Lac

Inscription
Connexion

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

Meilla était rentrée au château depuis peu, c'était la fin des vacances de Noël, qui avaient été mouvementées mais très intéressantes. La jeune fille avait fait la rencontre de merveilleuses personnes, qu'elle espérait avoir la chance de revoir un jour. Le nouvel an était passé depuis quelques jours, mais elle ne s'était pas fait de résolutions. Elle avait d'abord décidé qu'il était inutile d'en faire puisqu'elle ne les tenait jamais, mais finalement elle avait changé d'avis. C'était comme une tradition dans la famille Primard, et bien qu'elle ne souhaite plus trop en entendre parler (malgré le fait qu'elle porte toujours ce nom), elle voulait perpétuer le rituel. C'est important les traditions, cela permet d'avoir des repères, et quand elle aurait des enfants (si elle en avait un jour), elle voudrait leur donner ce type marques. Pour le moment, il fallait qu'elle reprenne ses marques. Sa vie était chamboulée depuis un peu trop longtemps désormais, et elle espérait remettre assez vite tout en ordre. Elle avait commencé à s'assumer seule et c'était un bon début, il fallait qu'elle continue.

Marchant au gré de ses envies dans la neige de ce mois de janvier, elle arriva près du lac où le reflet de la lune scintillait doucement. Cette image avait toujours eu le don de l’apaiser, et cela avait une origine. Il se trouvait que lorsqu'elle était petite et qu'elle faisait des cauchemars, son père lui montrait la lune qui se reflétait sur les flaques d'eau devant chez eux. Il lui racontait qu'elle pourrait être n'importe où dans le monde, même à Poudlard, elle la verrait toujours et l'astre veillerait toujours sur elle. Elle se rendormait alors sur son épaule et se réveillait doucement le lendemain matin couchée dans son lit.

La rouquine s'assit sur un banc, emmitouflée dans sa cape bleu marine, et resta un moment les yeux dans le vide à réfléchir à sa vie. Que voulait -elle entreprendre cette année? Ses études bien évidemment, il faudrait qu'elle trouve son orientation, mais ce n'était pas à proprement parler une résolution puisqu'elle devrait choisir de toute manière. Faire plus de sport? Elle en faisait déjà (bien qu'elle ne fasse pas partie du championnat cette année, elle avait décidé de continuer.) Travailler plus? Elle avait de bonnes notes et pour l'instant, cela lui convenait, lui laissant le temps de faire d'autres choses, comme ses tâches de préfète, par exemple. Peut-être pourrait-elle penser à se faire plus de relations. Il est vrai qu'elle n'avait pas beaucoup d'amis, ni d'ennemis d'ailleurs. Depuis qu'Haley était partie, c'était un peu compliqué. Toutes les personnes qu'elle connaissait étaient plus jeunes qu'elle et bien qu'elles soient très sympathiques, ce n'était pas exactement pareil. Parlons des choses qui fâchent maintenant... Le plan familial... La jeune fille se dit qu'elle devrait un jour reparler à ses parents. Quand elle aurait le courage, elle leur enverrait une lettre pour demander à les voir. Et pourquoi pas maintenant? Elle en avait le courage et c'était peut-être le seul moment où elle l'aurait. Il ne fallait pas qu'elle tarde trop, ou elle ne renouerait jamais le contact avec sa famille.


Reducio
Ce RPG a été réalisé dans le cadre d'une mission pour la cabane de Cristal, il ne demande pas forcément une réponse, mais si vous en avez envie, allez-y ^^

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

Wendy avait besoin de prendre l’air. Il lui arrivait de regretter d’avoir été assignée à Serpentard à cause du positionnement de leur Salle Commune. En effet, bien qu’extrêmement bien emménagés et plutôt douillets, les cachots de la maison au blason vert et argent manquaient parfois d’un peu d’aération pour la fillette qui avait grandi près de la jetée de Brigthon. Le vent légèrement piquant du bord de la manche lui manquait, elle aimait le mince filet de sel qu’il laissait aux coins de ses lèvres lors des longues fins d’après-midi passées à admirer le coucher du soleil. Ce soir-là Wendy avait le cœur aventurier. Elle se rendait compte que depuis sa rentrée elle n’avait que très peu exploré le château par elle-même, trop occupée à emmagasiner les nouvelles connaissances que lui apportait le monde de la magie jusque-là inconnu. Elle avait beaucoup de paradoxes pour une petite fille de onze ans. Froussarde, mais pas lâche. Solitaire mais bavarde. Changeante, comme dirait sa grand-mère. Instable, comme soulignerait son père lors d’une dispute avec sa mère pas suffisamment privée.

Elle avait néanmoins décidé de prendre son courage à deux mains et de profiter que la lune soit si belle en ce début de soirée pour s'autoriser une ballade près du lac. Le lac l'effrayait un peu, juste ce qu'il faut pour frissonner et se sentir terriblement en vie, pas comme la Forêt Interdite, qui lui donnait carrément envie de partir en courant à la simple pensée de ce qu'elle pouvait abriter.
La jeune verte enfila sa cape d'hiver et enfonça son bonnet jusqu'à couvrir ses épais sourcils noirs. Elle marchait dans la neige craquante d'un pas léger, s'enivrant de l'air glacial qui lui remplissait les poumons. Ce qui lui manquait le plus c'était ses cours de danse. Elle s'était surprise à plusieurs reprises à penser à danser, le travail du corps lui manquait, la rigueur du classique aussi. Aussi, se croyant seule elle s'autorisa quelques pas de danse dans le sol blanc ivoire. Et hop un petit entre chat...Glissade, pas de bourrés et grand jeté ! Prise à son propre jeu, Wendy virevoltait sous le reflet de la lune, gagnée par une euphorie solitaire.

Solitaire ? Peut-être pas tant que ça...Alors que la fillette achevait sa petite improvisation dansée par une révérence pompeuse face à l'étendue sombre au reflet imperturbable du lac, elle s'exclama fort amusée :

"Fin de la danse ! Amis poissons, sirènes et autres créatures des eaux encore inconnues, j'espère vous avoir diverti !..."


Relevant son dos qu'elle avait aplati contre ses jambes tendues jusqu'à frôler le sol du bout de son nez, son expression ravie se crispa tout à coup. Sur les rives du lac, à quelques mètres d'elle était assise une silhouette. Wendy faillit hurler mais, par chance, son cerveau encore embué par l'endorphine libérée lors de sa petite démonstration artistique accusa l'information à temps ; pas de danger, c'est une élève ! La jeune verte reconnaissait la silhouette et surtout la longue chevelure qu'on devinait rousse même sous la pâle lumière de l'astre lunaire.
A la peur succéda la honte, Wendy pria pour que l'élève qu'elle soupçonnait d'être en dernière année, et donc quasiment une adulte, n'ait rien vu de son petit numéro comique. Elle semblait absorbée par ses pensées, sans doute l'avait-elle dérangé. Mon dieu quelle catastrophe tu es ma pauvre Wendy ! songea-t-elle, il n'y a plus qu'à invoquer une maladie incurable ou un somnambulisme chronique !

*TROISIEME ANNEE RPG* Poudlard 2040*
“- Is this real? Or has this been happening inside my head?
- Of course it’s happening inside your head, Harry, but why on earth should that mean that it is not real?”

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

Toujours en train de tergiverser pour savoir s'il fallait qu'elle se rende à la volière ou non, Meilla ne remarque pas la fille qui s'était mise à danser. Cependant, même dans ses pensées, elle ne put manquer la phrase pour le moins étrange, que toutes les personnes présentes autour du lac (si tant est que des gens étaient assez fous pour sortir en cette fraîche soirée) avaient entendu. Intriguée, elle se tourna et s'approcha de la personne à l'origine de cette phrase, pensant qu'il y avait peut-être eu un problème dans le dîner comme lors de la fête des légumes... Si c'était le cas, avait-elle loupé l'heure du repas?? Un rapide coup d'oeil à sa montre lui apprit qu'il était à peine six heures, et qu'elle avait donc encore le temps avant de se rendre dans la Grande Salle pour se restaurer.

La jeune fille se ressassa la phrase en boucle. "Amis poissons, sirènes et autres créatures des eaux encore inconnues, j'espère vous avoir diverti !..." La fille avait vraiment parlé aux poissons... D'un autre côté, la rouquine se mit à sa place. Dans la nuit comme cela, elle n'avait pas dû la voir et pensait donc être seule... Mais qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire à cette heure là, en hiver près du lac ? Certes, on pouvait se demander pourquoi elle même était sortie ici, le soir, mais elle n'y pensa même pas. De toute manière, elles avaient parfaitement le droit d'aller où elles le voulaient puisque le couvre-feu était encore loin.

Décidant de ne pas faire son asociale, Meilla alla à la rencontre de cette personne qu'elle ne connaissait ni de Rowena, ni de Salazar. D'après sa taille, elle devait être en première ou deuxième année peut-être. La Serdaigle ne savait pas exactement dans quel état d'esprit elle était. En fait, elle n'avait pas pensé que quelqu'un pourrait venir la déranger, mais d'un autre côté, ça ne la gênait pas.
*Rah arrête de réfléchir à tout, c'est inutile.*

«Bonjour. »

Pour le moment, la préfète n'en dit pas plus. Elle ne savait pas à qui elle avait à faire, et bien que cette personne soit sensiblement beaucoup plus jeune qu'elle, elle préférait se méfier. Si ça se trouve, la petite fille était ceinture noir de karaté, championne en méchancetés et aimait écraser les pieds des gens à qui elle parlait, surtout quand ces personnes l'avait vue en pleine démonstration de folie. Cela suffisait à expliquer le fait que la septième année se tenait à quelques mètres. Ca, et l'espace personnel de rigueur entre personnes qui ne se connaissent pas. Néanmoins, il y avait autant de chance pour que la petite fille soit en réalité toute mignonne comme le laissait supposer son apparence, qu'elle soit toute gênée devant Meilla (qui ne pouvait pas voir la teinte de ses joues pour s'en assurer, mais qui savait qu'elle le découvrirait peut-être quand elle parlerait si elle parlait) et qu'elle veuille juste s'enterrer six pieds sous terre.

La septième année ne se présenta pas, si c'était une ennemie (oui, il faudrait qu'elle arrête de regarder des films avec sa cousine quand elles se retrouvaient cela la rendait parano) il valait mieux qu'elle garde son anonymat. Et si c'était une future amie, elles auraient tout le temps pour faire connaissance.
*Ouais, mais si je la rends mal à l'aise, faudrait peut-être que je rajoute quelque chose non?* En proie à d'énormes doutes, comme toujours, Meilla ne savait pas quoi faire. Elle repensa alors à ses résolutions, si elle ne les marquait pas maintenant quelque part, il était certain qu'elle allait les oublier. Or sa première résolution était de tenir les suivantes, donc il fallait absolument qu'elle les écrive, même si elle était face à quelqu'un.

La jeune fille sortit donc une plume et un parchemin, posa le parchemin sur un banc tout proche et écrivit ce à quoi elle avait pensé, sans plus faire attention à la fille qui se trouvait non loin. Après tout, si elle voulait faire connaissance elle le ferait et puis c'est tout.
*Alors, augmenter le nombre de relations, faire quelque chose pour....* Elle soupira avant de noter "mes parents". *Réfléchir à l'année prochaine... Ensuite...* La préfète inscrivit ainsi toutes ses idées en oubliant la présence à côté d'elle...

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

Avait-elle bien entendu ? Il lui semblait que le vent avait porté jusqu’à ses oreilles un « Bonjour » presque amical, toutefois l’intonation lui avait semblé des plus banales, comme si la jeune verte ne s’était pas conduite comme une illuminée avant de remarquer la présence de la jeune femme. Si Wendy avait pu choisir un animal en lequel elle se serait métamorphosée en cet instant ça aurait été une fourmi. Mais elle n’était même pas au courant de l’existence des Animagus alors, pour la métamorphose elle se contenterait d’une immobilisation totale et ridicule dans l’espoir de passer pour un arbre. La jeune verte se rendait bien compte que la supercherie n’était pas des plus réussie mais son corps refusait de lui obéir et sa mâchoire avait comme oublié le mode d’emploi pour se refermer.

Peut-être avait-elle rêvé ? Car à présent, la jeune inconnue du bord de l’eau avait la tête enfouie dans ses parchemins, visiblement occupée à griffonner quelques devoirs. Ou bien peut-être dessinait-elle ? Le cerveau de Wendy se remit en marche à cette idée. Elle adorait le dessin, mais ici, c’était un peu comme la danse, sans importance. Il existait sans doute des clubs, mais la fillette n’en avait pas encore entendu parler. Tandis que cette pensée lui traversait l’esprit elle se décida pour aller à la rencontre de la fille d’à côté, après tout elle avait peu de chance de détériorer l’image qu’elle venait de donner d’elle-même.

Wendy s’avança doucement dans le froid et la neige qui l’entourait et s’assit discrètement sur le bout de banc libre. Elle pouvait à présent reconnaitre la préfète de Serdaigle, cette maison qui logeait dans une des tours du château et qui l’intriguait depuis son arrivée à Poudlard. Elle dévisageait à présent la jeune femme qui devait être en dernière année, fascinée par la chevelure épaisse et rousse qui griffonnait sur un bout de parchemin. Elle n’avait pas envie que cette dernière prenne peur, elle cessa donc son interrogatoire visuel pour ouvrir la conversation d’une voix enrouée :

« Salut, je ne t’avais pas vu…tu es très discrète, ou bien c’est moi qui suit trop peu attentive… »


Jolie façon de savoir si son petit numéro avait eu un public inopiné… Un sourire encourageant, elle pencha la tête pour tenter de voir ce que la bleue fabriquait avec son parchemin mais se ravisa, après tout ce n’était pas ses oignons. Wendy l’avait suffisamment croisée pour la reconnaître mais il y avait peu de chance que l’inverse soit vrai. Elle espérait devenir une aussi brillante élève que sa voisine, qui semblait tant légitime à Poudlard à travers ses yeux de petite nouvelle.
Elle ne voulait pas faire mauvaise impression mais sa curiosité la démangeait, après tout ce n’était pas tous les matins qu’elle avait l’occasion de parler à une grande, encore moins en seule à seule ! Elle enchaîna :

« J’espère que je ne te dérange pas, tu fais tes devoirs ? Ils doivent être très durs les dernières années non ?»
ajouta-t-elle en fronçant les sourcils.

*TROISIEME ANNEE RPG* Poudlard 2040*
“- Is this real? Or has this been happening inside my head?
- Of course it’s happening inside your head, Harry, but why on earth should that mean that it is not real?”

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

Alors que Meilla réfléchissait, oubliant sa bonne éducation pour son inspiration soudaine, elle remarque du mouvement non loin d'elle. Son comportement n'avait donc pas fait fuir la fille qui devait être assez persévérante, assez seule, peut-être aussi, et surtout courageuse. Meilla doutait qu'elle aurait fait pareil à sa place. Lorsqu'elle était en première année, elle avait beaucoup trop peur des élèves plus âgés pour avoir la chance d'en rencontrer autrement que par hasard, comme Rhéa par exemple. Et l'expérience qu'elle avait eu avec la Serpentard l'avait dissuadée de faire la rencontre de personnes avec qui elle avait autant de différence d'âge. Peut-être que ce serait pour plus tard... En attendant, elle avait plus de chances de rencontrer quelqu'un de plus jeune, comme c'était le cas ici.

« Salut, je ne t’avais pas vu…tu es très discrète, ou bien c’est moi qui suit trop peu attentive… »

La rouquine avait comme l'impression que la fille parlait en langage codé, lui faisant penser à Amaëlle, ancienne préfète de Serpentard qui avait voulu jouer une farce à sa collègue en demandant de l'aide de la part de Meilla, mais qui ne l'avait fait en parlant qu'en langage codé. Cela changeait des Serpentard bizarres qui s'amusaient à engueuler les élèves pour rien. Enfin bref, la rouquine n'avait pas spécialement envie de chercher à comprendre, cela l'intéressait peu à vrai dire. Elle finit d'écrire son tiret avant de se tourner vers la fillette pour la détailler. Elle n'était pas très grande, les cheveux rouges, yeux noirs. Elle réfléchit quelques instants pour savoir si elle l'avait déjà vue ou non, mais décidément non. Ce n'était sûrement pas une élève de Serdaigle. La préfète n'avait pas pour habitude d'agir de la sorte, mais il fallait croire que prendre un an de plus seule l'avait fait mûrir et qu'elle ne se souciait plus des mêmes choses qu'avant. Evidemment, tout ne s'était pas fait du jour au lendemain, il y avait eu une succession d'étapes, aboutissant à cela. Bref, la fillette ne se démonta pas et continua de lui parler alors même qu'elle ne répondait pas - ce qui soit dit en passant n'était pas fait exprès parce qu'elle ne voulait pas lui parler, elle n'avait juste rien à dire.

« J’espère que je ne te dérange pas, tu fais tes devoirs ? Ils doivent être très durs les dernières années non ?»

Et à ce moment-là, Meilla se rendit compte que la fille connaissait probablement son nom, en tout cas elle avait l'air de savoir qui elle était, ce qui, sans prétention, arrivait quand même assez souvent puisqu'elle était préfète. Mais le problème était surtout qu'elle ne savait absolument pas à qui elle avait à faire. Qui était cette fille aux cheveux rouges?

« Non, ne t'inquiète pas. Je fais ma liste de résolutions pour la nouvelle année, je dois avouer que je n'aime pas trop cela, mais c'est important, ça permet de faire un point sur sa vie. »

Elle fit une pause en se demandant si la fillette comprenait réellement de quoi elle parlait... Elle n'aurait pas compris si quelqu'un lui avait sorti ça à onze ou douze ans, mais elle était encore innocente. Après ce qui s'était passé pour elle, elle avait découvert que tous ne perdaient pas leur innocence au même âge. Pour certains, cela pouvait s'être produit avant même Poudlard, pour d'autres c'était pendant leur scolarité. Enfin, certaines personnes gardaient une certaine part d'innocence toute leur vie. La rouquine espérait que son frère et sa soeur le soient encore pendant longtemps, mais elle savait que c'était peu probable...
La Serdaigle finit quand même par demander des informations sur la personne à qui elle parlait. Elle aimait bien savoir au moins le prénom de ses interlocuteurs, cela ne servait pas à grand chose dans l'immédiat, mais cela lui permettrait de savoir que c'était de cette fille que l'on parlait, si jamais elle entendait son nom dans une conversation.


« Tu t'appelles comment? Moi c'est Meilla, mais tu le sais peut-être déjà... Je suis ravie de te rencontrer en tout cas. »

Et c'était la stricte vérité, la rouquine aimait rencontrer de nouvelles personnes, et puis cela lui permettrait de commencer déjà à résoudre ses résolutions, à savoir se faire de nouvelles relations. Ce n'était sûrement qu'une première année, mais elle paraissait gentille, et puis après tout, toutes les relations étaient les bienvenues.

« Ah, et pour répondre à ta question, oui les devoirs de septième année sont plus durs, mais c'est progressif, et comme toi aussi tu grandis, la différence est moins importante.» ajouta-t-elle en faisant un grand sourire à son interlocutrice.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

C’était drôle de rédiger des notes au clair de lune. Wendy trouvait que c’était une bonne idée, hormis le froid qui commençait à se faire sentir au bout de ses doigts rougis, les grands espaces réveillaient en elle ce sentiment de liberté et d’inconnu attrayant. Peut-être la préfète ressentait la même chose en faisant ses devoirs.

« Non, ne t'inquiète pas. Je fais ma liste de résolutions pour la nouvelle année, je dois avouer que je n'aime pas trop cela, mais c'est important, ça permet de faire un point sur sa vie. »


La jeune verte sourit discrètement. Elle parlait déjà comme une adulte, et au fond sans doute qu’elle aussi parlerait ainsi d’ici quelques années. Mais il y avait peu de chance qu’elle fasse une liste de résolutions, ça non, elle aurait été incapable d’en tenir une sitôt le premier jour de l’année terminé ! Quand à faire un point sur sa vie, Wendy aurait bien aimé savoir par où commencer : les amis ? les amours ? A part les devoirs (et dieu si qu’il y en avait !), il fallait qu’elle reconnaisse que sa vie actuelle n’était pas très trépidante. Celle de Meilla par contre, au vu de son parchemin griffonné, devait l’être bien plus.

« Tu t'appelles comment? Moi c'est Meilla, mais tu le sais peut-être déjà... Je suis ravie de te rencontrer en tout cas. »


C’est vrai qu’elle ne s’était même pas présenté, enfin si un peu, aux sirènes et autres créatures du lac, mais pas de présentation officielle avec la préfète bleue. Elle avait vraiment l’air gentille et Wendy espéra aussitôt que le point qu’elle faisait sur sa vie était brillant, rose et délicieux comme un dragée Bertie Crochue à la barbapapa. La Serdaigle s’empressa de répondre à la première question de la petite première année avec son ton « spécial préfète » :

« Ah, et pour répondre à ta question, oui les devoirs de septième année sont plus durs, mais c'est progressif, et comme toi aussi tu grandis, la différence est moins importante.»


Elle avait tourné son visage vers la première année en disant cela, et sorti toutes ses dents dans un sourire accrocheur. Bien qu’elle ne soit pas à proprement dire très timide, la jeune verte éprouvait toujours un certain malaise face aux adultes et tenir une conversation avec eux était une épreuve, sans doute de par cette sensation désagréable de n’être « qu’un enfant » que la plupart d’entre eux avaient tendance à laisser transpirer de leur attitude. Mais Meilla n’était pas tout à fait une adulte, et elle transpirait surtout la bienveillance. Wendy lui renvoya son sourire et répondit joyeusement :

« Je m’appelle Wendy Stone, et je sais qui tu es. Moi je suis en première année, et je suis un serpent. »


Elle aimait bien dire ça, ça sonnait étrange mais ici tout le monde savait ce que ça voulait dire. Elle poussa sa curiosité et demanda :

« Tu sais déjà ce que tu vas faire plus tard ? Je ne connais aucun métier magique, à part professeur bien sûr ! »


*TROISIEME ANNEE RPG* Poudlard 2040*
“- Is this real? Or has this been happening inside my head?
- Of course it’s happening inside your head, Harry, but why on earth should that mean that it is not real?”

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

« Je m’appelle Wendy Stone, et je sais qui tu es. Moi je suis en première année, et je suis un serpent. »

Ainsi, la fillette se prénommait Wendy. Bien. Cette présentation fit sourire Meilla, la Serpentard avait vraiment l'air fière d'appartenir à cette maison. En même temps, la rouquine la comprenait, elle-même était fière d'être à Serdaigle, et elle était aussi nostalgique à l'idée de quitter ces lieux qu'elle connaissait depuis un certain temps maintenant. Elle était parmi les plus vieux de la maison, et même de l'école, et aimait beaucoup ce statut. En entrant dans le monde du travail, elle savait qu'elle repartirait à zéro, comme en première année, mais la vie était ainsi faite.

« Tu sais déjà ce que tu vas faire plus tard ? Je ne connais aucun métier magique, à part professeur bien sûr ! »

Il fallait que CETTE question en particulière soit posée. La septième année aurait dû s'en douter, Wendy avait commencé à parler des cours tout ça, cette question n'était que la suite logique de la discussion engagée. Cependant, elle avait naïvement espérer pouvoir y échapper. Elle n'avait vraiment pas envie d'en parler maintenant, aussi décida-t-elle de donner une réponse montrant qu'elle ne voulait pas s'étendre sur le sujet.

« Je ne sais pas trop, c'est encore un peu compliqué. Il y a plein d'autre métiers, travailler au ministère, s'occuper d'animaux, de plantes, fabriquer des baguettes ou encore des balais... Enfin, ce n'est pas le choix qui manque, mais ce n'est pas pour ça que c'est facile de choisir...»

Meilla observait Wendy. La petite fille avait encore un peu plus de six années devant elle pour réfléchir à ce qu'elle voulait faire, pendant ces années, elle apprendrait beaucoup, rencontrerait des gens, évoluerait, grandirait, elle aurait des déceptions et des moments plus joyeux. Elle avait conscience qu'il en serait de même pour elle, qu'elle allait repartir de zéro dans un monde qu'elle ne connaissait pas. Elle avait conscience que penser à tout cela n'était pas tellement de son âge, mais la maturité qu'elle avait acquise à cause de ce qui s'était passé l'avait légèrement transformée. Rien que le fait qu'elle "s'amusait" à faire une liste des résolutions qu'elle voulait tenir le prouvait. Elle savait qu'à son âge, elle ferait mieux de s'amuser, qu'elle aurait assez de responsabilités plus tard et qu'en attendant, il valait mieux profiter de ne pas en avoir, mais elle n'y arrivait pas. Elle ne savait plus que faire pour s'amuser et elle n'avait même pas le quidditch pour palier à ce problème comme elle l'avait fait de nombreuses fois auparavant.

A la base, elle était entrée dans l'équipe parce qu'ils manquaient de joueurs et qu'elle ne pouvait pas laisser les Unchained Hawks se débrouiller, de quoi aurait l'air sa maison sans équipe de quidditch? Elle avait toujours aimé ce sport, sans en être non plus une grande fan comme pouvait l'être certaines autres personnes dans le château, elle pensait notamment à Ambre. Mais au fil des années, c'était devenu un moyen de se concentrer sur autre chose que ses devoirs ou problèmes personnels. Tout comme le journalisme qu'elle avait abandonné en sixième année par manque de temps. Cette année, il ne devrait pas y avoir de ligue de Serdaigle, et bien qu'elle suive le tournoi, curieusement, comme tous les autres élèves, elle n'était pas au coeur même de celui-ci.

Après quelques minutes de réflexions, la jeune fille décida qu'il était temps pour elle de vivre au jour le jour, et même au moment présent. Wendy devait vraiment la trouver bizarre, depuis le début de leur conversation, elle n'arrêtait pas de se plonger dans ses pensées, ça devait être très étrange à voir. De toute manière, elle ne pouvait pas tout prévoir d'avance, alors à quoi bon essayer?
*Meilla, à partir de maintenant tu vas arrêter de te poser 36000 questions à la minute et tenter de vivre normalement. Les problèmes, il faut les régler un par un, et pour le moment, ton plus gros problème est de faire en sorte que Wendy ne trouve pas trop que tu es bizarre.* Vous aller me dire, pour une fille qui parle aux poissons, cela ne devait pas sembler très étrange. Et puis, elle avait bien dû voir que la septième année était plus ou moins perturbée, qu'elle était en pleine réflexion. De toute manière, depuis quand Meilla s'intéressait-elle à ce que pensait les personnes d'elle alors qu'elle ne les connaissait pas?

« Tu parles souvent aux poissons?»

Décidément, leur discussion devenait de plus en plus étrange et la préfète était bien consciente que c'était en partie de sa faute. Mais cela n'avait aucune importance. A quoi bon suivre les règles données par la société sur toute discussion? Meilla avait surpris Wendy en train de parler aux poissons tandis qu'elle même s'était fait surprendre en pleine évolution, elles étaient quittes, il n'y avait plus aucune règle.

Ce n'était pas méchamment qu'elle avait demandé cela, seulement histoire de changer de sujet. Elle avait lancé son sourire pour faire en sorte de ne pas mettre mal à l'aise la Serpentard, mais elle n'était pas sûre de réussir son affaire.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

« Je ne sais pas trop, c'est encore un peu compliqué. Il y a plein d'autre métiers, travailler au ministère, s'occuper d'animaux, de plantes, fabriquer des baguettes ou encore des balais... Enfin, ce n'est pas le choix qui manque, mais ce n'est pas pour ça que c'est facile de choisir...»

*En plein dans le mille*
pensa la verte. Elle avait toujours eu le don pour aborder les sujets qui fâchent, si c’en était un ! Mordillant sa lèvre elle se concentra sur le bout de ses chaussures, perplexe à ce que la dernière année venait de lui déballer.
Fabriquer des baguettes ou même des balais ?! Quels drôles de métiers ils avaient les sorciers ! Pas comme dans le monde des moldus, où le simple de fait d’envisager de grandir la propulsait dans une vision apocalyptique où elle devrait choisir un métier qui s’avèrerait sans doute ennuyeux, comme son père, qui travaillait dans une banque. Une banque. Non mais peut-on penser plus léthargique ? Pas aux yeux de Wendy en tout cas. Ici elle trouverait forcément quelque chose de passionnant, c’était obligé.

La première année était en pleine discussion avec elle-même lorsqu’elle fut coupée par la voix de sa voisine de banc :

« Tu parles souvent aux poissons ?»

La question de Meilla avait surgi après un long moment de réflexion, laps de temps qui semblait familier à la jeune préfète avant de répondre à n’importe quelle question. Wendy avait la drôle impression de se trouver devant l’incarnation de ce qu’elle aurait imaginé comme le « modèle Serdaigle ». Calme et réfléchie, douce et avenante, sa nouvelle amie n’était pas pour autant prévisible !

La jeune verte laissa éclater un rire cristallin qui fendit l’air glacial et sembla rebondir sur la surface noire du lac de Poudlard. Ses yeux avaient, l’espace d’un instant, troqués leur rondeur enfantine contre deux fentes rieuses et un large sourire.
Elle se reprit néanmoins assez vite, après tout peut-être que la question de Meilla était des plus sérieuses, peut-être qu’il existait réellement des sorciers qui communiquaient aisément avec les mondes sous-marins, qu’est-ce qu’elle en savait après tout ?! Avait-elle semblé impolie ou ignorante ? Affolée par ces pensées elle afficha instantané un air qu’elle espérait plus mature sur son visage pâle et regroupa ses jambes contre son buste avant de répondre le plus sérieusement du monde :

« Non, c’était la première fois. En fait je ne pense pas qu’ils m’aient entendus, ni même qu’ils puissent me comprendre. Mais je ne m’étais jamais vraiment posé la question, ici tout semble possible. La dernière fois j’ai même cru apercevoir une sirène depuis les fenêtres de notre maison commune, mais j’ai dû rêver... »


La Serpentarde baissa les yeux à l’idée d’avoir dit une énormité mais, perdu pour perdu, elle posa la question qui lui brûlait les lèvres, les yeux brillants d’excitation :

« Tu en as déjà vu toi ? Dans mon dortoir une des filles a même parlé d’un monstre comme le Craken ou quelque chose dans le genre ! Brrr…ça donnait froid dans le dos j’espère qu’elle plaisantait ! »


Elle souligna la fin de sa tirade d’un froncement de sourcil, mi amusée mi indignée qu’on puisse s’amuser à raconter de telles histoires. La conversation avec la jolie préfète était tout ce qu’il y avait de plus facile finalement, et la jeune verte était ravie à l’idée de retrouver le chemin du château accompagnée, d’autant que la nuit commençait à tomber et plongeait le parc dans un décor encore plus irréel que d’ordinaire, la lune faisant scintiller le tapis moelleux de neige qui recouvrait le sol.
Au loin la forêt interdite portait son nom mieux que jamais et formait une tâche sombre et inquiétante, dominée par le globe pâle de l’astre lunaire.

*TROISIEME ANNEE RPG* Poudlard 2040*
“- Is this real? Or has this been happening inside my head?
- Of course it’s happening inside your head, Harry, but why on earth should that mean that it is not real?”

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

Wendy sembla changer de sentiment en quelques instants seulement. Au début elle semblait étonnée que la rouquine revienne à cela, puis elle se mit à rire pour finir affolée. Meilla se demanda pendant un moment si elle n'avait pas vu un fantôme, ou le calmar géant, mais en se retournant elle ne vit rien qui pouvait justifier une telle attitude.

« Non, c’était la première fois. En fait je ne pense pas qu’ils m’aient entendus, ni même qu’ils puissent me comprendre. Mais je ne m’étais jamais vraiment posé la question, ici tout semble possible. La dernière fois j’ai même cru apercevoir une sirène depuis les fenêtres de notre maison commune, mais j’ai dû rêver... »


La septième année trouvait la serpentard touchante. Elle était encore tellement innocente, elle ne connaissait pas encore grand chose à la vie à Poudlard, mais il était certain que dans quelques années elle en connaîtrait autant, voire plus que Meilla sur tous les secrets du château. En attendant qu'elle en apprenne plus par elle-même, la jeune fille décida de lui expliquer quelques trucs. Mais elle n'en eut pas le temps...

« Tu en as déjà vu toi ? Dans mon dortoir une des filles a même parlé d’un monstre comme le Craken ou quelque chose dans le genre ! Brrr…ça donnait froid dans le dos j’espère qu’elle plaisantait ! »


Ah la légende du Kraken, elle revenait souvent dans les dortoirs, surtout dans les plus petites années. Souvent, elle prenait pour origine les grandes frères, soeurs, cousins, cousines déjà passés par l'école de magie. Il racontait souvent un tas d'histoires. Même certains parents s'y mettaient. Meilla n'avait pas vraiment vécu cette peur avant de rencontrer les autres élèves, étant la seule de sa famille à être allée dans l'école anglaise. Elle n'avait même pas pu sortir d'histoires à son frère et à sa soeur puisqu'ils n'étaient pas allés dans l'école écossaise.

« Il ne faut pas écouter toutes les histoires racontées. Mais il faut savoir que toute histoire a une origine. Enfin, tu découvriras bien assez tôt lesquelles sont vraies et lesquelles sont fausses. Il y a effectivement des sirènes dans le lac, tu verras cela en SaCM en 6è année si tu continues! Et il y a un calmar géant dans le lac... Mais il n'est pas méchant, sinon ils ne l'auraient pas laissé là. Dans la forêt aussi il y a de drôles de bêtes, et il ne vaut mieux pas s'en approcher. »

Il fallait bien que la jeune fille joue un peu sa préfète. Elle savait que Wendy l'écouterait, ou en tout cas elle le supposait. La Serpentard avait l'air d'écouter attentivement tout ce qu'elle lui disait. Au pire, elle aurait l'impression d'avoir quelque chose de bien dans la journée. Une bonne action, c'était déjà pas mal. Un coup d'oeil à sa montre lui apprit qu'il allait bientôt être l'heure de manger, et si elle voulait avoir une bonne place, il fallait qu'elles y aillent maintenant.

Oui,une bonne place. Elle détestait être en bout de table où elle avait l'impression d'être loin de tout, et elle préférait être à droite de la table, question d'habitude. Quand elle était en première année, elle se retrouvait toujours en bout de table à côté d'une septième année qui ne la supportait pas. Cette fille n'aimait personne et elle passait son temps à critiquer tout le monde. Elle avait bien remarqué que Meilla n'étais pas très à l'aise avec elle et elle s'amusait à renverser son verre d'un coup de baguette à tous les repas. Au bout d'un moment, la rouquine avait décidé d'arriver tôt pour pouvoir choisir sa place, loin d'elle. Elle avait gardé cette habitude d'arriver tôt pour manger, trouvant que c'était un excellent moyen pour engager la conversation avec une personne qui n'avait pas l'air de très bien aller. Elle savait que des fois ça faisait du bien d'avoir un avis extérieur.

Tout à coup, la jeune fille pensa à un truc qui n'avait absolument rien à voir. A Serdaigle, ils étaient beaucoup à avoir les cheveux roux. Mais certains étaient blonds. Et si elle se teignait les cheveux en blond, qu'est-ce que ça donnerait sur elle? Il faudrait qu'elle essaye un jour, avec sa baguette, il n'y avait rien de plus facile. Elle aurait bien essayé là tout de suite, mais elle n'avait rien pour se voir, elle ne se baladait pas avec un miroir dans sa poche jour et nuit, se fichant pas mal de ce à quoi elle ressemblait. Elle fit part de ses réflexions à Wendy bien qu'elle n'ait rien demandé.


« J'aimerais bien me teindre les cheveux en blond un jour... Juste pour voir ce que ça donne, ce serait marrant, il faudrait qu'on essaye dans la salle co'! Enfin bon bref, on ferait mieux d'aller dans la Grande Salle, il va bientôt être l'heure de manger! »

Le soir, Meilla essayera de se teindre les cheveux en blond, mais elle décrétera assez rapidement que le roux lui allait beaucoup mieux... Je vous laisse en juger par vous même.

Image

Reducio
Fin du RP pour moi, je te laisse conclure! C'était très amusant :)

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Des résolutions qui font réfléchir  Libre 

« Il ne faut pas écouter toutes les histoires racontées. Mais il faut savoir que toute histoire a une origine. Enfin, tu découvriras bien assez tôt lesquelles sont vraies et lesquelles sont fausses. Il y a effectivement des sirènes dans le lac, tu verras cela en SaCM en 6è année si tu continues! Et il y a un calmar géant dans le lac... Mais il n'est pas méchant, sinon ils ne l'auraient pas laissé là. Dans la forêt aussi il y a de drôles de bêtes, et il ne vaut mieux pas s'en approcher. »

Wendy écarquillait un peu plus ses yeux noirs à chaque nouvelle information, si bien qu’elle avait l’air complètement hébétée à la fin de la tirade de la préfète, qui semblait plutôt fière de son discours éclaireur. La petite Serpentarde avait hâte de commencer les Soins aux Créatures Magiques, elle aimait bien les animaux, du moins les chats et les chiens ; elle n’avait guère eu l’occasion de croiser des sirènes ou autre créature des eaux près de chez elle, malgré les interminables journées passées sur la jetée de Brighton à laisser dériver ses pensées devant l’horizon des vagues.

Ici il n’y avait pas la mer, seulement un lac, mais apparemment il était assez grand pour contenir plus de mystères que n’aurait su l’exprimer la septième année. Wendy avait remarqué que personne n’osait prétendre connaître tous les secrets du château ; ou même de son entourage, à savoir le lac ou la forêt interdite ! A par quelques prétentieux (et généralement des premières et deuxièmes années), la plupart des élèves laissait planer un doute sur l’existence de passages secrets, de salles inconnues et mystérieuses, comme si le château était en continuelle évolution et ne se reposait jamais. Peut-être était-ce le cas. Cette idée plaisait à Wendy.

« J'aimerais bien me teindre les cheveux en blond un jour... Juste pour voir ce que ça donne, ce serait marrant, il faudrait qu'on essaye dans la salle co'! Enfin bon bref, on ferait mieux d'aller dans la Grande Salle, il va bientôt être l'heure de manger! »

Plongée dans ses pensées, la jeune verte mit une demi-seconde à comprendre de quoi pouvait bien lui parler sa nouvelle amie. Puis elle laissa de nouveau s'échapper un rire cristallin. Décidément cette Meilla était vraiment marrante et passait du coq à l’âne sans avertir le cochon ! Elle glissa alors un regard insistant sur les cheveux de la préfète, et déclara au bout de quelques secondes d’une voix très sûre d’elle :

« Je trouve ça dommage, j’aime tes cheveux. Moi je dois faire une couleur pour effacer le brun fade de mes cheveux mais toi, tu es naturellement flamboyante. Même si j’aime trop le changement pour ne pas te comprendre, j’espère que tu ne resteras pas blonde trop longtemps »


Si elle n’y connaissait rien en magie, elle s’y connaissait en cheveux ! Sa tante était coiffeuse et depuis toute petite elle adorait rester des heures dans son salon qui sentait bon la laque et le shampoing colorant. Le bruit des ciseaux lui donnait toujours envie de couper plus court et elle avait déjà un certain don pour les franges. La sienne était actuellement coupée en diagonale, laissant son sourcil noir apparaître au-dessus de son œil droit et s’étirant jusqu’au ras des cils de son œil gauche. Peut-être pourrait-elle devenir coiffeuse pour les sorciers ?! Cette pensée d’avenir lui procura un sentiment de réconfort, comme si elle venait de régler ses inquiétudes d’un coup de baguette magique.

Wendy sauta sur ses deux pieds et se fendit d’un grand sourire, prête à remonter vers le château qui appelait les élèves tardifs de ses douces lumières chaudes. La préfète rangea son carnet et son crayon et elles commencèrent à marcher en direction de leur foyer commun. Les traces de pas de la septième année servaient de repères à la première année qui posait précautionneusement ses pieds afin de ne pas abîmer le tapis de neige brillante et les deux chevelures flamboyantes quittèrent le tableau paisible et glacial que renvoyait le Parc en cette saison pour rejoindre la bâtisse de pierre.



Reducio
Fin du RP, merci beaucoup je me suis régalée ! A bientôt pour une nouvelle coupe de cheveux qui sait ;)

*TROISIEME ANNEE RPG* Poudlard 2040*
“- Is this real? Or has this been happening inside my head?
- Of course it’s happening inside your head, Harry, but why on earth should that mean that it is not real?”