Sainte-Mangouste

Inscription
Connexion

Rendez-vous hospitalier  PV 

Sara sortait du Chaudron Baveur, enfilant un gros gilet gris sur ses épaules. Le temps était très changeant en ce mois de novembre, et parfois, la jeune femme ne savait même plus comment s'habiller. Étant très frileuse, la patronne du Chaudron Baveur faisait tout pour ne jamais avoir froid, aussi, même en été, elle gardait à proximité une petite veste pour se couvrir. En ce moment, c'était vraiment très dur, un coup elle avait trop chaud, un autre coup elle avait trop froid... La jeune femme n'arrivait jamais à trouver la température idéale, et cela pouvait être très dérangeant par moment. Le ciel était clair aujourd'hui, mais le vent était là pour bien rappeler aux gens qu'ils venaient d'entrer en automne. Celui-ci faisait d'ailleurs claquer les dents à Sara. Il valait mieux qu'elle se dépêche à se rendre à son rendez-vous, plus vite elle y serait, et mieux elle se sentirait.

Après un long trajet -Sara évitait de transplaner, cela pouvait être mauvais pour le bébé et elle ne souhaitait pas prendre de risque-, la jeune femme arriva enfin à destination. Le but de sa visite à Sainte Mangouste était simple, le docteur Wills, son gynécologue, lui avait donné un rendez-vous de routine. Histoire de voir si tout allait bien chez le bébé qui viendra au monde d'ici quelques mois et notamment s'il était déjà possible d'en savoir le sexe. De ce côté-là, Sara ne se faisait pas trop d'illusions, elle était loin de son quatrième mois et savait bien que le docteur ne parviendrait pas encore à savoir s'il s'agissait d'une fille ou d'un garçon. Et puis au fond, peu lui importait de savoir, la patronne du Chaudron Baveur ne souhaitait pas un sexe spécifique, du moment que son enfant était en bonne santé, tout lui convenait.

Sara n'attendit pas plus de 15 minutes dans la salle d'attente, elle était arrivée en avance, cela voulait dire que pour une fois -et cela revenait presque du miracle-, le médecin n'était pas en retard. La trentenaire se leva donc à l'appel de son prénom, salua le gynécologue et s'installa dans la salle. Tout se passait apparemment très bien, il n'y avait rien d'anormal chez l'enfant, et comme elle s'y attendait, la nature du bébé ne pouvait pas encore être dévoilée. Cependant, le médecin informa la jeune femme qu'il s'agirait peut-être d'une fille. Il n'en était pas sûr et lui avait également précisé qu'il ne valait mieux pas commencer à acheter des vêtements roses et que par conséquent, il se trompait peut-être.


« Nous aurons probablement la confirmation à notre prochain rendez-vous. Une visite lorsque vous serez à environ 4 mois et demi serait parfait. »

Sara hocha la tête et ensemble ils convinrent une nouvelle date. Pensant que son mari devait crouler au Chaudron Baveur -elle lui avait gentiment demandé de prendre sa place le temps pour elle d'aller à son rendez-vous-, elle décida de ne pas traîner. Bien sûr, elle se doutait que ses clients étaient tout de même bien servis, même si son mari n'était pas très doué pour être derrière un bar, la jeune femme savait qu'elle pouvait compter sur son nouveau serveur, Jake Freeman. Ce dernier avait fait ses preuves et il s'était avéré être un atout pour le Chaudron. Il était simple, rapide, et efficace, de quoi bien satisfaire la gérante.

Alors qu'elle quittait la salle et qu'elle se rapprochait petit à petit du Hall d'entrée, la jeune femme remarqua quelque chose d'assez bizarre. Un enfant. Seul. Où se trouvaient ses parents ? C'était quand même dingue le nombre d'adultes qui laissaient leurs enfants sans surveillance. Intriguée et n'ayant surtout pas envie qu'il arrive malheur à cette petite -ne sait-on jamais-, Sara décida de prendre un peu plus de temps que prévu. Elle s'approcha donc de la fillette, d'un pas assez déterminé.


« Bonjour, tu es seule ? »

Code couleur : #b7612c

Rendez-vous hospitalier  PV 

C'était un jour comme un autre pour la plupart des élèves de Poudlard sauf peut-être pour Yuzu qui avait un rendez-vous à St-Mangouste. Elle avait pris le train en début de semaine et sa mère l'avait récupérée à la gare et elle passerait la semaine à l'hôtel avec sa mère. Si le temps était maussade , les quelques rayons de soleil automnal traversant les grandes fenêtres étaient des plus agréables. Yuzu se préparait dans la suite moldu que sa mère avait louée toute l'année. La Japonaise se rappela de la veille ou celle-ci était restée silencieuse et froide comme a son habitude. Elle était restée dans sa chambre toute la journée et n'avait même pas vu, une once de soleil. Alors quand elle serra son nœud de cravate pour finaliser son tailleur fait sur mesure, elle profitait en même temps du moindre rayon qui pouvait atteindre sa peau. Cela lui réchauffait aussi le cœur suite aux évènements qu'elle avait vécus dernièrement. Elle sortit alors de la suite et se mis en direction du hall d'entrée ou son chauffeur l'attendait. Elle le suivit toujours silencieusement accompagnée de deux membres de la société de son père. Elle entra dans la voiture puis se laissa guider à travers Londres pour finalement s’arrêter devant un bâtiment à allure étrange. C’était donc ça l'hôpital st mangouste ? Yuzu sorti de la voiture seule, bien qu'elle ne l'était pas vraiment les deux employés prêts à intervenir au moindre signe de danger. Le véhicule se remit donc en route laissant Yuzu pour le reste de l'après-midi à l'hôpital. Elle sortit une baguette réglisse de la poche de son manteau avant de se présenter a l'accueil.

"Bonjour, j'ai rendez-vous avec la cellule psychologique, je suis Ame Yuzu"

Bien que la petite Japonaise soit sur la pointe des pieds, sa tête dépassait à peine le comptoir. La réceptionniste la fit patienter un petit instant avant de lui répondre.

"Bonjour, Mademoiselle Ame, nous vous attendions, votre psychologue m’a chargée de vous dire qu'il a un retard de trois heures. Je vous prierai de bien vouloir l'attendre ici s'il vous plait"

Yuzu roula les yeux au ciel et ne pouvait s’empêcher de penser *Genial...* l’après-midi de la petite oriental aller être longue, elle s'assit sur une chaise libre et commença a attendre en rêvassant de tout et de rien. Elle pensait au crapaud d'un camarade à elle, mais aussi de poudlard, enfin tout ce qui pouvait passer par la tête d'une petite fille de onze. Les minutes tournaient et elle commençait a s'agiter sur ça chaise imaginant ses chaussures se transformer en botte avec un sortilège de métamorphose et s'imaginant sauter d'une flaque a l'autre. L'ennui commençait a pesait sur la fillette, mais il fut rompu par une jeune femme qui venait lui parler.

« Bonjour, tu es seule ? »

"Bonjour, heu... oui, vous êtes... ?"

La petite japonaise cherchait ou elle avait déjà pu voir ce visage tout en acquiesçant à la question de la jeune femme, mais elle n'arrivait pas à se rappeler où elle l'avait vue. Elle afficha un sourire sur son visage qui était jusque maintenant sans expression. Si elle n'était pas du genre bavarde elle ne rejetterait surtout pas un peu de compagnie pour passer un peu le temps qui commençait a devenir long. ça faisait à peine trente minutes qu'elle était arrivée et elle commençait déjà a s'ennuyer a mourir, alors de voir un visage qui lui semblait familier égayer un peu son après-midi.

Reducio

en souligné le défi de novembre de la cabane de cristal

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rendez-vous hospitalier  PV 

Sans qu'elle ne demande l'autorisation à la demoiselle qu'elle avait interrogée, Sara prit place sur une chaise à côté d'elle. La jeune femme ne parvenait décidément pas à comprendre comment cette fillette, qui ne devait être pas plus âgée que 12 ans, se retrouvait seule dans un hôpital, ou tout pourrait arriver. Les gens de nos jours étaient tellement imprévisibles et mal intentionnés... Heureusement, Sara ne faisait pas partie de ces gens-là, bien loin de là même. C'était tout à fait le contraire. Elle fondait devant les enfants et faisait toujours de son possible pour les satisfaire eux, avant même leurs parents. Ils étaient si adorables à ses yeux, d'ailleurs, parfois elle se demandait pourquoi elle avait attendu aussi longtemps pour en avoir un à elle. Elle avait si hâte de le tenir dans ses bras... Revenant à la réalité, elle constata que la petite fille répondait à sa question... par une autre question.

« Je m'appelle Sara Jenkins. Je travaille au Chaudron Baveur, tu as certainement déjà dû me voir si tu y es allée, non ? Je suis toujours derrière le bar, et parfois j'offre des patacitrouilles aux enfants qui le méritent ! »

Sara ne se rappelait pas avoir déjà vu sa petite tête, en même temps il fallait dire qu'elle n'avait pas très bonne mémoire, surtout lorsqu'il s'agissait de retenir la tête de ses clients. Chaque jour, elle recevait beaucoup de monde dans son Pub, certains ne passaient par-là uniquement pour se rendre au Chemin de Traverse, d'autres venaient une fois tous les 36 du mois pour manger un bon petit repas -d'ailleurs le menu entier avait été revisité depuis son arrivée, et les clients avaient l'air de beaucoup apprécier, à ce qu'elle avait entendu dire- , et encore d'autres venaient assez régulièrement pour boire, louer une chambre ou prendre un repas. Ces derniers étaient beaucoup plus simples à retenir, Sara voyait leur visage assez régulièrement, et il arrivait même, parfois, qu'elle discute avec certains d'entre-eux, quand ils n'avaient pas un coup dans le citron.

Il était fort probable que la petite demoiselle qui se trouvait en face d'elle soit déjà venue au Chaudron Baveur. Bien qu'on pouvait quand même avoir quelques doutes. La famille de la petite avait l'air d'être une famille aisée au vu de la tenue que cette dernière portait. Elle était très classe et il était finalement pas si probable que ça qu'elle vienne dans un « bar miteux ». En tout cas, c'est ce que diraient les personnes de la haute société qui ne côtoyaient uniquement que les restaurants quatre étoiles et qui louaient des hôtels/maisons ou que sais-je avec une piscine d'intérieur et d'extérieur, s'il-vous-plaît. Enfin, ce n'était pas bien de juger les gens et Sara ne se le permettait pas d'ailleurs. Elle détestait les gens qui faisaient ça sans connaître l'histoire de la personne avant, et ce n'était pas maintenant qu'elle commencerait. Tentant de se concentrer davantage sur la petite fille, la jeune femme afficha à son tour un sourire qui se voulait rassurant sur son visage. Elle ne voulait pas que la fillette prenne peur et alerte les secours qu'une femme voudrait la kidnapper, ou pire encore !


« Et toi, comment t'appelles-tu ? Tes parents ne sont pas avec toi ? »

Code couleur : #b7612c

Rendez-vous hospitalier  PV 

« Je m'appelle Sara Jenkins. Je travaille au Chaudron Baveur, tu as certainement déjà dû me voir si tu y es allée, non ? Je suis toujours derrière le bar, et parfois j'offre des patacitrouilles aux enfants qui le méritent ! »

Évidement que Yuzu y était allé et plus d'une fois, son visage s’éclaira quand elle arriva a mettre un nom sur ce visage. Elle rougit un petit peu avant de répondre que celle ci était aller et que sa mère adorait le chaudron baveur. Quand celle ci était jeune elle y passer beaucoup de temps malgré le fait que celui ci pouvait paraitre sale pour certaines personnes, la convivialité qui y régnait faisait bon vivre et c'est cela que la mère de la Japonaise recherchait. Elle regardait la patronne avec beaucoup d'admiration et se sentait tout à fait a l'aise en sa présence. Ce qui il faut l'avouer n'était pas le cas de tout le monde, il était même rare que la japonaise laisse apparaitre un visage chaleureux remplit de joie. La patronne du chaudron enchaina alors

« Et toi, comment t'appelles-tu ? Tes parents ne sont pas avec toi ? »

Le visage de Yuzu s’éteignait, elle se mit a regarder vers le sol tout en pensant à ses parents qui étaient tout deux bien loin en ce moment. Si son père avait une excuse car il était resté au japon, sa mère n'en avait pas. Elle se souvint des paroles de la veille que celle ci lui avait dit avant de partir pour la France. La fillette comprenait totalement pourquoi elle s'était absentée mais elle éprouvait le besoin d’être auprès d'elle. Son petit visage maussade laissa apparaitre un œil remplis de larme. Pour une raison mystérieuse la petite japonaise ne pleurer que de l’œil gauche et cela depuis sa naissance. Elle sécha la seule larme qui coulait à l'aide de sa manche avant de répondre a la question.

«Pardon je suis Yuzu Ame... Non mon père est au japon et ma mère a du partir en France... elle ne pouvait pas annuler » elle marqua une petite pause se plongeant encore une fois dans ses pensées avant de reprendre « Mais vous zinquiétez pas je suis plus en sécurité ici qu'a Poudlard »

Elle ré-afficha un sourire tout en sortant deux chocogrenouille et une baguette réglisse de son petit sac, elle en proposa à son interlocutrice avant d'ouvrir la sienne. elle se demander pourquoi ils avaient pas fait une série limitée avec des crapauds a la place, plus de chocolat ne pouvait pas faire de mal surtout pour pâque. elle regarda la porte fenêtre a l'entrée qui laissait passer quelque rayon automnal mais son regard se replongea dans celui de Sara après avoir vue un homme avec des bottes horrible rentrer en la dévisageant.

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rendez-vous hospitalier  PV 

Sara fut légèrement étonnée de la réponse de la petite fille qui se trouvait à côté d'elle lorsqu'elle lui raconta qu'elle travaillait au Chaudron. Apparemment, cette dernière y était déjà allée et sa mère adorait le petit pub. Cela faisait très plaisir à la gérante, se dire que son bar plaisait au gens la rendait tellement contente et lui donnait envie de l'améliorer davantage. Depuis qu'elle était arrivée, elle tentait d'innover un peu, de donner un coup de neuf à son chaudron. Elle avait par ailleurs refait la totalité du menu, et avait refait un peu la décoration. Sara reporta son attention sur la jeune demoiselle, celle-ci, qui rougissait quelques secondes auparavant semblait être à présent plus à l'aise avec la jeune femme. Peut-être parce qu'elle se trouvait avec une personne qu'elle avait déjà rencontrée, et que comme son visage lui était familier, elle avait pris un peu plus de confiance et se sentait moins gênée.

Lorsque le regard de l'enfant se dirigea vers le sol, Sara comprit aussitôt qu'elle avait touché un point sensible. Son regard n'était plus aussi souriant que quelques secondes auparavant, celui-ci s'éteignait petit à petit. La jeune femme ne savait pas ce qui se passait dans la vie de la demoiselle, mais à en voir sa réaction, elle devinait qu'elle n'était pas très heureuse. En tout cas, à en voir son comportement, c'est ce qui se laissait croire. Sara remarqua, après une auscultation de loin que quelques larmes remontaient à la surface. D'un revers de manche, la fillette essuya les gouttelettes et répondit à la question que lui avait posée Sara. Elle comprit alors pourquoi Yuzu -c'est ainsi qu'elle se prénommait- n'était pas dans son assiette. Vivre loin de ses parents ne devait pas être quelque chose de cool. La gérante n'avait jamais connu ça, mais elle tentait d'imaginer la douleur qui envahissait cette petite. À son âge, elle n'aurait certainement pas apprécié que ses parents la laissent seule tant elle était attachée à eux.


« Je pense comprendre ce que tu ressens, ça ne doit pas être facile. Tu es une jeune fille très forte, et je t'admire pour le courage dont tu fais preuve. »

Sara offrit son plus beau sourire à Yuzu Ame. Son sourire se voulait réconfortant, elle se sentait triste et coupable de l'avoir mise dans cet état. Mais d'un autre côté, elle ne pouvait pas savoir que la fillette endurait. Sara regardait ses pieds à son tour, légèrement gênée par la situation. Elle avait jeté une sorte de froid sur la conversation et peut-être serait-il difficile à reprendre le cours de la conversation sans malaise. Elle réfléchissait à ce qu'elle allait dire, sans faire de gaffe cette fois-là. Yuzu Ame avait déjà versé bien trop de larmes à son goût. Voir un enfant pleurer lui brisait le coeur.

« J'imagine que tu n'es pas venue ici pour admirer les lieux, qu'est-ce qui t'amène ? »

Code couleur : #b7612c

Rendez-vous hospitalier  PV 

Yuzu appréciait de plus en plus la compagnie de Sara, bien que celle ci ne soit pas de son entourage proche elle avait su trouver les mots pour réchauffer un peu son cœur. A vrai dire elle n'avait pas souvent entendu ces mots de la part de quelqu'un, non pas qu'elle était mal aimée mais parce que la culture de son pays rendait les gens fiers et seule, sa mère, son grand frère et sa sœur arrivait à avoir ce genre de discours rassurant. Elle regarda la patronne du chaudron baveur dans les yeux et son œil gauche se remplis encore une fois de larmes. cette fois c'était loin d’être de la tristesse mélanger a un sentiment de solitude mais c'était de la joie. La fillette était heureuse et se sentie bien, a t'elle point que celle ci avait une envie terrible de prendre l'adulte dans ses bras, mais les codes et l’éducation la freinèrent suffisamment pour qu'elle reste tout simplement assise sur sa chaise souriant et remerciant la jeune femme pour les compliment que celle ci lui avait donnée. Le sourire que Sara affichait été fascinant et magnifique, Yuzu ne la lâchait plus des yeux, elle était comme fascinée par la jeune femme qui lui avait donnée une petit espoir et un soupçon de chaleur dans ce pays qu'elle jugée trop froid et trop loin de ses habitudes culturel.

La jeune femme repris la parole pour lui poser une autre question, a peine avait telle ouvert la bouche que la petite japonaise était pendu a celle ci.


« J'imagine que tu n'es pas venue ici pour admirer les lieux, qu'est-ce qui t'amène ? »

La fillette déglutie de peur de revivre intérieurement l'évènement qui était responsable de la visite. Elle fixa Sara dans les yeux et cligna deux fois les paupières, elle se repassait le soir d'halloween ou elle avait était forcée de rentrer seule dans la forêt et qu'elle avait fait, malgré elle, la rencontre avec un hippogriffe. son bras gauche commença à trembloter et elle l’arrêta à l'aide de sa main droite après en avoir prit conscience. Elle fini par rompre le long silence

« Je...je...je veux plus retourner a Poudlard c'est trop dangereux... »

La japonaise commença à sangloter, tout lui revenait en mémoire dans les moindre détails et tout était retransmit à l'oral. Elle ressentait tout ce qu'elle avait vécu ce soir la, même la douleur était en train de revenir, malgré que les blessures physique étaient complétement soignées. Le traumatisme était loin d’être passé et l'anxiété prit au fur et a mesure la place sur la somatisation de son esprit. Elle ne pouvait à présent plus regarder la jeune femme, elle était recroquevillé sur elle même, manquant à plusieurs reprise de tomber de sa chaise. Si le spectacle était loin d’être beau à voir, le personnel de l’hôpital ne semblait pas se préoccuper plus que sa de l'agitation en salle d'attente, Les médecins passaient devant sans y prêter attention, tandis que les autres se forçaient à détourner la tête comme si la fillette était folle. Cela pouvait, au moins donner l'occasion à la jeune maman de s'entrainer à calmer une crise d’angoisse.


Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rendez-vous hospitalier  PV 

Sara observait le visage de la jeune asiatique d’un œil attentif et plus ou moins perplexe. C’était à la fois dingue et amusant de constater en l’espace de quelques minutes seulement, le nombre de fois où cette dernière avait changé d’émotion. Lorsque l’œil gauche de Yuzu se remplit de larmes une deuxième fois –l’œil droit avait sûrement la flemme de pleurer-, Sara se maudit intérieurement. Comment pouvait-elle assumer son rôle de mère comme il le fallait si elle ne cessait de faire pleurer les enfants ? Certes, cette fois elle se doutait que ce n’était pas des larmes de tristesse, mais ça restait des larmes quand même. Dans tous les cas, voir la fillette dans cet état lui fendait le cœur, et elle n’avait qu’une hâte : que ça se termine.

Le regard persistant de Yuzu Ame sur Sara devenait de plus en plus gênant, ses pensées étaient telles qu’elle avait l’impression que Yuzu voulait manger la patronne. Bien sûr, elle savait qu’elle ne le ferait pas, à moins que la jeune fille était une cannibale et qu’elle cachait son identité à toute la population. Sara eu alors un frisson de dégoût, imaginant dans sa tête une scène de film d’horreur. Il ne lui fallut pas longtemps pour reprendre ses esprits, surtout lorsque la situation commença à dégénérer.

Yuzu regardait Sara, ses yeux étaient remplis d’un sentiment que Sara ne parvenait pas à comprendre. Quelques secondes plus tard, le bras gauche de la demoiselle commença à trembler, signe éventuel d’un traumatisme, laissant la jeune femme sans voix. Que se passait-il ? Avait-elle dit quelque chose de mal ? La patronne commença à s’en vouloir et à paniquer, que devait-elle faire, maintenant ? Yuzu arrêta les tremblements avec sa main droite, mais Sara se doutait que cela ne suffirait pas à calmer les gestes de l’enfant.


« Je...je...je veux plus retourner a Poudlard c'est trop dangereux... »

Yuzu commença à sangloter, cette fois-ci Sara était allée trop loin dans ses questions. Yuzu retransmettait les souvenirs qu’elle gardait à la future maman, lui racontant ainsi ses aventures dans la Forêt Interdite de Poudlard. Pour s’y être rendue elle-même à l’époque, Sara savait très bien ce que l’enfant pouvait ressentir. Lorsqu’elle avait réussi à s’en échapper, elle n’était pas ressortie indemne et avait gardé une cicatrice sur la hanche droite. Sara voyait bien que Yuzu avait été traumatisée par cet événement, notamment parce qu’elle était actuellement en pleine crise d’angoisse. La fillette venait de se recroqueviller sur elle-même, et manquait parfois de tomber de la chaise. Tentant de faire attention à elle et de trouver les mots afin de la calmer, Sara posa sa main sur son dos, histoire qu’elle ne tombe pas.

Autour d’elles, les gens ne semblaient pas se soucier de la santé de la petite. Peut-être pensaient-ils qu’elle jouait la comédie ? En tout cas, c’était tout à fait inadmissible. Les médecins passaient sans s’arrêter, les simples visiteurs détournaient le regard. Il était clair et net que la jeune femme contacterait le chef de l’hôpital afin de le prévenir qu’il avait engagé un personnel incompétent et ignorant. Heureusement que Sara était là pour elle. Quoi que c’était quand même elle qui avait provoqué tout cela.


« Tu n’as pas à t’en faire, tu es parfaitement en sécurité ici. »

Sara ne savait pas comment réagir face à cela, peut-être qu’en essayant de lui changer les idées elle parviendrait à se calmer ? Dans le doute, et surtout parce qu’elle n’avait pas d’autre solution en tête tant elle paniquait (elle n’avait pas l’air pourtant), elle tenta.


« Dis-moi, ça te dirait de manger une glace avec moi ? Enfin si tu as le temps bien sûr. Je ne sais pas quand est-ce que tu as rendez-vous avec ton médecin. Je sais qu’il y a un marchant pas loin d’ici, ça pourrait être sympa ! »

Il fallait avouer que Sara ne s’en sortait absolument pas du tout. Plus tard, elle était sûre qu’elle aurait un oscar, spécialement décerné pour la plus mauvaise mère de tous les temps.

Code couleur : #b7612c

Rendez-vous hospitalier  PV 

Sara faisait son possible pour aider Yuzu, mais elle semblait désemparée, timide ou encore mal à l'aise. Elle avait bien du mal a calmer la petite japonaise. Elle lui proposa même d'aller manger une glace avec elle. il fallut quelques minutes à la fillette avant de retrouver son calme, et une fois sortie de cette crise d'angoisse aiguë, elle fini par sécher ses larmes avant de prendre doucement la jeune femme dans les bras pour finir de se calmer. La fillette sécha son œil et approuva l'idée de la patronne avant de rajouter.

"Je vous aime bien, madame Sara" elle s’échappa des bras de son interlocutrice avant de continuer "mais vous pourquoi vous êtes ici ? vous avez pas l'air malade..."

La petite japonaise au cheveux roux était debout attendant la jeune femme, pour aller manger une glace comme elle lui avait proposée. Son psychologue était tellement en retard que finalement elle pouvait largement se permettre de sortir avec celle qui lui avait tenue compagnie avec gentillesse jusqu’à maintenant. Il était étonnant comment Yuzu arrivait toujours a changer d'un extrême a l'autre. Elle était de manière général timide et extrêmement réservée, ainsi que glaciale et désintéressée, mais il lui arrivée d’être totalement extraverti et chaleureuse quand elle était a l'aise avec les personnes. Sara répondit a la jeune fille, par une réponse qui lui donna le sourire. alors qu'elle se mit en direction de la sortie, il se passa quelques chose de totalement inattendu. Une jeune Anglaise d'une trentaine d'année venait d'arriver en transplanant, très bien habillée avec un petit sachet a la main. Elle marcha vers la japonaise d'un pas sur avant de l'attraper dans ses bras.

"Ma chérie !! ça c'est bien passé avec le professeur Grand ? Tiens je t'ai ramenée quelque chose à manger de France, je suis désolée de pas avoir pue me libérer avant. Tu va bien ? tu as pleurer ? Mais... où est Jason ?

Yuzu était de loin ravie, elle répondit alors aux questions de sa mère.

"Il a du retard et Jason est partie avec la voiture comme il devait, du coup madame Sara est restée avec moi, elle est très gentille, on aller même manger une glace, parce que j'étais pas bien"

Elle finit par lui expliquer tout ce qui c'était passer. Elisabeth car c'était bel et bien le nom de la mère de la japonaise, salua Madame Jenkins tout en la remerciant très sincèrement en ne manquant pas de se présenter, avant de demander à sa fille de sortir de l’hôpital et de l'attendre dehors. Se que Yuzu fit sans rouspéter, elle se tourna même vers celle qu'elle considérée comme sa "nouvelle amie" en lui montrant que ça aller chauffer un peu. Comme prévu ça ne manqua pas, Yuzu pue entre plutôt distinctement la voix de sa mère même depuis l’extérieur du bâtiments. Elle finit par sortir énervée en murmurant pour elle même "maintenant plus qu'a régler les pendules de cet incompétent de Jason" Elle se tourna alors vers la patronne du chaudron.

"Une chance que vous étiez la, comment vous remercier ? laissez moi vous offrir une glace ou quelque chose qui vous ferez plaisir." elle détourna son regard vers le ventre de la jeune femme avant de continuer en souriant le plus sincèrement "Vous ferez une excellente mère j'en suis sur" Si Elisabeth pouvait sans trop se risquer a prononcer ses mots c'était qu'elle avait un peut d’expérience après trois grossesses et savez encore reconnaitre une future mère, même si cela ne pouvait pas encore se distinguer franchement. La fillette était accrocher a sa mère toute souriante et commença a questionner la jeune patronne sur ce qui l'avait mener a reprendre le chaudron baveur, elle s’intéressait franchement a Sara, désirant en apprendre plus sur elle.Elle était totalement en confiance depuis que sa mère était rentrée

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rendez-vous hospitalier  PV 

Sara observait la jeune fille dans l’espoir qu’elle finisse par se calmer. Ce genre de situation avait le don de mettre mal à l’aise la jeune femme tant elle ne savait pas comment s’y prendre pour calmer les choses, et ça, Yuzu avait sans doute dû le remarquer. Ce n’est que quelques minutes plus tard que la jeune demoiselle finit par se calmer, les larmes qui roulaient sur ses joues commençaient peu à peu à sécher ce qui rassura la patronne du Chaudron. Sara fut légèrement surprise par les événements qui suivirent, après s’être séché le visage d’un revers de manche, Yuzu s’infiltra doucement dans les bras de la future maman. Il fallait dire que celle-ci ne s’y attendait pas, mais n’avait cependant pas refusé l’étreinte. Cela pouvait paraître bizarre comme situation, d’autant plus que Yuzu ne connaissait pas Sara, mais la jeune femme ne s’en préoccupait pas tellement. Si ce geste rassurait la petite, alors elle resterait comme ça aussi longtemps qu’elle le souhaiterait.

« Je vous aime bien, madame Sara, dit-elle en relâchant l’étreinte, mais vous pourquoi vous êtes ici ? Vous n’avez pas l’air malade… »

Sara offrit l’un de ses plus beaux sourires à la jeune fille qui se trouvait en face d’elle. Elle était l’enfant la plus mignonne qu’elle n’ait jamais rencontré. La jeune femme aussi, l’aimait bien, et ne s’empêcha pas de le lui dire. Elle passait un très bon moment avec la fillette et elle espérait que, plus tard, elles en partageraient d’autres. Sara ne mit pas longtemps à répondre qu’elle allait bientôt être maman, qu’elle avait très hâte de tenir son enfant dans ses bras et que c’était la raison pour laquelle elle se trouvait dans cet hôpital. Suite à cela, et parce que Mlle Ame avait accepté sa proposition, les deux protagonistes s’en allèrent vers la sortie, prêtes à se rendre vers le marchand de glaces le plus proche. Lorsqu’elles atteignirent la sortie, un événement qui n’était pas prévu dans les plans initiaux se produisit. Une grande rousse d’une trentaine d’années et très classe venait d’arriver par transplanage. Cette dernière qui tenait un sachet entre ses mains, s’approcha de Yuzu et la prit dans ses bras. Qui était-elle ? Probablement un parent, c’était sûr même vu la ressemblance.

« Ma chérie !! Ça s’est bien passé avec le professeur Grand ? Tiens je t’ai ramené quelque chose à manger de France, je suis désolée de ne pas avoir pu me libérer avant. Tu vas bien ? Tu as pleuré ? Mais… Où est Jason ? »

Sara observait la scène légèrement en retrait. Elle ne souhaitait pas se mêler de ce qui ne la regardait pas. Elle attendit sagement que la femme qui venait d’arriver arrête de parler pour annoncer son départ. Yuzu était en sécurité à présent, Sara n’avait plus rien à faire à Ste Mangouste. D’autant plus qu’elle se voyait mal interrompre les retrouvailles avec un membre de sa famille.

« Il a du retard et Jason est parti avec la voiture comme il devait, du coup madame Sara est restée avec moi, elle est très gentille, on allait même manger une glace, parce que je n'étais pas bien. »

Les plans prévus par Sara quelques secondes plus tôt furent annulés par les événements qui suivirent. Elisabeth, qui était en réalité la mère de la demoiselle, se présenta à la patronne et cette dernière en profita pour faire de même. La mère de Yuzu remercia très sincèrement la future maman pour être restée avec son enfant. Suite à cela, elle demanda à Yuzu de l’attendre devant l’hôpital et la jeune fille s’exécuta. Ne sachant pas exactement ce qu’elle devait faire à cet instant, Sara se mit à la poursuite de Yuzu, préférant attendre dehors avec elle. La voix de Mme Ame s’entendait depuis l’extérieur des bâtiments, signe qu’un membre du personnel devait probablement s’en prendre plein la tronche. Si elle avait l’air très sympathique aux premiers abords, il était certain que Sara n’aimerait pas se retrouver face à cette dame lorsqu’elle était en colère.

« Une chance que vous étiez la, comment vous remercier ? Laissez-moi vous offrir une glace ou quelque chose qui vous ferez plaisir. […] Vous ferez une excellente mère j’en suis sûre. »

Sara était à présent légèrement déstabilisée. Elisabeth avait réussi à mettre la jeune femme mal à l’aise et cela ne se voyait que trop bien. Elle déclina cependant la proposition faite par la mère de la jeune fille, précisant qu’il était temps pour elle de rentrer et que son mari devait probablement être en train de désespérer avec tout le boulot qu’il n’arrivait sûrement pas à gérer. Elle ajouta qu’il n’était pas nécessaire de la remercier et que ça avait été tout naturel pour elle d’aller à la rencontre de Yuzu. Elle était une petite fille très agréable et elle l’appréciait beaucoup. Par ailleurs, elle n’omit pas d’ajouter également qu’elles seraient les bienvenues à son Pub si jamais elles souhaitaient y faire un petit tour. Sara remercia Elisabeth pour les compliments chaleureux qu’elle venait de lui faire et la salua ainsi que Yuzu.

« Nous pourrons parler plus calmement lorsque nous nous reverrons. Je m’excuse pour mon départ si précipité, mais vu l’heure, je pense vraiment qu’il est temps pour moi de partir. Ce fut un véritable plaisir de vous rencontrer ! ».

Une fois avoir terminé de parler avec Elisabeth, Sara fouilla ses poches et en sorti une chocogrenouille qu’elle avait acheté quelques heures plus tôt, sur le chemin de l’hôpital. Elle tendit cette dernière à la fillette avant d’ajouter :

« En compensation de la glace. J’espère te revoir bientôt, tu es adorable ! »

Sara salua une dernière fois Yuzu et sa mère, elle avait tellement hâte de rentrer chez elle et de raconter sa journée à son mari. Et puis prendre un bon bain de pieds aussi, ceux-ci commençaient à gonfler ce qui était fort désagréable.

_______________________
Fin du RPG pour ma part, ce fut très intéressant ! Merci à vous ! =)

Code couleur : #b7612c