Toilettes abandonnées

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     - Ça me va si tu cherches avec moi. J'en serais même très contente !

     Diana lui adressa un grand sourire. Elle était réellement heureuse de faire partie de l'exploration de Ysalyne et savoir que celle-ci lui faisait suffisamment confiance pour lui confier un secret la gonflait de joie. Elle espéra alors secrètement que les deux jeunes deuxième année deviennent amies par la suite car Diana en manquait cruellement. A Poudlard, elle avait bien fait quelques rencontres mais n'avait jamais vraiment lié une amitié. Peut-être était-ce dû à la carapace qu'elle s'était construite autour d'elle ? Ou alors à son côté à ne rien faire pour quelqu'un sans être sûre d'avoir quelque chose en échange ? De toute façon, elle savait que depuis que Ysalyne lui avait accordé sa confiance, Diana ne penserait plus comme ça en sa présence. Elle s'était sentie honorée du geste de sa camarade et refusait dès à présent de faire quelque chose qui pourrait la contrarier.

     - Par contre... Tu ne connaîtrais pas un sortilège pour fermer cette porte à clef ? Juste le temps qu'on fasse nos recherches. Je... Je ne suis pas très douée pour lancer les sorts à vrai dire... 

       Diana la regarda avec étonnement. Elle n'avait jamais remarqué, en un an et demi de cours à ses côtés, de quelconques lacunes de sa part. Elle sortit donc sa baguette, bien qu'elle savait qu'elle même n'était pas brillante. 

      - Un A de moyenne en Sortilèges t'irait ? 

     Elle fit la moue pendant quelques secondes mais bien vite un sourire se dessina sur son visage.

      - Je crois qu'il existe un sort pour fermer les portes... Colla... Colla... Collaporta, il me semble. Par contre, je ne connais pas la gestuelle... 

      Bon, Diana s'était dit qu'elle respecterait plus Ysalyne mais maintenant qu'elle était préfète, elle pensait également qu'elle devait montrer l'exemple. Donc pas de magie dans les couloirs. De toute façon, il devait bien y avoir une autre solution... Elles pouvaient poser leurs sacs devant l'entrée, la jeune fille était persuadée que personne n'entrerait si il voyait que l'entrée était bloquée. Et puis, même si quelqu'un d'un peu trop hardi chercherait à entrer, Diana le menacerait d'aller le dénoncer à un professeur ! Elle resta satisfaite de son plan pendant quelques secondes avant de se rendre compte qu'en fin de compte, les menaces risquaient plus de lui attirer des ennuis. Et que aller dans les toilettes abandonnées n'était pas interdit. Elle pointa donc sa baguette sur la porte. Après tout, qu'est-ce qu'un professeur irait faire ici ? Et puis, le temps qu'il trouve un sortilège pour rentrer, elle et Ysalyne auraient eu le temps de se cacher dans l'une des cabines. Oui, décidément c'était bien mieux.

     - On va quand même essayer. Collaporta !

     Elle n'entendit aucun bruit mais s'approcha tout de même. Elle appuya sur la poignée et la porte s'ouvrit. Elle marmonna un juron et se tourna vers Ysalyne :

     - C'est si important que ça de fermer la porte ? Et si on commençait plutôt ces recherches ? Je meurs d'envie de trouver ce passage secret !

     Toujours aussi persévérante, Diana...     

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Après son infructueuse tentative, Diana se tourna vers Ysalyne avec une sorte de grimace.

« C'est si important que ça de fermer la porte ? »

Ysalyne pensait vraiment que ça l'était, car elle n'était pas sûr de pouvoir improviser un nouveau mensonge si on les surprenait, cette fois-ci ensemble, à fouiner dans le moindre des recoins de ces toilettes abandonnées. Quoi que... Si elles étaient deux, peut-être son excuse du bijou perdu fonctionnerait avec plus de crédibilité. Ysalyne haussa les épaules. De toute façon, si aucun d'elles n'étaient capable de fermer magiquement cette porte, elles n'avaient pas beaucoup d'autre choix.

« Et si on commençait plutôt ces recherches ? Je meurs d'envie de trouver ce passage secret ! »

Et puis pourquoi ne pas l'avouer, après ce petit contretemps qui se révélait finalement bien utile, Ysalyne avait elle aussi très envie d'enfin découvrir ce fameux passage secret.

« D'accord. » opina-t-elle du chef.

Mais avant toute d'investigation supplémentaire, la jeune Benett attrapa son sac.

« Tu permets ? » demanda-t-elle à Diana en s'emparant du sien également avant de les poser contre la porte. C'était psychologique, elle avait besoin de savoir que l'entrée était plus ou moins barricadée.

Là. C'était bon. Elles pouvaient maintenant s'y mettre. Voyons, par où commencer ? Ysalyne avait déjà vérifier dans huit des dix cabines de toilettes, et il leur restait encore tout de même énormément d'endroits à fouiller. Après tout, ce passage pourrait bien être n'importe où et son entrée pourrait tout aussi bien dissimulée derrière un des lavabos ou ne se révéler qu'après avoir tiré l'une des chasse d'eau un nombre de fois et à un rythme spécifiques.

Ysalyne fit part de ses précédentes interrogations à sa camarades puis fit un tour sur elle-même pour balayer l'endroit du regard.

« Bon. On se la joue à pile ou face ? » tenta-t-elle de plaisanter. « A moins que tu aies une préférence entre chercher près des cuvettes sales ou chercher près des lavabos moisis ? Parce que je n'ai vraiment aucun indices par contre... »

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Diana regarda Ysalyne poser leurs sacs devant la porte. Elle ne trouvait pas cela très utile, si quelqu'un pénétrait dans les toilettes, il n'aurait qu'à pousser un minimum la porte. Mais elle ne fit pas part de ses réflexions à sa camarade et lui sourit tout en répondant par l'affirmative à sa question. Après tout, elles avaient un passage secret à découvrir et Diana trépignait d'impatience à l'idée de commencer les recherches. 

     Lorsque Ysalyne lui fit part de ses idées de cachette, Diana essaya de réfléchir à son tour. Elle ne souhaitait en aucun cas la laisser faire tout le travail toute seule. Elle jeta un coup d’œil derrière elle et se tourna vers sa camarade, toute contente d'avoir une idée de cachette :

     - Derrière le miroir ! Peut-être faut-il appuyer à un endroit précis ? Oh ! Et j'ai une autre idée ! Des fois dans les livres, les passages secrets sont dans les murs et les héros, eh ben, i' z'appuient sur une brique et le mur i' coulisse !

     Elle s'approcha elle même de la cloison et commença à tâter au hasard un peu partout, espérant que soudainement, comme par magie le passage secret de l'Homme au chapeau melon se révèle. Bien entendu, rien ne se passa.

     - Bon. On se la joue à pile ou face ? A moins que tu aies une préférence entre chercher près des cuvettes sales ou chercher près des lavabos moisis ? Parce que je n'ai vraiment aucun indice par contre... 

     Diana sourit à sa remarque et commença à fouiller, naïve, dans les poches de sa robe. Elle finit par en sortir une noise - vestiges sûrement d'un dernier voyage au Chemin de Traverse -, et la positionna sur à plat sur sa paume.

     - Heu... On dit face, on fouille les toilettes et pile les lavabos ! Et le miroir et l'mur, on verra ça après.

     N'attendant pas de confirmation, elle lança la pièce et la rattrapa. Elle rouvrit son poing : pile. Elle montra la pièce à Ysalyne et se dirigea vers les cabinets. Rien qu'à l'odeur, on pouvait deviner que ces toilettes étaient abandonnées. Elle prit sur elle même et se couvrit le nez avec un pan de sa cape. Elle s'accroupit juste devant le mobilier qui la dérangeait tant et regarda d'abord par terre si elle ne remarquait rien de suspect. Et elle soupira.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Pile. Ysalyne grimaça. Elle n'avait aucune envie de retourner auprès des cuvettes sales te malodorantes. De plus, il n'en restait que deux à fouiller, Diana pourrait très certainement s'en charger toute seule, non ? Mais était-ce vraiment gentil de sa part que de la laisser seule inspecter les sièges de toilettes ? Se retenant de lever les yeux au ciel, elle partie dans la cabine que Diana n'inspectait pas et s'accroupit devant le trône, dans l'exacte même position dans laquelle l'avait trouvé sa camarade quelques minutes plus tôt. Se dire que les recherches n'avaient pas avancées depuis tout ce temps était quelque peu déprimant, mais elle y avait gagné des mains, des yeux et un cerveau supplémentaire, cela allait peut-être en valoir le coup.

« A moins que tu aies trouvé quelque chose et à moins que j'ai loupé le passage quand j'ai cherché tout à l'heure, on ne trouvera rien dans ces cabines... » annonça enfin la jeune Benett après plusieurs minutes d'inspection minutieuse.

Dégoûtée par l'odeur, Ysalyne recula sans se faire prier et referma la porte de la cabine où elle était, dans une tentative de se protéger des relents d'eau croupis et de saleté. Non, vraiment, elle ne comprenait pas pourquoi ces toilettes n'étaient pas remises à neuf une bonne fois pour toutes. Quel intérêt d'avoir dans une école un lieu aussi sale, surtout un lieu originellement dédié à l'hygiène. Cette pièce était vraiment une grande question.

Mais le fait d'être envahie de microbes ne l’obséda pas trop longtemps : elles avaient un passage secret à trouver, elles le trouveraient ! Et puisqu'elles avaient fini de fouiller les toilettes à proprement parlé, elles pouvaient maintenant passer à des choses moins dégoûtantes. Finalement, peut-être le hasard avait-il eu raison de les en débarrasser en premier.

Où leur restait-il concrètement à chercher ? Partout, à vrai dire. L'entrée, le déclencheur du passage, pouvait être à n'importe quel endroit. Diana avait cité le mur et les miroirs derrières les lavabos, mais il leur faudrait sûrement vérifier ces lavabos également, les dalles du sol... et les appliques aux murs qui portaient des bougies presque toutes complètement fondues et qui ne formaient plus qu'un amas de cire informe... et l'extérieur des cabines... Pire, peut-être que l'entrée ne se dévoilait qu'avec un mot de passe et alors, elles se trouveraient vraiment bêtes car elles n'en possédaient pas.

En définitive, elles avaient très peu de chance de trouver ce passage. Ysalyne sourit. Bien sûr, elle aimerait beaucoup trouver la cachette, mais c'était l'aventure plus que le gain qui l'avait tenté aux premiers abords. Et maintenant qu'elle était aidé d'une camarade, elle sentait que tout était possible. La chance serait de leur côté, il ne pourrait en être autrement.

« Tu veux chercher où maintenant ? Ça te va si je fais le mur ? »

La fillette s'approcha du mur aux pierres apparentes mais avant d'y poser la main, se tourna vers Diana pour guetter son approbation.

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     - A moins que tu aies trouvé quelque chose et à moins que j'ai loupé le passage quand j'ai cherché tout à l'heure, on ne trouvera rien dans ces cabines... 

     Rien. Diana avait eu beau essayer d'appuyer partout dans sa cabine, aucun passage ne s'était révélé. Elle soupira et alla retrouver Ysalyne qui avait eu le même résultat qu'elle. Pourvu que le reste de la pièce comporte réellement un passage, comme le prétendait sa camarade. Néanmoins, elle ne se plaignait pas de pouvoir enfin sortir de cet endroit répugnant et malodorant.

     - Ouais, répondit Diana à l'affirmation passée.
     - Tu veux chercher où maintenant ? Ça te va si je fais le mur ?

     Restait plus que à espérer que Ysalyne ne lui laisserait pas la partie la plus nauséabonde à fouiller. Enfin, elle n'allait pas se plaindre, c'était elle qui avait décidé toute seule d'aider sa camarade, elle n'avait pas de raison de se plaindre. Mais plus elle observait l'état pitoyable des toilettes, plus elle se disait qu'il devait y avoir une autre solution... N'existait-il pas un sortilège qui permettait de contrer les odeurs ? Ou alors, plus simple, de trouver directement un passage secret ? Elle était persuadée d'avoir déjà entendu parler d'un tel sortilège, très certainement en cours ou chez elle. Elle se tourna vers Ysalyne et lui dit :

     - Je sais pas trop... D'ailleurs, je crois qu'il existe un sort pour trouver les passages secret, tu n'en aurais pas entendu parler ? Je crois que ça commence par Diss... ou quelque chose comme ça...

     Peut-être qu'en fait rien de tel n'existait ? A cette pensée, Diana se sentit honteuse d'avoir partagé son idée avec Ysalyne. Et si elle la prenait pour une personne paresseuse ? Et si elle regrettait de lui avoir confié son secret ? Elle essaya de ne pas y penser et cacha ses joues rouges en baissant la tête. Qu'est-ce qu'elle pouvait être ridicule parfois...

Navrée pour ce post un peu court...

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

L'hésitation de Diana mit Ysalyne mal à l'aise. Après tout, peut-être avait-elle raison. Elles n'auraient probablement jamais assez de toute une scolarité à Poudlard pour découvrir ce passage secret. Fallait-il être sotte pour croire pouvoir foncer dans ces toilettes abandonnées sans indications plus précises et espérer trouver le passage de premier coup ?

Après tout, l'homme au chapeau melon lui avait dit n'avoir dévoiler l'existence du passage qu'à deux autres élèves en quatre-vingt-dix de présence sur les murs de Poudlard, mais combien des deux avaient l'avait trouvé ? Elles n'étaient qu'en deuxième année, il y avait donc beaucoup de chance pour que leurs deux prédécesseurs soient plus âgés et donc plus doués qu'elles. Avaient-elles tout de même leur chance ?

« D'ailleurs, je crois qu'il existe un sort pour trouver les passages secrets, tu n'en aurais pas entendu parler ? » lui demanda Diana.

« Non... » répondit prudemment Ysalyne, tout en cherchant au fond de sa mémoire.

A vrai dire, cela lui disait bien quelque chose, mais elle avait peur que son désir de trouver le passage soit si fort qu'elle n'invente un sort de toute pièce.

« Je crois que ça commence par Diss... ou quelque chose comme ça... » ajouta sa camarade avec une légère hésitation.

Ysalyne essaya de se creuser les méninges pour se souvenir, même rien qu'un peu, d'un tel sort, mais bien évidemment, rien ne lui venait. Elle grimaça en devant avouer son inutilité quant à la question.

« Diss... Diss... » murmura-t-elle comme pour elle-même en tentant de faire remonter les souvenirs. Mais elle finit par secouer la tête. « Désolée. »

Peut-être devraient-elles baisser les bras après tout. Ces toilettes abandonnées, quoi que pas très grandes, pouvaient cacher un passage n'importe où, et elles n'avaient visiblement pas les capacités requises pour le trouver. Peut-être Ysalyne devrait-elle redonner à Diana sa liberté ?

Déçue, Ysalyne se tourna vers le mur de pierres juste à côté du lavabos le plus à gauche et préféra se concentrer dessus plutôt que d'avouer leur défaite. Elle avait tant désiré trouver ce passage...

« Tu sais... »

Que dire ? Qu'elle était, encore une fois, désolée ? C'en deviendrait ridicule à force, de demander pardon sans cesse. Feintant de chercher encore, Ysalyne s'approcha du mur et apposa sa main sur l'une des pierres, faisant semblant de l'examiner avec attention. Puis passa à une seconde, sur sa droite.

« P't-être qu'on devrait revenir un autre jour... »

Tiens, c'était drôle, cette pierre-là avait une forme de tête de chat.

« Non ? »

Et elle-ci de fer à cheval ! Ou peut-être était-ce un boomerang ?

« Demain ? »

Oh, celle-là ne ressemblait-elle pas fortement à un chapeau melon ?

« Le temps de.... » Ysalyne se figea.

Un chapeau melon. Non. Si ? Peut-être ? Son cœur s'emballa. Après tout... Non, ce serait trop... Ou alors... Enfin... Et si... Que risquait-elle ?

« Diana, tu peux venir s'il te plait ? »

Elle s'entendit prononcer cette phrase avec un calme olympien qui tranchait tant avec les bouillonnement dans son corps tout entier qu'elle en aurait presque sursauter.

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

     Diana était quelque peu déçue que Ysalyne ne connaisse pas son sort. Elle était pourtant persuadée de son existence ! Elle continua à chercher dans les recoins de sa petite mémoire mais la formule ne lui revenait pas. Si seulement elle écoutait un peu plus en cours de Sortilèges, la réponse lui serait très certainement apparue bien plus vite. Elle pensa un instant à aller chercher dans l'un de ses manuels mais alors qu'elle amorçait un mouvement vers son sac, Ysalyne l'interpella.

     La jeune fille tourna sa tête vers elle et la fixa. Elle redoutait quelque peu ce qu'allait dire sa camarade. Et si il s'agissait encore d'un mensonge de sa part ? Que tout n'était qu'une invention d'elle ? Elle refusa d'y croire et l'écouta plutôt. Elle se rapprocha d'un pas, et se retrouva à un peu moins de deux mètres d'elle.

     On devrait revenir un autre jour. Peut-être, songea Diana. Mais elles n'avaient pas encore beaucoup cherché. Ysalyne serait-elle de ces personnes pessimistes ? Elle haussa les épaules, attendant qu'elle ait fini pour lui annoncer son désaccord.

     Le temps de... De quoi ?, pensa Diana. De faire connaissance ? De se reposer ? De faire leurs devoirs ? Elle s'apprêtait à lui poser la question, lorsque Ysalyne lui demanda de venir, avec un calme des plus olympien. La jeune préfète ne se fit pas prier. Elle réduisit la distance qui les séparait et regarda la pierre qu'elle lui montrait. Tout d'abord, elle ne vit rien. Mais lorsqu'elle caressa la brique de la pulpe de son index, elle comprit.

     Un chapeau. Pas n'importe lequel. Un chapeau melon.

     - Le tableau dont tu parlais... Il avait bien un chapeau melon, c'est ça ?

     Et si c'était l'entrée de leur passage secret ? La jeune fille trépignait d'impatience à l'idée de découvrir ce qu'il cachait. Peut-être une pièce inédite ? Ou alors, un accès direct à la salle commune des Serdaigle ? Cela lui plairait bien, elle pourrait ainsi les menacer et leur souscrire tout leurs devoirs... Ne pouvant attendre plus longtemps, elle appuya sur le chapeau.

     La seconde suivante lui parut immensément longue. Mais, un petit crissement se fit entendre. Elle recula d'un pas et eut juste le temps de dire à Ysalyne d'en faire autant que les deux parties du mur s'étaient écartées, laissant juste la place pour une largeur d'épaules de la taille de celles de Diana. Un « O » d'émerveillement avait déformé sa bouche. A l'intérieur d'elle, les émotions se déchaînaient allant de l'impatience d'en savoir plus, à la fierté d'avoir appuyé sur la brique et l'envie de prendre Ysalyne dans ses bras pour la remercier d'avoir dialoguer avec ce tableau mystérieux.

     Oui, décidément, Diana était plus qu'heureuse d'être entrée dans les toilettes aujourd'hui. Elle était folle de joie, ses yeux pétillaient de mille étoiles aussi insolites les unes que les autres.

Navrée pour ce retard...

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Elle ne pouvait décrocher son regard de la pierre à la forme si parlante qu'elle venait de découvrir et ne pu que sentir Diana s'approcher dans son dos à défaut de la voir. L'index de sa camarade vient effleurer lentement sa trouvaille.

« Le tableau dont tu parlais... » Ysalyne su immédiatement au ton de sa voix que Diana avait comprit ce qu'elle voulait lui dire. « Il avait bien un chapeau melon, c'est ça ? »

« Oui. »

La réponse de la jeune Benett se fit dans un souffle, comme si elle craignait de le dire trop fort et que cela ne gâche la chance extraordinaire qui semblait se dessiner sous leurs yeux. Après tout, quelles étaient les chances pour que le destin leur fasse remarquer cette pierre à peine aussi large qu'une paume de main et à la forme étrangement ressemblante à celle d'un chapeau melon ? C'était inespéré mais... mais et si elles se trompaient ?

Il était aussi fort probable que cela ne soit qu'une affreuse coïncidence, qu'elles ne voient dans la forme de cette pierre que ce qu'elles voulaient désespérément voir. Et puis peut-être n'était-ce qu'un indice pour leur dire qu'elles cherchaient dans la bonne direction, mais que l'entrée leur serait révélée par une autre pierre ?

Elle n'eu pas le temps de tergiverser davantage que Diana appuya, sans la concerter, sur le chapeau et Ysalyne écarquilla les yeux, sentant son cœur commencer à battre plus fort. Une seconde s'écoula, interminable, impatiente, trop pleine de suspense, et enfin, un crissement retentit et la fit sursauter et s'écarter d'un pas. Elle fit bien, et Diana aussi d'avoir reculé, car le mur se sépara devant elles en deux. Non ? ... Si ? Oh par Merlin !

Sous leur yeux ébahis s'ouvrit ainsi un passage tout juste assez large pour que leurs épaules de petites filles puissent y entrer de face. Les adultes et autres élèves un peu plus âgés seraient, à leur place, forcés d'avancer en crabe. Mais c'étaient elles, Diana et Ysalyne, qui se tenaient actuellement devant se passage révélé. Pas un adulte. Pas un autre élève un peu plus âgé. Non. Diana et Ysalyne. Cette dernière n'en revenait pas.

« Pas possible... »

Le murmure lui échappa, mais qui l'en blâmerait. C'était l'aventure la plus palpitante qui lui avait été donné de vivre depuis son arrivée à Poudlard un an et demi plus tôt, et elle avait en prime la chance de la vivre accompagnée. C'était incroyable.

Et soudain, c'est la liesse qui s'empara d'elle. Une joie et une excitation débordante qui s'infiltra dans ses veines comme si on lui en injectait par intraveineuse. Elle n'avait plus qu'une hâte : faire ses premiers pas dans le passage pourtant si sombre qui semblait lui ouvrir les bras.

« Qu'est-ce que tu crois qu'on va trouver ? » Son cerveau tournait à cent à l'heure et elle s'approcha plus près du passage, jusqu'à y être presque entrée. « Une pièce secrète ? Un raccourcie vers une autre partie du château ? Imagine on vient de trouver un passage pour entrer de le bureau de miss Loewy ? »

Incapable de soutenir toute cette excitation plus longtemps, Ysalyne explosa de rire, les mains posées de chaque côté de l'ouverture, prête à s'y engouffrer, puis se tourna vers sa camarade pour lui proposer enfin le début de ce qui semblait se profiler comme la découverte qui scellerait un grand secret entre elles.

« On y va ? »

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

   Diana avait l'impression d'évoluer comme dans un songe. Le passage existait bel et bien ! Mais elle avait beau poser ses yeux sur l'ouverture en pierre, elle se disait qu'il devait y avoir une erreur. Comment elle, Diana, avait pu avoir cette chance inouïe de découvrir un tel secret ? Oui, décidément il devait y avoir une erreur. Elle cligna plusieurs fois ses paupières et passa sa main sur le mur, priant intérieurement pour que cela ne s'évapore pas.

   Mais tout était bien là. Tout était réel. Elle ne rêvait pas. Elle regarda Ysalyne, un sourire bien plus large que ceux qu'elle lui avait adressé auparavant sur la bouche. Diana voulait voir ce qui se cachait derrière mais elle avait tellement peur de rompre cet instant fragile qu'elle n'en fit rien et resta statique. Mais Ysalyne mit fin à son hésitation en disant :

  - Qu'est-ce que tu crois qu'on va trouver ?  Une pièce secrète ? Un raccourcie vers une autre partie du château ? Imagine on vient de trouver un passage pour entrer de le bureau de miss Loewy ?

   A sa remarque, sa camarade explosa de rire. Diana l'imita et répondit :

   - Et si on arrivait chez les Serdaigle ? On les obligerait à faire nos devoirs et on pourrait se reposer tout le reste de l'année !
  
  Néanmoins, elle ne bougea pas et continua de rigoler, malgré son impatience d'en savoir plus.

  - On y va ?

   Diana ne lui répondit pas tout de suite. Elle avait très envie de crier « Oui ! » mais avait peur également de trouver ce qui se cachait derrière ce mur. Et si elles étaient en train de faire une grosse bêtise ? Pourraient-elles être renvoyées pour avoir pénétrer dans une pièce interdite ? Son sourire disparut et sa tête se pencha, signe de son hésitation.

   - Je sais pas.

   Elle resta silencieuse quelques instants et finit par ajouter :

   - Et si on n'avait pas le droit ? Tu crois que... on serait punies ?

    Son regard s'abaissa sur son insigne de préfète et elle se sentit ridicule. Pourquoi se sentait-elle incapable d'y aller ? En soi, il n'y avait rien. Personne ne saurait jamais qu'elle était rentrée ici. Et puis, il n'y avait sûrement rien derrière tout cela. Elle prit une grande inspiration pour tenter de se libérer du poids qui oppressait sa poitrine et dit :

   - On y va en fermant les yeux ? Tu... tu peux passer première ? Et tu m'attends de l'autre côté ? On ouvrira les yeux ensembles, comme ça on saura toutes les deux en même temps qu'est-ce que c'est.

   Elle était lâche. Peut-être que Ysalyne avait peur elle aussi d'y aller ! Et elle venait de la forcer à passer première. Elle mit de côté ce détail et essaya de penser à autre chose. Elle ne devait pas penser à sa camarade, ni à la bêtise qu'elle avait l'impression de commettre. Elle se concentra sur sa respiration. Ça c'était neutre.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

La réponse de sa camarade la fit douter. Elle qui avait été si excitée en découvrant le passage marquait désormais de l'hésitation à poursuivre leur exploration. Pourquoi ? Avait-elle peur ? Mais de quoi ? Ysalyne avait été refroidie d'un coup, en voulait même un peu à Diana de lui gâcher le plaisir et l'euphorie de leur découverte.

« Et si on n'avait pas le droit ? Tu crois que... on serait punies ? »

Etait-ce tout ? La simple peur d'enfreindre le règlement ? C'était étrange. Elle l'aidait depuis de longues minutes à chercher ce passage et maintenant qu'elles y étaient, alors qu'elle lui avait fait confiance et lui avait confié son secret, Diana voulait faire machine arrière ? N'était-ce pas pour l'explorer qu'elle l'avait aidé à le trouver ? Ysalyne n'était pas en colère, juste dubitative.

Mais lorsqu'elle vit sa camarade jeter un coup d'oeil à son insigne de préfète, Ysalyne cru comprendre ce qui la tracassait. Elle ne pouvait se permettre de se faire prendre la main dans le sac en train d'enfreindre le règlement à cause de sa fonction et ça, Ysalyne ne l'avait pas du tout prit en compte. Qu'elle était bête ! C'était nul de sa part de ne pas l'avoir prit en considération, surtout si ça mettait maintenant Diana en mauvaise posture, en proie à un grand dilemme.

Et puis, tout d'un coup, c'était comme si Diana avait pesé le pour et le contre dans sa tête :

« On y va en fermant les yeux ? Tu... tu peux passer première ? »

« Si tu veux. » répondit Ysalyne en hochant la tête. Si ça pouvait la rassurer...

« Et tu m'attends de l'autre côté ? On ouvrira les yeux ensembles, comme ça on saura toutes les deux en même temps qu'est-ce que c'est. »

Ysalyne jeta un coup d'oeil dans le passage obscure et se dit que finalement, qu'elles aient ou non les yeux ouverts, elles n'y verraient pas grand chose. Mais peut-être Diana avait-elle aussi un peu peur du noir ? La jeune Benett opina une nouvelle fois du chef et se tourna totalement vers l'entrée.

« D'accord. Reste près de moi. »

La Serpentard prit une profonde inspiration, ferma les paupières, et entra enfin, à tâtons, dans le couloir que formait le passage secret. En réalité, elle ne priait que pour une seule chose : qu'elles trouvent le moyen d'en sortir.

Je suis désolée pour ces jours d'attente !

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

   Diana avait la gorge nouée. Dans sa tête, les émotions se bousculaient. Elle était excitée d'en savoir plus sur le mystérieux passage secret ; mais la peur tenace de se faire prendre ne s'était pas diminuée. Elle ne pouvait pas s'empêcher de jeter des coups d’œil vers la porte d'entrée, tout en tentant d'inventer un mensonge plausible dans le cas où un professeur entrerait dans les toilettes.

   Heureusement, Ysalyne semblait avoir compris ce qui la tracassait et accepta de passer première. Elle la remercia à mi-voix, et s'engagea après elle. Elle avança à touts petits pas, craignant de s'écraser par terre. En effet, le sol était inégal et l'obscurité, complète. Elles avancèrent ainsi pendant environ une dizaine de mètres, bien que Diana n'en était pas tout à fait sûre. Là, il leur fallut tourner sur la droite et elles arrivèrent devant une porte, à ce qui lui semblait. Elle voulut relever la tête pour mieux y voir, mais tout ce qu'elle réussit fut de se cogner le crâne contre le plafond. Elle laissa échapper un mot pas très joli et se massa la crâne. Puis, elle tapota l'épaule de sa camarade et dit :

   « Est-ce que c'est fermé à clé ? »

   Pourvu que non, auquel cas, les deux jeunes filles seraient fortement embêtée. Il ne leur resterait qu'à faire demi-tour ! Toutes leurs recherches n'auraient servies à rien... Elle essaya de re-positiver en attendant la réponse d'Ysalyne. Après tout, il existait certainement un sortilège pour forcer les serrures ! Elles parviendraient au bout de cette aventure, et Diana état prête à mettre se craintes de côtés pour ça !

Navrée pour ce post court...

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Le sol, inégal sous ses pieds, achevait de la plonger dans une sorte d'inquiétude diffuse, de celles que l'on ressent lorsque l'on s'apprête à vivre quelque chose de nouveau, celles à quoi se mêlent à  l'excitation et l'impatience.

Et puis il faisait noir. Très noir. Si noir qu'il lui était inutile de fermer les yeux comme le lui avait demandé Diana : à vrai dire, même si elle l'avait souhaité, elle n'aurait rien pu apercevoir. Elle ne savait la distance qui la séparait des murs que par ses bras tendus de chaque côté de son corps et par la pulpe de ses doigts qui effleuraient les pierres.

Par Merlin, elle n'arrivait pas à y croire ! Elles étaient sur le chemin de sa plus grande découverte du château en deux ans de scolarité à Poudlard. Un passage secret. C'était incroyable. Mais une question subsistait : qu'allaient-elle bien pouvoir découvrir au bout de cet sorte de couloir obscure ? Une entrée vers un autre couloir ? Un autre étage ? Une salle déjà connue ? Ou mieux encore... une pièce secrète ?

Bientôt, les deux fillettes sentirent le couloir faire un angle vers la droite et elles le suivirent. Ysalyne, la main droite sur le mur et la main gauche tendue devant elle pour ne pas risquer de se cogner, sentit soudain quelque chose d'autre que de la pierre ou du vide sous ses doigts et sursauta, faisant arrêter leur marche par la même occasion.

« Attend, je crois... » Ysalyne palpa le bois devant elle, descendit sa main et trouva effectivement une poignée de métal froid. « Je crois que c'est une porte. »

Derrière elle, Diana dû se cogner la tête car elle prononça un juron étouffé avant de taper sur l'épaule d'Ysalyne.

« Est-ce que c'est fermé à clef ? »

« Je sais pas, j'ai pas encore essayé de l'ouvrir. Attend deux secondes... »

S'assurant d'avoir la poignée bien en main, Ysalyne l'enclencha et un petit déclic se fit entendre au moment où la porte s'ouvrit d'un petit centimètre sous l'impulsion.

« Ça s'ouvre. » informa-t-elle Diana dans un souffle, impressionnée et impatiente de découvrir ce qui se cachait derrière. « Suis-moi. »

Dans un geste lent qui fit grincer la vieille porte dans un bruit à faire peur, surtout alors qu'elles étaient plongées dans le noir le plus complet, Ysalyne agrandie l'ouverture et fit un premier pas.

« Attention, il y a une marche ! » prévint-elle après avoir failli trébucher.

Attentive au moindre bruit qui ne viendrait pas d'elle ou de sa camarade, Ysalyne s'engouffra et à peine eu-t-elle posé le pied dans la pièce qu'un éclat l'éblouie et lui fit violemment fermer les yeux. Lorsqu'elle les rouvrit, elle fut estomaquée.

La lumière soudaine qui les avait sortie de l'obscurité provenait en réalité de quatre torches qui s'étaient allumées seule, accrochées aux quatre coins de la pièce dans laquelle elles venaient d'entrer. Et quelle pièce ! Pour être déjà entrée une fois dans la salle des objets perdus de la Salle sur demande, Ysalyne fit immédiatement la comparaison, à la différence près que celle-ci ressemblait plus à un vieux salon laissé à l'abandon depuis des décennies. On pouvait, entre beaucoup d'autres choses, un vieux canapé kaki tout troué et à l'assise visiblement tout défoncée, une vieille bibliothèque dont un étage avait cédé et dont une partie des livres était répandue au sol, un tapis qui ne devait sûrement son gris qu'à la poussière ou encore un fauteuil à bascule en rotin.

Par. Merlin.

« T'as vu ça ? » demanda Ysalyne à demi-voix, en sentant l'excitation la gagner petit à petit, à mesure qu'elle prenait conscience de ce qu'elle et Diana venait de découvrir. « J'y crois pas... »

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

   L'obscurité entourait Diana, et la jeune fille se dirigeait à l'aide de ses bras, dans l'idée d'éviter de tomber. Au bout de quelques instants, la jeune fille réussit tout de même à commencer à percevoir des formes. Elle voyait toujours la silhouette d'Ysalyne onduler devant elle, ce qui la rassurait bien plus qu'elle ne pourrait l'avouer. Bien vite, les deux jeunes filles arrivèrent devant une porte. Ainsi donc, la passage débouchait sur une pièce et n'était pas un raccourci.

   Ysalyne l'informa que la porte n'était pas fermée à clé. Parfait. Diana était toute excitée d'en savoir plus et ses précédentes angoisses avaient été mises de côté dans le feu de l'action. Elle écouta plus que ne regarda sa camarade ouvrir la porte, complètement statique. L'aventure commençait...

   Le bruit était affreux. Cela rappelait à Diana un vieux manoir, ou une maison hantée. Lorsque la porte eut fini de grincer, Ysalyne s'engouffra dans la pièce. Diana se dépêcha de la suivre et réussit à s'arrêter à temps afin d'éviter de trébucher sur une marche.

   A l'intérieur, la luminosité était bien plus forte que dans le sombre passage secret. Diana cligna des yeux plusieurs fois et, dès lors que son vertige fut passé, observa la pièce dans laquelle elles avaient débouchées.

   Ce n'était pas la salle commune des Serdaigle. Non. C'était bien mieux.

   Quatre torches venaient de s'allumer à leur entrée. Le reste de la pièce était composé d'un bric-à-brac assez considérable. Elle remarqua quelques meubles poussiéreux, une vieille lampe à l'huile au verre cassé, un pot qui avait sûrement contenu une plante mais qui était dès à présent fracassé par terre, répandant ainsi de la terre partout ; il lui sembla également deviner juste à côté d'un canapé défoncé une balle ronde à carreaux noirs et blancs, sûrement un objet moldu, songea-t-elle.

   Plus Diana regardait autour d'elle plus elle avait l'impression d'être en plein rêve. Ce n'était pas possible... Elle savait que Poudlard renfermait nombre secrets mais savoir qu'elle, jeune fille encore insouciante puisse avoir une telle chance de découvrir un endroit connu par un poignée de gens lui semblait être une erreur. Si seulement Lucy était encore là... Diana savait que c'était justement le genre de découvertes qui lui aurait plu, autrefois.

   « T'as vu ça ? » demanda Ysalyne à mi-voix. « J'y crois pas... »
 
   Oui, Diana avait vu. Et les deux jeunes fille semblaient avoir la même réaction.

   « C'est complètement dingue... Qu'est-ce que c'était avant à ton avis ? »

   L'utilité de la pièce lui semblait en effet assez obscure. Peut-être qu'un sorcier fan des moldus aurait entreposé des objets de leur culture ici dans le but d'une collection ? Ça se tenait, il y avait plusieurs objets dont Diana ignorait l'utilité - s'ils en avaient une. Mais peut-être simplement qu'un élève était tombé ici par hasard et avait décidé d'en faire son repaire, ce qui expliquait dans ce cas les meubles tels que le canapé ou le fauteuil à bascule. Néanmoins, toujours était-il que cet endroit n'avait pas été visité depuis longtemps.

   Maintenant, cet endroit était leur repère. Diana ne savait pas exactement quelle utilité elles en feraient mais elle avait bien l'intention d'y rester.

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
Pas d’avatar
Ysalyne Benett  

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

Apparemment, Diana était tout aussi impressionnée qu'elle par leur découverte. Folle. Inimaginable.  Quelle chance elles avaient, c'était incroyable ! Combien d'élèves pouvaient ainsi se targuer d'avoir découvert un passage secret dès leur première année ? Ou d'avoir découvert un passage secret tout court ? Et ce n'était pas qu'un simple passage secret, non ! C'était une pièce secrète ! Et vu l'état dans lequel elle était, il ne faisait aucun doute qu'elles seraient les seules à l'utiliser !

Excitée comme une puce, Ysalyne avança jusqu'au canapé miteux au tissus kaki. Il faudrait qu'elle pense à aller remercier l'homme au chapeau melon. Et rapidement.

« Qu'est-ce que c'était avant à ton avis ? »

Bonne question. L'amas d'objets tous plus différents les uns que les autres lui faisait penser à une planque d'ados voulant décompresser loin des regards ou, pourquoi pas, organiser des petites soirées clandestines. La fillette s'approcha d'une barre en bois, très certainement un ancien pied de chaise et le ramassa.

« Je vois bien un groupe de garçons venir ici pour organiser des fêtes secrètes et pour avoir comme un quartier général, tu vois ? »

Elle sourit de sa propre théorie. Peut-être. Mais peut-être que l'identité des anciens occupants ou l'utilité qu'ils faisaient de cette salle importait peu, finalement. Car désormais, c'étaient Diana et elle qui y étaient, Diana et elle qui l'utiliseraient dans le plus grand des secrets. Et cette perspective lui donnait des frissons.

Allaient-elles laisser la pièce comme elle était, dans un état d'abandon ? Ou essayer au contraire de la nettoyer et de la réaménager pour qu'elle soit plus accueillante et qu'elle deviennent réellement leur pièce à elles ? Elles avaient bien le temps d'y penser. Toute la fin de l'année. Et toutes la fin de leur scolarité après tout ! N'est-ce pas ?

« Oh, regarde, un ballon de foot ! » s'exclama-t-elle en voyant la balle aux pieds du canapé. « Ça devait vraiment être des garçons... Oh, et là ! Viens voir ! »

Ysalyne écarquilla les yeux et se précipita vers un coin de cadre qui dépassait de dessous un tas de livres. Elle le tira et en extirpa un cadre ovale, aussi grand que sa tête. Une réplique exacte de celui de l'homme au chapeau melon qu'elle avait croisé au premier étage, à ceci-près que celui qu'elle tenait actuellement entre ses mains était bien plus grand que celui du couloir.

« Je pense que c'est aussi un portrait de l'homme au chapeau melon. » annonça-t-elle à Diana en tournant son regard vers sa camarade. « Tu crois qu'on peut essayer de l'appeler ? »

Désolée pour le retard...

 RPG – PRIVÉ  Le cadeau de l'homme au chapeau melon

   Diana regardait leur pièce secrète, ses lèvres s'étirant en un mince sourire. Tout cela lui semblait... incroyable, oui c'était le mot. Bien que visuellement ses émotions ne s'affichaient pas beaucoup, la jeune fille était encore très étonnée d'avoir cette chance inouï de découvrir cet endroit. Ces yeux ne cessaient de balayer la pièce, s'attardant sur chaque détail insolite. Beaucoup d'objets lui étaient inconnus - sûrement moldus. Bien qu'habitant Londres, la jeune fille ne connaissait que peu de choses de leur culture en fin de compte.

   - Je vois bien un groupe de garçons venir ici pour organiser des fêtes secrètes et pour avoir comme un quartier général, tu vois ?

  Théorie intéressante... Et peut-être d'ailleurs s'étaient-ils faits prendre un jour ce qui expliquait que tout soit à l'abandon !

   - Ça se tient ! Mais pourquoi uniquement des garçons ? Les filles aussi peuvent faire ce genre de fêtes !

   Sa remarque se voulait humoristique même si elle cachait surtout le fait que la brunette détestait que l'on catégorise les filles et les garçons dans des cases différentes. Mais après tout, l'identité des précédents propriétaires de cet endroit n'était pas très importante. Maintenant, c'était leur repère et Diana avait déjà en tête des tas de situation où elle et Ysalyne se retrouveraient afin de discuter dans leur repère. Même si il leur faudrait sûrement aménager un peu le lieu afin qu'il... leur corresponde. L'amas de meubles et d'objets n'était, vraisemblablement, pas spécialement ce que Diana préférait. Et la poussière lui rentrait dans le nez, la faisant éternuer de manière intempestive. Oui, il leur faudrait vraiment nettoyer cette pièce. Mais elles avaient le temps. Il leur restait du temps avant juin. Avant la fin de leurs études. Et elles avaient des tas de week-ends qu'elles pourraient mettre à contribution.

   - Oh, regarde, un ballon de foot ! Ça devait vraiment être des garçons...

  Diana fronça les sourcils à la remarque d'Ysalyne. Bien que ce n'était sûrement pas son but, elle ne pouvait pas s'empêcher de trouver qu'elle tenait des propos un peu sexistes. Diana adorait jouer au foot et elle n'en était pas moins une fille !

   - Mais... il y a aussi des filles qui jouent au foot !

  Mais à peine eut-elle dit cela que sa camarade enchaîna :

   - Oh, et là ! Viens voir !

  Diana s'approcha du tableau que Ysalyne lui montrait. Il était certes sympathique, mais la toile était vide - son occupant était sûrement parti faire un tour. Et puis, elle ne voyait pas en quoi il était si différent des autres toiles qu'elles pouvaient trouver dans la pièce.

   - Je pense que c'est aussi un portrait de l'homme au chapeau melon. Tu crois qu'on peut essayer de l'appeler ?

    Mais bien sûr ! Pourquoi n'y avait-elle pas pensé ? C'était parfaitement logique que le bonhomme ait un de ses tableaux dans sa pièce secrète.

   - Bonne idée. Peut-être que cette pièce cache d'ailleurs d'autres secrets... Ça se trouve il pourrait nous les dire !

  Diana s'agenouilla devant le tableau et observa la toile. A vrai dire, elle ne savait pas vraiment comment on interpellait les occupants des peintures. La manière la plus simple devait être certainement de prononcer son nom à voix haute, non ?

   - Heu... Pssssst... Monsieur ? Monsieur chapeau melon ? Heu... Vous êtes là ?

   Diana tapota doucement la toile, mais rien n'y fit, il ne pointa pas le bout de son nez. Elle se tourna vers Ysalyne, et lui dit :

   - Tu n'aurais pas une idée ?

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Troisième année RPG
  Retour   Répondre