Bureau de la directrice

Inscription
Connexion

Une affaire chapeautée  PV 

De nombreuses années s'étaient écoulées sans que William ne mette les pieds dans le légendaire château de Poudlard. La dernière fois, c'était en tant que Ministre de la Magie !
Pour changer, ce n'est pas le loisir de la fonction qui l'amenait ici, mais bien une affaire de la plus haute importance, du moins si elle était avérée.

C'est donc sans préavis que William était là, dans l'enceinte de l'école, aux cotés d’une gargouille de pierre à l'air peu sympathique ; Il était prêt à rencontrer Mme Loewy, mais n'était pas sûr que cette dernière était prête à apprendre la situation cocasse dans laquelle l'école se retrouverait si l'affaire était avérée.

De plus, suite à la sécession de l’école et du Ministère, William n’avait pas le droit d’etre là. Le ministère l’envoyait, car rares sont ceux qui peuvent entrer dans l’école magiquement protégée. William doutait d’ailleurs quelque peu de sa capacité à entrer.

William glissa sa main dans sa robe, et y sorti différents accessoires plus ou moins utiles : des multiplettes, une clé, un mouchoir en soie, avant enfin de trouver ce qu'il y cherchait : un morceau de parchemin ridiculement petit, scellé d'un sceau du Ministère.
William retira le sceau, et plaça le bout de parchemin sur la gueule ouverte de la gargouille. Il pointa sa baguette magique sur celle-ci, provoquant la combustion quasi instantanée du bout de papier dont il ne restait déjà que quelques cendres.

C’est alors que la gargouille, sans ménagement, se décala d'un pas sur le coté, et le mur derrière elle disparu rapidement pour laisser place à un colimaçon soigné, et mobile amenant au bureau de l'actuelle Directrice de Poudlard.

“Ce laissez-passer fonctionne donc encore” pensa alors William, étonné de constater que ce maléfice, prévu pour les occasions les plus graves à l’époque où le Ministère et Poudlard travaillaient main dans la main, n’avait pas été neutralisé.

En gravissant les marches enchantées, William se demandait bien avec quelle manière il allait annoncer la teneur du problème rencontré ; ni même les excuses qu'il allait formuler pour s'imposer ainsi, sans ménagement, dans le bureau de l'une des femmes les plus influentes de l'époque, sans même avoir annoncé sa venue.


Mais l'affaire était grave ; et le Choixpeau vieillissant. Était-il vraiment possible que ce dernier commence à dérailler ? William avait ses propres doutes sur la question, mais le Département des Mystères semblait le penser ; et cela justifiait, du moins pour le Ministère, sa visite impromptue.
Dernière modification par William Vanberg le 3 janvier 2018, 20 h 46, modifié 1 fois.