Bureau de la directrice

Inscription
Connexion

Sur le chemin du professorat  PV 

Meilla s'était levée tôt ce matin, ce qui n'avait pas été facile étant donné qu'elle avait très mal dormi. June lui avait bien proposé de rester avec elle tard, mais la rouquine - sachant que sa meilleure amie devait se lever tôt pour aller visiter les locaux de sa future école - avait refusé sa proposition. Ainsi, elle avait fini par s'endormir aux alentours de six heures du matin, épuisée à force de se répéter tous les arguments qu'elle devait absolument dire pour que l'on accepte qu'elle commence cette formation. En réalité, elle n'avait aucune idée de ce que l'on attendait d'elle, ce n'était pas courant de commencer un tel apprentissage et elle n'avait pu trouver personne pour témoigner. De plus, après sa désobéissance dans le dominion, elle se demandait franchement si miss Loewy allait l'accepter comme représentante de l'autorité, même si ce qu'elle et Ambre avaient fait partait d'un bon sentiment, elles avaient quand même clairement risqué leur vie.

En se levant donc à huit heures du matin, elle inspira et expira fortement pour se calmer et alla se préparer. Après avoir appliqué une petite touche de blush d'un coup de baguette, elle tenta de plaquer un air neutre sur son visage ce qui eut le don de la calmer. Si elle pouvait paraître calme de l'extérieur, il n'y avait pas de raison pour qu'elle ne le soit pas véritablement. La jeune femme avait choisi de s'habiller de la manière sorcière la plus traditionnelle possible, robe noire, pantalon noir et chaussures noires ce qui contrastait grandement avec sa longue chevelure rousse qu'elle attacha en un chignon un peu décoiffé ne voulant pas non plus se donner un air trop strict qui ne conviendrait pas à son âge. Elle espérait tout de même se donner un air assez sérieux ce qui n'était pas très difficile étant donné qu'il était naturellement présent.

Enfin, elle prit ses clés, son sac et sortit de son appartement de Londres pour se diriger vers l'aire de transplanage la plus proche. Arrivée à Pré-Au-Lard et voyant qu'il n'était pas encore tout à fait l'heure, elle s'octroya un petit thé aux trois balais avant d'enfin se diriger vers Poudlard. Elle ne croisa personne qu'elle connaissait, aucun professeur, élève, ami, personne. A cette heure-là, quelques vieilles sorcières formaient la population du célèbre bar. Elles se racontaient des anecdotes sur leurs petits-enfants en prenant un thé ou un café, probablement avant d'aller faire quelques courses dans le village sorcier.

Devant les grilles, elle prit le temps d'inspirer et s'avança à travers le parc de Poudlard déterminée à n'en sortir qu'une fois avoir obtenu ce pour quoi elle était venu. Meilla marchait sans vraiment faire attention au paysage, elle était perdue dans ses pensées et ne put donc pas profiter de la faune et flore environnante. Le petit papillon jaune qui pendant un temps voleta au-dessus de sa tête passa inaperçu, tout comme le petit oiseau qui piaillait sur une branche sous laquelle la jeune femme passa.


« Ad augusta per angusta »

La gargouille s'ouvrit à l'entente du mot de passe et Meilla put frapper à la porte du bureau de la directrice à neuf heures pile. La porte s'ouvrit et la rouquine prononça d'une voix normale :

« Bonjour madame la directrice, j'espère que vous passez de bonnes vacances. »

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Sur le chemin du professorat  PV 

Le département de l’éducation du Ministère de la Magie de Grande-Bretagne avait quelques droits de réformes à imposer aux écoles de Magie du secondaire ou du supérieur, et donc à Poudlard, notamment. Kristen, directrice de cette vénérable école, n’aimait pas tellement recevoir des directives du Ministère, mais elle n’avait pas réellement le choix de refuser. La réforme sur l’apprentissage des jeunes, qui touchait de nombreux domaines et entre autres le professorat, allait sans doute faire naître des vocations et rameuter des anciens (mais encore jeunes) élèves dans l’école. La directive du Ministère était claire : l’apprentissage auprès d’un professeur expérimenté dans une école de Magie était un possible moyen de s’insérer professionnellement. Certes. Mais rien n’obligeait à accueillir tous ceux qui le souhaitaient : fort heureusement, on avait encore le droit d’être sélectif. Kristen Loewy était précisément quelqu’un de sélectif.

Elle avait reçu plusieurs demandes d’apprentissage. Parfois d’élèves tout juste sortis de Poudlard, parfois d’étudiants plus âgés désireux de se réorienter, et parfois même d’adultes qui voulaient se lancer dans l’enseignement « pour voir ». Kristen avait balayé un grand nombre de demandes, maudissant un peu plus la réforme à mesure que les demandes défilaient sous ses yeux las.

Parmi les demandes d’anciens élèves de Poudlard, il y avait eu celle de Meilla Primard. C’était une demoiselle de Serdaigle, qui avait eu de bons résultats, qui avait été préfète de sa Maison… Mais c’était aussi une demoiselle qui s’était sentie pousser des ailes, l’an passé, en pénétrant dans le Dominion alors qu’il y avait une interdiction tacite d’y entrer (on ne vous interdit pas de courir au suicide, dans les faits, mais c’est une règle entendue par tout le monde, au moins dans le cadre scolaire en Occident. Cela ne se fait pas.)

Kristen avait soupiré, avait mis de côté la demande et ce qui l’accompagnait, et avait continué son tri. Lorsque ce fut fait, elle reposa ses yeux sur la demande de Meilla Primard, qui souhaitait assister le professeur de Potions, et soupira encore. Elle finit par recontacter l’ancienne élève de Serdaigle, un peu suicidaire sur les bords.

Le rendez-vous avait été fixé à neuf heures, quelques temps avant la rentrée scolaire, qui aurait lieu, comme toujours, au premier jour de septembre. Kristen se levait toujours tôt, et lorsque Meilla toqua à la porte de son bureau, elle était déjà levée depuis trois heures, prête depuis deux heures et au travail depuis deux heures également. La nuit avait été plutôt bonne, car elle avait pu dormir d’une heure du matin jusqu’à six heures. Elle avait en effet pris la décision de se coucher tôt pour passer une longue nuit.

La porte s’ouvrit donc sur Meilla Primard, qui n’avait pas beaucoup changé aux yeux de Kristen. Elle la voyait toujours comme une petite élève de cinquième année, et était restée bloquée là-dessus. Elle manqua d’oublier que la jeune fille aux cheveux roux venait ici pour se préparer à entrer dans le monde professionnel, le monde des adultes.

Kristen se leva tandis que Meilla s’approchait, et elle lui tendit sa main avant de se rassoir, en même temps qu’elle disait d’une voix calme :


« Bonjour, Mademoiselle Primard. Les vacances sont finies pour moi, mais j’aime le calme de Poudlard avant l’arrivée des élèves. Je vous remercie. »

Cette année, Kristen avait tout de même profité de ses vacances (autrement appelées « pause pédagogique » par les plus rabat-joie) en s’offrant un voyage tout à fait au sud du Chili. Cela avait été un voyage studieux où elle avait renoué avec sa passion pour les créatures magiques, tout en s’intéressant aux méthodes d’utilisation de la Magie dans cette région du monde (méthodes qui étaient, justement, intimement liées à une créature mystérieuse demeurant d’après les rumeurs dans un coin très au sud de l’Océan Pacifique). En somme, ces vacances avaient été extrêmement enrichissantes. Néanmoins, le retour à Poudlard avait été presque rassurant. Elle avait fini par se faire à ces murs bruts, et plus les semaines s’étaient écoulées, plus elle avait aimé cette école.

Kristen indiqua une chaise en face de son bureau et sourit poliment à la jeune Primard.


« Installez-vous, je vous prie. »

Sans regarder si la rouquine s’exécutait, Kristen sortit quelques documents qu’elle étala face à elle. Elle reprit aussitôt, d’un ton très professionnel, évitant volontairement (pour le moment), les questions désagréables :

« J’ai cru comprendre que vous seriez intéressée par une formation pour le poste de professeur de potions. Ce petit entretien a pour but de rendre compte de vos motivations et de vos capacités à incarner le poste que vous visez, par le biais que vous envisagez. Si tout se passe bien entre nous, vous pourrez rencontrer votre futur tuteur potentiel, le professeur Isaac Straw. »

Even a bird would want a taste of dirt from abyssal dark.

Sur le chemin du professorat  PV 

« Bonjour, Mademoiselle Primard. Les vacances sont finies pour moi, mais j’aime le calme de Poudlard avant l’arrivée des élèves. Je vous remercie. »

Meilla pouvait comprendre, le château inspirait une ambiance particulière actuellement alors que peu de personnes y résidaient. Pendant l'année, la vie qui habitait Poudlard rendait joyeux, il fallait bien l'avouer, mais cela pouvait aussi rapidement devenir pesant. En tant que directrice, Kristen Loewy devait être sollicitée à tout bout de champs et cela ne devait vraiment pas être facile de contenter tout le monde et d'avoir un peu de temps pour soi, surtout avec le tournoi de l'an passé. Même si elle avait des choses à faire - comme recruter un assistant en potions - elle était sûrement un peu plus tranquille pour faire cela à son rythme, selon ses convenances.

La jeune femme fut invitée à s'asseoir, ce qu'elle fit sans empressement en essayant de ne pas se triturer les mains ou les cheveux comme le lui avait conseillé sa meilleure amie. June avait toujours été plus à l'aise que Meilla dans ce genre de situations bien que la rouquine ne l'avouerait jamais. Elle détestait qu'on lui fasse la remarque d'ailleurs ce qui n'empêchait pourtant pas sa blonde d'amie de l'embêter avec cela dès qu'elle en avait l'occasion. Mais la rouquine avait trouvé la parade, il lui suffisait de prononcer le prénom "Josh" pour ne plus entendre parler de son malaise face à une intervention en public.

Mais pour l'heure, il était temps de commencer l'entretien.


« J’ai cru comprendre que vous seriez intéressée par une formation pour le poste de professeur de potions. Ce petit entretien a pour but de rendre compte de vos motivations et de vos capacités à incarner le poste que vous visez, par le biais que vous envisagez. Si tout se passe bien entre nous, vous pourrez rencontrer votre futur tuteur potentiel, le professeur Isaac Straw. »

Le ton professionnel employé par son interlocutrice fit prendre conscience à Meilla qu'elle était dans la cour des grands et que cela signifiait qu'il fallait qu'elle se comporte comme tel. Elle ne pouvait pas laisser place à la panique, il fallait absolument qu'elle réussisse cet entretien. Personne ne serait là pour la guider pendant ces minutes où il lui faudrait répondre quelque chose selon ce que l'on attendait d'elle, tout en gardant sa propre personnalité bien évidemment. Elle inspira et expira profondément une fois avant de répondre d'un ton calme, s'étonnant elle-même :

« C'est exact. Avec la sortie au forum des métiers l'année dernière, je me suis rendue compte en discutant avec les professeurs Holloway et Ainsworth que ce métier me conviendrait bien. Cette formation me permettrait donc d'atteindre cet objectif tout en en apprenant beaucoup, en rentrant directement dans le vif du sujet. »

Meilla avait plus ou moins expliqué le pourquoi du comment elle avait envie de commencer cette formation au lieu de faire des études comme le font les personnes de son âge habituellement. En réalité, elle se sentait plus mûre que les autres et savait qu'elle ne se sentirait pas à sa place dans une école quelconque avec des étudiants du même âge. Ne sachant pas si elle serait prise ici, elle avait participé à une sorte de réunion de pré-rentrée de l'école dans laquelle elle avait postulée. La première personne à qui elle avait parlé lui avait demandé avant même de savoir son prénom si elle préférait arracher les pattes des araignées ou les recoller. Se disant que ce n'était qu'une personne parmi d'autres, la jeune femme avait essayé de parler à un garçon qui avait l'air tout à fait normal... Jusqu'à ce qu'il lui dise que son passe-temps était de transformer les tabourets en souris au moment où une personne voulait s'asseoir. Cela pouvait être marrant une fois, mais à dix-neuf ans on ne pouvait quand même pas faire cela toute la journée si? Elle n'avait alors plus adressé la parole à personne se contentant d'attendre que la journée se termine enfin.

Chassant ses mauvais souvenirs au fin fond de sa tête, elle se concentra sur la directrice, sachant qu'il ne fallait pas qu'elle reste plongée dans ses souvenirs au risque de perdre ses moyens face à une question qu'elle n'aurait écouté que d'une oreille.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Sur le chemin du professorat  PV 

Kristen hochait la tête en écoutant Meilla Primard. Les forums des métiers étaient en effet une sortie que la directrice trouvait utile, et c’était l’une des rares idées montées par le Ministère qui trouvait grâce à ses yeux. Kristen se souvenait bien que lorsqu’elle était élève à Poudlard, même en septième année, elle n’avait pas vraiment d’idée précise de ce qu’elle voudrait faire plus tard. Demander à un adolescent de décider tout de suite ce qu’il voudrait faire pour les cinquante années à venir, cela lui semblait complètement insensé. Au moment de choisir son orientation, Kristen avait éprouvé de grandes difficultés. Certaines choses l’intéressaient, mais rien qui ne puisse s’enseigner académiquement en Grande Bretagne. Elle avait alors hésité entre plusieurs cursus : l’étude des créatures magiques, l’histoire de la magie, la défense contre les forces du Mal… Finalement, son choix s’était d’abord arrêté sur l’étude des créatures. Elle avait même eu une vague idée de son avenir : entrer dans la brigade spéciale du département de contrôle et de régulation des créatures magiques. Elle avait tenu deux ans. Les cours à la faculté de Soins aux Créatures Magiques ne lui plaisaient pas, il s’agissait de panser, de nourrir, d’apprendre à communiquer avec les crabes de feu… C’était trop figé pour elle, il lui fallait de l’action. Elle ne termina pas son cursus et n’obtint aucun diplôme. Tant pis. Elle se dirigea ensuite vers la Grande Ecole de l’Art du Duel, pour débuter un cursus plus aventureux. Tout le monde là-bas voulait devenir Auror – comme ils sont respectés et enviés, ces gens-là ! Kristen avait constitué un dossier formidable pour y entrer, et avait été acceptée. Finalement, elle avait fait partie des meilleurs de sa promotion, mais elle avait abandonné l’idée de devenir la meilleure, car les efforts pour y arriver étaient trop ennuyeux. Elle savait déjà, pour elle-même, qu’elle était plus douée que ses camarades. Elle avait ainsi renoncé à un emploi au Ministère, un emploi que tout le monde aurait souhaité : au choix, vaincre les forces du Mal en tant qu’Auror, ou bien faire partie de la police magique, ou encore partir à l’aventure pour les groupes d’intervention contre les forces du Mal… Et finalement, elle n’avait obtenu qu’un petit travail de chargée de mission pour la brigade spéciale du département de contrôle et de régulation des créatures magiques. Elle n’était pas spécialement bien payée, car son salaire n’était pas fixe, mais finalement, elle faisait plus ou moins ce qu’elle voulait faire. Jusqu’à ce que cela s’arrête.

Si elle avait assisté à un forum des métiers, son avenir aurait peut-être été différent, qui sait ? Peut-être se serait-elle découvert une passion pour quelque chose de bien précis, peut-être aurait-elle fait une rencontre formidable. Peut-être serait-elle devenue une Auror réputée, sur le long terme (et comme sa mère aurait été fière !) et elle aurait contribué à purger le monde des souillures qui le dévorent. Au lieu de cela, elle avait eu la sensation d’encourager le monde à être sale et repoussant. Oui, sa vie aurait été meilleure, sans doute, si elle avait voulu être Auror.


« Je suis ravie que cette sortie ait pu vous éclairer sur votre avenir professionnel, commenta-t-elle. »

Elle afficha un petit sourire poli.

« Bien… Puis-je savoir en quoi, d’après vous, consiste le métier de professeur, et plus spécifiquement de professeur de potions ? »

Even a bird would want a taste of dirt from abyssal dark.

Sur le chemin du professorat  PV 

Kristen Loewy souriait. Pas un de ces immenses sourires qui transpiraient la joie et la bonne humeur ou encore un de ces sourires que l'on a après avoir entendu une blague plutôt marrante tout en voulant rester professionnel. Mais Meilla trouvait que c'était plutôt une bonne nouvelle, en tout cas, c'était toujours mieux que de voir une grimace ou un visage complètement fermé qui, non seulement pouvait être déstabilisant, mais qui en plus pouvait fortement signifier qu'on venait de dire une bêtise. Evidemment, l'entretien n'était pas encore terminé et rien n'était fait. Peut-être même qu'un autre candidat serait plus à même de commencer cette formation, après tout, la jeune femme sortait à peine de sa septième année. La directrice recherchait peut-être des personnes plus âgées, ayant déjà commencé leurs études post-aspic et ayant donc plus d'expérience dans leur domaine de prédilection. Toutefois, ce n'était pas une raison pour se dégonfler, la rouquine était venue ici dans la ferme intention de décrocher ce poste.

La première vraie question arriva alors et les neurones de l'ancienne Serdaigle commencèrent à tourner à toute vitesse. Il fallait qu'elle dise quelque chose d'intelligent tout en ayant l'air calme. Le tout sans bafouiller, bien évidemment.


« Je pense qu'un professeur de manière générale se doit d'apporter ses connaissances aux élèves. Un professeur de potions donc doit pouvoir montrer aux étudiants comment fabriquer des potions tout en leur donnant les notions nécessaires à leur sécurité. Beaucoup de sorciers se retrouvent à l'hôpital pour avoir manqué de rigueur et de concentration dans l'élaboration de leur potion ou pour avoir sous-estimé les risques qu'ils encouraient. C'est le point le plus important pour moi, même les élèves arrêtant cette matière en troisième année devraient avoir cette notion de danger. Dans un deuxième temps, un enseignant en potions devrait essayer de faire aimer sa matière - bien qu'elle ne puisse pas plaire à tout le monde - et devrait pouvoir accompagner les élèves qui veulent aller plus loin. »

Avant de venir ici, Meilla avait réfléchi à ce qui se rapportait aux potions. Dans son salon, elle avait tracé le mot "potions" avec sa baguette et avait relié d'autres mots à ce thème toujours à l'aide de sa baguette. Une sorte de brainstorming version sorciers. Elle avait ainsi essayé de réfléchir aux sujets de cours qu'elle pourrait donner au cas où on le lui demanderait, ainsi qu'à ce qu'elle aimait dans la matière.

La jeune postulante pensa alors à quelque chose, un professeur à Poudlard avait un autre boulot à faire, celui de s'occuper des élèves en dehors des cours et d'organiser des animations. Poudlard n'était pas qu'une simple école, comme chez les Moldus, où la plupart des élèves rentraient le soir en sortant de cours. Après ces quelques instants de réflexion, elle rajouta donc :


« Par ailleurs, comme ici les élèves restent de longues semaines au château, les professeurs doivent aussi assurer la discipline et organiser quelques animations. Je dirais que c'est une des particularités de notre école! »

Meilla avait été préfète de sa quatrième année jusqu'à encore quelques semaines plus tôt. Elle était donc bien au courant de la manière dont cela se passait, du moins au niveau préfectoral. Elle supposait qu'au niveau professoral c'était plus ou moins la même chose. Il fallait juste se comporter avec un peu plus de distance pour ne pas se laisser marcher sur les pieds, ce dont elle avait bien conscience surtout au vu de son jeune âge. Et puis, c'était le niveau encore au-dessus des préfets. Evidemment, elle ne serait pas Directrice de Maison et elle aurait beaucoup moins de pression sur les épaules.

Elle pensait avoir répondu correctement à la question de son interlocutrice. En tout cas, elle était plutôt fière de sa réponse dans le sens où elle avait réussi à dire tout ce qu'elle pensait sans que sa voix ne tremble. Le stress n'avait cependant pas diminué et elle ne put s'empêcher de triturer son bracelet accroché à son poignet droit en espérant que cela ne se remarquerait pas. Qu'allait être l'issu de cet entretien? Seul un devin pouvait le savoir et si Meilla n'avait pas pris la divination en troisième année, c'était bien pour une raison.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Sur le chemin du professorat  PV 

Kristen mit sa main devant sa bouche, car elle sentait venir le rire, de façon subite, incontrôlée. Meilla Primard l'avait totalement prise au dépourvu. Finalement, elle tenta de ravaler son émotion, mais ne parvint pas à retenir la fin d'un petit rire. Il lui sembla que cela faisait des années qu'elle n'avait pas entendu quelque chose d'aussi amusant - au moins la jeune fille pourrait-elle ressortir de cet entretien avec la fierté d'avoir fait rire la morne Kristen Loewy.

« Et certains sorciers se retrouvent à l’hôpital parce qu’ils foncent tête baissée dans un lieu extrêmement dangereux, ou parce que lorsqu’on leur dit d’en sortir, ils trouvent encore le moyen de s’y balader tranquillement. Parce qu'ils ont "sous-estimé ces risques" aussi, comme vous dites... »

Elle n’avait pas oublié les événements qui avaient précédé les vacances d’été, et l’inconscience de Meilla Primard et sa camarade lors de la Troisième Tâche du Tournoi. L’entendre à présent parler de la sécurité des élèves comme d’une valeur sainte, "la plus importante, selon elle" était vraiment une immense blague à laquelle Kristen n'avait pas pu totalement résister.

D’ailleurs, le pragmatisme de Meilla Primard était assez étonnant, et Kristen, au fond d’elle-même, ne concevait pas l’enseignement d’une façon si concrète : son idée ne pouvait se fonder sur un exemple seul. Kristen haussa les sourcils en notant ses observations, soupira discrètement - plus parce qu'elle se remettait doucement de la blague qui venait d'être faite (c'était ce soupir qui suit un rire que l'on a retenu avec combativité) que par lassitude. Elle reporta son attention vers la jeune femme et lui adressa un petit sourire, qui n’exprimait qu’une quantité non négligeable d’ironie, répondant au discours bien appris par l'ancienne élève de Serdaigle - discours travaillé et pourtant assez peu convaincant.


« Enfin. J’imagine que si vous obtenez cette place, vous aurez le temps de réfléchir plus en profondeur à cette question. Il faut de l’expérience, et une certaine maturité, pour comprendre ce qu’est l’enseignement. »

Une vocation. Même si l’on croyait parfois que Kristen n’aimait pas les enfants – parce qu’elle était trop sévère, trop stricte, antipathique et tout ce qui suit – en vérité, il n’en était rien. Elle n’aurait pas été directrice de Poudlard, ni même professeur, si l’enseignement ne l’avait pas attirée. Certes, elle s’était lancée dans cette carrière à un moment crucial de sa vie, où elle n’était pas tout à fait celle qu’elle est aujourd’hui, mais le fond ne changeait pas : l’enseignement lui plaisait. Elle haïssait tellement le monde dans lequel elle vivait, que parfois, elle se plaisait à imaginer qu’elle pouvait – peut-être – contribuer à le rendre meilleur en l’élevant à la source : les enfants étaient ceux qui construiraient le monde de demain, et elle espérait souvent que leur avenir ne serait pas aussi pourri que son propre présent.

Elle décida ensuite de revenir au sujet sensible, le sujet du comique, du burlesque, même. Kristen posa la question comme si elle avait été dans la suite logique de cet entretien :


« Qu’est-ce qui vous a pris d’entrer dans le Dominion ? Et pire : désobéir, alors que vous aviez sans doute – je l’espère, en tout cas - pris la mesure du danger que représentait cet endroit… Aviez-vous laissé votre tête à l'entrée ? »

Even a bird would want a taste of dirt from abyssal dark.

Sur le chemin du professorat  PV 

« Et certains sorciers se retrouvent à l’hôpital parce qu’ils foncent tête baissée dans un lieu extrêmement dangereux, ou parce que lorsqu’on leur dit d’en sortir, ils trouvent encore le moyen de s’y balader tranquillement. Parce qu'ils ont "sous-estimé ces risques" aussi, comme vous dites... »

Ahum... Il était vrai que Meilla n'aurait sûrement pas dû commencer par parler de ça, au vu de ses actions passées qui n'étaient pas encore assez loin pour ne pas rebondir très clairement dans l'esprit de son interlocutrice. Elle avait désobéi sans conteste et n'avait pas vraiment pris le temps de réfléchir à toutes les conséquences qui suivraient avant d'agir. Néanmoins, si c'était à refaire, elle referait la même chose, sûrement d'une manière différente, mais elle n'aurait jamais pu rester à ne rien faire alors qu'Elina venait d'être enlevée. La jeune femme avait peu d'amis, mais elle était prête à tout pour les aider quelles que soient les conséquences de ses actes.

La suite de la réflexion de la directrice ne lui plu pas trop. Non seulement le contenu n'augurait rien de bon quant à la finalité de cet entretien - cela signifiait que sa réponse n'était pas vraiment la réponse attendue - mais en plus elle n'aimait pas ce ton. La pointe d'ironie qui perçait et l'impression d'être quelque peu rabaissée par son manque évident d'expérience lui donnèrent envie de répliquer sèchement. Elle parvint cependant à rester calme sachant que s'énerver ne la mènerait à rien de bon et attendit la suite qui ne tarda pas.


« Qu’est-ce qui vous a pris d’entrer dans le Dominion ? Et pire : désobéir, alors que vous aviez sans doute – je l’espère, en tout cas - pris la mesure du danger que représentait cet endroit… Aviez-vous laissé votre tête à l'entrée ? »

La jeune femme s'était plus ou moins attendue à ce qu'on lui pose la question, surtout au vu de la manière dont l'entretien avait tourné, mais elle n'avait pas vraiment préparé de réponse pour autant. Depuis qu'elle était entrée dans le dominion, elle avait réfléchi au pourquoi du comment elle avait fait cela et avait plus ou moins trouvé une réponse, sans vraiment la mettre en forme. Elle aurait d'ailleurs bien voulu reparler de tout cela avec Ambre, mais n'en avait pas trouvé l'occasion. Il faudrait qu'elle la contacte un jour si elle n'était pas prise à ce poste d'apprenti professeure. Pour l'heure, elle voyait dans cette question sa chance de montrer sa détermination, de montrer une partie de son caractère dont elle était plutôt fière et ce, même si cela pouvait plus s'apparenter à un défaut dans certaines situations.

« Sur le coup, j'avoue ne pas vraiment avoir réfléchi aux conséquences que cela pouvait entraîner. Je savais que les professeurs et membres du ministère étaient tout à fait capables de régler cette affaire, tout comme je savais que c'était un lieu dangereux, mais je ne pouvais pas rester dans les travées sans savoir ce qui était arrivé à Elina. J'ai conscience que ce n'était pas une bonne idée, mais si une telle situation se reproduisait, je ne peux pas promettre que je ne recommencerai pas, dit-elle avec sincérité. Très peu de personnes me sont chères et je ferais tout pour les aider, même si cela implique de désobéir ou de foncer tête baissée dans les problèmes. »

La rouquine n'était pas sûre que ce soit la bonne réponse à apporter, mais elle avait apporté la réponse qui se rapprochait le plus de ses convictions et de sa manière de penser. Il était hors de question de répondre quelque chose de contraire à ses convictions simplement pour obtenir ce poste. Bien qu'elle espérait vraiment l'avoir, elle préférait largement se montrer sous son vrai jour que prétendre être quelqu'un qu'elle n'était pas.

Reducio
Vraiment désolée pour le retard.

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Sur le chemin du professorat  PV 

Kristen posa son menton dans sa paume et adressa un petit sourire à Meilla Primard, tandis que ses yeux se plissaient et cherchaient à fouiller son esprit. La directrice hocha la tête et conclut sa pensée par un petit « mh-mh » qui voulait dire : « mh-mh, c’est donc comme cela. » Finalement, elle laissa planer le doute en ne se permettant qu’une parole énigmatique :

« Bien… Bien. »

La réponse de Meilla était en effet une réponse honnête qui plaisait à Kristen. Certes, ce n’était pas bien de défier l’autorité, lorsqu’on était élève, mais la raison invoquée par Meilla était, pour Kristen, une excellente raison. C’était d’ailleurs cette réponse qui permit à Meilla Primard d’obtenir sa place en apprentissage pour devenir professeur – mais cela, Kristen ne le lui dit pas exactement en ces termes. L’impulsivité de Meilla dans le Dominion lui avait rappelé quelqu’un : elle-même. N'avait-elle pas elle-même foncé tête baissée contre le Sphinx, réputé invincible - même les plus grands sorciers de tous temps n'avaient pas pu le vaincre - uniquement pour sauver Aude ?

La directrice se leva et ajouta :

« Je vous recontacterai pour planifier votre rencontre avec le professeur Straw. »

Elle haussa le menton et sourit, ce qui lui donnait presque un air de complicité malicieuse. Ce qu’elle venait de dire, en effet, signifiait que l’entretien s’était suffisamment bien passé pour Meilla Primard, et Kristen estima que c’était assez clair.

« J’ai une dernière question à vous poser… Avez-vous trouvé quelque chose, dans le Dominion ? »

Elle affichait désormais un air plus sérieux, fronçait les sourcils en plongeait son regard dans celui de Meilla, cherchant par avance la trace d’un potentiel mensonge. C’était un sujet délicat, une mission complexe que lui avait confiée le Ministre de la Magie, Arseni Stoyanov. Pourtant, elle ne pouvait pas passer à côté, c’était absolument essentiel et cela concernait la sécurité de Meilla – ou de quelqu’un d’autre.

Meilla avait-elle trouvé cet objet d’une valeur inestimable ? Un objet si fascinant qu’il pouvait attirer toutes les convoitises et mettre en danger son propriétaire ? Kristen, elle-même, ne savait pas ce qu’elle ferait si elle avait la possibilité de posséder cet objet. Sans doute lui serait-il très utile, oui… Mais elle ne devait pas s’y intéresser pour autre chose que la raison donnée par Arseni. Et lui, d’ailleurs, avait-il été honnête, lorsqu’il avait invoqué la raison de la sécurité…? Probablement. Kristen préférait y croire, en tout cas.

Even a bird would want a taste of dirt from abyssal dark.

Sur le chemin du professorat  PV 

Meilla soutenait le regard de la directrice. Pas pour essayer de trouver une petite lueur qui indiquerait ce qu'elle pensait de ce que la rouquine venait de dire, de toute manière, son regard était impénétrable. Non, non, elle voulait juste montrer sa détermination et montrer qu'elle assumait ses actes, bien que ses paroles soient assez parlantes. C'est alors que miss Loewy se leva et commença à prendre congé de l'ancienne Serdaigle en lui expliquant qu'elle la recontacterait pour sa rencontre avec le professeur Straw. Sa rencontre avec le professeur Straw? Cela signifiait-il qu'elle était prise? Qu'elle avait réussi l'entretien? Meilla aurait voulu sauter de joie, mais elle se contenta d'un grand sourire envers son interlocutrice. Elle n'avait pas eu l'impression de répondre correctement aux questions qui lui avaient été posées. Soit elle s'était trompée, soit sa dernière réponse avait été plus convaincante que le reste. Quoi qu'il en soit, cela n'était pas important désormais puisque la jeune femme allait accéder au poste pour lequel elle était ici. Elle se voyait déjà fêter tout cela ce soir avec Cory, June et d'autres amis. Mais avant même qu'elle n'ait le temps de répondre quoi que ce soit, la directrice de Poudlard avait encore une dernière question à lui poser.

« Avez-vous trouvé quelque chose, dans le Dominion ? »

Son ton était on ne peut plus sérieux, n'importe qui aurait pu le remarquer, même une personne qui n'excellait pas dans l'art de comprendre les moindres faits et gestes de ses interlocuteurs. La rouquine se remémora alors son épopée dans le dominion avec Ambre. Elles avaient bien trouvé une bague, bague qui leur avait permis de sortir de ce labyrinthe. Mais les professeurs Kieffer et Holloway avaient bien vu cette bague et elles auraient pu en informer la direction non? A moins qu'elles aient oublié. Après tout, le retour à la normale avait été très compliqué pour tout le monde et il était fort probable que certains détails aient été oubliés, au même titre que la punition de Meilla et Ambre pour avoir désobéi.

Miss Loewy parlait-elle de cette bague? Si c'était le cas, il fallait que Meilla lui dise que c'était Ambre qui la possédait, cela avait l'air dangereux. Mais si elle ne parlait pas de la bague et que Meilla lui disait que c'était Ambre qui l'avait, elle ne serait alors plus à Ambre, la Poufsouffle lui en voudrait sûrement. D'un autre côté, elle n'était pas censée savoir que c'était la Serdaigle qui en avait parlé puisque des professeurs l'avait également vues. De toute manière, elle ne pouvait pas prendre le risque de laisser cet objet dangereux dans les mains de son amie s'il était vraiment question de cet objet.


« Oui... Nous avons trouvé une bague qui nous a permis de sortir du dominion. C'était Ambre qui l'avait, je ne sais pas ce qu'elle en a fait, je n'ai pas eu l'occasion de lui en reparler. Meilla inspira alors un grand coup avant de demander : Cette bague, elle est vraiment dangereuse? »

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Sur le chemin du professorat  PV 

Kristen, qui était toujours debout et légèrement penchée en avant sur son bureau, plissa légèrement les yeux. Elle hochait pensivement la tête en écoutant les paroles de Meilla. Ainsi donc, c’était Ambre qui avait obtenu cette bague… L’avait-elle toujours, ou avait-elle décidé de s’en séparer, après ? Cela aurait étonné Kristen, mais ce n’était pas une possibilité à écarter. Elle aurait pu se confier à Elina, par exemple, et lui aurait donné la bague ensuite ? Ou bien, c’était Meilla qui l’avait, et celle-ci mentait ? La directrice s’enfonça un peu plus dans le regard de l’apprentie en potions avec l’air d’un adulte qui essaie de trouver une preuve du mensonge dans les yeux d’un enfant coupable. Mais elle ne trouva pas grand-chose.

Dans tous les cas, que la personne qui possédait la bague d’omniscience ait quatorze ans, ou quinze, ou dix-huit ; qu'elle soit redoutable et redoutée batteuse d'une équipe de Quidditch, ou championne de Poudlard, ou professeur en devenir ; aucune possibilité n'était plus rassurante que les autres. Les sorciers les plus avides de pouvoir et de ces objets étaient souvent assez dangereux, car leur envie les poussait souvent à extraire la moralité du champ de leur logique. Un coup de batte ne suffirait pas, pas plus qu'un sortilège bien placé ou un poison versé dans une tasse de thé.

La réponse à la question que Meilla avait posée tardait à venir. Kristen réfléchit encore quelques instants et s’autorisa finalement un petit sourire en coin en désaccord avec sa pensée. Elle se redressa.

« Les objets merveilleux ont parfois tendance à attirer des personnes qui le sont moins, dit-elle simplement. »

Elle contourna son bureau et, montrant la sortie à l’ancienne élève de Serdaigle – non pas qu’elle puisse douter du chemin à emprunter, conclut poliment :

« Je vous remercie. Nous nous reverrons bientôt. »

Une fois que Meilla serait sortie, Kristen s'installerait à nouveau à son bureau, rayerait les noms des candidats suivants, contacterait le professeur Straw, puis Arseni.

Even a bird would want a taste of dirt from abyssal dark.

Sur le chemin du professorat  PV 

« Les objets merveilleux ont parfois tendance à attirer des personnes qui le sont moins. »

Cette phrase était plutôt mystérieuse, mais Meilla comprit qu'elle n'en saurait pas plus. Elle se demandait quand même ce que cela voulait vraiment dire... Tant de questions en suspens. D'ailleurs, elle ne comprenait toujours pas tout ce qui s'était passé dans le dominion, mais elle avait bien conscience qu'elle n'en saurait certainement jamais plus. L'entretien était terminé et il était temps pour elle de rentrer à Londres. Elle salua son interlocutrice en la remerciant sans plus s'attarder sur le sujet. Elle ne savait pas vraiment comment elle avait réussi à être engagée mais toujours est-il qu'elle l'était et cela lui allait très bien sans qu'elle ne pose dix mille questions qui risquaient d'agacer la directrice.

La jeune femme traversa le parc de Poudlard, le sourire aux lèvres, gardant tout de même le contrôle d'elle-même. Il y avait peu de chances pour qu'elle croise qui que ce soit, mais si jamais elle venait à croiser quelqu'un, il était hors de question que cette personne ne la voit en train de danser toute seule sur le chemin. Elle avait une réputation à tenir.

Sur le chemin du retour, elle pensait à mille choses en même temps. Il faudrait qu'elle parle à sa mère, sa cousine, sa soeur, son frère de ce boulot qu'elle avait trouvé. Elle n'avait pas vraiment eu de nouvelles depuis un moment. Elle n'en avait pas pris non plus, mais c'était l'occasion de le faire. Et puis surtout, elle se demandait comment se passerait cet apprentissage. Lorsqu'elle avait vu l'annonce, elle avait tout de suite envoyé sa candidature, c'était exactement ce qu'elle recherchait et c'était la seule chose qui la motivait dans le futur, pouvoir enseigner. Maintenant, elle se rendait compte qu'elle n'avait pas eu l'occasion de vraiment poser des questions sur la manière dont tout cela se passerait. Mais miss Loewy avait dit qu'elle la recontacterait, elle aurait alors l'occasion de parler à son professeur titulaire et elle verrait bien ce qu'il lui disait. Le changement dans sa vie était en marche!

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.