Lac

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

"Les pipaillons, c'est ma passion!"  PV 

Le ciel était resplendissant en ce jour de Septembre, et la verdure alentour se reflétait parfaitement sur l'eau calme et sombre du Lac. Merina s'était installée tout prêt de l'eau, dans laquelle elle trempait allégrement sa main gauche. Dans l'autre main, la fillette aux cheveux soyeux tenait un carnet de cuir, à la reliure dorée.
Quelques semaines auparavant, juste avant les vacances d'été, son professeur de métamorphose leur avait donné une mission qui avait ravie Merina. Chaque élève s'était en effet vu confier un bocal rempli de terre dans lequel était planté un chétif petit arbrisseau, et dans lequel trônait également un minuscule oeuf jaune. Leur devoir consisterait en l'observation et la prise de soin de cette oeuf, jusqu'à ce que ce dernier devienne un ravissant papillon.

"Quelle chance!" avait aussitôt pensé la jeune fille, elle dont le slogan étant enfant était "les pipaillons c'est ma passion!" (Ses parents avaient beau lui répéter "On dit Pa-Pi-Llon ma chérie", ça ne voulait pas rentrer!).

Cependant, en rentrant chez elle, elle avait réalisé qu'elle n'y connaissait pas grand chose en papillons, voire même carrément rien.
Bien sûr elle aurait pu se documenter sur leur évolution, pensa t-elle avec le recul, mais on ne chasse pas le naturel car il revient au galop, et son naturel à elle, c'était la procrastination. Elle avait donc préféré improviser totalement.


De retour sur terre, la fillette ouvrit son carnet et se mis à relire:


Semaine 1:

Voilà 2 jours que je suis rentrée, je ne sais pas combien de temps mon ami va mettre avant de sortir de son oeuf. J'ai placé le bocal sur la table du jardin, et je l'ai recouvert d'une genre de moustiquaire, de peur qu'on ne l'attaque.
Pour ce qui est de son prénom, je pense attendre de voir mon papillon avant de décider.

Semaine 2:

Je n'y comprends rien! Mon oeuf a éclot il y a quelques jours, je m'attendais à voir un papillon en sortir.. mais c'est une affreuse chenille qui en est sortie sous mes yeux terrifiés! J'ai une sainte horreur des chenilles! Et évidemment, je ne savais pas que les papillons étaient d'abord des chenilles avant que maman ne me l'explique avant-hier. Du coup je rechigne un peu au moment de la nourrir, mais si je veux réussir mon devoir je n'ai pas trop le choix. J'essaye de lui donner chaque jour des feuilles différentes que je cueille dans le jardin de Madame Prime, la voisine (elle a des dizaines de variétés de plantes rares!).

Semaine 3:

Pas grand chose de nouveau pour le moment, si ce n'est que ma chenille a grandie, elle dévore tout, on dirait un mini ogre! Elle a même mangé son oeuf! Et les feuilles que je lui donne ne font pas long feu, j'espère ne pas lui en ..


-AAAARGH


La jeune fille avait reculé soudainement, et s'était étalé de tout son long dans l'herbe fraîche. Elle se retourna et vit un tentacul replonger dans le lac, provoquant au passage de puissantes éclaboussures.
Se redressant un peu, et toujours sous le choc de se tentacul géant attrapant sa main, elle frisa la crise cardiaque lorsqu'elle sentit de nouveau quelque chose lui prenant la main.

Cependant le soulagement se fit sentir lorsqu'elle vit que cette créature là était bien moins effrayante et bien plus ravissante que le calmar du lac, c'était en fait Ambre Baxrendhel, une camarade Poufsouffle, qui tentait de l'aider à se relever.


"-Merci, j'ai eu la peur de ma vie! bredouilla Merina en acceptant son aide."

"Les pipaillons, c'est ma passion!"  PV 

En ce levant ce matin-là, Ambre n’avait qu’une envie : sortir se promener dans le Parc du château. Et ce serait chose facile, elle était libre ce jour-là, pas de cours à l’horizon, les devoirs avaient déjà été fait la veille au coin du feu de la salle commune, bien assise dans son fauteuil ; les devoirs dans ces conditions c’était fait en un rien de temps ! Certes elle avait peut-être loupé quelques discussions aux divers ragots mais au moins, elle était libre de faire ce qu’elle souhaitait aujourd’hui. La deuxième année se prépara rapidement, enfila sa robe de sorcier, mit sa cape, attrapa sa baguette qui trônait sa table de chevet et sortit de son dortoir.

Elle se dirigea vers la sortie de la salle commune mais, en passant devant le fauteuil où elle était installée la veille, elle aperçu un manuel. Elle s’arrêta, attrapa le livre de la main gauche tout en mettant sa baguette dans sa poche avec sa main droite. C’était son manuel. Elle l’avait oublié. Elle tourna rapidement quelques pages pour s’assurer qu’il n’y avait rien écrit dedans qui serait le fruit de l’imagination de l’un de ses camarades mais il n’y avait rien. En même temps, ce n’était pas vraiment le genre des Poufsouffle. Ambre mit le manuel sous son bras et repartie en courant vers les dortoirs où elle le balança sur son lit ; elle le rangerait plus tard, pour l’instant elle allait prendre son petit-déjeuner.

Elle passa le tableau et s’engouffra dans le château. Elle marcha rapidement vers la Grande Salle où elle alla directement à la table des Blaireaux. Là, elle s’assit non loin de quelques camarades, mais préférant rester seule. Elle engloutit rapidement son petit-déjeuner, poussée par l’envie de passer du temps dehors, à l’air libre, loin de l’humidité du château. Elle sortit en trombe de la Grande Salle et passa les lourdes portes du château. Ça y est, elle était dehors.

Une légère brise vint caresser son visage, tandis que le soleil la réchauffait ; le ciel était bleu, le temps magnifique. Ambre se mit donc à marcher, en direction du terrain de Quidditch. Elle marcha à une allure régulière pendant quelques minutes avant d’arriver à destination. Là, elle leva les yeux et aperçu quelques élèves s’envoyant un souaffle, arrêter un souaffle, ou encore frappant de toute leur force dans un cognard. La jeune fille adorait ce sport, sport qu’elle pratiquait bien évidemment. Elle resta le nez en l’air pendant une dizaine de minute, regardant la façon de jouer des élèves, leurs acrobaties pour tenter de rattraper le souaffle ou tout simplement s’amuser. Une fois sa contemplation terminée, Ambre se remit en marche, mais cette fois elle irait vers le Lac.

Une fois arrivée devant l’étendue d’eau, elle décida d’aller y tremper les mains, histoire de voir si l’eau était bonne et, qui sait, peut-être apercevoir le calamar géant. A quelques mètres de la surface de l’eau, la jeune fille entendit quelqu’un crier. Elle s’approcha en courant là où venait le cri et elle aperçu un tentacule replonger dans le Lac et une fille étendue dans l’herbe. Ambre s’approcha de la fille et elle lui attrapa le bras pour l’aider à se relever. Une fois qu’elle fut remise sur pieds, la jeune fille lui dit :


"-Merci, j'ai eu la peur de ma vie!"

Ambre lui sourit et la regarda rapidement des pieds à la tête. Elle l’avait déjà vu dans leur salle commune mais impossible de mettre un nom et un prénom sur sa tête, tout ce qu’elle savait c’est qu’elle était en première année. Alors elle lui demanda gentiment :

« C’est normal, le calamar peut parfois se montrer capricieux… Au fait, je t’ai déjà, tu es une Poufsouffle, et tu es en première année, mais, rappelle-moi, comment t’appelles-tu ? »

Certes, la façon dont elle le demandait n’était pas vraiment la meilleure des façons mais au moins elle saurait, normalement, le nom de la Poufsouffle dans quelques secondes !

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

"Les pipaillons, c'est ma passion!"  PV 

La jeune préfète observa Merina de haut en bas et sourit. Se moquait-elle d'elle  ? Evidemment, pensa Merina, la situation était plus que risible, probablement en aurait-elle rit aussi si elle n'était pas si embarrassée. Ses joues se teintèrent d'un rouge vermillon tandis que sa camarade lui dit:

« C’est normal, le calamar peut parfois se montrer capricieux… Au fait, je t’ai déjà, tu es une Poufsouffle, et tu es en première année, mais, rappelle-moi, comment t’appelles-tu ? »

Merina n'était pas surprise qu'elle ne connaisse pas son nom, personne ne la connaissais vraiment.. elle était plutôt du genre discrète et solitaire et pas préfète extravertie et très impliquée dans la vie de l'école comme Ambre Barenxdhel.
C'est d'ailleurs cette discrétion et sa timidité qui la firent répondre dans un souffle, quelque chose dans ce genre-là:


"Jema.. Jema.. Jemappellerinadaiton"

Consciente, que ses paroles étaient incompréhensible, elle prit une longue respiration et articula du mieux qu'elle pût:

"Je m'appelle Merina Denton."

Elle ajouta aussitôt:

"Toi tu es Ambre Barenxdhel, la préfète, tout le monde te connait, même moi..
Je suis désolée tu venais sûrement ici pour être tranquille, et moi je pousse un cri qu'ils ont dû entendre de Londres. En fait j'étais venu pour finaliser mon devoir sur le Papillon.."


En prononçant ces derniers mots, quelque chose lui revint en tête: Son papillon.. Elle l'avait laissé au bord du lac! Pourvu que le bocal n'ait pas roulé dans l'eau..

Elle se tourna brusquemment et le chercha du regard, en partant de la gauche du lac. Elle vit un groupe de 3 jeunes filles en train de glousser en observant un cinquième année non loin d'elles. Quelques mètres plus loin se trouvait un grand arbre aux branches touffues. Un peu à côté se trouvait son carnet de note, mais aucune trace du bocal contenant son papillon.. Elle finit cependant par aperçevoir un objet brillant au soleil (C'était certainement son bocal, mais sa myopie l'empêchait d'en être tout à fait sûre). Elle s'approcha de l'objet et, en effet, il s'agissait bien de son bocal, qui était à quelques centimètres seulement du lac. Elle avait probablement donné un coup de pied dedans dans sa précipitation à échapper au monstre du lac (car oui, Merina avait une forte tendance à dramatiser et romancer toutes les situations et, maintenant qu'elle avait échappé à" une lutte sanglante aucours de laquelle le calmar l'avait menacé d'un rocher aiguisé et avait tenté de la tuer pour l'avaler ensuite", elle l'appelerait le Monstre du Lac) et projetant donc le bocal au plus près du lac noir.

Le bocal à la main, elle revint près de la préfète, et, comme pour justifier son attitude décalée, lui dit:


"Je suis désolée.. je suis assez gênée quand je rencontre des gens nouveaux et j'ai tendance à.. dire et faire des choses un peu étrange.
Oh, je manque à tout mes devoirs! Ambre, voici mon papillon Utopia, Utopia voilà la préfète des Poufsouffles: Ambre.
"

Merina ne sembla pas s'aperçevoir que le fait de présenter la jeune élève à son papillon était plus bizarre encore que tout ce qu'elle avait pu faire ou dire dans les 5 minutes qui venaient de s'écouler, et elle continua sur sa lancée en expliquant à sa camarade comment sa chenille avait un jour arrêtait de manger pour changer de peau, provoquant chez Merina un léger stress qui ne connaissait pas le déroulement du processus. Et comment, un jour en se levant, elle avait découvert que sa chenille s'était enfermée dans un cocon duquel elle ne sortit qu'au bout de 26 jours, sous sa forme actuel: Un magnifique cocon bleu aux dessins argentés, si beau qu'il en semblait irréel, et dont le nom s'était donc imposé de lui-même: Utopia.

Consciente d'avoir trop parlé, et ne sachant même pas si sa camarade l'écoutait toujours, elle leva les yeux et rougit de nouveau.

"Les pipaillons, c'est ma passion!"  PV 

Ambre était assez amusée de la situation. La fillette qui se trouvait en face d’elle était devenue rouge tomate au niveau de ses pommettes et elle avait répondu déjà une première fois à la question que la deuxième année lui avait posé. Manque de chance ou simplement morte de trouille, la première année n’avait pas du tout articulé et sa réponse était inaudible. Mais la jeune Poufsouffle en était à priori consciente puisqu’elle prit une grande inspiration avant de recommencer sa phrase de présentation :

"Je m'appelle Merina Denton. Toi tu es Ambre Baxrendhel, la préfète, tout le monde te connait, même moi… Je suis désolée tu venais sûrement ici pour être tranquille, et moi je pousse un cri qu'ils ont dû entendre de Londres. En fait j'étais venu pour finaliser mon devoir sur le Papillon…"

La deuxième année voulut répliquer mais elle n’en eut pas le temps. Merina, car c’était son prénom si vous ne l’aviez pas compris, s’était brusquement retournée avant de partir dans la direction opposée de la rousse. Lui avait-elle fait peur ? Etait-elle si timide qu’elle s’était enfuie ? Rien de tout cela rassurez-vous, la fillette était allée rechercher quelque chose dans l’herbe, un peu plus loin. Ambre pensait qu’elle allait revenir mais visiblement ce n’était pas l’intention de l’autre. Cette dernière était retournée au bord du Lac. Ambre ne put s’empêcher de penser qu’elle voulait de nouveau être en tête à tête avec le Monstre du Lac. En imaginant cette situation, un sourire se dessina sur son visage. L’autre fille se baissa et attrapa quelque chose qui était posé dans l’herbe, encore une fois ; avant de revenir tranquillement vers la deuxième année. A priori, Ambre ne lui avait pas fait peur au point de la faire fuir, c’était déjà une bonne chose ! Merina reprit sa position initiale et elle mit en avant un bocal où trônait un magnifique papillon bleu :

"Je suis désolée.. je suis assez gênée quand je rencontre des gens nouveaux et j'ai tendance à.. dire et faire des choses un peu étrange. Oh, je manque à tout mes devoirs! Ambre, voici mon papillon Utopia, Utopia voilà la préfète des Poufsouffles: Ambre."

Avant même qu’Ambre puisse dire bonjour à Utopia, Merina Denton continua de lui parler du petit papillon. Pour quelqu’un de gênée en présence de personne nouvelle, elle n’était pas si timide que ça ! Et Ambre Baxrendhel aimait bien ça, les personnes un peu dans leur monde, un peu dans la lune quoi, c’était marrant et elles étaient souvent très gentilles. Donc la suite s’annonçait bien. Se rappelant la première et la dernière phrase de la fillette, Ambre s’aperçut d’une chose, elle l’avait appelé « préfète », or elle ne l’était plus. Les informations de Merina Denton étaient donc erronées. Et Ambre allait le lui signaler, histoire qu’elle ne s’emmêle pas les pinceaux :

« Au fait Merina, je ne suis plus préfète des Poufsouffle, j’ai rendu mon insigne, regarde. »

Et en terminant sa phrase, elle lui montra l’endroit où elle accrochait d’habitude son insigne de préfète.

« Mais parlons d’autre chose veux-tu, je ne veux pas en parler, ce n’est pas le moment. »

Elle accompagna sa phrase d’un sourire, histoire de montrer à Merina qu’elle ne lui en voulait pas de l’avoir nommé comme ça, elle ne pouvait pas savoir. Remettant une de ses mèches rousses derrière une oreille, elle se pencha vers le bocal et tout en regardant le papillon elle s’adressa à son propriétaire :

« Moi aussi j’avais fait un devoir comme ça, sauf qu’à la place d’avoir un papillon, j’avais eu une grenouille ! »

« DÉFONCE-LES TOUS », Monseigneur Endive • « Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe » • Batteuse des Frelons
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

"Les pipaillons, c'est ma passion!"  PV 

En relevant la tête, Merina se trouva donc de nouveau face à sa camarade rousse.


- Nom d'une sorcière de Salem, pensa la jeune fille, elle ne s'est pas enfuie!


Choquée, mais séduit par cette idée, elle mit quelques secondes à réaliser que la jeune fille s'était de nouveau adressé à elle.


« Au fait Merina, je ne suis plus préfète des Poufsouffle, j’ai rendu mon insigne, regarde. »


En effet, Merina observa le torse de sa camarade sur lequel ne luisait plus le petit P doré qui s'y était trouvé autrefois. Pour la jeune fille, cette nouvelle semblait impensable. Maintenant qu'elle y pensait, elle ne se souvenait plus du nom de la personne qui avait précédée Ambre en tant que Préfète, elle avait l'impression que la jeune Poufsouffle avait toujours occupé ce poste, et imaginer que ce ne soit plus le cas lui paraissait aussi incroyable que d'imaginer un nouveau concierge remplaçant Rusard.. Cependant, bien qu'elle trouvât la nouvelle décevante, elle ne fit pas part de ce sentiment à sa camarade qui, semblait-il, ne voulait pas s'étendre sur le sujet:

« Mais parlons d’autre chose veux-tu, je ne veux pas en parler, ce n’est pas le moment. »


En observant papillon de Merina elle ajouta:


« Moi aussi j’avais fait un devoir comme ça, sauf qu’à la place d’avoir un papillon, j’avais eu une grenouille ! »


Merina, qui n'était pourtant pas peu fière de son sublime papillon bleu, avat l'espace de quelques instants totalement oublié sa présence. Cependant, les paroles de sa camarade la réveillèrent avec une force non négligeable et elle réalisa soudain qu'elle était en retard pour son cours de métamorphose.


"O là là! Je suis désolée, je dois rendre mes notes sur le papillon.. je suis super en retard! Faut qu'je file! Merci pour ton aide" dit rapidement Merina à Ambre, avant d'entreprendre une course effréné jusqu'à la salle de son prochain cours.


Merina, qui n'était pas très douée en concentration, se laissa aller à un songe éveillée tandis qu'elle parcourait la pelouse dense et touffue qui la séparait toujours du château.
Elle se souvint de la métamorphose de son papillon, et revit la fabuleuse scène dans sa tête.


C'était un matin d'Août. Le soleil brillait dans le ciel bleu azur de l'été et sa mère préparait le petit déjeuner en fredonnant "Titilalilala j'ai sortit ma baguette, je l'ai frappé avec Tititatitata! J'ai jeté mon chaudron sur ce bel Apollon [..]". Alors qu'elle contemplait toujours d'un oeil sa mère effectuer une chorégraphie culinaire hors du commun, Merina se dirigea vers le rebord de la fenêtre de la cuisine. C'était là qu'elle avait laissé le bocal de son devoir la veille au soir.
9 jours auparavant, sa chenille avait cessé de manger, et s'était vidée de ce qui semblait être le contenu entier de ses intestins. Merina l'avait d'abord cru malade et s'était imaginé arriver en classe sans papillon, reçevoir un T, être la risée de ses camarades et terminer sa scolarité et sa vie seule et sans amis. Puis, finalement sa chenille s'était transformée en chrysalide, et, rassurée, la jeune fille avait compris que cela faisait partit du processus de métamorphose de sa chenille.
Depuis, elle venait voir tous les matins et tous les soirs si sa chenille était sortie. Ce matin, comme les précédents, il ne se passait rien. Elle tourna alors les talons pour aller prendre son petit-déjeuner, mais s'arrêta tout net en aperçevant un imperceptible mouvement dans le bocal. Elle se tourna de nouveau, s'approcha à une dizaine de centimètre du bocal, et vit avec ravissement que le cocon bougeait. Pendant quelques minutes, le papillon sembla se débattre pour ouvrir sa prison blanchâtre. Finalement, il parvint à former un trou à l'extrémité gauche, par lequel il entreprit de sortir.
Merina vit alors apparaître une petit tête pourvue d'antennes, puis un long corps orné de deux sublimes ailes bleues aux dessins noirs et raffinés. Eblouie par sa beauté presque irréaliste, elle l'avait nommé Utopia.

La jeune fille sortit de sa rêverie et réalisa qu'elle était déjà arrivée dans le long couloir qui menait à la salle de métamorphose. Elle vit avec soulagement que ses camarades n'étaient pas encore entrés, elle s'appuya alors contre le mur, le bocal et son carnet de notes sous le bras, et respira profondément, avant de suivre les autres dans la salle.

"Les pipaillons, c'est ma passion!"  PV 

Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse dans les 6 derniers mois. Pour demander sa réouverture, adressez-vous aux préfets.

Griffes et Crocs, Griffes et Cœur, Gryff vainqueurs !
Gryffondor du mois en 01/2013, 06/2014, 12/2014 et 03/2015 - Elève du mois de Juin 2014 et Mars 2015