Lac

Inscription
Connexion

Au hasard des chemins  Privé 

[center]- JUIN - [/center]

Il ne devait pas être tard, quatorze heures, tout au plus. Aujourd'hui, Mia n'avait pas cours : elle avait eu toute une journée d'examens la veille et le lendemain aussi devait être une journée longue avant de finir l'année scolaire. La jeune fille avait alors décidé de sortir prendre l'air, afin de s'aérer la tête. L'air frais qu'apportait le château était agréable, mais la Serpentard en avait assez d'être cloîtrée entre quatre murs : chez elle, à Londres, elle sortait tout le temps à Hyde Park pour se promener.

Peu d'élèves étaient de sorti ce jour là, certains ne pouvant sortir à cause de la chaleur accablante, d'autres étaient en train de réviser, mais la plupart étaient en examens. Mia appréciait cette solitude. À cause de la fournaise que les rayons de soleil installaient en frappant sur le sol, elle avait été obligée de mettre son uniforme d'été, une chemise à manches courtes blanche et une jupe noire. Elle ne se sentait pas à l'aise et, même à l'abri des regards, elle ne pouvait s'empêcher de tirer sur sa jupe, comme si elle pouvait l'allonger. Néanmoins, dès qu'elle était sortie du château, elle avait aussitôt retiré ses chaussures. Malgré la pierre brûlante sous ses pieds, Mia continua sa marche sans se plaindre, jusqu'à ce qu'elle arrive dans le parc. Elle marchait pieds nus, l'herbe lui chatouillant la plante des pieds. Personne ne faisait attention à elle. Elle se sentait bien. Heureuse.

Les rares personnes à être dehors s'étaient installées à l'abri du soleil, dans l'ombre de grands arbres, pour la plupart des saules pleureurs. Mais ce n'était pas cela qui intéressait Mia et elle se dirigea sans hésitation vers le lac. Elle choisit un coin solitaire, où un arbre unique était planté et elle déposa ses chaussures contre le tronc, avant de se diriger vers l'étendu. Elle s'assit sur un rebord et plongea ses pieds. Malgré l'arrivée de l'été, l'eau ne s'était pas chauffée d'un seul degré, mais cela plaisait à la jeune fille. Cela lui permettait de se focaliser sur cette fraîcheur qu'elle accueillait comme une amie. Elle pouvait arrêter de penser et commencer à ressentir. Elle battit l'eau avec ses jambes, appréciant le retour sur sa peau. Elle posa ses paumes sur le sol, un peu en retrait, et bascula sa tête vers le ciel. Pas un seul nuage à l'horizon. Juste un ciel bleu, et le soleil. Mia ferma les yeux, cherchant la caresse du vent sur sa son visage. Sauf qu'aucun souffle ne lui parvint. Pas une seule brise de vent. En même temps, par une fin du mois de juin à Poudlard, c'était rare que le temps laisse un peu de fraîcheur franchir le seuil du parc.

Soudain, Mia entendit des pas arriver droit sur elle. La jeune fille sortit ses jambes de l'eau, se releva rapidement et agilement et allait récupérer ses chaussures afin de rentrer. Sauf qu'elle se retrouva nez à nez avec une autre personnes, de sexe féminin, et qui, semblait être à Poufsouffle. Mia ravala sa salive bruyamment.


"Sa- salut..." fit-elle d'une toute petite voix.

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

Au hasard des chemins  Privé 

C'était enfin la fin de l'année scolaire. Linnea avait été littéralement écrasée par la masse de révisions pour les examens. Elle avait déjà passé quelques uns d'entre eux. En fait, il ne restait qu'une seule journée d'examens qui aurait lieu le lendemain. Pour le moment, elle était libre. Une journée sans examen était exactement ce dont elle avait besoin. S'il y a une chose qu'elle avait appris durant cette année, c'était qu'à un moment, il faut savoir s'arrêter. Elle avait passé cette première année complètement immergée dans ses devoirs, allant même jusqu'à sauter des repas pour finir ses devoirs. Et parfois, ce qui devait arriver arrivait: à force de travailler comme une acharnée, elle avait droit à des migraines atroces qui pouvaient durer plusieurs jours. Et s'il y avait une semaine dans l'année scolaire où elle devait absolument éviter les migraines, c'était bien la semaine des examens. Donc au lieu de continuer à réviser jusqu'à ce que sa tête explose, la jeune suédoise se dirigea vers le parc.

Dehors, il faisait très chaud. Le soleil était enfin arrivé et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on le sentait passer. Lorsque Linnea sortit de la fraîcheur du château, elle se sentit comme attaquée par les rayons du soleil. Elle retira son pull immédiatement, avant d'être victime d'une combustion spontanée. Elle hésita quelques secondes à retourner dans le château puis décida qu'elle avait vraiment besoin d'air et de soleil. Elle s'engagea donc sur le chemin de terre menant au parc. La plupart des élèves qui étaient sortis s'étaient réfugiés sous l'ombre des arbres. Vu la chaleur, personne ne pouvait les blâmer. Mais il n'y avait plus de place nulle part à l'ombre. Linnea continua donc à se promener vers le lac. Elle n'allait certainement pas se baigner, ayant une peur de l'eau assez ridicule, mais en général l'air était plus frais près des points d'eau.

Au loin, elle vit que quelqu'un était assis sur le bord du lac. En se rapprochant, elle vit qu'il s'agissait d'une première année qu'elle avait aperçue dans certains de ses cours. Quel était son nom? Nia? Lia? Elle ne s'en souvenait plus. Elle se souvenait en revanche que c'était une fille très timide. La jeune serpentard avait le visage tourné vers le ciel, les paumes dans l'herbe derrière elle et les pieds dans le lac. Ses affaires était posées sous un arbre un peu plus loin. Linnea s'était arrêtée à quelques mètres d'elle, se demandant si elle allait oser la déranger ou non.

Avant qu'elle n'ait pu se décider, la Serpentarde dû entendre un bruit quelque part car elle sortit précipitamment de l'eau, alla récupérer ses chaussures et fuit... droit sur Linnea. La Poufsouffle et la Serpentarde se retrouvèrent nez à nez.


"Sa-salut" dit la jeune serpentard.

Elle avait parlé d'une toute petite voix, comme si elle avait peur que je la mange ou Dieu sait quoi. Je lui souris.

"Salut !" dis-je d'une voix enjouée censée apaiser un peu l'autre fille. "Je suis Linnea."

Bien que je sois parfaitement bilingue, on pouvait toujours entendre une minuscule pointe d'accent suédois quand Linnea parlait anglais. Et le plus drôle était que quand elle parlait suédois, on pouvait entendre une minuscule point d'accent anglais. C'était peut-être ça, grandir entre deux langues. Mais heureusement, tout le monde ne remarquait pas ce minuscule accent.

Au hasard des chemins  Privé 

Mia se maudit intérieurement de tous les noms, et dans toutes les langues qu'elle connaissait - c'est-à-dire deux, plus quelques jurons en japonais. Si elle n'avait pas bougé, elle n'aurait peut-être jamais eu à parler à qui que ce soit. Elle avait réussi à éviter les autres pendant toute une année, et voilà qu'elle allait devoir faire des efforts. En plus, le soleil avait commencé à taper très fort, trop fort même, et la vert et argent sentait déjà sa peau rougir. Elle était facilement sujette au coup de soleil, et si elle devait mélanger ça à sa timidité... Elle préféra ne pas y penser.

"Salut !" fit alors la Poufsouffle, d'une voix enjouée. "Je suis Linnea."

Pour la plupart, la joie de vivre qui émanait d'elle aurait pu paraître rassurante. Sauf que Mia n'était pas comme les autres. Elle aimait la tranquillité, parce qu'elle y était habituée, et les rares fois où elle avait essayé de s'investir... Elle secoua la tête intérieurement. Être proche de quelqu'un n'apportait jamais rien de bon. Tout en pensant à cela, la jeune fille se rappela qu'elle devait récupérer ses affaires. Elle jeta un coup d’œil derrière la nouvelle venue - comment s'appelait-elle déjà ? Léa ? Lyra ? Lina ? Peu importe -, ce qui ne devait pas paraître très polie. Mais la Serpentard s'en fichait. Elle poussa un petit soupir, espérant qu'il passerait inaperçu, puis elle se rappela que l'inconnue lui avait parler.

"Ah, euh ... D'accord."

*Bien joué, Mia, tu as la capacité de communiquer d'une Bibliothèque. C'est-à-dire que tu ne peux parler à personne, sauf par écrit. Pff, j'te jure.* Lui chuchota une petite voix intérieure, qu'elle réprimanda aussi tôt.

De l'extérieur, cela devait être drôle à voir. Même si elle se parlait intérieurement, la jeune fille faisait quelques mimiques étranges - elle n'arrivait vraiment pas à se contrôler en société.


*Bon, tu vas bien finir par lui dire quelque chose, non ?*

Mais apparemment, la réponse était vraiment non. Sauf que Mia ne savait pas comment s'échapper de ce cauchemar. Peut-être pouvait-elle prétexter un mal de tête et rentrer ? Non, trop évident, et puis l'autre, gentille comme elle semblait l'être, lui proposerait de l'accompagner. Un devoir un rendre dans l'heure ? Alors pourquoi n'y serait-elle pas aller avant ? Non, non... Vraiment rien ne lui venait. Comment pouvait-elle fuir ?

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

Au hasard des chemins  Privé 

La jeune fille de Serpentard avait vraiment l'air terrorisée. Pourtant Linnea ne lui voulait absolument aucun mal, bien au contraire! Du coup, la jeune suédoise ne savait pas trop quoi faire. Il y eu un silence gênant. Silence pendant lequel son interlocutrice semblait réfléchir. Ou du moins penser à beaucoup de choses car de drôles d'expression apparaissaient furtivement sur son visage de temps à autre. Au bout d'un moment, elle dû se rendre compte qu'elle n'avait pas répondu à Linnea.

"Ah, euh ... D'accord." fit-elle.

Bon, ce n'était pas vraiment le genre de réponse à laquelle s'était attendue la Poufsouffle. Elle avait plutôt envisagé une réponse contenant au moins le prénom de la Serpentard, qui ne lui revenait décidément pas en mémoire. Celle-ci jetait d'ailleurs des regards au dessus de l'épaule de Linnea, comme si elle envisageait de fuir à toutes jambes. Cette fille était pour le moins étonnante. Elle avait dû vivre un sacré traumatisme pour avoir peur des gens à ce point. Linnea réfléchit quelques secondes à son prochain mouvement. Elle avait sérieusement peur que l'autre fille se mette à courir à toutes jambes si elle ouvrait la bouche. Mais elles ne pouvaient quand même pas rester plantées là, face à face, à ne rien dire. Et Linnea, avec sa vocation de guérisseuse, avait un certain don pour vouloir aller vers les gens socialement...sensibles. Elle chercha à voir les yeux de la jeune fille.

"Ecoute, je ne te veux aucun mal", l'assura-t-elle. "Je veux juste discuter avec toi. Après tout, on a partagé certains cours toute l'année et on ne se connait pas, c'est dommage..."

Elle se décala d'un pas sur le côté afin de dégager le passage et tendit un bras en direction du château comme pour montrer le chemin.

"Mais je ne vais certainement pas t'obliger à rester si tu ne le veux pas," continua la jeune suédoise. "Tu peux partir, si tu veux."

Linnea avait finalement décidé de laisser l'autre fille choisir. Evidemment, elle prenait le risque que celle-ci parte effectivement en courant vers le château. Mais elle espérait quand même l'avoir convaincue qu'elle n'était pas un monstre.

Au hasard des chemins  Privé 

La Poufsouffle sembla réfléchir quelques instants, quelques secondes suspendues dans le temps et durant lesquelles le cerveau de Mia se mit presque à fumer. Il fallait qu'elle s'échappe de ce cauchemar et vite. Allez savoir pourquoi, en début d'année, sa timidité s'était envolée - par à-coups, certes, mais quand même - et voilà qu'à la fin de l'année, elle ne pouvait plus voir personne. Plus rien n'allait plus dans la tête de la jeune Serpentard, elle était toute chamboulée de cette première année à Poudlard - ou alors était-ce les examens ? Peu importait pour le moment. La seule chose qui animait la vert et argent était de partir à tout prix. Soudain, sans qu'elle l'eut vu venir, la Poufsouffle se remit à parler.

"Ecoute, je ne te veux aucun mal", lui assura-t-elle - pourtant, Mia en doutait. "Je veux juste discuter avec toi. Après tout, on a partagé certains cours toute l'année et on ne se connait pas, c'est dommage..."

La première année - pas Mia, hein, l'autre - semblait sincèrement vouloir faire plus ample connaissance. Sauf que voilà, la Serpentard ne pouvait vraiment pas, pas en ce moment. Pourquoi ne pas retenter une approche à la rentrée prochaine, hein ? Mia était prête à lui répondre ça, mais la Poufsouffle se décala d'un pas sur le côté, sans doute pour dégager le passage, et leva le bras en direction du château, comme pour lui montrer le chemin. Pour n'importe qui, cela aurait été rassurant ; elle lui laissait le choix. Mais allez savoir pourquoi, la vert et argent se mit en tête qu'elle allait la frapper et elle fit un pas en arrière. La Poufsouffle semblait ne s'être aperçu de rien et continuait de monologuer toute seule, tandis que Mia, malgré ses efforts pour se rattraper, tomba en arrière. Dans le Lac. Dans l'eau complètement froide. Heureusement, elle tomba sur les fesses et malgré un léger mal, elle n'avait rien. Son uniforme était trempée, mais elle s'en fichait. Elle venait juste de se ridiculiser, elle l'avait comprit aussitôt - et cela s'aperçut tout de suite ; tout son visage pris une teinte écrevisse en un temps record. En plus, elle était enfin revenue à elle-même.

En effet, ce qu'il fallait savoir, c'était que Mia possédait plusieurs personnalités, qui se déclenchait selon les moments et les besoins. Mais depuis un mois, peut-être un peu moins, elle avait laissé le bouchon enclenché sur "grosse trouillarde de la mort-qui-tue", sans se soucier de le désactiver. Et l'eau froide venait de la ramener à la réalité. Il fallait qu'elle agisse, qu'elle s'excuse. Mais rien ne venait. Et puis, comment expliquer qu'elle avait plusieurs petites personnes vivant dans sa tête et qui prenait le contrôle, parfois ? Comment l'expliquer sans passer pour une grosse folle ?

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

Au hasard des chemins  Privé 

Par ce jour de Juin chaud et ensoleillé, Doris était heureuse et apaisée. Les examens n’étaient pas terminés mais ceux qu’elle avait passés semblaient avoir été réussis. Il n’en restait qu’un le lendemain, les premières années avaient droit à un jour de repos. Ce n’était pas de trop ! Cela aurait été difficile d’être en examen par un temps si chaud qui vous appelle à profiter des extérieurs du château. Doris s’autorisa donc une après-midi de répit, elle avait assez révisé comme ça et le dernier examen allait bien se passer (du moins c’était ce qu’elle se disait). La jeune fille alla donc chercher son petit chat Soil qui l’avait accompagnée depuis le début de l’année à Poudlard. C’était devenu un petit être très important à ses yeux. Tous les deux, ils allèrent prendre l’air et se dirigèrent vers le lac.

En arrivant devant le lac, Doris ne vit pas beaucoup de monde. Elle décida de faire une petite marche autour du lac pour se dégourdir les jambes. La jeune Serdaigle marcha ainsi pendant 30 minutes lorsqu’elle décida de faire demi-tour. Elle avait l’intention de se poser au bord du lac mais elle voulait le faire à proximité du château car on ne savait jamais ce qu’il pouvait se passer dans ce monde de sorciers. Il valait donc mieux ne pas trop s’éloigner.

Tout en marchant accompagnée de son chat, Doris réfléchissait à ce qu’elle pourrait bien faire cet été avec ses amis moldus. Mais surtout, elle pensait déjà à la rentrée de deuxième année. La Serdaigle n’était pas encore partie de Poudlard qu’elle avait déjà hâte de revenir ! C’était vraiment un endroit génial qui n’avait rien à voir avec sa vie de moldue qu’elle avait eu auparavant. Bien qu’elle soit à moitié sorcière grâce à son père, il ne lui avait jamais révélé. Son enfance était donc des plus banales, comme tous ses amis moldus alors qu’elle avait des dons de sorcière !

Plongée dans ses pensées, Doris arriva près de deux jeunes filles qui semblaient discuter puisqu’elles se faisaient face. En s’avançant, elle crut reconnaitre Mia, une Serpentard de première année qu’elle avait rencontrée quelques jours auparavant. Elle était accompagnée d’une jeune fille semblant appartenir à Poufsouffle, selon les éléments jaunes qui composaient sa tenue. Doris aimait la compagnie. Alors même si elle avait décidé de se poser seule au bord du lac, elle n’aurait pas été contre un peu de compagnie. Qui plus est, cela serait l’occasion de faire une nouvelle connaissance.

La Serdaigle s’approcha donc des deux jeunes filles. Une fois à proximité, elle vit Mia faire un mouvement de recul et tomber dans l’eau. Aie, cela avait dû faire mal aux fesses. Et par ce jour tellement chaud cela devait faire du bien de se rafraichir ! Bien que l’eau semblait tout de même très fraiche… Doris accéléra le pas et une fois arrivée devant Mia lui tendit sa main pour l’aider à se relever.


"Tout va bien Mia ?"

Doris avait dû mettre ses pieds dans l’eau pour pouvoir s’approcher d’elle. En effet, l’eau était vraiment très fraiche. Mais cela faisait du bien car avec le soleil qui tapait si fort, la chaleur devenait étouffante. Après avoir aidé Mia, Doris se retourna vers la Poufsouffle.

"Bonjour, je m’appelle Doris et toi ? Tu viens de Poufsouffle c’est bien ca ?"

Doris semblait la reconnaitre. Elle avait déjà dû la croiser dans les couloirs mais n’avait pas encore eu l’occasion de lui parler. Puis la jeune Serdaigle adressa un sourire qui se voulait réconfortant en direction de Mia.

#0B3861

Au hasard des chemins  Privé 

La jeune Serpentard n'eut absolument pas la réaction attendue, encore une fois. Quand Linnea avait tendu le bras, le visage de l'autre jeune fille - dont elle ne connaissait toujours pas le prénom d'ailleurs - pris une expression de terreur pendant une demi-seconde. Elle eut l'air de penser que Linnea allait la frapper. Elle recula d'un pas et avant que Linnea n'ait eu le temps de la rattraper, voyant déjà ce qui allait arriver. tomba les fesses les premières dans l'eau froide du lac. Tout cela s'était déroulé en deux ou trois secondes à peine. Déjà que la vert et argent n'était pas à l'aise mais alors ça, ça n'allait pas du tout arranger les choses. Linnea commençait sérieusement à penser qu'il valait mieux abandonner et la laisser tranquille. De toute évidence l'autre fille avait peur d'elle.

Alors que Linnea se penchait pour l'aider à se relever, une autre fille apparut de nulle part et aida la Serpentard à se relever. Elle aussi, Linnea la reconnaissait. C'était une première année de Serdaigle. Celle-ci resta les pieds dans l'eau, sûrement pour se raffraichir. Etait-elle au courant qu'un tas de créature hantait ces eaux?


"Tout va bien Mia ?" demanda-t-elle à la serpentard.

Mia! C'était ça le prénom de l'autre fille. Et visiblement, quelqu'un avait au moins réussi à faire suffisamment connaissance avec elle pour connaître son prénom. Après s'être assurée que la pauvre serpentarde trempée allait bien, la Serdaigle se retourna vers Linnea.

"Bonjour, je m’appelle Doris et toi ? Tu viens de Poufsouffle c’est bien ca ?"

La dernière question était purement rhétorique puisque le blason sur la poitrine de la jeune suédoise, ainsi que les traits de couleur sur son uniforme, montraient parfaitement à quelle maison elle appartenait. Linnea lui adressa un sourire. Enfin quelqu'un d'amical!

"Enchantée Doris, je suis Linnea." répondit la Poufsouffle. "Je suis effectivement à Poufsouffle, on a partagé quelques cours cette année."

Doris adressa un sourire compatissant à Mia, toujours trempée. Linnea ressentit alors le besoin de se justifier. Elle ne voulait surtout pas que la Serdaigle pense que Linnea avait volontairement fait tomber Mia dans le lac. D'ailleurs, elle n'avait rien fait du tout à part dégager le chemin de la Serpentard afin qu'elle puisse partir.

"Nous étions en train de discuter", expliqua Linnea à Doris, "mais Mia a fait un faux pas et s'est retrouvée dans l'eau avant que je n'ai eu le temps de la rattraper. J'en suis désolée, Mia."

Elle avait adressé la dernière phrase à Mia, bien sûr. La jeune suédoise espérait que Mia sécherait vite, avec ce soleil.

Au hasard des chemins  Privé 

La vert et argent se sentit rougir.

*Non mais quelle cruche !*

Elle s'en voulait tellement, maintenant qu'elle avait repris ses esprits... Ce premier contact avec la Poufsouffle était un fiasco, elle s'en rendait bien compte. Elle pestait intérieurement quand elle aperçut, du coin de l’œil, une autre élève de première année - semblait-il. Et en la regardant bien, Mia reconnut Doris, une Serdaigle avec qui elle avait réussi à sympathiser à la Bibliothèque. Elle se dirigeait tout droit vers elles, quelque peu paniquée, et la Serpentard sentit ses joues s'empourprer un peu plus. Elle aussi avait vu toute la scène, elle aussi. C'était pire que ce tout ce que la vert et argent pouvait imaginer ! Elle baissa les yeux, rouge de honte comme jamais.

Lorsque Doris fut alors auprès des deux jeunes filles, elle lui tendit sa main, en demandant :


"Tout va bien Mia ?"

Cette dernière se releva avec l'aide de la Serdaigle et murmura une réponse à peine audible entre ses dents. Elle avait tenté de se justifier, mais probablement que ni l'une, ni l'autre ne l'avaient entendu. La vert et argent s'épousseta comme elle pouvait et, après s'être assurée qu'elle n'avait rien, Doris se tourna vers la Poufsouffle pour faire connaissance.

"Bonjour, je m’appelle Doris et toi ? Tu viens de Poufsouffle c’est bien ca ?"

*Question purement rhétorique*, souffla la petite voix de Mia, ce à quoi elle répondit de la fermer, afin qu'elle puisse suivre la conversation.

"Enchantée Doris, je suis Linnea.", répondit cette dernière. "Je suis effectivement à Poufsouffle, on a partagé quelques cours cette année."

Mia se mordit la lèvre inférieure, un TOC qu'elle avait depuis son enfance. Les deux filles venaient à peine de se rencontrer qu'elles avaient déjà entamer la discussion - une preuve de plus que la vert et argent était une asociale compulsive. Elle allait dire quelque chose quand Linnea - voilà son foutu prénom ! - prit la parole, coupant le peu d'élan de courage que la Serpentard avait. Alors que la Poufsouffle discutait, Mia sentit un frottement contre ses jambes et en baissant la tête, elle tomba nez à nez avec un chat qui suivait sans arrêt Doris - elle l'avait particulièrement dans les couloirs. Sans grand intérêt pour la conversation que les deux autres avaient entamé, elle prit la boule de poil dans ses bras et se mit à le caresser. La vert et argent avait toujours eu un bon feeling avec les animaux, et elle semblait avoir une aura qui était capable de calmer tous les animaux, aussi méchants soient-ils. Ce "don" lui avait toujours servi, en particulier quand elle était petite puisque Mia, exclue des autres enfants de son âge, se rapprochait principalement des animaux de compagnie qu'elle croisait, peu importe qu'elle les connaisse ou non. Si elle n'avait pas eu cette protection, plus d'un chien lui aurait déjà refait le portrait.

"-faux pas et s'est retrouvée dans l'eau avant que je n'ai eu le temps de la rattraper. J'en suis désolée, Mia."

Linnea avait adressé cette dernière phrase à la vert et argent, qui releva soudain la tête. Elle n'avait pas entendu le début, mais elle avait compris qu'on parlait de sa chute. Avec ce qu'elle avait entendu, la Poufsouffle ne semblait pas vouloir ébruiter la peur de Mia, qui lui en fut tout de suite reconnaissante. Mais à l'instant, il fallait bien qu'elle parle. Elle respira un grand coup, le félin toujours dans les bras et adressa un petit sourire timide à la jeune fille.

"Non, non, c'est rien. C'est de ma faute, j'ai... du mal à m'intégrer", finit-elle par répondre. "J'espère que tu ne m'en veux pas, mes réactions étaient... plutôt idiotes. Je suis... sincèrement désolée."

Malgré les quelques pauses que la jeune fille avait dû faire, elle avait réussi à parler plus que de nécessaire, et elle croisa les doigts pour que cette rencontre ne soit pas totalement gâchée.

~ Même le plus petit du serpent a du venin ~
“Les familles, l’été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants, dans l’espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids.”

Au hasard des chemins  Privé 

Doris commençait à connaitre Mia et savait que c’était une personne réservée. Il n’était pas facile de la mettre en confiance pour la faire parler et ainsi faire connaissance. Doris s’imagina alors l’effarement auquel avait dû faire face la jeune Serpentard lorsqu’elle était tombée dans l’eau en public. Ce n’était pas quelque chose de grave mais une fois que Mia était levée, Doris remarqua qu’elle était toute rouge. Elle ne savait pas si elle était rouge de honte ou de colère. N’ayant pas bien vu ce qu’il s’était passé, Doris se demandait si Mia et Linnea étaient amies ou si elles étaient en train de se disputer, en arrivant à se bousculer dans l’eau. Mais Linnea la rassura en lui indiquant que Mia était tombée accidentellement. C’est vrai que cela l’aurait étonnée de les voir se crêper le chignon car la jeune Poufsouffle semblait amicale. Lorsque Linnea expliqua à Doris la façon dont Mia était tombée dans l’eau, cela ne l’étonna pas. Elle avait dû être intimidée et ne sachant pas quoi faire, elle avait fini par trébucher. Doris se dit alors qu’en plus d’être très timide, Mia était aussi quelque peu maladroite. Peut-être que l’un entrainait l’autre…

Alors que Mia s’était relevée, Doris vit que son chat Soil était allé vers elle. Il voulait peut être la réconforter… Elle vit la jeune Serpentard le prendre dans ses bras. Tiens donc, elle aime les animaux. Une chose de plus que Doris venait d’apprendre sur Mia. Même si une personne ne parle pas beaucoup, on peut finalement en apprendre beaucoup sur elle rien qu’en voyant son comportement. Doris espérait que cette présence féline allait rassurer Mia et la mettre un peu plus à l’aise.


"Soil a l’air de t’apprécier ! C’est certainement parce qu’il sait que tu aimes les animaux. En règle générale il ne va que vers les personnes qu’il ne craint pas. Tu t’es fait un nouvel ami apparemment ! Au fait, tu n’as pas trop froid ? Tu ne veux pas rentrer te sécher ?"

Doris étant très à l’aise en société et aimant faire de nouvelles connaissances, il était parfois difficile de l’arrêter de parler. C’était une jeune fille franche et sincère et par son jeune âge, elle ne se rendait parfois pas compte qu’elle était un peu agaçante. Mais selon elle, c’est surtout en parlant que l’on apprend à se connaitre alors pourquoi s’en priver ? Et si cela ne plaisait pas à ses interlocuteurs, ils n’avaient qu’à lui faire savoir et elle se tairait. Doris n’est pas quelqu’un de susceptible et lorsqu’elle comprend que ses camarades sont agacés elle n’insiste pas…Enfin pas toujours car parfois elle ne se rendait pas compte qu’elle parlait trop.

Voulant faire connaissance avec la jeune Poufsouffle, Doris continua à parler en essayant de trouver un sujet de conversation. Elle voulait parler à tout prix et ne faisait pas attention si le sujet de conversation était intéressant ou non. Elle voulait juste en apprendre davantage sur ses camarades, au risque de passer pour quelqu’un de trop curieux mais cela elle ne s’en rendait pas compte. Doris se tourna vers Linnea.


"Ah oui je me souviens t’avoir vue en cours ! C’était en Potions il me semble ? Tu aimes ce cours ? Personnellement ce n’est pas mon préféré…"

Ca y est, on ne pouvait plus l’arrêter. C’est bien d’être sociable et ouverte mais parfois il fallait laisser les autres parler…

"Et sinon, toi aussi tu aimes les animaux Linnea ?"


Puis Doris se tut et laissa la parole à ses camarades. Elle venait enfin de se rendre compte qu’elle parlait peut-être un peu trop. La jeune Serdaigle était comme ça, elle savait qu’elle parlait beaucoup mais à chaque fois elle ne s’en rendait compte qu’une fois le flux de paroles terminé…


#0B3861