Lac

Inscription
Connexion

Une Gryffondor en or ou en plastique ? <PV Esther Goldsmith>

Le lac était l'un des endroits impressionnants qu'Andrew n'avait jamais osé découvrir seul. Il avait peur de marcher jusqu'à ce lieu un petit peu décentré par rapport au parc de Poudlard ; plus sombre, plus humide, plus flippant en somme. Andrew n'avait parlé à personne de sa peur face à la visite de ce lac alors qu'il en rêvait bien souvent. Maintenant qu'il commençait à faire des connaissances dans Poudlard, il aurait pu proposer une balade dans ce secteur. Trop timide pour exposer ses idées, il cherchait un accompagnateur, en vain. C'est alors qu'un midi ensoleillé, le jeune homme prit la décision de sauter le repas - pourtant délicieux - des elfes, et d'aller faire un tour dans le parc parfumé des fleurs et bourgeons naissants. Lorsqu'il franchit le seuil de la lourde porte d'entrée, la lumière du soleil brillant venait lui rétrécir les pupilles. Ses petits yeux verts se rétractèrent ni une ni deux et Andrew, éblouit se mit à sourire ! L'hiver avait clairement laissé place au printemps qui très vite laisserait place à l'été tant attendu par les élèves (ainsi que les professeurs). Andrew fit quelques pas afin de s'éloigner du château et du coin de l’œil il pouvait dès à présent apercevoir le lac tant convoité. Alors qu'il allait s'assoir sur un petit brin d'herbe afin de se prélasser en chassant son rêve de lac il repéra trois jeunes qui s’en allèrent vers, devinez quoi, le lac ! La chance ! Andrew ne réfléchit pas plus longtemps et bondit sur ses pieds. Il ne fallait pas qu'il loupe sa chance, il pouvait foncer et enfin découvrir ce nouveau lieu de Poudlard. De loin, il prit la même direction que les autres sorciers. Alors qu'il suivait le petit sentier de loin il sentait le soleil se cacher à mesure qu'il s'approchait du lac. Comme si celui-ci craignait lesdites "eaux troubles" du lac. Comme si aussi, la nature s'évanouissait à mesure qu'on approchait des grands arbres dressés aux alentours de la grande marre. Comme si les oiseaux étaient bloqués par un champ de force les empêchant de venir chanter jusqu'à là. Le lac n'était pourtant pas maudit et personne n'en avait interdit l'accès en début d'année, mais c'est vrai qu'à la sortie de l'hiver, les bords de celui-ci paraissaient mourants et menaçants. Tandis qu'il s'échappait à de drôles de pensées au sujet de la noirceur du lac, Andrew n'avait pas vu que les personnes qu'il suivait avaient pris une autre route. Il était donc maintenant seul et bien engagée sur le chemin du lac. Les arbres semblaient géants et les cimes formaient comme un grand parapluie. La terre s'assombrissait et là devant lui l'eau doucement frissonnait. Il avait réussi ! Il avait atteint son but. Andrew était arrivé au bord du lac. La rumeur qui disait que son eau était si trouble qu'on y voyait vraiment pas le fond était vrai. Seuls les arbres, enfin le parapluie d'arbres, et le visage éberlué d'Andrew face à ce reflet, dansaient sur l'eau trouble. On lui avait dit, enfin il avait entendu dire, de quelqu'un qui avait entendu dire la chose répété par quelqu'un d'autre qui connaissait la vérité sur la lac, on lui avait donc dit que s'il s'approchait, le nez collé à l'eau il pourrait peut-être voir à travers l'eau. Néanmoins, si toutefois il se tentait à l’expérience il avait une chance sur deux de se faire croquer le nez par une sirène de l'eau du lac - elles n'avaient rien de mignon ou de féerique comme dans les dessins animés moldus. Force lui était de vérifier la légende, car Andrew détestait qu'on lui mentît. Il approcha dans un morne silence et en retenant profondément sa respiration la tête de l'eau. De plus en plus près, de plus en plus concentré. Maintenant son visage commençait à se confondre avec l'intérieur de l'eau. Il pria une dernière fois qu'aucun être ne lui soit hostile et ne lui morde le nez.

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

Une Gryffondor en or ou en plastique ? <PV Esther Goldsmith>

La jeune fille sauta hors de son lit et se précipita vers le rideau qu'elle tira avec force pour laisser les rayons du soleil s'engouffraient dans le dortoir. Elle laissa un sourire narquois glisser sur ses lèvres lorsqu'elle aperçue la tête de ses camarades de dortoir sortirent légèrement de sous les couettes, les yeux à moitié clos. Esther n'était pas du genre à flemmarder dans son lit, bien au contraire, elle avait sans cesse besoin de se défouler pour se sentir vivante. La jeune lionne s'approcha de la fenêtre qu'elle ouvrit avec précipitation et exposa son doux visage aux rayons du soleil, en souriant de ravissement. La Goldsmith était au château depuis peu mais elle s'était faite la promesse d'en visiter tous les recoins et son objectif aujourd'hui se résumait en un mot : le lac. Le cours de Défense contre les forces du mal n'avait d'ailleurs pas réussit à la faire changer d'avis, malgré les dangers auxquels elle allait s'exposer si elle réveillait les créatures marines, telles que les strangulots. La Gryffondor enfila rapidement sa tenue aux couleurs de sa maison et dévala les escaliers de la tour avant de sortir de sa salle commune. Pour faire plaisir à ses amies, elle se glissa dans la Grande Salle pour attraper une tartine au vol et se précipita à l'extérieur du château en croquant dedans.

L'hiver avait enfin disparu, et la neige avait fondue pour laisser place à une grande étendue d'herbe bien verte. Un sourire ravi s'empara des lèvres rouges de la gamine alors qu'elle courrait dans le Parc. Elle savait le lac un peu en retrait et n'arrêta donc sa course folle que lorsqu'elle constata - avec ravissement - que les élèves se faisaient de moins en moins nombreux dans ce coin-là. En même temps l'ambiance était bien moins conviviale, elle était d'ailleurs lugubre, et Esther avait presque l'impression que le soleil s'était éteint au fur et à mesure de son avancée. La petite fille se massa l'arrière de la nuque, légèrement mal à l'aise. Elle qui avait soif d'aventures et qui était courageuse, elle hésitait à rebrousser chemin. Son regard fut alors attiré par une silhouette un peu plus loin : un jeune garçon, à peine plus âgé qu'elle, était penché sur le lac. Il n'avait pas peur qu'un strangulot vienne enrouler ses longs doigts autour de son bras pour le tirer dans les eaux profondes ? En tout cas l'intrépidité du jeune homme n'était pas pour déplaire à la petite Goldsmith et elle se précipita vers l'inconnu. Sans un mot, elle s'agenouilla à côté de lui, prit une grande aspiration, et plongea son visage dans l'eau. Gardant - tant bien que mal - les yeux ouverts, elle tourna la tête vers le jeune garçon attendant une réaction de sa part.

→ Gryffondor du mois de Juin

Une Gryffondor en or ou en plastique ? <PV Esther Goldsmith>

Il était évident qu'Andrew n'avait pas pu imaginer ce qu'il venait de ce passer. L'élément qui allait perturber son ascension vers l'eau du lac ne venait pas du fond de celui-ci mais de derrière lui. En quelques secondes il vit une masse aux cheveux longs et à la robe rouge venir plonger sa tête dans l'eau sombre et froide. Elle semblait heureuse et satisfaite de son action, car Andrew avait pu l'apercevoir tourner le visage vers lui, alors qu'elle tenait l'apnée. Il est vraie que la gaité et l'entrain de la Gryffondor - à en juger le rouge omniprésent sur son vêtement - avait redonner du baume au cœur de notre blaireau. A ce moment-ci, les journées de sa vie moldus lui revinrent en mémoire. Lui qui était si intrépide et courageux avant, avait perdu sa flamme une fois l'école Poudlard intégrée. L'annonce de sa nomination au titre de sorcier l'avait tellement déstabilisé que depuis quelques mois, Andrew avait perdu sa nature première : la folie ! Il aimait se lancer dans de courageuses escalades et courir des heures le visage au vent, afin d'atteindre le sommet d'un mont qu'il dégringolerait en se roulant dans l'herbe jusqu'en bas. Tout cela s'était effacé de sa mémoire, mais ce matin, le passé l'envahi. Mais d'un côté, si le choipeau, pour lui, avait choisi la maison Poufsouffle, c'était surement que son courage antérieur n'était pas aussi fort que sa loyale gentillesse. Dans tous les cas, cette intrusion qui souffla sur la braise de sa folie, venait de rallumer la flamme en lui. Ni une, ni deux, il accompagna sa camarade en plongeant le visage tout entier dans l'eau noire du lac.

La bouffée de fraicheur lui fit frissonner tout le corps, et le stress d'une attaque laissait maintenant place au plaisir d'avoir accompli une si fol acte. Il tourna, lui aussi en apnée son visage face à celui de sa camarade, lui sourit malgré l'eau qui s’infiltrait par ses dents. Ses yeux, c'était évident, brillait le plaisir, bien qu'il était difficile de les voir dans une eau si trouble. Andrew, s'approcha de la jeune Gryffondor.


- Ehaglbougblou Glableu Floubloublou Glignagnou ! lança-t-il, non sans plaisir, dans un dernier souffle d'air.

Il était évident que sa collègue n'avait rien compris à son message, mais le jeune homme lui sourit de plus belle. Il le sentait, ces sentiments mis de côtés revenaient peu à peu. Maintenant, il réalisait qu'il venait, avec une jeune fille qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam, de plonger sa tête dans les glacées et dangereuse du lac de Poudlard. Évidemment, l'excitation du moment grondait dans son estomac. Les papillons du plaisir s’échappèrent de leur cage pour venir batifoler dans son intestin principal. Néanmoins, Andrew avait beau être heureux, la phrase prononcée sous l'eau lui avait fait perdre beaucoup d'air et sans s'en rendre compte, l'eau commençait à s'infiltrer dans sa bouche. Il releva la tête rapidement, et cracha l'eau de ses poumons. Il avait bu la tasse bêtement, mais l'air qui maintenant venait emplir ses deux batteries était le plus pur et le plus bel qu'il n'avait jamais eu ! Maintenant dehors, il attendait que la jeune Gryffondor sorte elle aussi de l'eau. Il le sentait, celle-ci allait être une rencontre exaltante et pleine de folie, en tout cas, il l'espérait de tout coeur. Que sa gaité d'antan resurgisse en présence de cette demoiselle, surement folle aussi.

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.

Une Gryffondor en or ou en plastique ? <PV Esther Goldsmith>

Les cheveux de la petite fille flottaient autour de son visage et elle essayait tant bien que mal de venir plaquer une mèche derrière son oreille. Elle ne savait pas vraiment qu'elle mouche l'avait piqué pour qu'elle vienne plonger la tête dans l'eau froide et profonde du lac mais son excès de folie ne la dérangeait pas le moins du monde. La jeune lionne était du genre à trouver de la joie dans toutes les situations anodines de la vie et elle n'aimait pas voir les gens malheureux - ou plutôt elle ne comprenait pas comment quelqu'un pouvait se complaire dans son malheur. Quand elle était triste, la petite fille préférait rêver. Alors elle se couchait dans l'herbe le plus souvent et regardait attentivement le ciel en donnant des formes aux nuages, tout en chantonnant une mélodie qu'elle appréciait. Et elle trouvait ça tellement mieux que pleurer. Quoiqu'il en soit, elle fut presque immédiatement rejointe par le jeune inconnu qui plongea son visage dans l'eau, à son tour. La Gryffondor ouvrit grand les yeux en fixant son camarade qui s'approchait d'elle et "éclata" de rire en l'écoutant parler. La vague d'eau qui venait de pénétrer dans la bouche commença alors à la faire tousser mais le résultat fut pire et elle se contenta de "boire la tasse". Suivant le jeune garçon presque aussitôt, elle retira sa tête de l'eau pour tousser à l'air libre. Elle glissa sa main dans sa chevelure blonde qui ruisselait sur ses joues et se tourna vers son camarade, tout sourire.

" Je dois te faire une confidence ... Je ne comprends pas le langage des êtres de l'eau ! "

Elle faisait évidemment référence à son baragouinage sous l'eau. La petite lionne inclina la tête sur le côté pour fixer le jeune garçon de ses yeux pétillants. Elle était toujours très heureuse de faire de nouvelles rencontres et si le jeune Poufsouffle - en tout cas c'était sa première pensée en voyant les couleurs qu'il portait - était aussi déjanté qu'elle, elle était persuadée qu'ils allaient s'entendre à merveilles. En tout cas elle avait éprouvé une sorte de satisfaction en le voyant plonger, à son tour, son visage dans l'eau sombre du lac. Il l'avait suivi dans son étrange folie et elle avait en avait donc conclu que le jeune garçon était une personne absolument formidable. Esther leva les yeux au ciel : décidément le soleil ne semblait pas décidé à pointer ses rayons dans ce coin du Parc et ce n'était pas comme ça que ses cheveux allaient sécher avant son prochain cours. Elle balaya cette pensée désagréable pour se concentrer de nouveau sur la formidable rencontre qui s'offrait à elle. Première règle de politesse : les présentations. La jeune Goldsmith était du genre un peu trop bavarde et elle avait toujours peur d'ennuyer ses interlocuteurs, elle espérait donc que le jeune garçon ne lui en tienne pas rigueur.

" Je m'appelle Esther Goldsmith. Je suis en première année à Gryffondor, mais ça je crois que ça se remarque très facilement en voyant ma robe de sorcière et ... Oups ! Je parle trop ! Enchantée ! "

Ses joues virèrent brutalement au rouge et elle baissa la tête, gênée, malgré ses cheveux mouillés qui trempaient son visage. Elle devait vraiment apprendre à se taire et cesser d'être un moulin à paroles, c'était à en faire fuir les gens. La jeune Goldsmith glissa sa main derrière sa nuque avant de relever la tête et de laisser un sourire désolé s'ancrer sur ses lèvres.

→ Gryffondor du mois de Juin

Une Gryffondor en or ou en plastique ? <PV Esther Goldsmith>

Alors que leur corps dégoulinait sur le sol sec des bords du lac, Andrew observait sa nouvelle camarade en toussotant. C'était inéluctablement une rouge. Une gryffondor. Une foule courageuse. Une dynamique confiante. Et elle était vêtue de rouge et jaune. Donc qui pouvait-elle être d'autre qu'une Gryffondor ? Enfin, Andrew ne s'arrêta pas à ce détail - il en était un pour lui - et continua à l'observer. Elle était jeune, petite, souriante et plutôt jolie. Elle passa la main dans ses cheveux. Les yeux d'Andrew pétillèrent. Elle l'avait remarqué et ça la fit sourire. *Elle sourit, là est l'essentiel.* pensa rapidement Andrew avant que sa camarade vienne casser sa transe par une déclaration simple « Je dois te faire une confidence... » débuta-t-elle. Il serait mensonge que de dire qu'à ce moment Andrew n'avait rien pensé du tout. Bien au contraire, son cerveau et son cœur ne firent qu'un tour et ils se mirent à travailler ensemble pour finir sa phrase. Allait-elle lui dire que finalement voilà, elle avait trouvé l'homme de sa vie ? C'est vrai qu'Andrew était rêveur, mais là, il l'était peut-être un peu trop. Alors, il se mit à penser qu'une fille aussi énergique ne pouvait être d'autre personne que sa sœur cachée finalement ? Ah ! baliverne ! le cœur s'emballe, c'est évident. Elle n'était peut-être que simplement, et c'est déjà plutôt agréable !, sa camarade de folie. Il allait devenir celui avec qui elle partagerait nombre de ses moments de folie. Andrew, l'espérait d'un coup. Il souhaitait devenir cela à ses yeux, un grain de folie qui ne voulait que germer. Alors qu'il était en profonde réflexion, détrempé mais bouillonnant, sa nouvelle collègue reprit « Je ne comprends pas le langage des êtres de l'eau ! » dans un large sourire.

Andrew explosa de rire. Intérieurement d'abord, et extérieurement après ce qui eut le don de faire sourire largement la rouge trempée. Il s'était préparé, comme toujours, à tout sauf à ça. C'est fou comme le combo cœur et cerveau peut faire mauvais ménage. *Quel crétin !* esquissa-t-il. Bien sûr qu'elle n'avait pas compris. Ça il le savait parfaitement, et c'était un peu son but après tout. Personne ne saura jamais ce qu'il lui avait dit. C'était plutôt personnel et il avait, à l'instant T, besoin de le lui confier. Mas c'est fait, c'est passé. Il le lui a dit. Elle ne l'a pas compris. Tant pis. Maintenant, il devait lui dire rapidement autre chose pour que son intervention aquatique paraisse normale. « Ah ? Bien dommage pour toi, les êtres de l'eau ont plein de choses intéressantes à dire. » informa-t-il avec une pointe de déception ; elle n'avait pas compris. Tant pis. Il allait peut-être faire formule de politesse, mais avant même qu'il n'eut pu dire quoi que ce soit, la jeune gryffondor, qui semblait plutôt bavarde enquilla en souriant.

- Je m'appelle Esther Goldsmith. Je suis en première année à Gryffondor, mais ça je crois que ça se remarque très facilement en voyant ma robe de sorcière et ... Oups ! Je parle trop ! Enchantée ! lui expliqua-t-elle rapidement. Son rythme était enjoué et son ton tonique. A moins que ce ne fut le contraire. Mai avec un tel débit de parole Andrew fut surpris et eut une petite réaction de recul incontrôlable. La jeune fit avait du observer son mimique et baissa vivement la tête, honteuse et rougissante. Elle n'avait pas à se cacher, Andrew ne lui en voulait pas. Et si elle savait : lui aussi parfois est fort bavard. Cela dépend de la circonstance, évidemment ! Elle glissa sa main derrière sa nuque pour se relever le visage. Elle passa la main dans ses cheveux. Les yeux d'Andrew pétillèrent. C'est drôle. Elle était rouge comme rarement il avait vu de rouge. *Une Gryffondor dans le sang* rigola-t-il gentiment. Bref, Andrew n'allait pas la laisser plus longtemps dans un tel désarroi, il était plus gentleman que cela et en plus, elle était si mignonne dans son recul.

- J'entends, répondit-il froidement ce qui n'eut surement pas un bon effet sur sa camarade. Puis il explosa de rire et s'écriant : mais je rigole ! je m'appelle Andrew Pailow, je suis en première année aussi mais à Poufsouffle ! Je suis enchantée de te rencontrer. C'est la première fois que je plonge la tête dans ce lac et c'est aussi la première fois que je parle à une Gryffondor et c'est aussi la première fois que je vois une fille si rigolote et courage et c'est aussi... ralentit-il, je suis aussi bavard, désolé. Ses joues qui habituellement ne rougissaient jamais devinrent tomates et ses oreilles bouillonnèrent. *Pétard ! il m'arrive quoi là ?* explosa-t-il intérieurement avant de reprendre doucement « Tu me suis ? ». Il cligna de l’œil droit tout en retirant doucement sa cape de sorcier jaune. Les vêtements, on s'en fiche. L'été arrivait, et malgré le manque de soleil, il avait chaud ! Et il avait aussi envie de s'amuser, beaucoup. Il tapota amicalement l'épaule d'Esther avant de plonger - comme il ne l'avait pas fait depuis longtemps - dans l'eau froide et noire du lac. Le danger, il ne le voyait plus. Pourtant si une préfète venait par là, il se ferait sévèrement punir, c'est évident. Il nageait sans s'arrêter jusqu'à l'autre rive. Il espérait qu'elle le suivrait, mais il ne voyait pas. Il croisait les doigts mentalement en continuant à battre activement des bras.

Reducio
Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

♪♫ ~ Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe ! ~ ♫♪
Marx Twain - Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors, ils l'ont fait. ☻
RPG = plume active.