, elle avait pensé y trouver la quiétude. Manque que pot, les autres vertes n'étaient pas de cet avis. Quand elles n'étaient pas lancées sur le sujet: « bavardons sur le plus beau garçon de la Maison et posons des options dessus » elles piaillaient à propos du jour J, s'alarmant de ne rien avoir à se mettre sur le dos ou discutant des surprises qu'elles prévoyaient d'offrir à leurs élus. Ces conversations on ne peut plus girly eurent tôt fait d'agacer la préfète qui mit proprement les voiles, s'arrêtant au passage devant le panneau d'affichage des Serpentard avec l'espoir de se vider la tête tout en faisant semblant d'être occupée à une lecture importante.

Son attention fut tout de suite retenue par un petit papier turquoise qu'elle n'avait jamais remarqué auparavant. Curieuse, elle le parcourut du regard, un sourire pensif se peignant sur son visage à mesure qu'elle achevait la missive. Une énergie débordante afflua soudain dans son organisme: elle venait enfin de trouver quelque chose de sympathique et d'original à faire de ses dix doigts (et de ses orteils aussi, mais bon, on ne va pas chipoter).

La demoiselle rebroussa chemin à petits pas pressés, enfilant quelques vêtements basiques qu'elle ne craignait pas d'abîmer en crapahutant. Elle se munit également d'un manteau pour se protéger du froid extérieur et d'un sac étanche dans lequel elle avait coutume d'ensevelir les objets qu'elle était obligée de trimballer quand il bruinait dehors. Pressant l'allure, elle se dirigea vers le parc, ignorant les exclamations de surprise de ses amies qui ne comprenaient pas pourquoi elle quittait un débat si constructif. Après une marche vivifiante elle se retrouva pile à l'heure convenue par Mr. Shea sur la berge du lac en compagnie de quelques volontaires.


« Bonjour tout le monde ! », salua t-elle brièvement, impatiente de rentrer dans le vif du sujet.

Apparemment le professeur de Botanique n'était pas venu les mains vides, plusieurs caissons étaient disposés à ses pieds. Dans le premier était éparpillées plusieurs pousses de Branchiflore, une plante qui permettait aux humains de respirer sous l'eau pour un temps impartit. Dans les autres, plus petits, étaient entassés différents objets colorés de toutes natures qui allaient sans doute leur servir à décorer les profondeurs de l'étang géant. En même temps, c'était ce qu'il avait été inscrit dans l'annonce, un appel aux élèves motivés pour piquer une tête dans les eaux sombres afin de le raccorder au thème du 14 février. Bien qu'alimenter le bonheur de toute la population en couple de Poudlard lui filait des boutons, elle savait reconnaître une occasion extraordinaire quand elle en voyait une. Elle n'aurait peut-être jamais l'occasion de réitérer l'expérience, alors après tout, fête des lovers ou pas, ce n'était pas tellement son problème tant qu'elle pouvait en tirer partie pour s'amuser un peu elle aussi.


« Bon aller, on y va ? », lança t-elle, trépignante.

Trop impatiente pour attendre les instructions, elle s'empara d'une des plantes grisâtre et commença à la mastiquer avec résolution. Malgré son goût abominable, elle était d'une efficacité foudroyante, comme put le constater la Hoover en observant des palmes remplacer ses pieds et ses petites mains d'enfant. Pour ne pas perdre de temps inutilement, elle fourra un maximum de décorations dans sa sacoche qu'elle plaça en travers de ses épaules, jeta son manteau à terre, envoya valser ses souliers et plongea la tête la première dans le lac.

Glacée. L'eau était glacée. Bien plus froide que ce à quoi elle s'était préparée, elle avait même quasiment l'impression de se transformer en glaçon sur place. Ce n'est qu'au milieu de cette étendue gelée qu'elle se rendit compte qu'avoir des branchies ne la rendait pas pour autant insensible aux basses températures. Remontant à la surface, elle adressa un sourire tremblotant au reste du groupe histoire de leur signifier que non, son accès de bêtise ne l'avait pas encore tué. Pas encore.

Désireuse de conserver la longueur d'avance qu'elle avait déjà prise et n'ayant pas franchement envie d'entendre des commentaires désagréables sur son manque de tenue en société, elle se décida à commencer sa petite expédition en solitaire. Et puis, elle préférait montrer la voie aux autres, elle connaissait bien le potentiel de nunuchitude des autres filles et avait un peu peur qu'elles forcent trop sur kitch. Peu à peu elle commença à s'habituer à la sensation de nager en eaux troubles, de se mouvoir à l'aide de membres singuliers et nouveaux. Mais le plus intriguant était sans conteste d'être capable de respirer sous l'eau de façon aussi naturelle que si elle était un vulgaire poisson. Et puis, elle pouvait ouvrir les yeux sans avoir du chlore partout, ce qui était déjà un bon point.

A première vue, ces eaux ressemblaient à n'importes quelles autres. Du liquide à perte de vue, de petits résidus microscopiques et du sable mordoré tout au fond. Un peu déçue de ne pas rencontrer tout de suite d'étranges créatures, elle décida de s’intéresser de plus près au contenu de son baluchon. Elle piocha au hasard dedans et en ressortit une sorte de petite bourse dont elle s'empressa de dénouer le lien. Immédiatement une poudre épaisse et compacte se libéra du sachet, envahissant le moindre mètre cube de l'espace qui l'entourait. Prise par surprise, elle ne put que tousser bruyamment pour chasser la matière de ses poumons. Perdue dans un brouillard mauve, sentant l'affolement poindre, elle s'efforça de la diluer à grands coups de nageoires. Une fois qu'elle y vit un peu plus clair, elle comprit enfin l'utilité du gadget, colorer le lac en une sorte de vieux rose parsemé de notes violettes. De quoi ravir les Strangulots.


Reducio
Image

◊ Il n'y a ni bien ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour s'en emparer.
Responsable des nouveaux arrivants et journaliste au Sale Hasard.
> Serpentard du mois d'août et d'octobre & élève du mois d'octobre.

Le lac aux eaux roses  PV 

Meilla ne savait pas quoi faire aujourd’hui. Elle n’avait aucun devoir à faire, ni aucune activité de prévue. La journée promettait d’être très ennuyante ! Elle ne pouvait pas aller dans son dortoir, où les filles parlaient de leur cavalier pour le fameux jour de la Saint Valentin, pour la simple et bonne raison que cela déprimait la rouquine. En effet, elle ne détestait pas cette fête, mais seule ça devenait tout de suite moins drôle ! Elle pouvait toujours encore espérer être invitée, mais elle n’y croyait plus trop. Au lieu de ressasser ses idées, elle décida de faire un petit tour. Peut-être qu’elle trouverait quelque chose à faire, une personne à qui parler… Et dans le pire des cas elle pourrait s’aérer ! Elle ne croisa personne dans les couloirs, ils étaient vides! Les filles devaient toutes être en train de parler de leur petit ami et les garçons, les garçons devaient être en train de mettre leur plan d'attaque au point pour inviter une fille. Enfin, Meilla ne savait pas vraiment ce qu'il faisait et elle s'en fichait. C'était peut-être de là que venait son problème. Elle rêvait au prince charmant, d'accord! Mais s'intéressait-elle véritablement aux garçons? C'était à voir... En tout cas, elle avait eu une bonne idée en descendant car elle se retrouva face à une petite affiche bleue turquoise sur laquelle on pouvait lire :

Aujourd’hui à 15 heures, venez près du lac pour nous aider à le décorer !


La jeune fille se dit qu’après tout, pourquoi pas… Au moins, elle pourrait se rendre utile tout en évitant de déprimer ! C'était vraiment génial qu'une telle activité soit organisée! la jeune fille se demandait s'il y aurait beaucoup de personnes présentes? Le professeur de botanique sans aucun doute puisque c'est lui qui avait choisit de faire cette animation mais... Elle verrait! Elle prit une pause deux minutes pour étudier sa tenue. Elle était en survet’, basket… Ses cheveux étaient tirés en arrière en une queue de cheval. C’est bon, la Bleue n’avait pas besoin de retourner dans son dortoir où elle entendrait au moins pour la 101ème fois l’histoire de sa camarade de chambre se faisant invitée par un beau garçon. En plus ce beau garçon était un garçon que Meilla admirait beaucoup... Peut-être que si finalement, elle faisait attention à eux...?

La Serdaigle se dirigea vers le lieu de rendez-vous pour pouvoir montrer ce qu’elle savait faire de ses deux mains (et de ses deux pieds) ! En arrivant au lac, elle vit la préfète des Serpentards prendre une branchiflore et plonger à toute allure dans l’eau ! Tout le monde retint son souffle, à cette période de l’année, l’eau devait être gelée ! Mais bon c’était le problème de la Verte, si elle voulait tomber malade… La Deuxième année n’allait pas se mêler des affaires de la Troisième année ! La rouquine prit elle-aussi une branchiflore dans la main mais à la différence d’Amber, elle attendit les instructions avant de foncer tête baissée dans l’eau glacée. En plus, le professeur de botanique avait peut-être prévu quelque chose de spécifique… La jeune fille regarda autour d’elle et vit toutes les caisses avec pleins de flacons différents! C'était vraiment extraordinaire! Elle vit également que Caroline était là. Elles pourraient sûrement faire la décoration ensembles ! Elle se rapprocha de la Serpentard pour lui demander :


"Salut Caroline! Comment ça va? Ca te dirait de faire la déco ensembles?"

Serait-elle d'accord? C'était à voir... En tout cas la rouquine avait hâte de commencer! Comme Caroline ne répondait pas, elle demanda au professeur de botanique :

"Bonjour monsieur Shea! Alors vous avez prévu quoi exactement?"

Soudain une partie du lac devient violette! C'était sûrement Amber!

Reducio
Image

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Le lac aux eaux roses  PV 

Ce jour-là, comme tous les jours, Rhéa se promenait dans le parc, et plus précisément, aux abords du lac. Rêvassant distraitement, ses pensées s’envolant –ou plutôt plongeant- toujours dans la même direction… le lac, cette magnifique étendue d’eau claire et interdite aux élèves dans laquelle elle n’avait plongé d’une seule fois, lors d’un cours sur les strangulots, les branchiflores et les êtres de l’eau… Oh, les êtres de l’eau… La métisse se souvenait parfaitement de ce peuple. Des hommes et des femmes sirènes, vivant au fond du lac, dans un véritable village relativement difficile d’accès en raison de deux choses : d’une part, il fallait connaître le chemin, caché dans une forêt d’algues répugnantes et d’autre part, il fallait se préparer à affronter des strangulots peu aimables. Ces créatures, à l’état sauvage avaient une fâcheuse tendance à agresser les nageurs malvenus. Toutefois, la difficulté du passage valait largement le détour. Si seulement cet accès était moins compliqué, moins dangereux et si le village des êtres de l’eau était plus abordable… Rhéa y passerait chacune de ses minutes de temps libre. Malheureusement, la sixième année devait se contenter de sa visite journalière qui, de temps à autre lui réservait une rencontre ou une surprise. Elle se souvint notamment d’avoir rencontré une serdaigle prénommée Rebecca aux abords du lac, la fillette semblait décidée à se laisser mourir de froid dans la neige suite à la décision de ses parents de l’envoyer à Beauxbâtons… étrange réaction que Rhéa avait contré du mieux qu’elle l’avait pu. Elle se rappela également d’avoir vu un strangulot et d’en avoir un peu parlé avec un jeune serpentard prénommé Brian. D’ailleurs, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas croisé ce jeune homme, même en salle commune… Avait-il lui aussi changé d’école ? Elle l’ignorait, mais pour l’heure, elle arrivait au bord du lac, le cœur remplit d’espoir.

La jeune fille espérait croiser Brad, son cher ami des profondeurs. Comme à chaque fois, elle espérait qu’il remonterait à la surface… En arrivant, quelle ne fut pas sa surprise en constatant que les eaux du lac avaient perdu de leur transparence habituelle arborant une teinte rose tendant sur la violine. Que se passait-il ? Était-est-ce dû à une quelconque catastrophe encore ignorée ? Un autre malheur était-il en train de frapper Poudlard ? D’autres assaillants tels les aurors tout juste disparus attaquaient-ils en entrant dans l’enceinte de l’école par le lac ? Avaient-ils orchestré un massacre sans nom et silencieux sous la surface troublée du lac ? Le cœur de la métisse s’accéléra à tout rompre et elle se mit à courir. Des personnes se dressaient là, au pied du lac, semblant attendre quelque chose. Rhéa attrapa le bras de la première qu’elle croisa, un serdaigle de cinquième année et l’obligea à lui expliquer ce qu’il se passait. Celui-ci bégaya, étonné par la réaction de Rhéa.


« Le professeur Shea a invité des volontaires à venir l’aider à décorer les eaux du lac pour la saint-valentin et la préfète de ta maison s’est jetée à l’eau avec un colorant… Je crois qu’elle ne va pas tarder à se faire engueuler d’ailleurs ! Nous, on attend les instructions du prof ! Tu veux te joindre à nous ? »

Amber… Rhéa avait failli avoir une crise cardiaque et c’était Amber la responsable… La sixième année ne savait si elle devait sauter à l’eau pour l’étrangler immédiatement ou sauter sur l’occasion –bien trop rare et précieuse– de faire escale dans les eaux du lac. Ses chances de retrouver Brad augmenteraient considérablement si elle allait sous la surface de l’eau. Ravalant donc momentanément toute sa rage, elle se promit de dire ce qu’elle pensait à Amber d’ici quelques instants. En attendant, la demoiselle se glissa dans les rangs des volontaires et attendit les instructions du professeur, le cœur battant encore plus fort à l’idée d’être, sous peu, sous la surface désormais rosâtre du lac !

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Le lac aux eaux roses  PV 

Il y a peu, le professeur de Botanique avait convié deux élèves dans l'une de ses serres afin de leur faire confectionner des ornements sur le thème de la journée de l'Amour. Une Serdaigle et un Serpentard s'étaient portés volontaires, et avaient usé avec brio de leur imagination d'enfants pour créer de toute pièce trois magnifiques décorations. Si Keegan ne leur avait rien dit quant au pourquoi de ces préparations, il allait au contraire, aujourd'hui, plonger dans le vif du sujet, au sens littéral comme au sens propre du terme.

Le professeur Shea avait rapidement placardé une annonce dans chaque Maison, afin que le plus d'élèves possible viennent le rejoindre sur les berges du lac. La mission était simple : décorer le lac. Pas les berges, ni la surface, non. Mais bel et bien les profondeurs de l'étendue bleue. Non pas que le Calmar Géant ou les Strangulot aient envie d'un peu de romantisme en ce quatorze février – quoique le Monstre Marin, au fond très sensible, allait sûrement apprécier le geste. Keegan avait en fait pensé plus particulièrement aux Êtres de l'eau qui peuplaient depuis de longues années le Lac de Poudlard. Soucieux de ne pas faire de faux pas, il avait demandé un peu d'aide à sa collègue de Soin aux Créatures Magiques, afin de connaître dans les grandes lignes les coutumes de ces Êtres. Il aurait été idiot de se faire poursuivre avec un trident au fesses alors que l'intention première était au contraire de tenter de leur faire plaisir...

Une fois ces dispositions prises, le Maori avait donc attendu les élèves près du lac, plusieurs affaires nécessaires à l'excursion autour de lui.
Un groupe arriva rapidement, donc certains visages lui étaient familier, notamment chez des Serpentard. Il reconnu d'ailleurs la préfète de sa Maison, qui semblait d'ailleurs bien en forme. Elle salua rapidement tout le monde, et sans perdre un instant, ni attendre la moindre instruction de la part de son professeur, engloutit une Branchiflore et sauta dans le Lac en emportant avec elle un sac de poudre colorée. Keegan s'apprêtait à élever la voix pour retenir la jeune fille, mais il était déjà trop tard. Il ne suffit que de quelques secondes pour qu'un coin du Lac ne se colore soudainement d'une teinte rosée. Le botaniste souffla de mécontentement. Il sentit, de façon presque imperceptible, un petit déclic se faire dans son esprit. *Pas maintenant...*. Le sorcier passa l'une de ses larges mains sur son visage afin de se détendre, et détourna rapidement son attention de la scène qui venait de se passer avec la préfète des Serpentard. En fait, il avait déjà presque oublié.

Dans son champ de vision apparurent plusieurs élèves, dont une Serdaigle qui lui sembla très polie, et qui le salua tout en lui demandant ce qui allait se passer. Il lui demanda de patienter un instant, le temps que tout le monde soit là.
Au bout de deux ou trois minutes, Keegan s'adressa au petit groupe, d'où la tête d'une jeune fille visiblement plus vieille que les autres ressortait.


« Bonjour à tous. Comme vous avez pu le constater, nous allons aujourd'hui nous aventurer dans le Lac, commença-t-il tout en distribuant à chacun une Branchiflore. Nous allons décorer ses profondeurs, et plus particulièrement le village des Êtres de l'eau. Pas d'inquiétude, ils sont au courant de notre venue, et ont donc ordonné aux Strangulot de nous laisser tranquille. »

Prenant à son tour une Branchiflore, le professeur Shea demanda à chaque élèves de se saisir des décorations de leur choix, et de plonger dans le lac. Quant à lui, il emporta avec lui les trois créations des jeunes élèves, et suivit le groupe sous l'eau. La poudre rose échappé par Miss Hoover continuait de s'étendre dans les profondeurs, et rendait l'aspect de l'eau très étrange. Heureusement, la totalité de la poudre ne s'était pas répandue. Cela aurait pu causer pas mal de soucis pour la respiration de certains animaux, ce qu'il ne manquerait pas de faire remarquer à l'élève concernée dès qu'il en aurait l'occasion.
Au bout de cinq minutes de nage, tous arrivèrent aux abords du village englouti, et déjà quelques sirènes s'approchaient d'eux afin de les saluer.
L'aventure commençait.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Le lac aux eaux roses  PV 

Il faisait beau, il faisait chaud. C'était une belle journée de début de printemps. La neige avait fondu, l'herbe verte était bien fournie. Il n'y avait pas de nuages dans le ciel d'un bleu azur. Le soleil brillait, il était 15h00. Caroline regardait le paysage de son poste d'observation. Elle était perchée sur une branche dans un arbre. La brise la rafraîchissait et la jeune fille lisait un livre. Elle se reposait à sa manière, perchée à 5 mètres du sol. Mais au moins, elle n'était pas embêtée. Enfin, c'est ce qu'elle croyait. Le repos s'arrêta quand un groupe d'élèves passa devant son arbre. Il allait en direction du lac et faisait beaucoup de bruit. Caroline posa son livre et se pencha vers le sol, les pieds accrochés à la grosse branche et la tête vers le bas. Elle put voir la composition du groupe avant que celui-ci s'en aille. Il y avait Amber J. Hoover, Meila Primard, le professeur Keegan Shea et d'autres élèves plus ou moins grands, de toutes les maisons. Le petit groupe paraissait enthousiaste et il s'éloigna vite. Peu de temps après, une autre personne passa sous l'arbre. Mais cette fois-ci en courant, cette personne étai une fille, c'était Rhéa Cristal. Caroline en eut assez, elle voulait savoir ce qu'il se passait. Elle se redressa, rangea ses affaires, descendit de sa branche, qui faisait un bon hamac, enfin était confortable et partit en direction du lac, déterminée à savoir ce qu'il se passait et à y participer si c'était bien. Et oui, elle était curieuse.

Quant elle arriva au lac, rien ne la surprit à part que Amber n'était plus là. C'était assez étrange, CAroline l'avai vu passer mais maintenant elle avait disparu. Ensuite, elle observa le lac et se qu'elle vit la choqua. Le lac était en partie violet ! Le professeur Keeagan Shea semblait se contrôler pour ne pas perdre son calme. Un déclic retentit dans le cerveau de Caroline et elle sut que c'était la préfète des Serpentards qui avait pongé et libéré la poudre rose. Après quelques minutes, le professeur expliqua pourquoi tout le monde était réuni ici :


« Bonjour à tous. Comme vous avez pu le constater, nous allons aujourd'hui nous aventurer dans le Lac. Nous allons décorer ses profondeurs, et plus particulièrement le village des Êtres de l'eau. Pas d'inquiétude, ils sont au courant de notre venue, et ont donc ordonné aux Strangulot de nous laisser tranquille. »

Pendant qu'il parlait, il distribuait à tout le monde une branchiflore. Caroline qu'en à elle restait ébahie. Elle avait bien fait de suivre le petit groupe et de se joindre à eux ! Ce petit atelier était génial ! Caroline avala d'un coup sa branchiflore et elle sentit des changements désagréables opérer dans son corps. Elle regardai ses pieds et ses mains se transformer en palmes. Elle sentit que derrière son cou et sur ses oreilles des petits trous qui lui servaient de branchies apparaissaient. Ces changements étaient très désagréables. Mais il fallait les accepter. La verte sauta dans le lac et vit les profondeurs, les poissons et commença à nager vers l'inconnu. En chemin, Caroline se posait beaucoup de questions comme, comment était la ville du peuple des eaux, quelles étaient leurs coutumes ? Beaucoup de questions dont la réponse était toute proche.

Reducio

Le lac aux eaux roses  PV 

Malgré une impatience démesurée, Rhéa avait réussi à attendre le coup de sifflet de son professeur de botanique. Lorsque celui-ci s’approcha d’elle pour lui donner une racine de branchiflore, la demoiselle ne se fit pas prier pour l’avaler et prendre au passage un des artefacts de décoration. Pour elle, l’expérience n’était pas nouvelle, toutefois, jamais elle n’aurait cru pouvoir la renouveler ! Maintenant que c’était chose fait et que le professeur avait annoncé son désir de rendre visite au peuple de l’eau, souhait cher au cœur de Rhéa, celle-ci s’élança dans le lac, à la suite d’Amber qui pataugeait depuis un petit moment. Ayant déjà oublié qu’elle lui en voulait de s’être comportée comme une enfant, la jeune nagea jusqu’à son amie et, quelques secondes après que sa transformation soit complète, lui dessinant des branchies le long des joues et des palmes le long des doigts et des pieds, la demoiselle vint éclabousser sa préfète et amie avant de plonger en direction des profondeurs du lac.

D’après monsieur Shea, les êtres de l’eau avaient été avertis de leur venue. Les strangulots ne devraient donc pas poser de problèmes, les strangulots d’élevage, certes, mais il restait toujours, au-delà de la forêt d’algues, une horde de créatures sauvages qui ne répondaient pas aux désirs des hommes sirènes. Toutefois, ceux-ci seraient sans doute sur place, à sécuriser les lieux… C’était ce qu’espérait Rhéa lorsqu’elle nagea sans attendre le reste du groupe en direction du village enfoui qu’elle rêvait tant de revoir. Le lac était clair – mis à part quelques endroits un peu trop rose et crémeux à son goût – et on distinguait parfaitement chaque parcelle du fond sablonneux, tous les petits galets ronds et lisses qui jonchaient le sol, les algues fines et éparses de la zone non sinistrée du lac. On pouvait même remarquer quelques poissons plus ou moins colorés, faisant des bulles ça et là en se moquant bien de la meute de sorciers-poissons qui débarquait dans leur monde.

La jeune fille aurait aimé faire la course avec Amber, après tout… ce n’était pas trop tard. Forte de la présence de ses branchies, elle se retourna et lança à son amie, d’une voix bulleuse :


« Amber, la dernière arrivée est une gryffondor mouillée ! » Rhéa savait parfaitement que cette phrase mettrait la préfète au défis et qu’elle la rejoindrait aussi vite que ses nouvelles nageoires le lui permettrait.

Toutefois, Rhéa avait une bonne longueur d’avance et connaissait le chemin. Un instant plus tard, elle disparut dans la forêt d’algues, l’endroit le plus dangereux du lac et ne fit pas particulièrement attention, trop pressée d’arriver au village et de semer Amber pour faire d’une pierre deux coups. Fonçant tête baissée dans la vaste étendue visqueuse, elle ne fit pas attention aux créatures étranges qui se trouvaient là, n’admira pas la végétation aquatique, ni même les récifs et reliefs environnants. Finalement, quelques instants plus tard, elle tomba nez-à-nez avec un strangulot rose avec un nœud sur le crâne. Celui-ci se contenta de la regarder d’un air étonné, sans doute autant que celui qui s’affichait à présent sur le visage de la jeune métisse avant qu’elle ne comprenne qu’elle venait d’arriver dans le village.

La première maison qui se dressait devant elle était, si ses souvenirs étaient bons, celle d’un couple avec une petite fille prénommée Lilas. Celle-ci avait toujours « chouchouté » les strangulots domestiques du couple rayonnant au point que ces derniers s’enfuyaient sans cesse… et Rhéa les comprenait. S’approchant de la créature – habituellement si effrayante – la sixième année retira de son crane le nœud de corail rouge et eut le droit à un remerciement baveux de la part de l’animal, visiblement fou de joie de se débarrasser de cette horreur. La jeune passionnée de créatures lui sourit alors et entendit une voix qui lui était familière…


« Rhéa… tu n’as pas changé d’une goutte d’eau… »

La jeune fille fit volte-face, soulevant un nuage de sable par la même occasion, et reconnut immédiatement Brad. Trop heureuse de le revoir, elle nagea d’un bond dans ses bras, les entourant d’un voile de poussière dorée qui laissa peu à peu place à un spectacle adorable que le premier élève venu aurait sans doute le loisir d’observer.

La sixième année à l’épaisse chevelure brune ondoyant derrière elle était blottie au creux des bras d’un homme sirène à la peau bleutée, d’environ 1m90, à la longue chevelure violacée et à la queue de poisson puissante et argentée, renvoyant chacun des traits de lumière qui pouvait l’atteindre. Son torse, humain, était puissant et son cou était orné d’un collier de cailloux et de dents de requins. Rares étaient les personnes dont Rhéa avait parlé de Brad, mais aujourd’hui, nombreuses seraient sans doute celles à faire sa connaissance…

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Le lac aux eaux roses  PV 

Amber commençait à trouver le fait de patauger dans le lac de son collège coloré par ses soins en la couleur la plus abjecte du monde comme une situation on ne peut plus naturelle. Au fur et à mesure qu'elle donnait des coups de palmes dans tous les sens, elle s'oubliait peu à peu, elle n'était plus cette petite terreur terrienne qui vagabondait dans tout Poudlard à la recherche d'un gosse à traumatiser, elle n'était plus une élève, une préfète, l'amie ou l'ennemie de personne. Elle était un poisson, enfin, non, pas tout à fait. Elle était plutôt devenue à part entière l'une de ces bestioles qui vivent dans les récifs et n'était plus capable d'aucune réflexion humaine.

Bon d'accord, c'est un chouïa exagéré, disons juste qu'elle s'était découvert une vive affection pour la brasse en dépit de ses préjugés sur le milieu aquatique. Elle n'accordait pas une seule de ses pensées à son groupe de joyeux élèves, ayant prit le parti de mener sa propre expédition en solitaire plutôt que de s’embarrasser de ces saletés de touristes. Le lac, c'était sa découverte, et pas celle d'une bande d'ingénus qui allaient effrayer les algues avec leurs boucan. Malgré le froid intense qu'elle avait ressenti lors de son plongeon inopiné, elle ne regrettait pas d'avoir pris le devant des opérations, la parlotte ne servait à rien. La preuve, pendant que ces rabats-joies devaient fayotter quelques mètres plus haut, elle prenait son pied dans les fonds marins et vivait une expérience unique. Bref, que du fun.

Au bout d'une bonne dizaine de minutes elle aperçut une masse sombre et frétillante au loin. Elle s'approcha prudemment, curieuse de découvrir quel troupeau de bêtes sauvages elle avait put dénicher, et pouffa toute seule en réalisant qu'il s'agissait en fait de ses comparses. Un grand sourire aux lèvres, elle avala la distance qui la séparait d'eux, frimant d'être tout à son aise dans cet élément et ne se gênant pas pour se pavaner avec ses nouvelles branchies devant les novices. Elle jeta un regard d'avertissement au groupe - pas question de lui reprocher son impulsivité, personne n'était encore mort (du moins à sa connaissance) à cause de son emportement - nul n'avait donc intérêt à essayer de lui faire la morale à propos de son entrée en matière pour le moins directe.

Dans tout ce fatras de bras et de jambes, une silhouette se détachait cependant. Il s'agissait d'un long petit bout de femme à la peau hâlée surmontée d'une épaisse masse de cheveux bruns ondoyant au rythme de ses mouvements. Rhéa, à coup sûr. La jeune fille lui sauta presque dessus (enfin, autant qu'il est possible de sauter dans l'eau) et lui ébouriffa les cheveux, une expression canaille collée au faciès. Sa confidente de premier choix semblait aussi d'humeur taquine car elle lui lança d'une voix déformée par la Branchyflore:


« Amber, la dernière arrivée est une gryffondor mouillée ! »

Très réceptive à ce genre de provocation, la petite blonde s'emballa et rétorqua à une vitesse proportionnelle au dégoût que lui inspirait l'ensemble des rouges:


« D'accord, mais tu vas le regretter ! »

S'ensuivait immédiatement une course acharnée vers le lointain au cours de laquelle elle fit son maximum pour ralentir son adversaire, lui jetant dès qu'elle le pouvait une poignée de sable par-ci par-là ou essayant de l'aveugler à bon coup d'anémones bien senties. Malheureusement, avec son petit mètre cinquante la demoiselle ne faisait pas le poids, sa copine avait une nette longueur d'avance. Elle en avait pris tellement qu'elle parvenait à peine à la distinguer à cause de toute la poussière qu'elle retournait sur son passage.

Lorsqu'elle débarqua enfin, essoufflée, elle constata avec surprise qu'elle n'était pas seule, loin de là même. Elles étaient carrément entourées par un village entier de créatures marines qui vaquaient à leurs occupations sans se préoccuper des étrangers qui venaient d'envahir leur territoire. Tous, sauf un homme sirène coincé dans le look Avatar de la taille d'un basketteur avec des muscles à peu près partout où il est possible d'en avoir. Et puis, petit détail qui avait son importance, Rhéa n'était pas plantée en face de ce bel Apollon, mais carrément dans ses bras. Arquant un sourcil, la gamine se permit d'interrompre leur étreinte avec toute la politesse dont elle disposait pour souffler à son oreille un coquin:


« Dis donc, tu m'avais caché tes penchants piscivore  », elle avait appris ce mot il y a peu et cherchait à le caser depuis longtemps dans une conversation. « Bon alors, t'attends quoi pour me présenter ce beau-gosse ? »

Reducio
Image

◊ Il n'y a ni bien ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour s'en emparer.
Responsable des nouveaux arrivants et journaliste au Sale Hasard.
> Serpentard du mois d'août et d'octobre & élève du mois d'octobre.

Le lac aux eaux roses  PV 

Caroline était tellement à l’écoute du professeur qui commença à expliquer les consignes qu’elle n’eut pas l’air d’entendre Meilla. *Tant pis. Elle me verra peut-être plus tard ?* En attendant d’être perçue par la verte, la rouquine décidé d’écouter le professeur de botanique. Ça lui serait sûrement plus utile que de rester là à attendre de savoir si oui ou non Caroline la snobait ou pas.

« Bonjour à tous. Comme vous avez pu le constater, nous allons aujourd'hui nous aventurer dans le Lac. Nous allons décorer ses profondeurs, et plus particulièrement le village des Êtres de l'eau. Pas d'inquiétude, ils sont au courant de notre venue, et ont donc ordonné aux Strangulot de nous laisser tranquille. »

Meilla prit la branchiflore dans sa main et attendit de voir la réaction des autres. Evidemment Amber était déjà dans le lac et elle ne pouvait donc pas réagir. D’ailleurs la deuxième année trouvait vraiment son comportement déplacé au final. Elle avait directement sautée comme cela sans même savoir si quelque chose était déjà prévue ou non. Elle s’était directement proclamée décoratrice du lac. Comme si elle était la seule au monde. La Bleue détestait les gens qui montrait une telle attitude. Et puis, de toute manière elle détestait déjà la préfète. Mais son comportement n’arrangeait en rien ce que pensait Meilla de cette étrange fille de Salazar. Bref, passons. La capitaine des Unchained Hawks n’était pas là pour penser à Amber.

La jeune fille fit comme les autres, elle mangea l’espèce de plante. Aussitôt, un changement s’opéra dans son corps. Elle avait des pieds palmés et avait besoin d’eau pour pouvoir respirer. Alors, elle plongea à la suite des autres décorateurs apprentis. Sous l’eau, tout était magnifique, magique ! Il y avait des poissons, des coquillages, algues de toutes les couleurs. Bref, le monde aquatique était en couleur. Les strangulots ne viendraient pas les embêter. La rouquine avait entendu dire qu’ils étaient domestiqués dans la ville sous-marine mais bon, on ne sait jamais avec ce genre de créature et un accident est très vite arrivé ! Surtout que le professeur ne pouvait pas être partout et les êtres de l’eau et bien… La Serdaigle ne savait pas vraiment comment ils étaient. Elle n’en avait jamais rencontrés. A part dans les livres en image bien sûr. Mais au niveau du caractère… La jeune fille avait entendu dire qu’ils étaient en général sympathiques. Mais cette expression « en général » cache le reste de la population…

La deuxième année vit deux flèches nager en direction de la ville en contrebas. Evidemment ces deux flèches étaient deus Serpentards… Mais bon, on ne dira rien car tous les Serpentards ne sont pas comme cela. Disons une grosse partie, qui cache des personnes sympathiques… Décidément aujourd’hui, les pensées de la jeune fille s’égaraient souvent. Mais revenons à la ville. A mi-chemin, une pancarte indiquait la direction à prendre pour y aller. Après avoir nagé pendant une dizaine de minutes, elle était apparue. D’abord sous forme de masse sombre, puis de plus en plus nettement pour finalement pouvoir voir que les bâtiments étaient faits en une étrange matière. On avait l’impression qu’ils étaient faits d’eau… La capitaine des Serdaigles décida d’aller voir cela de plus près. Elle toucha un bâtiment qui ressemblait à une maison et découvrit qu’il était bien dur.
*Etrange cet endroit, mais ça me plait !* C’était design, original, génial ! Et la jeune fille savait qu’elle allait prendre plaisir à décorer cette magnifique ville. De la poussière rose trainait encore par-ci par-là, vestige de l’idée débile d’Amber…


La jeune Serdaigle décida finalement de se raprocher encore une fois de Caroline. Elle serait ainsi fixée sur leur "relation".

« Hey ! Ça va ? T’es venue tester tes talents de décoratrice ? »

Reducio

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Le lac aux eaux roses  PV 

Une phrase fut prononcée. Elle semblait être infiniment lointaine... L'esprit de Rhéa semblait occulter tout ce qui se trouvait dans son entourage, en dehors de Brad. Qui pouvait bien être là ? Qu'importait. Peut-être Amber, peut-être le professeur, peut-être même un monstre terrifiant... Le monde aurait pu s'écrouler, Rhéa n'aurait pas bouger d'une nageoire. Elle était dans les bras de celui qu'elle avait tant attendu, tant espéré revoir... La jeune métisse aurait aimé que l'effet de la branchiflore soit éternel et, tel Mélodie, elle aurait volontiers troqué ses jambes contre une queue de sirène... Si seulement un roi Triton existait dans la cité des êtres de l'eau... Malheureusement, ce n'était pas le cas, à l'instar d'Atlantide, le continent perdue sous les flots, les hommes-sirènes vivaient bien sous les eaux, mais ils n'avaient en aucun cas le pouvoir de faire disparaître les jambes d'une humaine comme le faisait la branchiflore... Peut-être que s'ils la cultivaient et que Rhéa s'empiffrait régulièrement de cette plante miraculeuse elle pourrait vivre ici... Lui faudrait-il l'autorisation de ses parents ? Du directeur ou même du ministre pour cela ? Elle l'ignorait, mais en cet instant, l'idée la charmait plus que tout autre chose. La voix se fit plus claire et, alors qu'elle sortait de ses pensées, toujours blottie contre Brad, elle entendit Amber et se retourna.

« Dis donc, tu m'avais caché tes penchants piscivore, bon alors, t'attends quoi pour me présenter ce beau-gosse ? »

Comme toujours, l'entrée en matière était fracassante et Brad ne tarda pas à répondre à la mistinguette qui venait de s’immiscer dans le paysage.

« Sachez, jeune demoiselle, que je ne suis pas qu'un 'mangeur de poissons' comme vous dites, votre manque de respect envers les êtres de mon espèce me dérange terriblement et je ne sais pas ce qui me retient de vous faire amèrement regretter vos paroles déplacées... »

Rhéa cru alors bon d'intervenir en faveur de son amie, malgré sa grande admiration pour Brad et son âme guerrière. Elle était, de toute évidence, malvenue en pareille situation.

« Brad, je te présente Amber, elle est l'indélicatesse incarnée, mais foncièrement, c'est une serpentard, tout comme moi et c'est une très bonne amie... Je te prie de l'excuser. Amber, je te présente Brad. Nous nous sommes rencontrés lors d'un cours.... »

« Et ce fut la plus belle de toutes les visions. Ce jour-là, les eaux du lac semblaient plus claire que d'ordinaire, je montais la garde autour du village lorsque tu es arrivée... Je crois que ça a été le coup de foudre... J'ai tout de suite compris que tu serais ma reine des mers pour l'éternité... ma princesse d'ébène et d'azur... »

L'être de l'eau s'emporta ainsi et déversa un torrent de compliments qui firent rougir Rhéa. Celle-ci n'avait parlé à personne de sa relation avec Brad, de peur d'être mal jugée, cependant, elle ne pouvait nier qu'elle ressentait pour ce garçon absolument différent d'elle, de très intenses sentiments et qu'être en sa présence provoquait chez elle tout le bonheur du monde... Cet 'amour' lui faisait peur. Tant par le fait d'être jugée, que par le fait d'apprendre, un jour où l'autre que cela ne pourrait pas continuer ainsi puisque les deux amants appartenaient à deux mondes différents... se souvenant de la raison qui avait poussé le groupe à venir par ici, la demoiselle se rapprocha à nouveau de Brad, qui, après s'être emporté face à Amber avait avancé ces deux mètres de muscles dans la direction de cette dernière en brandissant une lance aiguisée dans sa direction.

« Regarde Brad, nous sommes venus fêter la Saint-Valentin parmi vous... Je t'ai rapporté un petit quelque chose... » Poursuivit Rhéa en rougissant de plus belle, consciente qu'Amber était témoin de la scène et effrayée à l'idée de la réaction qu'elle aurait. La sixième année se sentait à la fois heureuse de partager son secret avec son amie et confidente et à la fois terrifiée à l'idée de la rumeur qu'elle pourrait propager et de toutes les horreurs qu'elle pourrait, à raison, lui jeter à la figure... Secrètement, la demoiselle croisait les doigts tout en déballant la petite bourse qu'elle avait prise avec elle.

Instantanément après l'ouverture, des milliers de petits poissons, dauphins et bulles de cristal minuscule s'élevèrent et, peu à peu, prirent leur forme et taille naturelle. Le lac ressembla à l'océan. Un reflet lunaire plongea la place dans un bleu marine aux reflets d'argent se reflétant sur la faune artificielle formant des coeurs autour du couple que formait Brad et Rhéa, ainsi qu'autour de chaque personne qu'ils croisaient. Aussi Amber se retrouva-t-elle entourée de diverses étoiles de mer, petits dauphins et autres poissons clown, faisant des ronds et des bulles autour d'elle, embellissant considérablement l'endroit par la même occasion. Rhéa profita de cette diversion pour déposer un baiser sur la joue de Brad qui l'attrapa par la taille et la serra un peu plus fort contre son cœur avant de lui susurrer à l'oreille...


« C'est magnifique, tu m'as incroyablement manqué... »
Reducio
Image

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~