Toilettes abandonnées

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

[PRIVÉ : Diana Anderson]
.......................................

Ysalyne trépignait sur sa chaise en écoutant d'une oreille pour le moins distraite le professeur Holloway conclure le cours théorique de défense contre les forces sur mal sur les Epouvantard. Depuis la veille, elle n'avait qu'une idée en tête, et le moment de mettre son plan à exécution était enfin arrivé : la petite était donc d'une excitation à toute épreuve.

Essayant tout de même de prendre des notes, dans le simple but de se donner bonne conscience, il fallait bien l'avouer, Ysalyne grattait son parchemin mais son esprit était ailleurs. Hier, un tout petit portait à côté duquel elle s'était arrêtée, tout essoufflée d'avoir monté en vitesse trois escaliers consécutifs, avait commencé à lui parler, visiblement ravie qu'une élève le remarque malgré sa taille  minuscule – et en effet, le petit portrait aurait pu tenir dans la paume de main d'un homme adulte.

L'homme au chapeau melon lui tint la discussion pendant de longues minutes, et, n'ayant pas eu le cœur à l'interrompre pour arriver plus vite à la bibliothèque, touchée par sa solitude, la petit Serpentard l'avait écouté avec attention. Et appréciant sa sollicitude, il lui avait confié un grand secret qu'il disait n'avoir révélé qu'à deux autres élèves depuis quatre-vingt-dix ans qu'il était accroché là...

Lorsque Miss Holloway annonça qu'ils pouvaient enfin sortir, Ysalyne ne se fit pas prier pour ranger ses affaires et quitter la salle de cours dans les premiers. N'y tenant plus, elle courut presque jusqu'à l'étage supérieur, monta les marches sur son chemin quasiment quatre à quatre et s'engouffra dans le couloir qu'elle cherchait avec hâte. Prudente, cependant, car ne souhaitant pour rien au monde être suivie, Ysalyne vérifia par-dessus son épaule que personne n'était dans les parages avant de se glisser en deux en trois mouvements dans les toilettes abandonnées du deuxième étage, ni vu ni connu.

La pièce était vide. Comme leur nom l'indiquait, les toilettes abandonnés du deuxième étage n'étaient plus utilisées pas personne, ni par les professeurs et encore moins par les élèves, qui bénéficiaient de toilettes bien plus propre et bien plus fonctionnelles. La petite Serpentard hésita une seconde à poser son sac de cours par terre mais se résonna en se disant qu'un peu de poussière ne pourrait pas lui faire grand mal. Elle l'appuya cependant contre une porte de cabine à la peinture tout écaillée. A bien y réfléchir, Ysalyne, se demandait comment un tel endroit pouvait exister à Poudlard, ou pourquoi ces toilettes n'étaient pas rénovées.

S'approchant doucement des lavabos fendillés et rouillés surmontés de miroirs presque tous brisés à un endroit ou à un autre, la jeune Benett posa ses mains sur un évier de céramique pleine de calcaire pour observer quelques secondes son reflet à travers la poussière. La veille, elle avait bien essayer de venir débuter ses recherches après les révélations du portrait, mais deux filles y étaient déjà et rien qu'en entendant les grands pleurs de l'une, la petite avait vite deviné qu'elles y resteraient encore un long moment. Elle avait donc remis son exploration au lendemain.

Il faisait froid, plus froid quand dans les autres pièces du château, et la lumière même avait du mal à passer la barrière de crasse accumulées sur les petites fenêtres. Ysalyne esquissa un sourire. Son désir de croire le portrait de l'homme au chapeau melon était confirmé par l'ambiance qui régnait dans cette pièce. Car même si quelques élèves s'y retrouvaient quelques fois, profitant de la discrétion et de la désertion du lieu, une salle aussi abandonnée semblait effectivement idéale pour cacher un passage secret.

Bien décidée à le trouver, Ysalyne ne perdit pas plus de temps, retroussa les manches de sa chemise d'uniforme, et après avoir intérieurement grimacé à l'idée de salir ses vêtements pendant sa recherche, elle passa outre cette réticence.

« Aller, c'est parti... » murmura-t-elle pour elle-même.

Mais par où commencer ? L'homme au chapeau melon avait refusé de lui donner l'emplacement exact de l'entrée, prétextant qu'elle devait mériter un minimum de trouver le passage secret, et s'était également tu quant à la nature de ce passage. Raccourcie ou pièce secrète, telle était encore la question.

Après plusieurs longues minutes de recherches, Ysalyne était donc à quatre pattes, dans une cabine, penchée derrière la cuvette pour tenter de découvrir un défaut qui la mettrait sur la piste de l'entrée du passage secret, lorsqu'elle entendit la porte d'entrée s'ouvrir et sursauta, dépitée qu'on la surprenne dans une telle posture, et se demandant ce qu'elle allait bien pouvoir inventer comme mensonge pour justifier sa présence ici...

Code couleur : #808000
Dernière modification par Ysalyne Benett le 25 avril 2018, 14 h 34, modifié 1 fois.

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Il était cinq heures de l'après-midi, après une journée de cours pour le moins fatigante - elle avait en effet eu deux heures d'histoire de la magie, une heure de Métamorphose, une de potions et deux de Sortilèges, la journée avait été longue. Diana avait hâte de pouvoir rentrer se reposer dans sa salle commune et pouvoir dormir un peu, mais c'était sans compter la pile de devoirs qui l'attendait et ses devoirs de préfète. Par ailleurs, lorsqu'elle avait été nommée, la jeune fille ne s'attendait pas à avoir autant de travail. Malgré tout, elle appréciait son rôle et tentait de le remplir au mieux, même si elle manquait parfois d'autorité avec les élèves ayant le même âge qu'elle ou étant plus âgés.

     Pressée de redescendre et de boucler tout son travail au plus vite - la fillette avait quelques heures de sommeil en retard -, Diana descendait les escaliers le plus rapidement qu'elle le pouvait. Pourquoi la salle commune de Serpentard devait-elle se situer dans les cachots ? Pour les cours de Potions s'était bien pratique mais quand il s'agissait des autres cours, Diana se fatiguait vite.

     Alors qu'elle passait devant les toilettes abandonnées du deuxième étage - elle était presque arrivée ! - Diana entendit du bruit à l'intérieur. Plus curieuse que prête à réprimander, elle rentra à l'intérieur. Malgré le printemps revenu, cette pièce était très fraîche, cela sûrement du à sa faible fréquentation et à son état lamentable. En effet, les fenêtres étaient recouvertes d'une épaisse couche de saleté et certaines étaient fissurées. Les lavabos étaient écaillés et lorsque Diana tenta d'en ouvrir rien, une eau brune en sortit. Le sol semblait avoir pris plusieurs impacts et n'avait pas du être nettoyé depuis un bon moment.

     Diana était tellement effarée qu'elle avait presque oublié pourquoi elle était rentré ici avant de voir un sac posé par terre. Elle jeta un coup d’œil vers les cabines et vit une jeune fille, qu'elle ne pouvait identifier de dos, à quatre pattes semblant analyser une cuvette. La préfète ne put s'empêcher de trouver cette posture pour le moins étrange et ce qui pourrait amener à se mettre dans un tel état. Elle s'éclaircit la voix et dit :

     - Excuse-moi de te déranger dans cette opération qui semble importante mais que fais-tu au juste ?

     La jeune fille avait prononcé tout cela d'un ton qui se voulait quelque peu désobligeant. Elle haussa un sourcil et attendit la réponse de la jeune fille ...


Couleur : #674ea7

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

« Excuse-moi de te déranger dans cette opération qui semble importante mais que fais-tu au juste ? »

Prise la main dans le sac, Ysalyne se releva lentement en espérant avoir ainsi le temps de trouver une excuse crédible à la situation. Elle espérait de tout coeur ne pas être devenir aussi toute qu'un coquelicot... Mais même une fois debout sur ses deux jambes, rien ne lui vint. Et Diana, une fille de Serpentard avec qui elle partageait son dortoir mais avec qui elle n'avait jamais réellement discuté, la scrutait d'un air que la fillette décryptait comme du jugement.

La question de Diana avait d'autant plus mis Ysalyne mal à l'aise que, sa camarade désormais préfète, elle ne savait pas si elle devait lui mentir, inventer une histoire abracadabrantesque qui la ferait sûrement passer pour défaillante mentale, ou lui révéler ses véritables intentions à savoir : trouver un passage secret dans les toilettes abandonnées du deuxième étage étrangement seulement connu d'un minuscule portrait d'un homme coiffé d'un chapeau melon. Peut-être même s'était-il joué d'elle après tout ?

De plus, le ton de Diana ne laissait aucune place au doute. Elle trouvait visiblement la situation ridicule et le lui faisait clairement sentir. Pour gagner encore un peu de temps, Ysalyne tenta le tout pour le tout et désigna l'insigne qui décorait l'uniforme de sa camarade

« Diana ! Félicitation pour ton titre de préfète, au fait. Je crois que je n'avais pas encore eu l'occasion de te le dire ! »

Que dire, pas Merlin, que dire ? Et si elle lui disait la vérité et que Diana décidait de faire un excès de zèle et d'aller en parler à leur directrice de maison, miss Sejersted ? Ou pire, à la directrice de Poudlard en personne, miss Loewy ? Le secret de l'homme au chapeau melon serait alors découvert par sa faute... D'un autre côté, elle ne voyait pas bien quel mensonge elle pourrait inventer.

« Ce que je fais ? Eh bien, tu ne vas sans doute pas le croire mais... » Réfléchis, réfléchis, réfléchis nom d'un Botruc ! « J'ai... fait tomber... Enfin j'ai perdu une bague... avec une marguerite sur le dessus... la dernière fois que je suis venue ici et j'essaye juste de... de la retrouver quoi ! »

Bon, d'accord. Malgré ses lourds antécédents de petite menteuse lorsqu'elle était enfant et qu'elle ne voyait aucun autre moyen pour que les autres enfants de son village s'intéresse à elle, Ysalyne n'avait jamais vraiment su mentir. Lorsqu'elle était petite et que les autres étaient tout aussi petits qu'elle, et puisqu'elle avait décider d'arrêter de se comporter de la sorte en entrant à Poudlard, cela n'avait plus eu beaucoup d'importance.

Mais lorsqu'elle était dans des situations comme celle-ci, cela la desservait beaucoup et ne faisait qu'attirer la puce à l'oreille de ses interlocuteurs. Ysalyne se retint de pousser un gros soupire. Soit Diana mordait et tout s’arrangerait, soit elle comprenait l'évident mensonge et là, Ysalyne se retrouvait dans une situation plus que délicate : devoir expliquer à sa préfète pourquoi elle lui avait menti. Et pour le coup, il y aurait de forte chances pour qu'elle rougisse comme une pivoine !

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     La personne se releva lentement et Diana reconnut Ysalyne, une jeune fille avec qui elle partageait son dortoir. Elle semblait très gênée et la jeune préfète ne pouvait que comprendre. Elle même serait morte de honte si jamais quelqu'un la surprenait dans cette fâcheuse posture. Diana attendit quelques instants une réponse, jusqu'à ce que Ysalyne pointa du doigt l'insigne de préfète de Diana et s'exclama, d'une voix toutefois quelque peu hésitante :

     - Diana ! Félicitation pour ton titre de préfète, au fait. Je crois que je n'avais pas encore eu l'occasion de te le dire !

     La brunette ne sut que répondre. Ysalyne avait esquivé sa question en la félicitant. Bien entendu cela la touchait et elle s'empressa de le faire savoir à sa camarade :

     - Merci Ysalyne ! Je ne t'avais pas reconnu lorsque... tu étais... de dos.

     Diana avait cherché ses mots mais elle ne savait pas réellement comment s'exprimer sans vexer sa camarade. Peut-être l'avait-elle déjà froissée en rentrant ici alors qu'elle souhaitait - à ce qu'il lui semblait - être seule ? Avant qu'elle n'ait pu trouver quelque chose à dire, sa camarade enchaîna :

     - Ce que je fais ? Eh bien, tu ne vas sans doute pas le croire mais... J'ai... fait tomber... Enfin j'ai perdu une bague... avec une marguerite sur le dessus... la dernière fois que je suis venue ici et j'essaye juste de... de la retrouver quoi !


      Ce n'était que cela alors ! Diana se sentit quelque peu coupable de l'avoir interrompue dans ses recherches et chercha à se faire pardonner. D'ailleurs, pour cela, peut-être pourrait-elle lui proposer son aide ?

     - Je peux t'aider si tu le souhaites ! J'ai une bonne vue, cela pourrait t'être utile.


     Elle lui adressa un large sourire et s'approcha d'elle, espérant pour la énième fois ne pas vexer sa camarade.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

« Je peux t'aider si tu le souhaites ! J'ai une bonne vue, cela pourrait t'être utile. »

Pardon ? Ysalyne se retint de justesse d'écarquiller les yeux grands comme deux soucoupes et de laisser sa mâchoire pendre jusqu'à ses genoux. Comment Diana pouvait-elle croire à son mensonge idiot ? La jeune Benett s'en voulu aussitôt. La préfète devait seulement être d'une gentillesse à toute épreuve et n'envisageait pas qu'Ysalyne puisse lui cacher quelque chose.

Honteuse à l'idée de la mener en bateau et effectivement devenue rouge comme les bégonias du jardin de sa grand-mère, Ysalyne hocha la tête et se décala pour laisser libre à sa camarade l'accès à la cabine de toilette qu'elle ''inspectait'' quelques secondes auparavant.

« Je... je vais chercher là-bas, d'a-d'accord ? »

Encore plus morte de honte, Ysalyne partie se réfugier à l'autre bout de la pièce, près des lavabos, tout en feignant de chercher cette bague imaginaire surmontée d'une marguerite qui existait encore moins. Elle n'avait pas imaginé que Diana lui proposerait aussi aimablement son aide, peut-être même avait-elle espéré qu'elle ne soit pas dupe, Ysalyne en prenait maintenant conscience alors qu'elle se penchait vainement au pied d'un des lavabos craquelés.

La jeune Benett se sentait mal. Peut-être n'avait-elle finalement pas changé tant que cela depuis l'époque où elle mentait comme elle respirait pour avoir des amis. Peut-être avait-elle vécu dans l'illusion de s'être amélioré, mais peut-être était-elle toujours la même petite fille effrayée et si peu courageuse...

Cependant, comment avouer son mensonge à la préfète maintenant que cette dernière l'aidait si gentiment à chercher cette bague qui n'existait pas ? Il était hors de question que Diana la prenne pour une horrible personne qui adore se jouer des autres. Ce n'était pas ce qu'elle était, elle ne l'avait jamais été et ne croyait pas le devenir un jour. D'un autre côté, elle ne pouvait décemment pas continuer de prendre le temps de sa camarade dans une recherche vaine, c'était bien trop malhonnête.

Lentement, après avoir passé plusieurs secondes à ne rien inspecter du tout mais plutôt à donner le change, Ysalyne se redressa et s'observa dans les miroirs poussiéreux. Du bout du doigt, elle dessina grossièrement dans la crasse une pâquerette.

Que devait-elle faire ?

Elle ne connaissait pas Diana, c'était un fait. Bien sûr, elles s'étaient déjà croisées dans les couloirs, en cours, et plus encore dans leur salle commune et leur dortoir, mais elle ne savaient rien l'une de l'autre, n'avaient encore jamais échangé de véritable conversation. Pouvait-elle lui faire confiance et lui révéler la véritable raison de sa présence ici ? Diana avait été nommée préfète. Elle devait donc être assez digne de confiance – du moins selon leurs professeurs. De plus, elle avait si spontanément proposé son aide à Ysalyne que cette dernière ne pouvait douter de sa bonne foi.

Se retournant vers sa camarade, Ysalyne dégluti.

« Diana ? » l'appela-t-elle d'une petite voix.

Lorsque la préfète se tourna vers elle, un détail la retint cependant encore quelques secondes. L'homme au chapeau melon lui avait confié ce secret à elle et à elle seule. Elle était la troisième élève en quatre-vingt-dix ans à s'être vu révélé l'existence de ce passage. Etait-ce déshonorer la confiance qu'avait placé en elle le petit portrait ? Elle ne savait pas. Si elle lui parlait, qui lui disait que Diana n'irait pas tout raconter à ses amis et que bientôt, ils seraient des dizaines et des dizaines à connaître l'existence du passage ?

Cette idée la freina et elle ne su soudainement plus du tout ce qu'elle devait dire ou non.

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Lorsque Diana proposa son aide à Ysalyne, celle-ci hocha la tête et lui laissa le passage jusqu'à la cabine qu'elle fouillait auparavant. Le jeune fille jeta un coup d’œil - peut-être verrait-elle quelque chose qui aurait échappé à Ysalyne - lorsque celle ci lui répondit, les joues toutes roses :

       - Je... je vais chercher là-bas, d'a-d'accord ?

     Diana ne chercha pas à interpréter le visage cramoisi de sa camarade. Comme à son habitude - et cela grâce à sa légendaire naïveté -, elle ne prit pas conscience de la gène de sa camarade. Mais de tout façon, même si elle avait interpréter ses réactions, qu'aurait-elle fait ? Jamais elle n'aurait eu le cran d'en vouloir à Ysalyne, elle même s'en voulait terriblement de la déranger. Celle ci partit à l'autre bout de la pièce et se mit à chercher dans les lavabos. Diana inspecta du regard la pièce, et déclara :

     - Bonne idée ! Je vais chercher dans les cabines.

     Elle baissa la tête et commença à chercher la fameuse bague. Diana était ravie de rendre ce service. Elle ne savait pas réellement comment se faire apprécier de ses camarades - en effet, depuis qu'elle était à Poudlard, la jeune fille n'avait eu que très peu de connaissances et pas d'amis du tout. Elle espérait que Ysalyne apprécierait sa compagnie et peut-être deviendrait-elle proches ? Diana l'espérait très fort.

     Elle continua à inspecter partout où elle pouvait accéder, tout en faisant bien attention à ne poser que ses pieds par terre ou la limite ses mains, tellement le sol la répugnait. Son dos lui faisait mal à force d'être pliée en deux. Diana s'accorda une petite pose et s'adossa contre le mur d'une cabine. Elle se demandait comment Ysalyne avait fait pour perdre sa bague ici, d'autant plus que ce n'était pas un lieu très fréquenté et à moins qu'elle aime rester seule, la jeune fille avait des gouts bien étranges. Elle s'apprêtait à lui poser la question lorsque sa camarade l'appela d'une tout petite voix :

     - Diana ?

     La préfète s'approcha d'elle en quelques pas et lui sourit.

     - Oui ? Tu l'as retrouvée ? D'ailleurs comment avais-tu fait pour la perdre ?

     Elle posa ses mains sur le lavabo et jeta un coup d’œil à l'intérieur, histoire de vérifier qu'il n'y avait rien à l'intérieur.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Ysalyne n'avait toujours pas pris de décision lorsque sa camarade se tourna vers elle. Lui dire la vérité ? Continuer de mentir ? En tout honnêteté, elle voyait des avantages et des risques à chacune des situations et ne savait pas quoi faire.

« Oui ? Tu l'as trouvé ? »

Diana s'approcha d'Ysalyne, le visage orné d'un sourire qui semblait sincère, et posa à son tour ses mains sur le lavabo le plus proche pour l'inspecter.

« D''ailleurs comment avais-tu fait pour la perdre ? »

Cette fois-ci, la deuxième année fautive dégluti très visiblement. Inventer une petite excuse passait encore, mais mentir à ce point, inventer de toute pièce une histoire qui la dédouanerait de toute suspections...  Elle n'y parviendrait jamais.

« J'ai... »

Ysalyne mit moins d'une demie-seconde à réfléchir. Elle devait écouter son cœur, pas sa tête. Et que lui disait-il ? Que Diana avait l'air d'être quelqu'un de vraiment digne de confiance et qu'il n'y avait aucune raison de lui mentir. Elle lui expliquerait la situation, la persuaderait de ne pas lui en vouloir de lui avoir fait cherché une bague qui n'avait jamais existé. Enfin elle l'espérait fortement. Se disputer avec sa camarade était la dernière chose qu'elle souhaitait. Ysalyne se sentait assez seule cette année sans en plus y ajouter une mauvaise relation avec l'une de ses camarades.

Oui, il fallait le lui dire.

« Ecoute, je vais te dire quelque chose... » commença Ysalyne en prenant soin de choisir minutieusement ses mots. « Mais s'il te plait, ne... ne t'énerve pas ou quoi que ce soit... D'accord ? »

Et voilà qu'elle se mettait à stresser. Elle aurait l'air bien maligne si Diana lui en voulait tout de même et décrétait qu'elle méritait d'être considérée par tout le monde comme une sale petite menteuse. Dans quoi s'était-elle embarquée... Non vraiment, un jour, il lui faudrait vraiment prendre de bonnes décisions !

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Diana se tourna vers sa camarade, croyant sincèrement au mensonge. Elle était prête à aider Ysalyne à retrouver sa bague, pourquoi pas à retourner les toilettes, pour se faire bien voir. Là étaient en réalité toutes ses intentions. La jeune fille n'était pas à Serpentard pour rien, il lui arrivait très rarement de faire quelque chose gratuitement. Elle écouta néanmoins sa camarade lorsque celle-ci dit :

     - J'ai.. 

     Oui ? Mais encore ? Ysalyne hésitait, même Diana avec sa quasi inexistante  empathie s'en rendait compte. Il n'y avait tout de même pas de honte à avoir d'avoir perdu sa bague...

     - Ecoute, je vais te dire quelque chose... se décida Ysalyne toujours hésitante. Mais s'il te plait, ne... ne t'énerve pas ou quoi que ce soit... D'accord ? 

     Pourquoi s'énerverait-elle ? Diana n'aurait aucune raison d'en vouloir à Ysalyne si ce qu'elle a lui dire est honnête. Mais elle ne le semblait pas vraiment, toutes ses hésitations laissaient perplexe la jeune préfète. Elle hésitait à promettre de ne pas s'énerver, il y arrivait parfois de perdre le contrôle de ses sentiments. Mais ne devait-elle pas se faire respecter ? Si, il le fallait. Elle soupira et répondit :

     - Si ce que tu me dis est honnête, je n'ai pas de raison de m'énerver.

     Était-ce la bonne chose à dire ? Diana après réflexion se dit que non. C'est pourquoi elle ajouta :

    - Enfin... En théorie !

     Elle adressa un large sourire à Ysalyne. Elle ignorait si elle réussirait à garder son calme mais tout dépendait de ce que sa camarade avait à lui dire. Diana n'était pas un monstre, elle se devait d'être gentille. Pour se faire respecter.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Loin de la rassurer, la réponse de sa préfète fit grimacer Ysalyne de gêne. Pouvait décemment dire que son projet de recherche de passage secret rendait excusable son mensonge et les minutes qu'elle venait de faire perdre à Diana, laquelle lui avait si gentiment et de manière si altruiste proposer son aide ? Elle avait comme un doute...

Malgré son envie assez prononcée d'enchaîner sur une réplique humoristique pour cacher son embarras, la petite se retint. Elle n'était pas certaine que Diana prendrait mieux ses révélations si elle avait en plus l'impression qu'Ysalyne se fichait ouvertement d'elle. Ce qui n'était évidemment pas le cas. Mais encore une fois, Ysalyne ne savait pas grand chose de sa camarade, et si cette dernière était autant susceptible qu'elle-même, elles n'étaient pas sorties du Chaudron Baveur.

La préfète lui adressait pourtant un grand sourire, qui inspirait confiance et la jeune Benett priait sincèrement pour qu'il ne soit que la manifestation de sa compréhension et de sa douceur naturelles. Prenant une inspiration, Ysalyne appuya son dos contre les lavabos derrière elle et se força à regarder Diana dans les yeux. Elle lui devait au moins ça.

« Ok. » Nouvelle inspiration profonde. « Je ne sais pas trop comment te dire ça, alors si tu pouvais me laisser t'expliquer... jusqu'à la fin, tu vois... ce sera plus facile pour moi. D'accord ? »

Ysalyne cherchait ses mots. Elle ne voulait pas passer pour une menteuse en série sans remords, ni se confondre en excuses et passer pour un veracrasse suppliant. Il allait falloir trouver un juste milieu, tout en s'assurant que Diana comprenait ce qui l'avait poussé à mentir. Une tache qui s'annonçait dores et déjà complexe.

« Bon, hm... Voilà, je n'ai pas vraiment perdu ma bague... Pas du tout en fait, cette bague n'a jamais existé. Je voulais juste... Voilà, pour être franche, j'ai un secret et quand tu m'as surprise tout à l'heure, j'ai paniqué. »

La jeune Benett se mordit légèrement la lèvre inférieur, mal à l'aise, espérant de toute son âme que Diana comprenne.

« Je ne savais pas si je devais te révéler ce secret, et le temps de réfléchir j'ai préféré... pas te mentir mais... enfin, si, peut-être un peu... Mais surtout... comment dire ? Détourner ton attention ? Alors, avant de continuer, sache que je suis vraiment désolée pour ça. »

Bon, première étape faite. Validée par Diana, elle n'en savait encore rien, mais le plus dur était, à son sens, passé. Ne restait plus qu'à lui révéler toute l'histoire de l'homme au chapeau melon. Mais, et si sa camarade ne lui demandait pas de quoi il en retournait ? Le lui expliquerait-elle tout de même ? Ysalyne n'avait pour l'instant pas de réponse à cette question...

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Diana se voulait rassurante, elle ne voulait surtout pas mettre sa camarade dans un quelconque embarras. De ce qu'elle connaissait d'Ysalyne, la jeune Anderson l'appréciait. Les deux jeunes filles n'étaient pas proches, pour ne pas dire qu'elles ne se parlaient presque jamais. Mais la jeune Anderson avait envie de donner sa chance à Ysalyne. Elle l'écouta donc attentivement, buvant la moindre de ses paroles. Elle fit comme sa camarade lui demanda, elle la laissa achever sa tirade jusqu'au bout. Son monologue terminé, la préfète se tourna vers elle. Que répondre ? Diana n'aimait pas qu'on lui mente, c'était un fait. Elle le considérait comme une trahison. Mais... Ysalyne avait un secret. Diana comprenait, elle aussi en avait et n'aurait pas aimé être surprise ainsi. Par Merlin, il fallait qu'elle prenne une décision ! Ysalyne semblait sincère et... gentille. Oui, Diana lui pardonnerait. Mais bien entendu, il fallait que la raison de sa camarade reste acceptable. La jeune Anderson se tourna donc vers elle et lui dit :

     - J'espère que tu as une bonne raison de m'avoir menti...

     Aïe ! Ce n'était pas la bonne chose à dire. Les mots s'étaient échappés de sa bouche, comme cela lui arrivait souvent. Elle ponctua donc sa remarque d'un léger sourire, histoire de donner l'impression qu'elle n'était pas vraiment sérieuse. Sa phrase était vraie mais Ysalyne ne devait pas la prendre pour quelqu'un de désagréable. Car il fallait qu'elle se fasse respecter.

     - Je rigole, bien entendu ! Que se passe-t-il, alors ? Enfin, si tu veux bien me le dire, bien sûr.

     Elle s'approcha d'Ysalyne et essaya d'avoir l'air sérieuse. Peut-être le secret de sa camarade était-il grave, peut-être s'agissait-il de la disparition de l'un de ses proches ? Si c'était le cas, Diana regrettait sa "plaisanterie". Mais peut-être cela était-il moins grave. Ysalyne cherchait peut-être réellement un objet mais n'osait pas parler de son existence à Diana car celui ci était prohibé ou trop personnel. Peu importait sa raison, Diana était curieuse de savoir de quoi il s'agissait. Pour une fois qu'elle s'intéressait à quelqu'un d'autre que son ridicule nombril - ce qui était rare -, il fallait en profiter.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

« J'espère que tu as une bonne raison de m'avoir menti... »

Ysalyne grimaça de plus belle. Malgré le sourire de Diana, il était évident que la supercherie, dévoilé, ne lui plaisait pas du tout. Et honnêtement, la jeune Benett ne pouvait aucunement lui en vouloir. Elle-même se serait sans doute senti un peu honteuse de s'être fait prendre pour une imbécile, d'avoir encore une fois montré trop de naïveté à aider une camarade qui lui mentait. Elle ne savait pas ce qu'il se passait dans la tête de Diana, mais elle se doutait que ça n'allait pas en sa faveur et attendait que la préfète lui fasse part de son mécontentement avec plus de virulence.

C'est donc avec surprise qu'elle vit Diana s'approcher d'elle, un sourire toujours plaqué sur le visage.

« Je rigole, bien entendu ! »

Vraiment ? Quelle sainte était-elle pour ne pas s'énerver après sa révélation ? Ysalyne n'en revenait pas et espérait pour le première fois véritablement pouvoir s'en sortir indemne.

« Que se passe-t-il, alors ? Enfin, si tu veux bien me le dire, bien sûr. »

La fillette se figea. Voilà qui répondait à sa surprise. Diana voulait savoir, et comment l'en blâmer ? Evidemment, qu;elle souhaitait connaître son secret, la raison pour laquelle elle avait chercher une bague imaginaire, probablement par simple gentillesse.

Mais allait-elle lui confier le pourquoi du comment de toute cette situation ? Ysalyne jeta un petit coup d'oeil nerveux à la porte d'entrée des toilettes abandonnées. Après tout, elles étaient seule, et elle devait peut-être bien ça à sa camarade. Pourtant, l'idée lui faisait ressentir beaucoup de culpabilité. Trahissait-elle l'homme au chapeau melon en faisant partager son secret à Diana ?

« Qu'est-ce qu'il se passe ? » répéta Ysalyne pour gagner du temps. « Eh bien... »

La petite croisa le regard de Diana et céda. Elle n'allait pas mentir à nouveau, elle ne le voulait pas. Et elle ne croyait pas que sa camarade soit indigne de confiance. Prenant une grande inspiration, la jeune Benett hocha la tête.

« D'accord, je vais te le dire. »

Ysalyne, toujours appuyée contre le lavabo dans son dos, donna une impulsion et s'en détacha avant de se diriger à pas vifs jusqu'à la porte d'entrée. Elle se tourna de nouveau vers la préfète et s'appuya alors dos à la porte pour être certaine d'être immédiatement prévenue au cas où quelqu'un aurait la très mauvaise idée d'entrer.

« Mais avant, tu dois bien me jurer de ne pas répéter ce que je vais te dire. A personne. Pas même à un chat, à une chouette, à un doudou ou à une chaussette. D'accord ? »

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

      Il fallait le dire, Diana était impatiente de connaître le secret d'Ysalyne. Elle n'était plus uniquement altruiste dans le but de se faire respecter, mais bien par curiosité. Et puis, sa camarade l'intriguait. Que faisait-elle dans les toilettes abandonnées accroupie dans une cabine ? Oui, décidément, à moins d'avoir une bonne raison de se trouver dans une telle position, Ysalyne était étrange.

       - Qu'est-ce qu'il se passe ? Eh bien...


      Diana la fixa, attendant qu'elle lui réponde. Elle semblait toujours hésiter, Diana espérait qu'elle choisirait tout de même de se confier à elle. C'est pourquoi qu'elle se sentit rassurée lorsque sa camarade de dortoir ajouta :

       - D'accord, je vais te le dire.

     La jeune préfète lui sourit, histoire de la remercier. C'était une excellente nouvelle, la brunette se trouvait comblée qu'une personne accepte de lui faire confiance ; il fallait avouer que cela ne lui arrivait pas très souvent...

     - Mais avant, tu dois bien me jurer de ne pas répéter ce que je vais te dire, continua Ysalyne. A personne. Pas même à un chat, à une chouette, à un doudou ou à une chaussette. D'accord ?

     Elle éclata de rire à sa dernière remarque. Diana avait bien une chouette mais elle n'allait la voir que lorsqu'il s'agissait de poster du courrier, le reste du temps, elle se débrouillait toute seule. C'était un animal, elle pouvait se débrouiller toute seule et puis, Diana avait autre chose à faire. Se tournant vers Ysalyne, elle répondit donc :

      - Tu peux me faire confiance !

      Intérieurement, elle savait que cela lui arrivait parfois de laisser échapper quelques secrets qu'on lui avait confiés. Mais ça, Ysalyne n'avait pas à le savoir. Et Diana essayera de tenir sa langue. Elle devrait en être capable... Elle se tourna vers sa camarade et déclara :

        - Bon alors, quel ce fameux secret ? Il n'y a rien de trop personnel dedans au moins... ?

        Si c'était d'une épaule pour pleurer dont avait besoin Ysalyne, Diana n'était certainement pas la bonne personne. La jeune fille ne possédait pas une grande empathie - et elle en était consciente, et Diana ne saurait pas comment réagir, ni quoi dire. Diana se promit intérieurement que si se camarde avait des problèmes personnels, elle quitterait les toilettes. Tant pis, peut-être perdrait-elle ainsi une amie précieuse mais elle ne voulait pas rester avec les gens dits "pleurnichards". Elle avait besoin de personnes fortes à ses côtés - de ce qu'elle pensait.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Bien. Diana venait de lui confirmer qu'elle pouvait lui faire confiance. Par où commencer maintenant ? Lui raconter sa rencontre avec le portrait de l'homme au chapeau melon, dans un premier temps, lui semblait être une bonne idée.

« Bon alors, quel est ce fameux secret ? Il n'y a rien de trop personnel dedans au moins... ? »

Le dos toujours appuyé contre la porte d'entrée pour éviter que quelqu'un d'indésirable n'entre dans les toilettes, Ysalyne secoua la tête, ne pouvant s'empêcher de sourire. Par cette question, soit Diana s'inquiétait de savoir si sa vie personnelle n'était pas malmenée, soit elle se trouvait mal à l'aise à l'idée de la consoler de problèmes intimes. Et la jeune Benett penchait plutôt pour la seconde option, ce qui l'amusait légèrement.

« Non, ne t'inquiète pas, ça n'a rien à voir. En fait ça n'a vraiment rien à voir avec moi pour le coup ! »

Bon, remettons les choses dans l'ordre... Ysalyne fronça les sourcils une demie-seconde pour se replonger dans ses souvenirs et essayer d'être la plus juste possible.

« Alors voilà, c'était hier. J'avais un peu peur d'arriver en retard à notre cours de sortilèges, alors je me suis mise à courir dans les escaliers, mais je n'ai aucune endurance et il a fallu que je m'arrête assez vite pour reprendre mon souffle – oui, c'est plutôt ridicule... Enfin bon, c'est là qu'un minuscule portrait a commencé à me taper la discute. Un homme avec un chapeau melon. Je ne sais pas si tu connais un peu le monde moldu, mais il ressemble un peu aux Dupont dans Tintin... Bref ! Ce qu'il faut retenir, surtout, c'est qu'il a été tellement content que je prenne quelques secondes pour lui parler qu'il m'a confié un secret. Il m'a dit que d'habitude, tout le monde l'ignore tellement il est petit. Le pauvre... »

Ysalyne avait bien conscience que son récit était emplit de détails inutiles mais elle n'arrivait à pas à faire autrement. Il lui semblait que tout avait son importance et elle espérait que Diana ne s'impatiente pas trop. Après tout, elle allait lui révéler son secret...

« Désolée. » s'excusa-t-elle quand même auprès de sa camarade. « J'arrête de tourner autour du pot promis. »

La jeune Benett pris une petite inspiration et se lança :

« L'homme au chapeau melon m'a dit quelque chose qu'il n'avait dit qu'à deux autres élèves en quatre-vingt-dix ans. Il m'a fait confiance et c'est pour ça que je t'ai demander de garder le secret sur ce que je faisais... Sur ce que je cherchais. Parce que, en fait, il m'a révélé qu'il y avait un passage secret dans ces toilettes abandonnées du deuxième étage... »

Silence. Ysalyne observa fixement Diana, soucieuse de sa réaction.

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Diana écouta la tirade de Ysalyne patiemment. Au fur et à mesure, elle comprit pourquoi sa camarade souhaitait être seule. Quelle idiote faisait-elle ! Elle qui pensait qu'elle avait des problèmes personnels... Elle maudit sa stupide naïveté et son côté simple d'esprit - comme elle l'appelait. Elle savait qu'il fallait qu'elle travaille cela mais la jeune fille ne savait pas réellement comment s'y prendre.

     Le récit de Ysalyne terminé, elle se tourna vers elle, ne sachant que faire exactement. Devait-elle lui proposer une aide quelconque ? Peut-être mais lorsqu'elle était entrée dans ces toilettes, il lui avait semblé que sa camarade voulait rester seule. Devait-elle partir ? En même temps, il fallait l'avouer, Diana était tentée de participer à cette "chasse au passage au secret". Elle n'avait jamais été douée pour prendre des décisions... Pour gagner un peu de temps, elle se tourna vers l'autre deuxième année et déclara :

     - Ce n'était donc que ça ! Ne t'inquiètes pas, je garderai ton secret.

     * Brode, Diana, brode ! * , pensa-t-elle intérieurement.

     - Peut-être souhaites-tu rester seule à présent ? Je peux partir si je te gènes...

     C'était dit d'une voix hésitante. Normal, Diana n'en pensait pas le moindre mot. Mais en même temps, elle n'osait pas s'imposer, de peur que Ysalyne réagisse mal. Après tout, c'était son secret. Pas le sien. Elle ramassa son sac et adressa un léger sourire à sa camarade. * Demande-lui Diana, demande-lui ! * Par Merlin, ce n'était tout de même pas si compliqué ! Elle prit une grande inspiration et se tourna vers elle. Dès que les premiers mots sortiraient de sa bouche, tout s'enchaîneraient, elle se connaissait.

     - A moins... A moins que tu acceptes que je reste avec toi ? Je... J'aime bien les chasse au trésor.

     Libérée. Elle l'avait dit. Son esprit fut allégé d'un poids, mais son visage prit une teinte cramoisie. * Ça va aller, Diana, ça va aller... *

Navrée pour le retard...

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Diana avait écouté son récit avec attention, ne l'avait pas coupé une seule fois, avec respecté sa demande, et Ysalyne l'en remerciait déjà grandement. Lorsque la jeune Benett eu terminé, la préfète se tourna vers elle, une expression illisible sur le visage. Ysalyne aurait honnêtement donné n'importe quoi pour savoir ce à quoi elle pensait à cet instant.

Sa camarade lui assura qu'elle garderait son secret. Ysalyne en fut déjà soulagée et sentit ses épaules se détendre immédiatement.

« Peut-être souhaites-tu rester seule à présent ? Je peux partir si je te gênes... »

La proposition de Diana, qui semblait vraiment hésitante, fit réfléchir Ysalyne. Maintenant qu'elle lui avait avoué son secret, c'était comme si une chape de plomb avait quitté son corps pour la libérer et elle semblait pouvoir réfléchir plus correctement qu'auparavant. Voulait-elle continuer ses explorations seule ? Après tout, Diana avait vraiment l'air d'être une fille bien, et si elle avait décidé de lui faire confiance pour garder ce secret pour elle, la jeune Benett pouvait bien l'autoriser à rester auprès d'elle.

De plus, chercher le passage à deux serait et plus amusant et plus efficace : elles lieraient ainsi l'utile à l'agréable. Aussi, lorsque Diana avança qu'elle serait aussi contente de chercher ce passage avec elle car elle adorait les chasses au trésor, Ysalyne lui sourit avec enthousiasme.

« Ça me va si tu cherches avec moi. J'en serais même très contente ! » ajouta-t-elle pour lui signifier que ce n'était pas un sacrifice de sa part que de la laisser prendre par à ses investigations. Loin de là.

Ysalyne allait se décoller de la porte quand l'idée que quelqu'un d'autre que Diana puisse entrer alors qu'elles cherchaient toutes les deux la saisit et elle fronça les sourcils.

« Par contre... Tu ne connaîtrais pas un sortilège pour fermer cette porte à clef ? Juste le temps qu'on fasse nos recherches. Je... Je ne suis pas très douée pour lancer les sorts à vrai dire... » finit par grimacer la jeune Benett en priant vraiment pour que sa camarade ne lui demande pas d'où venaient ses difficultés.

Elle n'avait aucune envie de lui déballer sa vie, et après la réaction de Diana quand celle-ci lui avait demandé si son secret n'était pas trop personnel, elle doutait que la préfète soit ravie de cette perspective elle aussi.