Lac

Inscription
Connexion

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Anna était très en colère. Pourquoi n'arrivait-elle jamais à dormir ? Elle était la seule de son dortoir à ne pas ronfler au chaud dans son lit à baldaquin.
Elle décida d'aller prendre l'air. Elle n'avait pas l'autorisation de le faire, n'étant pas préfète, mais ce n'était pas cela qu'il l'arrêterait. Pas plus que les patrouilles nocturnes de Rusard. La première année sortit la carte maraudesque et quitta le dortoir sur la pointe des pieds.
Elle y revint deux secondes plus tard, car elle n'avait pas pris en compte le fait que le parc était enneigé et la température négative.
Arrivée dans la grande salle, elle aperçu Rusard assit à la place de la directrice, chantant une chanson en brandissant une bouteille de Whisky pur feu. Réprimant un éclat de rire, Anna continua son chemin. Elle arriva enfin au parc enneigé. Il était beaucoup plus lugubre la nuit, sans les élèves qui faisaient des batailles de boules de neiges en hurlant comme des sauvages.
La foret interdite la tentait, mais elle ne jugea pas très intelligent de s'aventurer en pleine nuit dans une foret pleine de créatures affamées et sanguinaires. Elle se dirigea vers les eaux noires et ténébreuses du lac.
La première année s'assit sur un rocher dans le lac dans l'espoir d'apercevoir le calamar géant.
Après quelques minutes, elle décida de repartir, mais un bruit se fit entendre derrière elle.


-Il y a quelqu'un ?

Elle avait la voix tremblante à l'idée de se retrouver nez a nez avec une créature de la foret interdite.

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Cléo était une jeune Poufsouffle qui avait une timidité assez rare chez les autres élèves qu'elle avait croisé. Vu la tonne d'élèves à Poudlard, on pourrait comprendre son hésitation à aller vers de jeunes inconnus et entamer une bonne discussion. Elle devait à tout prix se contenter de sa grande gentillesse, qui l'a d'ailleurs fait rentrer à Poufsouffle.

La jeune blondinette était prête à aller se coucher après de bonnes heures à lire des bouquins sur les animaux fantastiques que cela lui en donnait un mal de tête. Elle se diriga donc vers le dortoir ,où des jeunes filles étaient déjà allongées dans leurs lits, et s'installa donc tranquillement sous les couvertures qui démontraient la basse température de ce mois d'hiver.
Après deux ou trois heures de sommeil profond, Cléo se réveilla instantanément avec son mal de crâne qui lui avait donné chaud à présent. Elle décida donc de sortir de son lit et s'accorda quelques minutes de réfléxion sur comment elle pouvait estomper cette douleur. La première année voulait descendre au parc malgré la peur qui l'envahissait. C'était la première fois, il faut la comprendre, en plus elle n'est pas tomber dans la maison des Gryffondor où, là, les élèves sont courageux. Elle devait absolument prendre l'air frais dans le parc, et attendre quelques bonnes minutes pour ensuite remonter au dortoir. Elle descendit à la pointe des pieds les marches du premiere étage puis se précipita vers la grande porte où celle-ci mena au parc.
Seule la lune éclairait l'extérieur lugubre. Cléo n'était jamais allée au parc à une heure si tardive, c'était interdit ! Elle était seule et elle en avait des frissons. C'était à se demander si elle n'allait pas retourner dans son lit à préférer la douleur de son mal de tête qu'à la solitude dans le parc si sombre. Il n'y avait aucun bruit, ce qui rendait l'atmosphère encore plus troublant, quand soudain, la jeune Poufsouffle entendit une voix lointaine :


« Il y a quelqu'un ? »

La peur avait envahit la blondinette. Etait-ce un professeur, un préfet ? Elle espérait que ce soit un élève qui, comme elle, était descendu à cause d'une insomnie. Elle se cacha donc derrière le grand arbre où elle avait l'habitude de s'y reposer avec son carnet à dessin, mais l'ambiance n'était pas la même. Elle aperçu au loin le lac, où une étrange ombre en sortit, c'était une personne de petite taille, avec de long cheveux. Cléo ne pouvait apercevoir que les formes, mais elle tenait absolument à voir qui était cette personne qui avait sans doute demander à quiconque était là.

La Poufsouffle vit à travers la lumière de la lune la jeune fille de Serpentard, qui est remarquable à son uniforme, accompagnée de ses long cheveux bruns bouclés. La blondinette n'avait plus la fameuse boule au ventre qui démontrait son angoisse. Elle décida donc de s'en approcher.


« Tu m'as fait peur ! J'ai cru que c'était un professeur ou quelqu'un du genre ! Qu'est-ce que tu fais là ? »

Cléo avait fait preuve d'assurance ,qui était sûrement dû à la peur qu'elle avait ressenti, en adressant la première un dialogue. Mais les deux jeunes filles de première année devaient se méfier d'une chose. Si quiconque les voyaient, elles pourraient bien le regretter.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Une jeune fille blonde s'approcha doucement. Elle était de Poufsouffle, comme l'indiquait son uniforme. Elle devait avoir eu peur, car elle était toute tremblante. Anna aussi d'ailleurs. Elle prit la parole.

« Tu m'as fait peur ! J'ai cru que c'était un professeur ou quelqu'un du genre ! Qu'est-ce que tu fais là ? »


Hum. Anna fut tentée de répondre qu'elle promenait son chameau, mais elle pouvait comprendre que la jeune fille soit surprise. C'était rare de croiser quelqu'un au bord du lac en plein milieu de la nuit. En tout cas, Anna était rassurée de voir que ce n'était pas un monstre de la foret.
La première année songea que la jeune Poufsouffle n'avait pas les mêmes craintes qu'elle. Anna n'avait même pas pensé que ça aurait pu être un professeur ou un préfet.
Mais un professeur ou un préfet n'aurait pas attendu un instant avant de se montrer et de disputer la jeune Serpentard. Ils sont tellement sadiques ! Anna dévisagea la jeune fille. Elle avait des cheveux blonds et était souriante. Elle avait l'air malicieuse et intelligente. La première année sourit également. Elle fit une place sur son rocher pour que la jeune Poufsouffle puisse elle aussi s'asseoir et ne pas rester debout dans la neige, et lui demanda.


« Tu t'appelles comment ? Toi non plus tu n'arrives pas à dormir ? »


Elle attendit que la jeune fille lui réponde, en surveillant d'un œil la forêt et le lac, au cas ou un monstre surgisse, ou le calamar géant les attrapent et les noient au fond des eaux ténébreuses du lac noir. Le regard d'Anna se posa sur la lune, particulièrement belle ce soir. Elle était pleine. Cela signifiait que certaines personnes s'étaient transformées en loup-garous. La jeune fille espéra qu'il n'y en avait pas à Poudlard. Sinon, elles étaient fichus. Un loup-garou un jour de pleine lune est aussi dangereux qu'un tueur en série armé d'un canon. Anna trembla à cette pensée. C'est alors qu'un autre bruit se fit entendre du côté de la forêt interdite. Et cette fois, ce n'était pas une personne. La jeune fille en était sure. C'était quelque chose de bien plus terrifiant.

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Cléo n'attendait pas une minute pour pouvoir s'asseoir à cause de la frayeur qu'elle venait d'avoir. Elle regarda attentivement la jeune brunette, attendant que l'une d'elle reparte sur une agréable discussion. La Serpentard s'y colla la première.

« Tu t'appelles comment ? Toi non plus tu n'arrives pas à dormir ? » 

Accompagnée de la froideur de l'hiver, la jeune Poufsouffle tenait absolument à se mettre à l'abri mais elle se souvenait que les professeurs pouvaient se promener dans les couloirs du château. Elle avait donc la pensée de devoir passer la nuit entière, dehors, avec une première année qui avait l'air rassurée d'avoir de la compagnie. Cléo lui répondit donc.

« Je m'appelle Cléo Eliot et toi ? »

La blondinette avait une voix tremblante. Elle était mal à l'aise à l'idée de devoir rester dehors toute la nuit, de se faire enguirlander par un professeur ou un préfet ou encore rencontrer une des créatures de l'extérieur. On pouvait dire qu'elle avait connu un meilleur moment, mais il faut rester positif.
Les jeune filles admiraient ensemble le paysage couvert d'une épaisse neige blanche. Cléo se souvint de ne pas avoir répondu à la seconde question posée par sa camarade, elle se sentait maladroite et rappliqua aussitôt.

« Euh... Non, j'arrivais pas à dormir, j'avais un énorme mal de tête ! Et toi alors ? »

Dès lors que Cléo avait fini sa phrase, elle observait attentivement autour d'elle avec un déclin. Elle croyait avoir entendu un bruit. Où ? Aucune idée.Elle ne savait pas, mais elle se disait à l'instant que c'était encore son imagination, que c'était tout simplement une petite bête, ou autre chose du genre. Elle voulait éviter de paniquer une seconde fois mais la jeune élève assise à côté d'elle avait un étrange regard. La Serpentard ne semblait pas rassurée, elle avait donc entendu ce fameux bruit que Cléo en croyait son imagination. La Poufsouffle resta immobile et s'aggrippa au bras de sa camarade. Ce n'était pas une chose qu'elle ferait à tous les élèves, mais elle se sentait en sécurité avec elle. Le fait de ne pas être seule, dans une nuit de pleine lune, jouait beaucoup.

Une dernière pensée lui traversa l'esprit. Pour elle, il fallait toujours rester positif. Demain sera un autre jour et elle devra d'oublier tout ce qu'elle aura entendu, ou même aperçu.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

La blondinette de Poufsouffle lui répondit.

« Je m'appelle Cléo Eliot et toi ? »

La jeune fille de Poufsouffle avait la voix qui tremblait. Anna ne savait pas si c'était à cause du froid de cette nuit d'hiver ou de la peur de rester à côté de la forêt interdite ou de se faire attraper par un professeur – bien qu'il ne soit peu probable qu'un professeur se balade dans le parc en plein milieu de la nuit. Mais après tout, c'était bien ce que les deux filles faisaient actuellement. Anna aurait bien voulu rassurer Cléo Eliot, mais elle aussi avait peur. Elle avait peur des créatures de la forêt interdite. Mais au pire, se disait la jeune fille, elles sauteraient dans le lac.
Les deux élèves firent le silence pendant une minute, le temps de contempler le paysage du parc, aussi terrifiant que magnifique par cette nuit froide d'hiver. Anna commençait à avoir les bouts de doigts et d'orteils gelés. Elle secoua les bras et les jambes pour se réchauffer. Le film qu'elle avait vu sur les engelures l'avait vraiment traumatisée, et à peine avait-elle les doigts froids qu'elle avit peur de devoir se faire amputer des deux mains et des deux pieds. C'était un sujet de moquerie dans sa famille moldue.
Cléo reprit la parole, la voix toujours aussi tremblante.


« Euh... Non, j'arrivais pas à dormir, j'avais un énorme mal de tête ! Et toi alors ? »


Anna détestait avoir mal à la tête. Elle compatissait à la douleur de Cléo. La jeune fille répondit.


« Moi j'ai une insomn… »

Anna fut interrompue par un bruit à la lisière de la forêt interdite. Cléo lui agrippa subitement le bras, ce qui confirma qu'il y avait bien eu un bruit et que la Serpentard n'était pas paranoïaque.
La deuxième année eut envie de s'enfuir et rester cachée sous son lit jusqu'au matin. Mais elle fit preuve de courage et n'abandonna pas Cléo. Elle lui demanda.

« Tu...tu veux qu'on aille voir ce que c'est ? »

Elle attendit la réponse de sa camarade de frayeur tout en surveillant l'endroit d’où le bruit était venu.

Reducio
Je voudrais m'excuser pour cet honteux retard.

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac

Balade au clair de lune  PV Cléo 

La vision que la jeune première année avait devant elle était le lac et sa douce brume le recouvrant, quant à la lune qui elle, était toujours aussi lumineuse, accompagnée de ses belles étoiles. Cléo pensait que cette nuit n'allait jamais se terminer avec la peur qui l'avait envahie il y avait quelques secondes de cela. Les deux jeunes filles étaient toutes deux assise en contemplant les alentours et se questionnaient sur les problèmes qu'elles avaient eu pour être parvenues au lac. Cléo avait donc décidé d'entamer la conversation et la jeune Anna allait aussitôt lui répondre.

« Moi j'ai une insomn… »

Aucune des deux élèves pouvaient rassurer l'autre. Un bruit avait donc bel et bien retenti dans la forêt interdite. Cléo n'osa imaginer ce qu'elle pouvait contenir et ne voulait pas le savoir. Cela ne pouvait plus être qu'un monstre. Elle tentait tant bien que mal de s'apaiser en ne pensant qu'à une petite bête qui aurait pu se trouver dans un de ces buissons ou bien un simple élève comme elle mais malgré ça, elle continua de s'agripper à sa camarade quand tout à coup, Anna lui proposa.

« Tu...tu veux qu'on aille voir ce que c'est ? »

Qu'allait-elle répondre ? D'un côté, Cléo mourait d'envie de pouvoir dire oui simplement pour prouver qu'elle avait du courage mais d'un notre côté, elle ne tenait absolument pas à se mettre en danger d'autant qu'elle n'y connaissait pas grand chose en terme d'attaque malgré les cours qu'elle avait eu.
Elle prenait en compte la présence d'Anna qui était en deuxième année et qui avait donc appris plus de choses qu'elle, et ne tenait pas à se battre à ses côtés de peur d'être humiliée en public pour son manque de connaissance pratique. D'autant plus qu'elle commençait à apprécier sa camarade et qu'elle aurait aimer que ce soit réciproque. Elle se contenta donc de lui répondre directement et franchement.

« Non, t'es folle ! En plus, je suis qu'en Première Année alors t'imagine les dégâts ! »

La blondinette fit un geste de tête désolé à Anna. Elle était si curieuse mais ne pouvait pas s'entreprendre à attaquer si vite, surtout qu'elle ne l'avait jamais fait ! Elle s'imagina tellement de solutions possibles comme retourner à l'intérieur du château et passer la fin de la nuit tranquille sans rien révéler à qui que ce soit pour ne pas éveiller de soupçons. Si un préfet ou un professeur apprenait ça, c'est sûr que sa famille en entendrait parler et elle ne le souhaitait absolument pas. Elle décida donc de garder les yeux vers l'horizon, balayant chaque recoin du regard pour ne pas risquer d'être vue.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Anna était toujours en train de surveiller la lisière de la forêt interdite avec attention quand Cléo lui répondit :

« Non, t'es folle ! En plus, je suis qu'en Première Année alors t'imagine les dégâts ! »


Anna était soulagée par la réponse de la jeune Poufsouffle, même si elle aurait adoré savoir qui – ou quoi – produisait ces bruits.
Mais Cléo avait raison, si la chose était dangereuse, les deux filles hautes comme trois boursouflets risquaient de graves blessures. Et s’il s’agissait d’un professeur ou un préfet, elles risquaient encore plus gros : une punition.
Comme aucun bruit ne s’était refait entendre, Anna se détendit un peu, commençant à penser qu’il pouvait s’agir seulement d’un hibou.
La Serpentard sortit de la poche de son manteau un paquet de chocogrenouilles, ces délicieuses friandises au chocolat dont elle ne se séparait plus depuis qu’elle y avait gouté.
Elle demanda à Cléo :


« Veux tu une chocogrenouille ? Il faut prendre des forces si on se fait attaquer par une bête sauvage ! »


Cette dernière phrase était censée faire rire, mais dans le contexte actuel, aucune des deux filles ne lâcha un sourire.
Soudainement, un bruissement de feuilles se fit entendre. Anna regarda Cléo d’un air affolé.


« Euh, on devrait s’en aller TOUT DE SUITE ! »


Anna lâcha même son paquet de chocogrenouilles tellement elle était effrayée. Si elle avait été toute seule, elle serait déjà en train de courir comme une folle en direction du château en hurlant de toutes ses forces, mais elle ne pouvait pas abandonner Cléo.
Aussi, elle attendit que la jeune fille réponde, tout en priant pour qu'aucune créature classée XXX n’apparaisse entre les arbres sombres de la forêt interdite.


Reducio
Je n'ai pas de mots pour exprimer la honte que je ressens de t'avoir fait attendre un mois. :sweatingbullets:

Un sens interdit, en somme ce n'est qu'un sens autorisé, mais pris à l'envers.
Pierre Dac

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Ce fut la première fois que Cléo n'avait pas ressenti une aussi grande frayeur en elle. Les deux jeunes filles étaient seules, stabilisées près du lac. Elles n'entendaient que le doux son du lac et des lucioles qui volaient tout près d'elle.

La jeune poufsouffle était une élève qui avait peur de beaucoup de choses, même si elle ne le montrait pas. Elle sentait qu'une amitié était en train de se lier entre elle et la jeune fille assise à côté d'elle. Elle pensait qu'elles allaient devenir proche avec le temps et que cette rencontre n'était pas forcément des plus absurde. La lisière de la forêt était située à seulement quelques mètres des deux élèves de Poudlard. Cléo avait aperçu Anna sortir de sa poche une Chocogrenouille. Elle n'en avait jamais goûté que sa camarade lui demanda.

« Veux tu une chocogrenouille ? Il faut prendre des forces si on se fait attaquer par une bête sauvage ! » 

Cléo frissonna de peur mais aussi de froid et lui lança un léger sourire. Elle trouvait ça amusant la forme que pouvait avoir ces gâteaux, elle en avait aperçu plusieurs dans les mains de beaucoup d'élèves mais n'en avait encore jamais goûté. Elle lui répondit alors.

« Oui je veux bien si ça t'dérange pas. »

Elle garda les yeux fixés sur la forêt interdite qu'un bruit de feuillage retentit.

« Euh, on devrait s’en aller TOUT DE SUITE ! »

C'était le moment pour elles de fuir du parc et de rejoindre immédiatement l'intérieur. Anna était tellement affolée qu'elle en avait fait tomber ses chocogrenouilles, par le plus grand désespoir de Cléo qui était curieuse à l'idée de savoir ce qui se cachait entre tout ces arbres. Elle préférait apercevoir une étrange créature où les deux jeunes filles pouvaient la fuir par le château plutôt que de tomber sur un préfet, voir même un professeur où elle seraient piégées. Cléo décida donc de se rassurer.

« Ça s'trouve y'a rien et on panique pour rien ! »

La blondinette s'appuya contre le mur de l'école, comme si elle était essoufflée. Elle ne s'attendait pas à sursauter puis courir. Après cette frayeur, les deux jeunes camarades hésitèrent à rentrer à l'intérieur. La brume venait se déposer à la limite de l'herbe, il faisait toujours nuit, et seule encore la lune éclairait le parc.


Reducio
Sincèrement désolée pour cet énorme retard !

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Reducio
Je précise que Cléo est toujours en Première Année dans cette suite de rp


Le silence régnait toujours dans la pénombre près du lac, là où les deux jeunes filles s'étaient retrouvées par hasard, en pleine nuit. La jeune Serpentard était à deux doigts de tomber dans les pommes au moment où un bruit s'était fait entendre. Si les deux jeunes filles l'avaient entendu, elles ne rêvaient sûrement pas. Cléo essayait de se rassurer aussi bien que possible, même si en prononçant ces paroles, elle avait la tremblote. Les deux fillettes s'étaient retenues de ne pas crier et avaient couru à toute vitesse vers la porte qui menait au château. Elles auraient l'air de deux idiotes si il s'agissait d'une bête aussi petite qu'une pomme, au moins elles rigoleraient et passeraient à autre chose. C'est à peine si Cléo avait fini de finir sa phrase qu'Anna était partie, surprise par ce qui pouvait bien se cacher à quelques mètres d'elle. Alors ça, c'était quelque chose qui pouvait bien agacer la Poufsouffle. Elles étaient deux dans l'histoire, alors il n'y avait aucune raison à ce que l'une d'elles laisse tomber l'autre, que ce soit dans n'importe quel contexte !

La jeune blondinette resta bouche bée. Au moment où elle avait fini sa phrase, elle s'était retournée et là, plus personne. Heureusement que ce n'était pas en pleine journée et que du monde ne l'avait pas vu parler toute seule, on l'aurait prise pour une folle. Elle qui croyait qu'elles allaient devenir copines après cette mésaventure, mais même pas.

C'est en prenant confiance en soi, sûrement du à l'abandon de sa camarade, qu'elle s'approcha de la Forêt Interdite, en prenant conscience qu'elle n'y entrerait pas mais juste y jeter un œil. C'était une des choses les plus effrayantes qu'elle avait du voir dans sa vie. Une forêt qui ne reflétait que du sombre, que du mal à en croire l'assombrissement de l'arborescence. Après avoir entendu de partout et lu dans les bouquins ce que ces bois pouvaient cacher, Cléo en avait la chair de poule et décida rapidement de s'y éloigner, dans l'espoir que le personnel de Poudlard ne la surprenne pas. Elle marmonnait quelque chose pour se rassurer, mais elle avait cette impression que ça ne servait à rien puisqu'elle était désormais seule. Elle pouvait seulement compter sur elle et sur la Lune qui l'éclairait.

« Ne t'inquiète pas, c'est sûrement rien, c'est juste un ... »

Soudain, un bruit plus éclatant avait fait sursauté Cléo. Par réflexe, elle s'était penchée sur le côté pour apercevoir d'où venait ce grabuge.

Non, ce n'était pas possible, ça ne pouvait pas être un préfet, sinon il aurait déjà intervenu pour la punir. C'était quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui semblait aussi éperdu qu'elle. C'était rassurant de se dire que ce n'était pas une bête féroce ou même un professeur qui était à l'origine de tout ça, mais c'était aussi drôle de savoir que Anna, la jeune Serpentard qui avait accompagné Cléo dans cette épreuve, s'était enfuie à cause d'un ou d'une de leur camarade qui s'avérait être dans la même situation.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Cybel étais dans la forêt interdite. La question qui peut vous venir en tête à la lecture de cette dernière phrase est sûrement, qu'est -ce qu'elle fait là?! Elle même ne le savait pas.
Plus tôt dans la journée, Cybel avait passée du temps avec son grands frère. Son imbécile de frère! Elle avait fait un pari contre lui et le perdant devait se rendre dans la dite forêt, seul. Bien sûr, elle avait perdue. Le perdant devait se rendre à l'entrée de la forêt, en pleine nuit et revenir dans sa chambre.
Le frère de Cybel n'aurait aucunement pu avoir de preuve prouvant qu'elle était réellement allée dans la forêt. Mais Cybel était têtue et ne reculait devant rien. Elle s'était introduit dans la forêt, et non seulement à l'entrée, mais le plus loin possible, pour se prouver à elle même de quoi elle était capable.
Pourtant, tout ne se passa pas comme prévu, à un moment, elle aperçue une araignée. Une araignée IMMENSE. Elle se dit que cette araignée n'était sûrement pas seule et profitant du fait que malgré ses 37 yeux, l'araignée ne l'avait pas vu, elle s'enfuit, en courant. Lorsque l'enseigne de Poudlard apparu enfin face à elle, elle sut qu'elle était enfin presque en sécurité, sans pourtant ralentir.

Mais il ne faut pas oublier une chose, Cybel est ÉNORMÉMENT maladroite, et comme la neige recouvrait le sol, elle ne vue pas la racine d'un des arbre qui lui fit perdre l'équilibre puis trébucher. Petit grognement de douleur s'échappa de ses lèvres lors de sa chute. Elle avait atterrit dans un buisson plein d'aiguilles.
La racine de l'arbre reste accroché autour de sa cheville, et c'est là qu'elle fut prise de panique. Si elle criait, elle risquait de se faire prendre par la directrice ou l'une des préfètes. Si elle ne faisait rien, elle risquait de se faire attraper par l'une des créatures de cette forêt. Je préfère encore me faire manger que me faire prendre!.
Elle pris la décision de se débrouiller elle même pour se sortir de là. Mais le soucis c'est qu'elle ne pouvait pas ne pas faire de bruit elle n'y arrivait pas!

A un moment, elle entendit du bruit, comme des bruits de pas venir vers elle. Une silhouette apparue près d'elle, elle sursauta et laissa échapper un cris strident;


-AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Ouch ! Ses oreilles en avaient pris un coup. Ces bruit venant de la lisière de la forêt puis soudain ce cri strident ne provenait que d'une fillette qui avait l'air d'une gentillesse avec sa bouille d'ange, ne voulant rien de mal. Elle était venue par hasard des feuillages, sans que Cléo s'en soit attendue. Sa jeune camarade avait de beaux cheveux blonds, attachés en un chignon, décoiffé si l'on put dire, où certains cheveux dépassaient. Elle avait l'air apeurée, éperdue, mais Cléo était rassurée de savoir qu'elle n'était plus seule, une seconde fois, dans l'obscurité du parc. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire là, à cette heure-ci ? Quoique c'était de même pour Cléo qui elle, n'avait rien non plus à faire ici, surtout en pleine nuit. Au moins, c'était calme et les étoiles se reflétaient dans le lac, c'était joli, mais il ne fallait pas perdre son temps à admirer tout ce qui était autour d'elle. Tout d'abord, toutes les deux se devaient d'entamer une discussion, alors Cléo se lança la première.

« Tu m'as fait peur ! J'croyais que c'était un monstre ! »

Ces paroles était assez exagérées, mais elle reprit.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? »

Toujours très directe dans ses propos, Cléo n'hésita pas à ensuite lui demander des choses diverses pour qu'elles fassent ensuite connaissance. Ce serait totalement illogique si elles se quittaient là-dessus. La blondinette, ou plutôt la Poufsouffle, était si soulagée qu'elle s'assit par terre, sur l'herbe, sans prendre en compte le banc qui se situait à huit mètres d'elle. C'était tout de même plaisant de se retrouver avec une personne qui paraissait aimable au beau milieu de la nuit, sans bruit, sans personne, juste le bruit de l'eau et des animaux nocturnes.

C'était tout de même dommage que sa camarade de Serpentard se soit enfuie, horrifiée par ce qu'elle était en train de vivre. On aurait dit qu'elle allait mourir, alors qu'au final, toutes les trois auraient pu partager une belle discussion au parc, même si c'était interdit. Cléo se disait que malgré le fait qu'un préfet ou qu'un professeur intervienne, les deux jeunes filles expliqueraient tout, ce ne sont pas eux qui ont eu peur de se faire attaquer, alors elle espérait ne pas se faire moraliser.

Autrefois, Cléo se réveillait la nuit quand elle faisait des cauchemars et son père était toujours là pour intervenir, car oui, c'était rare pour lui d'aller se coucher avant deux heures du matin avec la tonne de travail qu'il avait à terminer à la maison. Ces cauchemars lui donnaient alors une insomnie, croyant que dans sa chambre se cachait un esprit. C'était sans doute à cause des films d'horreur ou des jeux vidéos de son frère qu'elle en était arrivée là. Alors cette nuit-là à Poudlard, c'était différent. Elle n'avait personne sur qui compter. Elle s'était réveillée dans le noir, avait traversé les longs couloirs du châteaux seule, et s'étaient retrouvée dans le parc, seule, accompagnée d'une de ses camarade qu'elle avait rencontrée par hasard, mais qui a finalement décidé de se dérober, sans en prévenir Cléo. C'était la première fois à Poudlard que Cléo avait fait une telle insomnie qui lui avait ensuite donné un mal de crâne pas possible. Sans en savoir la cause, elle repensa à sa vie de chez elle. Quand elle était dans cet état, son père lui préparait et lui apportait un bon chocolat pour qu'elle se rendorme paisiblement, il restait ensuite à ses côtés pendant quelques minutes le temps qu'elle trouve le sommeil. Plus rien n'était comme avant, mais sans doute que son autre nouvelle camarade qu'elle a aussi rencontrée par hasard va lui remonter le moral et lui faire penser à autre chose.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Toujours sous le choque, Cybel fixait la jeune fille habillée au couleurs de Poufsouffle.

« Tu m'as fait peur ! J'croyais que c'était un monstre ! »

Cybel reprit ses esprits, UN MONSTRE? Je ne suis pas un monstre! Cybel fixa la jeune fille qui semblait avoir son âge d'un regard sévère/fâché. A la vue de son regard, la jeune poufsouffle se reprit, sourit et reformula sa dernière phrase;

« Qu'est-ce que tu fais ici ? »

Cybel rit à l'entente de la question, « Je te retourne la question, haha » lui rétorqua t-elle. La poufsouffle avait l'air d'être très sympa, Cybel espérait qu'elle pourrait être amies.

Cybel lui raconta donc son aventure puis par la suite elle se mirent à discuter, assises sur le sol enneigé. A un moment, la jeune fille sembla se perdre dans ses pensées,

« Je ne t'ai pas demandée ton prénom avec tout ça! », aucune réponse, « Hey! Tu m'entends? Réponds moi stp! »

La Poufsouffle ne lui adressa aucun regard, d'ailleurs, ce dernier était vide, mais triste aussi. A quoi pouvait-elle bien penser. Peut-être était elle possédée? A cette idée Cybel se mit à avoir peur, avant d'éclater de rire seule à cette ridicule idée.

Cybel secoua alors sa camarade pour la "réveiller" de son rêve éveillé.

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Cléo était souvent dans la lune en ce moment, même pendant les cours elle était moins concentrée qu'au début d'année. Elle-même ne savait pas pourquoi, elle se consolait en se disant que ça allait lui passer mais cette émotion revenait régulièrement dans ses pensées, sûrement sa petite vie du quotidien qu'elle n'a plus maintenant. Elle ne savait pas exactement. Là, elle se devait de rester consciente avec sa nouvelle camarade dont elle ne connaissait pas le prénom, quand celle-ci aborda.

« Je ne t'ai pas demandée ton prénom avec tout ça! »


La fatigue avait pris le dessus sur la jeune Poufsouffle qui avait eu une insomnie. Elle décida alors de fermer les yeux doucement sans pour autant s'endormir, surtout si c'était pour se retrouver coucher dans l'herbe dans le parc et qu'elle se réveillait le lendemain avec les élèves autour d'elle, ce serait un peu la honte. C'est en fermant les yeux pendant une dizaines de secondes qu'elle se rappela que sa camarade aux cheveux blonds comme elle lui avait dit quelque chose. Elle voulait alors s'excuser quand celle-ci lui rétorqua avec du répondant.

« Hey! Tu m'entends? Réponds moi stp! » 

Ce n'était pas sa faute si elle était fatiguée par toutes ces journées chargées de travail et par certains coup de blues. Elle s'excusa à ce moment-là.

«Oh désolée... J'suis fatiguée.. »
elle reprit. « Je m'appelle Cléo Eliot et toi ? »

Le hasard avait sûrement bien fait les choses. Sa camarade était arrivée pile au bon moment. Cléo avait sans doute besoin de quelqu'un auprès d'elle pour parler, même si elle ne connaissait pas cette élève placée à côté d'elle. Elle devait parler à quelqu'un dans l'espoir que cette personne comprenne. Mais avant tout ça, elle voulait laisser passer le temps pour apprendre à se connaître avant de libérer tout ce qu'elle avait au fond d'elle, ce n'était pas au moment des présentations qu'elle allait se confier. Cléo était une jeune fille suspicieuse mais qui pouvait facilement faire confiance quand elle connaissait bien quelqu'un à qui elle parlait.

Cléo reprit alors sa détente, ses paupières se fermaient toutes seules, sa tête penchait légèrement mais le bruit du lac et la voix de sa camarade la gardait éveillée. Tout était si paisible à ce moment-là, ce n'était pas tous les soirs qu'on pouvait vivre quelque chose de telle sorte, il faisait tout de même bon même si l'hiver était à son comble. Cléo avait mis ses bottines noires, sa longue et belle écharpe jaune et noire par-dessus son manteau noir qui était légèrement plus grand qu'elle ne le voulait. Son écharpe lui servait entre autre d'oreiller et de couverture à la fois. Elle laissait traîner inconsciemment celle-ci dans l'herbe recouverte de quelques flocons de neiges.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Cybel regardait sa camarade de promenade nocturne. Elle avait l'air gentille, quoi-que une peu la tête dans les nuages.''Est-ce que c'est possible ça? Une personne qui se perd dans ses pensée plus que moi?" Pensa Cybel. Le fait est que Cybel était moins perdue dans ses pensée qu'avant depuis qu'elle était à Poudlard. Elle vivait un rêve.

«Oh désolée... J'suis fatiguée.. »

"C'est pas grave, ça peut arriver! haha"

« Je m'appelle Cléo Eliot et toi ? »

"Moi c'est Cybel Belifius, mais appelle moi Cybel parce que Belifius c'est trop long tu sais..." Cybel parlait beaucoup, et ne savait pas s'arrêter. Elle avait peur d'effrayer sa camarade à parler autant."

Cléo avait l'air fatiguée, elle était à la limite de s'endormir dans la neige. Cybel ne comprenait pas, Cléo avait l'air bien dans la neige, Cybel était congelée, elle grelottait. Cybel à toujours été frileuse.

"Est-ce que tu va bien? Tu n'as pas l'air bien? Tu peux me parler si tu veux, je le raconterait à personne, croix de bois, croix de fer!"

Cybel avait tendance à s'inquiéter pour les personnes qui la côtoyait. Surtout quand ces personne était susceptible de devenir ses amis. Elle aimait bien Cléo. Souvent les gens ne comprenait pas son intérêt pour les gens et leur sentiments. Surtout que Cybel ne se confiait pas beaucoup mais elle aimait bien quand les autres se confiait à elle. Elle était le genre de personne à écouter les personnes, et plutôt que des les consoler, elle trouvait des solutions à leurs problèmes. Elle aimait savoir ce que passait dans la vie des gens, elle était une véritable fouine. Mais elle voulait tout savoir sans aucun but, elle n'allait pas le raconter aux gens. Elle se rassurait à connaître la vie des personnes. Elle aimait bien donner des conseils.

Balade au clair de lune  PV Cléo 

Cette nuit pouvait vite se terminer si les deux jeunes filles se mettaient discuter de tout et de rien. Elles allaient commencer à se présenter, à partager leurs centres d'intérêts, parler de leur vie d'avant ou même d'aujourd'hui, jusqu'à ne plus en voir la fin. Et si elles se faisaient prendre par surprise, en pleine nuit ? Ce serait sans doute pas acceptable de les trouver toutes seules au parc en pleine nuit, mais c'était tout de même rassurant d'être à deux. Heureusement que cette jeune blonde, nommée Cybel, était venue tenir compagnie à sa nouvelle connaissance, par hasard. Elle-même était surprise par le fait de croiser un élève pile à cette heure-ci. C'était pas toutes les nuits comme ça, le destin avait sûrement frappé au bon endroit au bon moment.

La jeune Serdaigle s'était présentée calmement à la Poufsouffle, qui elle, était dans la Lune, et c'était le cas de le dire ! Cybel avait remarqué une légère froideur au sein de Cléo, elle n'était pas comme d'habitude et même si elle ne la connaissait pas, elle la trouvait pas très « normale » si on pouvait dire. C'est alors qu'elle s'interrogea.


« Est-ce que tu va bien? Tu n'as pas l'air bien? Tu peux me parler si tu veux, je le raconterait à personne, croix de bois, croix de fer ! »


Que de gentillesse, non seulement elle avait remarqué qu'elle était étrange, mais en plus de ça elle avait pris la peine de lui proposé de se confier. Même si Cléo ne la connaissait pas vraiment, voire pas du tout, elle se devait de parler à quelqu'un. Ici, à Poudlard, elle n'avait personne à qui s'épancher malgré le peu de rencontres qu'elle a eu. Elle avait seulement des copains copines, mais pas de véritables amis. Elle se souvient d'une de ses camarades avec qui elle avait partagé un moment agréable, mais elle ne l'a pas recroisée depuis, il faut dire que le château était si grand et contenait autant de pièces que les cheveux sur la tête de Cléo ! Alors, la jeune blondinette, de Poufsouffle, en est arrivée à parler.


« C'est juste que ma famille me manque... Tout me manque... Mais ça va passer, c'est parce que j'suis fatiguée je pense. »


Forcément que la fatigue jouait un rôle là-dessus. Elle se souvient de quand elle rentrait chez elle après l'école. Elle allait directement combler le vide dans son ventre par des gâteaux faits maisons puis elle s'installa tranquillement devant la télé, chahutait avec son frère jusqu'à en oublier ses devoirs. Elle passait alors une bonne heure devant ses feuilles et ses bouquins sur son bureau avant de pouvoir, enfin d'essayer, de dormir. Alors la fatigue, elle connaissait ! Elle avait dans l'espoir que cette jeune fille à côté d'elle puisse la consoler et se confier, elle aussi.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~