Bureau de la directrice

Inscription
Connexion

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Miles se plaisait à Gryffondor. Il y avait fait ses études, et désormais il faisait partie de l’équipe directrice de la maison. Lui qui avait trouvé quelque réconfort au sein de cette autre famille durant sa jeunesse, il était heureux de voir que rien n'avait changé. Il n’était que professeur affilié à cette maison et pourtant, il se sentait Gryffondor à part entière. Il trouvait un sens plus profond à toutes ces histoires de maison, depuis qu’il avait pris du recul. Il comprenait de mieux en mieux le choix du choixpeau. A l’époque, il n’y avait guère prêté plus attention, ou pensait que ce n’était que des paroles dénuées de fondement. Seulement, ce vieux chapeau gagnait en crédibilité plus le temps passait.

Miles était professeur depuis quatre bon mois à Poudlard et commençait à avoir sa petite réputation auprès des élèves – ainsi qu’auprès de ses collègues. Il avait su s’adapter et trouver sa place au sein de ce grand château. Il faisait de son mieux afin d’être irréprochable. Il avait su conserver le secret qui planait sur lui, et arrivait même à se sentir bien. Lui qui savait ô combien sa liberté était menacée arrivait à en faire abstraction. Cet environnement lui rappelait quelque peu le camp en Finlande où il avait étudié : il se sentait comme coupé du monde, intouchable, introuvable. Il n’était pas le seul à profiter de ce lieu isolé ; Miles savait que ses collègues avaient tous des secrets qu’ils préféraient taire.

Avachi sur son fauteuil, Miles divaguait. Il fumait une cigarette et songeait à ce que cette lettre faisait sur son bureau. Elle n’en disait pas beaucoup, mais n’en était pas moins intrigante. Kristen Loewy, directrice de Poudlard, souhaitait s’entretenir avec Ainsworth et lui avait envoyé le mot de passe donnant accès à son bureau. Seulement, il redoutait cet instant. Il ne savait pas véritablement à quoi s’attendre avec cette femme. Il n’avait eu que de courtes conversations avec elle, et savait qu’elle entretenait une relation secrète avec un sorcier considéré comme une légende. Elle n’était décidément pas normale et Miles ne voulait pas s’attirer plus d’ennuis. Il acheva sa cigarette et, d’un air résolu, il se leva et se décida à affronter sa supérieure.

Il sortit de son bureau et emprunta les escaliers. Plus il se rapprochait, plus la question lui taraudait l’esprit. Il secoua brièvement la tête une fois face au passage menant au bureau de la directrice. Il fit abstraction de ce à quoi il pensait et déterminé à comprendre la raison de cette entrevue inopinée, il marchait d’un pas assuré jusqu’à la statue et prononça distinctement le mot de passe :

« Tempus fugit. »

Les rouages d’un mécanisme se déclenchèrent et Ainsworth se rendit sur l’escalier qui le hissa jusqu’au bureau de Kristen Loewy. Il arriva face à la porte qui était le dernier obstacle. Il toqua, et entra dans la pièce. Le professeur de Métamorphose aperçut sa supérieure et sur un ton poli, il la salua :

« Bonsoir professeur Loewy, vous souhaitiez me voir ? »

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Diriger une école de sorcellerie si grande que Poudlard impliquait une certaine organisation. Les professeurs, choisis avec une certaine minutie parmi les meilleurs sorciers candidats aux postes proposés, étaient pour la plupart des gens ô combien occupés, qui devaient parfois faire leurs valises au milieu de l’année pour x ou y raison personnelle. Les élèves parlaient parfois de la « valse des professeurs ». C’était un fait compliqué à gérer : il fallait se montrer prévoyant, parfois plusieurs mois à l’avance. En l’occurrence, c’était le départ du professeur Grayce qui avait chamboulé l’organisation de la Maison Gryffondor. Il avait semblé qu’Erin avait eu affaire avec le Ministère, et cela ne concernait en aucun cas Kristen, qui trouvait l’histoire un peu étrange. En attendant de prendre une décision concrète, la direction de Gryffondor avait été laissée dans le flou, à moitié gérée par la sous-directrice et par Miles Ainsworth, que l’on associait aussi à cette Maison. Cependant, il était plus que temps que la situation devienne claire, pour le bon fonctionnement de chaque partie de l’établissement. Ainsi donc, la suite logique était que le professeur Ainsworth prenne la direction de la maison des Rouge et Or.

La lettre invitant le professeur Ainsworth à ce rendez-vous avait été rédigée sur un ton très formel, purement professionnel. Si la directrice de Poudlard ne connaissait pas beaucoup le jeune professeur de métamorphose, leur dernière entrevue privée l’avait convaincue de tenir ses distances avec cet homme, qui risquait autrement de se poser un peu trop de questions. Lorsque Miles entra dans la pièce, Kristen était assise derrière son bureau, les jambes croisées, tapotant le bout de sa plume contre le rebord de l’encrier, songeant à la meilleure façon de répondre à une missive urgente. Elle leva les yeux, d’abord vers l’aigle qui trônait au-dessus de sa porte, puis elle observa le jeune professeur d’un air songeur.


« Bonsoir, dit-elle en se levant. »

Elle hésita quelques secondes à serrer la main de son collègue. Toujours gantée, sa main droite était à son goût trop souvent exposée aux poignées de mains : et c’était bien l’une d’elles qui l’avait trahie auprès d’Arseni Stoyanov. Elle serra néanmoins mollement et brièvement la main de Miles, se rassit et ferma quelques dossiers qui traînaient sur son bureau, les repoussant avec négligence.

« En effet, j’ai une proposition à vous faire. »

La directrice de Poudlard fixa le professeur de Métamorphose et reporta son attention sur sa plume, qu’elle plaça de façon à ce qu’elle soit parallèle au bord de la table. Relevant les yeux vers son interlocuteur, elle dit avec une platitude extraordinaire dans la voix :

« Comme vous le savez, Gryffondor est actuellement en manque d’un directeur de Maison. Nous pensons que vous avez les qualifications requises pour assurer ce rôle. Qu’en dites-vous ? »

Elle fit une pause et reprit, avec un petit sourire en coin :

« Oh, bien entendu, vous devez avoir des questions. »

Kristen posa les coudes sur son bureau et croisa les doigts, attendant les questions – ou la réponse - du professeur Ainsworth, désireuse de régler cette affaire rapidement.

Moi, je suis en quelque sorte un philosophe. Mon sujet d'étude, c'est vous. Je fais des recherches sur vous, votre vie, votre âme.

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Kristen lui serra la main, et sans perdre une seconde, aborda le réel sujet de cette entrevue. Il s’agissait d’une femme occupée ; elle n’avait guère de temps à perdre, et encore moins avec autrui. C’était d’ailleurs ce qui avait étonné Miles en voyant la lettre sur son bureau. Ne faisant pas durer le suspense, Miss Loewy parla d’une proposition. Ainsworth ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. Le doute planait. Les suggestions qui flottaient dans son esprit s’effaçaient à mesure qu’il réfléchissait. Cela avait forcément un lien avec Poudlard. Il ne lui fallut pas plus d’un instant pour comprendre, et sans plus attendre, Kristen ajouta :

« Comme vous le savez, Gryffondor est actuellement en manque d’un directeur de Maison. Nous pensons que vous avez les qualifications requises pour assurer ce rôle. Qu’en dites-vous ? »

Lui, Directeur de Gryffondor ? Il avait déjà songé à l’éventualité, et s’était déjà imaginé quelques scènes où il se trouvait dans ce rôle. Cependant il existait une différence entre la réalité et ses rêveries. Serait-il capable d’assurer ce rôle ? Il en était persuadé ; seulement, au fond de lui, il ne savait pas si ça restait une bonne idée. Il était bien dans le simple rôle de professeur et n’avait pas envisagé de s’éterniser à Poudlard. Kristen ajouta qu’elle attendait des questions. Miles en avait une. Une interrogation lui taraudait l’esprit et le dérangeait. A quoi s’engageait-il réellement en devenant directeur de maison ? Tout le monde savait que Poudlard n’était pas une école comme les autres, ce qui impliquait probablement des engagements plus prenants.

Miles se trouvait face à sa supérieure qui attendait toujours la moindre question, et surtout la réponse à sa proposition. Le professeur de Métamorphose se plaisait à Poudlard, alors peut-être était-il temps de gravir les échelons. Son choix était presque fait, cependant Ainsworth ne s’engageait jamais à la légère, et aimait faire les choses correctement. Il
ne voulait pas regretter et songeait à chaque éventualité qui pourrait le faire changer d’avis. Quoi qu’il en fut, le finlandais s’adressa à Miss Loewy :

« J’aimerais d’abord savoir à quoi je m’engage réellement, si je choisis d’assumer cette responsabilité ? Je n’aime pas les mauvaises surprises, acheva-t-il sur un ton neutre. »

Miles attendit la réponse de son interlocutrice. Il ne savait pas vraiment où le mènerait cette opportunité mais il s’y intéressait de plus en plus. Après tout, ce n’était sûrement pas une tache insurmontable.

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Kristen sourit derrière ses doigts croisés. Elle ramena quelques autres papiers au centre de son bureau, bien face à elle, et baissa les yeux sur toute cette paperasse. Elle expliqua :

« Personne n’aime les mauvaises surprises... Un directeur de Maison se doit d’être disponible pour ses élèves, premièrement : vous semblez déjà remplir ce rôle. Vous aurez également la responsabilité de vos élèves, c’est-à-dire que vous serez chargé de la discipline mais aussi de l’orientation des enfants. Par ailleurs, vous devrez veiller à l’organisation de Gryffondor, notamment en nommant vos préfets, le capitaine de l’équipe de Quidditch – que vous pourrez également conseiller, aider à propos des entraînements… C’est un travail qui demande beaucoup d’investissement, mais je suis certaine que vous en serez capable, vous me semblez assez... vif d’esprit. »

La directrice de Poudlard se tut et fit peser sur lui un regard lourd de sens durant quelques instants, ses lèvres dessinant un petit sourire malicieux. Se ressaisissant, elle prit plusieurs papiers sur son bureau et les tendit au professeur Ainsworth. C’était de la paperasse disant en des termes longs et incompréhensibles ce qu’elle venait de résumer en quelques mots. Mais bon, c’était la procédure.

« Tout est là. »

Kristen était elle aussi passée par là. Etre directrice de Gryffondor avait été une expérience enrichissante, qui lui avait permis de se rapprocher de ses élèves, mais aussi de retrouver un vent de fraîcheur en se remémorant ses jeunes années à Poudlard, et plus particulièrement dans la Maison des Rouge et Or. Elle avait été une élève discrète, se demandant toujours un peu ce qu’elle pouvait bien faire dans un groupe d’élèves que l’on disait turbulents, de véritables machines à se créer des ennuis. Elle se serait plutôt vue à Serdaigle, avec ces rats de bibliothèque, mais en grandissant, elle avait compris qu’elle était une véritable Gryffondor – avec tout ce qui lui était tombé dessus et qu’elle avait encaissé, toujours, courbant parfois le dos mais en ressortant grandie. Pourtant, aujourd’hui encore, seuls ceux qui la connaissaient bien – ils étaient rares – pouvaient comprendre pourquoi Kristen avait été à Gryffondor et non à Serdaigle.

Cela la ramena vers Miles, qui avait été, lui aussi, élève à Gryffondor. Si Kristen ne s’était jamais sentie spécialement proche de ses camarades de Maison à l’époque où elle était élève, il y avait bien ce fond commun à tous les « enfants du courage ». Elle sonda le jeune professeur de Métamorphose, se demandant si vraiment, elle pouvait avoir le moindre point commun avec lui.

Moi, je suis en quelque sorte un philosophe. Mon sujet d'étude, c'est vous. Je fais des recherches sur vous, votre vie, votre âme.

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Miles, face à Kristen, restait plutôt discret. Il ne montrait pas une once de joie ou de satisfaction ; il ne savait pas véritablement ce qu’il ressentait en ce moment et ne s’autorisait en aucun cas cela face à sa supérieure. Quoiqu’il en fut, Miss Loewy lui répondit. Elle avait le don pour parler de façon à ce qu’on se demande toujours s’il n’y avait pas un peu de sarcasme et d’ironie dans ses propos. Elle avait une façon bien à elle de s’exprimer qui confirmait la prestance dudit personnage. Miles l’écouta et analysa ses propos tout en la regardant.

Il était vrai qu’Ainsworth, ces derniers temps, devenait de plus en plus intégré à la maison rouge, et occupait son temps libre en participant à la gestion de la maison en apportant son aide aux Préfets. En acceptant de prendre la direction de Gryffondor, il officialiserait sa position, mais devrait s’occuper de l’ensemble des tâches à accomplir. Désormais, ce serait lui qu’on irait accuser d’un dysfonctionnement ou problème au sein de la maison. Ainsi, il devrait prendre au sérieux cet engagement. De toute manière, Miles ne comptait pas partir de suite, et plus il songeait à cette opportunité, et il plus elle l’intéressait. Il ne voyait pas en quoi il ferait un mauvais directeur. Peut-être était-ce son ambition qu’il ne pouvait refouler qui s’exprimait, cependant devenir directeur de maison lui ferait une position confortable à Poudlard, dans laquelle il arriverait sûrement à s’épanouir.


« Tout est là. »

Il prit les documents que lui tendit la directrice et les consulta, avec attention. Tandis qu’il signait le contrat qui lui attribuerait les fonctions officielles de directeur de Gryffondor, il s’adressa à Kristen :

« De toute façon, je vous fais confiance, dit-il en esquissant un bref sourire. »

Bien qu’il savait pertinemment qu’il ne pouvait avoir totalement confiance en cette personne, il lui avait semblé amusant de rétorquer de cette façon. Il avait lu les documents, tout semblait clair. Le petit discours de Kristen avait confirmé sur ce qu’il pensait du poste qu’on lui proposait. Légèrement entousiaste par rapport à cette nouvelle, Miles y voyait de nouvelles perspectives et avait hâte d’être de se mettre au travail. Son esprit ne savait être trop occupé, alors il ne refuserait jamais ce genre d’opportunité. Il ajouta à Kristen une dernière chose qui lui traversa l’esprit :

« Je ferai de mon mieux pour mener à bien ma nouvelle tâche, soyez-en sûre. »

26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Kristen ne put s’empêcher de sourire quand son collègue affirma qu’il avait confiance en elle. Lui-même était sans doute volontairement entré dans le jeu de l’ironie. Il n’était peut-être pas si mauvais. Alors qu’elle entreprenait de récupérer quelques uns des papiers, qu’elle devait garder avec elle, l’officiellement nouveau directeur de Gryffondor ajouta qu’il ferait de son mieux pour faire son travail. Kristen ne réagit que par un petit sourire entendu : il avait en effet plutôt intérêt à faire de son mieux ; elle qui avait une légère tendance à exécrer les tire-au-flanc.

Elle se tut quelques instants, hésitante. Si elle se souciait assez peu - voire pas du tout - du regard que l’on pouvait poser sur elle et sur ses agissements, elle voyait pourtant dans cette entrevue une occasion, non pas de se justifier, mais de mettre les choses au… un peu moins obscur. Sa situation, en effet, ne pouvait devenir claire sous aucune lumière. C'était aussi parce qu'il était adepte de la métamorphose, et qu'il avait potentiellement les capacités d'en apprendre plus sur certaines choses, qu'il était préférable d'aborder vaguement le sujet avec Ainsworth.


« Je n’ai que très peu d’intérêt pour ce que les gens pensent de moi, professeur Ainsworth. Ne voyez donc pas dans mes paroles la moindre tentative de justification. Il est vrai, vous l’avez tout à fait compris me semble-t-il, que j’ai des fréquentations assez peu recommandables. Sachant cela, vous seriez idiot de me vouer une confiance aveugle – ce n’est donc pas ce que je vous demande. Je préfère que le monde se méfie de moi plutôt qu’il soit naïf, même si cela m’est défavorable : au moins ne tombera-t-il pas là où je suis tombée moi-même. »

Kristen croisa les doigts, fronça les sourcils et se pencha plus en avant sur son bureau.

« Mais j’en viens au fait. Si je ne peux me justifier maintenant avec de simples mots, sachez que mes actes, si peu glorieux soient-ils, le feront pour moi plus tard. Libre à vous de me croire sur ce point, ou non. »

Pour une fois dans sa vie, elle savait précisément ce qu’elle faisait avec cette fameuse ‘‘fréquentation peu recommandable’’. Elle avait échafaudé tout un plan où la justice finirait par triompher. Elle voyait, à vrai dire, dans Bal une relation plus utilitaire que sincèrement dévouée – et ce sentiment était probablement réciproque, sous un voile d’autres sentiments purement artificiels.

Kristen Loewy avait d’ailleurs cette manie d’être honnête d’une façon étrange : jouant entre l’ironie et les non-dits, elle parvenait à dissimuler ses plus noirs secrets sans jamais abuser du mensonge. Cette habileté linguistique lui permettait à la fois de ne pas salir le peu de bon fond qui lui restait, mais aussi de susciter chez ses interlocuteurs une admiration tant qu’une exaspération certaine.

Elle observa Miles Ainsworth, jeune et fier nouveau directeur de l’illustre Maison de Gryffondor, dont elle avait elle-même été directrice, et attendit une réponse ou une non-réponse équivoque. Elle, en tout cas, en avait terminé et avait dit ce qu’elle avait à dire.

Moi, je suis en quelque sorte un philosophe. Mon sujet d'étude, c'est vous. Je fais des recherches sur vous, votre vie, votre âme.

#2 - « Rien n’est permanent, sauf le changement. »  Pv 

Miles avait comme l’impression de porter un masque devant sa supérieure. Il jouait au naïf et influençable et pourtant, il se méfiait bel et bien de son interlocutrice. Elle cherchait des explications à donner d’assez satisfaisantes afin d’apaiser les soupçons, et disait ne pas se justifier sur ses actes qui laissaient perplexe le jeune professeur. Il en ignorait bien plus qu’il ne le pensait, mais elle n’était pas la seule personne à mener un genre de double vie. Miles s’y connaissait particulièrement et se doutait pertinemment ne pas être le seul de ses collègues à omettre quelques détails compromettants les concernant.

Aux dernières nouvelles, il était loin d’être idiot et de vouer une confiance aveugle à Kristen. Rien que de savoir qu’elle entretenait une relation privilégiée avec le dénommé « Aigle Rouge » lui indiquait qu’il existait pléthore de questions sans réponses au sujet de la nouvelle Directrice de Poudlard. Cependant, comme elle lui avait dit lors de leur précédente mystérieuse entrevue : son heure n’était pas venue. Quoiqu’il en fût, elle reprit la parole, ce qui attira l’attention de Miles une dernière fois
.

« Mais j’en viens au fait. Si je ne peux me justifier maintenant avec de simples mots, sachez que mes actes, si peu glorieux soient-ils, le feront pour moi plus tard. Libre à vous de me croire sur ce point, ou non. »

Miles n’avait pas envie de s’immiscer dans la vie tumultueuse de sa supérieure, seulement, elle l’intriguait – et d’autant plus en écoutant ses propos. Qui se cachait donc réellement derrière Kristen Loewy, seulement âgé de trente-sept ans ? Quelqu’un saurait-il percer à jour ses sombres secrets ? S’il y en avait, ce devrait être cet homme légendaire dont les contes et les rumeurs extrapolaient sûrement le personnage. Miles restait suspicieux mais n’avait guère intérêt à creuser davantage ses hypothèses. Il le savait et ne se laisserait pas tenter. Après tout, il avait d’autres problèmes auxquels se soucier ; mais fouiner chez les autres est tentant lorsqu’il s’agit de fuir ses tourments. Il s’exprima sans plus attendre :


« Oh, mais je ne veux que vous croire, professeure Loewy. »

Ainsworth n’avait pas oublié la raison première de sa venue ici. Il venait d’être nommé Directeur de Gryffondor. Jamais il n’aurait cru se sentir aussi bien à Poudlard et jamais il n’aurait cru être aussi satisfait de cette promotion qui, si on lui en avait parlé il y a quelques années, ne l’aurait sûrement pas intéressé. Comme quoi, le temps changeait indéniablement chacun d’entre nous et parfois de façon brutale. Ne voulant pas se confronter davantage à Kristen tout en profitant de sa satisfaction à l’idée de prendre sous son aile les Gryffons, il préférait s’éclipser. Ainsi, il regarda Kristen qui était toujours derrière son bureau et adressa la parole une dernière fois.


« Si vous n’avez plus besoin de moi, je vais retourner dans mes bureaux. Merci encore de me laisser ainsi ma chance, acheva-t-il en lui serrant la main avec sincérité. »



26 ans et déjà à la retraite !
« La vie se présente à nous comme une certaine évolution dans le temps et une certaine complication dans l'espace. »