Toilettes abandonnées

Inscription
Connexion

 rpg+  Rencontre inattendue et explosive

elijah1.png
elijah1.png (6.41 Kio) Consulté 196 fois
Décembre 2042.
Voici un peu plus de trois mois que Cléo Morel est entrée à Poudlard.
Voici un peu plus de trois mois qu'elle a été répartie chez les fiers Gryffondor.
Voici un peu plus de trois mois qu'elle ne cherche que les problèmes.

Ou plutôt, que les problèmes la cherchent, et la trouve plutôt facilement. Faut dire qu'elle est du genre très mauvaise au cache-cache avec les ennuis. Ils gagnent toujours, ces abrutis là. Mais est-ce que, par la barbe de Merlin, quelqu'un pourrait expliquer ce qu'une gamine de première année était actuellement en train d'inventer assise en plein milieu de toilettes abandonnées au deuxième étage de l'école de magie qu'est Poudlard. Déjà qu'être dans des toilettes abandonnées ça craint, c'est même suspect, mais toute seule qui plus est, c'est bizarre. C'est bizarre mais ça passe encore, me diriez vous, et puis Morel pourrait jouer sa carte de la gamine française de première année un peu perdue dans cet immense château rempli d'anglophones. Ouais, ça pourrait fonctionner. Enfin, ça aurait pu fonctionner, si elle n'était assise devant un chaudron.
Voir une Cléo Morel, assise en tailleur devant un chaudron, un bouquin de potions sur les genoux et l'air concentré, mesdames, messieurs, sorciers, sorcières, planquez-vous, risque de danger anormalement élevé. Risque t-elle de se planter royalement ? Évidemment. Va t-elle se planter royalement ? Cela va de soit, ça ne serait pas marrant, évidemment. La bonne idée du jour ? Faire une potion de Babillage pour en verser un peu partout. Les cibles principales ? Tout ce qui lui passera sous la main. Mais était-ce seulement accessible à une gamine qui s'invente potionniste depuis trois mois ? Certainement pas, mais cela, Cléo n'allait s'en rendre compte que plus tard, d'ici quelques minutes.
Pour l'instant, tout semblait se passer à merveille. Elle versait petit à petit ses ingrédients, remuait sa potion et la laissait chauffer en temps voulu. Entre deux étapes, la française prenait bien soin de vérifier que personne n'était dans les parages. Et pour son plus grand bonheur, personne ne se pointait dans le coin. Per-sonne. Mais en même temps, y avait-il beaucoup d'élèves assez sensés pour se balader à proximité de toilettes abandonnées et encore pire, y entrer. Non j'pense pas. Alors la lionne était seule au monde avec sa potion. Potion qui fumait légèrement.

"Ah tiens, ça, c'est pas indiqué dans le bouquin.

Qu'elle dit à haute voix dans sa langue natale qui n'est d'autre que le français. Bah, un peu de fumée, ça ne peut pas être bien grave. Quoi que. Si elle s'en tenait à son premier cours de potions, elle était censée savoir que la précision ne pouvait être négligée. Or, si un détail de la pratique était différent de la théorie, c'est forcément qu'il y avait un problème quelque part.
Bah, tant pis. Tant que rien n'explose, tout va bien. Tant que rien n'explose. Mais ne parles pas trop vite, petite, tu risquerais d'être fortement déçue.

my color is #d45c65

 rpg+  Rencontre inattendue et explosive

" Il est parti par là ! "

* Sac à gargouilles ! *

GNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIH ! Un gros demi-tour à pleine vitesse plus tard, et la course-poursuite reprenait de plus belle. Les poursuivants ? Keith et Jordan, serpentards de troisième année. Les mèches en pétard, de la fumée se dégageait encore de leurs cheveux légèrement calcinés (ou la colère les faisait-elle à ce point fulminer que de la fumée leur sortait des oreilles ?). Le visage déformé par la colère, c'est armés de lourds rouleaux de parchemins qu'ils avaient entreprit de 'démolir' le poursuivi. Ce dernier, le visage quant à lui déformé par la panique, tentait tant bien que mal de leur échapper. Pourquoi que donc ?

Boaf... un bête incident...

Quelques minutes plus tôt, alors qu'Elijah occupait l'avant dernière table libre à la bibliothèque, ces deux grands dadets avaient lourdement déposé leurs affaires devant lui. Le nez plongé dans son manuel de potions, le fracas des dix bouquins balancés sur sa table l'avait surpris. Un hoquet plus tard, il avait levé les yeux vers Keith et Jordan, lesquels lui adressaient un sourire goguenard.


" Bouge, c'est notre table. "

Elijah jeta un rapide coup d’œil à sa gauche puis à sa droite, histoire d'être sûr qu'on s'adressait bien à lui. Il haussa les sourcils avant de se pointer lui même du doigt. Un hochement de tête de son interlocuteur, et il n'y eu plus de doute.

" Vous en avez une de libre juste derrière m..."

" Bouge. C'est-NOTRE-table. "

Le rouquin fronça les sourcils. Celle-ci, celle de derrière, qu'est-ce ça pouvait leur faire ? Et puis l'autre était plus grande. Et puis mieux éclairée. Et puis il était là avant !

" J'vois ton nom écrit nul part ! "
Il croisa les bras et afficha une moue boudeuse.
" Mon nom à moi, c'est Keith. K-e-i-t-h. Et si tu ne veux pas que je te le grave à la plume sur le front, tu ferais bien de t'en souvenir et de tracer ta route ailleurs. " Il attrapa sa plume d'oie et lui chatouilla les narines, amusé. Son complice frappa du poing sur la table, avec son air de bouledogue mal luné.

Le message était clair...

Elijah se leva d'un bond, attrapa son manuel, et s'installa sur la dernière table libre. Rouge de honte et de colère, il sentait le regard des autres lui piquer la nuque. Comme si ça ne suffisait pas, les deux nigauds s'amusaient désormais à découper des petits bouts de parchemins pour lui envoyer sur la tête. Une minute. Deux minutes. Trois minutes. Impossible désormais de se concentrer. Il allait littéralement exploser de rage. ... Exploser.... Il plongea la main dans sa poche. Oui, il lui en restait quelques uns... Il leur laissait encore une chance. S'il ne recevait pas de boulettes dans les dix prochaines secondes, il renoncerait. Une, deux, trois, quaaa...

POK.

En plein milieu du front. 10 points. Les deux compères s'esclaffèrent. C'en était trop ! Elijah se leva d'un bond, prit la poignée de bonbons explosifs qu'il avait senti dans sa poche, et les jeta droit sur ses agresseurs. A la pétarade qui s'en suivit s'ajoutèrent les cris médusés des deux serpentards. Elijah s'en tenait les côtes, les mains sur les genoux, le mal de ventre d'avoir trop ri. Lorsque l'on entendit plus que son rire, Elijah releva la tête pour voir leurs trognes et s'en repayer une tranche...


" Brown : t'es MORT ! "

Mais à en juger par leur expression, mieux valait foutre le camp d'ici fissa : ça sentait le roussi (littéralement...).

" Oups ? "

Elijah bondit au dessus de sa table et se mit à courir à toute berzingue. Direction : loin ! S'en suivit la folle course poursuite qui le mena droit au deuxième étage. Après avoir faillit tomber dans les escaliers, glisser et se vautrer sur le sol dix fois : il lui était toujours impossible de se débarrasser de ses assaillants. Quand lui vint une idée : les toilettes abandonnées. Ils n'iraient pas le chercher là ! Profitant de la légère avance qu'il avait sur ses agresseurs, il changea de trajectoire, bifurqua, ouvrit la porte d'un coup sec et la referma rapidement derrière lui. L'oreille collée au bois, ce n'est que lorsqu'il fut tout à fait sûr qu'ils étaient partis qu'il poussa un long soupir de soulagement, et se retourna enfin.

Surpris, l'enfant se retrouva alors face à Cléo Morel, jolie blonde de première année répartie avec lui chez les gryffons. Le rouge lui monta aux joues. Il se grattait la tête, un sourire maladroit aux lèvres, son pied grattant le sol, lorsqu'il le vit : son chaudron. Et la fumée qui s'en dégageait.


" Kefkeféktufévecfa ? " Son teint vira au cramoisi. Un geste pour la faire patienter, il s'éclaircit la gorge, avant d'articuler. (Parce qu'en articulant : c'est mieux). " Hem.. Pardon... Qu'est-ce que tu fais avec ça ? " Sa curiosité pour l'univers des potions avait prit le pas sur sa timidité maladive avec les filles, et il se rapprocha hâtivement du chaudron. Les bras croisés dans le dos, il renifla à bonne hauteur la fumée qui s'en dégageait.

" Ça sent tout bizarre ton truc ! " son regard pétillait, la panique de son entrée avait laissé place à l'excitation. Il adressa à Cléo son plus grand sourire avant de reposer l’œil sur le chaudron et de froncer les sourcils. " Par contre dis moi : c'est normal qu'il fasse tout plein de bulles comme ça l'mach... "

SPLAAAAAAAAAAATCH !


.... Vraisemblablement : non.

Première année RP
" Plus on est de fourbes... "
" Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs ! "