Lac

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

Reducio
Eau
Image

L'été. Pour la plupart des enfants, ce nom évoquait les vacances, le soleil, la trempette, et tout ce que vous voulez ; pour Roxane, cela signifiait sensiblement les mêmes choses, mais un gargantuesque point noir se dressait à son horizon : quitter Poudlard. Alors certes, il serait bon de revoir les siens, de retrouver son chez-soi... Mais tandis que la fin approchait à grands pas, l'adolescente comprenait que finalement, le château était tout autant sa maison que son minuscule appartement en plein centre de Londres. Elle y avait passé des bons moments comme des mauvais, mais dans tous les cas, avaient toujours trouvé soutien et réconfort entre ces murs. Poudlard, c'était une sorte de havre où tout un chacun pouvait évoluer à sa libre envie (le couvre-feu passé, c'était tout de même un peu plus difficile), pour découvrir par soi-même les attraits de ce lieu magique. Il était différent pour chacun, tant et si bien que personne ne le voyait de la même façon ; et pourtant, tous ou presque l'avaient déjà adopté depuis plus ou moins longtemps.

C'est donc avide de profiter de ses dernières semaines en ce lieu que Roxane vivait lesdites semaines, décidée qu'elle était à profiter un maximum de ce bien trop court laps de temps. Pour ce faire, elle avait tout d'abord songé à explorer en long, en large et en travers les diverses salles, couloirs, extérieurs... Avant de comprendre qu'après tout, elle pouvait tout aussi bien profiter en se détendant, sans chercher à faire tout et n'importe quoi. Tout ce cheminement pour dire que la Verte avait décidé de s'aventurer un peu dehors, et plus précisément aux alentours du lac. Son objectif : transformer son teint d'aspirine en peau merveilleusement dorée ; et, pourquoi pas, fureter quelque peu par là – elle ne pouvait décidément s'en empêcher ! Cette envie contrastait plutôt avec son envie permanente de s'occuper avec ses mains, mais il semblait que lézarder au soleil rentrait dans une catégorie à part. Et puis, il faut souffrir pour être belle ; autrement dit, ne rien faire tandis que les rayons vous caressent légèrement, fonçant imperceptiblement votre peau habituellement – trop – pâle (sans compter les coups de soleil, choses bien trop désagréables pour en parler ici et maintenant).

Se saisissant ainsi d'une volonté à couper le souffle, vêtue d'une robe d'été camouflant savamment un maillot deux pièces, la deuxième année franchit avec une légèreté coutumière les portes du château, descendant cahin-caha la pente, contournant les autres élèves, qu'ils soient en train de discuter, assis ou debout, de bronzer ou encore de réviser (
*Il faudra que je m'y remette d'ailleurs... Plus tard.*). Le regard droit devant elle, la Verte se réjouissait d'avance de la journée de détente absolue qui suivrait sûrement, allongée qu'elle serait aux abords du lac. Celui-ci, tout en magnificence, brillait de mille feux, agrémenté de reflets pâles qui, évidemment, ne suffisaient pas à percer ces obscures profondeurs. C'était un paysage de carte postale, digne de figurer sur une de ces singulières tasses ou assiettes tout simplement ringardes au possible. Ne manquait plus que le calamar géant pour compléter le tableau, et ce serait parfait.

Cependant, la première chose que remarqua Roxane, lorsqu'elle arriva enfin sur la berge, ce ne fut pas le quelconque mouvement d'une entité aquatique, mais une crinière rousse dont la couleur tranchait joliment avec l'herbe émeraude, allongée et également vêtue d'un sympathique maillot de bain. Une étrange apparition, dans ce paysage de conte de fées, d'autant plus que la nouvelle venue ne s'attendait pas à rencontrer du monde sur sa route. Elle s'apprêta à aller se dorer la pilule plus loin, avant de changer brusquement d'avis : tant que cette fille – car c'en était une – était là, elle pouvait toujours essayer de faire connaissance avec elle. Rien n'indiquait sa Maison, mais cette tignasse chatoyante ravivait de pas si veux souvenirs dans l'esprit de Roxane. S'avançant tranquillement, elle arriva enfin jusqu'à l'inconnue, constatant cette fois-ci qu'elle n'en était pas vraiment une : en effet, cette fille était bel et bien la batteuse des Unchained Hawks, qui ne l'avait d'ailleurs pas ratée lors du dernier match de Quidditch.


« Hello, comment ça se passe la bronzette ? Le soleil ne tape pas trop fort ? Non parce que je vais également m'y mettre, et je ne voudrais pas me métamorphoser en scroutt du jour au lendemain. » s'exclama facétieusement Roxane, tirant son interlocutrice de ce qui semblait une douce léthargie. « Ne t'inquiète pas, je ne vais pas t'obliger à te lever pour que tu me serres la main ou quoi que ce soit d'autre, je veux juste que tu me confirmes quelque chose : tu t'appelles bien Alyce ? Perso' mon nom est Roxane Moon. » poursuivit-elle en souriant, joignant le geste à la parole en s'asseyant en tailleur. Elle avait hâte d'en savoir plus sur la Serdaigle, si c'en était bien une. Cette journée s'annonçait véritablement excellente !

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

L’été arrivait à grands pas, et avec lui tout s’annonçait. Un retour dans la maison familiale, et Poudlard qui disparaitrait pendant deux mois. Avec lui, les amis, les cours, la routine installée pendant toute une année. Les vacances n’étaient pas le problème. Glander toute la journée, nager dans les eaux bleutées d’une plage brûlante sous un soleil de feu, tous ceci plaisait à Alyce. Cet été même, elle allait accueillir une chenille qui se métamorphoserait en papillon. Elle le regarderait papillonner à travers les champs, carnet à la main, prête à écrire toute sa métamorphose. Donc, les vacances s’annonçaient parfaites. Mais le problème était qu’il fallait retrouver sa mère. Une mère abandonnée, enceinte jusqu’aux dents, et avec qui le courant n’était pas repassée. Magnifique. Onze ans et des problèmes familiaux. Onze ans et on fait la jalouse sauf qu’après on le regrette. C’était un peu le sentiment qui comblait Alyce en ce moment. Elle s’apercevait de l’erreur qu’elle avait fait, ignorant méchamment sa mère et l’appel au soutien qui se lisait, mais trop tard. Quelle preuve d’égoïsme.

Il n’empêche que l’été arrivait à grands pas, et qu’il fallait mieux profiter des dernières semaines à Poudlard plutôt que de rester enfermer à se morfondre. Restée sur cette fabuleuse pensée, Alyce eut la brillante idée de bronzer son teint pâle. Quoi de mieux qu’une peau légèrement foncée avec ses grands yeux verts et sous sa chevelure rousse. Mais voilà qu’elle devenait coquette. Sa directrice de maison déteignait sur elle. Mais qu’importe. Aujourd’hui, c’était séance bronzette. Pour l’occasion, elle revêtit un maillot de bain deux pièces rouge écarlate achetée l’année passée. Et par-dessus, elle enfila sa robe de sorcier, qu’elle retirerait arrivée sur les berges du lac. Elle attrapa un tube de crème solaire et sortit de son dortoir. La salle commune vide était chaude et oppressante, Alyce s’empressa de vite rejoindre le parc.

Arrivée dehors, elle respira l’air pur et se dirigea vers le grand lac aux eaux profondes. Alyce contourna la rive pour se trouver un endroit à la fois isolé et ensoleillé. Elle arriva dans un coin plutôt tranquille, recouvert d’une herbe touffue et bien verte. Décidée, Alyce enleva délicatement sa tenue de sorcière et attrapa d’une main le tube de crème solaire. Elle étala soigneusement la substance blanchâtre pour éviter quelques coups de soleils qui ne trancheraient pas vraiment avec le reste de son teint. Enfin prête pour sa séance bronzage, elle s’allongea, cheveux au vent, et ferma les yeux, laissant divaguer son esprit çà et là.

«Hello, comment ça se passe la bronzette ? Le soleil ne tape pas trop fort ? Non parce que je vais également m'y mettre, et je ne voudrais pas me métamorphoser en scroutt du jour au lendemain.»

Réveillée en sursaut de sa semi-sieste, Alyce se redressa brusquement et observa la personne qui se trouvait devant elle. Elle semblait à peine plus âgée, avait des cheveux noirs comme ses yeux, une peau blanche qui trahissait le fait qu’elle non plus n’avait pas commencé l’option bronzage. Pourtant, Alyce était sûre de l’avoir déjà vu quelque part. La jeune rousse réfléchit, mais bien que cela lui paraisse évident, le lieu de leur rencontre restait inconnu.

«Ne t'inquiète pas, je ne vais pas t'obliger à te lever pour que tu me serres la main ou quoi que ce soit d'autre, je veux juste que tu me confirmes quelque chose : tu t'appelles bien Alyce ? Perso' mon nom est Roxane Moon.»

Roxane. C’était cela. Dès que le nom fut prononcé, tout lui revint. Roxane n’était autre que la poursuiveuse des Crochets d’Argent, contre qui les Hawks avaient joué le premier match de la saison. Alyce tenta de ne pas se remémorer la défaite humiliante qui pesait sur eux comme un lourd fardeau. Mais elle se reconcentra vite sur Roxane. Elle au moins connaissait son nom. Mais elle n’allait pas s’attarder dessus, aussi demanda-t-elle à la Verte la raison de sa venue.

« Oui, je suis bien Alyce. Et toi, tu joues avec les Crochets non ? Poursuiveuse ?Alyce fit une petite pause avant de reprendre d’une voix amicale.Sinon, tu viens bronzer ? Comme moi en fait… Il faut dire qu’avec l’été, on peut se lâcher sur la bronzette ! »

Ok, ce n’était pas top pour un début de conversation. Mais Alyce parlait toujours sans réfléchir, les mots étaient sortis de sa bouche comme ça. Et puis, ne valait-il pas mieux ça qu’un manque d’idées pour continuer la conversation bleue et verte ? Dans tous les cas, Alyce espérait qu’elle trouverait en Roxane une personne sympa pour passer un bon moment.

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

« Oui, je suis bien Alyce. Et toi, tu joues avec les Crochets non ? Poursuiveuse ? » lui donna pour toute réponse la dénommée Alyce, qui sortait bel et bien de quelque chose ressemblant fort à une sieste.

Ses yeux émeraude brillaient avec la lumière, et sa crinière rousse paraissait plus flamboyante que jamais. Roxane, qui possédait un physique pas du genre à tout casser, sentit une pointe de jalousie percer en elle. Elle avait vaguement conscience que c'était idiot de sa part ; mais que voulez-vous ? Elle avait toujours rêvé d'avoir les superbes yeux océan de son père, mais n'avait hérité que ceux, d'un brun sans envergure, de sa mère. Alors certes, cette dernière lui avait également refourgué d'autres atouts, mais tout de même, cela l'avait pas mal tracassé quand elle était enfant. A présent, elle ne se souciait plus trop de ce genre de futilités, même s'il lui arrivait, un peu comme maintenant, de ressentir cette émotion qu'elle aurait bien voulu laisser au placard. Tout ça pour dire qu'elle trouvait les yeux d'Alyce singuliers, et, aimant tout ce qui sortait de l'ordinaire, elle appréciait tout autant qu'elle enviait cette particularité.


« Exactement, la supeeerbe équipe des Crochets ! » s'exclama-t-elle gaiement, les yeux brillants à cette pensée. Elle ne comprit qu'après coup qu'elle avait fait une gaffe, son équipe ayant battu à plate couture les Bleus lors du match précédent ; sauf que justement, son interlocutrice en faisait partie. (Joueuse qui, il faut le préciser, avait quand même donné du fil à retordre aux Vertes, qui ne s'étaient pas remises de leurs coups de cognard de sitôt.) « Hum... Désolée si je ressasse de mauvais souvenirs, ce n'était pas mon intention. Personnellement, j'ai adoré joué contre vous ! L'adrénaline était là, en plus de ce cher cognard... » ajouta-t-elle par la suite, souriant à cette pensée.

Elle ne mentait aucunement, ce match s'était révélé en émotions on ne peut plus variées, tournant généralement autour du stress... Même Roxane, qui prenait habituellement tout à la légère, avait été concentrée comme elle ne l'avait jamais été, tant elle avait été happée par le discours d'avant match que leur avait concocté Elisabeth, leur capitaine. Cette fille savait gérer ses troupes, c'était certain ; d'ailleurs, les Crochets n'avaient pas manqué de la féliciter allègrement, sans oublier de se congratuler entre elles, ainsi que de se targuer un petit coup, bref elles avaient dépassé les limites du raisonnable à ce niveau là. Il n'empêche que fierté mise à part, les Unchained Hawks avaient magnifiquement joué ; Roxane souhaitait d'ailleurs bonne chance aux prochains malheureux qui devraient se les coltiner dans leur prochain match. Car franchement, voir quelqu'un vous voler le souafle sous le nez à chaque tentative de passe, c'était réellement horrible. En parlant de ça, il s'est avéré que la deuxième année avait compris ce que c'était quand on jouait la victime, et non le chasseur... Elle aurait bien aimé retarder cette conclusion un poil gênante, histoire de pouvoir se donner à fond sans culpabiliser contre les Red Lights. Au pire, elle chasserait cette idée de son esprit et on en parlerait plus. Oui, elle allait faire ça, c'était bien plus simple.


« Sinon, tu viens bronzer ? Comme moi en fait… Il faut dire qu’avec l’été, on peut se lâcher sur la bronzette ! » reprit Alyce d'un ton avenant.

Si ces propos ne débordaient pas d'originalité, Roxane s'en satisfit totalement, heureuse qu'elle était de faire une nouvelle rencontre. Son interlocutrice avait plutôt l'air sympathique, ne restait plus qu'à creuser d'avantage profondément pour pourquoi pas déceler le "noyau" de son caractère. Dans le cas où celui-ci s'avérait tout aussi cool, alors c'était parti, et il était fort probable que les deux filles se revoient très, très souvent.
*Arrête de tirer des plans sur la comète !* s'intima une nouvelle fois la Verte, comme elle le faisait tous les jours depuis qu'elle était en mesure de s'auto-réprimander. C'était une manie chez elle, il lui fallait toujours extrapoler au possible pour comprendre finalement qu'il lui faudrait être patiente. Elle en avait quelque peu assez de ces allers-retours incessants entre ciel et terre, mais comme on dit, on ne choisit pas sa conscience.

« Effectivement, c'est LE moment pour aller se dorer la pilule. » commenta-t-elle à son tour, souriant pour la centième fois depuis ce matin. « Ou piquer une tête, au choix. Ça te dirait, d'aller rendre visite à notre calamar préféré ? » dit-elle en riant, observant par-dessus son épaule les profondeurs insondables des ondes presque noires. Si elle ne savait pas, par des moyens détournés que je ne peux révéler ici-bas, que des créatures bizarroïdes faisaient trempette là-dedans, elle sûrement en train d'y patauger ; mais avec ce qu'elle en savait, la concrétisation de cette idée n'avait même pas effleuré son esprit.

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

«Exactement, la supeeerbe équipe des Crochets ! Bien entendu, la jeune Roxane savait bien que la défaite des Hawks avait été assez… humiliante. Et parler ainsi de leurs adversaires… Pas besoin de remuer le couteau dans la plaie, vraiment. Mais la poursuiveuse sembla s’en rappeler et s’excusa de sa gaffe. Hum... Désolée si je ressasse de mauvais souvenirs, ce n'était pas mon intention. Personnellement, j'ai adoré joué contre vous ! L'adrénaline était là, en plus de ce cher cognard...»

Ah, le cognard. Ah ce nom, elle sourit. Si il y avait bien deux objets qui étaient chers à ses yeux, c’était bien ce cognard ainsi que sa batte. Il faut dire qu’Alyce avait eu de la chance de se retrouver batteuse. Au départ, elle avait postulé en tant que poursuiveuse, mais un événement avait joué et elle ne pouvait pas jouer le match en tant que titulaire. Elle s’était donc retrouvé remplaçante avec aussi le poste de batteuse. Et le départ de Lana l’avait fait entrer sur le terrain. Et franchement, Alyce ne regrettait pas du tout son poste de poursuiveuse. Elle était vite tombée amoureuse de la balle noire furibonde, et de sa chère batte. Sur le terrain, la rousse devenait quelqu’un d’autre. Elle cognait, cognait, cognait jusqu’à ce que ça finisse. En fait en s’y penchant bien, c’était une drogue. Elle était addict, comme on le dit. Elle se retourna vers Roxane, sourire aux lèvres.


« Effectivement, c'est LE moment pour aller se dorer la pilule. Répondit-elle face à l’argumentation développée quelques secondes avant par la Serdaigle. Ou piquer une tête, au choix. Ça te dirait, d'aller rendre visite à notre calamar préféré ? »

Nager ? Alyce n’y avait même pas pensé. Elle n’était pas venue exclusivement pour bronzer, mais ses idées s’étaient arrêtées là. Enfin, peut-être pas tout de suite non ? Elle n’en savait vraiment rien. Il fallait dire que le soleil était à son point le plus haut dans le ciel azur, et la chaleur qui en émanait n’était pas moindre. L’envie de piquer une tête était tentante. Mais en même temps, la séance bronzage dans laquelle s’était lancée la jeune fille n’était pas terminée. Alyce n’était pas le genre de filles à se tirer les cheveux pour une plage d’horaire dépassée, mais un bronzage d’un seul côté… Mais elle ne voulait pas non plus paraitre coquette et prétentieuse devant Roxane. Attendez… Se prendre la tête pour des titilleries pareils ! Alyce n’en revenait pas d’elle-même. Et elle n’avait qu’onze ans…

« Peut-être après la baignade non ? Pour l’instant, je n’ai pas encore très chaud, enfin, c’est comme tu veux.Elle avait trouvé le juste milieu entre ses deux choix, et se promit de ne plus recommencer à se prendre la tête comme ça. Cela échauffait vachement le cerveau.Et sinon, tu as de la crème ? Parce que j’en ai, si tu as besoin… »

Elle lissa machinalement sa serviette pour enlever les plis qui s’étaient formés et s’allongea sur le ventre, tête vers la Verte. Roxane avait vraiment l’air sympa. Cool, réfléchie. Une jeune fille audacieuse. Enfin, ça, c’était tout ce qu’Alyce devinait en la regardant. Et elle savait qu’elle pouvait se tromper complétement sur le caractère de la Serpy. Avouons qu’elles ne se connaissaient pas beaucoup. Mais justement, c’était un peu le but de Poudlard. Chacun pouvait se retrouver, dans telles ou telles circonstances. Ainsi, le pressentiment qu’Alyce et Roxane s’entendraient sûrement bien s’amplifiait. La rousse avait hâte d’en connaitre plus sur la brune. Et cela se fera sûrement en riant. D’ailleurs, après quelques minutes qui lui semblèrent être une éternité passée à se faire dorer. Elle releva la tête. Finalement, la chaleur l’écrasait, l’étouffait. Elle avait bien envie de plonger, de nager. Alors, elle se leva, et s’approcha du bord du lac. Les créatures restaient bien sagement au fond, ainsi en se baignant sur les berges, Alyce ne craignait rien. Elle s’assit, et glissa lentement dans l’eau fraiche. Elle se mouilla la nuque, avant d’appeler Roxane, rester sur sa serviette.

« Tu viens, elle est super bonne ! »

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

Roxane appréciait de plus en plus la compagnie d'Alyce, cette fille lui paraissait réellement sympathique - et même son horripilante conscience approuvait, c'est pour dire. Elle était toute contente à l'idée de se rapprocher d'autres gens, qui, accessoirement, ne faisaient pas partie de sa Maison. Pas qu'elle en avait assez des Serpents, bien au contraire, elle ne se lassait jamais de leur compagnie... Enfin si, un tout petit peu. Je veux dire, elle les adorait, tous autant qu'ils étaient ou presque, mais avait bien envie d'élargir son champ social à l'échelle poudlarienne, sans compter les mauvaises rencontres qu'elle avait eu le malheur de faire ici et là. Si seulement ça n'avait pas existé, alors ç'aurait été parfait ! Seulement, la vie n'est pas toujours rose, et les Rouges y étaient souvent pour quelque chose (un jeu de mot très voire trop trivial ? Où ça ?). Une chose était sûre, Alyce ne pouvait être destinée qu'à devenir une amie, à la limite une bonne impression ; du moins c'était ce que prouvait leur départ favorable. (Et s'il était possible que les choses dégénèrent, c'était que Roxane n'avait franchement pas de chance.)

« Peut-être après la baignade non ? Pour l’instant, je n’ai pas encore très chaud, enfin, c’est comme tu veux. Et sinon, tu as de la crème ? Parce que j’en ai, si tu as besoin... » lui proposa la Bleue, s'allongeant tranquillement sur sa serviette de sorte à ce que les deux filles soient à peu près en face l'une de l'autre.

*Parce qu'elle a vraiment pris ma proposition au sérieux ? s'interrogea Roxane, incrédule, avant de revenir sur sa décision : Oh et puis après tout, pourquoi pas ? Ça pourrai être marrant.* Ses commissures se relevèrent en un sourire espiègle, et son cerveau se mit à tourner à cent à l'heure. Elle s'imaginait déjà nager dans l'eau délicieusement fraîche du lac, avec sous la plante de ses pieds la texture d'algues extrêmement visqueuses... (Hum...Écartons ce détail, voulez-vous.) Faire la planche, sentir les ondes courir sur sa peau désormais bronzée, tout en cherchant à définir les épars nuages cotonneux qui meublaient ces cieux infinis, et avec lesquels il fallait pas mal d'imagination pour réussir à leur donner une quelconque signification... Être heureuse, tout simplement, avec quelqu'un que l'on aime, ou que l'on va apprendre à aimer, comme c'était le cas de Roxane et Alyce.

La Deuxième Année avait toujours aimé patauger, que ce soit dans son bain, la piscine municipale ou la mer. Elle adorait la mer, son impétuosité, le fait qu'elle soit totalement incontrôlable. Les Hommes avaient réussi à dompter bon nombre de choses, mais rien ne pouvait arrêter la nature à l'état brut, tout comme les digues les plus importantes ne sauraient contenir la fureur des eaux. Toutes ces catastrophes naturelles, quoique tragiques, servaient peut-être à rappeler aux impudents que tout n'était pas modulable, loin de là, et que la nature reprendrait toujours ses droits, quoi qu'il lui en coûte. Pour la Verte, le plus bel endroit du monde était la péninsule bretonne où elle avait passé son enfance, là où les vagues prouvaient chaque jour leur force de caractère aux villageois. Alors oui, c'était perdu au milieu de nulle part, si excentré que cela en devenait improbable, et surtout, surtout ! Vous faisiez une gaffe, et tout le monde était forcément au courant. (Les rumeurs s'étendaient comme une traînée de poudre - d'autant plus que la jeune Roxane s'amusait d'ores et déjà à les faire enfler comme la levure gonfle un gâteau au four...) Donc certes, c'était un peu de tout ça, mais la singularité sublime de l'endroit, du moins aux yeux de la brunette, envoyait valser les quelques désagréments qui incombaient cette vie de Robinson Crusoé (j'exagère à peine).

J'en étais donc au fait que l'adolescente, adorait, que dis-je, idolâtrait nager, et que la perspective de piquer une tête devenait de plus en plus tentante à ses yeux. Elle se retint tout de même de s'y jeter en robe, ce n'aurait franchement pas été pratique, et c'est pourquoi elle se contenta tout d'abord de se déshabiller, découvrant sous ses vêtements un maillot deux pièces ainsi qu'une peau décidément trop blafarde. Sitôt qu'elle eut vu ce spectacle affligeant, la Verte se promit de bronzer au moins un chouïa, quitte à sacrifier de la baignade. Cette carnation là, ça ne pouvait plus durer.


« Ce serait avec plaisir ! Merci beaucoup » répondit précipitamment Roxane, se dépêchant de se badigeonner de crème solaire. Elle poursuivit, tout en se tartinant : « Heureusement que tu es là, ou je n'imagine pas les coups de soleil que je me serais coltinée en rentrant sinon. Vu que t'as la peau aussi blanche que moi, tu dois aussi connaître ça, j'imagine »

Elle pouffa légèrement, sans pour autant oublier tout à fait les rougeurs cuisantes qui étaient apparues sur sa peau l'été dernier, alors qu'elle avait eu l'outrecuidance de s'offrir aux rayons dévastateurs du soleil sans protection préalable. Depuis, elle ne faisait plus ce genre d'erreurs, ou du moins elle y pensait la plupart du temps ; en prouvait son oubli impardonnable de crème solaire...

S'étalant de tout son long sur sa serviette, offrant son dos aux dangereux ultra-violets, Roxane sombra peu à peu dans une léthargie bienheureuse, son esprit dérivant tel un radeau sur un océan infiniment placide. Elle était excellemment bien, et bizarrement, toute envie de barboter d'une quelconque manière s'effaça de son cerveau, ne laisser qu'une seule et unique idée : Qu'est c'que j'suis bieeen ! Tout le reste n'était que secondaire, des extras sans grande importance ne méritant aucunement une attention quelconque. Pour dire la vérité, si Alyce n'avait pas rappelé notre Verte à l'ordre, celle-ci serait restée là à cuire encore un bon moment.


« Tu viens, elle est super bonne ! »

Entrouvrant les paupières avec une mauvaise grâce à couper le souffle, la Deuxième Année se posa sur ses coudes, dépliant son corps quelque peu endolori. Elle jeta un coup d’œil agacé à sa camarade, ne pouvait-elle pas la laisser tranquille ?, avant de comprendre, comme si on lui mettait un coup de poing dans l'estomac, que son corps, quoiqu'envahi de fourmis chasseresses, était littéralement en train de brûler. (Ne riez pas, ceci n'est pas une plaisanterie.) Elle ne s'en était pas rendue compte jusque là, mais son retour à la réalité, en plus de la rendre totalement pâteuse, lui avait fait méchamment comprendre que si elle restait là une minute de plus, sa peau passerait de porcelaine à tomate bien mûre. L'horreur.

Poussant un
« Ouch » peu glorieux, elle se releva à vitesse grand V, piqua un sprint effréné jusqu'à la berge et, sans s'arrêter une seule seconde, s'immergea presque entièrement dans les eaux insondables du lac. Cela lui fit un bien fou, et elle poussa un couinement très peu serpentardesque, soulagée comme pas possible. *Si j'avais su, j'y serais allée plus tôt !*

« Woaw t'as raison, elle est supra-bonne ! » lança Roxy à Alyce, souriant tellement qu'elle en avait mal aux zygomatiques. Elle se rapprocha d'elle en nageant énergiquement. « Ça te dirait d'aller un peu plus loin ? Comme ça, pour voir » Toute sa prudence s'était envolée, pour le meilleur ou pour le pire ? Quant à la Première Année accepterait-elle ? Bonnes questions.

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

Alyce attendait tranquillement dans l’eau que ses paroles réveillent Roxane car oui, la Verte s’était endormie, du moins elle en avait l’air. Et l’adolescente ne mit pas bien longtemps pour trouver le réveil. Ses paupières s’entrouvrirent, et son regard se tourna vers Alyce. Un regard quelque peu agacé. La rouquine répondit par un sourire rieur, en voyant la jeune fille se relevait douloureusement en marmonnant des choses à peine audibles par Alyce. Puis Roxane se releva très vite, comme pour fuir le soleil qui effectuerait un changement de taille sur sa peau blanche. Et elle courut comme une folle vers le lac, et sans prendre le temps de s’humidifier le corps, elle sauta dans l’eau fraiche, éclaboussant la berge et Alyce sur son passage.

« Woaw t'as raison, elle est supra-bonne ! » Roxane nagea jusqu’à la hauteur d’Alyce avant de continuer. « Ça te dirait d'aller un peu plus loin ? Comme ça, pour voir »

Quand Alyce parlait d’audace, elle n’avait pas tort. Nager plus loin, c’était synonyme de « nager jusqu’à trouver des méchantes bêbêtes au fond du lac ». Mais après tout, qu’importe ? Alyce n’avait jamais était vraiment confrontée à des créatures affreuses et hideuses, encore moins sous-marines. Normal, quand on apprend ses origines seulement à l’âge de neuf ans. Et la règle d’or qu’on lui avait apprise était : n’ai peur que de ce que tu as déjà rencontré. Bon, cette règle ne s’appliquait évidemment pas au grand méchant loup ou aux assassins par exemple, mais c’était vrai que même si les créatures qui peuplaient les fins fonds du grand lac de Poudlard n’étaient pas aussi gentilles qu’un vulgaire toutou de compagnie, ce n’était guère une raison de les craindre comme la peste.

Ainsi, après ce petit moment d’intense réflexion, la Serdaigle déduit que rendre visite au centre du lac n’était pas une mauvaise idée. Cela pouvait même être amusant.


« Allez, pourquoi pas ! Cela pourrait être drôle ! »

Elle accompagna d’un petit passage sous l’eau qui lui rafraichit le crâne. En immergeant à la surface, elle ramena ses cheveux humides pour ne pas les avoir sur les yeux, puis commença à nager vers le centre du lac, doucement quand même, pour guetter la moindre arrivée d’une créature singulière. Elle se retourna vers Roxane.

« C’est parti ! » Lança-t-elle d’une voix enjouée.

Et elle attendit que Roxane la rejoigne, tout en jetant des regards ça et là. En effet, les deux élèves étaient pour l’instant les seules à nager dans les eaux profondes du lac, et Alyce espérait grandement que beaucoup d’autres ne viennent pas. Pas par pur égoïsme non, mais l’endroit était si calme que la présence d’une multitude de sorciers aurait brisé ce silence si apaisant.


Reducio
Je m'excuse pour cet abominable retard, mais vacances+ordi cassé, il fallait bien que j'en paye les frais. :)

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

Roxane était heureuse. Elle venait de rencontrer une fille qui, comme elle, avait assez d'audace pour se jeter tête la première dans l'inconnu, quel qu'il soit, une fille aux cheveux flamboyants, aux magnifiques yeux verts et au sourire communicatif. Elle n'avait pas fait de si belles rencontres depuis un bout de temps, et ne regrettait pas d'avoir abordé cette Bleue au bord du lac, alors une inconnue pour elle. Et maintenant ? Elles étaient toutes deux là à patauger comme des folles dans l'eau, sans se soucier du temps qui passe, pas plus que de ce qui leur arriverait si on les voyait nager dans les ondes noires du lac ; car - elle n'en était plus sûre - avaient-elles vraiment le droit de se baigner ici bas ? Impossible à savoir, mais maintenant qu'elles y étaient, elles n'allaient pas ainsi rompre le charme qui s'était tissé au fil de ces si précieux instants. C'était un des plus bels après-midi qu'elle avait passé à Poudlard, et une chose était sûre : elle comptait bien en profiter, et plutôt deux fois qu'une !

« C’est parti ! » s'exclama gaiement Alyce, bientôt rejointe par une Roxane toute aussi joyeuse.

Elles commencèrent à nager, tranquillement, sans se presser, déjà pour apprécier le moment présent, mais également - elle n'étaient pas folles non plus - au cas où des créatures étranges jailliraient du lac par on ne sait quelle impulsion subite. C'était une sorte d'accord tacite entre elle, d'avancer doucement, paisiblement. Elles pouvaient ainsi apprécier pleinement la sensation de l'eau fraîche sur leur peau, du soleil qui les caressait de ses rayons, de la sensation des muscles qui travaillaient au rythme de leur nage, et tout simplement, discuter sans couler au fin fond du lac par manque d'air ! Elles continuèrent ainsi un moment, jusqu'à s'en lasser, et de décider de s'allonger pour faire la planche. Ses cheveux flottant autour d'elle comme un écrin de jais encadrant son visage de porcelaine, avec ses joues rosées par l'effort, Roxane incarnait une sorte de Blanche Neige revisitée ; mais cela, elle ne le sut pas, évidemment. En fait, elle s'était inconsciemment détachée du monde, son esprit pour une fois vide de toutes pensées. Malheureusement, et parce que toutes les bonnes choses ont une fin, cela ne dura pas longtemps... Ce n'aurait pas été gênant si ç'avait été Alyce qui l'avait tirée de sa torpeur ; or, ce ne fut pas le cas.

Imperceptible. C'est le mot. Il y avait quelque chose d'imperceptible qui bougeait non loin d'elles. Pacifique ? Dévoreur d'enfants ? Impossible de le savoir. Mais comprendre qu'un truc pas net se trémoussait à côté, dans l'eau insondable, c'était franchement terrifiant. Et Roxane, impulsive comme à son habitude, ne se gêna pas pour lâcher un gémissement apeuré tristement ridicule. Elle s'employa par la suite à garder son calme, lançant un coup d’œil à une Alyce dont elle n'aurait su dire si elle était aussi effrayée qu'elle. Avait-elle entendu, au moins ?


« T'entends c'que j'entends ? » grinça la Verte, incapable de faire le moindre geste, tant par crainte qu'espoir de voir la bestiole s'en aller si elles ne bougeaient plus un cil.

Reducio
Avec l'horrible retard que je viens de cumuler, nous voilà à égalité maintenant x) Désolée !

P.S. : Dans un souci de cohérence, j'ai eu l'autorisation d'Alyce pour la faire agir dans ce post.

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

Cette après-midi était géniale. Vraiment. Jamais, en arrivant que les berges du lac, maillot enfilé, serviette et crème solaire sous le bras, la jeune Alyce n'aurait imaginé qu'elle se retrouverait une heure après la tête la première dans l'eau fraiche. Qui plus est, avec une fille vraiment cool, adorable et drôle. Roxane avait toutes ses qualités qui faisait d'elle une fille agréable avec qui on avait envie de passer une bon moment. Et c'était ce qui était en train de se passer. Alyce se plaisait dans l'eau, nageant en compagnie de la Serpy, sous le soleil écrasant et sa chaleur. En plus d'être rafraichissante et d'avoir sauvé la rouquine des brûlures infligées par cette grosse boule de feu qu'était le Soleil, cette baignade était une réelle partie de plaisir, plaisir qu'elle n'avait presque pas connu depuis sa rentrée à Poudlard. Et ça grâce à Roxane, car la Préfète devait bien avouer que si la Verte n'avait pas été là, elle ne serait évidemment pas rentrée dans l'eau. Elle serait restée allongée sur la berge, en bronzant, à regarder tristement les vaguelettes que l'eau formait à la surface. Seule.

Mais la chance lui souriait donc, et depuis que Roxane l'avait aborder, la rouquine était heureuse. Car en plus de passer une après-midi de rêve, elle s'était presque fait une amie. Elle ne connaissais pas vraiment Roxane mais le fait de s'amuser de cette façon, presque illégale, prouvait bien que ce n'était sûrement pas la dernière fois que les deux jeunes filles se croisaient. Dans tout les cas, Alyce s'amusait avec une jeune fille qu'elle appréciait, et c'était bien le principal.

Les deux fillettes étaient donc là, nageant vers le milieu du lac, tout en se souriant et en discutant de chose et d'autres. C'était plutôt bien car de cette façon, elles pouvaient profiter un maximum de l'eau douce du lac, qui agissait comme une caresse à chaque mouvement, et de la chaleur du soleil qui chauffait juste assez pour accompagner cette caresse aquatique, et ne pas les rendre rouge écarlate à cause des forts rayons. Elles continuèrent comme ça un bon bout de temps jusqu'à ce qu'elles décident, d'un accord commun, de quitter leur stade nage pour se mettre sur le dos et faire la planche. Alyce se retourna et ferma instantanément les yeux pour éviter de croiser la lumière intense du soleil. Elle sentit ses muscles se décontractaient, son corps entiers se relâchait. Alyce était tellement bien, reposée sur cette eau trouble, face contre le ciel. Ses pensées s'évadèrent tandis que son esprit virevoltait à travers les nuages, les eaux et les montagnes, tout ce qui lui passaient par l'esprit au moment même. La rouquine était prête à s'endormir, les yeux fermés, l'esprit déjà dans ses rêves, bercé au son des clapotis légers de l'eau.

Mais lorsque la voix de Roxane vint se mêlait aux sons des petites vagues, Alyce ouvrit les yeux et se releva, quitta son stade endormissement et planche en même temps. Elle aperçut sa camarade, affolée, le regard fixé vers le centre du lac. Elle lança un coup d'oeil à Alyce, cherchant à savoir si elle aussi avait perçu la même chose qu'elle. Mais cette chose justement, qui affolait et terrorisait Roxane, qu'elle était-ce? Car la rouquine n'avait rien entendu ni vu, ni même senti.


"T'entends c'que j'entends ?" Demanda la Serpy d'une voix tremblante, le regard toujours fixé sur le centre.

Alyce allait répondre par la négative, lorsqu'un bruit lui parvint aux oreilles. Et par la barbe de Merlin , la jeune fille savait que c'était cela qu'entendait Roxane. Un bruit indescriptible, un son rauque et grave à la fois. D'un mouvement, Alyce rejoint Roxane, et presque collée à elle, fixa le lointain pour espérer ne pas voir la créature propriétaire de cette voix surgir des eaux noires. D'habitude, Alyce n'était pas trouillarde, mais là, il fallait avouer qu'elle n'était pas bien rassurée. Peut être le fait que Roxane soit légèrement plus âgée qu'elle l'avait poussé à la rejoindre et à reposer sa confiance en elle. Néanmoins, la rouquine resta concentrée, cherchant dans ses souvenirs d'où pourrait provenir ce bruit.

Elle n'eut n'y à chercher longtemps, ni à chercher loin. La réponse était là, à quelques mètres seulement du duo de nageuses. Alyce sentit l'eau bougeait, et avant même qu'elle puisse avoir une quelconque réaction vis-à-vis de ce changement, la bête marine avait surgit du lac et regardait droit devant elle, c'est à dire les deux jeunes filles. Alyce n'eut même pas le temps de mémoriser la tête hideuse de la créature car sous l'effet de la surprise, elle se retourna instantanément vers la berge. Elle empoigna fermement la main de Roxane et tira dessus en criant.


"Cours!! Pardon... Nage!!"

A cet instant précis, la préfète se qualifiait de trouillarde, mais à vrai dire, elle avait trop peur pour y penser. Tout ce qu'elle espérait, c'était que la bête des fonds marins de soit pas prise d'une envie soudaine de les attaquer.

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

« Cours !! Pardon... Nage !! »

Roxane commençait sérieusement à douter qu'Alyce ait un quelconque sens des priorités. S'excuser pour s'être trompé de mot ? Franchement ? Elles avaient un monstre marin aux trousses là ! Si elle croyait que la chose qui barbotait derrière elle allait attendre qu'elle en ait fini avec ses cafouillages, alors elle avait tout faux. L'heure n'était plus aux faux-semblants, à la détente ni à rien d'ailleurs. Il y avait des chances que Mister Monstre les dévore comme dans les contes que l'on lit innocemment aux enfants pour les aider à s'endormir, et on entendrait plus jamais parler d'elle, sauf peut-être dans la rubrique "faits divers" de la Gazette du Sorcier, et ça, c'était hors de question. Ambitieuse qu'elle était, la Verte comptait bien se faire une place dans le célèbre journal, mais dans un tout autre registre, quel qu'il soit. Seulement, et pour l'heure, découvrir son éloge par hasard à la page numéro six ne faisait pas partie de ses priorités, qui consistaient davantage en sa survie pure et simple. Elle n'avait jamais été confrontée à pareille situation, et aurait bien aimé que cela n'arrive jamais. Malheureusement, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle, puisque c'était son idée de se rendre au beau milieu du lac en supposant avec une crédulité affligeante qu'il ne lui arriverait rien. Bon, Alyce l'avait rejoint, ce qui signifiait quand même qu'elles étaient toutes les deux fautives, mais en cet instant, cela ne les aidait pas beaucoup à échapper aux mains, ou plutôt aux griffes – à moins que ce ne soit des palmes ? – de Mister Monstre.

Car elles ne faisaient que cela : elles nageaient, nageaient, nageaient encore et encore, avec une ténacité et une fougue jamais connue jusqu'alors. La terreur qu'elles éprouvaient toutes deux en cet instant démultipliait sensiblement leur vitesse, et là où elles passaient, une mince ligne d'écume se formait derrière elles, tandis que le bruit de leurs corps claquant contre l'eau noire faisait une cacophonie de tous les diables. Roxane, à qui l'eau semblait tout à l'heure à une température délicieuse, lui apparaissait maintenant comme glacée, en témoignaient ses lèvres légèrement bleuies. Elle ne savait combien de temps elles étaient restées là toutes deux, à buller en faisant la planche, mais une chose était sûre : c'était trop, trop longtemps. Elles avaient peut-être abusé de l'hospitalité du lac, assez pour que Mister Monstre se sente obligé de pointer le bout de son nez ?

Le temps de parvenir à la berge parut une éternité pour Roxane, mais quelle délivrance ! A mesure que l'eau s'amenuisait, elle avait lentement déplié son corps, passant d'une nage effrénée à une course qui l'était tout autant, de sorte qu'elle n'arrivait plus à s'arrêter une fois sur la rive. Elle s'écroula sur le sol, quelques mètres plus loin, à bout de souffle et les nerfs en vrac. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle était vivante. C'était complètement absurde, mais le simple fait d'être encore en vie lui paraissait un miracle. Rejoignant son amie, pantelante, elle posa sa main sur son épaule, et dit, une pointe d'hystérie dans la voix :


« On a réussi... On a réussi ! »

Lorsqu'elle regarda vers le lac, la main en visière, elle aperçut Mister Monstre au loin, qui n'avait pas bougé d'un pouce. Soit il était retourné très vite à son point de départ, soit il ne les avaient jamais poursuivies, tout compte fait. Mais qu'importe : Roxane avait malgré tout passé une superbe après-midi, et se languissait déjà de repasser du temps avec sa nouvelle copine. En attendant, il lui fallait rentrer, ou elle allait encore se faire épingler pour être arrivée au dîner en retard.

« On se refera ça, t'en dis quoi ? » plaisanta-t-elle, avant d'enfiler sa robe sur son maillot encore mouillé et de plier sa serviette, annonçant le point d'orgue de ce moment passé avec Alyce. Elle serait réellement ravie de revoir la Bleue... Sans monstre à la clé si possible.

Reducio
Fin du RP pour moi, je te laisse conclure ! Merci pour tout, c'était top ! :)

Bronzette inter-Maison & crème solaire à profusion.  PV 

Le temps semblait ralentir à mesure que Roxane et Alyce progressaient vers la berge. Les secondes devenaient une éternité, et la rouquine avait l'impression que tous ses gestes étaient bien plus lents que la normal, que chacun de ses membres était à présent lourd et difficile à déplacer. En fait, tout lui faisaient pensé qu'elle n'arriverait jamais à sortir vivante de la course poursuite qu'elle était en train de faire avec le monstre marin géant et inconnu du lac. A vrai dire, Alyce ne savait rien de celui qui était sensé les poursuivre, elle avait seulement aperçu sa tête hideuse qu'elle n'avait même pas eu le temps de mémoriser. En effet, rien que le bruit que l'étrange créature avait fait l'avait mis sur la piste que tout ce qui se passait au centre de ce lac n'était pas très clair et lorsqu'elle avait vu la tête de la bestiole surgir de l'eau en éclaboussant de petites vaguelettes la surface habituellement calme, elle s'était de suite retournée pour nager vers la rive le plus vite possible. En criant bien évidemment et en indiquant à Roxane de la suivre. La Serpy avait sans doute elle aussi vu le monstre car les deux fillettes se retrouvèrent bien vite à côté en train de nager dans tous les sens, prêtes à pulvériser le record mondial.

Alyce ne pensait plus qu'à une seule chose. Nager. Nager, le plus vite possible, pour échapper à Freddy les griffes de la nuit version aqua. A ce moment-là, on ne pensait plus du tout à s'appliquer, à bien exécuter les mouvements des jambes et des bras, à respirer au bon moment. Si Alyce devait dire quel nage elle faisait, elle la qualifierait sûrement plus d'une danse qu'autre chose. Le genre de danse typique aux pays africains, accompagnées de chansons dans tous les dialectes. Le genre de danse où les pied et les mains sont à la limite du n'importe quoi, un peu ce que faisait Alyce en ce moment. Elle jetait de temps en temps un coup d'oeil à Roxane et s'apercevait qu'elle non plus n'accordait pas grande importance au style de nage utilisé. Quand on a un monstre à ses trousses, on s'en fiche un peu.

La rouquine se demandait où se trouvait le monstre à ce moment. Elle cherchait à savoir la distance qui la séparait de lui, mais cela risquait d'être compliqué si elle ne tournait pas la tête et ne regardait pas derrière elle. Mais c'était trop risqué, et mieux valait continuer de nager, ou plutôt avancer dans l'eau, sans s'arrêter. Sans penser à rien d'autres. Mais malheureusement, c'était une multitude, une montagne de pensée qui s'accumulaient en même temps dans la tête d'Alyce. Elle se demandait beaucoup de choses, posait des questions à son propre esprit. Elle refaisait même le parcours de toute sa vie, au cas où elle s'arrête là. Qu'allait-il se passer si Roxane et Alyce y laissaient leur peau? Comment les gens réagiraient-ils? Tout un tas de scénarios emplit le cerveau de la rouquine, qui imaginait les pires catastrophes.

Que le temps lui paraissait long. Elle n'avait pas souvenir d'avoir nager aussi longtemps pour arriver au centre du lac. Comme quoi, lorsqu'on est avec une amie et qu'on rigole, tout s'accélère. Mais quand on est poursuivis par un monstre marin, les secondes sont des heures. La loi du temps était bien compliquée. Mais enfin, Alyce aperçut la berge. Petit à petit, elle sentit le sable sous ses pieds qui touchaient à présent le fond. La rouquine finit sa course en marchant, éclaboussant tout sur son passage, dont Roxane à ses cotés. Elle arriva sur la berge et s'écroula sur l'herbe et le sable, le souffle saccadé. Lorsqu'elle eut enfin reprit ses esprits, elle se tourna vers Roxane, qui semblait être la plus heureuse du monde.


"On a réussi... On a réussi !"

Alyce leva les pouces en signe de victoire, incapable de prononcer le moindre mot. Elle jeta un regard vers le lac, là où se tenait le fameux monstre. Il n'avait pas bougé, sûrement que les élèves de Poudlard ne l'intéressaient pas pour son repas. Et bien, cette course-poursuite à sens unique avait été inutile. Mais qu'importe, car même s'il y avait eu beaucoup de frayeur, en y repensant, c'était quand même amusant.

"On se refera ça, t'en dis quoi ?"

Roxane renfilait sa robe par dessus son maillot et Alyce fit de même. Elle rassembla ses affaires en un gros tas qu'elle fourra dans le sac qu'elle avait amené pour l'occasion.

"Oh oui, c'était génial! Même avec Patapouf notre copain monstre! "

Elle finit sa phrase en rigolant. Cette après-midi avait été extraordinaire, car plus que tout, elle lui avait permis de se faire une nouvelle amie.


Reducio
Fin du Rp! C'était super! Merci beaucoup Roxanou ^^

~Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent !~
Club de théâtre au CB, n'hésitez pas à y passer!