Lac

Inscription
Connexion

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Joy aimait beaucoup se lever aux aurores pour profiter de la vue magnifique qu'offrait le lever du soleil aux heures matinales. C'est pour cette raison qu'elle se trouvait au bord du lac de Poudlard à sept heures du matin, contemplant la jolie couleur orangée du ciel de ses yeux émerveillés. La nature faisait des choses éblouissantes, et cette vue en était la preuve. Comment ne pas apprécier cet endroit en ce moment même ? Tout était calme et silencieux, quelques vagues transparentes du Lac tremblotaient légèrement sous la brise légère de l'air, les oiseaux entamaient doucement leurs chants hypnotiques et Joy écoutait en silence, respectant la nature ainsi que ses merveilles.

Cela faisait maintenant une heure qu'elle errait.. dans ses pensées. Perdue dans sa propre tête, encore une fois. Un vague sourire brumeux étirait ses lèvres violacées par l'air froid du matin, ses doux cheveux blonds voltigeaient derrière elle, s'entremêlant, sans qu'elle n'y prête la moindre attention. Ses yeux bleus, quant à eux, brillaient de mille feux, comme à leur habitude, regardant quelque chose qui ne se trouvait pas devant eux. On pouvait lire dans ces yeux comme dans un livre ouvert ; ils exprimaient les émotions et les ressentis de Joy de manière déconcertante. La fillette était assise sur un rocher au bord du lac, collant ses jambes contre sa poitrine à l'aide de ses maigres bras et sa tête dandinait de manière répétitive contre son genoux droit.

Bienheureux sont les fêlés car ils laissent passer la lumière, voici une citation d'un auteur Moldu appelé Michel Audiard. En réalité, ceci était le titre d'une histoire qui contait une métaphore expliquant que chaque personne brisée avait des qualités que d'autres n'avaient pas. Mais Joy ne voyait pas la citation de cette manière. Pour elle, cela signifiait que les personnes les plus atteintes mentalement avaient plus facilement accès au bonheur que les autres. Les fous, les dingues, les schizophrènes, les associables, ceux qui ont perdu l'esprit, tous ces gens qui peuvent d'une manière ou d'une autre être considérés comme anormaux par la société et ses critères de normes, ces gens qui sont rejetés, humiliés ou mis en retrait, eux sont renfermés dans leurs pensées. Enfermés dans le monde qu'ils se sont créés, dans la bulle qu'ils ont formé autour d'eux pour se protéger, eux qui ne seront plus blessés par les injures, les critiques ou les moqueries, verront la lumière de la manière la plus belle qui soit. Par l'indifférence, par la souffrance qu'ils ont maintenant acceptée dans leur quotidien, il n'y a plus que la lumière qu'ils laissent passer. Et Joy trouvait ça beau.

Maintenant, la question que Joy se posait était bien simple ; faisait-elle partie de ces fêlés ? On pouvait dire que oui, parce qu'elle aussi avait un espace bien à elle dans lequel elle partait souvent, dans lequel elle ne faisait que philosopher, où plus rien ne l'atteignait. Pourtant, tout le monde a cet endroit dans un coin de sa tête. Tout le monde s'était déjà au moins une fois isolé alors qu'il était entouré. Mais pouvait-on dire que quelqu'un était fou à partir de ce critère ? Non, certainement pas. En fait, Joy n'était pas plus folle que qui que ce soit. C'était juste une gamine en manque d'attention, qui avait besoin de se trouver des particularités hors des normes pour se sentir exister, comme beaucoup des fillettes de onze ans qui voulaient trouver un moyen d'être unique. Alors, est-ce que Joy était une insulte pour les fous ? Ou pour les gens normaux ? Ou alors ferait-elle tout simplement mieux de retourner dormir ?

Les pensées de la gamine défilaient à une vitesse ahurissante, et tandis qu'elle songeait de manière très sérieuse à la troisième option, elle se sentait doucement perdre conscience. Ses paupières lui semblaient lourdes et pesantes, ses cils allaient vers ses cernes sans que Joy ne le veuille, ses jambes s'abaissaient automatiquement. Elle était tout simplement en train de s'endormir, ce qui était tout à fait normal puisqu'elle manquait considérablement de sommeil.

La jeune enfant était couchée sur le dos, il était huit heure douze, et l'aube était déjà loin. Son thorax se levait et s'abaissait au rythme de sa respiration et elle ne sentit même pas les bras de Morphée l'emprisonner et la traîner lentement vers le monde du repos.
Dernière modification par Joy Wedenjack le 18 mars 2016, 20 h 36, modifié 2 fois.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Exceptionnellement, ses cours ne débutaient pas à huit heure. Elina avait toute la matinée à elle et rien qu'à elle. Quand elle avait quitté le dortoir pour petit-déjeuner, les autres troisièmes années de son dortoir étaient encore endormies. Elle avait constaté depuis son arrivée à Poudlard que les jeunes de son âge pouvaient dormir jusque tard dans la journée. Il lui arrivait de les envier. Elle-même n'avait jamais réussit à continuer à dormir une fois le soleil levé. Mais cela avait aussi ses bons côtés. Elle pouvait profiter de ce temps gagné pour aller à la bibliothèque ou se livrer à toute sorte d'activités. Cependant, il était encore trop tôt pour aller à la bibliothèque. Bien trop tôt. Son petit déjeuné avalé, elle se dirigea vers le parc. A cette heure-ci, le calme était total. Le calme de la nuit s'éternisait alors qu'aucun élève n'avait encore foulé l'herbe humide du parc. C'était à cette heure-ci que les chants des oiseaux étaient les plus abondants. Elina aimait cette ambiance. Elle lui manquait cruellement depuis que ses parents avaient aménagés à Londres. Elle profitait donc de ses séjours à Poudlard pour s'en imprégner.

Il n'était pas rare qu'elle profite d'une matinée de liberté pour s'accorder un tour du parc, ne résistant pas à l'envie de se débarrasser de ses chaussures pour sentir l'herbe caresser la plante de ses pieds. Ce petit rituel l'apaisait et la mettait de bonne humeur. Elle pouvait presque sentir toutes les tensions accumulées au cours des derniers jours s'échapper de son corps par tout les pores de sa peau. Inspirant une large bouffée d'air frais, elle ferma les yeux un instant, laissant le soleil caresser son visage. Elle se sentait tellement bien. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, seuls quelques pans de brumes s'attardaient encore à la surface du lac. Ses pas l'avaient menés dans la zone du parc opposée au lac et elle ne pouvait le contempler que parce qu'elle se trouvait en hauteur. Le soleil avait déjà bien entamé sa course. Il était temps pour la jeune fille d'achever sa balade. Elle descendit la butée à pas prudents. Delà où elle se trouvait, la descente vers le lac pouvait être raide par endroit.

Une bonne dizaine de minute plus tard, elle n'était plus qu'a une centaine de mètres des berges du lac. Elle se dirigeait vers les eaux calmes et fraîches lorsque sa course fut arrêtée nette. Elle venait de remarquer une silhouette allongée sur les berges. Il devait être près de huit heures et elle pensait être seule dans le parc. Pourtant, la silhouette était belle et bien là. Tenant toujours ses chaussures à la main, Elina s'approcha à pas de loup de la silhouette. Elle l'identifia rapidement comme étant une jeune fille endormie, probablement un peu plus jeune qu'elle. Elle s'approcha un peu plus, estimant que la jeune fille dormais suffisamment profondément pour ne pas se réveiller tout de suite. Si elle en croyait l'écusson cousu à son uniforme, elle appartenait à Serdaigle. La préfète hésita un instant. Avait elle le droit de troubler le repos de la jeune Serdaigle ? D'un autre côté, il n'était pas des plus prudent de s'endormir aussi près des eaux du lac. Plus d'un élèves pouvait en témoigner après avoir eu des démêlés avec des strangulots. Mais la jeune fille dormais si profondément et si paisiblement qu'elle n'osa pas faire le moindre geste pour la réveiller. Au lieu de ça, elle s'assit sur les berges à peine un peu plus loin. Elle avait sa baguette à portée de main si nécessaire mais les eaux du lac étaient sans doutes encore trop calme pour éveiller l'attention de ses habitants. Se laissant doucement bercée par le clapotis de l'eau, elle observa du coin de l'oeil la belle au lac dormant.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Une horde d'éléphants enragés auraient pu passer à trois mètres de Joy qu'elle ne se serait pas réveillée ; elle avait le sommeil lourd, et ce depuis sa plus tendre enfance. Quand elle était petite, sa soeur lui hurlait dans les oreilles, son père tambourinait férocement contre la porte de sa chambre, et sa mère avait quelques fois eu recours au seau d'eau glacée pour qu'elle se réveille et ne soit pas en retard à l'école. C'est pourquoi, malgré qu'une élève soit présente à moins de dix mètres d'elle, la petite Joy dormait toujours aussi profondément, voyageant au pays des rêves.

Quoi qu'en ce moment, c'était plus dans le monde des cauchemars qu'elle se trouvait. Comme souvent depuis son arrivée à Poudlard, elle rêvait que sa sœur mourait. Oh, c'était rarement une mort violente ; elle n'était jamais assassinée ou quoi que ce soit dans ce genre là. Non, elle mourait d'une maladie, d'une crise cardiaque,.. Joy ne savait pas pourquoi elle faisait régulièrement ce rêve. Peut-être était-ce dû à la culpabilité qui la rongeait pour l'avoir laissée seule à la maison alors qu'elle partait à Poudlard ? C'était probablement ça, puisqu'à chaque fois qu'elle se réveillait, la petite avait une furieuse envie de retourner chez elle pour vérifier que sa sœur qu'elle aimait tant, Evelyn, était toujours saine et sauve.

Cette fois-ci, sa maison était ravagée par les flammes, et si ses parents étaient sortis à temps, Evelyn était toujours à l'intérieur, coincée dans sa chambre. Elle n'avait plus d'issue. Ses fenêtres étaient bloquées, et les flammes s'avançaient vers sa sœur, lentement, avec une cruauté malsaine, retardant toujours de quelques secondes sa mort. Joy observait la scène d'un œil externe, elle l'entendait hurler à l'aide et elle pouvait imaginer ses parents en pleurs tandis que leur fille aînée était à l'article de la mort, attendant avec impuissance ce qui arriverait d'un moment à l'autre. L'incendie se propagea jusqu'au recoin du mur où Evelyn s'était recroquevillée et la fillette se réveilla, juste avant le moment fatidique, comme toujours.


Joy était tremblante tandis qu'elle s'asseyait sur le rocher où elle était endormie quelques secondes auparavant. Sa respiration était saccadée, hachée, et elle avait du mal à reprendre son souffle. Elle était en sueur et avait encore l'impression de ressentir la chaleur épouvantable des flammes. Elle resta sans bouger un instant, se répétant que rien n'était réel, que sa maison n'avait pas brûlé, et qu'il n'était rien arrivé ni à sa sœur, ni à ses parents. Après qu'elle ait parfaitement repris le contrôle de ses faits et gestes, elle s'interrogea vaguement sur l'heure tout en jetant des coups d’œil autour d'elle. La fillette se raidit lorsqu'elle aperçut que quelqu'un se trouvait à quelques pas d'elle, fixant la berge d'un air pensif, sa baguette magique à la main.

N'ayant rien de mieux à faire, Joy se leva et se dirigea vers la mystérieuse inconnue d'une démarche quelque peu hésitante. Avait-elle essayé de la réveiller, en vain ? Probablement pas, pourquoi aurait-elle fait ça ? Lorsqu'elle ne fut plus qu'à quelques pas d'elle, elle put la détailler avec précision. Elle était plus âgée qu'elle, c'était certain. Son uniforme comprenait un écusson aux couleurs des Poufsouffle ainsi qu'une insigne de préfet. Joy se demanda aussitôt si elle avait fait quelque chose de mal en s'endormant dehors, parce que si c'était le cas, cette élève avait le droit de lui retirer des points. Elle préféra ne pas y penser et prit la parole, un sourire timide affiché sur son visage.

« Heu.. Salut.. Je m'appelle Joy Wedenjack, et toi ? Je suis venue ici pour observer le paysage puis je me suis endormie, j'espère que ce n'était pas interdit.. » se justifia-t-elle, peu sûre d'elle-même.

La préfète n'avait pas l'air méchante, ni même sévère, mais la fillette savait qu'il fallait mieux toujours se méfier des apparences, alors elle préféra ne pas tirer de conclusions hâtives sur sa camarade. Si ça se trouve, elle était tout aussi bien une de ces préfètes qui aimaient retirer des points à tout va aux élèves qui n'étaient pas de sa maison pour favoriser la leur. Tout comme elle était peut-être impartiale et sympathique. Joy n'en savait rien et attendit donc sa réponse avec un soupçon d'appréhension.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

La jeune Serdaigle endormie avait un sommeil de plomb. Depuis qu'Elina était arrivée, elle n'avait pas bougée d'un pouce. La jaune était admirative, elle-même se réveillait pour une rien et plusieurs fois par nuit. Elle y était habituée mais certains jours, quand elle passait une nuit particulièrement agitée, le manque de sommeil se faisait sentir. Pourtant, même si elle dormait sur ses deux oreilles, la Serdaigle commença à s'agiter sans se réveiller pour autant. Quels que soient ses rêves, ils ne devaient pas être des plus agréables. Elina avait voulu la réveiller une ou deux fois pour la tirer de son cauchemar mais rien n'y avait fait. La Serdaigle avait continué à jouer les loirs. Elina était donc retournée à sa place face au lac, sa baguette toujours à la main. Elle était si plongée dans ses pensées qu'elle n'entendit pas la jeune aiglonne se réveiller. Elle ne l'entendit pas davantage se lever et s'approcher d'elle.

« Heu.. Salut.. Je m'appelle Joy Wedenjack, et toi ? Je suis venue ici pour observer le paysage puis je me suis endormie, j'espère que ce n'était pas interdit.. »

La voix de Joy coupa court aux pensées d'Elina et celle-ci eu un sursaut de surprise. Le regard de la jeune Serdaigle était un fascinant mélange d'émotions. La jaune pouvais y lire de la curiosité, de la méfiance, mais surtout une certaine crainte. *De quoi à elle donc peur ?* Qu'avait elle dit déjà ? Elle lui avait demandé si s'endormir était interdit ? Quelle drôle d'idée. Dormir à même le sol n'était peut-être pas très confortable mais rien ne l'interdisait. Tout ce qu'elle risquait en le faisant c'était quelques courbatures tout au plus. Peut-être quelques coup de soleil s'il faisait beau, mais guère plus. Voyant qu'elle tardait à répondre, la bleue sembla de plus en plus mal à l'aise. Décidant de mettre fin à son supplice, Elina se décida à lui répondre.


« Non, s'endormir n'a rien d'interdit. »

Disant cela elle ne pu empêcher ses lèvres de s'étirer en un large sourire. C'était bien la première fois qu'on lui faisait ce coup là! Elle ne compris l'inquiétude de Joy que lorsqu'elle surpris son regard sur son badge de préfète. Son sourire s'élargit encore davantage si tant est que cela fut possible.

« Je m'appelle Elina et ne vais pas mordre ni t'enlever des points pour t'être endormie. »

Joy était plutôt amusante, mais avait elle eut affaire à d'autres préfets avant elle ? Cela expliquerait sa méfiance vis-à-vis de l'insigne. Elle n'avait pourtant pas l'air bien grande. Probablement en première année. Elle n'avait donc que peu de chance d'avoir déjà fait la connaissance des collègues d'Elina. D'autant plus qu'aucun d'entre eux ne semblait du genre à retirer des points arbitrairement ou donner des punitions injustifiée. Du moins pour ce qu'elle avait pu en juger, elle ne les connaissait pas tous très bien.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Le silence sembla s'éterniser après que Joy ait fait part de son inquiétude à la préfète. Peut-être était-elle en train de se remémorer les règles pour savoir si oui ou non, on pouvait s'endormir dehors à la place de, comme tout le monde, se reposer dans sa salle commune. Finalement, sa camarde lui répondit enfin, non sans lui faire un grand sourire. D'ailleurs, était-il moqueur ou bienveillant ? La Serdaigle n'arrivait pas à le déterminer.

« Non, s'endormir n'a rien d'interdit. »

Joy ne put s'empêcher de se détendre. Bon, avec la réponse formulée de cette manière, on aurait vraiment dit que sa question était plus que ridicule, mais le principal était qu'elle n'avait rien fait de mal. Le regard de la Poufsouffle glissa vers son insigne de préfète et son sourire se fut plus éclatant encore, signe qu'elle avait compris ce pourquoi Joy s'inquiétait.

« Je m'appelle Elina et ne vais pas mordre ni t'enlever des points pour t'être endormie. »

Un léger sourire s'étira sur les lèvres de l'aiglonne, à présent sûre qu'elle ne se moquait pas d'elle. Cependant, elle tiqua à l'entente de son prénom. Elle n'était pas certaine de l'avoir bien compris, Elina ou Elena ? Il était certain qu'Elena était plus courant — d'ailleurs, une de ses camarades de Serdaigle portait également ce prénom —, mais il lui semblait avoir entendu la lettre i. Joy, légèrement gênée, ne répondit rien pendant un moment, et se remit une mèche de cheveux blond derrière son oreille pour occuper ses mains. Ne sachant quoi répondre, elle détourna son regard et fixa le paysage, qui, maintenant que l'aube avait disparu, était bien moins passionnant. Les eaux du lac semblaient encore calmes bien qu'un peu plus tourmentées tout de même, le soleil était haut dans le ciel et les rayons tapaient, reflétant ainsi le vert chatoyant de l'herbe. Se rendant compte que cela faisait plusieurs secondes qu'elle n'avait rien dit, l'aiglonne reporta son attention vers Elina — Elena ? — et se décida à lui répondre.

« Oh, c'est juste que je me disais qu'on avait peut-être pas le droit de dormir dehors, après tout on a des lits pour ça.. »

On aurait dit que la fillette cherchait absolument à s'enfoncer toute seule et à se faire retirer des points alors qu'elle essayait simplement de justifier sa bête remarque. C'est alors que Joy prit conscience de quelque chose ; peut-être qu'Elina avait été vexée ? Oh, ce serait être particulièrement susceptible, mais qui sait ? Après tout, sa question n'avait-elle pas insinué que la préfète l'attendait au bord du lac dans l'unique but de lui retirer des points ? Si ce n'était pas le message que la Serdaigle avait voulu faire passer, sa camarade aurait très bien pu le comprendre dans ce sens là.

Ne préférant pas remuer le couteau dans la plaie, Joy se décida à changer de sujet. Mais que pouvait-elle bien dire à une élève de deux ans son aînée qu'elle ne connaissait presque pas ? Elle prit une grande inspiration, signalant une fois de plus son malaise, puis posa une question qui n'avait aucun rapport, mais puisqu'il fallait changer de sujet, autant que ce soit cash.


« Pourquoi tu es venue ici si tôt ? Je pensais que tout Poudlard dormait à une heure si matinale. », s'enquit-elle finalement, prenant soin de lui parler avec une voix amicale.

Si elle avait parlé de ça uniquement pour faire la conversation, il était tout de même vrai qu'elle ne s'attendait pas à croiser quelqu'un en se réveillant. Elle s'était levée de force pour observer le paysage, mais qu'en était-il de sa camarade ?

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

La Serdaigle ne répondit pas immédiatement et Elina se demanda si la pointe sarcastique de ses paroles n'avait pas refroidie la jeune fille. Elle n'avait pas pu s'en empêcher, la question de Joy lui avait semblé tellement inhabituelle. Maintenant, elle commençait à regretter. Venait-elle de jouer à la grande méchante préfète ? Finalement, après un regard sur l'horizon, Joy s'adressa de nouveau à elle.

« Oh, c'est juste que je me disais qu'on avait peut-être pas le droit de dormir dehors, après tout on a des lits pour ça.. »

Même dit comme ça, l'idée d'en faire une règle était un peu étrange. A dormir dehors, on risquait d'attraper froid, un coup de soleil, des courbatures, les piqûres d'insectes... Beaucoup de choses en fait, mais c'était au risques et péril du dormeur. Et puis ce n'était pas comme si la jeune fille avait passé la nuit dans le parc. Dans ce cas là, elle aurait violé le couvre feu, mais si il y avait une heure à laquelle les élèves devaient se coucher, il n'y en avait pas pour le réveil. En dehors du fait qu'ils devaient être à l'heure en cours bien sûr. En tout cas, l'insigne de préfète d'Elina semblait sérieusement perturber la jeune bleue.

« Pourquoi tu es venue ici si tôt ? Je pensais que tout Poudlard dormait à une heure si matinale. »

Devait elle lui dire qu'elle était insomniaque ? C'était loin d'être exact. Elle se réveillait toujours dès les premières lueurs de l'aube. Il va sans dire que ses réveils étaient plus difficiles en hiver et qu'elle manquait singulièrement de sommeil en été. Peut-être devait elle sérieusement envisager de reproduire la potion du sommeil que les troisièmes années avaient récemment vu en cours ? En général, ses cours de potion se passaient plutôt bien. Elle avait donc peu de chance de s'empoisonner avec l'une de ses créations même si elle aurait préférer jouer la carte de la sécurité.
A vrai dire, elle n'avait pas réellement de réponse à donner à la Serdaigle. Elle aimait prendre l'air avant de s'enfermer pour les cours. Elle avait toujours un peu de mal quand il s'agissait de rester assise pendant des heures, mais elle se serait bien gardé de faire des sienne, s'attirant par là même les foudre de ses professeurs.


« J'aime profiter un peu de l'air matinal avant de commencer les cours. Je finissais de me dégourdir les jambe quand je t'ai aperçu sur la berge. »

Dit comme ça, on aurait dit qu'elle jouait les espions. Elle espérait seulement que Joy ne verrait pas les choses sous cet angle. En fait, elle avait simplement fait preuve de curiosité. Comme l'avait souligné Joy, tout Poudlard dormait à cette heure et elle croisait rarement d'autres élèves.

« Je ne pensais pas non plus croiser quelqu'un aussi tôt. J'étais curieuse de voir de voir de qui il s'agissait. »


C'était tout, un accès de curiosité matinale. Mais on pouvait l'excuser. Bien peu d'élèves se levaient aussi tôt pour se rendormir sur les berges du lac ! D'ailleurs elle n'avait toujours pas de réponse pour sa part.

« Et toi, que faisais-tu ici aussi tôt? Tu as dû arriver bien avant moi.»


C'est vrai, la jeune fille était intriguée par la sortie matinale de la préfète mais cette dernière était encore plus surprise de voir que quelqu'un s'était levé plut tôt qu'elle. Mais après tout, peu importe. La Serdaigle avait bien le droit d'être matinale. La préfète espérait juste que cela ne lui jouerait pas des tours. Si les créatures du lac s'intéressait de trop près à la petite endormie alors même qu'elle était seule, elle n'aurait guère l'occasion de se défendre. Et elle n'aurait pas non plus beaucoup de spectateurs à qui demander de l'aide. Oui, Elina était passablement paranoïaque, mais ça n'avait rien de surprenant pour quelqu'un qui avait dû quitter son pays natal à cause des attaques d'Erklings. Elle n'en avait jamais vu elle-même mais dans son imaginaire, ils avaient pris la place réservée habituellement au croque-mitaine effrayant les enfants. Mais c'était stupide de penser à ce genre de choses en cet instant. La vision de la jeune Serdaigle tout juste réveillée et le calme du parc faisait paraître ces préoccupations absurdes. En trois ans à Poudllard, elle n'avait jamais été plus en danger que lors des duels de la ligue Poufsouffle. Duels parfaitement surveillés et sécurisés au possible soit dit en passant. Quoiqu'il en soit, elle espérait que la Serdaigle était à présent assurée que la Poufsouffle n'allait pas supprimer les points de sa maison.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Suite à sa question, la Poufsouffle sembla hésiter quelques instants et Joy en vint à se demander si elle avait bien fait de l'interroger. Peut-être qu'elle n'avait pas envie de lui dire ce pourquoi elle venait ici, après tout, ça pouvait être quelque chose de personnel. Si ça se trouve, Elina venait tous les matins au lac parce que ça lui rappelait ses douze petits frères qui s'étaient tous noyés dans un endroit semblable et.. Mais les pensées paranoïaques de Joy furent interrompues par la réponse d'Elina.

« J'aime profiter un peu de l'air matinal avant de commencer les cours. Je finissais de me dégourdir les jambes quand je t'ai aperçu sur la berge. »

L'aiglonne hocha la tête sans rien répondre. Elle se sentait déjà suffisamment honteuse d'avoir été surprise en plein sommeil par une inconnue, il n'était pas dans son intérêt d'en rajouter une couche. N'empêche qu'Elina s'était quand même arrêtée à quelques mètres d'elle pour la surveiller, et Joy ne savait pas très bien si ça faisait d'elle quelqu'un de protecteur, de curieux ou de fouineur.

« Je ne pensais pas non plus croiser quelqu'un aussi tôt. J'étais curieuse de voir de voir de qui il s'agissait. »

C'était donc un élan de curiosité qui avait poussé la préfète à s'asseoir près de Joy. Celle-ci marmonna un vague « J'imagine » en réponse à sa camarade, fuyant son regard. Franchement, s'être faite surprendre ainsi ne la mettait pas du tout à l'aise, bien au contraire. La Serdaigle commença à arracher quelques brins d'herbe autour d'elle, essayant de ne pas trahir sa gêne. Mais pour son plus grand bonheur, Elina changea de sujet.

«  Et toi, que faisais-tu ici aussi tôt ? Tu as dû arriver bien avant moi. »

Même si c'était prévisible, Joy ne s'était pas attendue à ce que la Poufsouffle lui retourne sa question. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui répondre ? Qu'elle aimait profiter de la magnificence du soleil quand il se levait ? Qu'elle appréciait le calme apaisant et la fraicheur des brises légères ? Ça faisait un peu ridicule comme réponse, mais Joy n'allait pas commencer à mentir. Elle replongea ses yeux bleus dans ceux de sa camarade et lui répondit d'un ton aussi neutre que possible.

« Et bien, j'aime bien voir le soleil se lever, c'est vraiment joli. Et j'aime aussi profiter du calme qui règne ici quand il est encore tôt. »

Parce que oui, Joy avait besoin d'un peu de silence avant d'entamer une journée remplie de bruit, de cris, de rires. Tout ça la mettait sur les nerfs, elle ne supportait pas d'entendre constamment du bruit autour d'elle, c'était pire qu'agaçant. Les élèves qui couraient sans cesse dans les couloirs en hurlant, les conversations qui ne s'arrêtaient jamais dans la Grande Salle, et tout ça donnait d'affreux maux de tête à la Serdaigle. En fait, seule sa salle commune faisait exception au brouhaha général qui régnait dans tous les lieux de Poudlard. Les élèves de sa maison étaient calmes, et il était agréable d'étudier là-bas, où on n'était sûrs de ne pas être dérangés.

« Dis, tu ne trouves pas ça difficile pour les gens calmes de s'imposer dans cette école ? » questionna-t-elle. « Elle s'est passée comment ta première année, toi ? »

La Serdaigle assaillait sa camarade de questions mais après tout, pourquoi ne pas faire connaissance avec elle ? Elle lui était sympathique et une amie de plus ne faisait jamais de mal ! Joy lui fit donc un grand sourire, attendant avec impatience qu'Elina lui dise ce qu'elle pensait.

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Tout en écoutant les explication d'Elina, Joy commença à arracher des brins d'herbe autour d'elle pour se donner contenance. Quand la jaune lui retourna la question, Joy s'accorda un instant de réflexion avant de répondre. Quand elle pris finalement la parole, elle le fit d'une vois neutre, d'un air détaché.

« Et bien, j'aime bien voir le soleil se lever, c'est vraiment joli. Et j'aime aussi profiter du calme qui règne ici quand il est encore tôt. »


Elina pouvait comprendre le point de vu de Joy car elle le partageait. La via à Poudlard était parfois trépidante et il était plus qu'appréciable de pouvoir bénéficier de quelques minutes de calme avant que les autres élèves ne se réveillent. La Poufouffle aimait pourtant l'agitation qui régnait dans les couloirs du château. En tant que fille unique ayant vécu au fin fond de la campagne allemande, elle avait eu son lot de calme et cette joyeuse animation la mettait de bonne humeur. Mais on ne change pas les habitudes aussi facilement. Elle avait besoin de retrouver un peu de ce silence avant de plonger de nouveau dans la foule d'élèves. Elle faisait en quelque sorte sa réserve comme une marmotte avant l'hiver.

« Dis, tu ne trouves pas ça difficile pour les gens calmes de s'imposer dans cette école ? Elle s'est passée comment ta première année, toi ? »

Elina devait bien reconnaître que les gens calmes étaient dans l'incapacité de s'imposer à Poudlard. Ils étaient forcés de faire avec et de supporter l'agitation ambiante. Quand à la première année d'Elina, il valait probablement mieux la garder sous silence sous peine d'effrayer la Serdaigle. A son arrivée, elle avait participé à une quête organisée par les préfets et avait faillit finir digérée par un sphinx. Suite à quoi, n'ayant visiblement pas encore compris la leçon, elle s'était lancé dans la ligue des Poufsouffles. Autrement dit, sorts d'attaque et monstres à ne plus savoir qu'en faire. En tout cas, sa baguette était devenue sa meilleure amie en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Non, décidément, mieux valait ne pas trop s'attarder sur ces événements.


« A mon avis, les gens calmes ne pourrons jamais s'imposer à Poudlard. Les élèves raffolent des farces et des bêtises en tout genre et la magie leur donne bien trop de possibilités de faire étalage de leurs talents pour qu'ils s'en prive. » Elle se tue quelques instants avant de reprendre. « De toute manière, je doute que l'on puisse espérer beaucoup de calme dans une école de magie où il arrive sans arrêt les choses les plus farfelues. Pour ce qui est de ma première année, on ne peut pas dire qu'elle ait été des plus calme. Tout a fait le genre de chose que l'on peut attendre d'une école comme la notre je dirais. »

Joli résumé de la situation vraiment... En réalité, elle avait bien risqué sa peau au moins à deux ou trois reprises. Enfin, les professeurs n'étaient jamais bien loin alors elle ne devait probablement pas être réellement en danger. En tout cas elle aurait aimé s'en persuader. D'ailleurs Joy ne semblait pas particulièrement rassurée par sa réponse probablement trop évasive. Cela dit, la Serdaigle serait certainement bien plus inquiète encore si elle lui donnait la version intégrale. Quoiqu'il en soit, personne ne l'avait poussé à se lancer dans ses diverses aventures. Elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même. Une élève aussi sage et calme que semblait l'être Joy ne risquait probablement rien.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Tout en continuant d'occuper ses mains comme elle le pouvait, Joy attendait patiemment la réponse de sa camarade assise à côté d'elle. Elina semblait plongée dans ses pensées, se remémorant sans doute sa première année, son arrivée à Poudlard, et tout ce genre de choses qui finissent par devenir des souvenirs inoubliables. La petite Serdaigle ne savait pas si la préfète était Née-Moldue, Sang-Pur ou Sang-Mêlée, mais à son avis, l'arrivée à Poudlard était quelque chose d'exceptionnel pour tous les élèves, même si ceux-ci avaient été plongés dans la Magie et l'univers sorcier depuis leur plus tendre enfance.

« A mon avis, les gens calmes ne pourrons jamais s'imposer à Poudlard. Les élèves raffolent des farces et des bêtises en tout genre et la magie leur donne bien trop de possibilités de faire étalage de leurs talents pour qu'ils s'en prive. »

Plongée dans ses pensées, Joy en avait presque oublié sa première question concernant l'intégration des élèves les plus calmes — dont elle faisait d'ailleurs partie —, et c'est pour cette raison qu'elle resta un instant perplexe devant les propos d'Elina. Finalement, quand elle eut assimilé ce que venait de lui raconter la Poufsouffle, elle comprit que c'était pas pour lui plaire. Si quelqu'un qui était là depuis trois ans lui affirmait qu'il était difficile pour les gens comme elle de s'intégrer à Poudlard, elle n'avait pas de raison d'en douter. Cela dit, ça ne servait à rien de se promener avec un bandeau sur les yeux, il était évident que Joy ne trouverait peut-être jamais sa vraie place dans une école comme celle-ci. Finalement, elle poussa un petit soupir et haussa les épaules, elle verrait bien comment ça évoluerait. Puis, ça ne la dérangeait pas plus que ça si elle devrait vraiment passer sa scolarité dans l'ombre.

« De toute manière, je doute que l'on puisse espérer beaucoup de calme dans une école de magie où il arrive sans arrêt les choses les plus farfelues. Pour ce qui est de ma première année, on ne peut pas dire qu'elle ait été des plus calme. Tout a fait le genre de chose que l'on peut attendre d'une école comme la notre je dirais. »

Après ces dires, l'aiglonne s'arrêta net d'arracher les brins d'herbe et fit les yeux ronds à sa camarade. Comment ça « le genre de choses que l'on peut attendre d'une école comme la nôtre » ?! À moins que Joy ne soit complètement paranoïaque, c'était bien un sous-entendu pour dire qu'elle avait fait des trucs dangereux, non ? Et puis, pourquoi Elina ne lui donnait pas plus de détails ? Parce que c'était des mauvais souvenirs ? Ça n'en avait pas l'air pourtant, à en juger par l'air pensif de la préfète. Et puis, l'aiglonne avait toujours été persuadée que Poudlard était une école sûre où les élèves ne risquaient rien, alors dans quelle situation avait bien pu se retrouver Elina pour qu'elle choisisse de ne pas lui en parler ? Finalement, Joy choisit d'abandonner sa torture psychologique. Tout compte fait, c'était bien mieux de se promener avec un bandeau sur les yeux ; elle allait faire comme si elle n'avait pas compris qu'Elina avait passé une première année.. orageuse.

La jeune Serdaigle hocha donc légèrement la tête et chercha donc un autre sujet sur lequel enchaîner, préférant choisir la voie de la facilité. Poser des questions sur ce qu'avait fait Elina l'inquiétait bien trop, et elle n'avait pas envie de savoir ce qu'il pouvait bien y avoir de dangereux dans cette école. Alors qu'elle allait poser une bête question, Joy se ravisa au dernier moment. La curiosité venait de prendre le dessus sur la prudence.

« Mais.. Désolée si c'est indiscret, mais tu entends quoi par là ? T'as fait des trucs dangereux ? C'est possible, à Poudlard ? »

Après tout, quoi de mieux qu'un récit palpitant pour bien commencer la journée ?

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

A peine Elina avait elle répondue à la question de la Serdaigle que celle-ci se figea et écarquilla les yeux. Visiblement, ses réponses ne satisfaisaient pas vraiment Joy. Celle-si semblait maintenant assimiler à toute vitesse les informations qu'Elina lui avait donné ou plutôt, qu'elle ne lui avait pas donné. La jaune commençait à se demander si Joy allait céder à la curiosité en lui demandant davantage de précision ou si elle préférerait ne pas savoir. Allait-faire l'autruche ? Cela dit, cela ne ressemblait pas aux Serdaigle de fuir la connaissance quelle qu'elle soit. Joy hocha brièvement la tête, ayant visiblement pris sa décision. Pourtant, après une ultime hésitation, ce n'est pas la question à laquelle s'attendait Elina qu'elle posa.

« Mais.. Désolée si c'est indiscret, mais tu entends quoi par là ? T'as fait des trucs dangereux ? C'est possible, à Poudlard ? »


La Poufsouffle ne pu retenir un sourire face à la question. Finalement la curiosité l'avait emporté sur la sagesse. Apparemment, il lui restait encore à apprendre que tout était possible à Poudlard. Absolument tout. Et même si dans la plupart des cas, les professeurs encadraient les épreuves et autres événements qui pouvaient avoir lieu dans cette école, le danger n'était pas pour autant absent. Une autre question se posait maintenant. Par où devait-elle commencer ? Elle décida finalement d'opter pour les ligues.

« A Poudlard on ne sait jamais vraiment ce qui peut arriver. En tout cas, ma première année à Poudlard coïncidait avec la ligue Poufsouffle. Est-ce que tu as déjà assisté à une ligue ? Les concurrents s'affrontent jusqu'à épuisement ou jusqu'à ce qu'un professeur soit obligé d'intervenir. Sans compter qu'il y a également des créatures qui les attendent dans les zones. »

En réalité, Elina avait plus souvent affronté les créatures que ses concurrents. Et elle avait également eu davantage recours à la magie pour poser des pièges que pour attaquer. Certains duels s'était d'ailleurs achevé sans même que les adversaires n'aient à se faire face. Quelque part, c'était mieux ainsi. Il y avait une différence entre affronter des créatures belliqueuses et affronter un membre de sa maison. Pour de jeunes sorciers, c'était une entrée brutale dans le monde des duels. Joy n'aurait très certainement pas aimé être mêlée à ce genre de chose. Elle semblait bien trop posée et pacifique pour affronter un membre de sa maison. Néanmoins, Elina se serait bien garder de formuler une quelconque affirmation la concernant. On ne peut jamais réellement savoir jusqu'où les gens peuvent aller si les circonstances s'y prêtent. Elle-même ne s'en serrait pas cru capable jusqu'aux dernières secondes de la finale. Il faut croire qu'affronter des créatures magiques pendant plusieurs jours de suite vient à bout de toute restriction morales. Il lui arrivait encore d'avoir quelques remords pour le vol plané qu'elle avait infligé à leur préfet de l'époque.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Visiblement, la question de la petite Serdaigle avait eu pour effet d'amuser Elina, puisque celle-ci ne put s'empêcher de laisser un sourire étirer les commissures de ses lèvres. Restait à savoir ce qu'elle avait trouvé d'amusant dans les propos de Joy. Ou alors, peut-être se rappelait-elle simplement de bons souvenirs ? Quoi qu'il était bizarre d'associer les mots « bons souvenirs » à « trucs dangereux ». Si ça se trouve, Elina était une sadique.

« A Poudlard on ne sait jamais vraiment ce qui peut arriver. En tout cas, ma première année à Poudlard coïncidait avec la ligue Poufsouffle. Est-ce que tu as déjà assisté à une ligue ? Les concurrents s'affrontent jusqu'à épuisement ou jusqu'à ce qu'un professeur soit obligé d'intervenir. Sans compter qu'il y a également des créatures qui les attendent dans les zones. »

Ah carrément, jusqu'à épuisement. En d'autres termes, ça voulait dire que les professeurs enfermaient les élèves dans une espèce d'arène et attendaient qu'ils soient complètement épuisés pour les en sortir. Joy voyait mal comment on pouvait être attiré par une perspective pareille, pour parler honnêtement. C'était presque cruel, et ça la faisait étrangement penser à un célèbre film Moldu dont sa grande sœur lui parlait souvent. Mais bon, les goûts et les couleurs, ça ne se discutait pas, tout comme les étranges passions des autres. Donc, la petite Serdaigle se garda bien de porter un quelconque jugement sur les activités extrascolaires d'Elina, même si en fait, elles n'étaient pas extrascolaires, puisqu'elles avaient lieu dans le cadre de l'école.

Mais le pire, c'est qu'elle avait non seulement eu affaire à d'autres élèves qui luttaient pour la victoire au même titre qu'elle, mais elle avait également du affronter des créatures. C'était peut-être bien pire que les autres élèves, en fait. Parce que eux, au moins, ils étaient pourvus d'une certaine morale. Les combats entre étudiants ne devaient probablement jamais mal se finir, puisqu'ils savaient où était la limite. Les créatures offensives, en revanche, attaquaient autant qu'elles le pouvaient. Non, décidément, ils étaient tous complètement barrés ici.


« Ah ouais d'accord.. En tout cas, t'as eu du courage d'y participer. » Elle laissa une seconde s'écouler, avant d'enchaîner. « Ça devait être amusant » ironisa l'aiglonne avec un petit sourire. « Finalement, il se passe plus de choses à Poudlard que je ne l'aurais cru. »

Puis, Joy tourna ses yeux bleus vers le lac qui se trouvait face à elle. Peut-être n'était-ce qu'un effet de son imagination, ou peut-être même s'agissait-il de paranoïa, mais les eaux lui semblaient bien plus mouvementées qu'il y a quelques minutes. La vie semblait bien plus présente, et les eaux claires étaient, à l'évidence, habitées. Mais par qui, telle était la question. À ce qu'on racontait, il y avait un calamar géant, mais aux yeux de Joy, rien n'était moins sûr. Cette théorie lui semblait tellement invraisemblable.. Les matchs de Quidditch dangereux, ok. Les ligues bizarres, passe encore, mais on atteint l'extrême limite. Mais un animal pareil dans le lac, là il fallait pas pousser mémé dans les orties ! Prise à ses réflexions, l'aiglonne se décida à interroger son aînée sur la question. Ça commençait à faire un petit temps qu'elle était ici, elle en savait probablement plus qu'elle.

« Dis, c'est vrai cette histoire de calamar géant ? Tu l'as déjà vu, toi ? Ou c'est juste pour faire peur aux première qu'on raconte ça ? »

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Apparemment la réponse de la Poufsouffle avait quelque peu effrayé Joy. Il faut dire que pour une élèves aussi calme que semblait l'être la Serdaigle, l'idée même d'une activité aussi dangereuse devait lui faire friser l'arrêt cardiaque. A vrai dire, Elina se demandait bien s'il serait possible à Joy de passer toute sa scolarité à Poudlard sans jamais se trouver confronté à ce genre d'évènement.

« Ah ouais d'accord.. En tout cas, t'as eu du courage d'y participer. Ça devait être amusant. Finalement, il se passe plus de choses à Poudlard que je ne l'aurais cru. »

Le ton ironique de Joy ne lui échappa pas. Il fallait bien reconnaître qu'Elina elle-même n'aurait pas définit les duels comme amusant. Plutôt comme une expérience intéressante quoique stressante. Cela dit, si la seule mention des duels suffisait à étonner la Serdaigle, elle avait encore beaucoup de choses à découvrir sur Poudlard. Elina elle aussi était loin d'en connaître tout les secrets mais il y avait dans cette école des choses tout à la fois bien plus surprenantes et plus dangereuses que les duels des ligues.

Se rendant compte que Joy gardait le silence, la Poufsouffle suivit son regard. Celle-ci observait les eaux du lac qui semblaient agitées de quelques remous. D'ailleurs, cela semblait la plonger dans une intense réflexion. Elina fut prise d'un doute ; l'aiglonne avait elle connaissance de la vie qui grouillait sous les eaux du lac ? Vu la manière dont elle s'était endormie sur ses berges sans s'inquiéter des strangulots, c'était peu probable. D'ailleurs, Joy ne tarda pas à confirmer son intuition.


« Dis, c'est vrai cette histoire de calamar géant ? Tu l'as déjà vu, toi ? Ou c'est juste pour faire peur aux première qu'on raconte ça ? »

Elina dû se retenir de la dévisager d'un air incrédule. Il y avait donc des gens à Poudlard qui doutait de la présence de ce monstre aquatique ? Pourtant il n'était pas rare de le voir agiter ses tentacules à la surface du lac les jours de beau temps et au vu des remous qui s'amplifiait, la journée s'y prêtait.

« A mon avis tu auras très bientôt ta réponse. Ceci dit, c'est une créature tout à fait pacifique. »

A peine eu elle achevée sa phrase qu'un long tentacule vint crever la surface du lac pour s'étirer paresseusement au soleil. Elina observait avec intérêt la réaction de la Serdaigle face à ce nouvel arrivant. Elina n'avait jamais vu du calamar plus que le bout de ses tentacules, mais la rumeur disait que les Serpentard pouvaient le voir passer devant les fenêtres de leur salle commune. Elle aurait bien voulu voir à quoi il pouvait ressembler sous l'eau. Il devait vraiment être impressionnant, mais elle n'irais pas plonger dans le lac pour aller voir même s'il avait bonne réputation.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Une fois encore, Joy eut l'impression d'avoir sorti une énormité, au vu du regard étonné que lui lança Elina. Quoi, c'était si évident ? Mais le problème, c'était que malgré le fait que oui, ça semblait couler de source, la petite Serdaigle n'arrivait toujours pas à déterminer si oui ou non, ce fameux calamar géant existait et se promenait bien tranquillement dans le lac. Selon tout raisonnement logique, la réponse était non. Dans le cas contraire, Joy l'aurait déjà aperçu, pas vrai ? Et en plus, une bête pareille, ça pouvait faire des ravages. Même si les calamars n'étaient pas connus pour leur violence.. au contraire, ils étaient plutôt passifs.

« A mon avis tu auras très bientôt ta réponse. Ceci dit, c'est une créature tout à fait pacifique. »

Surprise de la réponse d'Elina, la Serdaigle tourna sa tête pâlotte vers le Lac qui s'étendait devant elle avant de voir les eaux limpides commencer à s'agiter. Faisant un effort surhumain pour ne pas bouger et rester un minimum crédible face à la Poufsouffle, Joy ne put s'empêcher d'enfoncer ses ongles dans la terre, démontrant involontairement son stress. C'était énervant, ces innombrables manies qu'elle avait et qui dévoilaient son état de panique. S'il n'y avait pas eu de terre à proximité, elle se serait sûrement rongé les ongles. Ou tripoter l'oreille. Ou elle aurait même peut-être toussé à répétitions.

Mais passons ; une énorme tentacule traversa le lac pour aussitôt replonger dans les fin fonds ténèbres de l'eau, sans plus de cérémonie. Bon bah.. Ça, c'était fait. Joy avait eu la réponse à sa question ; pas vraiment de la meilleure façon qui soit, mais c'était déjà ça. N'empêche que malgré Elina, qui semblait avoir la certitude que le calamar était « tout à fait pacifique », Joy n'en trouvait pas moins tarés les profs de le garder tranquillement. En tout cas, si un jour le calamar attrapait un élève pour le noyer dans l'eau, c'était pas sa faute. Elle démentirait toute forme de responsabilité que ce soit. Même s'il était évident qu'on n'allait pas s'en prendre à elle dans le cas où un tel accident se produirait. Et en plus, ça n'allait PAS se produire. Vu que c'était une créature pacifique. Vous me suivez ? Enfin, tout ça pour dire que Joy avait définitivement renoncé à l'idée de se baigner un jour dans le Lac, parce que même sorcière, elle n'était pas devenue stupide pour autant.


« Charmant. » murmura-t-elle en un sourire.

Une façon comme une autre d'exprimer son dégoût, après tout. Elina n'était pas bête, elle comprendrait l'ironie de la Serdaigle ; celle-ci n'en doutait pas. Joy eut l'intention de demander à la Poufsouffle si ce calamar ne lui faisait pas — ne serait-ce qu'infiniment peu —, peur, mais elle fut coupée dans sa lancée quand elle prit conscience que le soleil était désormais un peu trop haut dans le ciel. En plus, l'herbe sur laquelle elles étaient assises n'était plus trempée. La rosée du matin ne faisait plus effet.. Ce qui prouvait, par a + b, qu'en fait, bah on était plus le matin. Un problème légèrement conséquent quand on sait que les deux jeunes filles ici présentes avaient cours.

« Elina, je crois qu'on devrait y aller, on a cours.. »

Pendant qu'elle parlait, Joy se leva et jeta un coup d'oeil pour voir si sa robe de sorcière n'était pas trop sale. Puisqu'elle était noire, rien à signaler de ce côté. Remise sur pieds et en équilibre, Joy s'adressa une dernière fois à la Poufsouffle.

« Merci pour la discussion et les renseignements, chef ! »

Et elle fit un salut militaire à Elina en accompagnant ses paroles, avant de se diriger à grands pas vers le château. Bon, l'humour de la petite blonde était foireux, c'était pas une grande nouvelle. Faire un salut pareil en appelant sa camarade « chef », en référence à la façon dont elle avait eu peur de son badge de préfète quelques instants plus tôt n'était pas très subtil. Et en plus, si la Poufsouffle n'était pas née Moldue, elle n'allait sûrement rien comprendre. Tant pis !

Reducio
Voilà, RP fini pour moi ! Ça a été un plaisir ^^
(Et désolée pour le retard..)

Ils étaient cœur d'œillets, des fleurs face aux fusils,
Enfants du Bataclan, enfants du paradis.

Dans les bras de Morphée  PV Elina 

Alors que le calamar se chargeait de convaincre la Serdaigle de son existence, Elina observait attentivement celle-ci. Visiblement, l'apparition soudaine d'un tentacule géant lui avait fait forte impression et pour être tout à fait honnête, la Poufsouffle devait bien reconnaître que d'un point de vu extérieur, c'était sa propre réaction qui était la plus décalée. On se serait attendu à ce qu'un calamar géant provoque plus d'émoi chez la jeune fille. Le visage de Joy avait légèrement perdu de ses couleurs et celle-ci était visiblement terrifiée à l'idée de s'approcher de nouveau du lac. Si Elina lui disait maintenant qu'elle s'était approchée de l'endormie par crainte des strangulots plutôt que du calamar, elle était pratiquement certaine que Joy aurait donné son aval pour son admission à sainte Mangouste.

« Charmant. »

Le murmure à peine perceptible de la Serdaigle exprimait tout le bien qu'elle pensait de la présence de la créature. Il fallait bien reconnaître que le calamar était tout ce qu'il y a d'impressionnant. En plus de cela, les Serpentard, dont la salle commune donnait sur le lac, répétaient à qui voulait l'entendre que le calamar géant était une créature terrifiante. C'était bien leur genre à ceux-là de faire circuler des rumeurs pareilles. Après tout, si Elina n'accordait pas de crédit à ses ragots, c'était uniquement parce que sa directrice de maison n'était autre que miss Almeida. Et qui mieux que la professeur de soins aux créatures magiques pouvait dire de quoi était vraiment capable le maître du lac ?Elle s'était d'ailleurs assuré de faire comprendre à ses Poufsouffle que le calamar géant était tout à fait fréquentable.


« Elina, je crois qu'on devrait y aller, on a cours.. »

Effectivement, alors qu'elles discutaient, le soleil était monté haut dans le ciel et annonçait l'imminence du début des cours. Se relevant d'un bond, la Poufsouffle épousseta rapidement sa robe de sorcier, s'assurant qu'elle était toujours présentable.


« Merci pour la discussion et les renseignements, chef ! »

La jeune Serdaigle, en digne élève de sa maison, avait déjà sauté sur ses pieds à l'appel des cours. Et accompagna ses au revoir par un salut militaire des plus comique et inattendu. Quand au « chef », Elina se doutait qu'elle le devait à son badge de préfète. Bien que de parents sorcier, Elina avait vécu dans un environnement moldu de leur propre volonté. Aussi vit-elle ce que le salut avait de militaire. Quoiqu'il en soit, la Serdaigle avait raison de se dépêcher. La Poufsouffle devait rapidement faire de même si elle ne voulait avoir le temps de grignoter quelque chose avant le début des cours.


« Eh bien, je suis contente d'avoir pu t'aider. Il va effectivement falloir se dépêcher d'aller en cours. Ravie de t'avoir rencontré ! »

Sur ce, Elina rendit à Joy son salut militaire et pris la direction du château en toute hâte.

¤ Finisseuse des Frelons ¤ Responsable de la Cabane de Cristal ¤ Sixième année RPG ¤ Rédactrice ¤
~Ne sous estimez pas les griffes du blaireau parce que sa fourrure vous semble douce~