Toilettes abandonnées

Inscription
Connexion

 Solo  Souffler sur les araignées libère l'esprit

Année 2043/2044, date imprécise


Katherine, couchée sur le sol des toilettes abandonnées, ne parvenait pas à penser correctement. Vous vous dites surement qu'il n'y a aucune manière correcte de penser, que chacun à la sienne et bla-bla-bla-bla... Pourtant, les pensées de la brunette n'étaient pas dans le plus grand ordre, elles partaient même dans tous les sens, en haut, en bas, à droite, à gauche, en diagonale... Dans toutes les directions, quoi.
Elle pensait à une chose et quelques secondes après, une autre lui venait à l'esprit avant d'être interrompue par une autre pensée. Et c'était comme ça depuis... elle ne savait plus. Depuis longtemps en tout cas. Enfin... si le mot longtemps voulait dire ce qu'elle croyait qu'il voulait dire. Bien sûr, elle connaissait le sens de ce mot, là n'est pas la question. Mais avait-il la même signification pour elle que pour les autres ? Pour certains, longtemps représentait-il une minute ? Dix minutes ? Une heure ? Trois heures et demi ? Des jours entiers ? Peut-être que le mot longtemps ne voulait rien dire pour certaines personnes. Pour les bébés par exemple. Eux ne connaissaient encore rien de la vie, n'avait pas encore découvert le "longtemps".

Elle secoua la tête, se demandant où ses réflexions philosophiques allaient la mener. Son regard océan tomba sur un des murs des toilettes. Une jolie petite araignée s'y trouvait. Araignée... La jeune fille se leva doucement, les muscles encore rouillés, et s'approcha de la bestiole, intriguée. Ses cousines en étaient terrifiées et l'avaient toujours suppliée de tuer celles qui pouvait s'approcher d'un peu trop près. Katherine l'avait toujours fait sans rechigner, pas le moins du monde perturbée par ces petites bêtes. Au fil des années, elle avait appris une autre manière de les tuer. C'était bien moins barbare et salissant que de les écraser sur sa main. Il fallait simplement leur souffler dessus.

Il y avait, dans le souffle des humains, quelque chose que les araignées ne supportaient pas. Elle ne se rappelait plus quelle était cette chose, mais savait que ça marchait. La fillette avait désormais de l'expérience dans l'art de tuer les araignées. Chaque fois qu'elle en voyait une, elle ne pouvait s'empêcher de lui souffler dessus sans aucune pitié. Elle n'avait rien contre ce genre de bestioles, mais cela la fascinait. Elle s'en moquait si ça faisait d'elle une psychopathe ou quelque chose du même acabit.

Elle commença à souffler, tout doucement, comme si elle ne voulait pas l'effrayer.

Kat est en 2ème année RP
Un verre se brise toujours au dernier rebond.