Lac

Inscription
Connexion

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

Ah, septembre. N'est-ce pas un merveilleux mois ? Septembre est magnifique, il colore la végétation des arbres en rouge ou en brun et fait souffler son vent frais dans les branches de ces plantes, faisant tomber leurs feuilles au sol et nous offrant ainsi son célèbre tapis de végétation morte. Septembre emporte avec lui les grosses chaleurs, les maillots de bain, les repas dans le jardin, et surtout les vacances. Pour certains, Septembre n'est pas un cadeau, mais pour Madison, ce mois est celui qui lui accorde le plus de bonheur, surtout cette année.
Car oui, ce mois de septembre était celui de sa première rentrée à Poudlard. Pour la première fois, elle avait pris le Poudlard Express, avait traversé le lac sur une barque avec les autres première année, puis, elle avait été répartie dans la maison de Poufsouffle. La fillette avait attendu ce moment durant l'intégralité de l'été, malgré le fait qu'elle allait être séparée de son père jusqu'à nouvel ordre. Elle avait hâte de se faire de nouveaux amis et de vaincre sa timidité. Les diverses légendes et histoires que le parent de Madison lui racontait lui mettait d'autant plus l'eau à la bouche, lui donnant envie de vivre SON histoire à Poudlard.

C'était en fin d'après-midi, après les cours. Elle avait pris de l'avance sur ses devoirs, et se permit alors de sortir dans le parc pour – comme à son habitude – aller se promener. Mady aimait beaucoup se balader. Cela lui permettait de vider son esprit, de ne penser à rien, mis à part aux petits gazouillis des oiseaux et au bruit du vent, ou encore aux branches craquant sous ses pieds. C'était la meilleure chose à faire pour plein de raisons différentes. De plus, ici, marcher était plus agréable que dans les ruelles de la petite ville où son père habitait.
Le trajet habituel de la première année était le suivant : en sortant du bâtiment, elle longeait la forêt interdite pour ensuite aller saluer Hagrid et éventuellement y prendre un thé, puis repartir et rejoindre le lac, pour se balader près de celui-ci. Enfin, la petite s'installait au bord pour y tremper les pieds. Elle restait ainsi pendant de longues minutes, observant la nature avec passion, ou regardant les autres élèves aller et venir de toutes parts, discutant ensemble.

Ce jour-là, elle avait décidé de rallonger sa balade. Après être passée chez Hagrid, elle prit la direction du lac. Bien sûr, la nouvelle élève n'avait pas oublié de le remercier en partant. C'était toujours avec un grand plaisir qu'elle allait rendre visite au garde-chasse. Son sourire et ses paroles la réchauffaient de l'intérieur presque autant que le thé qu'il lui préparait.
La jeune sorcière progressait vers l'étendue d'eau, les mains en coque près de sa bouche pour les réchauffer. Elle était très frileuse, et songeait à sortir incessamment sous peu ses gants et son écharpe. Peut-être que la Poufsouffle les porterait dès le lendemain, qui sait ?
Une brise fraîche lui lécha le visage, souleva légèrement ses cheveux bruns, puis s'infiltra entre les mailles de sa robe de sorcier. Bientôt, l'effet de chaleur que lui avait procuré le thé disparu, noyé par le froid. Mais Madison n'abandonna pas pour autant son idée de départ qu'était sa promenade rallongée.

La petite arriva au bord du lac, le nez en l'air. Le spectacle qu'offrait le ciel était magnifique. De petits cumulus blancs se déplaçaient sans cesse dans un beau ciel bleu, et où le soleil brillait de mille feux (bien qu'il fasse assez froid). Mais Mady ne risqua pas de tomber dans le lac, et reporta son regard sur la terre ferme. Elle longea le lac par la droite sur un chemin étroit, s'éloignant un peu plus de l'école. Mais peu lui importait. En vérité, elle n'avait pas réfléchi à la question.
Soudain, quelque chose fit bouger le buisson qui se trouvait à côté d'elle, ce qui l'arrêta net dans sa marche. Une sueur froide coula le long de sa colonne vertébrale. La première année accéléra le pas pour s'éloigner de la chose qui remuait. A sa grande surprise, le bruissement de feuilles la suivit de près. Madison s'affola, et se mit à trottiner. Mais la chose ne s'arrêta pas dans sa course.


« Arrêtez de me suivre ! Je ne sais pas si je parle à un simple animal ou à un Homme, mais laissez-moi ! » lança-t-elle sans s'arrêter.

Malgré ses paroles, le bruit ne stoppa pas son avancée. La petite tourna sa tête vers les buissons, essayant d'apercevoir la silhouette de la chose qui s'obstinait à la poursuivre, sans stopper sa course qui était maintenant proche du sprint. Ce n'était pas prudent, mais elle avait tellement peur de cette chose qu'elle espérait n'être qu'un lapin. Et pourtant, la nouvelle aurait du s'arrêter...
Tout à coup son pied glissa au bord du chemin, les orteils les premiers dans l'eau. La jeune fille n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il venait de se produire que déjà, son corps plongea dans le lac. L'eau était glaciale, ce qui coupa la respiration de l'élève pendant quelques secondes. Malheureusement, celle-ci n'était pas très bonne nageuse, car jamais son père ne lui avait appris. Mady se débattait, essayant de ne pas penser à toutes les bêtes qui vivaient dans l'eau.


« AU SECOURS ! » hurla-t-elle, désespérée.

Pendant quelques instants, elle songea à ce qu'il se passerait si elle mourait noyée, mais cela ne faisait qu'empirer la situation.
La jeune élève commençait à fatiguer, et pria pour que quelqu'un vienne l'aider. Sa peur ne faisait que croître, ce qui lui nouait l'estomac. Soudain, sa cuisse cessa de vouloir fonctionner, et une forte douleur se propagea dans sa jambe. Elle arrêta tout mouvement : il lui était impossible de continuer...

" Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue " - Albert Einstein

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

L'automne n'était pas la saison préférée de Gabriella. Le froid, la pluie, l'humidité... Rien de cela ne lui plaisait. On avait beau dire que les feuilles avaient une belle couleur, ce qu'elle aimait, elle, c'était l'été. La mer, les baignades, le soleil... Elle adorait tout ce qui touchait à la chaleur. Malheureusement, ils venaient tout juste d'en sortir. Cependant, l'hiver aussi lui plaisait bien. La neige, le froid vivifiant, Noël, les chocolats chauds... L'hiver devait être quelque chose de particulièrement passionnant à Poudlard. Faire des batailles de boule de neige dans le Parc recouvert de poudre blanche ne pouvait qu'être formidable. Et puis pour les enfants qui y restaient à Noël, ça ne pouvait qu'être mieux. Le château devait très certainement être illuminé de milles et unes guirlandes, de sapins et de bougies. Quant au repas du 24 décembre, il y avait fort à parier qu'il devait même être meilleur que dans les familles. Mais peut-être que la jeune rouge aurait l'occasion, pour sa première année à Poudlard, de tester tout cela ? Si elle ne revenait pas chez elle pendant les vacances.

Mais avant d'en arriver là, elle avait décidé d'aller se promener du côté du Lac. Qui n'avait jamais entendu parler du calamar géant ? La fillette n'avait encore jamais eu l'occasion ne serait-ce que de l'apercevoir, et elle aurait beaucoup aimé. Elle avait même apporté quelques tranches de pain qu'elle avait piqué lors du repas de midi au cas où. La fillette n'avait aucune idée de ce que pouvait bien manger une telle créature, mais tout le monde aimait le pain. Vous devez sûrement vous dire qu'elle était bien naïve de penser qu'elle pourrait approcher suffisamment le calamar pour pouvoir le nourrir. Mais la petite n'avait pas pour habitude de réfléchir à ce qu'elle faisait. Elle agissait sous le coup de l'envie.

Cependant, une fois arrivée au rives du Lac, elle ne vit aucun tentacule briser la surface parfaitement lisse de l'eau. La créature devait sûrement nager plus profondément, ou peut-être même dormir. Il faut dire que plus Gabriella y pensait, plus elle se disait qu'elle ne connaissait strictement rien à l'animal qu'elle comptait trouver. Mais c'était ça qui était excitant. L'inconnu, l'imprévu, le risque. Elle s'approcha donc un peu plus et s'assit. Ici, elle attendit dix minutes, faisant glisser ses doigts à la surface de l'eau glacée, créant d'harmonieuses ondes. Elle ramena ses jambes contre sa poitrine et commença à se balancer machinalement. Il faisait assez froid. Peut-être devrait-elle rentrer ? Le calamar n'allait sûrement pas se montrer aujourd'hui. Mais alors qu'elle commençait à se relever, elle entendit un cri s'élever pas très loin d'elle.


- "AU SECOURS !"

La petite rouge se releva d'un bond, le visage en alerte. Sans réfléchir à ce qu'elle faisait (comme toujours), elle couru dans la direction du cri. Elle dérapa au passage sur une motte de terre humide et manqua de tomber, mais se rattrapa de justesse. Plus elle avançait, plus elle rivait son regard à l'horizon, essayant de voir qui avait bien pu lancer un appel à l'aide. C'est alors qu'il lui sembla distinguer une forme dans le Lac. La première année couru encore plus vite, et finit par voir qu'une personne se trouvait bel et bien en plein milieu de l'eau, agitant désespérément ses membres pour essayer de se sortir de là. Mais une étrange pensée traversa la tête de la petite canadienne. Pourquoi est-ce que cette personne ne nageait-elle tout simplement pas ? Serait-il possible qu'elle ne sache comment faire ? Mais ce n'était pas le moment de se poser ce genre de questions.

Quand elle arriva à hauteur du corps, elle pu distinguer une fillette, qui ne devait pas être bien plus âgée qu'elle. Elle tentait de rester à la surface, mais ne faisait que paniquer. Gabriella resta quelques secondes sans savoir que faire. Elle ne pouvait tout de même pas sauter dans l'eau. À cette température là, elle allait avoir un choc thermique. Mais elle n'avait plus assez de temps pour penser. La petite commençait à arrêter de se débattre, les membres sûrement trop engourdis pas le froid de l'eau. Et c'est à ce moment précis que Gabriella eu une idée, qui pouvait apparaître tout à fait logique.
*Ma baguette.* Elle sortit de la poche de son manteau le petit morceau de bois, le pointa sur la jeune fille, et prononça :

- "Wingardium Leviosa !"

Délicatement, la fillette sortie l'autre fille de l'eau. Elle avait vu Miss Tourmaline exécuter ce sort lors d'un de ses cours sur un élève. La canadienne avait donc su que ça allait fonctionner. Quand elle reposa l'autre enfant à terre, - qui s'avéra être une Poufsouffle au vu des couleurs de son uniforme - elle se précipita à ses côtés, la regardant d'un air inquiet tout en la secouant légèrement :

- "Ohoh ! Tu vas bien ?"

↬ Remplaçante Poursuiveuse des Red Lights ↫
↬ Responsable des Nouveaux Arrivants ↫
↬ Lionceau ↫
/!\ Jeune enfant turbulente /!\

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

Ca y est, c'était la fin. Madison allait rejoindre le paradis et laisser son corps couler jusqu'au fond du lac. Peut-être servirait-il de repas au calamar géant, qui sait ? De sombres pensées vinrent obscurcir ses idées, ce qui n'arrangea rien à sa position actuelle. La mort serait venue la rencontrer bien trop tôt à son goût. Sa vie aurait été courte, mais le destin l'aurait choisi, elle ne pouvait rien n'y faire.
La jeune fille aurait lâché une longue plainte si elle n'avait pas été sous l'eau. La température du lac lui donnait la sensation que sa peau était percée par d’innombrables aiguilles et que son corps ne devenait plus qu'un vulgaire caillou progressant vers le fond.

Tout à coup, son corps – qui descendait comme tout objet laissé tombé dans une masse d'eau – se mit à changer brusquement de but. Comme s'il avait décidé de toucher le ciel au lieu de se poser dans la végétation sous-marine. Les yeux ouverts, la petite vérifia si ce n'était pas elle qui, sans le vouloir, s'était mise à battre des jambes et des bras. Mais aucun de ses membres ne bougeait.
La première année leva les yeux vers le ciel, et pria pour que la surface se rapproche plus rapidement, car la jeune sorcière commençait à manquer d'air.

Malgré le ressentit de Madison, l'ascension fut plutôt rapide, ce qui lui fit mal aux oreilles. La Poufsouffle émergea des eaux si vite qu'elle avala la tasse au dernier moment. La fore inconnue qui l'avait soulevée la maintint en l'air quelques secondes – qui parurent des heures – pour enfin déposer la mi-noyée sur la rive d'où elle était tombée.
Les fesses par terre, la jeune fille était tétanisée. Elle ne savait pas quoi faire, ni quoi dire sur ce qu'il venait de se produire. La seule chose qu'elle savait, c'est qu'elle mourait de froid.
Soudain, une fille aux cheveux bruns se rua sur la rescapée du lac, une baguette magique à la main. Madison comprit alors quelle était la chose qui l'avait sortie de ce pétrin. L'inconnue se mit à la secouer.


« Ohoh ! Tu vas bien ? » demanda-t-elle à la fillette.

Cette dernière grelottait comme jamais, et ses lèvres devaient certainement être colorées d'un bleu violacé. Son regard était dans le vide, mais elle était consciente, parfaitement consciente, même. Ses vêtements aux couleurs de sa maison étaient trempés et sa robe de sorcier aussi lourde que pourrait l'être une côte de maille. Déjà qu'il faisait froid en temps normal, être trempée jusqu'aux os d'une eau mille fois plus glacée que la température extérieur (qui lui semblait presque printanière, à présent) n'arrangeait rien. La réponse à la question de la Gryffondor (ce qui semblait être la maison de la brune, compte tenu de ses vêtements) se lisait sur le visage de la petite. Cette dernière préféra donc ne pas répondre.

« J'ai cru que j'allais y laisser ma peau... » souffla-t-elle entre deux claquements de dents.

Tout à coup, l'eau qu'elle avait avalée quelques minutes auparavant remonta comme de la lave qui est propulsée à l'extérieur d'un volcan. L'irruption d'eau aspergea la rouge au niveau du menton, atteignant ainsi le bas du visage et le haut des vêtements. La jaune plaqua ses mains sur sa bouche, consciente de la bêtise qu'elle venait de faire.
Un silence pesant régna entre les fillettes, tandis que le visage de la fautive se teintait en rouge tomate. Celle-ci espéra que sa camarade ne l'avait pas trop mal pris.


« Je...Euh...Désolé... » dit-elle, les mains toujours collées contre ses lèvres.

A ce moment, Madison aurait tout donné pour disparaître, ou bien maîtriser le transplanage. Malheureusement, ce n'était pas le cas.

Reducio
Désolé pour le minuscule petit retard. J'étais occupée ce week-end :thinking:

" Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue " - Albert Einstein

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

Gabriella observa la petite Poufsouffle, tremblante comme une feuille, arborant des lèvres d'un violet remarquable. Celle-ci avait les cheveux collés contre son visage, et ses vêtements complètement trempés devait sûrement lui tenir encore plus froid. La rouge ne savait pas quoi faire pour l'aider. Elle ne connaissait aucun sort capable de la réchauffer ou de la sécher, et n'était en général pas très douée entant que samaritaine. D'habitude, c'était plutôt elle qui causait les problèmes. Mais ce qui l'inquiétait actuellement, c'était le regard complètement vide que pouvait avoir la jaune. C'était comme si elle n'était pas là, que la vie était sortie de son corps tout entier. Elle l'observa donc quelques secondes d'un œil plutôt sceptique. Mais quand enfin la Poufsouffle prit la parole, la fillette poussa un soupir de soulagement intérieur. Au moins elle savait encore parler.

- "J'ai cru que j'allais y laisser ma peau..."

Inutile de le préciser. Gabriella aussi l'avait bien cru. D'ailleurs qui sait ce qui se serait passé si elle n'était pas arrivée à temps ? La jaune y serait très certainement passée. Elle avait eu de la chance, beaucoup de chance. Mais c'est alors que quelque chose d'étrange se produisit. La petite Poufsouffle semblait sur le point de cracher on ne savait quoi, comme si elle venait d'avaler de travers. Et en effet, quelques secondes plus tard, Gabriella se reçut un jet d'eau sur le menton, lui mouillant son visage et ses vêtements. Elle cligna plusieurs fois des yeux, complètement surprise. Et pendant ce temps là, la jaune se confondait en excuses.

- "Je...Euh...Désolé..."

La rouge la regarda encore quelques secondes, puis explosa littéralement de rire. Jamais vous n'auriez pu la voir s'énerver pour une chose comme cela. Elle commença donc un rigoler d'une façon incontrôlable, et tomba à la renverse. Il fallait un peu se représenter la situation. Une Poufsouffle à demi morte venait de lui recracher à la tête l'eau qu'elle avait avalée auparavant, lui prouvant ainsi qu'elle était toujours bien vivante. La petite parvint donc à reprendre son souffle afin de lui dire :

- "C'est pas grave, t'inquiète pas ! dit-elle en s'essuyant l'eau d'un revers de la manche. Tiens, prends mon manteau."

Sur ce, elle enleva ce dernier et le tendit à jaune, toute grelottante. Ça lui tiendrait peut-être plus chaud.

- "Au fait, moi c'est Gabriella, Gabriella Woods. Je suis à Gryffondor. Enfin tu l'avais sûrement ccompris à la couleur de mon uniforme. Et toi, c'est quoi ton prénom ? T'es à Poufsouffle non ?"

Gabriella la regardait à présent avec intérêt. Ce n'était tout de même pas tous les jours qu'on sauvait la vie de quelqu'un.

↬ Remplaçante Poursuiveuse des Red Lights ↫
↬ Responsable des Nouveaux Arrivants ↫
↬ Lionceau ↫
/!\ Jeune enfant turbulente /!\

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

Pourquoi ? Pourquoi il fallait toujours que Madison se ridiculise ? Pourquoi était-elle aussi maladroite avec les gens ? La petite se le demandait bien. Depuis son plus jeune âge, elle demeurait maladroite, ce qui lui attirait parfois quelques ennuis.
Une vague de honte mêlée à une certaine colère se propagea dans son corps. La Poufsouffle baissa les yeux, n'osant pas regarder le visage de sa camarade.


*Bravo Mady, pensa-t-elle, belle façon de remercier quelqu'un de t'avoir sauvé la vie !*

C'était dommage, vraiment dommage de créer une tension entre les deux fillettes, car la Gryffondor semblait être adorable. Une personne avec un cœur d'or, et avec qui on pourrait bien s'amuser. En tout cas, c'est ce qu'on ressentait en la regardant. La culpabilité s'accentuait en la première année. Et si l'autre réagissait mal ? Et si, finalement, elle n'aurait jamais d'ami ? Sa gorge se noua, et elle dut faire un effort considérable pour ne pas laisser s'échapper une seule larme.
Soudain, quelque chose brisa le silence qui régnait. Un éclat de rire. Proche, très proche. La blaireautine releva la tête et découvrit sa camarade se tenant les côtes, hilare. Madison ne savait pas vraiment comment réagir, ni que dire. Elle se contenta d'esquisser un petit sourire gêné, tandis que ses pommettes prirent une teinte rosée.


« C'est pas grave, t'inquiète pas ! » lança la rouge en essuyant l'eau qui suintait sur son visage. « Tiens, prends mon manteau. »

Cette dernière le retira pour le remettre à sa camarade qui n'avait cessé de grelotter. La jaune le prit délicatement, sans mot dire. Elle l'enfila doucement, en regardant l'autre élève d'un regard niais. Elle avait vu juste tout à l'heure : cette petite avait un cœur d'or.
La veste, bien que légèrement mouillée par la Poufsouffle, procura à cette dernière un peu de chaleur et de réconfort.


« Au fait, moi c'est Gabriella, Gabriella Woods. » reprit l'autre. « Je suis à Gryffondor. Enfin tu l'avais sûrement compris à la couleur de mon uniforme. Et toi, c'est quoi ton prénom ? T'es à Poufsouffle non ? »

La jeune sorcière esquissa un sourire qui se voulait reconnaissant. La culpabilité et la honte qu'elle avait ressentie quelques minutes auparavant s'étaient évaporées, comme par magie. A présent, la fillette se sentait beaucoup mieux.

* Adorable... Vraiment adorable. * songea-t-elle, son sourire toujours collé sur son visage.

Peu à peu, ses lèvres reprenaient une teinte normale, ce qui était une bonne chose. Cependant, son corps était encore secoué de quelques frissons.

« Moi c'est Madison. Madison Walker. Mais, tu peux m'appeler Mady, c'est comme tu veux. » répondit la jaune d'une voix plus naturelle qu'avant. « Je suis effectivement à Poufsouffle. Je te remercie de m'avoir sauvé la vie deux fois de suite, car en plus de m'être à moitié noyée, j'ai bien cru que j'allais mourir de froid ! Je me demande bien qu'est-ce que j'aurais fait si tu n'étais pas venue... »

La jeune fille marqua une pause, durant laquelle elle observa son reflet à la surface de l'eau. Quelques poissons allaient et venaient, rien d'inquiétant. Mais malgré ça, la petite savait que beaucoup de créatures dont elle ne connaissait même pas l'existence demeuraient dans ce lac. Dont un calamar géant. Si Gabriella n'était pas venue à sa rescousse, peut-être que d'abominables bestioles seraient venues déchiqueter sa peau, puis sa chair. L'eau aurait pris la couleur de son sang, et son cadavre, qui n'aurait plus l'air humain, se serait déposé dans la végétation sous-marine, avant d'être englouti par le calamar.
Un frisson parcourut l'échine de la fille, ce qui la ramena à la réalité.


« Pour l'instant, tu es bien la seule personne qui soit venue me parler ainsi. »

Madison décrocha enfin son regard du lac pour le planter dans les yeux de la Gryffondor.

« Tu as vraiment l'air d'être quelqu'un de bien. Tu dois avoir beaucoup d'amis, non ? Moi j'ai plutôt du mal à ... communiquer. Disons que les livres sont moins difficiles à aborder ! »

La jeune sorcière laissa échapper quelques rires, mais les stoppa presque aussitôt. C'était peut-être mal vu de rire à sa propre blague du point de vue de Gabriella, alors, elle se contenta de faire apparaître un léger sourire sur son visage. C'était si réconfortant de pouvoir enfin discuter avec quelqu'un !

" Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue " - Albert Einstein

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

La Poufsouffle accepta le manteau de Gabriella avec reconnaissance. La rouge n'allait tout de même pas la laisser mourir de froid ; elle ne voulait pas avoir cela sur la conscience. La jaune continua néanmoins de grelotter. Avec un temps pareil, tomber dans l'eau n'était pas une très bonne idée pour dire vrai. De plus, ce n'était pas si souvent qu'on avait l'occasion de sauver la vie des gens. Voilà de quoi bien commencer une amitié. La petite Poufsouffle remercia donc la canadienne, avant de se présenter.

- "Moi c'est Madison. Madison Walker. Mais, tu peux m'appeler Mady, c'est comme tu veux. Je suis effectivement à Poufsouffle. Je te remercie de m'avoir sauvé la vie deux fois de suite, car en plus de m'être à moitié noyée, j'ai bien cru que j'allais mourir de froid ! Je me demande bien qu'est-ce que j'aurais fait si tu n'étais pas venue..."

Gabriella lui sourit joyeusement. Elle n'avait jamais rencontré cette personne auparavant, et son prénom ne lui semblait absolument pas familier. Un silence s’établit ensuite, laissant place aux bruits alentours. Madison semblait absorbée par la surface de l'eau, sûrement encore perturbée par ce qui venait de lui arriver. Ce Lac avait de toute manière de quoi faire peur. On ne savait pas ce qu'il renfermait, et il restait tout le temps lisse, tel un miroir. Son eau reflétait parfaitement le ciel et les arbres aux alentours, lui créant un effet hypnotisant. Une question restait cependant un suspens dans la tête de Gabriella. Comment est-ce que la jaune avait-elle bien fait pour tomber ? Avait-elle dérapé ? Mais généralement, on ne dérape pas comme ça, sans aucune raison. La gryffonne avait bien failli déraper alors qu'elle venait au secours du cri qu'elle avait entendu, mais à ce moment là elle courrait, ce qui aurait pu alors tout à fait s'expliquer. Mais avant qu'elle ait eu le temps de demander quoi que ce soit, la Poufsouffle reprit la parole.

- "Pour l'instant, tu es bien la seule personne qui soit venue me parler ainsi."

Cette réflexion provoqua quelque chose d'étrange chez la canadienne. Ce n'était pas de la compassion ni de la pitié, car ces deux sentiments n'existaient pas chez elle. Elle se sentait juste gênée. D'habitude, elle réagissait par le rire, mais là, elle n'y arrivait pas. Elle ne savait absolument pas quoi dire. Heureusement que Madison reprit la parole.

- "Tu as vraiment l'air d'être quelqu'un de bien. Tu dois avoir beaucoup d'amis, non ? Moi j'ai plutôt du mal à ... communiquer. Disons que les livres sont moins difficiles à aborder !"

Gabriella détourna le regard, ne sachant que dire. Elle esquissa un faible sourire à la blague de la fillette. Elle orienta de nouveau son regard vers le Lac, et fit machinalement tourner sa baguette entre ses doigts. Il s'écoula ainsi plusieurs secondes, sans qu'aucune des deux petites ne prononce mot. Ce fut finalement la rouge qui brisa la glace.

- "Oui, je connais quelques personnes... Enfin tu sais je suis nouvelle moi aussi. Et puis t'inquiètes les amis ça se fait vite. Mais les livres aussi c'est sympa hein."

La première année ne savait absolument pas trouver les mots. C'était quelque chose qui la mettait dans une position inconfortable, car elle n'aimait pas ça. D'habitude ce n'était pas vraiment elle qui réconfortait les personnes. C'est pourquoi elle décida de changer de sujet.

- "Mais au fait, comment t'as fait pour tomber dans le Lac ? T'as dérapé ?"

↬ Remplaçante Poursuiveuse des Red Lights ↫
↬ Responsable des Nouveaux Arrivants ↫
↬ Lionceau ↫
/!\ Jeune enfant turbulente /!\

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

Madison se sentit soudain mal à l'aise. Sa camarade avait timidement souri à sa blague, puis avait tourné la tête. Il y eut un moment de tension entre les deux jeunes filles, et la Poufsouffle eut peur d'avoir tout gâché entre elles. Son cœur se serra, puis la jeune sorcière baissa la tête et fixa ainsi ses genoux. Pourquoi fallait-il qu'elle parle de choses gênantes dans ce genre de moment ? Madison soupira intérieurement. Le silence qui régnait en maître pesait lourd sur les épaules de la fillette. Elle se questionna soudainement sur la suite des évenements : fallait-elle qu'elle se lève pour quitter son amie, ou rester et attendre qu'une d'elles deux reprenne la parole ? La brune opta pour la seconde option. Elle attendit un moment qui lui parut être une éternité, jusqu'à que la Gryffondor dise enfin :

« Oui, je connais quelques personnes... Enfin tu sais je suis nouvelle moi aussi. Et puis t'inquiètes les amis ça se fait vite. Mais les livres aussi c'est sympa hein. »

La blaireautine esquissa un grand sourire lorsque sa camarade lui répondit ceci. En réalité, elle s'esclaffait intérieurement : *Tout ce temps pour répondre ça ? Comme c'est drôle, on aurait cru m'entendre !* La première année dut se retenir d'exploser de rire pendant un certain temps : son amie était presque aussi maladroite qu'elle ! Voilà un point commun que Madison se trouva avec Gabriella.

« Mais au fait, comment t'as fait pour tomber dans le Lac ? T'as dérapé ? » demanda la rouge.

La petite continua à afficher son grand sourire. L'atmosphère s'était enfin détendue, et elle en était fort soulagée. Leur discussion pouvait enfin reprendre son cours. La jeune fille se promit de ne plus plomber l'air avec une réflexion dérangeante.
La petite tourna la tête vers la forêt et fixa longuement un tronc d'arbre, les yeux plissés, afin de mieux réfléchir à la question. Il lui fallut un certain temps pour retrouver le fil de son accident, mais finalement, la suite des événements se reconstitua rapidement dans son esprit, lui permettant ainsi d'expliquer – à quelques détails près – quel a été l'élément déclencheur de sa chute.


« Eh bien, je me baladais, comme à mon habitude. » commença la première année « La seule chose que j'avais modifié dans mon trajet normal, c'était ce prolongement le long du lac. Bref, je me promenais donc au bord de l'eau tandis que le chemin se resserrait petit à petit, mais comme je faisais attention à chaque pas que je faisais, j'étais confiante. Jusqu'au moment où quelque chose se mit à faire du bruit dans les feuillages. Plus j'avançais, et plus j'avais l'impression que la chose me suivait. Alors, j'ai pris panique, et je me suis mise à courir en regardant derrière moi... Et puis bien sûr, mon pied a un peu trop approché la rive, puis VOUUUT, PLOUF ! »

La Poufsouffle mima sa chute à l'aide de ses mains pendant qu'elle parlait. Puis, elle esquissa un large sourire avant de conclure en reportant son regard sur Gabriella :

« Et la suite, tu la connais ! »

Quelques petits rires s'échappèrent de sa bouche. Si un inconnu arrivait à cet instant précis, jamais il ne soupçonnerait en lisant l'expression du visage de la brune, qu'un moment de gêne était survenu quelques secondes auparavant. C'était comme s'il ne c'était rien passé.
Madison était plutôt heureuse d'avoir retrouvé une bonne ambiance, et il ne fallait pour rien au monde que cela rechange. Alors, pour alimenter la conversation, la jeune sorcière demanda à la Gryffondor :


« Au fait, qu'est-ce que tu venais fa... »

Soudain, un bruit de feuilles se fit entendre à l'orée de la forêt interdite. La fillette sursauta avant de se figer complètement, l'oreille tendue. Son teint s'était instantanément coloré d'un blanc digne d'une peau de vampire, et son sourire s'était effacé. Était-ce la chose qui l'avait suivie durant sa course de tout à l'heure ? Ou était-ce simplement le hibou de Miss Almeida gigotant succinctement dans sa camisole de force ? Allez savoir. Dans tous les cas, la première année était pétrifiée par la peur.
Le bruit cessa l'espace d'un instant. La jeune fille tourna légèrement la tête pour croiser le regard de Gabriella, lui montrant ainsi son état d'angoisse, avant de replanter son regard au creux du buisson. Son cœur battait la chamade, et sa gorge se noua si fort qu'elle dut déglutir plusieurs fois pour la calmer. La chose pouvait leur sauter dessus à tous moments.
Tout à coup, les feuilles se remirent à gigoter, puis des pattes émergèrent du buisson. La blaireautine étouffa un petit cri, puis se cacha le visage à l'aide de ses mains. Soudain, plus rien, plus aucun son. Madison retira lentement ses doigts de devant ses yeux, puis releva la tête, découvrant ainsi son monstre : il s'agissait d'un majestueux cerf, au poils bruns et aux bois immenses. En temps normal, la Poufsouffle aurait adoré l'animal, et aurait tenté de l'approcher, mais aujourd'hui, ce n'était pas du tout le cas. Cela aurait été la faute du cerf si elle avait péri dans l'eau. La jaune fixa le cerf sans ciller. Une rage folle l'envahit tout à coup, presque incontrôlable. Lorsque soudain, hors d'elle, Madison s'écria :


« Ignoble animal ! »

La fille fronça les sourcils et se détourna de l'animal. A cause de lui, la petite était en colère, et elle ne pourrait se calmer seule.

Reducio
Excuse-moi pour ce retard... J'étais assez occupée depuis le mois dernier... J'espère que tu ne m'en veux pas trop :sweatingbullets:


Reducio
La phrase soulignée en gras est pour le Poufsouffle exquis, en salle commune ^^

" Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue " - Albert Einstein
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Une rencontre sous le signe de... l'eau !  PV Gabriella 

Sujet bloqué (délais de 6 mois dépassé) - Si vous souhaitez réouvrir ce sujet, envoyez un hibou à la préfecture ou à un membre du corps professoral.